Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Privatisation de la santé au Québec ?

Privatisation de la santé au Québec ?

En matière de santé, le Québec veut imiter les États-Unis. Le Québec fonce-t-il tout droit dans un cul-de-sac en voulant privatiser la santé ?

Dans le blog de Cent Papiers, Michel Monette nous mentionne que Claude Castonguay va recevoir de la part de Québec solidaire : un ouvrage publié par Arnold Relman, professeur émérite à la Harvard Medical School et ex-éditeur en chef du New England Journal of Medicine.

M. Relman est on ne peut plus clair : laisser les entreprises à but lucratif s’emparer de notre système de santé équivaut à lui injecter du poison. "La plupart, sinon la totalité, des problèmes que connaît actuellement le système de soins de santé des États-Unis, et ils sont nombreux, résultent de l’empiétement croissant des entreprises privées à but lucratif et des marchés concurrentiels sur un secteur de notre vie nationale qui est à juste titre du domaine public."

Les assureurs privés sont entrés dans le système de santé américain au début des années 1990. Le résultat ne s’est pas fait attendre : les coûts ont été gonflés de frais administratifs se situant entre 15 et 30 % du coût total des assurances.

De notre côté, notre magazine Reflet de Société a fait une série de reportages sur la question des moyens alternatifs en matière de santé. Nous sommes étonnés que les différents ministres de la Santé ne veulent pas envisager ces moyens qui ont fait leurs preuves depuis près d’un quart de siècle.

Les coopératives de santé ont démontré qu’elles peuvent baisser les coûts d’intervention et faire une prévention efficace. Il existe des rapports de recherche qui ont été réalisés dans l’ouest du Canada démontrant les avantages des coopératives de santé.

Jonquière Médic est un autre projet intéressant existant depuis plus de 25 ans. Jonquière Médic offre, au Saguenay, des médecins à domicile. Au lieu d’engorger les urgences, les gens peuvent demeurer à la maison en attendant la visite du médecin. Ce système s’autofinance et est un bel exemple de prise en charge par le milieu.

Nous avons demandé depuis près de deux ans à M. Philippe Couillard une entrevue pour expliquer la position du ministère de la Santé sur la santé alternative au Québec. Nous n’avons pas réussi à avoir une date d’entrevue qui est toujours repoussée de semestre en semestre.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 13 novembre 2007 14:34

    Une petite correction, tout d’abord : Au USA, près de 60% des hôpitaux sont gérés par des fondations, donc des organismes à but non lucratifs.

    Votre article est intéressant, mais il y a une contradiction, c’est justement par la diversité des solutions qu’un système, quelqu’il soit, peut progresser. Et les solutions que vous préconisez ne pourront apparaître que dans un système ouvert où chaque solution peut exister. Il apparaitra alors, surement, un organisme (assureur ou mutuelle) pour proposer l’une ou l’autre de vos solutions.

    Dans un système trop encadré et soumis à la pesanteur d’une administration, vos propositions n’ont aucune chance de voir le jour.


    • Raymond Viger Raymond Viger 13 novembre 2007 15:48

      Vous avez parfaitement raison quand vous parlez de diversité des solutions. Au Québec et au Canada, il existe déjà des coopératives de santé depuis près d’un quart de siècle. Mais le ministre de la Santé, M. Philippe Couillard ne veut pas aborder ce sujet.

      Comment se fait-il que des initiatives qui ont connu le succès ne soient pas étudiées et discutées ? Pourquoi se limiter qu’à la privatisation des soins de santé ? Il faut éviter de mettre tous ses oeufs dans le même panier et accepter que les solutions uniques qui règlent tous les problèmes n’existent pas.

      Mon discours n’est pas de dire que la privatisation de certains services ne doit pas se faire. C’est de dénoncer qu’on ne veut pas soutenir d’autres projets novateurs et efficaces.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès