Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Premières difficultés de mise en oeuvre des réformes au Chili (...)

Premières difficultés de mise en oeuvre des réformes au Chili ?

Premières difficultés de mise en oeuvre des réformes au Chili ?

20 juillet 2014

Nous avons suivi de très près la constitution du programme électoral de la Nouvelle Majorité, puis la mise en oeuvre des promesses électorales et leur traduction en mesures, lois, etc, au bout d'un mois (1), puis aux cent jours (2).

Nous nous sommes réjouis de ces réalisations qui nous semblent aller dans le sens des revendications d'un grand nombre de Chiliens.

Aujourd'hui nous nous interrogeons suite à « l'incident » du mercredi 9 juillet concernant la réforme tributaire, soit la signature d'un protocole entre le ministre de l'Economie, Alberto Arenas, et les sénateurs membres de la commission économique, qui s'est traduit par des ajustements de la réforme fiscale, et ce sans en informer quatre partis de la majorité : Parti Radical (PRSD), Mouvement Large Social (MAS), Gauche Citoyenne (IC) et Parti Communiste (PCCh) (3).

Cet accord, qui nous paraît inadmissible (dans sa méthode, bien sûr, mais aussi dans la parole non tenue), fait malheureusement penser à un retour à la politique des consensus conduite par les gouvernements de l'ex Concertation et vivement critiquée en son temps.

Les premières réactions à l'annonce de cette signature sont venues de représentants des formations politiques de la Nouvelle Majorité absentes de l'accord (4). Les deux jeunes députées communistes ont rejeté la politique de consensus pratiquée par l'ancienne Concertation (5). La réunion des responsables politiques des partis de la coalition au gouvernement avec le ministre de l'Economie le lundi 15 juillet a dissipé les doutes, car il a soutenu que le coeur du projet n'était pas dénaturé. G. Teillier, président du PCCh, a alors indiqué que les communistes allaient étudier le rapport et décideraient ensuite de la conduite à tenir à la chambre (6).

L'opposition ne s'est pas privée de saisir l'occasion pour déclarer que l'accord constituait le premier échec du gouvernement (7).

Nous espérons que les députés PC/IC, qui ne voient pour l'instant qu'une faiblesse dans la forme, ont raison et qu'il ne s'agit pas d'une trahison.

Affaire à suivre, donc …

Par ailleurs, nous nous sommes réjouis des réactions des députés ex-dirigeants étudiants de la « bancada juvenil » (8). Ils ont fait part au ministre de l'Education de leur préoccupation : ils ne veulent pas que le projet de réforme de l'éducation subisse une quelconque « distorsion » provoquée par la pression ou des négociations avec des secteurs de droite. Ils ont prévenu qu'ils n'étaient pas disposés à participer à l'élaboration d'une réforme qui « ne réponde pas aux intérêts des Chiliens ».

De même, Barbara Figueroa, présidente de la Centrale Unitaire des Travailleurs (CUT), rejette les formes sous lesquelles cet accord a été signé et espère que de telles pratiques ne se reproduiront pas au moment du débat sur les lois relatives aux réformes de l'éducation et du code du travail (9).

Ayant considéré que la Nouvelle Majorité était différente de l'ancienne Concertation, non seulement du fait de ses composantes, mais aussi par l'existence d'un réel programme de changement, après ce « clignotant rouge », nous resterons attentifs à tout ce qui se passe au Chili, et plus particulièrement à l'évolution des dossiers ci-dessus mentionnés. Et notre vigilance restera entière quant à une réforme que nous considérons comme fondamentale : celle des institutions. D'autant plus que les secteurs de droite de la Nouvelle Majorité n'ont pas raté l'occasion d'avancer, par la bouche du sénateur Zaldivar, quelques notions sur la future réforme constitutionnelle, affirmant que seul le Congrès avait le pouvoir constituant (10).

De toute évidence la lutte pour faire aboutir les réformes doit vaincre des résistances y compris à l'intérieur de la coalition gouvernementale.

N. Briatte et J.C. Cartagena

 

NOTES :

 

  1. http://www.legrandsoir.info/le-chili-apres-un-mois-de-gouvernement-de-la-nouvelle-majorite.html

  2. http://el-siglo.blogspot.fr/2014/05/chili-realisations-et-reactions.html

  3. http://www.hacienda.cl/sala-de-prensa/noticias/historico/ministro-arenas-firma-acuerdo.html

  4. http://200.83.3.57/noticia/2014/07/09/senador-navarro-sobre-acuerdo-por-reforma-tributaria-me-da-mala-espina

    http://www.nodal.am/2014/07/conflictos-en-frente-oficialista-por-aprobacion-del-protocolo-de-la-reforma-tributaria/

  5. http://www.pcchile.cl/?p=9441

    http://www.pcchile.cl/?p=9445

  6. http://www.pcchile.cl/?p=9470

  7. http://www.fundacionavanzachile.cl/noticia/cristian-larroulet-el-acuerdo-tributario-suscrito-por-el-gobierno-y-la-oposicion-fue-la

  8. http://www.abc.es/agencias/noticia.asp?noticia=1624155

  9. http://www.biobiochile.cl/2014/07/11/presidenta-de-la-cut-y-acuerdo-por-reforma-no-vemos-con-buenos-ojos-estas-formas.shtml

    http://www.publimetro.cl/nota/cronica/presidenta-de-la-cut-y-acuerdo-por-reforma-ese-no-es-el-camino-que-la-ciudadania-esta-esperando/CPIngk !Vvq3ULTtGh29NrGtXYRdbw/

  10. http://www.latercera.com/noticia/politica/2014/07/674-587161-9-zaldivar-por-nueva-constitucion-el-poder-constituyente-esta-en-el-parlamento-no.shtml


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • lsga lsga 22 juillet 2014 10:46

    Avec une constitution écrite par Augusto Pinochet, vous n’arriverez à strictement rien. C’est même inutile d’essayer. 

     
    Commencez par vous battre pour l’abolition de cette constitution fasciste. 
     
     
    Au passage :

    • BRIATTE 22 juillet 2014 17:18

      Bonjour Isga,

      Le changement de la constitution de Pinochet est inclus dans le programme de gouvernement de la NM et il sera mis en chantier fin 2014 / début 2015.

      La modalité (projet gouvernemental avec plébiscite, assemblée citoyenne, assemblée constituante, etc.) n’est par contre pas encore définie.

      D’où notre phrase : « Et notre vigilance restera entière quant à une réforme que nous considérons comme fondamentale : celle des institutions. »

      N Briatte et JC Cartagena

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

BRIATTE


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès