Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Peak Oil : Le pic de production de pétrole

Peak Oil : Le pic de production de pétrole

L’un des éléments dont vous entendrez parler de plus en plus au fil des années concernant l’énergie est le Peak Oil, c’est à dire l’année à partir de laquelle la production de pétrole dans le monde va commencer à décroître. Car nous commençons à voir se profiler à l’horizon un moment où la demande de pétrole et la production que nous serons capable de réaliser dans le monde, tous gisements confondus, seront égales puis basculeront inexorablement vers le déséquilibre c’est à dire la pénurie.

Ce Peak Oil dépend bien entendu de nombreux facteurs. L’augmentation de la production actuelle par l’accroissement des équipements de production, la mise en production de nouveaux gisements déjà connus, et la découverte suivie de la mise en production de nouveaux gisements soit dans des zones peu explorées jusqu’a maintenant (ex Union Soviétique, Chine, Afrique) soit en Offshore très profond. D’un autre coté l’accroissement de la demande par la hausse du niveau de vie et du besoin de confort, le développement de l’économie mondiale, et l’émergence de nouveaux acteurs dans cette économie.

Un des facteurs très important dans ce processus est l’émergence brutale et imprévue à ce niveau de croissance des économies Chinoises et Indiennes qui concerne des populations très importantes (1.3 + 1.6 milliards d’habitants en 2050 soit 37pct de la population mondiale) qui en quelques années vont passer d’un besoin marginal de produits pétroliers à des quantités considérables. Cette demande supplémentaire en pétrole sera de l’ordre pour ces deux pays seulement d’ici 2030 d’une Vingtaine de Millions de Barils/jours. Dans le même temps, on ne voit pas de raisons pour lesquelles, malgré les efforts liés à la réduction des émissions de CO2, la consommation d’énergie des pays industrialisés, qui se battrons pour maintenir leur niveau de vie, devrait régresser. Il est même probable qu’elle continuera à augmenter, à un moindre rythme mais sur la base de 2 à 3 pct l’an. Viendront se rajouter, si nous persistons dans ce sens, la substitution du nucléaire par d’autres énergies de substitution, dont le pétrole. Au total, d’içi 2030, il faudra trouver de l’ordre de 40 Millions de Barils/jours nouveaux alors que l’on sait qu’il faudra par exemple 4 ans à l’Arabie Saoudite pour augmenter sa production de 2 Millions de Barils/jours

La date du Peak Oil est bien sur incertaine et dépend du niveau d’optimisme ou de pessimisme des experts qui travaillent dessus. Certains parlent de 2020, d’autres de 2040. Si nous prenons cette dernière date, qui me parait personnellement assez réaliste, pour base, ça veut dire que nous avons seulement 35 ans devant nous pour nous y préparer et trouver des solutions. C’est très, très peu, surtout quand on sait que pour construire un centrale nucléaire qui reste une des alternatives, il faut déjà environ dix ans. Quant au développement des énergies éoliennes, dont la capacité de production restera toujours faible par rapport aux besoins, ou solaire, dont ceux qui connaissent bien les difficultés et limites de production des cellules photovoltaïques disent en plaisantant que leur production consommera toujours plus d’énergie qu’elle n’en produira jamais, il est à l’heure actuelle très difficile de prévoir à quel niveau elle pourront aider à résoudre le problème auquel nous sommes confrontés. Les énergies alternatives, tout au moins dans un premier temps, sont donc le gaz (dont il existe d’amples réserves) et le charbon, en particulier en Chine et aux Indes, mais avec les problèmes que cela pose pour les émissions de CO2 dans les deux cas et les émissions de polluants autres (SO2 et Acide sulfurique) pour le Charbon sans compter les risques humains lors de son extraction.

Le problème est donc extrêmement sérieux et pourtant ne semble pas alerter au niveau d’attention qu’il mérite, les hommes politiques et les médias. Il est vrai que nous avons vécu un faux départ dans ce problème avec le Club de Rome qui avait alerté la planète sur le problème sans doute un peu trop tôt dans les années 1980.

L’un des buts de ce blog étant d’essayer de faire émerger à la conscience du monde des problèmes qui sont pour l’instant occultés par nos institutions, je me permets de le rappeler à mes lecteurs. D’autant plus qu’entre maintenant et 2040, la vie ne vas pas être un long fleuve tranquille sur le front de la disponibilité et du prix du pétrole. Vous avez pu voir cette année l’impact d’un déséquilibre de seulement 1 pct entre l’offre et la demande de brut qui s’est traduit par un quasi doublement de son prix. Même avec une production de brut qui va être stimulée par la prise de conscience au bon niveau du problème, la bataille pour l’accès au brut va devenir féroce et d’autant plus féroce que nous allons nous rapprocher du Peak Oil sans que nous ayons pris les mesures nécessaires pour mettre en place une alternative. Les 50$/barils que nous connaissons vont sans doute être pulvérisés et les 100 voire 150 $ vont devenir monnaie courantes si nous ne faisons rien.

Les comportements vont sans doute se modifier du tout au tout face aux nécessités et les états d’âmes vis à vis de tel ou tel type d’énergie risquent de passer aux oubliettes. Les bouleversements que cela va entraîner dans nos modes de vie risquent également d’être tout à fait considérables. Essayez de vous représenter un monde dans lequel vous aurez journellement des coupures d’électricité, dans lesquels les queues à la station service seront monnaie courante, les vols aériens deviendront rare et les vacances se feront à nouveau à la campagne , ou le plastique sera remplacé par le bois à nouveau , et vous aurez une idée de ce qui peut nous attendre dans un avenir proche car 2040 c’est demain. Je passe sur les problèmes économiques énormes que cela posera.

Qui s’en tirera le mieux ? Comme d’habitude, le plus malin, le plus actif à prendre le probleme à bras le corps, le plus prévoyant aussi , celui qui aura la chance d’avoir le plus de ressources énergétiques, celui qui sera en avance dans la recherche et surtout la mise en place effective d’énergies alternatives et de leurs moyens de production, peut être aussi celui qui aura le moins de scrupules. Serons nous de ceux-la, rien n’est moins sur, l’avenir le dira ?

En attendant, essayer de sensibiliser nos hommes politiques à l’urgence du problème et surtout à la nécessité de prendre très vite des mesures qui soient effectives pas seulement des beaux discours. Nous avons la chance, en France, d’avoir des structures de production d’électricité qui exigent peu de pétrole. Essayons de maintenir cet avantage dans la guerre planétaire pour le Baril de Pétrole qui s’annonce. Espérons aussi que je puisse me tromper...


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


    • (---.---.9.82) 22 juin 2005 15:09

      2040 quel optimisme ! D’après l’ASPO on peux s’attendre à un pic pour 2008. Et la situation actuelle à plutôt tendance à leur donner raison. Sans compter les pessimistes qui pense qu’on y est déjà. L’Arabie Saoudite augmente sa production avec un pétrole de mauvaise qualité, fortement soufré très chèr à raffiner. Il est peu probable que la hausse de prix ne soit qu’une crise, mais bien un changement profond, le début du pétrole chèr et de la récession économique.


      • fab (---.---.248.31) 24 juin 2005 16:46

        je ne vois pas pourquoi on devrait forcément redouter ce fameux pic, il me semble évident que le monde ne peut pas continuer à fuir en avant dans la consommation à outrance de ressources épuisables et polluantes.

        j’aimerai que les pouvoirs politiques (si ce sont bien eux qui sont aux commandes sur ces sujets) prennent des mesures graduelles mais sont ce vraiment de simples décisions qui vont construire notre société demain ?

        Les économies « florissantes » de Chine notamment accèlerent l’arrivée de ce pic c’est vrai, cependant cette économie prospère sur le principe que sa monnaie a une parité fixe par rapport au dollar et notamment parce qu’ils détiennent la dette américaine en grande partie : cela n’est pas non plus forcément une situation qui durera.

        débat « d’experts »...mmmm...méfiance.


        • (---.---.123.224) 26 juin 2005 08:16

          La revolution industrielle, c’est ce qui a permis a la France d’etre le maitre du monde avec l’Angleterre au debut du siecle dernier. Il ne faut pas avoir peur du changement, au contraire, il faut l’utiliser a son profit. Cette penurie du petrole, c’est une opportunite pour la France.


          • Antoine (---.---.131.14) 11 juillet 2005 18:13

            Nous serions déjà entrés dans un choc pétrolier « long ».

            Il faut aussi redouter un choc pétrolier brutal, de nature politique, qui peut s’y ajouter.

            l’Iran répondant par une ’fermeture du robinet’ aux pressions occidentales en matière nucléaire, par exemple.

            La panique des marchés ferait le reste.


            • CaDerange (---.---.42.28) 15 juillet 2005 15:36

              Reponse du rédacteur de CaDerange. La date du Peak oil est bien entendu incertaine et dependra de beaucoup d’évènements divers d’içi là.Neanmoins il y a aussi des optimistes qui pensent que nous en avons encore pour 100ans.Je veux citer le très sérieux Institut Français du Pétrole qui a presenté début Juin sa vision de l’avenir qui concluait qu’en fonction,des réévaluations des reserves prouvées, de l’amélioration des techniques de récupération, des nouvelles découvertes ou extensions de champ existants, et surtout de la mise en exploitation des ressources dites non conventionnelles(Petroles extra lourds, sable bitumineux)nous en avions encore pour 100 ans.Espérons qu’ils auront raison.Par ailleurs l’augmentation des prix que provoquera la rareté des ressources aura un impact sur notre boulimie de pétrole... Autres chiffre encourageant:En 2004 les reserves de pétrole prouvées ont continué d’augmenter(source BP Statistical Review) ce qui prouve que pour l’instant on remplace et au dela tous les barils que nous consommons. Je persiste et signe pour 2040 !


              • Vou (---.---.19.189) 21 mai 2006 10:58

                L’IFP à changé ses dates : 2006-2009 ( !!! ) premier pic de production à 90 Millions de barils/jours suivi, si les investissements (colossaux !!) sont réalisés, d’une augmentation de la production jusqu’à 100 Millions de barils/jours en 2028.

                http://oleocene.org/wiki/index.php?title=Point_de_vue_de_l%27IFP


              • GO (---.---.7.18) 17 août 2005 12:13

                Je crois que nous y sommes des aujourd’hui au peak oil celui du gaz est donné pour 2015 !

                Ci joint une selection de sites qui traitent du sujet :

                http://www.wolfatthedoor.org.uk/francais/index.html

                http://www.yvescochet.net/rubrique.php3?id_rubrique=35 http://www.peakoil.net/ http://www.manicore.com http://www.oleocene.org


                • amici (---.---.192.30) 3 novembre 2005 13:18

                  Je partage l’avis des optimistes, Peak il y aura un jour, mais de là à ce que l’un d’entre nous le voit je pense que non. Comme dit dans un des commentaires, il faut tenir compte que les techniques de récupération évoluent, que l’on est capable d’aller chercher le pétrole de plus en plus loin, que de nouveaux gisements sont découverts tous les ans. La crise actuelle n’est due qu’à la boulimie des USA qui eut ont atteint leur peak oil au niveau national, à l’arriver rapide de nouveau consommateurs (Chine, Inde) et aussi aux spéculateurs qui se mettent au milieu de tout cela. Une partie de la consommation actuelle sera certainement remplacée par des énergies alternatives, les machines seront de plus en plus économes en consommation également. Les réserves actuelles tenant compte des besoins à venir sont estimées à 40 ans. De plus nous ne connaissons que les réserves des grands pétroliers, les pays arabes ne communicants pas sur leurs réserves. Toutes ces craintes actuelles ne sont dues qu’à la montée artificielle des prix. Le baril devrait valoir aujourd’hui de $40, le reste n’étant que pure spéculation.


                  • (---.---.107.66) 5 avril 2006 12:19

                    Lire de toute urgence http://www.manicore.com/documentation/reserve.html pour arrêter de dire des bêtises !

                    Je verrai le Oil Peak avant d’être sénile, si mon espérance de vie se traduit en vie effective.

                    D’une part, il n’est pas du tout souhaitable d’en avoir pour encore 100 ans de pétrole (d’ailleurs comment prédire une durée ? une quantité, à la rigueur, mais une durée, ça présuppose de connaître la consommation, qui est complètement incertaine), compte-tenu du changement climatique (irréversible !) que ça induirait. D’autre part, ce n’est pas parce que les réserves prouvées augmentent que les réserves totales augmentent ! L’augmentation des réserves prouvées concerne principalement des réserves dont l’existence et l’extractibilité future étaient déjà considérées comme très probables. Les découvertes de nouveaux champs de pétrole sont en chute libre depuis 45 ans.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès