Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Perdre sa vie pour défendre celles des autres

Perdre sa vie pour défendre celles des autres

Quelques mots simples. Il ne s’agit pas ici de faire un long débat savant avec la convocation des philosophes, des bien-pensants, des spécialistes. Il ne s’agit pas de comprendre ou d’expliquer. Il ne s’agit pas de parler d’inné ou d’acquis. Il ne s’agit pas de parler d’universalité et de tradition. Il ne s’agit pas de s’étendre et de dresser le civil contre le religieux. De quoi s’agit-il ? D’information. Une information brute : il y a des pays où ne pas être simplement d’accord peut vous vouer à la mort.

Cela se passe en Afghanistan. Un jeune journaliste de 23 ans, Pervez Kambash, a été arrêté le 23 octobre dernier à l’université de Balkh, jugé à huis clos en janvier toujours à Balkh par un tribunal qui selon Libération a estimé que ses écrits étaient « insultants pour l’islam et interprétaient de façon erronée les versets du Coran ». D’où « une condamnation à la peine la plus grave qui est la peine de mort », selon les mots du procureur provincial, Hafizulah Khaliqiar, cité par l’AFP. Le jeune reporter n’était, semble-t-il, pas l’auteur des citations incriminées, qu’il avait reprises sur un site iranien qui se consacre à la défense des femmes.

Pervez Kambash avait décidé de reproduire un texte dénonçant l’oppression des femmes en prétendant que les religieux donnaient une mauvaise interprétation du Coran. D’où l’accusation de blasphème, qui, dans la plupart des pays islamiques appliquant la charia (la loi coranique), est punie de la peine capitale.

Ce jeune journaliste du Jahan-e Nao (le Nouveau Monde - titre d’ironie assez triste dans un pays où la vie n’a que le prix de quelques mots -, selon Libération ne voulait que provoquer le débat. Il provoquera peut-être sa propre mort. Et le sénat confirme la légalité de cette peine de mort, et les manifestations de la haine appellent à cette mort, et des maulawi(s) exhortent à une exécution rapide et les conseils religieux de plusieurs régions s’en félicitent.

Non seulement ce jeune afghan n’a pas eu droit à une défense car aucun avocat n’a eu le courage qu’il a eu lui, mais si quelque journaliste s’y frottait il serait poursuivi. Il a été condamné à huis clos, l’obscurité pour juger en toute obscurité.

L’Afghanistan a mis en concurrence dans ses textes fondateurs la Déclaration universelle des droits de l’homme et la charia. L’une est une déclaration sans effet, l’autre une loi implacable qui s’applique.

Libération nous conte en début d’article la tragique histoire de la princesse Rab’e Balkhi pour nous montrer que l’insupportable est de tout temps et que ce temps même n’apporte que peu de sagesse aux hommes de mauvaise volonté. La poésie ne fait qu’aiguiser les douleurs.

Au Moyen Âge, la jeune et célèbre princesse Rab’e Balkhi, première femme de la période islamique à composer des vers en persan, avait été condamnée au plus terrible des supplices : être emmurée vivante dans les tréfonds d’un donjon. Son frère lui reprochait d’avoir aimé l’homme qu’elle s’était choisi. Avec ses dernières forces, la fatale amoureuse avait réussi à se taillader les veines pour écrire avec son sang sur les murs de l’oubliette un dernier poème bouleversant Une pétition


Moyenne des avis sur cet article :  4.17/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 12 février 2008 10:01

    Arrêtez de nous citer un journal qui n’a jamais eu une crédibilité journalistique et qui est toujours tombé dans la bobos-attitude

    Franchement si votre vie tourne autour de ce journal,ne venait pas nous imposer sa lecture ,cela devient lourd

    Sur un fait divers en Afganistan,Libération est en train de chercher à "casser" la politique extrérieur militaire de la France par un anti-Sarkozysme primaire

     

     

     


    • Zalka Zalka 12 février 2008 10:36

      C’est bizarre, je ne vois aucune référence au président Sarkosy, ni à sa politique extérieur que ce soit en Afghanistan ou ailleurs. Vous pouvez m’expliquer le rapport ? Encore une fois vous êtes à côté de vos pompes, Lerma...

      @L’auteur : article très simple : une bonne chose étant donné, le sujet. Je vais de ce clic signer la pétition.


    • Charles Ingalls Charles Ingalls 12 février 2008 10:50

      Une nouvelle fois mon cher Lerma, je vous invite à relire...

      Il n’est nullement fait mention dans ce trés bon article de votre grand gourou (comme les slips)...

       


    • geko 12 février 2008 10:51

      @LERMA

      Tu es à l’intelligence ce que la merde est à la nourriture : une fin de cycle.


    • La Taverne des Poètes 12 février 2008 10:54

      Même pour son lermanniversaire, il peut pas s’empêcher d’en sortir une !

       


    • logic 12 février 2008 23:01

      Je comprends votre révolte Dans le Monde des injustices insuportables il y en a tous les jours et pas qu’envers les journalistes : il y des enfants des femmes des vieillards sans défense que l’on pesécute ou assassine tous les jours alors qu’ils ne font du mal à personne uniquement parce qu’ils sont chétiens chiites palestiniens juifs communistes athées noirs jaunes dénonciateurs d’injustices....

       Donc le 1er travail d’un journaliste c’est de chercher la vérité et de nous la communiquer S’il est intelligent il saura pénétrer tous les milieux en vivant comme eux et partageant leur vie Donc avant de se jeter dans la gueule du loup bien connaitre le terrain cad l’idéologie des gens qu’ils vont fréquenter et être plein d’humilité envers eux Car si avant de partir à leur rencontre il étudiait bien leur dossier il éviterait certains "chemins" Mais comment discener les journalistes inconscients des conscients qui eux tentent le diable pour assoir leur carrière


    • brieli67 12 février 2008 10:10

      SI UN DENOMME LERMA FUSTIGE UN ARTICLE EN PREMIERE LIGNE

      ¨§

      §

      %

      §

      %

      µ

      _____________ JE NE LE LIS PLUS -------------------------------------------


      • morice morice 12 février 2008 10:34

        Le journaliste est surtout victime de Karzai, qui essaie de séduire la frange islamiste : Or Karzaï n’a plus aucune crédibilité avec son système de direction corrompu. La France va annoncer en avril l’envoi de 700 soldats qui iront se faire tuer pour le pavot, pas pour défendre la démocratie mais un népotisme de marionnette.


        • Zalka Zalka 12 février 2008 10:38

          Vous avez raison sur un point : Karzaï est un bouffon. Mais il vaut tout de même mieux que les talibans.

          Si je voulais donner dans l’humour noir, je dirais que sous les talibans, ce jeune homme n’aurait pas eu de problème avec son blog étant donné l’absence d’internet.


        • faxtronic faxtronic 12 février 2008 12:04

          Je ne sais pas si il vaut mieux que les talibans car il est protegé par les US : un demi-fou protégé est plus dangereux qu’un fou vulnerable. C’est malheuereux cela, on depense des milliards et cela ne sert a rien : Que faire ?

          Les laisser faire : le 11 septembre nous a montrer que non.

          Les envahir : On voit ce que cela donne.

          Les massacrer ? Les recoloniser ? Leur donner de l’argent ? 

          Chacun a sa solution, tout aussi mauvaise les unes que les autres. Personnellement je suis pour la recolonisation. 


        • pallas 12 février 2008 12:36

          La question n’est pas de perdre sa vie pour celle des autres, mais plutot de faire sacrifice de sa vie pour le Futur et le Devenir des autres. Mourrir n’a jamais servi a rien a part faire des autels de heros qui finalement acte de bravoure ou pas, sa n’a jamais changé le comportement humain. Avoir des individues qui se soient sacrifié au nom d’une noble cause est en soit heroique mais si sa n’aboutit a rien, alors l’acte n’a ete fait que pour soit, au nom de ces propres convictions, c’est deja le mieu que l’ont puisse faire, surtout si la conviction que l’ont defend sont l’emanicipation de la conscience et de la personne, par exemple la liberté, un vieu concept mais jamais finalisé. Ont vie dans une epoque troublé, comme a chaque fois, nous attendons un sauveur, un miracle qui va changé tout sa, redessiné le monde et tout le monde sera heureux. Evidemment rien ne se fait ainsi, toute personne dois agir, une seule individualité ne peut a elle seule sauvé le monde. Il n’y a qu’a television que Bob Morane et Rambo existe. Le monde ne bougera pas tant que personne n’agira. Perdre sa vie pour defendres celles des autres qui ne veulent pas agir n’a aucuns interets, a part peut etre pour sa propre gloire personnel et devenir un Martyr, mais au final sa ne fera pas avancé le monde. Il ne faut pas perdre sa vie pour ce genres de personnes, bien au contraire, il faut vivre, essayer de changer les choses, essayer de communiqué, mais si personne ne reagit, meme si c’est le malheur qui arrive, meme si le sacrifice personnel pourra retarder a breve echeance le drame, il ne faut pas le faire. Il n’y a pas de sauveurs, il n’y a que les actions personnels et individuels fait en Masse pour des causes se rassemblant a un idéal qui fera evoluer la situation, par exemple la dictature, la destruction de notre monde, la violence. Il ne faut pas attendre d’un autre ce que l’ont doit faire de Soit meme, aucunes excuses ne peut etre donné a quelqu’un d’informer et qui ne reagit pas, il subira les consequences de ses actes.

           


          • zgrouik zgrouik 12 février 2008 13:56

            Chouette l’huître Merla était là aussi !!! 

            A-t’elle baillé ou pété ? on le saura au prochain épisode...


            • zgrouik zgrouik 12 février 2008 13:58

              "la poésie ne fait qu’aiguiser les douleurs" 

              Beau sujet. Qui s’y colle ?

               


              • Imhotep Imhotep 12 février 2008 15:29

                 Cette phrase n’était ici que " contextualisée " : la poésie de cette princesse mourant, mais vous avez peut-être raison, cela pourrait être un sujet à développer. Ce ne serait pas la réponse de Grand Corps Malade pour qui c’est, si ce n’est la rédemption, du moins une porte de sortie par le haut de son infirmité, et si le slam peut être considéré comme de la poésie.


              • oncle archibald 12 février 2008 14:29

                Comment se fait-il que les organisations de défense des droits de l’homme ne soient pas au créneau pour essayer de sauver Pervez Kambash. Sympathisant d’AI je suis étonné de n’avoir pas eu connaissance d’une A.U. (action urgente) sur ce cas.


                • Vincent Frédéric Stéphane 12 février 2008 15:54

                  Avec une telle profession de foi, on se demande pourquoi vous n’y êtes pas déjà à casser du taliban !


                • Vincent Frédéric Stéphane 12 février 2008 21:23

                  Peur de mourir. Motivation honorable. en ce cas vous remerciez donc les soldats qui sont impliqués sur le théatre afghan de prendre le risque de leur vie pour nous assurer le meilleur avenir possible. Cela se tiendrait.

                  Et le simple fait de l’expliciter vous rend plus sympathique parce que moins en contradiction avec le seul principe véritablement universel : ne fais pas à autrui ce que tu ne veux pas qu’autrui te fasse.

                  Confirmez moi que je ne me trompe pas s’il vous plait.


                • Vincent Frédéric Stéphane 12 février 2008 22:29

                  La guerre comme unique moyen de parvenir à la paix donc.


                • Vincent Frédéric Stéphane 12 février 2008 22:45

                  Les liquidateurs de Tchernobil n’ont attenté qu’à leur vie pour sauver notre avenir.

                  Vous avez une vision idyllique des militaires de carrière et autres appointés aux métiers de la mort qui agissent sous bannière occidentale.

                  Justifier des victimes innocentes est commun à tout belligérant et c’est la négation de la dignité de l’homme.


                • Vincent Frédéric Stéphane 12 février 2008 23:18

                  Bonne nuit.


                • Vincent Frédéric Stéphane 13 février 2008 09:26

                  Bonjour Arthur,

                  Pour bien préciser les chose, je souhaiterais avoir votre opinion sur une posture de Ghandi qui m’a beaucoup marqué. Je veux parler d’une scène du Filme Ghandi avec Ben Kinsley. Ghandi est en grève de la faim pour mettre fin à la guerre civile et de religion entre Hindous et Musulmans. Une délégation d’Hindous le visite et le supplie de mettre fin à son action, le supplie de vivre, avec l’argument que les Musulmans ne méritent pas que Ghandi meure. Ghandi refuse. La délégation commence à se retirer quand l’un de ses membres explose et crie à Ghandi que les Musulmans ont tué son fils de 6 ans, qu’ils sont des monstres et qu’ils ne méritent que la mort. Ghandi lui répond que la seule manière de soulager sa peine est de dépasser sa haine en donnant de l’amour, en adoptant un orphelin de parents Musulmans tués par des Hindous et en l’éduquant dans la religion de ses parents. J’ai personnellement trouvé cela lumineux d’intelligence. Et vous ?


                • Vincent Frédéric Stéphane 12 février 2008 17:06

                  Ah bon ? Ben VIVE LA GUERRE alors !

                  Mais moi je dis que ceux qui soutiennent des guerres qui tuent plus de civils que de militaires sans courir y participer ne sont que des lâches, des merdes, des étrons.

                  Quant à ceux qui y participent, il est évident qu’ils le regretteront un jour ou l’autre.

                   

                   


                • oncle archibald 12 février 2008 16:40

                  Les moins qui s’additionnent au bas du commentaire d’Arthur Mage en disent long sur les motivations de leurs auteurs et je me demande bien ce qu’ils peuvent trouver de positif à cet article qui fait l’éloge d’un journaliste qui au péril de sa vie s’est élevé contre le sectarisme !


                  • Kookaburra Kookaburra 12 février 2008 18:55

                    On ne peut que saluer encore un texte signalant l’incompatibilité des préceptes de l’Islam avec nos valeurs occidentales, mais en même temps on peut se demander si un simple remaniement d’un texte apparu dans un autre journal soit digne d’être publié dans AgoraVox. Le remaniement, d’ailleurs, en comparaison avec le texte original, n’est pas particulièrement réussi. Il suffit de cliquer sur le lien fournit par l’auteur pour s’en rendre compte. Au moins l’auteur a eu l’honnêteté de nous fournir ce lien. Mais on comprend difficilement pourquoi la rédaction d’AV a accepté ce texte. Bien entendu ce n’est pas le seul article que suscite cette question. La rédaction serait-elle débordée ?


                    • Imhotep Imhotep 12 février 2008 19:39

                       Il me semble que vous n’avez pas compris l’objet de cet article. Ce n’est pas une dissertation philosophique mais une simple mise à la connaissance des lecteurs d’Agoravox d’un fait qui méritait de l’être. Du reste il suffit de faire une recherche sur " Pervez Kambash " dans Google pour se rendre compte que le résultat est très très faible (11 occurrences, une misère). Si, donc, il y a des lecteurs d’Agoravox qui ne lisent pas Libération ils auront eu cette information. Cet article vous aura au moins amené à lire celui de Libération


                    • moebius 12 février 2008 19:17

                      depuis début 2005 150 femmes afghanes ont preferrées s’immoler par le feu plutot que d’etre marriées de force


                      • Vincent Frédéric Stéphane 12 février 2008 21:19

                        Toutes les abominations qui ont lieu en Afganistan et qui avaient aussi lieu avant que l’armée US n’y entre n’ont en aucun cas motivé la guerre. Ceux qui le croiraient encore ne connaîtraient rien de l’histoire des interventions US.

                        Cela ne peut tout au plus que consoler ceux qui seraient de bonne foi en approuvant les guerres comme unique moyen de parvenir à la paix.

                        Quant au fond de l’affaire, il est évident que le combat pour sauver cet homme est en cohérence avec l’Islam et que ceux qui le condamnent sont d’infâmes idiots qui s’autorisent à prendre la vie d’un homme. L’idée même que l’homme doive réprimer le blasphème est une incongruité totale. Croire que l’homme a le droit de donner la mort à son prochain c’est dénier à Dieu la capacité de ravir des vies quand bon Lui semble. C’est s’interdire d’invoquer sa colère à quelqu’occasion que ce soit, en passant. Pour être capable de condamner un congénère à mort, il faut ne pas croire qu’en Dieu mais aussi en quantité de concepts en contradiction avec Dieu.

                        Ce serait bien que des initiatives naissent autour de cette affaire et qu’elle ne devienne pas le monopole des anti-Islam bling-bling showbizz. Je crois que je m’en voudrais de n’avoir pas agi s’il devait lui arriver malheur. Et je me consolerais en pensant que Dieu n’a pas voulu l’empêcher quand je n’aurais simplement pas pu. Et cela ne me plait pas.

                         

                         

                         

                         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès