Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Pérou : un pisco de mauvais goût...

Pérou : un pisco de mauvais goût...

Le nom de Pisco, avant d’être celui de la ville péruvienne victime du grave séisme du 15 août dernier, est connu des amateurs d’alcools exotiques. Le pisco désigne en effet une eau-de-vie de raisin, titrant 40°, similaire à la grappa italienne.

Le ministre péruvien de la Production, Alan Rey (ci -contre) a présenté la semaine dernière une série limitée à 1000 exemplaires d’une bouteille de pisco destinée à remercier les représentants de pays étrangers ou d’institutions internationales pour l’aide apportée à la reconstruction. Geste louable, qui serait passé inaperçu si l’Association de producteurs de pisco n’avait pas labellisé cette édition spéciale "Pisco 7,9" en référence à la magnitude du séisme qui a frappé la ville. La polémique a enflé si bien que le geste va rester, sans la dénomination du pisco. Peut-être ces bouteilles garderont-elles sur leurs étiquettes leur message de remerciement ainsi que le message "Solo hay uno" (il n’y en a qu’un).
Il faut savoir en effet que le pisco cristallise les relations conflictuelles entre le Pérou et le Chili, également gros producteur de pisco. Si le Chili ne conteste pas la paternité du Pérou sur le produit (depuis le XVIe siècle), le pays, selon les Péruviens, usurpe la propriété d’un produit dont la protection par une appellation d’origine est un cheval de bataille du Pérou. Une procédure a été lancée par le pays en 2005 devant l’Office mondial de la propriété intellectuelle, afin d’interdire au Chili l’usage du terme pisco. Mais dans les accord bilatéraux, l’Union européenne par exemple s’est bien gardée de choisir et admet les piscos des deux pays...
Le sujet déchaîne vraiment les passions y compris sur Internet où les pages relatives au "pisco chileno" et au "pisco del Peru" de Wikipédia en espagnol ont été verrouillées suite au vandalisme de contributeurs trop impliqués dans la défense de leur patrimoine !
Toute cette affaire est à remettre dans le contexte d’un pays en désarroi, qui doit affronter un état d’urgence aggravé par les pillages qui ont suivi le tremblement de terre. D’autres histoires bizarres, dont on ne sait pas si elles sont des rumeurs ou pas ont été aussi relayées dans la presse. Des boîtes de thon envoyées par le Venezuela auraient été utilisées comme supports de propagande par Chavez et Humala, opposants au régime péruvien (voir photo). Ces boîtes semblent avoir été mises en circulation mais par qui ?
On s’éloigne du sujet, mais c’est pour montrer que ce genre de situations tragiques et potentiellement explosives fait le lit de toutes les polémiques, actions d’influence plus ou moins avérées et autres manipulations...

Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 27 août 2007 13:39

    Si comme moi vous aimez un tres bon resto le vendredi soir ou le samedi soir je vous conseille

    http://www.fluctuat.net/nuits/restos/restos/palenq.htm

    et en plus,le pisco est bon (même si c’est pas argentin !)

    Vous aurez la joie de gouter une très bonne cuisine argentine et du très bon vin


    • Nicolasalima 27 août 2007 17:00

      Le gouvernement ferait mieux de s’occuper convenablement de l’aide à apporter aux zones sinistrées plutôt que réfléchir à comment remercier les aides internationales. Pourquoi pas un Pisco 540, pour le nombre de morts ?!...

      Pour ce qui est du Pisco et des relations avec le Chili. Il est vrai que la meilleure façon d’énerver un péruvien est de lui dire que le pisco est chilien. Ils l’ont en travers de la gorge et ils n’en démordront pas. Et je les comprends.

      Heureusement, d’autres le prennent avec un peu plus d’humour et plutôt que de haïr leurs voisins chiliens, ils s’en moquent en soulignant par exemple que le Chili a eu la bonne idée de renommer un village pour lui donner le nom de Pisco, histoire de se donner « artificiellement » plus de légitimité.

      Enfin... Hier, ici à Lima, on a très bien ressenti une réplique, il faut du temps apparemment pour que cela se stabilise un peu...


      • HELIOS HELIOS 27 août 2007 23:44

        Bien, puisque je vois qu’il y a des partisans, équilibrons un peu :

        Si vous remontez la vallée du rio Elqui (à peu pres au milieu du Chili, qui se jette à la mer a coté de La Séréna) vous traverserez au passage Monte Grande où repose Gabriela Mistral, prix Nobel, vous arrivez quelque dizaines de km apres a « Pisco Elqui » bourgade qui abrite une des plus célèbre distillerie de Pisco.

        Si on peut trés bien imaginer que le Pisco, coté appellation est originaire du Perou, le Pisco, le vrai, celui de qualité provient du Chili.

        Peu importe d’ailleurs, celui qu’on boit, sec lorsqu’il est parfumé et qui fait 40, 43 voire 50 degrés d’alcool et celui qui sert à faire du Pisco sour qui fait 30 ou 35 degres... tiens — une parenthèse — on fait aussi depuis un an environ du « Mango sour », excellent au demeurant - fermer la parenthèse- le Pisco est un excellent Alcool qui meriterai d’être français.

        Dans le domaine du vin et de l’alcool les chiliens ne sont pas les derniers. Oublions les péruviens exotiques qui résonnent dans l’imaginaire français avec ses Incas, ses hauts plateaux etc... atterrisssons car dans la région il n’existe que deux pays quasiment développés et ce sont l’Argentine et le Chili ! Si un jour le Pisco a une appellation d’origine, ce ne sera surement pas le Perou qui en aura l’exclusivité.

        Allez, à la bonne votre, j’ai glacé le rebord du verre avant de le remplir de Pisco sour et de quartiers de limon de pica.


        • Vin Spirit IE Vin Spirit IE 28 août 2007 10:51

          Helios, le village chilien de Pisco a pris ce nom en 1936 ( voir http://www.piscoelqui.cl/elqui.htm)justement pour que les producteurs de la région gagnent en légitimité face aux producteurs péruviens, du moins c’est l’interprétation que fait le Pérou face à ce changement de nom. C’est plausible, la guerre du Pisco fait rage depuis plusieurs siècles ! D’ailleurs c’est assez impressionant de voir des sites entiers consacrés à la défense du Pisco coté chilien comme péruvien !

          Quant au degré de développement, je suis vraiment pas convaincu par ce critère...


          • HELIOS HELIOS 28 août 2007 19:41

            C’est vrai, c’est vrai... Personne ne dit que le Pisco n’est pas « originaire » du Pérou. Il est simplement question de savoir comment on passe d’un produit local et de diffusion discrète a un produit de qualité.

            La vigne est arrivée avec les espagnols, y compris dans la vallée de l’Elqui mais le Pisco Chilien s’est développé au début du 19eme siécle grace a des contacts avec le Perou, et Pisco, bien sûr.

            Mais il ne s’agit pas du même produit puisque vous n’ignorez pas que le Pisco Peruvien incorpore du sucre, ce qui n’est pas le cas pour celui fabriquè au Chili, distillé a partir de la vigne comme on le faisait en France à l’époque.

            Aujourd’hui, nous avons un « Pisco » Chilien de qualité controlée et relativement constante. Un produit pré-industriel, agro-alimentaire dirons nous soumis aux lois du marché comme n’importe quel champagne, par exemple. Ce n’est pas le cas du Pisco Péruvien qui est resté au niveau artisanal, avec ses avantages mais hélas ses inconvenients, même si quelques entreprises essaient de passer au niveau au dessus... et c’est là que le bâts blesse... les Péruviens ont raté le coche.

            Vous comprenez ma position quand je parle de développement ? Vous trouvez du Pisco dans les bonnes caves en France et même parfois a Carrefour, c’est pour dire.

            Bon, c’est vrai, à chaque voyage j’en ramène plein ma valise... du bon ! Salud.


            • caius 29 août 2007 11:21

              Le pisco péruvien vaut bien le chilien. Tout dépend des goûts de celui qui consomme, de la distillerie et de la gamme de pisco que produit ladite distillerie ^_^

              J’ajoute que la cuisine péruvienne est variée et originale contrairement à la chilienne qui est plus internationale.

              Par contre l’Inca Cola n’est vraiment pas, si j’ose dire, ma tasse de thé smiley


              • leo1 18 novembre 2007 17:02

                Donc, on a l’impression que le Perou ce pas vraiment ta tasse de thé, donc tu pourrais aussi te permettre de changer le nom du « Pisco » à la boisson chilienne que tu tant préferes, puisque le nom Pisco est aussi originale du Pérou. tu reglairais ainsi ce petit problemme frontalier d’une façon plus logique.

                Salut(d)


              • vivelecentre 31 août 2007 08:07

                Pisscu signifie « petit oiseau » en quechua., nom d’une riche vallée où s’est développée une culture qui provenait de la culture Paracas. Les potiers, appelés piscos, fabriquaient des jarres dans lesquelles ils faisaient fermenter la chicha et autres boissons alcooliques.

                Les espagnols s’en sont aperçu lors de leur arrivé que cette région réunissait des caractéristiques qui permettaient la culture de vignes méditerranéennes. Et ceci a pu se faire grâce aux connaissances des anciens péruviens qui ont su irriguer le désert de la côte.

                La dénomination Pisco a été désignée à l’eau de vie ainsi qu’au port où elle était embarquée, comme le montrent les cartes du Pérou de la fin du XVIème siècle. L’exportation de notre pisco a eu son apogée pendant les XVIIème et XVIIIème siècles.

                inca cola !!!!! la caricature du gout ultra sucré y compris dans la production viticole peruvienne ! Mais si les gouts sont differents des notres, ils n’auront pas la même appreciation sur tel ou tel produit passé la politesse , ils apprecieront toujours leur vin « douce »(sucré , pouiahh !!) à un bon cabernet...chilien !

                Peu importe, de toute façon pour accompagner les ceviches, ou l’anticoucho, il faut mieux une bonne chrystal !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès