Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Présidentielles gabonaises : un rendez-vous manqué pour l’Afrique (...)

Présidentielles gabonaises : un rendez-vous manqué pour l’Afrique ?

Arrêter le cycle de l’exploitation, rétablir les peuples dans leur souveraineté, construire des partenariats de coopération d’un type nouveau. Tels étaient les symboles que l’Afrique avait attachés à l’élection présidentielle gabonaise...De ce point de vue, l’échec du changement attendu est aussi celui de l’Afrique dans sa capacité à négocier les processus de changement...S’agit-il là d’un déni de civilité ?

Le 9 mai 1994, Nelson Mandela accédait à la présidence de la République Sud Africaine, après de longues années d’apartheid vécues par ce pays. Il suscitait de grands espoirs, des rêves pour cette Afrique qui, partout, commençait à se démocratiser.

C’était un grand moment d’histoire pour les peuples africains et pour le monde. L’idéologie ségrégationniste de l’apartheid était devenue insupportable et venait d’être vaincue par la persévérance, les luttes d’un homme (Nelson Mandela) et l’engagement d’un peuple...

Depuis, jamais une élection présidentielle en terre africaine n’avait autant attiré l’attention.

Celle organisée le 30/08/2009 au Gabon, en remplacement d’Omar Bongo Ondimba décédé après 41 ans de règne, restera dans les mémoires comme l’une des plus grandes demandes de changement formulées par les africains : elle pouvait servir d’exemple.

Elle comportait des messages fort symboliques pour l’ensemble des africains : arrêter le cycle de l’exploitation, rétablir le peuple dans sa souveraineté, construire des partenariats de coopération d’un type nouveau.

Après une longue attente, les résultats de cette élection gabonaise ont été communiqués. Ali Bongo Ondimba, fils de feu Omar Bongo, a été élu président du Gabon avec 41,73% de suffrages exprimés. 

Quelle lecture pouvons-nous faire de l’organisation de cette élection et des résultats communiqués ?

Il est trop tôt de se prononcer. Il semble tout de même, et a priori, que la dimension symbolique de cette élection a volé en éclat.

D’abord par la continuité (supposée ?) qu’elle instaure à travers l’élection annoncée d’Ali Bongo Ondimba, fils d’Omar Bongo, symbole de ces dirigeants qui ont pillé le continent et entretenu la misère de leurs peuples durant de très longues années.

Ensuite par les survivances qu’elle implique (ou qu’elle laisse planer dans l’imaginaire africain) de systèmes de gestion et de coopération internationale décriés partout en Afrique.

1- Ali Bongo : un symbole de continuité

Pour nombre d’africains et de gabonais, Ali Bongo est le symbole d’une continuité dynastique du pouvoir politique au Gabon.

Omar Bongo ayant régné durant 41 ans dans un contexte politique fait de dictatures, de corruption, de limitation de droits et libertés individuels, Ali Bongo, au demeurant ministre de la défense jusqu’à la campagne pour l’élection présidentielle, représente dans l’imaginaire collectif gabonais et africains la survivance ou la continuité du système politique mis en place par son père…Pour preuve, les discussions sur le personnage n’ont jamais pris le dessus sur cette représentativité du système Bongo qu’il incarne.

Au-delà du contexte gabonais, la candidature et l’élection probable de ce fils de président font courir le risque d’une généralisation du précédent dynastique qui semble se modéliser en Afrique depuis les successions d’Eyadéma au Togo et de Kabila en RDC par leurs fils.

2- Ali Bongo : l’homme de la françafrique

Le développement de l’actualité liée à l’évènement électoral gabonais avait révélé des accointances entre le clan Bongo et les réseaux français. Mr Bourgi (l’ami très écouté du président Sarkozy, qui travaille à la fois pour les présidents africains et pour le président français) ne s’en était d’ailleurs pas caché lors d’une interview accordée au journal le Monde, au cours de laquelle il déclarait : "Au Gabon, la France n’a pas de candidat, mais le candidat de Robert Bourgi, c’est Ali Bongo. Or je suis un ami très écouté de Nicolas Sarkozy. De façon subliminale, l’électeur le comprendra."

Chacun appréciera cette allusion qui n’a d’ailleurs jamais été commentée par les officiels français. Homme des réseaux françafricains, les proximités africaines de Robert Bourgi ainsi que ces prises de position au sujet de l’élection gabonaise renvoyaient aux gabonais et africains une volonté de maintenir le partenariat nuisible de type « françafrique » entre la France et le Gabon. Ali Bongo semblant mieux placé pour assurer la bonne place des intérêts français dans ce pays, au péril du peuple gabonais.

Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que les amalgames générés par ces prises de position conduisent à un sentiment post-électoral anti-français de la part des partisans de l’opposition et de la part de tous ceux qui espéraient un changement au Gabon. Mais je considère que s’en prendre aux biens, à l’intégrité physique de particuliers français ou à tout autre symbole français est une stratégie contreproductive de la part du peuple gabonais.

Quelles suites attendre de cette élection annoncée ?

1- Les combats de l’opposition gabonaise

Dans un contexte de doute sur la réalité des suffrages obtenus par Ali Bongo à l’issue de cette élection, l’opposition gabonaise est sûrement partagée entre les recours légaux et les contestations populaires.

Les premières ne peuvent avoir de sens que dans un environnement où les institutions judiciaires sont impartiales et indépendantes. La question est de savoir si l’on peut sérieusement accorder ce crédit aux instances judiciaires gabonaises. L’appareil actuel est encore sous l’emprise du clan Bongo et du PDG, le parti de feu Omar Bongo auquel appartient le président élu.

Quant aux contestations populaires, elles plongeraient le pays dans le chaos et nécessiteront, à n’en point douter, le recours à l’usage de la force. Ce qui, dans le contexte actuel, tournerait à l’avantage d’Ali Bongo qui pourrait bénéficier de l’appui des forces françaises présentes dans ce pays, la France n’ayant pas au demeurant contesté la légalité et la légitimité de l’élection du fils d’Omar Bongo Ondimba.

Enfin recourir à une négociation politique ajouterait aussi à la cacophonie démocratique gabonaise. Mais ce recours aurait l’avantage de rechercher le consensus d’une véritable démocratisation des institutions nationales. Partant des instances d’organisation des élections jusqu’à la constitution des autres pouvoirs institutionnels.

2- Le précédent gabonais et ses conséquences pour l’Afrique

L’échec du changement attendu au Gabon est aussi celui de l’Afrique dans sa capacité à transformer un idéal en acte, sa capacité à négocier les processus du changement.

S’agit-il d’un déni de civilité[1], d’une entrave infranchissable, d’une prédisposition raciale ? Ces questions ont une pertinence que les africains devraient ne plus écarter d’emblée.

Ils doivent trouver les moyens de leur donner des réponses claires pour affirmer leur propre civilité… Au risque de demeurer à l’ombre des lumières…

 

Realchange



[1] Je renvoie les lecteurs à Friedrich Hegel « La Raison dans l’Histoire ».

Extraits disponibles ici http://www.monde-diplomatique.fr/2007/11/HEGEL/15275


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • impertinent3 impertinent3 5 septembre 2009 18:06

    Vous voyez, tas de mauvaises langues, Sarko ne rate pas tout ce qu’il touche, il a bien réussi à « élire » (je dis bien « élire », pas « faire élire ») son candidat.

    Enfin, quand je dis son candidat, je devrais dire plutôt le candidat de ses copains du CAC40.


    • realchange 5 septembre 2009 18:50

      Ce que vous dites est admissible pour ne pas dire incontestable. La question que je pose est de savoir pourquoi et comment il n’en a pas été autrement.

      Ceci doit conduire à une réflexion, à une prise de conscience et à des engagements de la part de ceux qui demandent le changement des règles du jeu en Afrique.

      Si la françafrique a réussi son coup de force, c’est qu’en face les gens n’ont pas réussi à s’y opposé. Je suis volontairement provocateur, et je pense que c’est une provocation utile.

      Il faut pousser l’africain à se demander ce qu’il est et ce qu’il veut, avant de s’en remettre aux contingences extérieures. Si l’Africain veut la liberté et le respect, il l’obtiendra. Parce qu’il le voudra et parce qu’il s’y emploiera. S’il attend que cela lui soit donné, il pourrait attendre longtemps.

      A bon entendeur, salut

      Realchange


    • realchange 5 septembre 2009 18:54

      Si la françafrique a réussi son coup de force, c’est qu’en face les gens n’ont pas réussi à s’y opposer...

      (ceci est une simple correction)


      • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 5 septembre 2009 19:50

        HOLD UP ELECTORAL AU GABON


        Les français sont dans l’ensemble assez peu intéressés parce qui se passe en Afrique, certains parce c’est loin, là-bas à l’étranger (c’est les moins futés), mais beaucoup parce ça leurs fait peur...Peur qu’une fois de plus comme en Côte d’Ivoire, au Rwanda et ailleurs, l’état français (des élus du « peuple »donc) soit une fois de plus impliqué dans de sombres magouilles peu ragoutantes et peu glorieuses pour notre beau pays la France, champion des droits de l’homme (un vieux mythe qui a la vie dure)...

        Pas de bol, c’est belote et rebelote ( le manioc et les bananes plantains étaient largement précuites) on s’y attendait donc. Le dauphin Ali ne pouvait que remplacer le monarque Omar comme dans toute bon royaume qui se respecte fusse-il gabonais. Et bien sûr l’homme de Sarko 1er, Bourgi avait tout bien préparé et fignolé, il ne restait plus qu’à frapper les 3 coups et à jouer la comédie de la fausse élection démocratique. Les gabonais votent, puis des forces anti-émeutes dispersent avec violence les nombreux manifestants et responsables de l’opposition venus au siège de la CENAP (ou sont centralisés les urnes) s’assurer du bon décompte des voix. On rajoute au dernier moment des faux PV de décompte de voix favorable à Bongo Jr à la Commission électorale et le tour est joué, Ali Bongo et les quarantes voleurs sont réélus les doits dans le nez. Et Paris est content, Kouchner se fend même d’un « tout s’est passé correctement » (alors qu’il y a pas très longtemps il a touché de très bons émoluments de papa Bongo pour des petits travaux jamais aboutis...)

        Sa grandeur incommensurable Nabot Léon 1er, guide suprême de la nation, avait dit après son élection « les magouilles franco-africaines c’est fini », on va voir ce qu’on va voir et même "Et je souhaite que 2010 signale aussi l’achèvement d’une rénovation profonde de nos relations avec le continent africain ”. Tu parles d’une rénovation, en fait c’est on continue avec les mêmes et leur descendance afin de prolonger les bonnes vieilles habitudes c’est à dire piller tranquillement les ressources minières et pétrolières tout en vendant des armes s’il y a des guerres civiles (c’est ce qui rapporte le plus) afin de profiter de toute façon de toute les circonstances pour se faire du fric. 

        • realchange 5 septembre 2009 20:38

          Le constat que vous faites est partagé. Ce qui est « drôle », c’est que tout ça se fait aux yeux de tout le monde comme si cela relevait d’une fatalité. On s’y résigne comme si ainsi allait la vie.

          Je pense qu’il revient aux africains de ne pas attendre que la démocratie leur soit offerte. Il revient aux africains de comprendre qu’ils sont engagés dans une lutte semblable à celle qui était engagée pour les indépendances.

          Je pense que cela a un coût, je pense que cela demandera des sacrifices. J’espère que nous africains avons compris quel est notre nouveau challenge.

          Merci pour votre attention

          Realchange


          • realchange 5 septembre 2009 20:39

            Merci pour ces liens. Je vais les consulter de suite.

            Merci encore


          • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 6 septembre 2009 00:33
            « Si la Françafrique a réussi son coup de force, c’est qu’en face les gens n’ont pas réussi à s’y opposer.. »

            De toute façon l’affaire n’est pas close, mais c’est quand même pas facile pour n’importe qui d’affronter des militaires armés jusqu’aux dents et de se faire au mieux tuer, au pire de se faire torturer ou battre à mort. Contre des chars armés de mitrailleuses même légers...A Port Gentil avec certainement moins de répréssion disponible il y a eu pas mal de grabuge et c’est tant mieux...

             Il y a aussi que ce régime a 41 ans et a eu tout le temps de désamorcer toute opposition, syndicat, partis, ce qui n’est pas le cas en Guinée Conakry par exemple...

            • realchange 6 septembre 2009 16:48

              L’opposition gabonaise s’organise. 17 candidats sur les 18 présents à l’élection présidentielle ont constitué un front commun pour dénoncer les fraudes et contester la victoire déclarée d’Ali Bongo. A suivre donc.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès