Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Pour Mandela : Jouer le jeu de Félix Eboué

Pour Mandela : Jouer le jeu de Félix Eboué

Nelson Mandela restera comme un marqueur du progrès de nos sociétés vers plus de liberté, plus d’égalité, plus de fraternité.

Comme le fut, toutes proportions gardées, Félix Eboué. Une de nos grandes figures, certes panthéonisée, mais trop oubliée dans notre mémoire nationale.

Pour Mandela : Jouer le jeu de Félix Eboué.

L’émotion suscitée par la mort imminente de Nelson Mandela est à la mesure du personnage. Le leader sud-africain est une des personnalités marquantes de notre époque, de notre monde. Son combat et celui de son peuple nous concernent et nous touchent tous. Difficile de faire le tri parmi ses innombrables qualités : Courage, ténacité, tolérance, humanité, pragmatisme, intelligence, un formidable charisme. Avoir été emprisonné dann un bagne le quart de sa vie d’adulte, ne jamais abandonner, en ressortir victorieux sans oublier mais sans haine, montrer l’exemple en traquant la corruption jusque chez ses proches, être à ce point démocrate qu’on ne s’accroche pas au pouvoir alors que l’on pourrait être réélu à vie. Nelson Mandela est un tpe impeccable, zéro défaut. Et il n’est pas honnête de vouloir amoindrir l’éloge de ses qualités en ajoutant que l’Afrique du sud connaît des difficultés importantes se traduisant notamment par une violence et une insécurité records ! Sous-entendu en fait : « Les noirs ont voulu le pouvoir, ils l’ont eu, et c’était normal, mais voyez ce qu’est devenu ce pays ! » Quelle hypocrisie ! La violence dans les rues de Johannesbourg n’est pas plus élevée que dans celles de Rio de Janeiro, et pourtant nous rêvons tous de Copacabana et du carnaval. Et puis, comment aurait-il été possible de sortir d’un siècle d’aparheid en quelques mois ? Comment était-il imaginable d’intégrer dans l’économie sud-africaine 40 millions de noirs qui en avaient été soigneusement exclus au profit de 4 millions de blancs ? Comment former les cadres et les élites de demain à patir d’une population si longtemps interdite d’éducation ? Comment apprendre la démocratie quand on sort de siècles de dictature ? Comme réconcilier les oppresseurs, parfois même les tortionnaires, avec les oppressés d’hier en un claquement de doigts ?

Nelson Mandela restera comme un marqueur du progrès de nos sociétés vers plus de liberté, plus d’égalité, plus de fraternité.

Comme le fut, toutes proportions gardées, Félix Eboué. Une de nos grandes figures, certes panthéonisée, mais trop oubliée dans notre mémoire nationale. Ce guyanais, premier noir gouverneur de l’empire colonial français jusqu’à devenir gouverneur général de l’Afrique équatoriale, le premier à se rallier au général De Gaulle , le premier à faire basculer une partie de l’empire dans le camp de la France libre, à recruter, former, armer les premiers contingents des forces armées françaises libres, mais aussi l’organisateur de la Conférence de Brazzaville en 1944 qui jeta les bases de ce qui allait être la décolonisation, le haut-fonctionnaire français, admirateur des valeurs de notre République, au nom desquelles il dénonçait la violence du système colonial, et sans jamais oublier ses origines, lui le descendant d’esclaves déportés d’Afrique.

Nelson Mandela aurait pu écrire le discours prononcé par Félix Eboué en 1937 à la jeunesse de la Guadeloupe, dont il était le premier gouverneur noir : « Jouer le jeu »[1] : 

« Jouer le jeu, c'est, par la répudiation totale des préjugés, se libérer de ce qu'une expression moderne appelle le complexe d'infériorité. C'est aimer les hommes, tous les hommes, et se dire qu'ils sont tous bâtis selon la commune mesure humaine qui est faite de qualités et de défauts.(…) Jouer le jeu, c'est respecter l'opinion d'autrui, c'est l'examiner avec objectivité et la combattre seulement si on trouve en soi les raisons de ne pas l'admettre, mais alors le faire courageusement et au grand jour.

Jouer le jeu, c'est respecter nos valeurs nationales, les aimer, les servir avec passion, avec intelligence, vivre et mourir pour elles, tout en admettant qu'au delà de nos frontières, d'authentiques valeurs sont également dignes de notre estime, de notre respect. C’est (…) comprendre alors que tous les hommes sont frères et relèvent de notre amour et de notre pitié.(…) C'est trouver autant d'agrément à l'audition d'un chant populaire qu'aux savantes compositions musicales. C'est s'élever si haut que l'on se trouve partout à son aise, dans les somptueux palais comme dans la modeste chaumière de l'homme du peuple ; c'est ne pas voir un excès d'honneur quand on est admis là, et ne pas se sentir gêné quand on est accueilli ici ; c'est attribuer la même valeur spirituelle au protocole officiel, à l'académisme, qu'au geste si touchant par quoi la paysanne guadeloupéenne vous offre, accompagnée du plus exquis des sourires, l'humble fleur des champs, son seul bien, qu'elle est allée cueillir à votre intention. »

Eboué-Mandela : même combat !

Nous vivons une e-poque formidable !

http://pierrethivolet.blogspot.fr/2013/06/pour-mandela-jouer-le-jeu-de-felix-eboue.html


 


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Rensk Rensk 29 juin 2013 15:54

    Mandela est une histoire... qu’on tente désespérément le faire entrer dans les livres d’Histoire.


    • efzed 1er juillet 2013 13:44

      Personne n’a des infos un peu plus fiable que ce torchon ?

      Quand je vois que la CIA le met en prison pendant 27 ans, puis plus tard lui donne un prix Nobel de la paix et Obama lui-même affirme que Mandela est son héro, il y a un truc louche dans cette histoire. Qu’a fait Mandela pour avoir l’admiration d’Obama et de la CIA ? Obama qui est lui même en guerre (militaire et économique) dans à peu près tous les pays du monde, qui menace la France de représailles (si la France ne suit pas le marché transatlantique) aurait comme héros un humaniste ? ben voyons ?

      Pourquoi Mandela présenté si humaniste, n’a t’il rien fait contre le Sida et la pauvreté extrême des noirs justement ? Comment se fait-il que les blancs possèdent toujours 80 % des terres et des richesses du pays ?

      Une vrai biographie plus objective serait la bienvenue.


      • cevennevive cevennevive 1er juillet 2013 14:11

        Bonjour,


        Les journaliste, les têtes couronnées, les présidents, les dictateurs, les quidams ordinaires etc.. pleurnichent devant la mort imminente de Mandela. 

        Mais alors, comment se fait-il que ces mêmes personnes aient pu accepter de le voir emprisonné durant tant d’années sans broncher, sans protester, sans remuer ciel et terre ? (Ils savent pourtant bien le faire pour d’autres sujets).

        Je ne me souviens pas d’avoir lu à ce sujet, les mêmes diatribes qui ont présidé à l’invasion de l’Afghanistan, de l’Irak, de la Libye, et à l’envahissement des territoires de la Palestine.

        J’étais pourtant une lectrice assidue de la presse pendant toutes ces années...

        Peut-être est-ce leur mauvaise conscience qui se manifeste là ?

        Cordialement. 





Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Pierre Thivolet


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès