Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Pourquoi les dirigeants africains ont peur des éléctions ? Le cas de (...)

Pourquoi les dirigeants africains ont peur des éléctions ? Le cas de Gbagbo

Les élections restent le moyen le plus sûr pour un peuple de choisir ses dirigeants. Les élections sont le ciment de la démocratie. La démocratie par définition est le pouvoir du peuple par le peuple et pour le peuple. Ainsi compris, le peuple est le garant de la nation. Il choisit par le moyen des élections libres et transparentes de confier la gouvernance de la cité à celle ou à celui qu’il estime mieux placé pour garantir la paix dans la cité. J.J. ROUSSEAU parle même d’une sorte de contrat social entre le peuple et ses dirigeants. Par conséquent, pourquoi Laurent GBAGBO a peur de subir le suffrage du peuple ? Comment peut-on prétendre gouverner au nom du peuple et se méfier de celui-ci ?

Depuis une dizaine d’années, Gbagbo dirige la Côte-d’Ivoire sans prendre garde de se présenter devant le peuple. On sait que ces multiples stratégies de report d’élections, avaient plongé ce pays dans une guerre civile faisant des milliers de morts. Le chef de la rébellion, Guillaume SORO finira par intégrer le gouvernement au rang de premier ministre. Le tandem ainsi constitué prendra le pays en otage. Laurent Gbagbo le sait, il n’a plus d’ennemis armés en face étant donné que l’ancien rebelle en a eu pour son ventre. Les deux faux ennemis aujourd’hui sont prêts à tout braver. Sans la moindre honte, ils ont mit fin à ce qui pouvait être le retour de la démocratie dans ce pays de plus de 20 millions d’habitants. 

La Côte- d’Ivoire va-t-elle replonger dans le désarroi ? Une chose est certaine, le refus de la démocratisation ouvre les voies à toutes les formes de terreur. Déjà, samedi, les manifestations ont été marquées par de nouveaux incidents.

Une semaine après la dissolution du gouvernement et de la Commission électorale indépendante (CEI) ivoirienne, l’une des manifestations lancée par l’opposition contre le président Laurent Gbagbo a été pour la première fois marquée vendredi par des morts, au moins au nombre de cinq à Gagnoa (centre-ouest).

Pour guillaume SORO, chargé de former un nouveau gouvernement, la priorité est de séduire et corrompre, sans nul doute par des billets de banque, quelques membres de l’opposition afin qu’ils intègrent le gouvernement. C’est la forme la plus élevée de la politique du ventre. Les discussions sont en cours. Et le peuple dans tout cela ? L’histoire nous enseigne qu’en Afrique on se sert du peuple par un discours sucré pour accéder à un poste politique faisant au passage des morts, il s’agit de quelques cons pas assez avisés qui croient en la race des politichiens. Mais, après avoir atteint son but, on se détourne du peuple pour mieux l’avilir.

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, est préoccupé par la situation politique et par les affrontements de vendredi en Côte d’Ivoire et appelle au calme, a indiqué son service de presse.

Samedi, des manifestations organisées contre le président Gbagbo ont été marquées par de nouveaux incidents, avec notamment l’incendie du siège du parti présidentiel à Korhogo (nord), a-t-on appris de sources concordantes.

Le bâtiment est "parti en fumée", a rapporté un journaliste local, précisant que l’attaque avait eu lieu après la dispersion de la marche.

A Bouaké (centre), fief de l’ex-rébellion des Forces nouvelles (FN), la préfecture et la mairie ont été saccagées, a constaté un correspondant de l’AFP.

Des barricades avaient été installées aux environs du siège de l’ex-rébellion, et une voiture garée devant l’entrée incendiée, a-t-on noté.

Environ un millier de manifestants, certains munis de gourdins et de cailloux, avaient entamé dans la matinée une marche aux cris d’on ne veut pas Gbagbo".

Il reste à tirer la conclusion. La démocratie n’est pas un exercice aisé. Déjà, J. CHIRAC le faisait remarquer aux africains. Par conséquent, ces hommes politiques se convertissent à la démocratie et jouent au démocrate avec une douceur d’agneau comme moyen d’accéder au pouvoir. Mais, une fois au pouvoir, la nature ayant horreur du vide, la tyrannie qui les caractérise reprend le dessus et le vieux démon est obligé de sortir de sa cachette. Laurent GBAGBO n’était pas né pour être démocrate. Il fait partie de la race d’autres politichiens de son espèce qui gouvernent l’Afrique. Et lorsque le peuple s’en est rendu compte, il était déjà trop tard. Est-ce réellement de la faute de GBAGBO ? Les africains devraient se rendre à l’évidence que les démocrates est une espèce très rare sur le continent. Ces hommes-là ne sont pas des politiciens, quel que soit le sens qu’on donne à ce mot. Le mot politique est trop élevé pour eux. C’est sont des politichiens. Aux africains de ce méfier des politichiens. 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • morice morice 1er mars 2010 11:46

    Pourquoi les dirigeants africains ont peur des élections ?


    parce que ce sont des dictateurs....

    • Makan 1er mars 2010 12:15

      @L’auteur,

      Peut-être faudrait-il poser la question de l’avenir de nos dirigeants une fois qu’ils ne seront plus au pouvoir ?

      Que deviendra Bagbo une fois qu’il aura quitté la présidence ? Sera-t-il poursuivi par toutes sortes de juridictions (CPI, France pour Kiefer) ou aura-t-il droit à une immunité quelconque ?

      Je ne dis pas que tous sont dans ce cas de figure (par exemple, je crois que Tandia au Niger n’avait pas ce problème, ce qui rend son entêtement inexcusable), mais en Afrique ne mettons-nous pas la charrue avant les boeufs ? Nous voulons que les dirigeants se retirent d’eux-mêmes sans leur offrir la garantie d’une vie paisible après le pouvoir.

      Même ceux qui ne risquent pas aussi gros que Bagbo n’ont aucune garantie qu’ils pourront vivre en citoyen libre dans leur pays une fois qu’ils auront quitté le pouvoir. Eux et leur entourage pourrait être la cible d’une chasse aux sorcières sans que personne ne s’en émeuve.


      • faxtronic faxtronic 1er mars 2010 14:02

        ben c est la bonne definition de la democratie. Evidemment c est comme les droits de l homme, c est absolument inatteignable, car toutes elections induient manipulation et tromperie, et sert surtout celui qui a ete elu.


      • faxtronic faxtronic 1er mars 2010 14:07

        mais il y a des gradients. Ainsi Khadafi, Mao, Staline,Hitler Amin dada, Bokassa et autre sont de pietres democrates compares a Sarko, Bush, Tatcher, et autres. Mais Srako, Bush, Clinton, et autre sont loins d etre des parfaits democrates.

        C est pareil pour les droits de l homme. On peut gueuler sur la France(ou autre pays europeens) si vous voulez, il n empeche que les droits de l homme y sont mieux garanties que dans la plupart des autres pays du monde.

        Mais de toute facon, on a rien a craindre, la mondialisation imposera un nivellement, a un niveau moyen. Il sera infiniment plus bas qu en Europe actuelle, amais infiniement plus haut que danas la plupart des pays actuels.

        Bien a vous


      • Frédéric Guinot Frédéric Guinot 1er mars 2010 15:31

        Il y a deux sortes de politiciens, ceux qui veulent servir et ceux qui veulent se servir. L’Afrique a souvent produit le pire, mais aussi le meilleur, Mandela.
        FG


        • Noor Noor 1er mars 2010 16:22

          «  Pourquoi les dirigeants africains ont peur des élections ?

          parce que ce sont des dictateurs....  »


          JE CROIS QUE TOUT EST DIT...


          • vivien françoise 2 mars 2010 00:11

            Bonsoir
            Si je me souviens bien, Laurent Gbagbo était enseignant, professeur d’histoire.
            Je me souviens aussi d’un Laurent Gbagbo haranguant la foule contre le vieux Houphouet,
            Il est loin le temps où ce monsieur disait pis que pendre contre le vieux. Il parlait d’une atteinte aux libertés des Ivoiriens, il parlait de démocratie. 
            Retournement de situation, ceux qui l’encensaient à cette époque, veulent le pendre aujourd’hui.
            Juste une question à l’auteur, où se situe la préfecture de Bouaké, j’avoue que j’ai oublié. 
             Qui est fou, pour lâcher une si belle place ?
            VF


            • Brice MATINGOUT 4 mars 2010 23:44

              Chirac avait-il raison quand il disait que l’Afrique n’est pas prête pour la démocratie ? Aujourd’hui nous pouvons l’affirmer sans trop se tromper ?


              • Brice MATINGOUT 5 mars 2010 10:14

                Est-ce l’Afrique peut s-en sortir à partir du copier-coller des systèmes politiques occidentaux tels la démocratie ; on se rappele qu’il y a quelques années les pays africains étaient soit capitlistes soit communistes ce qui n’a vraiment rien avoir avec le contexte sociologique du continent 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Brice


Voir ses articles







Palmarès