Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Otages : mobilisation ou discrétion ?

Otages : mobilisation ou discrétion ?

Fallait-il se mobiliser pour Bernard Planche ? Cette question avait déjà été posée dans le cas des journalistes Christian Chesnot, Georges Malbrunot et Florence Aubenas, lorsqu’ils avaient été kidnappés. Avec les nombreuses interrogations soulevées par la personnalité, l’enlèvement, la détention et la libération du dernier otage français en Irak, ce débat a rebondi lundi, avant même l’arrivée de Bernard Planche sur la base militaire aérienne d’Orléans.

A l’origine d’un cyber-appel pour que la blogosphère se mobilise en faveur de la libération de l’ingénieur français, enlevé le 5 décembre dernier, "Carte de presse" ne veut pas éluder la question. Même si la liberté retrouvée de Bernard Planche n’a rien à voir, en l’état des informations disponibles, avec la mobilisation ou non des autorités et des médias français.

Dans Le Figaro de lundi, l’ex-otage Georges Malbrunot écrivait que "la famille de Bernard Planche a choisi de faire le moins de bruit possible". Et de rappeler qu’au lendemain de la libération de Florence Aubenas (Libération), Bernard Bajolet, l’ambassadeur de France à Bagdad, avait déclaré que "si la mobilisation partait d’un bon sentiment, elle pouvait se révéler contre-productive". Dans La Croix de lundi, le rédacteur en chef Dominique Gerbaud affirmait, lui, que c’était à la demande expresse de la famille Planche que "la presse et les organisations de défense se faisaient discrètes".

Dans un communiqué rendu public dans la même journée, les parents de Bernard Planche confirmaient cette version : "Certains médias ont (...) été pris à partie, accusés de faire deux poids, deux mesures dans les affaires d’otages (...) Nous voulons dire très clairement que c’est à notre demande que ces médias, voire l’ensemble de la presse, se sont tenus à l’écart". C’est très exactement l’accusation que nous avions portée, sur "Carte de Presse" (Otage de seconde zone).

A ce stade de la journée de lundi, la cause semblait donc entendue : il ne fallait pas se mobiliser publiquement pour la libération de Bernard Planche.

Mais, dès ses premiers pas sur le sol français, l’ex-otage exprimait une autre opinion : "Je tiens à remercier (...) les médias, qui ont bien voulu sensibiliser les pouvoirs publics français, mais aussi américains et même irakiens, en particulier RFI (Radio France Internationale) pour les flashes d’infos me concernant et leurs émissions de soutien". La référence à RFI est d’autant plus intéressante que c’est la radio où travaille Christian Chesnot, qui avait été pris en otage avec Georges Malbrunot. Difficile d’imaginer que sa direction ait pris la décision de médiatiser le cas de Bernard Planche contre l’avis de la famille...

Il apparaît tout aussi surprenant qu’en dépit de cette demande de discrétion de la famille, plusieurs médias aient repris le cyber-appel : notamment dans les versions Internet du Monde, de Libération, du Nouvel Observateur... et en page 2 du quotidien Metro... Par ailleurs, ni "Carte de presse", ni AgoraVox et Yahoo ! Actualités qui ont relayé cet appel du 2 janvier, n’ont été contactés pour leur demander plus de discrétion.

A ce stade, il reste donc difficile de se faire une opinion définitive sur les vertus ou les vices d’une mobilisation médiatique pour un otage. Fallait-il, dans le doute, s’abstenir ? Peut-être...


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • (---.---.31.16) 11 janvier 2006 17:23

    Monsieur Alain s’est bien fait mousser, accompagnés aussitôt par les profiteurs de circonstances,toujours prêt á récuper un événement « Injuste » pour pouvoir jouer au chevalier blanc...

    Vous avez simplement oublié de dire, dans vos emails qui vous m’avez gentillement envoyée, sans mon autorisation ( Quand Sarko fait ca c’est un abus ,quand c’est vous ...personne ne râle... je demande une explication ) que monsieur Planche est en difficulté financiaire, tribunal ect...pas clair du tout MrPlanche. Enfin l’enquête nous dira toute la vérité. L’important c’est qu’il soit vivant

    Votre comportement Alain ne vous grandi pas et met á mal , vos articles passés et á venir.

    JPLEDUN

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès