Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Petit à petit, à l’Otan, la France fait son nid

Petit à petit, à l’Otan, la France fait son nid

La première journée du Sommet de Bucarest se poursuit autour de l’envoi de renforts militaires en Afghanistan et l’adhésion éventuelle de l’Ukraine et de la Géorgie. Dans le même temps, discrètement, le président Sarkozy confirme son souhait d’une pleine réintégration de la France à l’Alliance Atlantique avant fin 2008.

"A l’issue de la présidence française, le moment sera venu de conclure ce processus, et de prendre les décisions nécessaires pour que la France prenne toute sa place dans les structures de l’Otan", a annoncé Nicolas Sarkozy à Bucarest. Dès la fin de cette année donc, la France devrait réintégrer l’Otan. Ou plutôt officialiser sa réintégration, faire un geste symbolique. L’Hexagone a en effet amorcé sous l’ère Chirac un processus de « réinsertion » qui lui permet aujourd’hui de siéger au comité militaire et d’être présente dans la plupart des instances de l’Alliance.

Bref, la question porte sur l’intérêt d’un geste symbolique. « Nous perdrions des options, nous limiterions nos marges de manœuvre », affirme Pierre Moscovici, secrétaire national du PS aux relations internationales, cité par Le Monde. Selon François Bayrou, « l’ensemble de l’Europe se trouverait en situation d’alignement  ». La décision de M. Sarkozy pourrait également se heurter à certains députés de son propre camp, soucieux de ne pas trahir l’héritage gaulliste.

Trahir l’héritage gaulliste ?

Lors de la création de l’organisation en 1949, la France en avait été un membre fondateur. Le général de Gaulle l’avait retirée en 1966 afin de garantir la souveraineté nationale, entraînant le départ de 28 000 soldats américains présents sur le territoire depuis la fin de la guerre.

C’est Jacques Chirac qui avait amorcé le processus de réintégration dès 1995. Il demandait un pôle européen indépendant au sein de l’Alliance et que le commandement sud de l’Otan soit confié à un Européen. Des exigences qui avaient soulevé une féroce opposition de Washington et avaient empêché une réintégration totale.

Le contexte a changé, toutefois. Le président Sarkozy a envoyé de nombreux signes d’amitié aux Etats-Unis parmi lesquels figure l’envoi de plusieurs centaines de soldats dans l’est de l’Afghanistan. L’annonce du chef de l’Etat qui souhaite voir la France « reprendre toute sa place » à l’Otan n’est donc pas une surprise en soi. En revanche, on peut s’interroger sur la liberté de parole qu’aurait Paris alors même que l’Otan est jugée par beaucoup comme un instrument à la solde de Washington.

Comme disait le premier secrétaire général de l’organisation transatlantique, lord Ismay, l’Otan, c’est « Keep the Americans in, the Soviets out and the Germans down ». Or si les Soviétiques sont "out" depuis 1989 et qu’il n’y a plus de raison de garder l’Allemagne "down", les Américains sont, eux, toujours bel et bien "in".

Renforcer la Politique européenne de sécurité et de défense (PESD)

La contrepartie d’une telle adhésion serait le renforcement de la Politique de défense européenne, prônée par le président français. Il s’agit même « d’une priorité » dont la présidence française de l’Union européenne sera « une occasion idéale ». Les Américains, après plusieurs mois de négociation avec Paris, ont soutenu le projet de Nicolas Sarkozy lors du sommet jeudi 3 avril.

La partie n’est toutefois pas gagnée d’avance. Outre les réticences des partenaires européens qui pourraient être contraints de libérer des postes au profit des officiers français, la Grande-Bretagne a d’ores et déjà annoncé qu’elle ne soutiendrait aucune avancée en termes de défense européenne tant que le traité de Lisbonne n’y aura pas été ratifié.

Le droit de veto de la Turquie, dont l’entrée dans l’Union européenne est ouvertement contestée par Nicolas Sarkozy, pourrait ne pas arranger les choses. Sans compter qu’il n’est pas nécessairement acquis que le prochain président américain poursuive la politique internationale de George W. Bush.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • la fee viviane 6 avril 2008 13:46

    tout ce que l’on veut c’est détruire l’Europe des nations, les américains veulent des états unis d’Europe, avec les mêmes erreurs que les leurs. nous, nous voulons une Europe qui devienne petit à petit un grand pays des régions, avec les mêmes lois, un président, des ministres, un parlement avec une vraie parité homme/femmes, et une défense commune. Pourquoi pas, étendre ensuite le processus à la Russie et aux autres pays de l’Eurasie. une utopie ? pas si sûr, le seul moyen de revenir sur le processus de capitalisme américain qui détruit tout sur son passage avec l’argent roi et la négation du social. Mr Sarkozy se fourvoie mais ce n’est pas nouveau, il fallait avant de voter regarder son comportement en qualité de ministre d’etat (surtout à l’économie) et lire ses ouvrages,surtout le dernier, et même pas entre les lignes, tout est encore ecrit noir sur blanc, pas d’erreur possible. cet homme est un mégalo, amoureux des USA. Il doit faire dans son froc lorsque son ami Busch cite son nom et ses dires à la télé !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Kirinki


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès