Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Opération séduction en Géorgie

Opération séduction en Géorgie

A coups de millions de dollars qu'il distribue pour financer des projets de développement locaux et orchestrer sa communication, le puissant milliardaire géorgien Bidzina Ivanishvili part à la conquête du pouvoir. Après les législatives d'octobre 2012, Ivanishvili mise sur la présidence pour 2013.

À première vue, Bidzina Ivanishvili a tout de l’oligarque russe bénéficiaire aussi avisé qu’opportuniste de l'ère post-soviétique. Avec des participations dans des entreprises russes de l'énergie, de la banque et de l’agroalimentaire, Ivanishvili a édifié sur les décombres de l’URSS un empire qui pèse aujourd’hui plus de six milliards de dollars selon Forbes, soit plus que le budget de la Géorgie (5,7 milliars de dollars).
 
Ivanishvili a aussi une particularité notable : il n'est pas né russe mais géorgien. Parti au bon moment de son village natal de Chorvila pour faire ses études, Bidzina Ivanishvili est issu d’un milieu modeste. Aujourd'hui, l'homme le plus puissant de Géorgie veut véhiculer l’image d’un philanthrope. Avec son mouvement Georgian Dream, Ivanishvili veut donner à la Géorgie l’image d’un pays voué au développement pour le bien-être de ses citoyens, et dans la concorde avec ses voisins.
 
Depuis son immense palais de verre sur les hauteurs de Tbilissi, Ivanishvili mène campagne pour l'élection législative d'octobre 2012, un scrutin qu'il considère comme une passerelle en vue de l'élection présidentielle de 2013. Rencontrant un écho certain auprès de l'opposition, Ivanishvili a vendu une part de ses actifs en Russie pour financer son mouvement, mais surtout pour subventionner généreusement des secteurs entiers de la vie du pays. Écoles et universités, infrastructures sanitaires et hôpitaux, musées et même une Église orthodoxe géante dont il a financé la construction : tout y passe pour cette campagne électorale qui n'a pas de prix.
 
Dans sa ville natale de Chorvila par exemple, on ne sait plus que faire des subventions accordées par Ivanishvili : des universités aux musées en passant par les écoles, le milliardaire arrose les lieux publics. La politique selon Ivanishvili sait se passer de toute déontologie. En vue du scrutin, les cadeaux pleuvent sur des pans entiers de la population dont il veut obtenir le vote : téléviseurs ou machines à laver distribuées aux familles sont les armes mobilisées par Ivanishvili dans la conquête du pouvoir.
 
Au-delà de ce scrutin, l'image de Bidzina Ivanishvili souffre d'une réputation sulfureuse dans ses affaires. Une vilaine histoire de trafic de diamants en Angola qui lui vaut quelques ennuis avec les autorités canadiennes et les conditions particulières de la vente de ses actifs en Russie à des tarifs anormalement avantageux ferait de lui une marionnette du Kremlin.
 
Mais dans un pays encore traumatisé par la guerre de 2008 et la sécession de fait de l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud, faire revenir purement et simplement la république caucasienne dans le giron de Moscou inquiète. C'est pourtant, semble-t-il, l'objectif d'Ivanishvili qui prend ses distances avec l’Ouest. Quelles que soient les promesses et prodigalités d'Ivanishvili pour parvenir à ses fins, il est peu probable que le peuple géorgien morde à l’hameçon.

Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Sinbuck Sinbuck 3 juillet 2012 10:23

    Merci pour ces infos sur la Géorgie. Je vais suivre les élections avec intérêt...
    Je suis allé en Géorgie en voiture, en pleine guerre de 2008 !
    Si ce candidat arrose les service public d’argent, c’est bien. Il faut voir la finalité, le motif et le but...
    Le peuple géorgien souhaite intégrer l’Europe et il se méfie de la Russie (contrairement à l’Arménie). Mais l’ouest n’est pas gage de sécurité monétaire, au contraire ! EN discutant avec certains du pouvoir d’achat géorgien, et en comparant avec mon pouvoir d’achat ici (prof en France), les géorgiens n’ont pas trouvé d’intérêt pour venir en France sauf pour un salaire supérieur à 3000 € ; et oui, c’est ainsi, il ne suffit pas de comparer les salaires car un kilo d’agneau en Géorgie coûte seulement 1 € et une maison de 300 m² environ 30.000 €.
    Bref, l’histoire de la Géorgie est riche...


    • Bilou32 Bibi32 3 juillet 2012 13:01

      La guerre de 2008, à l’initiative de la Géorgie, dont les troupes ne se sont pas gêné pour bombarder les villages ossètes.
      Après, je ne sais pas si il est mieux pour les géorgiens de s’aligner sur le bloc USA-Otan, ou bien sur la Russie.... Par contre, il est connu que les USA arrosent copieusement les opposants aux russes, en Russie comme ailleurs, puisque ils sont le dernier obstacle à la mise en place du Nouvel Ordre Mondial.


      • Sinbuck Sinbuck 3 juillet 2012 23:07

        Je suis bien d’accord avec toi, de plus les USA en 2008 avaient acheté de beaux fusils à l’armée géorgienne, et le peuple se moquait de l’armée puisque les caisses d’armement trainaient sur le bord des routes sans avoir été déballé... Personnellement et tous les gens que j’ai pu rencontrer dans les pays compris entre la Serbie et l’Azerbaïdjan trouvent détestable la politique étrangère des USA ! Néanmoins les géorgiens veulent s’émanciper de la domination russe... En 2008, ils avaient littéralement arracher tous les panneaux et autres inscriptions en russe y compris dans les coins de montagne les plus reculés. Voir également cette petite vidéo que j’avais postée : http://www.youtube.com/watch?v=v3g7NxBcZiU
        De quel nouvel ordre mondial tu veux parler ? Ne s’agit-il pas plutôt d’un désordre mondial !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

chrisgalond


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès