Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Où est la Mère Afrique lorsque ses enfants meurent en Haïti (...)

Où est la Mère Afrique lorsque ses enfants meurent en Haïti ?

Une fois encore les enfants d’Afrique meurent. Où ? En Haïti. Un terrible séisme vient de balayer tout et de tuer - selon les estimations encore provisoires - 50.000 de nos compatriotes. D’une magnitude 7 sur l’échelle de Richter, ce séisme a ravagé la capitale du pays le mardi 12 janvier dernier. L’émotion est à son comble. Des cœurs saignent. Les médias occidentaux sont en ligne de mire pour à la fois montrer les ruines du pays, les corps déchiquetés et faire voir au monde qu’une fois encore ce sont leurs pays qui se sacrifient pour les autres et jouent aux bons samaritains, véhiculant ainsi la sous-lecture que les Noirs sont d’éternels assistés.

 Les déclarations des pays occidentaux résonnent. Ceux qui ont toujours voulu à Haïti d’avoir osé conquérir son indépendance et de ce fait l’ont sabotée, se disent eux-aussi touchés et mobilisés. Dans ce concert de soutiens et d’actions certes insuffisants - au regard de l’ampleur du drame - et pas forcément désintéressés, les pays africains brillent par leur absence. Régentée par des dictateurs sanguinaires, l’Afrique subsaharienne ne se porte pas mieux qu’Haïti. De plus, les tyrans africains n’ont aucune conscience de ce qu’est le peuple Africain. Pour la quasi-totalité de cette racaille politico-mafieuse, Haïti c’est dans les Caraïbes. Donc, ce qui s’y passe n’est pas son problème. Comment peut-il en être autrement lorsqu’on connaît l’insouciance et la cruauté qui sont les siennes à l’égard des sujets logés sur les territoires qu’elle administre. 
 
La Mère Afrique, sous la férule des tyrans à la solde de l’étranger, est dans un coma tellement profond qu’elle ne ressent plus aucune douleur lorsque ses enfants périssent. Que ce soit sur ses propres terres, en mer avec ses enfants dits clandestins, ou plus loin sur d’autres continents. Il est loin, très loin le temps où cette mère protégeait ses progénitures. Aujourd’hui, sans couverture maternelle, les enfants d’Afrique sont à la merci autant des catastrophes naturelles ou provoquées qu’à celui des autres hommes qui ne cessent de les mépriser, les humilier, les exploiter, les spolier et les contrôler mentalement.
 
Dans cet océan de ruines et de désolation, où sont les organisations du peuple Noir ? Où sont les associations de soutien à nos compatriotes d’Haïti en ces moments de douleurs intenses ? Nulle part ! Nous sommes devenus un peuple sans conscience, sans organisation, sans soucis alors que dans cette vallée humaine, notre histoire est celle qui devrait le plus conduire à l’esprit d’inventivité, de la prospective et d’interrogations permanentes en vue de la formulation de solutions inédites.
 
Aujourd’hui le drame de notre peuple en Haïti peut-il nous pousser à la réflexion ? Peut-il nous aider à prendre conscience de notre état ? Il le faut absolument car, un peuple qui est en guerre sans le savoir est absolument voué à l’échec. Il y a donc urgence à nous réveiller et à nous organiser au plus vite.
 
Il aurait été digne pour l’Afrique de prendre le devant dans le secours de ses enfants en Haïti. Mais les cris de détresse de nos frères et sœurs nous atteignent à peine. Non pas parce que nous sommes sourds. Si l’Afrique brille par son absence c’est d’une part qu’elle est guidée par des incultes sanguinaires, inconscients des menaces qui guettent le peuple noir. Ces dictateurs construits à des fins exclusivement extérieures n’ont aucune mission à l’égard de notre peuple. Ils volent, tuent et pillent. Ils planquent leur butin dans les paradis fiscaux ou l’investissent dans l’immobilier et le luxe en Occident. Convaincus que par leurs faits l’avenir de l’Afrique est saboté, ces tyrans ont décidé de sauver le leur et celui de leurs progénitures. 
 
D’autre part, les Africains eux-mêmes n’ont toujours pas recouvré leur conscience historique rompue par les razzias négrières. Cette rupture ayant été accentuée par la colonisation, les Africains sont isolés les uns des autres au point de ne plus avoir la conscience de peuple qui puisse les forcer à s’identifier et à s’organiser collectivement pour relever les défis communs. Nous avons plutôt accepté de marcher dans ce schéma colonial. Beaucoup continuent d’agir dans une vision nombriliste qui fait d’eux les détenteurs d’une conscience étroitement villageoise. On n’a pas fondamentalement compris que notre peuple est aussi ailleurs et qu’en toute chose, il faille inclure ceux-là bien qu’éloignés géographiquement voire psychologiquement à cause de la falsification de notre histoire collective, dans toute démarche africaine. Majoritairement, on n’a donc pas encore compris que les enjeux auxquels nous sommes confrontés sont colossaux et que seule une conscience panafricaniste peut les affronter valablement.
 
Qui mieux que nous-mêmes peut trouver des solutions à nos difficultés ? Mais la faiblesse de la Mère Afrique nous a collectivement contraints à manquer ce rendez-vous qu’est ce drame.
 
La nature a horreur du vide, dit-on. Les autres jouent le rôle qui le nôtre en principe. Seulement, tous ceux qui courent aujourd’hui vers Haïti ne sont-ils pas les mêmes qui ont plombé ce pays et l’avenir de sa population ? La Suisse n’héberge-t-elle pas des dizaines de millions de dollars volés par Duvalier père et fils qui s’opposent, avec le conseil d’avocats genevois chevronnés, à la restitution d’une partie (qui sait ce qui est gardé et les profits réalisés sur le principal) sur la demande du gouvernement haïtien ?
 
Aux lendemains de la victoire de Toussaint Louverture et de ses troupes contre la puissance esclavagiste et colonialiste amenant à l’indépendance d’Haïti, la France avait exigé le paiement par les anciens esclaves noirs haïtiens de 150.000.000 francs-or soit l’équivalent de 21 milliards de dollars actuels.
 
Tous ces pompiers qui annoncent urbi et orbi des aides financières, alimentaires et vestimentaires … n’ont-ils pas porté et soutenu des dictateurs au pouvoir en Haïti ? N’ont-ils pas renversé par coup d’états les dirigeants animés de patriotisme ?
 
Haïti qualifié aujourd’hui sur tous les médias comme l’un des pays plus pauvres sinon le plus pauvre au monde n’est pas le damné de la nature comme on veut le faire admettre. Dans toutes les analyses distillées actuellement sur Haïti que n’a-t-on pas attendu ? Des esprits illuminés se sont naïvement ou cyniquement interrogés : « pourquoi la nature s’acharne-t-elle sur ce pays ? » D’autres ont suggéré que ce « pays est maudis » sans jamais parvenir à pointer l’auteur de cette malédiction. Certains politiques sont allés jusqu’à suggérer dans leur magnanimité qu’Haïti soit mis sous tutelle par d’autres pays. Pierre Weiss, vice-président du parti libéral radical suisse a vertement appelé sur la Radio Suisse Romande le 14 janvier 2010 les Etats Unis d’Amérique à s’accaparer du pays pour, selon ses termes, « pourquoi M. Obama ne se transformerait-il pas en sauveur de cette république haïtienne, je crois que la France a depuis longtemps perdu cette ambition, eh bien que les Etats Unis la trouve ». Mais ce que tous ces griots n’ont pas le courage de dire c’est que ce pays est victime aussi de l’action humaine mieux de « la férocité blanche ».
 
On a endetté le peuple africain d’Haïti pour engraisser les dictateurs qui se sont succédé à la tête de ce pays. Le pays est ainsi appauvri et nombreuses sont ces personnes qui doivent leur survie en jetant leur dévolu sur un gâteau de boue légèrement mixé au beurre. Malgré cette situation infra-humaine, le FMI, la Banque Mondiale et autre Club de Paris ainsi toute leur horde de vampires soumettent en toute tranquillité ces populations au paiement du service de cette dette odieuse.
 
De plus, quand un gouvernement arrive avec un projet patriotique, les alliances se nouent entre la meute de loups haïtiens extravertis et égoïstes et leurs amis à l’extérieur pour le congédier du pouvoir. Il en est ainsi en 2004 du président Jean Bertrand Aristide que la France et les Etats-Unis principalement ont failli lyncher sous prétexte qu’il est un « dictateur ». Alors justement que Jean-Claude Duvalier, le vrai dictateur et kleptomane attitré, séjourne sans inquiétudes en France avec une fortune estimée par l’Office des Nations-unies contre la drogue et le crime entre 500 millions et 2 milliards de dollars volés dans les caisses de l’Etat haïtien après 29 ans de terreur de père en fils. Une bonne partie de cet argent est investie dans l’immobilier dans cette France là qui « pleure » aujourd’hui sur le sort de ce « pauvre peuple » qui plus est dans une situation d’occupation militaire camouflée sous une mission officielle qui se définit bredi-breda comme une force destinée à « assurer un climat sûr et stable, à appuyer le processus politique en cours, à assister le Gouvernement d’Haïti dans le renforcement des institutions y compris celles de l’état de droit ainsi qu’à promouvoir et défendre les droits de l’homme ».
 
Il est temps de demander à la France de vendre les immeubles qui sont la propriété des Duvalier et remettre cet argent aux Haïtiens qui en ont plus que besoin actuellement. La Suisse doit elle aussi livrer les fonds volés et les intérêts qu’ils ont généré depuis 30 ans aux Haïtiens. Le véritable secours passe par là et non dans une fausse et propagandiste générosité. La dette de ce pays doit être annulée impérativement afin que le peuple soit soulagé un tant soit peu de ce fardeau. Ça suffit la tonte ! Il faudra aussi laisser les Haïtiens décider de leur système politique en fonction de leurs intérêts au lieu de les harceler incessamment et de décider constamment à sa place. Toutes les injustices et autres escroqueries, tels les dédommagements pour perte de cette colonie dont la France a bénéficié doivent être réparées. Bref, il faudra permettre à ce peuple doit mieux appréhender son avenir tout en répondant à ses besoins actuels.
 
Quant à l’Afrique, il faut d’une part que les tyrans débloquent une partie de leurs pillages pour venir en aide à notre peuple en Haïti. Que ceux qui veulent qu’on « sauve » Haïti exigent de la part des tyrans africains une contribution. Qu’ils appellent au démantèlement de leurs comptes bancaires numérotés, à la vente de leur immobilier en France, en Suisse, en Belgique, aux Etats Unis et ailleurs pour mettre cet argent au service d’une partie de notre peuple aujourd’hui sinistrée gravement. Il faut, en fin, que les panafricanistes s’organisent ici et maintenant en créant des structures de soutien et de collecte de dons dans tous les pays en direction de notre peuple en Haïti. Les médecins au sein de la diaspora doivent se mobiliser. Tous, en Haïti pour sortir notre peuple des décombres et aider à ensevelir les morts puis à reconstruire le pays. C’est un devoir impératif. Ce n’est que comme ça que nous maintenu le minimum de dignité qui nous reste. Sinon, un peuple qui abandonne les siens aux bons soins des autres est un peuple mort.
 
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • Antoine Diederick 16 janvier 2010 10:59

    un lien qui va ds le sens de votre questionnement


    • bob 16 janvier 2010 11:09

      Allons donc, c’est encore la faute à la France si un pays du tiers monde se trouve victime d’un tremblement de terre. Evidemment, pour se dédouaner les contribuables vont encore mettre la main à la poche mais c’est encore une fois pour la bonne cause.

      Et vous ? Quel tyran souhaitez-vous enrichir ?


      • Rodriguez 17 janvier 2010 01:11

        Cher Monsieur,


        Le présent texte ne vise pas à imputer la responsabilité du séisme à votre France. Il faut savoir lire, comme ça vous nous épargnerez de vos polémiques sans fondements. 

        En revanche, j’ai parlé des responsabilités des pays occidentaux notamment de la France et des Etats Unis (qui poursuivent d’ailleurs leur combat aujourd’hui même avec l’aide humanitaire ; cf journal de 20h sur France 2, avec l’intervention de Joyandet) dans l’appauvrissement criminel de ce pays qu’est Haïti. J’ai fondé mes propos sur des faits précis depuis l’esclavage pratiqué dans ce pays, sa colonisation et l’escroquerie (21 milliards de dollars actuels perçu par la France pour « quitter » le pays) ainsi que les fonds des Duvalier qui sont en France. J’ai mentionné la présence en France de Jean-Claude Duvalier qui est ainsi protégé contre toute poursuite alors qu’il avait commis de graves crimes.

        J’ai parlé de l’endettement odieux de ce pays et cette dette odieuse est remboursé par un peuple qui mange du gâteau de boue. A ce sujet, vous pouvez visiter le site du Club de Paris et autre BM et FMI. Alors même que le pauvre peuple n’a jamais vu la couleur de cet argent.

        Enfin, j’ai tancé l’Afrique pour son absence face au drame qui frappe un pan de son peuple. J’ai expliqué pourquoi ce silence et montré comment et pourquoi les Africains et les dictateurs africains doivent se prendre pour rectifier le tir. Car, je considère les enfants d’Haïti comme un peuple d’Afrique et il est donc du devoir de l’Afrique quelles que soient ses difficultés de ne pas laisser mourir ses enfants ou confier leur sort aux autres.

        Voilà. ça va mieux ?

      • Antoine Diederick 16 janvier 2010 11:18

        tiens pour changer un peu, un lien.

        allez voir ses vidéos et surtout voyez son histoire....elle montre pourquoi parfois en Afrique cela fonctionne pas comme cela devrait....


        • Antoine Diederick 16 janvier 2010 11:44

          et puis voyez aussi comment l’école peut aider alors qu’en Europe, bcp de maîtres ont vraiment un peu trop la « grosse tête » !!!!


        • Antoine Diederick 16 janvier 2010 11:37

          petite remarque tout de même, il y a plusieurs peuples africains, ce n’est unifié....


          • appoline appoline 16 janvier 2010 15:13

            Pourquoi ne pas remonter à Lucie pendant qu’on y est ? Les africains sont tout juste bon à pleurer sur la colonisation mais pour aider les autres, rien. Leurs racines, ils nous les foutent dans le nez quand il y a quelque chose à quémander, leur attitute est lamentable, tout comme leur économie en dessous de table. Leur générosité : inexistante, la solidarité : nulle ; pleurer, ça ils le savent tout comme se foutre sur la figure pour on ne sait quel chefaillon. Alors comment voulez-vous qu’ils pensent aux haitiens, ce serait une grande première.


            • Rodriguez 17 janvier 2010 02:31

              C’est tout ? Vous avez fini vos cartouches de raccourcis ? On peou vous répondre ?


              Pourquoi ne pas revenir sur l’humanisme dont la France a toujours fait montre à l’égard d’Haïti en lui prenant 21 milliards avant d’accepter d’y mettre fin l’esclavage et la colonisation directe ? Les Français sont tout juste bon à refuser de voir leur passé et leur pratique politique actuel qui est la continuation de ce passé justement étouffé mais pour gloser sur les droits de l’homme, là, ils sont forts. Leurs valeurs, ils nous les foutent dans le nez quand il y a quelque chose à quémander. Quand ils ont quelque chose à voler aux autres, ils utilisent toutes les voies y compris le soutien aux pires dictateurs et le massacre des peuples qui leur résistent. Leur attitude est lamentable. Ils n’ont pu vaincre des pays comme l’Allemagne qu’en étant aidé de toute part y compris par des Africains. Tout comme leur économie en dessous de table (les affaires les plus sales sont rarement punies en France). Leur générosité : inexistante et toujours intéressée. La solidarité : nulle ; pleurer ça ils le savent tout comme se foutre sur la figure pour on ne sait quel chefaillon. Alors comment voulez-vous qu’ils pensent aux Haïtiens ( ces lamentables, ces pleurnichards, selon vos termes) sans penser à eux, ce serait une grande première.

            • alexander scott 16 janvier 2010 16:35

              Les très très riches joueurs de foot noirs qui composent nos équipes nationales vont envoyer leurs dons à leurs frères aidés par le CRAN, cette association noire qui crie sans cesse à l’injustice , appuyé par les Indigènes de la République.

              Si si je ne blague pas.


              • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 16 janvier 2010 16:43

                « c’est encore la faute à la France si un pays du tiers monde se trouve victime » 

                (hem, on dit la faute de la France)...

                Sinon et oui c’est comme ça, l’histoire de notre pays a été riche en crimes et autres saloperies honteuses en tant qu’ex-empire les dirigeants n’ont jamais hésité a utiliser des méthodes mafieuses pour assoir leur puissance. 

                Et ceci pas seulement il y a longtemps, le XXème siècle a été particulièrement riche en crimes de masse divers et variés, on en découvre tous les jours. La raison en a été la modernisation des armements et des moyens de transport (napalm,bombes, avions, hélicoptères, ) et les victimes ont été quasiment toute civiles (c’est bien plus commode de massacrer des gens sans défense).. 

                Sétif, Madagascar, Cameroun, Côte d’Ivoire, Tchad, ect... Mais le pompon a été le soutien sans faille des génocidaires au Rwanda en 1994. Bien sûr la discrétion a été de mise (d’ou l’incrédulité des idiots) parce que dans la vitrine il y a la fable « la Franceu pays des droits de l’homme »...On tient à sa réputation, même usurpée !!!... smiley smiley smiley smiley



                • françois 16 janvier 2010 16:57

                   « Pour reconnaître l’indépendance d’Haïti, la France a exigé le paiement de 150 millions de francs or... » C’est vrai, c’était en 1826. Le traité de Versailles exigeait quand à lui le paiement par l’Allemagne de 136 MILLIARDS de DM or ( plus la cession de toutes ses colonies). Cela représentait par Allemand 100 fois la somme dûe par chaque Haïtien. Moins de 20 ans après, l’Allemagne était à nouveau une grande puissance au point de faire trembler l’Europe. 200 ans après, Haïti est toujours dans une misère noire. Alors, arrêtez de nous bassiner avec notre éternelle responsabilité dans la misère du monde. Les peuples sont aussi responsables de leur histoire au premier chef. Pourquoi ne rendez vous pas les Italiens responsables de l’état de la France aujourd’hui ? Souvenez vous, les Romains nous ont conquis et colonisés il y a 2000 ans ! 


                  • Shaytan666 Shaytan666 16 janvier 2010 17:21

                    « misère noire », joli le jeux de mots smiley


                  • aigle80 aigle80 16 janvier 2010 17:02

                    belle lucidité sur l’afrique ! il est vrai que pas mal d’etats sont trop occupé à survivre et empecher leurs enfants de mourir de faim pour penser à aller aider les autres.le problème de l’aide internationale c’est que pour une grande partie elle n’arrive pas là ou elle est attendue...
                    mais qu’elle est détournée au profit des potentats locaux qui eux vivent bien et se foutent de ce qui peut arriver à leur peuple ! Rendre les fonds volés aux peuples par le differents tyrans,l’idée est séduisante mais bien utopique quelle cours de justice oserait prendre un tel arrêt ?quand on sait que la levée du secret banquaire est une mesure poudre aux yeux qui ne sera pas appliquée ! voir avec la Suisse...mais ne confondez pas la France de ceux qui donnent avec générosité une fois de plus et certains de ses dirigeants qui versent des larmes de crocodile et s’agitent en tout sens


                    • Le Clem 16 janvier 2010 17:07

                      Ce qui fait le plus peur dans cet article, ca n’est pas son contenu, ca n’est pas la censure systematique, c’est le nombre de gens qui le trouve pertinant d’aprés les votes.

                      On a encore une fois un bel exemple que le racisalisme ne dérange nos bonnes ames gauchistes que quand il s’appliquent aux blancs.


                      • Rodriguez 17 janvier 2010 02:08

                        Etes-vous satisfait à présent ? A l’heure actuelle, seul 32% de votants jugent le texte pertinent. Vous devriez sabler à présent votre champagne car vous avez gagné. Bonne fête !


                        Je ne peux pourtant pas vous laisser dire que ce texte fait dans le racisme anti-blanc lorsqu’il se borne à dire à l’Afrique et aux Africains leur devoir à l’égard des Haïtiens. Lorsqu’il ne fait que relever factuellement comment ceux qui courent au chevet d’Haïti actuellement, l’ont toujours traité, exploité, escroqué et tondu son peuple. Dire qu’il aurait été digne à l’Afrique de prendre le devant dans le secours de ses enfants sinistrés en Haïti, est-ce du racialisme ? 

                        On ne peut rien dire. Surtout, il ne faut jamais dire que la France a eu tel ou tel comportement à l’égard de tel ou tel peuple. On se contente de tout balayer du revers de la main car, la France est un pays saint, un pays dont l’armée et les entreprises dans les pays appauvris - et non pauvres - n’ont aucun autre but que de faire de l’humanitaire. Même si par des faits concrets et visibles, sauf aux aveugles volontaires, on démontre le contraire, eh ben, c’est niet. C’est là qu’est le vrai racialisme, cher ami !

                      • Le Clem 17 janvier 2010 15:46

                        De un, arrétez de critiquer la France. La France tu l’aimes ou tu la quittes.

                        De deux, je n’ai pas dit que cet article était raciste, mais racialiste, ce qui me semble une évidence.


                      • Rodriguez 17 janvier 2010 15:52

                        Ainsi Monsieur est convaincu que tout le monde vit dans sa p.... de France. Que le nombrilisme peut faire dire de tonnes d’inepties.




                      • Le Clem 17 janvier 2010 16:52

                        Ben qu’est-ce qu’il veut alors ? C’est un site Francais ici !

                        Allez dire vos bétises dans le site de l’endroit ou vous etes. Est-ce que je vais blablater sur Agoravox Pérou moi ?


                      • Rodriguez 17 janvier 2010 18:55

                        Parce qu’il n’a pas encore compris que de partout on peut se connecter à Avox et que cet outil, contrairement à vos media conventionnels, est ouvert à tous. Et qu’à partir de là, les discours qu’il n’aimerait pas entendre vont venir à lui, à la seule condition qu’il passe tranquillement son chemin sans lire les textes comme celui-ci.


                      • Le Clem 17 janvier 2010 20:43

                        C’est quoi le projet alors ? Un étranger qui vient sur un site Francais lancer des appels aux dons et a la repentance ? Vous réagiriez comment si moi je venais sur un site de votre pays de merde vous donner des lecons ?


                      • Rodriguez 17 janvier 2010 22:34

                        Pathétique sa petite francitude. Son raisonnement à deux balles réflète sa petitesse. Je n’ai pas écrit un appel aux dons. Cela montre qu’il n’a rien compris du texte qui prétend commenter.

                        Contrairement à ce qu’il croit, ce site est fréquenté pas que par les français. Et mon appel à l’action en direction d’Haïti ne s’adresse pas du tout à ceux qu’il croit. Visiblement il ne sait pas lire.

                        Projet ??? De quel projet, il parle ?? Parcequ’il croit que quand on écrit un texte sur Haïti - en ce moment- on le fait pour un projet ?? D’où sort-il ?


                      • Le Clem 18 janvier 2010 04:03

                        Parce que votre petite négritude elle n’est pas pathétique, elle ?

                        Allez, continuez de rever a une « mere afrique », l’important c’est d’y croire.


                      • tvargentine.com lerma 16 janvier 2010 17:13

                        Article ultra-réactionnaire et raciste

                        Allez donc demander à votre papa doc sur la cote d’azur de rendre le pognon plutot que de chercher à detourner de l’argent public avec tout ses appels aux dons ,dans un pays qui pratique 100% de corruption

                        Tiens,voila une bonne idée,organisez donc une manifestation devant la villa de cette famille de despotes dont la forturne s’appui sur le détournement d’argent et le vol sans parler des meurtres

                        http://www.tvargentine.com


                        • Rodriguez 17 janvier 2010 01:54

                          Pfffffffff !!!!!! Plus que lamentable, cette réaction ! 


                          Il va falloir me démontrer le cheminement qui vous a emmené à la conclusion selon laquelle un texte qui constate l’absence de l’Afrique face à la mort de ses enfants qu’elle abandonne aux autres (qui ont toujours exploité Haïti, l’ont escroqué au fil de l’histoire et renverser tout régime patriotique par coups d’état puis placé le pays sous occupation militaire) est raciste.

                          Qui a parlé de meurtres ? Vous devez certainement avoir des ennuis personnels, vous, avant de venir lire ce texte. 

                        • Roche 16 janvier 2010 17:19

                          attendez la situation s’améliore, Mme Lagarde a même effacé la dette de ce pays, c’est dire si de toutes manières, elle avait le choix !

                          Par
                          aigle80
                          l’aide n’arrive là ou il faudrait dites vous, revoyez le film « Shooting Dogs », tirés de faits réels sur l’intervention de l’aide internationale et l’ONU. arretez de blablater et voyez la finance mondiale ! Monolectre a écrit un super billet a ce sujet sur Marianne.


                          • le funambule 16 janvier 2010 17:50

                            éternel discours victimaire.
                            avec le recours au traffic d’esclaves.
                            Mais mon bon monsieur, l’Afrique a toujours abandonné les siens parce qu’elle n’est mère de rien du tout. Elle a vendu les siens en son sein puis aux arabes puis aux occidentaux. Et qu’a-t-elle fait de ces profits ?
                            Elkle a beaucoup reçu. Qu’en a-t-elle fait.
                            Examinez donc l’Histoire de la Guinée au cours des n50 dernières années, une des terres ole spolus riches d’Afrique...
                            Regardez donc l’Histoire des pays asiatiques...


                            • Marc Bruxman 16 janvier 2010 19:22

                              Le jour ou les affricains comprendront que ce n’est pas l’occident mais eux mêmes qui sont responsables de leur misère il y aura un grand pas de fait...

                              L’asie aussi a été colonisée et pourtant, elle s’en sort petit à petit. Alors bougez vous un peu le cul et construisez quelque chose plutot que de toujours venir chuiner ici. Ca devient franchement lassant et vos remarques sont franchement rassistes.

                              Aller chercher des esclaves, tous les peuples l’ont fait jusqu’à une époque récente. (En gros jusqu’à ce que les avançées techniques permettent de s’en passer).

                              Les affricains l’auraient fait si ils en avaient eu les moyens. Ils le fesaient d’ailleurs très bien en Egypte.

                              Alors débarassez vous de cette idéologie victimaire, cela vous sera plus utile que les lamentations. Elles finissent par lasser tout le monde ici.


                              • moebius 16 janvier 2010 20:50

                                 Cet article est complétement crétin ! Commencer donc par subir un tremblement de terre de magnitute supérieur à celui qui s’est produit à ’Haiti et on vous plaindra autant qu’eux. On est en pleine concurrence victimaire, vous n’avez pas eu votre part ? et si ce n’est qu’une forme de jalousie que vous inspire cette catatrophe ....je préferre me taire, allez vous faire f...


                                • Rodriguez 17 janvier 2010 01:18

                                  Ah bon ??? Concurrence victimaire ??? Où avez-vous perçu cette notion dans ce texte ?


                                  Jalousie provoquée par cette catastrophe ?? Là, cher ami, on est en plein délire. Vous devez certainement avoir pris feu dans votre enfance et avoir été éteint à la pelle. Il valait mieux vous conformez à votre avant-dernière phrase : il vous aurait été préférable de vous taire. 

                                • moebius 16 janvier 2010 20:51

                                  excusez moi, j’ménerve mais il y’a de quoi..


                                  • Arafel Arafel 16 janvier 2010 22:50

                                    Le dimanche 1er janvier 1804, l’île de Saint-Domingue devient indépendante au terme d’une longue et meurtrière guerre de libération

                                    L’ancienne colonie française devient le premier État noir des Temps modernes et le deuxième État indépendant des Amériques (après les États-Unis). Elle adopte pour l’occasion le nom que lui donnaient les IndiensTaïnos avant l’arrivée de Christophe Colomb : Haïti.

                                    C’est seulement à partir de 1825 que son indépendance sera reconnue par la France et d’autres nations dites civilisées.

                                    Joseph Savès
                                    Cruelles déconvenues

                                    Toussaint Louverture, le héros de la guerre de libération, ayant été fait prisonnier par traîtrise et envoyé au fort de Joux, dans le Jura français, c’est l’un de ses lieutenants, un ancien esclave noir du nom de Jean-Jacques Dessalines, qui prend le pays en main. 

                                    L’indépendance est proclamée sur la place d’armes des Gonaïves, en présence d’une immense foule en costumes chatoyants.

                                    Dans la foulée, Jean-Jacques Dessalines reçoit de ses lieutenants le titre de gouverneur général à vie que portait Toussaint Louverture avant sa capture. Quelques mois plus tard, le 22 septembre 1804, il se désigne empereur sous le nom de Jacques 1er mais son gouvernement dégénère en une épouvantable tyrannie.

                                    Il fait périr les derniers Blancs restés sur l’île et suscite contre lui la rébellion de ses anciens lieutenants. Dans un ultime sursaut, il projette de nationaliser les terres et de les répartir entre tous les citoyens ! Il est tué dans une embuscade le 17 octobre 1806.

                                    http://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=18040101


                                    • Arafel Arafel 16 janvier 2010 22:55

                                      Quand est ce que la France va s’excuser auprès de la Corse de l’avoir envahi il y a 200 ans ?
                                      C’est vrai ça !!


                                      • ASINUS 16 janvier 2010 23:04

                                        yep en attendant pas fous nos compatriotes français d outre mer descendants d africains d indiens de caraibes ect ont eux massivement et democratiquement choisis de rester français
                                        eux notre ami du togo devrait leur expliquer par qu elle perversion masochiste ils refusent
                                        la LIBERTE de crever de faim sous le regard indifférent de mother africa !


                                        • Rodriguez 17 janvier 2010 01:32

                                          Ils ont choisi de rester Français parce qu’ils sont majoritairement convaincus qu’ils ne seront rien sans la France. Malgré qu’ils soient considérés en ce qu’on appelle Métropole comme des citoyens de seconde zone, qu’ils ne figurent pas dans les statistiques du chômage et de bien d’autres domaines, ils ne sont pas prêts à faire la rupture. 


                                          C’est le propre de l’esclave qui n’est pas encore apte à recouvrer sa liberté et la France en bon pays colonialiste sait que les esprits ne sont pas mûrs dans ce que vous appelez l’Outre-Mer. C’est d’ailleurs en connaissance de causes que ce referendum a été organisé. Lorsque le moment viendra pour ces gens de recouvrer leur liberté, on n’organisera pas de referendum. Ce sera fait sans autre forme de procédure comme en 1789 en France. Ce moment viendra après 50 ans, 100 ans, 1000 ans mais ça viendra. On peut retarder cette échéance mais ça viendra car, c’est le propre de l’homme de vivre en liberté. 

                                          Comme je le disais, la France savait le résultat de ce referendum car, connaissant les mentalités. Et justement, il fallait le faire pour montrer que « voilà, ce n’est pas nous qui les conservons, mas ce sont eux qui ne veulent pas marcher seuls » et de ce point de vue, l’objectif est atteint mais jusqu’à quand ?

                                        • ASINUS 18 janvier 2010 08:02

                                          c est une idée ou dans votre réponse suinte , la haine la jalousie le mépris et aussi une legere pointe de racisme , hé hé dingue comme l on voit mieux les turpitudes de l autre que les siennes , finnallement l Afrique peut aussi desesperer de ses intellectuels.


                                        • Elsass Elsass 16 janvier 2010 23:06

                                          Un article et un point de vue très interessant...
                                          Effectivement,aucune « puissance’ régionale Africaine ne saurait apporter d’autre aide à Haïti puisque eux mêmes pour certaines,(bien qu’ayant tout pour devenir de grandes nations) se complaisent et se ridiculisent dans la mendicité,la corruption,le manque de grand projets,etc...

                                          Il est clair que des pays comme le Sénégal,la Cote d’Ivoire,le Ghana,le Nigéria,le Kenya,l’Afrique du Sud sont entre autres des pays dans ce cas.Grandes capacités et petites ambitions.Enfin,en tout cas de la part des dirigeants aux affaires.

                                          Voyez-vous,je ne comprends pas comment aucun d’entre eux ne saisit ne serait-ce que la portée symbolique en terme de stratégie de communication,c’est pourtant élémentaire.

                                          L’on a pu voir par exemple de quelle façon la Chine s’est empressée ce coup-ci de venir aider les haïtiens.Ce qui est fort louable,mais qui reste également une redoutable démonstration de ses capacités militaires et générales.
                                          Allez faire comprendre cela.

                                          En outre,pour connaitre comme ma poche un pays comme la Côte d’Ivoire,je peux vous dire que c’est le genre de pays qui a mieux à mettre de l’ordre dans son pays que de déployer de grandes sommes pour un autre pays.Financièrement parlant.

                                          Toutefois,c’est bien cela,pour un tel pays d’Afrique,c’est le défi de devenir à ce point dynamique et prospére pour avoir le luxe et l »honneur aussi de pouvoir démontrer sa puissance et ses capacités.C’est encore le signe d’un certain pouvoir.


                                          • Le péripate Le péripate 18 janvier 2010 07:27

                                            Un discours qui a un air de parenté avec le pangermanisme national-socialiste, sur le même fond paranoïde de l’Étranger qui corrompt.

                                            Que l’air, ou il y a aussi la chanson ?


                                            • Rodriguez 18 janvier 2010 10:33

                                              Eh ben, vous n’avez qu’à relire « le pangermanisme national-socialiste ». Demander à l’Afrique de s’occuper de ses enfants a un lein avec le pangermanisme national-socialiste. Je suis attéré par cette comparaison. Ne dit-on finalement que comparaison n’est pas raison ?

                                              Dire que les pays qui se jettent aujourd’hui sont les mêmes qui factuellement et historiquement l’ont méprisé, appauvri et soumis à des dictatures les plus retrogrades, c’est du pangermanisme .......etc..... Comme quoi les français sont incapables de supporter la critique surtout celle venant des citoyens de pays que la France autoproclamée « pays des droits de l’homme » humilie et méprise. Ce nationalisme qui frise le chauvinisme ne s’apparente pas justement à ce pangermanisme national-socialiste., n’est-ce pas ?


                                            • frédéric lyon 18 janvier 2010 08:23

                                              Il y a aussi la chanson.


                                              Et en attendant nous allons voir, à l’occasion de cette catastrophe, la mise sous tutelle internationale du premier état décolonisé de l’Histoire.

                                              Nous assistons à la fin du mythe de « l’indépendance » et de la « libération des peuples opprimés ».

                                              Soulignons aussi la fabuleuse coïncidence : 

                                              Ce tremblement de terre se produit en Haïti quelques jours après le résultat du référendum en Martinique, en Guadeloupe et en Guyane, qui a vu la population locale rejeter avec horreur l’idée d’autonomie.

                                              Si on avait interrogé ces populations sur leur indépendance, et non pas seulement sur leur autonomie, le rejet aurait été encore plus massif et encore plus horrifié !

                                              La décolonisation est morte, il ne reste plus qu’un sauve-qui-peut général des populations concernés, qui courent, des Caraïbes au Maghreb, pour venir se réfugier sous l’aile protectrice et tutélaire de leurs anciens colonisateurs.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Rodriguez


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès