Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Pas facile d’être anti-raciste à l’ONU...

Pas facile d’être anti-raciste à l’ONU...

« Le clash est inévitable » nous assène Michel Danthe dans Le Matin Dimanche du 19 avril. Quel clash ? « Ceux qui doutent encore que la planète ne soit confrontée à ce que le politologue américain Samuel Huntington a appelé le choc des civilisations verront à l’œuvre ce qu’il signifie ». Quel est diable cet événement cataclysmique que le journaliste nous annonce avec un ton si menaçant ? La troisième guerre mondiale ? Les invasions barbares ? Non, tout simplement Durban II, la conférence internationale de l’ONU contre le racisme… Déroutant, non ?

A feuilleter Le Matin Dimanche, d’ailleurs, on se rend assez vite compte qu’il n’est pas le seul de cet avis et que la glorieuse lutte anti-raciste, d’habitude considérée très favorablement par les médias, semble être passée de mode pour quelques jours, en tout cas le temps que l’ONU lève la séance et que chacun rentre chez soi. Etrange tout de même : pour une fois que quelque chose se passe de concret au niveau international pour engager la lutte contre le racisme, nous devrions plutôt avoir envie d’applaudir, non ? Et bien non, répètent les maîtres à penser matino-dominicaux. Non, parce que cette conférence, qui se tient actuellement à Genève, accueille, entre autres chefs d’Etat, le président iranien Mahmud Ahmadinejad, et que celui-ci, en plus d’avoir le mauvais goût d’être bronzé et musulman (ce qui n’est plus très à la mode chez les anti-racistes institutionnels), a exprimé quelques réserves sur la délicatesse des autorités israéliennes en matière, justement, de droits de l’homme et de discrimination ethnique. Face à un tel outrage, nous sommes bien d’accord, la tolérance a tout de même ses limites…
 
C’est ce qui fait dire, dans le même journal, à Bernard Henri-Lévy, rhéteur de salon dépoitraillé et bien connu, que "la présence même de cet homme dans une enceinte supposée évoquer la question des droits de l’homme est une provocation insensée". Que faire, ô maître ? demande alors le journaliste, accroché aux lèvres éloquentes de l’immortel plumitif. La réponse ne se fait pas attendre : "[Il faudrait] en interdire l’accès [à la Commission des Droits de l’homme de l’ONU] à des pays notoirement dictatoriaux, criminels ou génocidaires." J’ai bien sûr d’abord cru qu’il parlait d’Israël – ce qui m’a un peu étonné de sa part – car la définition y correspondait assez bien mais en fait, non, il voulait parler de l’Iran. L’éternelle histoire de la paille et de la poutre. Toujours dans le même numéro (à croire qu’ils se sont donnés le mot), Pascal Décaillet, qui est tout de même un peu plus rigolo que BHL (lequel doit avoir en moyenne autant d’humour qu’un édito de Philippe Val), choisit le registre de l’ironie pour dénoncer ses petits camarades qui n’ont pas eu l’heur de faire preuve de la même vigilance républicaine que lui : "[Ahmadinejad] est un chef d’Etat, il doit être accueilli comme tel, c’est du moins ce que répètent à l’envi mes chers confrères pour qui la volonté, clairement affichée, de détruire l’Etat d’Israël, n’apparaît pas comme motif de bouderie sur la sublime solitude d’un tarmac". Quels vilains confrères il a, ce M. Décaillet !
 
Comme tout ça ne suffisait pas encore, on en rajoute quelques couches. Hans-Rudolf Merz était-il obligé de manger avec le président iranien lors de son arrivée à Genève ? Notre conseiller fédéral devra s’expliquer de ce manque de tact devant la communauté internationale, vocifère-t-on dans la presse. Et Micheline Calmy-Rey suivra-t-elle, comme le demandent ses maîtres, le vertueux exemple des Etats-Unis qui se sont retirés de la conférence au dernier moment ? Dans ses actualités du lundi matin, la Radio suisse-romande appelle à la barre le président de la section genevoise de la LICRA, haute instance morale s’il en est, qui nous dit en gros que lutter contre le racisme c’est bien, mais de là à serrer la main à un Iranien, c’est tout de même un peu trop demander… J’espère que Doudou Diène a bien pris note de tout ça, histoire qu’il puisse nous rappeler à l’occasion que bien des progrès doivent encore être faits en Suisse pour lutter contre les discriminations ethniques…
 
Rappelons toutefois un ou deux petits détails à ces messieurs :
 
1) Aux dernières nouvelles, il paraîtrait que les Iraniens, tout bronzés qu’ils soient, entrent également dans la définition communément admise de l’humanité. Il va falloir faire avec.
2) Contrairement à ce qui a été répété à l’envi dans tous les médias, le président Ahmadinejad n’a jamais appelé à rayer Israël de la carte ; une brève recherche sur internet vous permettra de voir que ses paroles ont été tronquées pour les besoins d’une certaine propagande.
3) Plusieurs pays occidentaux reprochaient à juste titre à certains pays musulmans de vouloir faire adopter par cette conférence contre le racisme l’interdiction de se moquer des religions ; cette requête ayant été abandonnée par ceux qui la proposaient, il n’y a plus aucune raison de les ostraciser de la réunion.
4) Il est de notoriété publique que Tsahal et le gouvernement israélien se sont rendus et se rendent toujours coupables de crimes de guerre et de crimes racistes ; la dénonciation de ces crimes a sa place toute désignée dans cette conférence de Durban II.
5) Si on exclut tous les "mal-pensants" de cette réunion, on risque de se retrouver juste entre Occidentaux blancs et ça ne ferait pas très joli sur la photo pour une conférence internationale contre le racisme…
 
Voilà, c’est tout.

Moyenne des avis sur cet article :  4.4/5   (53 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • Antoine Diederick 21 avril 2009 10:51

    Le perse, là [Ahmadinejad] vient de rendre un très grand service à la communauté internationale en torpillant la conférence....c’est un génie ce type !  smiley


    • magrof 21 avril 2009 11:11

      L’Etat d’Israël est le seul Etat qui reste de nature racicte et apartheid. Il a été dénoncé. L’objectif de Durban II a été justement de combattre le racicsme et ses causes actuelles.

      La dénonciation de l’Etat d’Israël à Durban II sauvera certainement du masacre immente l’ensemble de la population palestiniennes que la Tshal prépare à expulser vers la Jurdanie.

      Merci 1 million de fois donc à ce courageux homme politique Perse. Encore les Pereses pour venir en aide aux déshérités du Jérusalème.


      • Soufiane Djilali Soufiane Djilali 21 avril 2009 12:24

         Le peuple juif, porteur d’une culture différenciatrice des humains - terreau du racisme -, adepte par croyance religieuse de la pureté raciale et instruit de ses souffrances historiques s’est engagé dans un processus de volonté de puissance, méthodique et rationalisé, qui dévoile sa profonde anxiété et son sentiment d’extrême vulnérabilité.

        Son incroyable arrogance, son insolence vis-à-vis de la communauté internationale, sa dénégation de toute liberté au peuple palestinien, sa guerre cruelle, acharnée et impitoyable qu’il mène contre une population enfermée, affamée et désarmée tient, à n’en pas douter, plus du pathologique que de la raison d’Etat. Sa quête inlassable de la sécurité absolue révèle non seulement un aveuglément stratégique, un manque flagrant de profondeur historique mais aussi un désarroi existentiel névrotique.

        Pour atteindre ses objectifs, tout comme le nazisme, le sionisme doit passer par la perversion des propres valeurs morales de sa nation, entraînant son peuple dans l’infamie et le déshonneur qui se retourneront, sans aucun doute, contre lui.

        Tôt ou tard, la conscience juive demandera des comptes à ceux qui l’auront menée à la déchéance morale et au désastre historique.


        • Echo Echo 21 avril 2009 12:59

          Seule la Verite blesse

          J’ai 54 ans et ai toujours soutenu Israel. Mais depuis les dernieres attaques sur le Liban et les tueries de Gaza, j’etais beaucoup plus circonspect suite au constat que ce pays se permet d’utiliser la terreur contre ses opposants.
           
          Dernierement, les declaration de B. Netanyahu, exigeant qu’Israel soit reconnu comme l’Etat du seul peuple juif, m’ont definitivement fait comprendre qu’Israel est bien un Etat raciste, colonialiste et segregationiste.

          Je suis donc au regret de devoir admettre que c’est faute d’arguments a renvoyer au president iranien que certains laches ont pris la fuite en quittant la salle.

          Les negationistes ne seraient-ils pas, precisement, ceux qui refusent de voir cette realite ?


          • baska 21 avril 2009 13:08

            Peut-on qualifier d’antisémite un président qui a dit en substance dans son discours que le racisme doit être dénoncer et que nous avons besoin de construire un nouveau monde basé sur la base de l’amitié et du respect mutuel ?
            Les racistes sont à mon avis les soit-disants défenseurs de la liberté d’expression qui réfusent d’entendre les opinions du peuple non-occidental.


            • fonzibrain fonzibrain 21 avril 2009 13:12

              quid

              comment faire pour critiquer israél sans passer pour un antisémite ?

              comment défnir un état qui occuppe et opprime depuis 60 ans tout un peuple ?

              comment définir une armée qui tue 400 enfants ?

              comment défrnir un état qui en détenant 200 têtes nucléaires viole les traités internationaux ?






              • Shahin Shahin 21 avril 2009 13:52

                quid

                comment faire pour critiquer l’obscurantisme de l’islam sans passer pour un facho d’extrème droite ?

                comment définir un état qui tue opposants politiques, homosexuels et apostats ?

                comment définir une armée idéologique qui va chercher les enfants à la sortie des écoles pour les envoyer au front ?

                comment définir un état qui pratique le terrorisme international depuis 30 ans ?

              • -=[SPY]=- -=[SPY]=- 22 avril 2009 17:55
                • « comment définir une armée idéologique qui va chercher les enfants à la sortie des écoles pour les envoyer au front ? »

                 de la même manière israel embrigade ses enfants. de la meme manière aux usa on envoi les enfants a la guerre, on va les cueuillir de préference dans milieux pauvre. on promet aux sans papier, la GREEN CARD si ils vont aux front !
                Sa marche pareille dans tout les pays aux monde ! Fais pas ton choqué !
                • « comment définir un état qui tue opposants politiques, homosexuels et apostats ? »

                israel tue ses opposants politiques, tue même ceux des autres pays, tues des manifestants pacifiques,tue des journalistes, tue des enfants, tue des femmes, tue des viellard, tue les journalistes d’autre pays, tue les scientifiques d’autres pays, tue, tue , et encore tue...

                l’irant ne tue pas les homosexuelles a la première heure. sont condamnées que ceux qui pratiquent la sodomie par deux fois. La première fois ils reçoivent des coups de fouet, et ils sont relâchés....j’approuve pas spécialement la rudesse de la méthodes, mais c’est graduelle, et le pardon n’est pas écarté !
                De plus pour un pays que tu accuse d’obscurantiste Shahin-jan en iran tu as le droits de changer de sex ! on te file même une nouvelle carte d’identité !

                http://www.youtube.com/watch?v=XlbzuZ_50mU
                http://www.youtube.com/watch?v=xFUsSpcZjW0
                http://www.youtube.com/watch?v=vD5kzNJewG4
                http://www.youtube.com/watch?v=l0aEo59c7zU


                Maintenant en france rien ne t’empeche de critiquer l’iran, au contraire les gens vont te trouver meme tres interessant : « ah ! voila un iranien qui critique son propre pays, qui ne bat pas sa femme, qui n’est pas musuleman, qui se rase !!! qui ressemble pas a un arabe ! en bref qui a honte de son pays ! que c’est mignion... »diront les gens.
                Par contre critiquer israel... JAMAIS ! Antisémite va ! te diront les gens ! musulman va ! (oui oui, musulman c’est une insulte faut croir !)

              • Shahin Shahin 23 avril 2009 21:40

                Êtes vous mentalement sain ?


              • Shahin Shahin 23 avril 2009 21:47


                1 - Vous êtes d’une puérilité navrante !!!! Je ne critique pas mon pays mais le gouvernement qui ne se gêne pas pour détruire l’identité culturelle de mon pays avec une religion qui n’est pas la nôtre...


              • clostra 21 avril 2009 13:32

                Terriblement incroyable : le président iranien s’explique, qui empêchait le suivant de dénoncer ce qui se passe en Iran ? personne (ils étaient tous partis)

                Alors, il est des sujets que, pauvres humains, nous ne pouvons aborder sans commencer par battre - tous ensemble - sa coulpe.

                Ensuite, tout le monde ayant reconnu qu’à défendre son territoire (au sens le plus large possible), on fait des exclus (au sens le plus large possible) peut s’ouvrir un nouvel horizon selon lequel sur le mode du principe de réalité, les humains qui composent les états peuvent - doivent ? - encore progresser. .

                Ô toi l’étranger qui sans façon...


                • Shahin Shahin 21 avril 2009 13:46

                  "Contrairement à ce qui a été répété à l’envi dans tous les médias, le président Ahmadinejad n’a jamais appelé à rayer Israël de la carte ; une brève recherche sur internet vous permettra de voir que ses paroles ont été tronquées pour les besoins d’une certaine propagande."

                  Pour votre info, voici la déclaration d’Ahmadinejad :
                   امام عزيز ما در مبارزه خود با دنياي استكبار نقطه مركزي و فرماندهي قرارگاه دشمن يعني رژيم اشغالگر قدس را هدف گرفتند و من ترديد ندارم كه موج جديدي كه در فلسطين عزيز به راه افتاده و امروز در دنياي اسلام نيز شاهد آن هستيم كه موجي از معنويتي است كه سراسر دنياي اسلام را
                  فراگرفته و به زودي اين لكه ننگ را از دامان دنياي اسلام پاك خواهد كرد و اين شدني است

                  traduction :
                  Notre cher imam [Khomeini] a ordonné que le régime occupant Al-Qods devait être rayé de la face du monde . Voila une sage déclaration. Le problème de la Palestine n’est pas un problème sur lequel nous pourrions accepter un compromis… Cela signifierait notre échec. Quelqu’un qui reconnaîtrait cet état [d’Israël] a mis sa signature sous l’échec du monde Islamique.


                  • Internaute Internaute 21 avril 2009 18:12

                    Vous faites comment pour étaler des vermicels avec l’éditeur ? Belle prouesse.


                  • Shahin Shahin 21 avril 2009 19:35

                    Hélas non, la mise en page n’est pas terrible ... et l’éditeur en a tronqué une partie


                  • Jim 21 avril 2009 14:25

                    La notion même de « Peuple Elu » n’est-elle pas raciste ?


                    • miwari miwari 21 avril 2009 15:45

                      1) Je suis juif ashkenaze et ma famille vit depuis des siècles en europe, la loi israélienne me permet-elle d’émigrer dans ce pays et d’ y obtenir la nationalité et la citoyenneté ? oui

                      2) Je suis palestinien et j’ai été chassé de mon village en 1948, mes ancêtres y vivaient depuis près de 2000 ans , la loi israélienne me permet elle d’ y retourner ? non

                      3) la loi israélienne est-elle raciste ?

                      à chacun d’en juger


                      • Julius Julius 21 avril 2009 16:44

                        Beaucoup de pays ont la même politique. Même en Europe. Les Allemands expulsés de la République Tchèque et la Pologne, les Magyars expulsés de Slovaquie, les Polonais expulsés de Russie , etc etc etc Ils n’ont pas droit au retour.

                        Dans le même temps, tous les Hongrois vivant en Slovaquie (depuis centaines d’années) ont le droit de devenir citoyens de la Hongrie, la même pour les Russes vivant dans le monde entier, etc etc etc

                        Il ya des millions de gens comme ça ! Mais personne ne parle d’eux. Pourquoi il n’ya pas de camps de réfugiés en Bavière pour les Allemands expulsés de la République tchèque ? Pourquoi il n’ya pas de missiles Al’Poland sur la frontière entre la Russie et la Pologne ? Pourquoi pas des terroristes suicide à Moscou ou à Prague ? Pourquoi tout ce qui existe seulement en Palestine ? Oui les Palestiniens ont souffert. Mais d’autres ont également souffert. Mais la souffrance des Palestiniens peut être attribuée à Israël. C’est tout.


                      • abdelkader17 21 avril 2009 16:28

                        Israel massacre les palestiniens rien aucune réaction ni des médias ni des hommes d’états
                        occidentaux.
                        Un courageux perse déclare que cet état est raciste et qu’il viole quotidiennement les droits humains c’est la levée de bouclier et le prétendu antisémitisme qui refait surface.
                        Elle est belle la démocratie !


                        • Internaute Internaute 21 avril 2009 18:09

                          J’aime votre article. C’est quoi au juste un intellectuel déclassé ? Quelqu’un qui refuse de rentrer dans le moule de la bien-pensance obligatoire ?

                          Je savoure le point marqué 3. C’est vraiment se moquer des gens. Les puissances occidentales sont satisfaites qu’on retire la condamnation de propos anti-religieux. Pourtant, les pays occidentaux ont tous passés des lois qui punissent ceux qui critiquent les juifs. Ce sont les fameuses loi contre le délit d’opinion et de délit de lèse-juif. Ce qui devient intéressant c’est que lorsqu’on dit des juifs qu’ils constituent une nation, immédiatement ceux-ci se défendent (comme Doctory) en nous disant qu’être juif c’est appartenir à une religion et rien d’autre.

                          Donc, en suivant ce tortueux labyrinthe on arrive à la conclusion qu’il est interdit de critiquer la religion juive mais qu’heureusement on peut continuer à chier sur le pape et à caricaturer Mahommet.

                          Encore une fois, il y a un droit à deux vitesses, ce qui est totalement inacceptable dans des Etats qui se disent démocratiques. Dans la Constitution française il est écrit dés le début que les citoyens sont égaux devant la loi mais dans les faits c’est faux.

                          Il serait temps que les juifs se rendent compte (heureusement il y en a beaucoup qui ont déjà franchi ce pas), que de telles manoeuvres ne leur apporte aucun avantage et que par contre cela crée des ressentiments profonds et suscite un réel rejet. C’est comme cela que se fomente l’anti-sémitisme.
                          J’attends une réponse à une question simple - pourquoi nos hommes politiques leurs donnent-il des droits que n’ont pas les autres citoyens ?


                          • Shaytan666 Shaytan666 21 avril 2009 18:24

                            Quelles sont les lois françaises ou belges qui interdisent de critiquer la religion juive ????
                            Les seuls lois existantes sont celles qui condamnent le révisionnisme et la négation de la shoah.
                            Heureusement chez nous, le délit de blasphème n’existe plus, je sais que certains voudraient le remettre à l’ordre du jour.
                            Les certains viennent bien entendu des trois religions monothéistes.


                          • Terminatux 21 avril 2009 19:39

                            Critiquer la religion juive c’est une chose, critiquer les juifs pour le seul motif qu’ils le sont en est une autre et ça a un nom : l’antisémitisme.


                          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 21 avril 2009 18:14

                            Ce site s’est fragmenté et n’est plus agréable à lire. Je suis heureux d’avoir déjà dit tout ce que j’avais à dire sur la question d’Israel. Je résume néanmoins. Il n’y a aucune justification morale à l’État d’Israel et, tôt ou tard il disparaîtra. Rien à voir avec l’existence du peuple juif qui en a vu d’autres et pour lequel j’éprouve une grande sympathie, mais donc le coeur bat évidemment dans la diaspora. Clair ?



                            Pierre JC Allard


                            • Shaytan666 Shaytan666 21 avril 2009 18:26

                              Voilà encore un qui prend ses désirs pour des réalités. smiley


                            • coco coco 21 avril 2009 18:37

                              Le peule juif terreau du racisme ?

                              Le jugement du conflit israëlo-palestinien est bien plus délicat qu’il ne parait. En effet, il s’agit avant tout d’une guerre religieuse et non politique ainsi critiquer, traiter de raciste tel ou tel peuple est bien plus ardu qu’il ne parait.
                              Seulement nous sommes en démocratie donc nous partons du fait que chacun a le droit de s’exprimer librement, chose essentielle mais qui, ne nous voilons pas la face, n’existe que dans nos pays !!
                              Alors lorque les pays Européens se sont levés, la France en tête, pendant que d’autres hués à gorge déployée le discours du « héraut perse » comme certains le surnomment, je n’ai pas vu en soit une transgression au droit d’expression mais plutôt une censure bien méritée d’un didacteur réellement bien raciste.
                              Et c’est un fait ! Combien de fois les défenseurs des droits de l’homme sont montés au créneau en dénonçant le régime totalitaire Iranien... Donc murmurer, chuchoter à voix basse « Il n’a pas tort sur certains points » n’est ce pas s’auto-octroyer des oeillères ?
                              Et observons la réelle cause de la polémique : émane t-elle du discours en lui même ou de celui qui l’a prononcé ?


                              • Shaytan666 Shaytan666 21 avril 2009 18:51

                                Vous avez mis le doigt sur le nœud du problème, ce n’est pas le discours qui pose vraiment polémique mais la personne qui l’a prononcé.
                                Venant du président d’un pays où tous les jours les droits de l’homme et surtout de la femme sont bafoués, où l’on pend les homosexuels à des grues, où les femmes sont condamnées pour avoir été violée et dans le plus mauvais des cas également pendues à une grue, où l’opposition n’a pas le droit de cité, où les femmes même étrangères et non-musulmanes sont obligées de se voiler, etc....
                                C’est l’hôpital qui se fout de la charité.


                                • socrate75 socrate75 22 avril 2009 13:12

                                  Avant de regarder chez les autres il faut balayer devant sa porte car chez nous il n’y a pas de femmes battues, violées, ... des enfants volés, violés, sequestrés, ....


                                • fred evers 21 avril 2009 19:52

                                  L’antiracisme occidental n’est qu’une posture idéologique vite contredite par les faits. Fait au rang desquels le soutien inconditionel aux juifs racistes. On finit par en sourire tellement l’occident et ses élites intellectuelles se caricaturent éhontément. Quant aux médias de la libre expression des démocraties élues par elles-mêmes au statu de guide suprême de la pensée universelle, ils désinforment avec un aplomb toujours plus surréaliste.


                                  • alceste 22 avril 2009 10:32

                                    1) Utiliser des termes comme « occidental »,« l’occident » revient à adopter les oppositions très schématiques de Samuel Huntington, ce qui peut difficilement faire avancer le débat sur le racisme et les droits de l’homme.

                                    2) on ne voit pas pourquoi ce que vous appelez « l’antiracisme occidental » devrait se résumer aux gesticulations de BHL.

                                    3) imaginer que le président Mahmud Ahmadinejad, qui instrumentalise la cause palestinienne à son profit, puisse être une référence convaincante en matière de droits de l’homme est assez amusant.


                                  • socrate75 socrate75 22 avril 2009 13:08

                                    Et dire que Kouchner et compagnie ont le culot de parler de LA LIBERTE D’EXPRESSION : c’est quoi la liberté d’expression ?


                                    • Shahin Shahin 23 avril 2009 21:39

                                      Êtes vous mentalement sain ?


                                      • Xerxès Xerxès 25 avril 2009 20:23

                                        C’est une habitude de critiquer Ahmadinejad sans avoir daigné lire ou écouter ce qu’il a dit. S’il a raison sur un sujet c’est bien celui-ci. Voici mot à mot son discours explosif :

                                        M. le président, 
                                        M. le secrétaire général des Nations Unies, 
                                        Mesdames et messieurs,

                                        Nous sommes ici réunis, suite à la Conférence de Durban contre le racisme et les discriminations raciales, afin de nous accorder sur des lignes pratiques dans le cadre de notre campagne sacrée et humanitaire. 
                                        Au cours des derniers siècles, l’humanité a connu d’immenses souffrances et douleurs. Au Moyen-âge, les penseurs et scientifiques étaient condamnés à mort. Une période d’esclavage et de commerce d’êtres humains lui succéda, lorsque des innocents par millions furent capturés et séparés de leur famille et de leurs proches pour être conduits en Europe et en Amérique. Ce fut une période sombre qui connut également son lot d’occupations, de pillages et de massacres d’innocents.

                                        De nombreuses années s’écoulèrent avant que les nations ne se soulèvent et combattent pour leur liberté. Elles sacrifièrent des millions de vies pour expulser les occupants et proclamer leur indépendance. Cependant les pouvoirs autoritaires imposèrent rapidement deux guerres mondiales en Europe, qui dévastèrent en outre une partie de l’Asie et de l’Afrique et causèrent la mort d’environ cent millions de personnes, laissant derrière elles une dévastation sans précédent. Si seulement nous avions retenu les leçons des oppressions, de l’horreur et des crimes de ces guerres, un rayon d’espoir aurait illuminé l’avenir. Les puissances victorieuses se sont proclamées conquérantes du monde, tout en ignorant ou en minimisant les droits des autres nations par l’imposition de lois et arrangements.

                                        [Déguisés en clowns, trois militants de l’Union des étudiants juifs de France introduits avec l’aide de la délégation diplomatique française, apostrophent l’orateur avant d’être évacués par le service de sécurité des Nations Unies.]

                                        Mesdames et Messieurs,

                                        Portons notre regard sur le Conseil de sécurité des Nations Unies, qui figure parmi les héritages de la Première et de la Seconde Guerre mondiale. Quelle était la logique de l’auto-attribution du droit de véto par les grandes puissances ? Comment une telle logique peut-elle s’accorder avec les valeurs humanitaires ou spirituelles ? Se pourrait-il qu’elle soit en conformité avec les principes reconnus de la justice, de l’égalité devant la loi, de l’amour et de la dignité humaine, ou plutôt ceux de la discrimination, de l’injustice, de la violation des droits humains ou de l’humiliation de la majorité des nations ? Ce conseil est le centre de décision mondial le plus important pour la défense de la paix et de la justice internationales. Comment s’attendre à l’avènement de la paix et de la justice lorsque la discrimination est légalisée et que l’origine des lois est dominée par la coercition et la force plutôt que la justice et le droit ?

                                        En dépit du fait qu’aujourd’hui de nombreux défenseurs du racisme condamnent la discrimination raciale par les mots et les slogans, des grandes puissances ont été autorisées à décider pour les autres nations, se basant sur leur propre intérêt et comme elles seules l’entendent. Elles peuvent facilement ridiculiser et enfreindre toutes les lois et valeurs humanitaires, comme elles l’ont montré.

                                        Après la Seconde Guerre mondiale, elles ont eu recours à l’agression militaire pour priver de terre une nation entière, sous prétexte des souffrances juives et des abus sur la question de l’Holocauste. Elles ont envoyé des migrants d’Europe, des États-Unis et d’autres parties du monde afin d’établir un gouvernement intégralement raciste en Palestine occupée et, de fait, à titre de compensation pour les graves conséquences du racisme en Europe, elles ont aidé à hisser au pouvoir les individus les plus cruels et les racistes les plus répressifs en Palestine.

                                        Le Conseil de sécurité a contribué à la stabilisation du régime sioniste et a soutenu les sionistes durant les soixante dernières années, leur donnant un feu vert pour poursuivre leurs crimes.

                                        [Les ambassadeurs des États membres de l’Union européenne quittent la salle tandis que fusent les applaudissements des uns et les huées des autres]

                                        Il est d’autant plus regrettable qu’un certain nombre de gouvernements occidentaux, avec les États-Unis, se soient engagés à défendre ces individus racistes responsables de génocide, alors même que la conscience éveillée et les esprits libres du monde entier condamnent les crimes sionistes d’agression, de massacres et autres brutalités commises lors des bombardements de civils à Gaza. Ces gouvernements ont toujours soutenu ou sont restés silencieux face aux actes infâmes du régime sioniste. Fort malheureusement la raison de leur soutien et de leur silence est que le sionisme égoïste et barbare est parvenu à pénétrer profondément leur structure politique et économique, ce qui inclut leur législation, leurs médias de masse, leurs entreprises, leur système financier et leurs agences de sécurité et de renseignement. Ils ont imposé leur domination au point que rien ne puisse être fait contre leur volonté. Dans certains pays, même les changements de gouvernement ne font jamais fléchir le soutien aux sionistes, bien qu’ils soient tous conscients de leurs crimes : cela est en soi fort regrettable.

                                        Tant que la domination sioniste se maintiendra, de nombreux pays, gouvernements et nations ne seront jamais en mesure de jouir de la liberté, de l’indépendance et de la sécurité. Tant qu’ils seront au sommet du pouvoir, la justice ne triomphera jamais dans le monde et la dignité humaine continuera d’être offensée et piétinée. 
                                        Il est grand temps que l’idéal du sionisme, qui constitue le paroxysme du racisme, soit brisé.

                                        Chers délégués, Mesdames et Messieurs,

                                        Quelles sont les causes profondes de l’attaque U.S. contre l’Irak ou l’invasion de l’Afghanistan ? Quel était le mobile de l’invasion de l’Irak, en dehors de l’arrogance de l’administration U.S. d’alors et de la pression croissante, exercée par les détenteurs de richesse et de pouvoir, visant à étendre leur sphère d’influence par la défense des intérêts des grands fabricants d’armes, de l’annihilation d’une culture noble de milliers d’années d’histoire, de l’élimination d’une menace potentielle et concrète en provenance des pays arabes vis-à-vis du régime sioniste usurpateur, du contrôle et du pillage des ressources énergétiques du peuple irakien ? Pourquoi en effet près d’un million de personnes ont été déplacées et ont perdu leur logement ? Pourquoi en effet le peuple irakien a-t-il subi d’énormes pertes s’élevant à plusieurs centaines de milliards de dollars et pourquoi des centaines de milliards de dollars ont-ils été pris au peuple états-unien en conséquence de ces actions militaires ? L’action militaire contre l’Irak n’a-t-elle pas été planifiée par les sionistes et leurs alliés de l’administration U.S. d’alors, avec la complicité des grands fabricants d’armes ?

                                        L’invasion de l’Afghanistan a-t-elle restauré la paix, la sécurité et le bien-être économique dans ce pays ? Les États-Unis et leurs alliés ont non seulement échoué à limiter la production de drogue en Afghanistan ; les cultures illicites de narcotiques se sont multipliées durant leur présence. La question essentielle est : quelle était la responsabilité et le travail de l’administration U.S. d’alors et de ses alliés ? Représentaient-ils les États du monde ? Ont-ils été mandatés par eux ? Ont-ils été autorisés, au nom des peuples du monde, à interférer aux quatre coins de la planète, et bien entendu particulièrement dans notre région ? Ces mesures ne constituent-elles pas un exemple clair d’égocentrisme, de racisme, de discrimination ou d’atteinte à la dignité et à l’indépendance des nations ?

                                        Mesdames et Messieurs,

                                        Qui est responsable des crises économiques actuelles ? Où les crises ont-elles commencées ? En Afrique ? En Asie ? Ou alors cela venait-il d’abord des États-Unis, s’étendant ensuite à l’Europe et à leurs alliés ? Ils ont longtemps imposé, par leur pouvoir politique, leurs règles économiques inéquitables à l’économie internationale. Ils ont imposé un système financier et monétaire dépourvu de mécanisme régulateur international adapté à des nations et gouvernements n’ayant aucune influence sur ses orientations et politiques. Ils n’ont même pas autorisé leurs citoyens à superviser ou contrôler leur politique financière. Ils ont imposé toutes leurs lois et règlementations, en dépit de toutes les valeurs morales, seulement pour protéger les intérêts des détenteurs de richesses et de pouvoir. Ils ont de plus donné une définition de l’économie de marché et de la compétition privant de nombreux États des possibilités offertes à d’autres dans le monde. Ils ont même transféré leurs problèmes à d’autres ; infectant leur économie avec des milliers de milliards de dollars de déficit budgétaire alors que la vague de crise sévissait. Et aujourd’hui ils injectent des centaines de milliards de liquidités provenant des poches de leur propre peuple dans les banques, entreprises et institutions financières en faillite, rendant la situation de plus en plus compliquée pour leur économie et leur peuple. Ils pensent uniquement à protéger leur pouvoir et leur argent ; ils ne se soucient guère des peuples du monde, ni même du leur.

                                        M. le président, 
                                        Mesdames et Messieurs,

                                        Le racisme est enraciné dans le manque de connaissances concernant la vérité de l’existence humaine comme créature choisie par Dieu. Il est aussi le produit de sa déviation du véritable chemin de la vie humaine et du devoir de l’humanité dans le monde de la création. L’absence de vénération consciente de Dieu, l’incapacité à réfléchir à la philosophie de la vie ou au chemin de la perfection, toutes ces entorses aux principales composantes des valeurs divines et humaines ont réduit le champ de vision de l’humanité, faisant des intérêts limités et individuels sa seule boussole. C’est pourquoi les cellules du pouvoir maléfique ont pris forme, puis étendu leur contrôle en privant les autres de chances équitables et justes. Le résultat a été l’élaboration d’un racisme débridé constituant la menace la plus sérieuse pour la paix internationale.

                                        Sans aucun doute, le racisme est le symbole d’une ignorance profondément enracinée dans l’histoire, et il s’agit en effet d’un signe de frustration dans le développement de la société humaine. Il est donc extrêmement important de resituer les manifestations de racisme dans les situations ou les sociétés où l’ignorance, le manque de connaissances prévalent. Cette conscience et cette compréhension générales de la philosophie de l’existence humaine est le principal combat contre de telles manifestations. La clé pour comprendre la vérité selon laquelle le genre humain est centré sur la création de l’univers est un retour aux valeurs morales et spirituelles, et finalement la volonté de vénérer Dieu le tout-puissant. La Communauté internationale doit initier des actions collectives pour susciter la prise de conscience dans les sociétés souffrant toujours de l’ignorance du racisme, de manière à mettre un terme à la propagation de ces malveillantes manifestations.

                                        Chers amis,

                                        Aujourd’hui la communauté humaine est confrontée à un genre de racisme qui a terni l’image de l’humanité au début du troisième millénaire. Le mot « sionisme » incarne un racisme qui a faussement recours à la religion et abuse du sentiment religieux pour cacher sa haine et son horrible visage. Il est cependant très important de souligner les objectifs politiques de certaines des puissances mondiales et ceux qui contrôlent des intérêts économiques, des richesses énormes dans le monde. Ils mobilisent toutes leurs ressources, dont leur influence économique, politique et médiatique mondiale pour apporter leur soutien au régime sioniste et s’efforcent singulièrement d’atténuer l’indignité et la disgrâce de ce régime. Ce n’est pas uniquement une question d’ignorance et il est impossible de dompter de tels phénomènes par de simples messages culturels. Des efforts doivent être déployés afin de mettre un terme aux abus, par les sionistes et leurs soutiens, à l’encontre de la volonté politique et internationale et, en respect de la volonté et des aspirations des nations, les gouvernements doivent être encouragés et soutenus dans leurs combats visant à éradiquer ce racisme barbare, à avancer vers une réforme des mécanismes internationaux actuels. 
                                        Vous êtes, sans aucun doute, tous informés des complots de certains pouvoirs et des cercles sionistes contre les objectifs et les aspirations de cette conférence. Malheureusement beaucoup d’informations peuvent être diffusées dans un but de soutien au sionisme et à ses crimes, et il en va de la responsabilité des honorables représentants des nations de faire le jour sur ces campagnes qui sont en opposition avec les valeurs et principes humains.

                                        Il devrait être admis que le boycott d’une telle conférence, d’une étendue internationale exceptionnelle, est une réelle indication du soutien à cet exemple manifeste de racisme. En défendant les Droits de l’homme, il est d’une importance capitale de défendre également les Droits des nations à participer équitablement à tous les processus de prise de décisions internationaux importants, hors de l’influence de certaines puissances mondiales. En second lieu il est nécessaire de restructurer les organisations internationales existantes et leur agences respectives. Cette conférence constitue ainsi un test et l’opinion publique mondiale nous jugera aujourd’hui et demain.

                                        M. le président,

                                        Le monde connaît des bouleversements fondamentaux. Les relations de pouvoir sont devenues si ténues et fragiles. Nous pouvons désormais entendre le bruit des piliers de l’oppression mondiale se fissurant. Les grandes structures politiques et économiques sont au bord de l’effondrement. Les crises politiques et sécuritaires s’intensifient. La crise émergente de l’économie mondiale, au sujet de laquelle il est difficile de faire d’heureux pronostics, démontre amplement la réalité des changements mondiaux profonds qui se manifestent de façon croissante. J’ai beaucoup insisté sur la nécessité de corriger la mauvaise direction dans laquelle le monde est aujourd’hui dirigé. J’ai également mis en garde contre les sévères conséquences si nous remettons à plus tard cette responsabilité cruciale. Aujourd’hui, dans le cadre de cet auguste et bénéfique événement, j’aimerais déclarer à tous les dirigeants et penseurs présents à cette conférence et engagés pour la cause de la paix, de la liberté, du progrès et du bien-être humain que la gouvernance inéquitable et injuste du monde arrive maintenant au bout du chemin. Cette issue était inévitable sachant que la logique de cette gouvernance imposée était oppressive. La logique de prise en main collective des affaires globales est en revanche basée sur de nobles aspirations se concentrant sur l’être humain et la suprématie du Dieu tout-puissant. Elle bute donc contre toute politique ou plan allant à l’encontre des intérêts des nations. La victoire du bon contre le mauvais et la mise en place d’un système mondial juste sont la promesse de Dieu et de ses messagers, et elle constitue un but commun pour les êtres humains des différentes sociétés et générations au cours de l’histoire. 
                                        L’avènement d’un tel avenir dépend de la connaissance de la création et représente la foi dans le cœur de tous les croyants. La réalisation d’une société globale est de fait l’accomplissement d’un système commun global dirigé avec la participation de toutes les nations du monde à tous les niveaux de prise de décision et au trajet certain vers ce but sublime. Les capacités scientifiques et techniques, ainsi que les technologies de communication, ont contribué à l’émergence d’une compréhension commune et répandue de la société humaine et ont posé les fondations essentielles à un système commun. Il incombe maintenant à tous les intellectuels, penseurs et dirigeants du monde d’assumer leur responsabilité historique avec la ferme conviction qu’il s’agit de la bonne direction.

                                        Je souhaite en outre insister sur le fait que le libéralisme occidental, comme le communisme, connaît son crépuscule car il a échoué à percevoir la vérité du monde et de l’humanité telle qu’elle est. Il a imposé ses propres aspirations et sa propre direction aux êtres humains sans tenir compte des valeurs humaines et divines, la justice, la liberté, l’amour ou la fraternité, a réduit la vie à une intense compétition au service des intérêts matériels individuels et de groupe. Nous devons tirer les enseignements du passé en initiant des efforts collectifs pour relever les défis actuels. Dans cette perspective et pour conclure mon propos, je souhaiterais attirer votre aimable attention sur deux points importants :

                                         Il est absolument possible d’améliorer la situation mondiale existante. Cependant, force est de constater que cela n’est réalisable que par la coopération de tous les États afin de tirer le meilleur des capacités du monde. Ma participation à cette conférence est à mettre sur le compte de mes convictions concernant ces problèmes importants et à notre responsabilité commune pour la défense des droits des nations contre le sinistre phénomène qu’est le racisme.

                                         Une fois constatée l’inefficacité des systèmes politiques, économiques et de sécurité internationaux actuels, il est nécessaire de se concentrer sur les valeurs divines et humaines et en se référant à la véritable définition de l’humanité, basée sur la justice et le respect des droits dans le monde entier, sur l’admission des mauvaises pratiques dans la gouvernance mondiale passée, pour entreprendre des mesures collectives afin de réformer les structures existantes. Dans cette optique, il est essentiel de réformer rapidement la structure du Conseil de sécurité, ce qui implique de mettre fin au droit de veto discriminatoire et de réformer le système financier et monétaire mondial actuel. Il est évident que le manque de compréhension du caractère urgent de la nécessité de changement n’a d’égal que les coûts beaucoup plus conséquents de toute remise à plus tard de ces questions.

                                        Chers amis,

                                        Avancer vers la justice et la dignité humaines est comme suivre le rapide courant d’une rivière. N’oublions pas l’essence de l’amour et de l’affection. L’avenir radieux de l’être humain est un bien précieux pouvant servir notre cause en nous rassemblant pour ériger un monde nouveau empli d’amour, de fraternité et de bénédiction. Un monde dépourvu de pauvreté et de haine, méritant la bienveillance renouvelée du Dieu tout-puissant et le juste encadrement de l’être humain parfait. Joignons tous nos mains dans l’amitié en accomplissant notre part dans la réalisation d’un monde meilleur comme celui-là.



                                        • Ramila Parks Ramila 26 avril 2009 16:30

                                          Article brillant
                                          merci David !


                                          • nightflight nightflight 26 avril 2009 23:44

                                            Beaucoup problèmes du monde actuel tiennent au fait que la propagande est toujours aussi reine que dans le passé, mais qu’il faut à présent l’accommoder à la sauce de la communication moderne.

                                            Bien des pays sont en guerre et s’assoient régulièrement sur les valeurs éthiques.

                                            Lorsque l’on a fait le tri, on se rend compte que l’on peut quasiment systématiquement renvoyer les protagonistes dos à dos, tant l’argumentation d’un camp et de l’autre ne tient pas.

                                            Ce que je vois, concernant l’Iran et Israël, puisque bien des débats tournent autour de ces deux états, sont les choses suivantes :

                                            IRAN

                                            - Soutient le Hezbollah et le Hamas en sous main
                                            - Organise des congrès révisionnistes à la Shoah 
                                             (Mais que vient foutre le révisionnisme dans les problèmes actuels du moyen orient)
                                            - Organise couramment des actes terroristes en Irak
                                            - Etc.

                                            ISRAËL

                                            - Méprise la condition Palestinienne, et commet des crimes de guerre
                                            - Fait tout pour se réserver l’option ultérieure du « Grand Israël »
                                            - Infiltre les médias étrangers dans le cadre de la guerre de l’information
                                            - Etc.

                                            Quand les uns et les autres feront preuve de bonne volonté pour aller dans le sens de la réconciliation, reconnaîtront leurs erreurs, et réviseront leurs idéologies pour les rendre compatibles avec une coexistence harmonieuse, alors on pourra discuter.

                                            Avant que tout cela ne se produise, il faudra porter des lunettes pour se protéger de la poudre que l’on nous jette aux yeux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès