Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Présidentielle américaine : Duel Trump Sanders ?

Présidentielle américaine : Duel Trump Sanders ?

Donald Trump et Bernie Sanders sont en train de bousculer la « démocratie » en Amérique. Alors que les observateurs et les appareils des partis républicains et démocrates s’attendaient en définitive à un affrontement Jeb Bush (ou kasich) – Hillary Clinton, ils se retrouvent face à un duo de troublions qui méconnaissent volontairement les règles et sont l’expression claire du mécontentement des américains. Mais peuvent-ils gagner la primaire face à « l’Establishment » ?

Les appareils des deux partis sont en train de voir comment éviter un tel scénario : au sein des démocrates, la mobilisation pour Hillary Clinton sera forte et cette dernière bénéficiera lors de la convention des votes du parti (500 délégués sont désignés par l’appareil sur 4765). D’où le problème de Bernie Sanders, pour l’emporter il faudrait qu’il ait une assez forte avance sur sa rivale en nombre de délégués élus : 2383 contre 1882). Pour Donald Trump, le problème se pose aussi, l’on vient de le voir lors de la primaire du Colorado qui a été remportée par Ted Cruz l’ultra-conservateur. Là-aussi, cette primaire qui mixte poids de l’appareil et vote des militants a démontré vers qui penche le système.

Car, les deux outsiders inquiètent fortement : Bernie Sanders se réclame socialiste, ce qui jusqu’à présent est plutôt une insulte aux USA. Mais il peut compter sur l’appui des classes jeunes et paupérisées qui ont fort bien compris son discours. Pour Trump, l’on est là-aussi sur un rejet de la politique actuelle des Etats-Unis, ce dernier ne cache pas qu’il est protectionniste et plutôt isolationniste : pour lui les interventions en Afghanistan et en Irak ont démontré que les Etats-Unis se sont fourvoyés même s’il fait souvent preuve de méconnaissance des problèmes.

Cette révolte des électeurs ira-t-elle jusqu’au bout ? On peut en douter : Wall Street serait horrifié que l’un des deux puisse accéder au pouvoir tout comme l’appareil d’Etat, les deux partis et les médias (voir http://www.christophebugeau.fr). Sanders et Trump se feront éreintés avant l’élection. Il est clair que le pouvoir ne revient pas vraiment au Peuple même quand celui-ci commence à le réclamer, ce qui est clairement le cas lors de ces primaires.

Alors, vers quel scénario risque-t-on de se tourner : peut-être la désignation de Cruz côté républicain (qui n’est guère modéré mais plus toléré). Et certainement la désignation de Clinton côté démocrate. Quoi qu’il se passe : L’un des deux troublions ne pourra arriver au pouvoir sans qu’il y ait une forte opposition. Et il est peu probable que l’un des deux réussisse. Le prochain Président sera probablement une Présidente dont la politique sera dans la continuité de ses prédécesseurs.

Et Hillary n’est pas connue pour être une colombe mais plutôt un faucon. Nous devons donc nous attendre à un Président américain interventionniste à partir de 2017 qui risque fort de vouloir mener une politique plus musclée au moment où les Etats-Unis perdent de l’influence dans le monde et où ils devraient au contraire faire des concessions. Cela augure mal de relations internationales apaisées : nous risquons plutôt de voir les tensions s’exacerber à l’avenir. La transition pacifique vers un monde multipolaire est mal engagée. 

Quant à la politique interne des Etats-Unis, il est difficile de savoir quelle sera la réaction des américains face aux résultats d’une élection qui leur aura été plutôt volée. Le Peuple n’apprécie pas toujours qu’on lui dise M…. ! 


Moyenne des avis sur cet article :  3.81/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • piera 12 avril 16:28

    "Bernie, Hilary et Donald« ça peut faire penser au film »Le bon, la brute et le truand". 

    Pour le truand Trump, l’idéal serait un final du genre :

    https://youtu.be/P2W4FsDVKMY.

    Mais Bernie est-il armé pour un pareil scénario ? On peut en douter, la NRA en doute. L’Amérique fait du cinéma mais permute les rôles dans la réalité. C’est peut-être pour prévenir cela que dans le film ironique de Leone, le bon n’est en fait pas si bon.


    • malko malko 12 avril 19:17

      Trump pourrait bien gagner.

       
      Il a toutes les qualité pour ça :
      - une super grande gueule
      - un culot monstre
      - un barratin inépuisable
      - la vérité, il s’en contrefout, c’est un concept ringard
      - opportuniste à 300 à l’heure : en fonction des auditoires, il est libertarien ou communiste.
      - aucun programme réel, aucune valeur fixe : être élu, c’est tout ce qui compte

      Pour l’instant, son problème, c’est d’apprendre l’espagnol en 3 mois, et de s’inventer une arrière-grand-mère mexicaine qu’il a toujours adorée.

      • Parrhesia Parrhesia 13 avril 07:20

        @malko
        Vous avez peut-être raison en ce qui concerne Trump et en réalité, je n’en sais rien.

        Mais ce que je sais avec la certitude que donne l’expérience c’est que le mépris de la classe politique contre laquelle Trump se présente est à coup sûr une qualité.

        Une fois de plus, pour éviter toute confusion, je dis bien « mépris de la classe politique actuellement au pouvoir » et non « le mépris de l’Amérique et du peuple américain » !!!


      • Fergus Fergus 12 avril 19:19

        Bonsoir, Clinton

        Il ne faut pas se faire d’illusions côté démocrate : les jeux sont quasiment joués en faveur de Clinton. Mais Sanders l’aura obligée à « gauchir » son discours, et sans doute le programme qu’elle défendra en novembre. Autre point positif : Sanders aura montré qu’un candidat défendant des valeurs « socialisantes » peut espérer un jour parvenir au sommet au détriment de l’establishment.

        Côté républicain en revanche, rien n’est joué. Trump l’emportera sans doute en nombre de délégués mais faute d’une majorité absolue, il devra faire face à une « Convention contestée » où les cartes seront rebattues après le 1er tour, les délégués anti-Trump étant alors libres de leur choix.

        Le Grand Old Party tentera-t-il de favoriser Cruz ? Rien n’est moins évident car le favori des Tea Parties est tout aussi sulfureux que Trump aux yeux de l’establishment. Dès lors, la solution pourrait résider dans un vote négocié des anti-Trump autour d’un cacique du GOP non présent lors des primaires, mais en ouvrant le risque d’une candidature indépendante de Trump qui ferait voler en éclats les chances des républicains.

        Bref, il n’y aura que des mauvaises solutions pour le GOP. Avec sans doute à la clé une défaite cuisante en novembre malgré la défiance que suscite Clinton dans une partie importante de l’électorat.


        • Fergus Fergus 12 avril 19:22

          Euh... sincèrement désolé : Bonsoir, Christophe ! Et pas Clinton. Promis : je n’ai pas voulu être désagréable. smiley


        • Alpo47 Alpo47 13 avril 10:27

          Trump est un « amuseur » qui fait rire, agace ... ou réveille. Si on considère ces différentes déclarations (valent-elles quelque chose ?), son élection serait un moindre mal, pour les USA et le reste du monde. Il lui suffirait de bien s’entourer pour pouvoir gouverner , comme Reagan. Je n’ai toutefois aucune illusion qu’un milliardaire mégalomane serve vraiment les intérêts des 360 millions d’américains.
          Sanders parle beaucoup, mais il est élu depuis longtemps au congrès et pour autant que je sache, il ne s’est jamais opposé au « système » en place. Je pense que sa présence vise à mobiliser les contestataires du système. Une technique que nous connaissons bien en France, notamment avec Melenchon.
          Cruz un extrémiste paranoïaque, dont l’élection serait catastrophique pour tout le monde, sauf les lobbys qui seraient encore au pouvoir.
          Le pire choix , autant pour les USA que pour le reste du monde, serait Hillary Clinton. Cette personne est une vraie psychopathe, hystérique, totalement vénale et au service des lobbys, dont les Wall Street et l’AIPAC. Il y a quelques temps, elle préconisait de bombarder et raser l’Iran. Idem pour la Russie ... De la folie pure, sans limites. Comme une telle personne peut elle arriver à ce stade ? Ce pays a perdu toutes ses valeurs (s’il en a jamais eu).
          Etant donné les pouvoirs (même si ce sont les lobbys qui gouvernent vraiment) de président US, les lui confier serait une catastrophe dont le monde entier pâtirait.

          Donc, il n’y a guère de « bon choix » pour diriger les USA. Une fois de plus on a un aréopage de candidats qui représentent les pires travers de la société américaine.

          Sourions, le pire est devant nous.


          • Castor 13 avril 11:39

            Le seul en capacité de battre H.Clinton c’est ( d’après les sondages) Kasich. Les républicains prendront ils le risque de passer une nouvelle fois leur tour ? j’en doute...c’est pourquoi Trump sera probablement écarté au profit de Kasich.


            • zygzornifle zygzornifle 13 avril 12:14

              au moins ils ne sont pas insipides incolore et sans saveur comme un Juppé ou un Hollande ......


              • JMBerniolles 13 avril 14:13
                De toute manière il ne peut plus rien sortir des élections.

                D’une part ce que l’on appelle processus démocratique n’est qu’une mascarade manipulée et biaisée, chez nous comme aux USA, et d’autre part aucune organisation structurée ne soutient une solution qui serait obligatoirement révolutionnaire.

                La sortie du système néo libéral. Qui de plus, ne pourrait se faire que dans un Etat suffisamment fort pour résister aux attaques économiques et militaires.

                On voit ce que cela coûte à la Syrie et même à la Russie. Qui par la force des sanctions est paradoxalement conduite à s’éloigner du modèle néo libéral.

                Ce qui esdt révélé par les élections américaines c’est le vrai désastre de l’économie américaine. L’extension d’une pauvreté extrême, indécente dans un tel pays.... 

                La campagne des élections pérsidentielle aux USA met au grand jour le fait que l’administration américaine ne se soucie nullement du sort des USA et de son peuple. Qu’elle est ay service d’une oligarchie financière apatride qui draine les richesses du pays vers ses opérations spéculatives et guerrières.

                Si Hillary Clinton est élue , cette dérive va atteindre des sommets. Creusant encore plus le fossé avec le peuple américain. La fuite en avant vers une guerre mondiale est malkheureusement une solution pour le système.









Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès