Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Palestine : un nouveau statut pour quoi faire ?

Palestine : un nouveau statut pour quoi faire ?

Quatorze mois après leur premier passage devant le Conseil de sécurité de l'Onu pour l'obtention du statut d’État membre, les Palestiniens reviennent, ce jeudi 29 septembre, pour, cette fois-ci, solliciter le statut d’État observateur non-membre. Mais pour quoi faire ?

Le 29 septembre, une date hautement symbolique quand on sait qu'en 1947, l'Assemblée générale de l'Onu adoptait le même jour le plan de partage de la Palestine pour faire cohabiter côte à côte un État juif et un État arabe.

Soixante-cinq ans plus tard, l’État juif, qui n'existait pas, est aujourd'hui bel et bien en place, récusant de toutes ses forces l'idée d'un État arabe, en occupant de plus en plus le territoire pour étouffer à jamais toute velléité d'autodétermination du peuple palestinien.

Un État observateur pour quoi faire ?

Les Palestiniens espèrent arriver à travers ce statut à faire reconsidérer favorablement leur requête d'il y a 14 mois pour une reconnaissance en tant que membre à part entière de l'ONU.

Les autorités palestiniennes voient également à travers l'obtention du statut d’État observateur non-membre, un tremplin vers un « règlement pacifique » du conflit les opposant à Israël, ainsi qu'un moyen de faciliter la reconnaissance de la coexistence de deux États, notamment « sur la base des frontières de 1967 ».

Le statut d’État observateur non-membre aura d’autre part l’avantage de permettre aux Palestiniens d’adhérer à de nombreuses organisations internationales ainsi qu’à des traités comme la fameuse Quatrième Convention de Genève sur la protection des civils. Mais ce statut pourrait surtout lui ouvrir les portes de la Cour pénale internationale (CPI), en vue d’un éventuel recours contre les violations israéliennes.

Qu'en pensent les alliés occidentaux de l’État juif ?

Si les États-Unis et le Canada sont déterminés à s'opposer à la requête palestinienne, sur le vieux continent, on peine à parler d'une même voix.

Les Américains invoquent le prétexte de leur allié israélien que la reconnaissance d’un État palestinien aux côtés de l’État juif doit exclusivement découler d'un accord entre les deux protagonistes. Le Département d’État américain menace d’ailleurs, en cas d’octroi de ce statut, d’annuler la promesse d’aide américaine aux Palestiniens d’un montant de 200 millions de dollars.

En Europe, on sait d’ores et déjà que la France, l’Espagne, l’Autriche ou encore la Suisse ou le Danemark se disent tous favorables au nouveau statut sollicité par les autorités palestiniennes.

Un soutien d’ailleurs renforcé par la Russie, mais qui rencontre toutefois la circonspection de Londres et de Berlin.

Israël dénonce pour sa part une violation des accords d’Oslo et condamne une démarche « unilatérale » des autorités palestiniennes. L’État juif a précisé toutefois - par le porte-parole de son ministère des Affaires étrangères - qu’il n’annulerait pas pour autant les accords économiques précédemment conclus avec les Palestiniens.

Abdoulaye Jamil Diallo

JPEG - 49.9 ko
Abbas

Moyenne des avis sur cet article :  4.16/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Yves Dornet 30 novembre 2012 10:03

    les palestiniens ont de nouveaux droits...et de nouveaux devoirs.

    les tirs de roquettes sur les civils Israéliens doivent cesser sous peine de sanctions !


    • Robert GIL ROBERT GIL 30 novembre 2012 10:11

      A quel autre pays qu’Israël, la communauté internationale et toutes ses instances permettraient-elles de piller et de dépecer un pays sans défense ? Israël se permet d’arraisonner des bateaux se rendant à Gaza au mépris de toutes les lois internationales. Israël se permet de ne pas respecter les décisions de l’ONU dans l’indifférence générale. Israël fait ce qu’il veut, comme il veut et où il veut ! Et pendant que des civils meurent déchiquetés par les bombes israéliennes, nos médias font la une sur une roquette artisanale qui a atterri sur une plage de Tel-Aviv et qui aurait pu causer des dégâts. Le reportage continue avec une habitante qui vit dans l’angoisse …, à croire que de l’autre coté, les Palestiniens vivent dans la joie et l’insouciance ! Même dans la mort les victimes n’ont pas le même poids, si ce n’est la souffrance des familles endeuillées.........

      voir : GAZA FAIT-IL ENCORE PARTIE DU MONDE ?


    • goc goc 30 novembre 2012 13:59

      les palestiniens ont de nouveaux droits...et de nouveaux devoirs

      ce sont surtout les sionistes qui vont avoir de nouveaux devoirs, en particulier celui de respecter les conventions internationales faute de quoi, ils se retrouveront rapidement devant le CPI pour crimes contre l’humanité
      c’est d’ailleurs a cause de cela qu’ils ont voté contre la résolution.

      car l’argument fallacieu avancé par leurs « toutous » ricains, ne tiens pas une seule seconde, en effet pourquoi refuser la création d’un état palestinien au prétexte que cela empêchera .... la création d’un état palestinien. Ou comment se foutre de la gueule du monde entier

      quand aux tirs de roquettes, il faudrait déjà commencer par stopper le génocide dans le ghetto de Gaza, à coups de missiles et autres bombes de destruction massive interdites par la convention de Genève.

      Enfin oser parler de civils israéliens comme si c’était des victimes innocentes, alors qu’il s’agit de gens armés et se permettant de tuer des paysans palestiniens avec l’appui de l’armée d’occupation et dont les crimes sont systématiquement couverts par la « justice » sioniste, c’est non seulement afficher un mépris pour tout ce qui n’est pas du « bon coté », mais surtout c’est une nouvelle fois instrumentaliser le couplet du pauvre juif martyr, couplet qui ne prend plus au vu des massacres perpétrés par les sionistes sur les femmes et les enfants palestiniens et libanais (voir massacres de Sabbre et Chatilla, ou celui de Khana).


    • maxime vivas maxime vivas 30 novembre 2012 21:12

      Yves Dornet, si c’est bien lui sur la photo qui illustre ses posts, ne devrait-il pas enlever son uniforme de l’armée israélienne ou préciser qu’il est en mission et parle au nom de Tsahal ?


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 1er décembre 2012 02:45

      Je viens humblement souligner à tous ceux qui aiment le Québec que le choix du gouvernement canadien de soutenir la position américaine en cette affaire ne correspond absolument pas à celle d’une vaste majorité de la populaion québécoise. 


      En toute honnêtetté, toutefois, je me dois d’ajouter que, considérant la position d’extrême vassalité que serait celle d’un Québec indépendant vis a vis son voisin les USA, il serait illusoire de penser que nous pourrions adopter une autre attitude. Évitons les fausses attentes, on en commettra moins d’erreurs.


      Pierre JC Allard

    • Romain Desbois 1er décembre 2012 08:53

      n’tin n’tin chez les mauviettes.

      Bravo , là ca devient du grand art ! smiley

      Une telle mauvaise foi devrait bénéficier d’un prix Nobel .

      Tiens je vous décerne le 1ER prix N’tin N’tin , qui désormais décernera leprix de la mauvaise foi de l’année.

      Vous postulez déjà pour 2013 ?


    • Andreï 30 novembre 2012 10:03

      Ca va faire combien de temps que les américains tournent en rond ?

      Ils ne veulent pas la paix ainsi imposé par leur protagonistes israéliens.

      Il y eu plusieurs réunions, plusieurs conseils, une feuille de route renouvelé pour arriver au même bilan :

      -Colonisation de Jérusalem-Est et implantation de colonies en Palestine (pour pas dire Cisjordanie)

      Mais n’oublions pas qu’avec ce statut, il délibère d’un état au frontières de 1967, avec comme partie JÉRUSALEM EST comme capitale de la Palestine.

      Ça montre une énorme reconnaissance au niveau Palestinien concernant cette ville religieuse.

      Maintenant, attendons de voir la suite, car israel n’est pas décidé à se laisser faire, je les ai même trouvé trop calme les sionistes.

      En tout cas, j’ai partagé la joie que les Palestiniens ont eu hier, 138 votes pour, c’est une écrasante victoire (une abstention n’est ni considéré pour, ni contre).
      Seul les États Unis, le nouvel Allié d’israel qu’est le Canada (sans que sa population soit consulté) sont contre ce nouvel État et soit contre la paix.

      En toute logique, la Palestine est déjà un État, mais maintenant il est reconnu par l’ONU, les livres d’histoires doivent effacer israel.


      • Andreï 30 novembre 2012 10:07

        En tout cas, j’ai beaucoup ri de l’énorme claque de la communauté international envers les USA et les israéliens.

        Surtout lorsque Susan riz s’esclaffait en gueulant après le vote, en disant que c’était contre-productif, la personne devant devait avoir mal aux oreilles.


        • Romain Desbois 1er décembre 2012 08:55

          Ce qui a été improductif , c’est de donner le prix Nobel de la paix à Obama avant qu’il ne fasse ... rien.


        • Andreï 30 novembre 2012 10:10

          israel doit et devait être toujours être sanctionné, maintenant que la Palestine est un ÉTAT non membre de l’ONU, les territoires disputés deviennent des territoires occupés (sous l’égide de l’ONU) par les colons israéliens !

          Nous ne sommes plus aux années 50-60, rendez la Palestine aux Palestiniens ! le temps de l’apartheid et de la colonisation est finie !


          • Flo-rian Flo-rian 30 novembre 2012 10:17

            Une imense victoire pour le peuple Palestinien ! la route est encore longue pour eux, et je doute malhueureusement qu’Israel rende les terres volées depuis des décénies. En revanche la comunauté internationnale ne pourra logiquement plus fermer les yeux sur les agressions constantes que subissent les Palestiniens.
            J’espère que cet évènement ne se revelera pas avoir été un simple coup d’épée dans l’eau et qu’Israel payera pour sa politique expensionniste et agressive.


            • Yves Dornet 30 novembre 2012 10:20

              il faut négocier les frontières, Jérusalem...bref la reconnaissance mutuelle.

               


              • Romain Desbois 30 novembre 2012 11:42

                N’tin n’tin chez les mauviettes

                Revanchards, à cause de qui ?

                Vous qui avez été baladé de pays en contrées, chassés comme des pestiférée, juifs émissaires de tout, vous qui avez trouvé enfin asile là où vous avez décidés d’être, au mépris des humains qui vivaient là, vous avez reproduit ce que vous avez subit des millénaires !!!!!

                Vous vous marrez, certes mais jaune, très jaune .


              • Wendigo Wendigo 1er décembre 2012 17:33

                Ha ouais, ni chaud ni froid ???? vraiment ?

                Ha ha ha ha haaaaa, oui on va dire ça comme ça !

                 Trop drole ce gugus !!


              • exocet exocet 30 novembre 2012 12:19

                Jeudi, 138 états ont voté pour l’admission de la Palestine au statut d’état observateur.

                Jeudi, ce sont en tout 139 députés UMP qui ont choisi de suivre François Fillon contre Jean François Copé.


                • Romain Desbois 30 novembre 2012 12:32

                  jeudi ma grand-mère vient de fêter ses 140 ans.

                  Les saint con ni citées ca n’amuse que les enfants.

                  Désolé smiley


                • Lord WTF ! Lord Franz of the F. in S. 30 novembre 2012 13:47

                  Mon cher Matsada,

                   Il me semble que l’unilatéralisme soit une constante dans les décisions israéliennes depuis quelques années déjà : à moins que vous ne considériez que le « retrait » de Gaza, le développement des implantations israéliennes en Cisjordanie (oops…sorry Judée-Samarie…), la construction du dit "mur de sécurité" et le grignotage territorial conséquent, l’annexion de facto de la zone C, etc… soient le fruit de négociations « bilatérales » entre AP et gouvernement israélien ? 

                   Quant à la caducité des accords politique et/ou économique : cela fait déjà bien longtemps qu’ils sont eux aussi de facto caduques (par exemple : un des aspects économiques d’Oslo était la libre-circulation des travailleurs palestiniens et leur accès au marché israélien, côté politique : la durée de vie des accords d’Oslo étaient sensés être de 5 ans et non 20 ans ; tout comme d’ailleurs le traité de Camp David prévoyait la mise en place d’un état et autorité palestinienne autonomes au bout de cinq ans là aussi).

                   Bref, vous le savez pertinemment que de « processus de paix » il n’y en a pas/plus, voir même n’y en-a-t-il jamais eu réellement.

                   User de cet argument de l’unilatéralisme palestinien relève au mieux de l’hypocrisie, au pire vous vous foutez avec délectation de la gueule du monde : d’autant plus que vous savez pertinemment que ce nouveau statut ne va rien changer à la réalité du terrain, ni aux positions des néosionistes au pouvoir ; et que si l’AP décidait de reconnaître la juridiction de l’ICC (ce qui n’est pas encore à l’ordre du jour) cela serait au final bien plus contraignante pour elle que pour Israël.

                   Quant à vos prophéties apocalyptiques qui ferait du nouveau statut de la Palestine l’étincelle initiale : sur quoi vous fondez-vous pour soutenir cela ?

                   Bibi a très bien joué sa partie avec la dernière opération à Gaza : qui a court-circuité (temporairement si ce n’est à long terme) l’Iran en jouant la carte du ré-engagement égyptien (et arabe plus largement) : coupant ainsi l’Iran d’un de ses proxy (le Hamas, alors que la situation syrienne réduit la marge des mollahs, et que le Hezbollah lui doit choisir entre militantisme et institutionalisation), refilant le « bébé gazaoui » à Morsi : ce qui ne va que réduire encore plus sa marge de manœuvre : entre le marteau (militaires+réseaux d’ex-moubarakistes pro-yankee) et l’enclume (d’un côté les radicaux FM+salafistes, de l’autre l’opinion publique égyptienne palestinophile en général) : l’aspirant calife devra faire gaffe au moindre mouvement des poils de sa patriarcale barbe désormais.

                   Dans les faits, le seul intérêt de la démarche d’Abbas est de faire survivre encore quelque temps l’AP (c’est simple c’était soi ça, soit la dissolution de l’AP), tenter de conserver un  minimum de « légitimité » auprès des Palestiniens (pas dit que cela fonctionnera), et rééquilibrer un minimum la situation face au Hamas : pour le reste, fondamentalement cela ne changera rien : ce « non-événement » n’a aucune portée à l’échelle de la région : le seul qui en ait eu un a été a) la neutralisation (ou mise hors-champ) temporaire (voir définitive) de l’Iran, b) faire de Morsi le garant du Hamas avec ce que cela implique pour son cul ! 

                   

                   


                • John Eastwood 2 John Eastwood 2 2 décembre 2012 06:11

                  sympa, ca vous laisse un sacre choix pour les prochaines vacances.....


                • SEPH 30 novembre 2012 16:09

                  La Palestine a toujours existé 


                  « Nous peuples du monde… » Ce n’est pas moi qui m’enflamme, ce sont les premiers mots de la Chartre de l’ONU. Or, les Palestiniens forment un peuple. Peut-on soutenir le contraire ?
                  C’est l’un des peuples les plus anciens de notre planète, et il est assez curieux de voir les Etats-Unis s’opposer à la reconnaissance de la Palestine alors que les Etats-Unis étaient de l’herbe quand la Palestine était déjà un peuple.
                  Pour nous, peuples de la Méditerranée, la Palestine est une mère, comme l’a été la Grèce. De toute l’histoire, on a su placer la Palestine sur une carte de géographie. Alors, depuis quand les peuples souverains disparaitraient-ils ?
                  D’ailleurs, et on pourrait en rester à ce constat, ceux qui font le plus de tort à la Palestine en reconnaissent l’existence. Israël gère les territoires palestiniens par le ministère des affaires étrangères, pas par le ministère de l’intérieur. De même, ce bouillon de culture impérialiste qu’est le Conseil de Sécurité reconnaît à tous les territoires palestiniens le statut de territoires occupés, au sens de la IV° Convention de Genève. Le Conseil de sécurité a toujours dénié la moindre valeur aux déclarations d’Israël affirmant faire de Jérusalem sa capitale. 


                  La Palestine est reconnue comme Etat depuis 1922 


                  A la dissolution de l’Empire Ottoman, la Palestine était reconnue comme Etat, avec un peuple souverain et un territoire, et la carte figurait dans les traités de Sèvre et de Lausanne. Personne n’aurait envisagé de dessiner une Palestine qui n’aurait pas correspondu à la Palestine, terre façonnée par l’histoire.
                  Le régime des mandats est apparu, à la fin de la Première Guerre Mondiale, comme une manière de gérer le droit des peuples à l’autodétermination. Le droit à l’autodétermination du peuple palestinien se retrouve à l’article 22 du Pacte de la SDN.
                  L’article premier du mandat sur la Palestine donné par la SDN à la Grande-Bretagne prend acte de la souveraineté, inaliénable, du peuple palestinien, le mandataire n’ayant de pouvoir que pour la législation et l’administration : « Art. 1. - The Mandatory shall have full powers of legislation and of administration, save as they may be limited by the terms of this mandate”.
                  Le mandat n’était que d’administration, et ne pouvait modifier la substance de la souveraineté, en respectant les limites territoriales fixées par un mémorandum britannique du 16 septembre 1922, qui correspondaient aux limites de l’ancienne province de l’Empire Ottoman.
                  L’ordre juridique palestinien était déjà pleinement structuré à l’époque, et respecté par le mandataire.
                  De plus, et ce point est essentiel, la question de la souveraineté s’est posée à l’occasion du partage de la dette publique ottomane entre la Turquie et les « territoires détachés de l’Empire Ottoman ». Dans cet arbitrage rendu en 1925 par la SDN, la Turquie, la Bulgarie, la Grèce, l’Italie, l’Irak, la Transjordanie et la Palestine était placées sur un pied d’égalité. La Palestine était un Etat sous mandat, mais un Etat. 


                  En 1947, l’ONU n’a rien donné… car elle n’avait rien à donner 


                  Combien de fois faudra-t-il le rappeler… En 1947, l’ONU n’a rien donné à Israël. L’ONU était alors qu’un club de grandes puissances voulant se partager le monde, mais elle n’a rien pu faire devant l’évidence de la souveraineté palestinienne. Le document voté était une recommandation pour un plan de partage, tentant de donner un contenu à la déclaration du ministre des affaires étrangères Lord Balfour de 1917, sur la création d’un « foyer national juif », destiné à devenir la place forte des intérêts occidentaux dans la région.
                  Cette recommandation a été un acte irresponsable, permettant aux groupes armés sionistes de se déclarer comme Etat au départ du mandataire, en mai 1948, et d’engager la première grande opération militaire, la Nakba, chassant les Palestiniens de leurs terres et de leurs maisons. C’est le début de l’histoire des réfugiés, dont le droit au retour est inaliénable, face à un Etat qui a conquis un territoire par la force des armes. 


                  Et depuis ? 


                  Aujourd’hui, 127 Etats ont reconnus la Palestine comme Etat : à peu près toute l’Afrique, tout le monde musulman, toute l’Amérique du Sud, tout l’ancien bloc de l’Est, toute l’Asie.
                  La Palestine. Etat sous mandat hier, Etat sous occupation militaire aujourd’hui, mais toujours Etat… Le peuple palestinien n’a jamais renoncé. Le fait d’être sous occupation ne remet pas en cause la qualité d’Etat, lorsqu’il existe un peuple, un territoire et une organisation des pouvoirs. La RFA, ancienne Allemagne de l’Ouest, a été créée et reconnue alors qu’elle était sous occupation des puissances alliées.
                  La Palestine, malgré les mille difficultés qu’elle rencontre, est d’ailleurs un Etat très organisé. Il existe un peuple palestinien, qui vit en fonction d’un ordre juridique interne. La Palestine a d’ailleurs été le premier Etat arabe à procéder à des élections démocratiques… mais comme le résultat – victoire du Hamas – n’était pas celle prévue, les puissances occidentales ont puni le peuple palestinien. 


                  Alors, ce vote à l’ONU ? 


                  Ce soir ce vote sera acquis.
                  Juridiquement, il sera le signe d’une amélioration de l’état civil tenu par l’ONU, mais ne touchera rien d’essentiel.
                  Un Etat reconnu par 127 autres Etats, et dont les dirigeants sont reçus comme représentants légitimes par les opposants, à commencer par les US, devrait bien évidemment être membre à part entière de l’ONU. Les Etats-Unis bloquent tout, au motif qu’il faut d’abord négocier une paix globale. Ils n’avaient pas été aussi exigeants pour accueillir Israël en 1949.
                  Juridiquement, ce poste d’Etat observateur apportera quelques petits avantages fonctionnels marginaux au sein de l’ONU.
                  Mais Abbas passera toujours par le chek-point pour rentrer chez lui à Jérusalem, et il devra toujours demander l’autorisation s’il veut se rendre à Gaza. Le scandaleux accord de Paris, qui place toute l’économie palestinienne sous le contrôle israélien, ne sera pas changé d’une virgule, et la population de Gaza vivra toujours le blocus. Les services israéliens viendront toujours sur le territoire palestinien de Cisjordanie, pour procéder aux arrestations de Palestiniens. Et de nouveaux permis de construire seront donnés par les autorités israéliennes à Jérusalem-Est. 


                  Dans les difficultés que rencontre le peuple palestinien, ce plus n’est sans doute pas à négliger, s’il peut aider à l’unité. Encore une fois, c’est aux Palestiniens de choisir.

                  Mais attention à ne pas donner à ce vote plus d’importance qu’il n’en a, car les désillusions seraient cruelles.

                  Source :http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/



                  • armand 30 novembre 2012 18:46

                    Bonsoir, la punition vient de tomber, 3000 logements dans la zone colonisée Jerusalem Est dans un endroit qui va couper la Cis-Jordanie en deux, voilà la réponse, alors qui veut le paix ? smiley


                    • eau-du-robinet eau-du-robinet 30 novembre 2012 20:21

                      Devant l’assemblée générale de l’ONU, c’était il y a deux ans (le 23 septembre 2010), Barack Hussein Obama Junior avait laissé entendre que l’organisation de l’ONU accueillerait « l’an prochain » un nouveau membre, « un Etat souverain de Palestine ».

                      Hier, les Américains, les Israeliens, et 7 autres états ont voté contre le projet pour qu’on accorde à Palestine le rang d’Etat observateur à l’ONU. Une écrasante majorité de 138 états à vote pour !

                      Barak Obama est un Homme qui ne tient pas ses promesses !

                      Pourquoi Guantanamo n’est toujours pas fermé ?

                      Le 22 janvier 2009, au lendemain de son investiture, Barack Obama signe un décret décidant la fermeture du camp de la base navale de la baie de Guantanamo, à Cuba, dans un délai d’un an. Il gèle également pour 120 jours le fonctionnement des tribunaux militaires d’exception instaurés par son prédécesseur.

                      Deux ans plus tard, et près de dix ans ans après l’arrivée des premiers détenus en provenance d’Afghanistan, le camp Delta est toujours opérationnel, preuve persistante aux yeux du monde que les États-Unis ont tourné le dos au droit international et à la morale au nom de la guerre contre le terrorisme.

                      Des belles promesses non tenu qui s’inscriront dans l’histoire pèsente des américains.


                      • Romain Desbois 1er décembre 2012 08:00

                        oui si il n’y avait pas le conseil de sécurité avec son droit de véto, il ya longtemps que le problème serait réglé.

                        D’ailleurs il est temps de cesser de vivre sous les conséquences de la seconde guerre mondiale où les vainqueurs se sont partagés le monde.


                      • Gandalf Claude Simon 1er décembre 2012 05:50

                        On peut espérer que le conflit israélo-palestinien passe du militaire au politique.


                        • Wendigo Wendigo 1er décembre 2012 17:40



                           Vous auriez du dire « rêver », parce que votre espoir ne verra jamais le jour, du moins tant que la force sera du coté israelien.


                        • BlackDjai BlackDjai 1er décembre 2012 13:19

                          Pourquoi cet Etat raciste, qu’est iSSrael, voudrait-il la paix ?

                          Quand vous connaissez leur objectfs, vous ne pouvez concevoir une paix.

                          Qui rêve de frontières du Nil à l’Euphrate ? Qui rêve de Eretz iSSrael ?

                          Ensuite ils viennent vous dire, toute honte bue, qu’ils veulent la paix (en colonisant les territoires !!!!) et qu’ils ne trouvent aucun interlocuteur sérieux pour mener ces négociations.

                          L’hypocrisie, la perfidie et la lacheté ont été les moteurs de la création de ce Cancer.

                          Je pense très sincèrement que les Palestiniens devront faire comme les algériens, rentrer dans la résistance et se libérer par les armes ...... car cela fait 60 qu’ils discutent sans aucun résultat, alors que la Palestine fond comme neige au soleil.

                          Leur seul avenir possible : La résistance armée.


                          • BlackDjai BlackDjai 1er décembre 2012 13:27

                            QUELLE BONNE, QUELLE TRES BONNE NOUVELLE smiley smiley

                            "L’Assemblée générale des Nations unies a sommé vendredi Tel Aviv de remplir une série de ses exigences, notamment de se retirer des hauteurs du Golan, territoire syrien occupé par Israël en 1967, puis annexé.

                            En outre, l’Assemblée a appelé l’Etat hébreu à renoncer à Jérusalem comme capitale et à entamer un dialogue de paix avec les Palestiniens.

                            Dans une des résolutions, le principal organe de délibération des Nations unies réaffirme que "toutes les mesures et dispositions législatives et administratives prises par Israël, Puissance occupante, qui ont modifié ou visaient à modifier le caractère et le statut de la ville sainte de Jérusalem, en particulier la prétendue +Loi fondamentale+ sur Jérusalem et la proclamation de Jérusalem capitale d’Israël, étaient nulles et non avenues et devaient être immédiatement rapportées".

                            Les résolutions appropriées ont été adoptées vendredi après la reconnaissance de la Palestine en tant qu’Etat observateur à l’Onu et portent exclusivement le caractère de recommandation."


                            • shiatsulandes40 shiatsulandes40 2 décembre 2012 10:33

                              L’homme n’est pas fait pour construire des murs , mais pour construire des ponts...


                              La sagesse absente ne mène pas bien loin ....

                              • Jimmy le Toucan 2 décembre 2012 10:42

                                Statut pour quoi faire, pour se faire encore plus entuber, demandez aux rwandais


                                  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 2 décembre 2012 15:10

                                    Une nouvelle arnaque occidentale dans laquelle la France et les USA mènent leur combat idéologique par pays médiocres interposés !

                                    https://www.facebook.com/notes/mohammed-madjour/une-fausse-solution/563340553691362

                                    https://www.facebook.com/notes/me/

                                    Mohammed MADJOUR

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès