Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Pinochet, Castro, combien de victimes ?

Pinochet, Castro, combien de victimes ?

La civière de Pinochet ou la chambre d’hôpital de Castro confirment une règle qui ne souffre que de rares exceptions : les dictateurs trépassent généralement dans leur lit. Tous cependant ne meurent pas au pouvoir. Tous n’affichent pas non plus le même bilan, à commencer par celui du nombre de leurs victimes. Mais l’image que nous nous sommes construite de chacun des tyrans du XXe siècle est-elle en cohérence avec les informations qui sont pourtant plus que jamais accessibles à tous d’un simple clic ? Si les chiffres ont un sens, et si une vie humaine a partout la même valeur, au Chili comme à Cuba, en Ethiopie comme en Ukraine, bref sur tous les continents, arrêtons-nous sur le triste bilan des despotes les plus célèbres.

Castro quatre fois plus criminel que Pinochet

Ouvrons le Quid à la rubrique « Pinochet » : 2600 morts sur 15 millions de Chiliens. Ces victimes ont payé de leur vie le prix de leur opposition à un coup d’Etat qui venait de renverser Salvador Allende, président démocratiquement élu en 1973. Intéressons-nous maintenant à Fidel Castro (http://www.cubantrip.com/actu/news_suite.php?id_news=242)  : 9200 morts sur 12 millions de Cubains - soit presque quatre fois plus que le putschiste chilien. Ceci sans compter les 77 000 Cubains noyés après avoir tenté de fuir le régime castriste sur des embarcations de (mauvaise) fortune. Pinochet a rendu le pouvoir au bout de dix-sept ans, et laissé élire ses successeurs. Fidel Castro après quarante-huit ans de dictature a préféré le « confier » à son frère. Mais ces deux-là sont des apprentis en matière de boucherie. Qui se souvient qu’Hafez El Assad, le père et prédécesseur du président syrien actuel, a - en une seule journée - massacré à Hama en 1982 plus de ses concitoyens que Fidel Castro en un demi-siècle de pouvoir ? Et que Jacques Chirac a jugé utile d’assister à ses funérailles ? Un amateur pourtant, en comparaison de Mengistu en Ethiopie (80 000 morts), d’Idi Amin Dada en Ouganda (300 000 morts), ou de Saddam Hussein (probablement proche du million). Mais il ne s’agit encore là que de la deuxième division des assassins de masse.

La vie d’un Chinois vaut 30 000 fois moins que celle d’un Chilien

Si l’évocation du nom de Pinochet fait trembler d’effroi du côté de St Germain-des-Prés, quelles devraient être les réactions à l’évocation d’un Pol Pot ? Longtemps soutenu par des intellectuels toujours fréquentables, ce monstre absolu détient le triste record du pourcentage de concitoyens exécutés au nom d’une folie sanguinaire : entre le quart et le tiers des Cambodgiens ont péri, soit 2,5 à 3,3 millions de malheureuses victimes (mille fois plus donc que le dictateur chilien). Le folklorique nord-coréen Kim Il Sung affiche un « score » équivalent, mais encore inférieur au « visionnaire » que fut Lénine, précurseur en matière de méthodes concentrationnaires. On attribue à l’homme à la barbichette cinq millions de victimes. Ses camps inspirèrent-ils Hitler qui sema la terreur dans toute l’Europe et à qui le trépas de 24 millions d’Européens peut être attribué ? Les avis sont partagés, mais la thèse est crédible. Nul doute en revanche que le petit père des peuples, Staline, n’ait perfectionné le système totalitaire que Lénine lui légua et qui broya vingt millions de Russes, d’Ukrainiens et d’autres citoyens, malgré eux, de la glorieuse Union soviétique. Notons que le parti politique qui chez nous, trouvait son bilan « globalement positif » - le PCF - pourra sans problème concourir à la prochaine élection présidentielle. Additionnons maintenant les massacres de tous les criminels dirigeants précédemment cités, soit environ 60 millions d’êtres humains disparus dans des conditions atroces. Ce chiffre, hallucinant, équivalant à la totalité de la population française actuelle, reste pourtant inférieur au score du plus grand assassin de tous les temps : Mao Tse tung, crédité de 80 millions de victimes (John Halliday, Mao, l’histoire inconnue - Gallimard 2006). Son nom, moins célébré il est vrai aujourd’hui qu’il ne le fut dans les années 1970 par des gens aussi respectables que Serge July ou Julien Dray, effraie-t-il autant que celui d’Augusto Pinochet ? Quand celui-ci liquidait un opposant chilien, Mao massacrait ... 30 000 Chinois. La vie d’un Chinois vaut-elle 30 000 fois moins que celle d’un Chilien ?

Une indignation sélective

Comme l’avait à de nombreuses reprises relevé Jean-François Revel (citons La connaissance inutile - Grasset 1988), notre indignation sélective, notre incapacité à admettre des faits avérés et à en tirer les conséquences reste une scandaleuse énigme. Nul doute donc qu’il y aura du beau linge à La Havane pour les funérailles de Fidel, dictateur tropical exotique, et que sur le chemin du retour, gavées de rhum et de cigares, ces belles âmes s’étrangleront de rage à l’idée que Pinochet n’ait même pas été jugé. Oui, c’est certain, la prochaine disparition du tombeur d’Allende et du leader maximo nous permettra de juger une nouvelle fois du traitement que nous réservons aux « bons » et aux « mauvais » dictateurs.


Moyenne des avis sur cet article :  2.18/5   (544 votes)




Réagissez à l'article

165 réactions à cet article    


  • Pas l’oie, pas pris (---.---.79.7) 5 décembre 2006 12:16

    « Comme l’avait à de nombreuses reprises relevé Jean-François Revel (citons « La connaissance inutile » - Grasset 1988), notre indignation sélective, notre incapacité à admettre des faits avérés et à en tirer les conséquences reste une scandaleuse énigme. »

    paresse intellectuelle ? esprit moutonnier ? ignorance ? aveuglement idéologique ? qui sait....scandaleuse enigme...oui.. !

    La devise : plus jamais ça.. !

    Merci pour votre excellent article !


    • JeretourneMaVesteToujoursDuBonCôté (---.---.133.39) 5 décembre 2006 15:27

      Jean-François Revel :

      collabore à France-Observateur, puis devient à la fin des années 1970 directeur de L’Express. À partir de 1982, il est chroniqueur dans le journal Le Point.

      Socialiste jusqu’en 1970 !

      On lui doit la théorisation en 1979 du droit d’ingérence.

      considéré comme réactionnaire, il fustige l’anti-américanisme et se considère proche des idées libérales.


    • Stephane Guezenec Stephane Guezenec 11 décembre 2006 15:26

      Ultime commentaire de l'auteur à destination des lecteurs de bonne foi.
      Vous trouverez ci-dessous deux types de réaction :
      1 - Les réactions de lecteurs pour qui le Communisme est une religion, Castro l'un des Anges de son (introuvable) Paradis et Pinochet l'une des incarnations du Démon. Leur réaction est à peu près équivalente à celle que l'on peut avoir avec un intégriste iranien, si on lui pose la question de l'existence de Dieu. La question est blasphématoire, donc révoltante. Les commentaires de ces dévots reposent tous sur l'argumentation suivante: Castro (et tous les dictateurs dits "de gauche") avaient de belles intentions, ils n'ont donc pu tuer que des salauds, peu importe leur nombre (1000 ou 10 millions). S'intéresser de près au nombre de leurs victimes, les mettre en rapport avec les morts imputables à d'autres régimes est suspect (certains dénoncent même le procédé comme écoeurant, ou suggèrent de s'intéresser plutôt à la qualité des soins dentaires - pourquoi pas les jours d'ensoleillement à La Havane et à Santiago effectivement ?). La vérité des chiffres leur est insupportable, car elle salit leurs Saints, donc la vérité est fasciste. A mort la vérité ! Ceux-là ont bien sûr voulu me transformer ipso-facto en défenseur de Pinochet et du fascisme. C'est un procédé stalinien classique (et méprisable).
      2 - Les réactions de lecteurs qui considèrent qu'un régime ne doit pas être jugé sur ses intentions, mais sur ses résultats, et qu'au pays des Droits de l'Homme, s'intéresser aux nombres de victimes de dictateurs sur 60 ans environ (Lénine 1917 - Pol Pot 1975) était un critère de jugement OBJECTIF, respectueux de toutes les victimes. Ceux-là ont compris que poser la question autour de soi "Pinochet, combien de victimes ? Et Castro ?" était une question non-conformiste ... et que les réponses sont toujours extrêmement éloignées de la réalité . A la lueur de ce critère, Castro a tué quatre à six fois plus d'êtres humains que Pinochet - c'est ainsi, je n'y peux rien, et c'est bien ce que les "religieux" trouvent insupportables. Ils se trouvent également que ces deux-là sont des "petits joueurs" face au quatuor Mao-Hitler-Staline-Pol Pot. Prétendre comme Marie-George Buffet l'a encore fait ce matin sur les ondes de France-Info que "Pinochet était un des dictateurs les plus sanguinaires de l'Histoire" est un mensonge éhonté. Elle est la réprésentante d'un parti qui en 1973 préférait que l'on se préoccupe de se qui se passait au Chili plutôt que chez Brejnev (dirigeant l'URSS de 1964 à 1982), Mao (mort en 1976) ou Pol Pot qui accèdait au pouvoir deux ans après Pinochet en 1975, sous les acclamations de la gauche occidentale.

      Toute la jeunesse de l'époque (celle de Serge July ou Laurent Joffrin) qui occupe aujourd'hui les postes de responsabilités reste habitée par ce mythe de leur 20 ans : Pinochet-presque-égal-d'Hitler et Mao-rude-mais-vachement-novateur. Il faudra attendre leur disparition pour pouvoir enfin discuter un peu sérieusement.


    • patrick patrick 12 décembre 2006 18:55

      @ l’auteur

      Vous lire est un bonheur !

      Il faut dire les choses comme vous le faite !

      Merci d’aller à contre courrant !

      Patrick


    • Michel Monette 18 décembre 2006 02:41

      J’ai beaucoup de difficulté avec les comparatifs. Il me semble que le nombre importe peu : un mort par une dictature est un mort de trop. Cessons de vouloir dresser un palmarès. À ce compte, vous avez raison de dire que le régime de Castro est pire que celui de Pinochet. Seuls quelques attardés d’ailleurs prétendront que le communisme n’était pas une erreur très cher payée. Cela n’exonore pas le régime Pinochet, ni quelque dictature que ce soit, pour autant. Votre article est, en ce sens, tendancieux, et d’ailleurs vous l’admettez vous-mêmes dans votre commentaire.


    • echo (---.---.125.31) 5 décembre 2006 12:37

      Castro a pris le pouvoir en renversant un dictateur, Pinochet a lui renversé un régime démocratique. LA plus grande victime de Pinochet est la (fragile) démocratie chilienne.

      Au sujet de cette comptabilité morbide, le chiffre de 2 600 victimes chiliennes me parait bien faible. Il serait intéressant de comparer et de citer d’autres sources. Où le Quid est-il allé chercher ce chiffre ? Ne prend-il en compte que les morts du coup d’état de 1973 ou n’oublierait-il pas les morts DURANT la dictature ?

      En bref, se contenter d’un seul chiffre n’est pas très sérieux ! ni pour un historien, ni pour un journaliste !

      A propos d’indignation sélective.... Combien de millions de personnes sont aujourd’hui dans les goulags chinois ? Personne n’en parle ni ne s’indigne puisque le marché Made in China est entièrement ouvert à nos entreprises occidentales... Cela aussi il aurait fallu en parler !


      • JeretourneMaVesteToujoursDuBonCôté (---.---.133.39) 5 décembre 2006 15:29

        Et combien de victimes dela France coloniale ???


      • Zam (---.---.19.171) 5 décembre 2006 18:58

        Excellente question ! qu’on ne pose presque jamais, curieusement.....


      • Jesrad (---.---.105.16) 5 décembre 2006 21:01

        Le gouvernement Allende était bel et bien une dictature :

        Petit résumé de ce qu’était le régime Allende, repris dans la résolution votée par les 2/3 des députés chiliens le 22 août 1973 :
        - le gouvernement d’Allende a gouverné par décret dans des domaines qui étaient de la compétence exclusive du parlement ;
        - le gouvernement d’Allende à bafoué les prérogatives du parlement en refusant de se soumettre à son contrôle et en ignorant les motions de censure contre plusieurs de ses ministres ;
        - le gouvernement d’Allende a empêché la promulgation de lois votées par le parlement ;
        - le gouvernement d’Allende a harcelé la magistrature pour qu’elle se plie à sa politique, en violation de la séparation des pouvoirs et a couvert des attaques perpétrées contre des membres de la magistrature ;
        - le gouvernement d’Allende a paralysé l’action du Ministère public contre des criminels activistes proches du gouvernement ;
        - le gouvernement d’Allende a violé toutes les lois consacrant le principe de séparation des pouvoirs en empêchant l’application des condamnations prononcées par la justice contre des criminels activistes proches du gouvernement ;
        - le gouvernement d’Allende a systématiquement violé les décisions du Contrôleur général de la République, la plus haute juridiction administrative ;
        - le gouvernement d’Allende a systématiquement violé le principe d’égalité devant la loi en refusant la protection de la loi aux personnes qui n’étaient pas de son bord ;
        - le gouvernement d’Allende a attenté contre la liberté d’expression (pressions économiques, fermeture illégale, emprisonnement de journalistes, appropriation partisane et violation de la prérogative du Sénat dans la nomination de la direction de la télévision publique, etc.) ;
        - le gouvernement d’Allende a violé l’autonomie des universités et leur droit à disposer de canal de télévision, notamment en couvrant la prise de possession illégale et violente de ces chaînes par ses partisans ;
        - le gouvernement d’Allende a attenté, par la violence, contre le droit de réunion pacifique d’opposants à son régime alors même qu’il tolérait les réunions en armes de ses partisans et les attaques de ces derniers contre l’opposition ;
        - le gouvernement d’Allende a attenté contre la liberté d’enseignement en voulant, illégalement, par décret, imposer un plan éducatif marxiste ;
        - le gouvernement d’Allende a violé le droit constitutionnel de propriété en couvrant plus de 1.500 occupations illégales de propriétés et en promouvant la prise de possession illégales de centaines d’entreprises et de commerces pour les réquisitionner ensuite, spoliant ainsi les propriétaires légitime au profit du gouvernement ;
        - le gouvernement d’Allende a eu recours d’innombrables fois aux arrestations illégales et a autorisé que ls personnes soient soumises à la torture ;
        - le gouvernement d’Allende a violé les droits de nombreux syndicats et à fait usage de la violente contre eux ;
        - le gouvernement d’Allende a violé la garantie constitutionnelle qui autorise les Chiliens à sortir du pays en exigeant d’eux des conditions non requises par la loi ;
        - le gouvernement d’Allende a violé la constitution (article 10 n°16) en créant ou en autorisant nombre d’organismes séditieux (Commandos communaux, Comités de surveillance, etc.) et en leur reconnaissant une autorité illégale en contradiction avec les autorités et les organismes constitutionnels ;
        - le gouvernement d’Allende a brisé le cadre de l’État de droit en formant et en développement des groupes paramilitaires et en tentant d’employer les forces armées et de polices à des fins partisanes ;
        - etc.

        Rappelons également la programme du parti politique du parti d’Allende :

        « La violence révolutionnaire est inévitable et légitime. Il est le résultat nécessaire du caractère violent et répressif de l’État-classe. Elle constitue l’unique chemin qui mène à la prise du pouvoir politique et économique et à sa défense ». « Il est possible pour le gouvernement de détruire les bases du système capitaliste de production. En créant et en élargissant l’aire de ’propriété sociale’ aux dépens des entreprises capitalistes et de la bourgeoisie monopolistique, nous pourrons leur quitter le pouvoir économique » ; « L’état bourgeois au Chili ne peut servir de base au socialisme, il est nécessaire de le détruire. Pour construire le socialisme, les travailleurs chiliens doivent dominer la classe moyenne pour s’emparer du pouvoir total et exproprier graduellement tout le capital privé. C’est ce qui s’appelle la dictature du prolétariat »


      • thomas (---.---.153.54) 5 décembre 2006 12:43

        agoravox devient digne des grand médias...


        • Julien (---.---.78.247) 5 décembre 2006 12:49

          Ca va être rigolo de voir les militants d’extrèmes gauches troller en criant au scandale, discuter le nombre de morts, et défendre le gentil lénine contre le méchant staline.

          La réalité est ainsi, la majorité, du moins les pires, dictateurs du siècle passé et d’aujourd’hui encore sont des marxistes.

          Encore 20-25 ans à patienter, pour que els commissaires du peuple, les serge july et consorts, passent l’arme à gauche dans leur petit lit douillet.

          La génération suivante pourra enfin tirer les lecons sereinement.

          PS : Sur RTL, Serge July en réponse à la question « castro est-il un dictateur », a répondu « bon... euh oui c’est un dictateur » en murmurant pour qu’un ne l’entende pas trop.

          Je l’apprécie encore plus chez okrent quand il fait le juge du haut de sa tribune. smiley


          • tal (---.---.29.137) 5 décembre 2006 15:13

            Quant à vous, ne croyez-vous pas qu’il est temps d’arrêter ce genre de niaiserie pour ne pas dire de connerie ? Qu’ils soient d’obédience marxiste, capitaliste démocratique ou tout ce que vous voudrez, ce sont des appréciations à la con que les uns et les autres selon leurs opinions portent sur ceux de l’opinion adverse.

            Doit-on faire une différence entre le nombre de morts attribuables à un Hitler, un Staline, un Franco, un Mao, un Castro,un Kennedy, un Jonhson,(viet-nam : massacres de mi-Laï, etc.), un Pol Pot (Cambodge),un Vincent Auriol(Madagascar:répression-massacre 200.000 morts !), un deGaulle(Guerre d’Algérie), un Mittérand (guerre d’Algérie),un Bush(Viet-nam), un (? ) Ruanda, un Taylor (Libéria),etc.etc.

            Tous ceux cités et bien d’autres, ont des centaines de milliers voir des millions de morts sur la conscience.Ces victimes étaient toujours des « ennemis du peuple » et l’étaient toujours au nom « d’une cause juste ».Et le fait que des gens comme vous ou moi lorsque nous sommes contemporains et vivons dans les pays concernés,en proie à l’endoctrinement ferment leur gueule par crainte, ou par adhésion tacite,ne signifie rien de plus qu’une égalité de tous et de tous les responsables politiques vis-à vis de cette question.

            Dictature !...Dictature ! Nous autres (« Démocraties ») n’avons que ce mot à la bouche dès qu’il s’agit de juger des autres nations,et nous trouvons comme justification aux innombrables victimes que nous avons causé et causons encore en bien des endroits du monde,le prétexte du « monde libre » qui est d’apporter la « démocratie ».

            Alors dans ces cas là les morts ne comptent pas ? C’est à dire qu’ils ne sont pas morts pareils ? Ils ne sont pas morts-morts, puisque ce n’est pas sous un régime « tyranique » « Dictatorial », Hmm ?.On pourrait ajouter, qu’ils ne n’ont pas été massacrés, ni même assassinés, mais sont simplement décédés !!! N’est-ce pas ?Hm ?!

            Les lunettes que vous ou n’importe qui pourriez chausser pour juger en fonction de ses convictions politiques, ça c’est une autre affaire...


          • tal (---.---.29.137) 5 décembre 2006 15:21

            @L’auteur :

            Correctif.

            Le post précédent vous est bien évidement adréssé


          • tal (---.---.29.137) 5 décembre 2006 17:01

            @ tous.

            Il fallait entendre "...un Bush(Irak)...et non pas Viet-nam

            Rendons à César...

            Chacun aura bien sûr rectifié.

            Merci ! smiley


          • tal (---.---.29.137) 5 décembre 2006 17:05

            Tiens, tiens ?! Panama, ou Marsupilami ou les deux, sont passés par-là... smiley smiley smiley


          • cigarro (---.---.12.169) 5 décembre 2006 17:17

            TOTALEMENT d’accord !! bien dit


          • Zam (---.---.19.171) 5 décembre 2006 19:00

            Excellent commentaire, qui remet les choses en place !!

             smiley


          • Zam (---.---.19.171) 5 décembre 2006 19:02

            je parlait du commentaire de par tal le 5 décembre 2006 à 15H13 bien entendu


          • Helios (---.---.135.71) 9 décembre 2006 17:31

            j’aime bien cette reaction, elle est pleine d’humanité. Elle me conforte dans ma position dérangeante lorsque certaines de mes relations voulaient envoyer l’armée dans les banlieues l’an passé. je suis tres fier qu’il n’y ait pas eu de morts, je suis trés fier de mon pays.

            Il n’en reste pas moins qu’il est impossible d’accepter n’importe quoi, n’importe quand. En reprenant le même exemple, si les petits voyous qui ont cassé du blanc, brulés les voitures de leurs voisins avaient reussi a mettre en peril notre société, il aurait bien fallu faire un choix : accepter le changement et se soumettre aux bandes ou passer, le plus rapidement et le plus fermement possible, a une autre dimension du maintien de l’ordre.

            Je ne veux pas excuser les uns ou les autres mais on ne peut pas assimiler les nettoyages a la Mao et les « maintiens de l’ordre » d’un Castro ou d’un Pinochet. Je sais bien que vous allez me retorquer que si il y avait eu autant de cubain que de chinois le score du leader maximo eut été a la mesure du guide du peuple. Il n’y a evidement aucune mesure non plus entre le maintien de l’ordre en algerie ou la raison d’état en France ou ailleurs. Toute atteinte a la vie est inacceptable, mais j’aimerai également préciser que la défense doit être proportionnée à l’attaque. j’aimerai qu’on m’explique comment aurait pu faire Pinochet, ar exemple, pour gouverner sans « éliminer » personne, sachant que de l’autre bord, l’élimination se pratiquait également.

            Soyez respectable, si vous souhaitez être respectés, ce serait plutôt ma devise.

            Cela dit, ici au Chili, un bon nombre de citoyens pensent que Pinochet a effectué une de ses maneouvres favorites, la simulation. Rentré sur un bracard discretement de nuit dans un hopital « reservé », quasiment mort, et assis sur son lit le lendemain sans aucune intervention est trés curieux. Un peu comme son départ de Londres en fauteuil et son arrivée a Santiago a pied en « revisant » ses troupes au passge !


          • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 5 décembre 2006 12:52

            Copie de mon court post sur un autre forum.

            Deux vieux dictateurs sont en train de cannés !

            T’in bizarre cette coïncidence, deux vieux dictateurs l’un de gauche, l’autre de droite c’est pt’être ça l’équilibre du monde sont en train d’calenchés !

            Allez bon voyage messieurs,....,si la justice des hommes vous a épargnés, j’espère simplement que la justice de Dieu existe !

            Sur Pinochet, parrait qu’il serait enterré en grande pompe ,... à l’église !

            @+ P@py


            • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 9 décembre 2006 14:50

              T’in dommage que les ceuses qui n’apprécie pas mon commentaires n’argument pas,.... et se contentent juste de voter !

              @+ P@py


            • Helios (---.---.135.71) 9 décembre 2006 17:51

              Ce serait effectivement bien qu’ils s’en aillent en même temps. Un de droite un de gauche, on ne les séparerait plus pour l’anniversaire de leur disparition.

              Génial non ?


            • space_cowbooy (---.---.57.23) 5 décembre 2006 13:26

              très intelligent (ironique)... ce qu’on peut faire aussi c’est un classement des salauds par nombre de morts ??? ça serait tout aussi imbécile...

              A tout dire, on dit aussi des conneries ! Et là pousser la comparaison sur le nombre de mort engendré par des dictatures pour en préfèrer « objectivement » plus une que l’autre serait d’une mauvaise foi confondante...

              Extrême droite ou extrême gauche, peu importe, y a toujours des miliciens dans les rues !


              • (---.---.229.236) 9 décembre 2006 01:34

                « ce qu’on peut faire aussi c’est un classement des salauds par nombre de morts ? ? ? ça serait tout aussi imbécile... »

                Oui, banalisons donc les génocides socialistes, puisque tout se vaut. On se demande même pourquoi le génocide est interdit, tiens !


              • parkway (---.---.18.161) 5 décembre 2006 13:53

                et les 3600 morts du 11/9/2001, quels sont les dictateurs qui les ont tués ?

                Hein ?

                Et les torturés d’Algérie ? les crevettes bigeard ?

                C’est qui,hein ? c’est qui ?

                y’en a toute un flopée comme ça !

                Donnez le travail à JDCH, il adore les chiffres !

                Ca le rendra peut-être plus humaniste... je rêve,là.


                • Marie Pierre (---.---.163.211) 5 décembre 2006 14:09

                  @ l’auteur,

                  Vous dites « Si l’évocation du nom de Pinochet fait trembler d’effroi du côté de St Germain-des-Prés » pour stigmatiser tous ceux qui manifestaient contre le coup d’Etat de Pinochet. J’en étais, et je ne venais pas de St Germain des Prés.

                  Pourquoi ce coup d’Etat a provoqué autant de manifestations ? Parce qu’un dictateur, marionnette de la CIA, a renversé un régime qui venait d’être démocratiquement élu. C’est ce dernier point qui doit être mis en évidence. Aujourd’hui, il semble que les Etats Unis aient d’autres chats à fouetter. Ils laissent le continent sud-américain élire ses leaders. Mais ils sont toujours présents....


                  • Dominique (---.---.30.99) 5 décembre 2006 14:27

                    « ...du beau linge à la Havane pour les funérailles de Fidel » dites-vous, avec Madame Mitterand en tête de cortège sans doute, elle qui déclarait sur le perron de l’Elysée avec émotion et solennité que Castro « est un bienfaiteur de l’humanité ». Indignation sélective oui...

                    Merci pour votre bel et juste article


                    • Lucilio (---.---.210.2) 5 décembre 2006 15:00

                      « LA plus grande victime de Pinochet est la (fragile) démocratie chilienne. »

                      Erreur. La démocratie chilienne avait déjà été assassinée par le gouvernement d’Allende. Pour rappel, l’armée chilienne renversa le gouvernement Allende sans l’aide des États-Unis (le gouvernement des USA tenta bien en 1970 d’empêcher la désignation d’Allende à la présidence par le parlement chilien, mais en 1973, ce gouvernement ne collabora en rien au coup d’État militaire) , mais surtout l’armée chilienne intervint suite à l’appel du parlement chilien. En effet, après la Cour Suprême - qui, le 26 mai 1973, avait adressé une énième protestation contre les violations sans cesse répétées par l’exécutif des décisions de justice des tribunaux (Allende y répondra en déclarant qu’en période de révolution, c’était au pouvoir politique de décider de l’opportunité de l’application des décisions judiciaires) -, le parlement chilien, le 23 août 1973, dans une résolution, approuvée à 81 voix contre 47, après le rappel des innombrables violations constitutionnelles et légales du gouvernement Allende, demande aux autorités et aux FORCES ARMÉES de mettre fin immédiatement aux situations de fait dont ils étaient fait mention. Les documents historiques sont très clairs à ce sujet :

                      http://es.wikisource.org/wiki/Acuerdo_de_la_C%C3%A1mara_de_Diputados_sobre_el_grave_quebrantamiento_ del_orden_constitucional_y_legal_de_la_republica

                      De même que les témoignages des principaux acteurs :

                      - Eduardo Frei, patron de la Démocratie chrétienne qui expliqua clairement au journal espagnol ABC le 10 octobre 1973 que les militaires furent appelés par les parlementaires pour remplir une obligation légale :

                      http://www.josepinera.com/pag/pag_tex_hablofrei.htm

                      - Patricio Aylwin - premier président du Chili après la dictature - qui, dans une entrevue à la télévision espagnole le 16 septembre 1973, expliqua comment le gouvernement Allende tentait d’installer une dictature socialiste et que l’action de l’armée fut salvatrice :

                      http://www.youtube.com/watch?v=twVdTR8gcvI

                      Petit résumé de ce qu’était le régime Allende, repris dans la résolution votée par les 2/3 des députés chiliens le 22 août 1973 :
                      - le gouvernement d’Allende a gouverné par décret dans des domaines qui étaient de la compétence exclusive du parlement ;
                      - le gouvernement d’Allende à bafoué les prérogatives du parlement en refusant de se soumettre à son contrôle et en ignorant les motions de censure contre plusieurs de ses ministres ;
                      - le gouvernement d’Allende a empêché la promulgation de lois votées par le parlement ;
                      - le gouvernement d’Allende a harcelé la magistrature pour qu’elle se plie à sa politique, en violation de la séparation des pouvoirs et a couvert des attaques perpétrées contre des membres de la magistrature ;
                      - le gouvernement d’Allende a paralysé l’action du Ministère public contre des criminels activistes proches du gouvernement ;
                      - le gouvernement d’Allende a violé toutes les lois consacrant le principe de séparation des pouvoirs en empêchant l’application des condamnations prononcées par la justice contre des criminels activistes proches du gouvernement ;
                      - le gouvernement d’Allende a systématiquement violé les décisions du Contrôleur général de la République, la plus haute juridiction administrative ;
                      - le gouvernement d’Allende a systématiquement violé le principe d’égalité devant la loi en refusant la protection de la loi aux personnes qui n’étaient pas de son bord ;
                      - le gouvernement d’Allende a attenté contre la liberté d’expression (pressions économiques, fermeture illégale, emprisonnement de journalistes, appropriation partisane et violation de la prérogative du Sénat dans la nomination de la direction de la télévision publique, etc.) ;
                      - le gouvernement d’Allende a violé l’autonomie des universités et leur droit à disposer de canal de télévision, notamment en couvrant la prise de possession illégale et violente de ces chaînes par ses partisans ;
                      - le gouvernement d’Allende a attenté, par la violence, contre le droit de réunion pacifique d’opposants à son régime alors même qu’il tolérait les réunions en armes de ses partisans et les attaques de ces derniers contre l’opposition ;
                      - le gouvernement d’Allende a attenté contre la liberté d’enseignement en voulant, illégalement, par décret, imposer un plan éducatif marxiste ;
                      - le gouvernement d’Allende a violé le droit constitutionnel de propriété en couvrant plus de 1.500 occupations illégales de propriétés et en promouvant la prise de possession illégales de centaines d’entreprises et de commerces pour les réquisitionner ensuite, spoliant ainsi les propriétaires légitime au profit du gouvernement ;
                      - le gouvernement d’Allende a eu recours d’innombrables fois aux arrestations illégales et a autorisé que ls personnes soient soumises à la torture ;
                      - le gouvernement d’Allende a violé les droits de nombreux syndicats et à fait usage de la violente contre eux ;
                      - le gouvernement d’Allende a violé la garantie constitutionnelle qui autorise les Chiliens à sortir du pays en exigeant d’eux des conditions non requises par la loi ;
                      - le gouvernement d’Allende a violé la constitution (article 10 n°16) en créant ou en autorisant nombre d’organismes séditieux (Commandos communaux, Comités de surveillance, etc.) et en leur reconnaissant une autorité illégale en contradiction avec les autorités et les organismes constitutionnels ;
                      - le gouvernement d’Allende a brisé le cadre de l’État de droit en formant et en développement des groupes paramilitaires et en tentant d’employer les forces armées et de polices à des fins partisanes ;
                      - etc.

                      Rappelons également la programme du parti politique du parti d’Allende : « La violence révolutionnaire est inévitable et légitime. Il est le résultat nécessaire du caractère violent et répressif de l’État-classe. Elle constitue l’unique chemin qui mène à la prise du pouvoir politique et économique et à sa défense ». « Il est possible pour le gouvernement de détruire les bases du système capitaliste de production. En créant et en élargissant l’aire de ’propriété sociale’ aux dépens des entreprises capitalistes et de la bourgeoisie monopolistique, nous pourrons leur quitter le pouvoir économique » ; « L’état bourgeois au Chili ne peut servir de base au socialisme, il est nécessaire de le détruire. Pour construire le socialisme, les travailleurs chiliens doivent dominer la classe moyenne pour s’emparer du pouvoir total et exproprier graduellement tout le capital privé. C’est ce qui s’appelle la dictature du prolétariat ».

                      Rappelons également qu’en trois ans de « voie chilienne vers le socialisme », le bilan des violation des droits de l’homme s’élève à une centaine de personnes assassinées, un millier blessées, 200 séquestrées, une vingtaine de journalistes torturés, etc. le tout du fait de groupes politico-militaires alliés d’Allende (par exemple, son neveu qui fut un des chefs du MIR, groupe responsable de nombreux crimes restés impunis).

                      Bien entendu, tout ceci n’excuse en rien les crimes commis sous la dictature de Pinochet.

                      « Au sujet de cette comptabilité morbide, le chiffre de 2 600 victimes chiliennes me parait bien faible. »

                      Rappelons que la Commission Nationale de Vérité et Réconciliation établie par le gouvernement chilien après la dictature, destinée à dire « la vérité sur les graves violations des droits de l’homme commises dans le pays entre le 11 septembre 1973 et le 11 mars 1990 », fait état de 3.550 plaintes, dont 2.296 furent acceptées.


                      • Lucilio (---.---.210.2) 5 décembre 2006 15:10

                        « ...el primero lleno de gente amargada, con todos sus servicios publicos privatizados, sin acceso a la salud ni a la educacion y el segundo con un pueblo maravilloso, alegre... »

                        Oye, que yo sepa, son los cubanos, por decenas de miles, que se escaparon, nadando, de la Isla del doctor Castro en dirección de los Estados Unidos, no los chilenos.


