Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Pour qui voter - Québec ?

Pour qui voter - Québec ?

Le 26 mars prochain, ce sera l’occasion pour les sept millions de Québécois d’exercer le droit le plus fondamental de la démocratie : le vote. Bien sûr, tout le monde ne se prévaudra pas de ce droit important et le taux de participation toujours en dégringolade donnera encore des sueurs froides aux héritiers de Weber, Montesquieu, Socrate et autres penseurs du « gouvernement du peuple par et pour le peuple ».

Plusieurs choix sont possibles pour l’électorat de la Belle Province. Si les trois principaux partis font figure de mastodontes indéracinables dans un schéma politique pourtant récent, la présence des tiers (terme pourtant peu propice) que sont le parti vert et Québec solidaire aura l’avantage de ratisser large dans les opinions politiques.

Mais pour qui voter ? La question n’est pas simple et mérite qu’on y pense sérieusement, avant de se jeter corps et âme dans des solutions minoritaires qui n’auront pour seul avantage que de préparer à des élections dès l’assermentation d’un quelconque Premier ministre. Mais si vous êtes de ceux qui vont répondre à la question/titre, vous aurez au moins le mérite d’être qualifiés de citoyens.

Entre André Boisclair, Jean Charest, Françoise David, Mario Dumont et Scott Mckay, le choix est quand même simple. Même si complexe a priori. À vous de voir et de juger.

Votez pour André Boisclair du parti Québecois si vous êtes souverainistes ou séparatistes ou nationalistes (quoi que..). En faisant abstraction de la question nationale (même si c’est impossible), le parti québécois reste quand même un parti social-démocrate de centre gauche dont les valeurs comme la famille, le travail, le social, l’entraide ou la compétitivité sont les maitres mots. Cette année, le parti a misé avant tout sur l’éducation comme socle d’une réussite irrémédiable. Le gel des frais de scolarité est d’ailleurs l’une des propositions concrètes faites en ce sens. Si la santé reste indéracinable des préoccupations du parti, il ne faudra pas rêver d’une baisse d’impôt avec le PQ. Ce n’est pas une idée de la maison, allez voir plutôt ailleurs...

C’est-à-dire au Parti Libéral du Québec (PLQ). Baisse d’impôt et santé sont les chevaux de bataille du parti de Jean Charest, Premier ministre sortant. C’est aussi le parti du fédéralisme, quel qu’il soit. Asymétrique ou d’un autre genre, vous êtes assuré en votant pour la maison de ne jamais quitter le Canada. Son entente cordiale et presque parfaite avec le gouvernement de Stephen Harper a fait oublier les catastrophiques rencontres entre le fédéral de Paul Martin et le provincial de M. Charest. Avec le PLQ, les étudiants payeront pour leurs études, les garderies resteront à 7 $ pour un temps indéterminé et les mécontents resteront mécontents. Mais si vous êtes de droite modérée, si vous pensez qu’il faut donner à l’entreprise suffisamment de ressources pour que l’ensemble de la population puisse par la suite s’enrichir, vous êtes mieux de voter pour M. Charest et ses 124 autres candidats. Mais si vous ne croyez plus trop à ce vieux modèle québécois, la solution est....

Adéquiste. Elle s’appelle l’option Mario Dumont de l’Action démocratique du Québec. Vous ne croyez plus aux gouvernements de ces 20 dernières années. Vous en avez marre parfois et surtout de ces immigrants qui emmerdent le monde, vous souhaitez donner aux politiciens classiques une leçon de populisme, votez pour l’action avec l’ADQ. Ici pas de chiffres avant d’autres chiffres. Les vieux et les gens de régions sont les bases du système. Presque pas d’équipe, mais un chef. Un chef qui dit ce qu’il pense et pense parfois ce qu’il ne dit pas. Un chef prêt à tout pour gouverner et qui met la dette et/ou la croissance au centre de l’univers. Il vous redonnera votre argent directement. Moins de programmes de garderies, plus de commissions scolaires, votre argent on vous le rend, quitte à tout chambouler. Et finalement on ferme la question nationale et on ouvre les portes d’une autonomie. Autonomie envers le Canada ou le Québec ? Rien n’est certain. Il faut une solution. C’est le parti à la droite du centre droit. La solidarité on y pense, mais pas trop. On laisse cela aux deux autres de....

Québec Solidaire. Déjà ils ont deux chefs : Françoise David et Amir Khadir. Ce qui n’est pas très fort en politique, car il faut au minimum savoir ce qu’on veut dans ce monde de requins. Eux, c’est la gauche à gauche du centre gauche. Si vous croyez au social comme moteur de la vie politique, vous êtes en terrain sûr. Nationalisation de l’éolienne ou gratuité scolaire sont quelques unes de leurs qualités. Sans compter bien sûr sur les thèmes traditionnels comme la justice sociale. Mais l’idée d’avoir un député ne semble pas trop leur tenir à cœur. Prenez l’exemple des deux chefs. Le seul choix de leur circonscription laisse à réfléchir. David a choisi Gouin, chantre péquiste et comté de Nicolas Girard qui dans les faits agit comme #2 du PQ. C’est aussi l’ancien comté du chef péquiste André Boisclair. Dans le cas de Khadir, il a choisi Mercier. Là encore, c’est presqu’un bastion péquiste. C’est le comté de Daniel Turp, le monsieur International du PQ. Mais comme nous sommes en politique, tout est possible. Il ne reste donc qu’un seul sujet à traité : l’environnement. Et çà c’est l’affaire du...

Parti vert. C’est un jeune parti qui se cherche encore. Ils sont pro-environnement à 300% et cela personne ne peut le contredire. Mais au-delà de ça, pas grand-chose. Santé ? Éducation ? Gel ou dégel ? Dette ou déficit ? Scott McKay, le tout nouveau chef (depuis plusieurs mois quand même) devra mieux agencer son discours afin que l’opinion publique sache vraiment de quoi il est question outre la question de l’environnement. Même si, oui de plus en plus on ne pourra plus rien faire si cette question n’est pas au centre des préoccupations des différents gouvernements. C’est d’ailleurs pourquoi la majorité des partis politiques ont une idée et une position assez ferme dessus. Maintenant il y en a qui en font un peu plus, d’autres un peu moins. En général il est mieux d’avoir une idée de la gestion gouvernementale pour ensuite pouvoir faire des propositions concrètes. C’est pourquoi les positions du PLQ, du PQ (et dans une moindre mesure) de l’ADQ sont probablement celles qui se rapprochent le plus des stratégies viables.

Au final, il faut voter, peu importe vos aspirations. Il faut, autant que faire se peut, éviter les votes qu’on dit contestataires ou même utiles et voter pour ses propres aspirations ou selon le candidat qui se rapproche le mieux de ses valeurs. À ceux qui auraient la malencontreuse idée de ne pas voter, il vous reste sept jours pour faire de vous un être humain du 20e siècle, c’est-à-dire un citoyen politique.


Moyenne des avis sur cet article :  4.18/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • josew (---.---.25.142) 20 mars 2007 20:53

    Espérons que « le Parti Vert » du Québec ne soit pas aussi noyauté par le social libéralisme que son corolaire français...

    Il n’y a pas de José Bové au Québec pour défendre de manière radicale et sincère l’écologie et le patrimoine des générations futures ?

    En tout cas merci pour cet éclairage intéressant de la vie politique québécoise.


    • (---.---.60.158) 21 mars 2007 12:56

      Il n’y a pas de José Bové au Québec pour défendre de manière radicale et sincère l’écologie et le patrimoine des générations futures ?

      Il n’y a qu’en France que ce genre d’hurluberlu peut faire un début de carrière. Qu’on se souvienne de Ferdinand Lop et de Mouna Aguigui...


      • camelia (---.---.194.21) 24 mars 2007 14:12

        Je n’ai pas bien saisi les différences entre les partis. C’est de la fumisterie généralisée ?


        • Minak (---.---.37.20) 25 mars 2007 00:36

          Excellent panorama de l’offre politique au Québec à la veille des élections du 26. Félicitations à son auteur.

          Minak, Ivry s/Seine, France


          • moebius (---.---.157.181) 25 mars 2007 01:26

            Trés bon ! trés pragmatiques les québéquois, « ont paye un peu plus, un peu moins ici ou là », quelle différence ! chez nous c’est un peu plus compliqué (en apparence tout du moins) car nous nous devons d’éclairer le monde de toutes nos lumiéres. Appréciez vous nos fromages ?


            • Bernhardt Beaudry Bernhardt Beaudry 25 mars 2007 18:45

              Très bon article !

              Ce que je trouve fou dans ces élections, c’est la prise de position des médias québécois, du moins sur internet ; Cyberpresse, à fond à droite (PLQ et ADQ) et le Devoir, à gauche (ayant même officiellement appuyer le PQ). Les médias sont de plus en plus un poids important dans toute campagne, mais cette fois, pour celle du Québec, je trouve qu’ils ont font un peu trop. Suis-je atteint de paranoïa !?

              A noter qu’en France c’est encore pire je crois !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès