Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Piratage de l’ARCTIC SEA : Bizarre, vous avez dit bizarre... (...)

Piratage de l’ARCTIC SEA : Bizarre, vous avez dit bizarre... !

La disparition de l’ARCTIC SEA suscite de plus en plus de questions qu’elle n’apporte de réponses claires quant au devenir du navire.


Et si tout cela n’était finalement pas de la piraterie ?
 Les choses se compliquent et semblent s’accélérer pour l’ARCTIC SEA. Voila maintenant que l’on parle d’une demande de rançon qui aurait été envoyée à la société propriétaire du navire, Sol Chart Management, en Finlande". Elle serait d’un million et demi de dollars (soit un million d’euros au cours d’aujourd’hui).
 
Cette information émane de l’AFP à Helsinki via le chef du Bureau national d’enquêtes de la police finlandaise, Jan Nyholm.
 
Par ailleurs, il semble se confirmer que le cargo repéré hier au large du Cap Vert "ressemble" à l’ARCTIC SEA mais celà ne peut être confirmé à 100 %, le navire, s’il s’agit bien de lui, ayant probablement été maquillé.
 
Plus les jours avancent, plus la réflexion avance, et plus ce dossier paraît bien étrange.
 
Nous allons vous livrer ici, un peu pèle-mêle, les raisons qui nous poussent à douter de ce qui semble nous être présenté comme une simple affaire de piraterie.
 
1 Tout d’abord, le navire en lui-même.
 
L’ARCTIC SEA n’est pas réellement un "diamant" pour pirates mais plutôt une pierre ordinaire. Cargo de 4000 tonnes, long de 98 mètres, construit de 1991 par les chantiers Sedef Shipbuilding Industry Inc., à Istanbul, il ne peut, vu sa taille et son age prétendre à des transports à très haute valeur ajoutée mais à du "courant" comme le bois qu’il transportait au moment de la possible commission des faits. Il n’a donc rien d’extraordinaire et sa valeur ne doit pas excéder quelques millions d’euros.
 
Aussi, vu les moyens nécessaires pour s’emparer d’un navire, il peut donc être raisonnable de penser qu’il vaut mieux s’attaquer à plus gros et plus cher....
 
2 - Le lieu de l’attaque
 
Le navire aurait été attaqué dès le 24 juillet, dans les eaux territoriales suédoises. 
L’endroit est déjà suspect en lui même car il se situe en plein milieu des eaux européennes. Les assaillants auraient donc pris beaucoup de risques pour s’emparer du navire, les eaux suédoises et européennes n’étant pas les moins surveillées du monde....
 
De plus, pour échapper à la compétence et aux poursuites d’un des Etats longeant les côtes suédoises, danoises, françaises, britanniques, belges, hollandaises, norvégiennes, etc.., il vous faut plusieurs jours avant de gagner la haute mer, soit en gagnant les eaux froides du Nord du Royaume Uni, soit en vous engageant dans le détroit du Pas de Calais, dont on sait qu’il est particulièrement surveillé, pour tout un tas de raisons (choix finalement opéré par le navire). Encore de grands risques pour les "pirates" pour somme toute, un petit butin.
 
En résumé, choisir un tel endroit, sur un tel navire, est particulièrement risqué pour les auteurs, sauf à chercher autre chose qu’une rançon pour un navire de 20 ans et une cargaison d’un peu plus d’un million d’euros.
 
3 - L’enchainement des faits et la "disparition" du navire.
 
En maintenant l’hypothèse d’un détournement par des pirates dès le 24 juillet, il y aurait une certaine logique à s’engager dans le détroit du pas-de-calais car c’était la route prévue pour gagner la destination initiale du navire en Algérie.
 
Dès lors, pourquoi ne pas faire "comme si ne rien n’était" jusqu’au bout et faire croire que le navire allait réellement gagner sa destination d’origine ?
 
En effet, si vous détenez l’équipage et que vous voulez disparaître, il ne nous semble pas raisonnable de couper toute communication dès la sortie du DST d’Ouessant et ainsi d’attirer l’attention, à la fois de votre armateur mais également des différentes autorités littorales chargées de la régulation du trafic maritime.
 
Il nous semble que la méthode la plus efficace, sauf évènement très grave qui se serait produit à bord, serait de faire pression sur l’équipage pour qu’il fasse, vis à vis de l’extérieur, comme si ne rien n’était et donne à ses interlocuteurs habituels tous les gages d’une vie à bord "normale" (on peut d’ailleurs supposer que tel fût le cas lors de la dernière communication du bord avec les autorités britanniques le 28 juillet dernier). 
 
Si vous voulez réellement "prendre le large", une opportune panne de l’A.I.S vous permet d’adopter une route différente de celle prévue et d’en prendre une autre, sans attirer les soupçons, au moins jusqu’à la date à laquelle vous étiez prévu pour arriver à votre prochain port de destination. 
 
Après cette date, rien ne pourra plus empêcher l’armateur et les autorités de se mettre à votre recherche mais alors, tout dépend de votre mobile profond et de ce que vous avez réellement l’intention de faire avec le navire....et avec sa cargaison officielle et officieuse (comme delà semble se confirmer).
 
Mais vous vous alors en haute mer ou l’intervention des Etats est beaucoup plus complexe, sauf dans certains cas bien déterminés par la Convention de Montego Bay.
 
4 - Le maquillage du navire.
 
Il se murmure, voir plus, que le navire aurait été retrouvé près des Iles du Cap Vert mais qu’il pourrait avoir été maquillé.
 
Question : dans quel but ? Pour notre part, nous pensons qu’un tel maquillage ne peut permettre, aux auteurs d’un détournement, que de gagner quelques heures ou au mieux quelques jours.
 
Maquiller un navire est effectivement possible. En effet, les navires sont maintenant construits en série, soit à la demande des armateurs, soit du propre choix des chantiers navals qui construisent, "à la chaîne", des navires similaires, certains armateurs, à travers le monde, ayant des besoins proches en matière de navires. Le navire ne se distingue dès lors plus que par les petites touches et aménagement, outillages, que le propriétaire souhaite faire installer à bord et bien entendu par sa couleur, son nom et les marques de la compagnie.
 
Il est donc possible de trouver sur les mers du globe plusieurs navires identiques ou presque.
 
Reste à savoir s’il est possible de "maquiller" un navire comme l’on maquille une voiture volée et quel peut être l’intérêt de ceux qui auraient fait celà.
 
La technique de la "doublette" peut faire illusion quelques heures ou quelques jours. Navire quasiment idenditique, même numéro IMO sur la coque, même nom, etc..
 
Sauf que renseignement pris auprès de l’armateur du "véritable" navire, et surtout si l’AIS de son navire fonctionne, vous pourrez rapidement vous rendre compte que celui que vous avez devant les yeux est une copie.
 
La seconde solution qui s’offre à vous, plus réaliste à notre sens, est de créer de toutes pièces un nouveau navire, avec nouveau nom, un nouveau pavillon, un nouveau numéro IMO (les numéros IMO sont uniques depuis 1987), avec choix pour un pays d’immatriculation ou il est difficile d’obtenir des informations rapidement et moyennement regardant sur votre pédigrée, et surtout rétif à autoriser l’intervention de forces armées ou de police sur les navires qui battent son pavillon (voir notamment les problèmes posés par les Kiribati et le Sokalique le 17 août 2007), de créer une société d’armement dans un pays tout aussi opaque à la transmission d’information, et le tour est joué.
 
Vous pouvez même ne pas afficher votre numéro IMO pour compliquer la tâche de ceux qui vous poursuivent, quand bien même cela est obligatoire mais en haute mer, l’infraction relève de l’Etat du Pavillon....
 
Pour autant, vous n’empêcherez probablement pas, à terme, les forces de police et armées d’intervenir et donner l’assaut au navire. Mais dans un monde ou l’on tente de respecter la nationalité et le territoire des autres, et le Droit d’une manière générale, respecter les règles va faire "perdre" beaucoup de temps à ceux qui vous poursuivent, le temps de négocier de l’argent ou autre chose....mais ne devrait pas empêcher l’intervention.
 
Si ce scénario se confirme et que le navire "maquillé" est bien l’ARCTIC SEA, il restera à savoir si c’est vraiment cela que cherchent les "pirates".
 
Pour ma part, je trouverai cela bien étrange de déployer autant d’énergie, de prises de risques comme d’avoir la marine russe à ses trousses, avec pour unique monnaie d’échange 12 matelots russes, un navire de 20 ans et quelques billes de bois...et une demande de rançon d’un million d’euros. 
 
Les prochaines heures et les prochains jours nous le diront. Tout ceci nous semble, comme à d’autres, bien étrange.
 
Reste une autre solution, effleurée parMikhaïl Boytenko, directeur de la revue maritime russe Sovfracht, pour qui il se peut que le navire marchand ait transporté une cargaison secrète à l’insu de ses propriétaires ou de ses affréteurs.
 
"Je crois qu’il y avait probablement à bord de ce navire une cargaison secrète (...), pas de nature criminelle mais secrète, et qu’une tierce partie n’a pas voulu qu’elle parvienne à une autre partie, et qu’en conséquence on a élaboré cette opération de haute précision", a-t-il déclaré à Reuters.
 
"Je ne pense pas que des pirates aient pris possession du navire, il s’en dégage un très fort relent d’intervention étatique. C’est de la vraie matière de récit d’espionnage, comme un roman de (John) Le Carré."
 
Cette hypothèse de l’intervention étatique permet d’envisager une problématique allant bien au delà que le navire, sa cargaison officielle, et même la vie de douze hommes.
 
Dans ce scénario, l’opération d’assaut du navire, si elle est un jour confirmée, aurait été méticuleusement préparée et menée par des forces spéciales dans le but de s’emparer d’une cargaison que l’Etat d’appartenance à ces forces aurait voulu à tout prix empêcher d’arriver à destination, y compris à celui de détourner, voir de faire disparaître un navire. Cela a un autre nom : La Raison d’Etat.
 
Rappelons que le navire a fait escale, pendant deux semaines, dans un chantier de réparation situé dans une zone réputée pour servir de plaque tournante à tout un tas de trafics.
 
Durant ce laps de temps, le navire aurait donc pu avoir le temps de recevoir une cargaison secrète, lourde et encombrante, à intercepter à tous prix pour un Etat ou une organisation.
 
On peut alors tout imaginer quant à la nature de la cargaison pouvant avoir été embarquée et sa destination...(dans mon scénario des "vampires attaquent la nuit", il s’agissait d’avions de combat "harrier" transportés par voie maritime dans le plus grand secret....).
 
5 - Une issue prochaine ?
 
Comme nous l’avons déjà évoqué dans un précédent post, citant une source russe, le navire devrait rapidement arriver en limites de capacité de soutes, et que sauf à avoir ralenti sa vitesse ou effectuer un ravitaillement en mer (ce qui renforcerait l’idée d’une opération de grande envergure), il n’aura bientôt plus de moyens de propulsion.
 
6 - Une simple baraterie ?
Le faible montant de la rançon, un maquillage fait avec les moyens du bord pourrait renforcer une simple baraterie de l’équipage, en conflit avec son armateur et ayant "inventé de toutes pièces" ce scénario rocambolesque. 
 
En résumé, il n’y a plus que six solutions pour l’ARCTIC SEA : 
 
     - Il a réussi à échapper à ses poursuivants, s’appelle désormais le SEA..... et navigue sous d’autres latitudes après avoir été ravitaillé dans un port pas très regardant sur la provenance des navires
 - Il a coulé de manière "naturelle" et nous nous faisons tous des "films".
 - Il a été coulé par ceux qui se sont emparés du navire.
 - Il est en panne sèche près du Cap Vert et d’autres développement sont à prévoir dans les prochains jours.
    - Il a été ravitaillé par ceux qui l’ont détourné, va être rattrapé par les marines lancées à sa poursuite mais j’avoue ne pas trop croire à ce scénario...
    - Il est aux mains de son équipage et c’est une simple baraterie. Nous le saurons également dans les prochaines heures.
 
Au final, ce fait divers maritime, rarissime en Europe, est véritablement passionnant par l’ensemble des questions qu’il suscite et qu’il ne maquera pas de susciter, quelle qu’en soit l’issue.....
 
Fortunes de Mer

Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • amipb amipb 18 août 2009 07:42

    L’Artic Sea a été retrouvé, l’équipage est indemne, et le secret également. Il faudra certainement quelques années avant d’en apprendre l’histoire.


    • fortunes fortunes 18 août 2009 09:42

      Les prochaines heures seront décisives pour la transparence du dossier. Si l’équipage ressort « libre » de la frégate sur laquelle il se trouve, il y a peut-être une petite chance d’en savoir plus.

      Si l’équipage est « emprisonné » pour baraterie, nul doute que nous ne saurons probablement jamais rien.
      Restera à savoir ce qu’il adviendra du navire....

    • Shaytan666 Shaytan666 18 août 2009 10:55

      Très bon article, écrit par un connaisseur en affaires maritimes, cela nous change des divagations de momo et de ses « cargos de nuit ».


      • Philou017 Philou017 18 août 2009 11:18

        « Cargo de nuit » était tres intéréssant et je le recommande. Evidemment, ca aborde des sujets qui dérangent.
        Tandis que « l’Arctic sea », c’est bien .... bateau.

        Sinon, d’accord avec l’auteur, les Russes ne nous diront que ce qu’ils veulent bien. Il va peut-être falloir du temps avant de savoir vraiment ce qui s’est passé.

        Un détournement du bateau par l’équipage me parait le plus probable.


        • Philou017 Philou017 18 août 2009 11:22

          Ca vient de sortir :
          Le cargo Arctic Sea, retrouvé lundi dans l’Atlantique, a été détourné le 24 juillet par huit pirates russes, lettons et estoniens qui ont été interpellés, a déclaré mardi le ministre russe de la Défense Anatoli Serdioukov.

          "Le 24 juillet à 23h00 (19h00 GMT), dans les eaux territoriales suédoises, un hors-bord s’est approché de l’Arctic Sea, dans lequel se trouvaient quatre citoyens estoniens, deux Lettons et deux Russes", a déclaré le ministre au président russe Dmitri Medvedev, ont rapporté les agences de presse russes.

          "Ces gens (...) sont montés à bord, et sous la menace d’armes, ont exigé que l’équipage se conforme sans condition à tous leurs ordres", a-t-il ajouté.

          Les pirates ont ensuite éteint l’équipement de navigation et ont ordonné au navire de faire route vers l’Afrique, a-t-il dit. Les suspects se trouvent actuellement à bord de l’escorteur russe Ladny et sont en train d’être interrogés, a-t-il dit. L’équipage russe de l’Arctic Sea, pour sa part, est en route pour Moscou."

          http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jIcYQL6HUy0nrc79Crh2aJRv aSdQ

          Pas très malins, ces pirates...si c’est vrai.


        • fortunes fortunes 18 août 2009 11:35

          Bonjour,


          Je lis également « cargos de nuit »....

          Pour ce qui est de l’ARCTIC SEA, son détournement fait vraiment « amateur ».

          1 - Dans les eaux européennes, qui ne sont pas les moins surveillées
          2 - Dans les eaux territoriales d’un Etat
          3 - Près de l’endroit du monde ou circule le plus de navire (Pas de Calais).
          4 - Visiblement sans base logistique. Or un bon pirate a toujours une « île au trésor » et une base arrière. Celà ne semble pas être le cas et compte tenu de l’autonomie du navire (environ 29 jours), il allait de toute façon, être rapidement en « panne sèche ».

          A moins, et sans faire partie des adeptes permanents de la « théorie du complot », que celà soit uniquement la version « présentable » de l’affaire et qu’il y ait autre chose de bien intéressant à voir ou à chercher sur ce navire.

          Vu le « black-out » qui s’est abattu depuis que les autorités « capverdiennes » ont annoncé avoir repéré le navire au large de leurs côtes et depuis que la Marine Russe a envoyé ses frégates et sous-marins à la recherche d’un navire de 3.5 millions de dollars maximum et d’une cargaison d’un million d’euros, on peut quand même avoir des interrogations sur le vrai fond de cette histoire. Et que l’on ne vienne pas me raconter que la vie de douze marins russe n’a pas de prix.....j’aurai du mal à le croire.

        • Philou017 Philou017 18 août 2009 12:52

          Bonjour,

          ce qui est surtout surprenant, c’est que le cargo ait prévenu de l’attaque alors qu’il se trouvait encore en mer du Nord, en prétendant que les pirates avaient quitté le bord.
          Ca n’a pas de sens.

          Et qu’est devenue la deuxième attaque ?


        • Halman Halman 18 août 2009 12:13

          « Plus les jours avancent, plus la réflexion avance, et plus ce dossier paraît bien étrange. »

          Tiens, mais comme c’est étrange, je lis cette phrase dans pour presque tous les dossiers...

          Comme c’est étrange.

          Bizarre, vous avez dit bizarre ? Comme c’est bizarre mon cher cousin.


          • Kalki Kalki 18 août 2009 12:52

            supposition : Et si ce qu’il y avait a transporter avait déjà disparut aux abord de par exemple l’afrique - seulement pas dans les mains que ca aurait du tomber ?

            Ca fait longtemps qu’il faudrait regarder aussi ce qui se passe sur terre et pas en mer.

            A moins que ce soit des pirates chevronné pour du bois - on nous donnera surement cette explication.


            • charles-edouard charles-edouard 18 août 2009 13:15

              je viens d’avoir poutine au telephone , il m’a confirmé que c’etait une manoeuvre de la marine ,pour tester des nouveaux satelites est appareil de localisation

              vous n’en saurai pas plus


              • wawa wawa 18 août 2009 14:15

                un cargo rouillé détourné dans les eaux européene. pour seulement un millon d’ euro de marchandise déclarée recherchée avec insistance par la marine russe.

                çà pue la barbouzerie a plein nez !!!!!

                alors qu’y a t’il vraiement dans ce cargo ? drogue, armes, traite des blanches, matériel nucléaire ?
                Pour ma par je voterai pour la dernière hypothése :

                La drogue aurait plutôt tendance a faire le chemin inverse. les russes ne se serait pas déplacés pour si peu.

                la finlande n’est pas connue pour ^tre un gros exportateur d’arme. les russes ne se serait pas déplacés pour si peu.

                traite des blanches : les russes ne se seraient pas déplacés pour si peu. ou alors persoinne importante kidnappée

                matériel nucleaire . la finlande est très en pointe elle a choisi le nucléaire pour l’éléctricité et l’eau chaude pour faire sa pate a papier. est elle si secouée par la crise qu’elle n’est trouvée que ce moyen de se procurer du cash ? à creuser. Les russe pourrait bien se déplacer pour çà.


                • katalizeur 18 août 2009 15:02

                  @ l’auteur

                  bonjour et merci pour toutes les informations

                  cela fait deja quelques semaines que plusieurs blogs avaient lancés une alerte a l’attentat a la bombe sale.....un premier navire chargé de munitions russe de contre bande a été coulé par la marine russe....les russes ne voulant pas etre impliquer dans un attentat avec des materiaux portant leur«  »« signature »«  »

                  http://islamic-intelligence.blogspot.com/2009/08/arctic-sea-une-operation-terroriste.html

                  je presente mes excuses aux non anglophone....operation novembre 1950

                  http://islamic-intelligence.blogspot.com/2009/08/operation-novemebr-1950-french-israelis.html....

                  aujourd’hui je n’ai pas le temps de faire des recherches sur le reseau voltaire , mais il y a un article qui date de plusieurs semaines qui traite de ce sujet.....le 11 septembre europeenn......il y an en qui croyent que le nabot a positionné un base au moyen orient pour aller de temps a autre y bronser.....


                  • beevoice bevoice 18 août 2009 16:44

                    ils sont forts, ou idiots ces Pirates.. ???

                    forts car si cela se confirme ils ont réussi à faire sortir un navire de la Baltique sans que cela se sache... pour info il faut s’identifier que ce soit dans les grand Belt ou dans le Sound.. puis.. Mer du Nord / Manche...
                    Puis ils faut s y connaitre un peu.. pour stopper tous les appareils qui donnent la position du navire ( AIS et autres mouchards des passerelles modernes ) ou alors... des complicités a bord du bateau..

                    Par contre, maintenant ils se font cueillir.. comme des bleus après leur cavale.. ???

                    --- mais au fait.. ils ont fait quoi ces derniers jours.. ’’ peut être un transbordement ’

                    personne ne se le demande.. car pour aller de OUESSANT au Cap Vert.. il faut juste 6 jours.. et cela fait maintenant plus de 18 jours qu ils sont sortis de la Manche ?? et a mon avis il est impossible de ’’ maquiller ’’ un navire ( surtout les documents ) et de le présenter dans un port européen.. ( c’est mon métier capitaine de navire )

                    — et aussi ... cette histoire de rançon.. ce serait pas pour brouiller les pistes.. ????

                    j’attends avec impatience la version des Russes.. 


                    • fortunes fortunes 18 août 2009 17:17

                      Bonjour,
                      Merci pour votre commentaire.
                      Effectivement, il faut un minimum de connaissances pour savoir à quoi servent les appareils sur la passerelle et éventuellement les mouchards.
                      Ceci étant, tout marin et capitaine est avant tout homme et avec un pistolet sur la tempe, vous devenez forcément plus docile aux injonctions, surtout si votre interlocuteur sait un peu de quoi il parle et que vous ne pouvez pas le mener en « bateau ».

                      A moins que vous ne soyez complice, auquel cas le problème ne se pose plus....

                      Quant à la deuxième partie de votre message, celà m’intrigue en effet de plus en plus. L’information selon laquelle le navire a été repéré au Cap Vert a « transpiré » le 14 août 2009.

                      La « libération » daterait du 17 août 2009. C’est effectivement bien long et laisse suffisamment de temps pour faire ce que l’on a y faire (envoyer un commando, « libérer » le navire, faire un transbordement, etc....

                      La rançon fait effectivement figure de « leurre ».

                      J’attends également avec impatience la version russe et de voir l’équipage et les pirates....


                    • Newby Newby 18 août 2009 18:35

                      En soit le minimum de connaissance n’est pas compliqué à acquérir. Il suffit d’ un CGO (certificat général d’opérateur 2 semaines de formation en ecole mar-mar), pour connaitre tous les instruments de communication d’une passerelle.

                      Et pour des « gens » capable de s’organiser pour monter à bord d’un navire, acquérir ces connaissances ne doit pas être un gros problème.

                      Alors menacer le capitaine n’est pas vraiment necessaire. Et pour manoeuvrer non plus d’ailleurs.


                    • Stéphane Mantoux Stéphane Mantoux 18 août 2009 17:40

                      Bon article, la piste d’une cargaison plus précieuse que le simple bois transporté par l’Arctic Sea me semble des plus intéressantes.

                      Je pencherai pour ma part pour des armes ou du matériel sensible (genre nucléaire), mais à l’heure actuelle, impossible de savoir. L’épisode rappelle un peu l’histoire du cargo ukrainien Faina et des pirates somaliens -le cargo transportait des chars T-72 destinés au Sud-Soudan.


                      • Internaute Internaute 18 août 2009 22:01

                        Il y a beaucoup d’hypothèses pas toutes crédibles.

                        La plus probable est une simple histoire d’espionnage industriel. Citroën venait de terminer les essais en Finlande de son dernier prototype de la C3 et la camouflait à fond de cale d’un vulgaire cargo pour la ramener discrètement à la barbe des services secrets de Renault. Ce que ne savait pas le Conseil d’Administration de la marque c’est que dans la boite à gants se trouvait, non pas des gants, mais le dernier contrat d’assurance auto inventé par la MAAF, celle que je préfère. La MACIF a eu vent de l’affaire et a tenté un coup pour s’en emparer. Cela fait longtemps que le contrat est dans une bouteille jetée à la mer au large de La Rochelle et en cours de récupération par un sous-marin de la mutuelle.

                        C’est pourtant pas compliqué à deviner !


                        • georges 19 août 2009 06:18

                          plus prosaiquement le cargo embarquait probablement des armes a destination de pays africains
                          pour rappel les services secrets russes ont coulé l estonia en baltique avec 900 passagers a bord en posant des pains de plastique sur la coque , a bord une cargaison qui ne devait pas arriver a bon port
                          un piratage dans les mers du nord c est nous prendre pour des imbeciles , l equipage a du se prendre en otage lui meme , le cargo repeint etc .. peut etre se sont ils sentis menacés par un service secret etranger
                          avec les russes tout est toujours possible , meme l improbable
                          a suivre ..
                           

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

fortunes

fortunes
Voir ses articles







Palmarès