                      • Lucilio (---.---.152.5) 5 décembre 2006 17:05

                        Un lien ci-dessus est mal passé. Le voici : Acuerdo de la Cámara de Diputados sobre el grave quebrantamiento del orden constitucional y legal de la republica

                        http://es.wikisource.org/wiki/Acuerdo_de_la_C%C3%A1mara_de_Diputados_sobre_el_grave_quebrantamiento_del_orden_constituc ional_y_legal_de_la_republica


                      • ludovica (---.---.78.115) 5 décembre 2006 15:02

                        Cuantos de ustedes han estado en Chile ? Cuantos de ustedes han estado en Cuba ? perdonenme pero no saben nada. Creo que un buen analisis seria ver que ha pasado con cada uno de estos dos pueblos, el primero lleno de gente amargada, con todos sus servicios publicos privatizados, sin acceso a la salud ni a la educacion y el segundo con un pueblo maravilloso, alegre, pobre, si, pobre, pero por favor, Cuba es una isla minuscula que como maximo puede ser comparada con peru o bolivia, y que es mucho mas rica en cultura, alegria de vivir, HUMANIDAD. Cuantos de ustedes europeos amargados que no viven sin su siquiatra o sicologo, les gustaria vivir la alegria del pueblo cubano. Y eso no es el resultado de Fidel, es la lucha que ha dado todo el pueblo. No comparen peras con manzanas !!!


                        • Lucilio (---.---.210.10) 5 décembre 2006 15:12

                          « ...el primero lleno de gente amargada, con todos sus servicios publicos privatizados, sin acceso a la salud ni a la educacion y el segundo con un pueblo maravilloso, alegre... »

                          Oye, que yo sepa, son los cubanos, por decenas de miles, que se escaparon, nadando, de la Isla del doctor Castro en dirección de los Estados Unidos, no los chilenos.


                        • ludovica (---.---.78.115) 5 décembre 2006 15:39

                          Y a cuantos cubanos los reciben en estados unidos si no llegan nadando ? a cuantos latinos reciben en europa si no llegan pidiendo asilo ? todos sabemos que esa es la unica artimagna que les queda a quienes buscan mejores oportunidades (economicas) de vida. no digo que no existan personas en contra del régimen, de hecho no conozco personas mas criticas al régimen castrista que los cubanos. pero también les oi decir, que estaban dispuestos a defender hasta las ultimas sus logros, cuantos chilenos dirian eso de su regimen ? por ultimo, a quien invoca a Frei y a Alwyn como antecedente, sepan que ellos fueron los artifices del golpe. obvio que luego quieran excusarse, su pasado los persigue y tambien tienen sus manos con sangre.


                        • Lucilio (---.---.210.2) 5 décembre 2006 15:50

                          « Y a cuantos cubanos los reciben en estados unidos si no llegan nadando ? »

                          Varios miles llegan cada años a los Estados Unidos, no todos se ahogan en el mar por culpa de Castro.

                          « ...todos sabemos que esa es la unica artimagna que les queda a quienes buscan mejores oportunidades (economicas) de vida. »

                          Mejores oportunidades económicas, claro : la Cuba de Castro es el país latino-americano más miserable, gracias a 40 años de socialismo. Pero, también, esas personas buscan simplemente más libertad.

                          « ...que estaban dispuestos a defender hasta las ultimas sus logros... »

                          Cuál logro ? Cuba es el país más miserable de America, excepto Haiti.

                          « ...cuantos chilenos dirian eso de su regimen ? »

                          Los chilenos no dicen nada : se quedan y trabajan en su país dónde nunca se ha vivido mejor en toda su historia.

                          « ...ellos fueron los artifices del golpe. »

                          Como los 2/3 de los representantes del pueblo chileno. Vaya legitimidad.


                        • glop (---.---.20.15) 5 décembre 2006 20:29

                          Bravissimo, que no se olviden que los Estados Unidos déclararon guerra à Cuba, que fueron sustenidos por Mafia a quien no le gustaba perder sus casinos y traficos diversos....

                          Pinochet no estaba mas que marionetta en las manos de ITT ! NO FUE ELEGIDO !!!! Todo lo que puedan decir no es nada mas que polvo sobre cadaveres !!!


                        • Lucilio (---.---.152.5) 5 décembre 2006 20:41

                          Dis donc, Glop, tes révélations... c’est vraiment "Les bronzés s’intéressent à l’histoire latino-américaine.


                        • glop (---.---.20.15) 6 décembre 2006 06:34

                          Lucilio

                          Votre commentaire est assez significatif de votre niveau d’argumentation !

                          quant aux bronzés, serait-ce de l’austracisme ?

                          Il est vrai qu’il y a encore de nombreux « bronzés » qui frappent aux portes des grands propriétaires terriens d’Amérique du Sud, et ils frappent de plus en plus fort !

                          De toute façon, votre idéologie passera comme toutes les idéologies vous n’êtes plus que l’un des rares représentants d’une caste qui a accueilli à bras ouverts des nazis, l’opus dei et autres groupes issus du même tas de fumier.... Et ne me parlez pas de réalisme,car moi je parle de réalité...


                        • manos (---.---.216.178) 12 décembre 2006 14:26

                          gracias por tu comentario.


                        • manos (---.---.216.178) 12 décembre 2006 14:28

                          Ouais, mais déjà mieux qu’un ancien d’ HEC qui répète comme un perroquet les idioties du Figaro-Madame !


                        • nicolas boileau (---.---.248.13) 5 décembre 2006 15:37

                          excellent article. 100% d’accord.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès