Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Quand Google voit rouge...

Quand Google voit rouge...

Au début de cette année 2006, Google acceptait de se plier aux exigences du gouvernement chinois pour conquérir l’empire du milieu. Pour la première fois, Google montrait alors que son seul objectif était d’ordre financier, contrairement à tous ses beaux discours des années précédentes. Oui, mais voilà, même en collaborant avec les Chinois, Google ne parvient pas à s’imposer...

La collaboration : une pratique courante
Rassurez-vous chers lecteurs, Google n’est pas la seule firme collaborant avec les autorités chinoises. On peut citer Yahoo ! et Microsoft, deux de ses principaux concurrents ou encore Amazon et Cisco qui ont rapidement fait le choix entre éthique et profit.
Ce qui peut surprendre dans le cas de Google, c’est la différence flagrante entre son discours et ses actes. Le credo jadis clamé par Google : “Nous croyons fermement au caractère démocratique du Web pour déterminer l’inclusion et le classement des sites dans nos résultats” a d’ailleurs disparu peu de temps après l’annonce de Google.cn.

Une mobilisation malheureusement peu efficace
De nombreuses associations comme Reporters sans frontières, Human Rights Watch et Amnesty international ont accusé les firmes américaines de favoriser la censure dans le monde et de “sympathiser avec l’ennemi”.
Plus récemment, le Parlement européen et le Congrès américain ont demandé des comptes à Google, Microsoft et Yahoo ! sur cette collaboration suspecte se traduisant par une rétention de l’information.
Les firmes n’ont alors observé aucun regret affirmant qu’elles n’amplifiaient pas la censure mais ne faisaient que se plier aux exigences des autorités. Google a d’ailleurs eu l’audace de comparer la rétention de l’information chinoise à la censure exercée par les pays européens et américains à l’égard des sites pédophiles !

Google piqué au vif : un moteur local dérangeant
Mais ce ne sont pas tant ces considérations d’ordre moral qui gênent Google que son absence de leadership en Chine. Collaborer avec le gouvernement chinois, d’accord, à condition que la réussite financière soit au rendez-vous.
Or, Google ne cesse de perdre du terrain face à son concurrent local Baidu. Les parts de marché en 2006 du moteur de recherche chinois sont supérieures à 60% tandis que celles de Google sont à peine de 25% (soit une perte de 8% par rapport à 2005).
Récemment, Google avait voulu se rapprocher du peuple chinois en acceptant pour la première fois de changer son nom en choisissant l’appelation “Guge”. Cette opération s’est terminée par un fiasco, un site “NoGuge” ayant d’ailleurs vu le jour. L’avance de Baidu sur ce marché peut s’expliquer par une meilleure compréhension de la langue et de ses subtilités, ainsi que par une meilleure connaissance du comportement des Chinois. Il s’agit en effet d’un marché très différent des standards occidentaux, où Google semble bien affaibli.
Et lorsqu’un acteur local vole la vedette à Google et annonce vouloir se lancer au Japon, cela a le mérite d’irriter la firme aux 150 milliards de dollars.

Racheter Baidu : la possible stratégie de Google
Le marché chinois compte aujourd’hui 120 millions d’internautes (deuxième pays derrière les Etats-Unis en termes d’utilisateurs) et il s’agit du marché en plus forte croissance. Compte tenu des enjeux stratégiques du marché chinois et de l’arrogance affichée de Google, nul doute que la firme de Moutain View tentera par tous moyens de s’emparer du leadership.
Et cela pourrait bien passer par un rachat de Baidu. La faiblesse qui est également la force de Baidu est de proposer une recherche spécifique de MP3. Ce type de recherche est à l’origine de nombre de procès entre le moteur chinois et les majors américaines.
Une alliance pourrait alors voir le jour entre les majors et Google pour faire tomber Baidu, d’autant que Google a désormais l’habitude de négocier avec ces groupes. D’autre part, Google a cédé en juin sa participation de 2,63% du capital de Baidu. Cette annonce a fait baisser le cours de Baidu d’environ 6%. Une stratégie de Google pourrait donc être d’affaiblir Baidu pour racheter ensuite l’entreprise à bas prix.
Seule inconnue : le gouvernement chinois acceptera-t-il de laisser cette entreprise être rachetée par une firme américaine ?
A priori non, mais Google est en train de négocier avec les autorités chinoises concernant la diffusion de vidéos sur les téléphones portables. Google accepterait alors de se plier à la censure chinoise qui désire vouloir valider tout contenu avant sa diffusion. Un deal qui pourrait peut-être laisser prévoir le rachat de Baidu...
Quoi qu’il en soit, nous sommes bien loin d’enjeux purement économiques... Et quant à l’éthique, ce mot semble décidément ringard !
Affaire à suivre...

Youri Regnier
Googlinside


Moyenne des avis sur cet article :  4.76/5   (147 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Guil (---.---.101.8) 28 décembre 2006 11:07

    « Google a d’ailleurs eu l’audace de comparer la rétention de l’information chinoise à la censure exercée par les pays européens et américains à l’égard des sites pédophiles ! »

    On peut y ajouter les sites promouvant le racisme, le négationisme, etc... largement censurés par la loi en France et dans plusieurs pays d’Europe.

    C’est évidemment totalement hypocrite de la part de Google de se prévaloire de ça, mais dans l’absolu c’est une réalité : on n’a pas à donner de leçons en matière de liberté d’expression quand on a soi même ses propres lois liberticides. La liberté d’expression c’est tout au rien, on ne peut pas faire du cas par cas sans la dévoyer.

    Sur l’internet, il existe des projets pour construire des réseaux où la liberté d’expression soit physiquement extrèmement difficile - voir impossible - à limiter (freenet, i2p, etc...). Mais ça ne va pas bien vite. En tout cas, on n’y trouvera pas Google smiley


    • frenchy (---.---.72.2) 28 décembre 2006 11:45

      @ l’auteur :

      Vous écrivez d’une part,

      « Et quand à l’éthique, ce mot semble décidément ringard ! »

      et d’autre part :

      « Google a d’ailleurs eu l’audace de comparer la rétention de l’information chinoise à la censure exercée par les pays européens et américains à l’égard des sites pédophiles ! »

      Ce qui me gène, d’un point de vue de l’éthique, c’est que cette affirmation n’est accompagnée d’aucune source pour se faire une opinion indépendante.

      Donc soit vous faites de la diffamation, soit vous devriez écouter ce que Tim Berners-Lee (papa du web) pense de vous :

      « Un bon blogueur mentionnera toujours sa source et permettra de remonter jusqu’à elle. Il y a une certaine éthique dans la blogosphère, qui exige de toujours citer sa source. Si vous consultez une information dont vous ne connaissez pas l’origine, vous pouvez l’ignorer. »

      source : http://www.pointblog.com/past/2005/08/09/tim_bernerslee_sur_les_blogs.htm http://news.bbc.co.uk/2/hi/technology/4132752.stm

      Je suis désolé monsieur l’auteur mais je trouve votre sens de l’éthique assez limité ce qui ne me met pas en confiance pour le reste de l’article.


      • Danic Daniel Ichbiah 28 décembre 2006 14:14

        Google se trouve dans une situation complexe. Ses fondateurs sont de réels altruistes. Ils ont découvert « sur le tas » la réalité du monde économique. Un jour, j’ai demandé à un éditeur de jeu vidéo pourquoi il importait un certain titre fort controversé et il m’a dit ceci : « Je ne voudrais que ma fille y joue, c’est vrai... Maintenant, je me suis dit que si ce n’était pas moi qui l’importait, ce serait un autre... » Sans commentaire... Actuellement, il est de bon ton de s’en prendre à Google car ils ont affiché une prétention éthique. Etrangement, il y a eu bien de réactions quand Yahoo ! a fait de même.


        • Danic Daniel Ichbiah 28 décembre 2006 14:15

          Google se trouve dans une situation complexe. Ses fondateurs sont de réels altruistes. Ils ont découvert « sur le tas » la réalité du monde économique. Un jour, j’ai demandé à un éditeur de jeu vidéo pourquoi il importait un certain titre fort controversé et il m’a dit ceci : « Je ne voudrais que ma fille y joue, c’est vrai... Maintenant, je me suis dit que si ce n’était pas moi qui l’importait, ce serait un autre... » Sans commentaire... Actuellement, il est de bon ton de s’en prendre à Google car ils ont affiché une prétention éthique. Etrangement, il y a eu bien peu de réactions quand Yahoo ! a fait de même. Il se trouve juste que les fondateurs de Yahoo ! n’avaient pas simplement fait de semblables déclarations. Daniel Ichbiah


          • Guil (---.---.101.8) 28 décembre 2006 15:19

            Justement, ça fait toute la différence... Quelqu’un qui n’a en tête que l’argent mais qui n’en s’en cache pas est simplement plus honnète que quelqu’un qui prétend à l’altruisme sans l’être en réalité. Il faut bien qu’il y ai des entreprises et donc des patrons (je ne suis pas communiste smiley : on ne peut pas raisonnablement exiger qu’ils soient tous altruistes - mais on peut exiger qu’ils soient honnètes sur leurs motivations réelles.


          • Lange (---.---.120.9) 28 décembre 2006 17:24

            Google s’est peut-être aussi simplement dit que de s’implanter en Chine, même en étant censuré, c’était toujours ça de gagné pour les chinois.

            C’est toujours ça de gagné, ils n’avaient pas de raison de ne pas le faire et ont eu raison puisque la négociation était impossible avec le gouvernement chinois.


            • Internaute (---.---.201.83) 28 décembre 2006 17:56

              L’article est bien hypocrite. On s’étonne que Google soit une affaire commerciale à but lucratif. Je crois que personne ne s’est imaginé que Google était une filiale du Secours Catholique. Leur faire un procés d’intentions parcequ’ils commercent avec la Chine en se pliant aux lois chinoises est un peu naïf ou pire que cela hypocrite. En effet, si procés il y a à faire, c’est aux chinois qui censurent ce que leur population a le droit de voir sur Internet. Ce n’est pas Google qui est responsable de la censure en Chine.

              Pas plus que Google n’est responsable de la censure en France. Je trouve un peu dégeulasse de mettre sur un même plan des sites pédophiles et des sites d’analyses historiques qui ont le malheur de ne pas plaire au pouvoir juif. Les premiers portent atteinte aux bonnes règles de vie en société tandis que les second montrent des choses qu’une toute petite clique à la main de fer essaye d’étouffer. Il n’y a que dans les pays communistes et en France que le délit d’opinion existe et cela doit être clairement compris. France ou Chine, même combat.

              L’article devrait être centré sur la censure d’Internet en France et faire remarquer que Google s’y plie.


              • Guil (---.---.101.8) 29 décembre 2006 13:38

                Je trouve un peu dégeulasse de mettre sur un même plan des sites pédophiles et des sites d’analyses historiques qui ont le malheur de ne pas plaire au pouvoir juif.

                Un pédophile pourra dire qu’il « trouve un peu dégeulasse de mettre sur un même plan des sites antisémites néo-nazis et des sites d’analyse d’une composante de la sexualité humaine qui ont le malheur de ne pas plaire au forces de l’ordre moral »... Chacun voit midi à sa porte. Quand on est ni pédophile, ni antisémite néo-nazis, il importe de considérer sur un même plan tout type d’information et d’expression. Attention : je ne parle pas de diffusion de pédopornographie ni d’appel au meurtre antisémite, par exemple, mais bien de l’expression d’idées et de pensées.

                Comme je le disais plus haut, la liberté d’exprimer des idées ne se négocie pas : c’est tout ou rien. Si on commence à hierarchiser cette liberté, on la tue, purement et simplement.


              • Internaute (---.---.128.24) 30 décembre 2006 09:33

                A ceci prés que les revues dites « révisionnistes » n’ont absolument rien d’anti-sémite et encore moins de néo-nazi. Vous n’y verrez jamais la moindre louange sur les bienfaits du nazisme ; renseignez-vous. Cessons de dire des mensonges.

                A part cela vous avez peut-être raison pusique les hollandais ont même autorisé la création d’un parti politique pédophile. Heureusement, ce n’est pas demain la veille qu’il aura la majorité au parlement.


              • Arthur Arthur 28 décembre 2006 20:50

                Je tiens à féliciter l’auteur de l’article pour son contenu et sa forme. Je tiens également à féliciter Agoravox pour avoir eu le courage de publier un article critiquant (de manière intelligente, juste et justifée) le géant Google. La taille de se monstre est inquiétante : tous les sites Internet occidentaux dépendent de Google. Si un site se fache avec ou ne se plie pas à ses exigences il est référencé en 4ème page. Un proche qui possède une boutique d’appareils photos en a fait l’expérience. Son site était référencé dans les appareils « moyen format » en 2è ou 3è position depuis plusieurs années, la boutique ayant une bonne réputation. Un beau matin, un coup de file d’une bonne femme de Google France : « bonjour, nous acceptons de vous référencer si vous acceptez nos conditions cad payer à chaque fois qu’un utilisateur fait une recherche sur Google et clic sur le lien allant vers votre site, la facturation du clic étant dans les allentours de o,8€. »Mon proche refuse le deal. Le lendemain, le site de sa boutique est référencé en 4ème page. smiley


                • Jean-Pierre An Alre (---.---.56.72) 29 décembre 2006 11:20

                  Bonjour

                  Je suis un critique de Google car on ne critique aucune entreprise en dehors de Microsoft et il y a certainement des entreprises digne de notre attention comme Google, parce que c’est un outil de notre vie quotidienne. MAIS :
                  - Une employée n’est pas une « bonne femme ».
                  - Google ne fait pas de démarchage à ma connaissance.
                  - Une société ne parle pas de « d’accepter un deal ».
                  - Après tout payer Google quand un utilisateur clique sur une pub, c’est simplement rémunérer l’annonceur pour la location de son espace publicitaire. Il n’y a rien de choquant sur le principe, par contre le prix semble très élevé.
                  - Est-ce que votre réaction ce n’est pas une nouvelle évolution du « gratuitisme » (désolé smiley ) qui voudrait que tout soit gratuit ? L’évolution en question étant que même l’espace publicitaire doit être gratuit. Si c’est le cas je m’en réjouis car cela va encore accélérer la sortie de la Bulle 2.0 smiley

                  Jean-Pierre


                • Popov De Kerl Popov De Kerl 2 janvier 2007 10:44

                  Franchement des comentaires comme celui la me herisse le poil, renseignez vous au moin un peu avant de poster.

                  petite explication pour les néophites

                  Google est un moteur de recherche qui utilise un algorythme pour scanner le web, en gros il suit tous les liens de site en site et référence selon le contenue du site, ca c’est la partie gratuite, le classement des sites depend d’une part de leur contenue, d’autre part d’un ensemble de rêgles sur ce que google considère comme des pratiques malhonnetes visant a atteindre la premiere pages. Ca c’est la partie gratuite

                  Pour la partie payante il s’agit des annonces ou le fond est bleu, les prix varie en fonction de l’offre et de la demande (en général entre 0.15ct a plus d’1€ le click)

                  Ces deux activité n’ont rien en commun, le moteur est internationnal et l’algorythme est mis a jours environ 3 ou 4 fois par ans la partie payante est géré au niveau nationnal si quelqu’un paye plus que vous c’est simple vous baissez il monte.

                  Si ton amis a baisser cela n’a rien a voir avec le coup de téléphone (la partie payante) mais soit parcequ’une modification de son site a été considéré comme une tricherie par google soit parceque google a changer son algorythme et que le site n’etait plus adapté.

                  De plus je sait de sources sure que google ne téléphone pas aux entreprises pour leur proposer ce genre de services je travaille dans le domaine


                • Arthur Arthur 30 décembre 2006 00:08

                  Je voulais juste illustrer le pouvoir de Google. Sur deux aspects :

                  1 son pouvoir de référencement, qui est un facteur déterminant dans la fréquentation d’un site quelqu’il soit et donc sur sa survie, dans la mesure ou celui-ci dépendrait de façon conséquente du nombre de visite dues à une recherche.

                  2 faire prendre conscience aux internautes qu’à chaque fois qu’ils font une recherche Google ils financent l’entreprise Google ce qui permet d’expliquer en partie sa puissance financière.

                  C’est dommage que vous m’attaquiez sur la fiabilité de mon histoire, elle semble étrangement vous déranger. Elle est pourtant authentique.

                  Mon vocabulaire est mal aproprié mais le fait que vous m’attaquiez sur ce genre de détail ilustre une forme d’oppositionisme qui laisse penser que vous cherchez plus à me discréditer qu’à exposer une opinion sur un sujet fort intéressant.

                  Sur le gratuisme, vous interprétez seul une chose que je n’ai pas dîte. En effet l’argent fait vivre vous ne m’apprenez rien.

                  Il y avait une problématique à soulever derrière mon précédent commentaire.

                  Google, en tant que moteur de recherche à pour rôle d’être un outil de recherche des sites Internet les plus pertinents par rapport aux mots entrés. En quoi le fait de ne pas accepter de payer Google rend-t-il un site moins pertinent ?

                  On s’interroge donc, au final, sur la fiabilité de l’outil. Un site pertinent par rapport à une notion : « les appareils photo moyen format » perd de sa pertinence en moins de 24h.

                  Ce système de financiarisation du référencement favorise les « riches » par rapports au « pauvres » (tout est relatif). Est-ce bien ou mal ? c’est une autre question. Je n’émet pas de jugement. Mais c’est un fait.

                  On peut néanmoins trouver une forme d’hypocrisie dans le discours de Google qui se donne pour mission de faciliter l’accès à la connaissance.

                  De quelle connaissance s’agit-il ? On voit qu’avec le genre de système décrit précédemment le critère purement qualitatif est secondaire. Un savoir qui paye le droit d’être exposer, qui a une certaine valeur en terme de contenu est favorisé par rapport à un contenu supérieur qualitativement.

                  Un site traitant parfaitement, pertinemment du football est dans le système Google défavorisé par rapport à un site médiocre sur le plan du contenu mais qui accepte l’accord (=le deal) de Google.

                  Je tiens juste à dire les choses telles qu’elles sont. Soulever des questions sans forcément prétendre connaître les réponses.

                  Néanmoins ayant une formation économique je suis convaincu des biens faits de la concurrence tel que le soulignait Smith. Nous avons pu le constater avec joie dans le domaine de téléphonie mobile et des abonnements Internet. La concurrence pousse les entreprises à se dépasser et donc à tenir compte des exigences des consommateurs. La concurence bénéficie toujours aux consommateurs.

                  Il y à aujourd’hui un marché des moteurs de recherche. Les sites sont les clients et le vendeur Google. Google est dans de nombreux pays dans une situation de casi monopole. On décrit cette situation comme étant un marché oligopolistique.

                  Ici, la particularité tient au fait que de nombreux concurrents sont sur le marché, contrairement aux autres situations oligopolistiques (casi monopole).

                  Mais le marché de la recherche sur Internet est particulier. Les clients ne sont pas les utilisateurs. Celui qui a le plus d’utilisateurs attire le plus de clients.

                  Les utilisateurs (internautes) veulent rencontrer les meilleurs clients (sites) possibles et les clients le plus d’utilisateurs. Un voit donc ici progressivement se dessiner une dynamique qui tend à faire qu’un moteur va largement dominer les autres.

                  Aujourd’hui un site Internet peut être une entreprise. Ce n’est pas toujours le cas. Le modèle économique général est que celui-ci se finance par la pub et donc la fréquentation. Aujourd’hui une entreprise dans la seule activité est son site Internet peut-elle exitée (être fréquentée) sans passer par Google ?

                  Je pense que NON. De ce fait Google est dans une situation de casi monopole. Ce qui n’est pas vertueux pour le consommateur.

                  Au plaisir de débattre sur le fond.


                  • Jean-Pierre An Alre (---.---.60.38) 30 décembre 2006 22:14

                    Bonjour

                    Je vous remercie de votre réponse mais je n’y vois pas d’éléments nouveaux.
                    - Google possède deux offres commerciales Adwords et Adsense qui ne correspondent pas à ce que vous rapportez.

                    * Adwords correspond à ce que vous dites mais les résultats sont affichés dans la partie de droite du site Google. Le principe d’Adwords c’est que le client achète des « mots clés » qui feront afficher des liens commerciaux dans la partie droite. Il n’y a donc pas de confusion avec la liste à gauche issue de l’algorithme PageRank. Google a cependant été attaqué en justice notamment par Accord car des « liens sponsorisés » pour de la concurrence d’Accor utilisaient des mots clés correspondant à des marques d’Accor.

                    * Adsense correspond en fait au produit principal de Google et à celui qui est un danger pour la vie privée. Dans ce cas un site Web concède un espace à Google et est rémunéré pour ça. Le problème c’est que Google est capable de tracer le comportement d’un utilisateur sur tous ces sites grâce au cookie Google.

                    - Je ne pense pas que Google démarche ses clients pour un référencement dans la partie gauche du moteur de recherche en accès libre. Cette liste est fabriquée à partir de l’algorithme PageRank, et je trouve peu crédible qu’un commercial soit capable de modifier cet algorithme sauf à recourir au « Google bombing » ce qui n’est pas simple. Par ailleurs cela serait une pratique commerciale tellement déplacé qu’il me semble également déplacé de suggérer qu’ils le feraient. Maintenant c’est peut-être vous qui avez raison, tout est possible...

                    - Il me semble nettement plus probable et plus humble de penser que la simple création de boutiques similaires mais plus citées a repoussé le site de votre proche sur la quatrième page, ceci quels qu’en soit les qualités.

                    - Savez vous que deux utilisateurs ne voient pas exactement la même liste PageRank ? En effet si un utilisateur est « profilé » Google lui présente une liste PageRank adaptée à ses recherche habituelles. Par exemple si votre proche va surtout visiter les boutiques de ses concurrents il y aura les deux conséquences suivantes :

                    * Les boutiques de ses concurrents lui apparaîtront avec un meilleur classement que la sienne propre. Mais cela ne sera effectif que pour sa recherche pas pour la recherche des autres internautes qui eux ne seront pas profilés de la même façon.

                    * Petit à petit les traitements statistiques effectués montreronts que les utilisateurs associent les mots clés utilisés aux boutiques des concurrents de votre proche qu’à la votre. Cependant si ses concurrents adopte le même comportement cet effet sera annulé.

                    - Il ne font donc pas tirer de conclusions trop virulentes surtout quand elles semblent ne pas avoir été signalé auparavant. Je ne suis pas lié à Google et tous les renseignements ci-dessus sont abondamments fournis par Google lui-même sur son site (http://www.google.fr/ads/ et http://labs.google.com/papers/

                    - On est bien loin du sujet de l’article qui traitait de Google et Baidu.

                    Jean-Pierre


                  • Antoine (---.---.85.67) 30 décembre 2006 13:17

                    Très bon commentaire d’arthur... De la me vient une question : Si on entre directement l’adresse d’un site ou si on passe par les favoris, évite-t-on les profits de Google ? (due au CPC)


                    • Arthur Arthur 30 décembre 2006 18:53

                      Merci pour le compliment. :)

                      En toute logique si on passe par le navigateur directement (favoris ou barre d’adresse) il n’y a pas d’intermédiaires, donc il n’y pas de service de référencement facturé.


                    • Jean-Pierre An Alre (---.---.60.38) 30 décembre 2006 22:16

                      C’est bien sûr faux, quand on clique sur la page de gauche (PageRank) il n’y a aucun financement.


                    • Arthur Arthur 1er janvier 2007 18:10

                      non c’est ce que je dis qui est vrai. na !


                    • (---.---.229.236) 31 décembre 2006 10:00

                      Google respect la Loi chinoise ? C’est vachement grave ! A mon avis les USA doivent imposer partout leur Loi, sans s’occuper de chose aussi démodé que la souveraineté des Etats et autres conneries de multi-latéralistes tremblants. Vive l’Empire Américain !


                      • Harold KNOLL (---.---.166.20) 31 décembre 2006 13:20

                        Il y a une chose qu’apparemment personne n’a dites,

                        le Monde ne s’est pas fait en 1 jour, les changements se font graduellement (avec quelques soubresauts).

                        En acceptant la censure, le puissant Google s’insère dans un pays contraire à ses valeurs éthiques, certes. Mais une fois « le cheval de troie » en place, il pourra petit à petit faire pression sur le gouvernement pour assouplir les regles de la censure.

                        Laisser un pays isolé, car contraire à sa politique, est le meilleur moyen pour qu’il n’évolu pas.

                        A bon entendeur Salut smiley


                        • Arthur Arthur 1er janvier 2007 18:19

                          je trouve votre analyse pertinente.

                          Ce que je reproche à Google c’est d’être hypocrite sur la façon de se présenter comme une grande ONG du savoir et de la liberté d’expression. En effet Google créé déjà dans un premier temps une forme de concurrence.

                          Internet jouera un rôle important dans le processus de transformation (démocratisation ?) de la Chine.

                          Je pense également comme vous que la liberté de pensée meme avec un système de contrôle des moteurs est moins faible avec l’entrée d’une entreprise privée dans un monopole médiatique d’Etat. (certain pourront voir que je ne suis pas un anti google et donc de bonne fois lorsque je rapporte des faits ;) )


                        • Jean-Louis Lascoux Prosope 1er janvier 2007 13:36

                          Malheureusement, on s’est aperçu que ’’l’entrisme’’ par exemple, comme le cheval de Troie appliqué en dehors de la poésie, ça ne détourne que ceux qui s’y compromettent...


                          • Sun-location (---.---.96.5) 1er janvier 2007 20:12

                            Vraiment dommage que google ai changé son éthique de cette facon la !!!


                            • (---.---.139.46) 2 janvier 2007 10:15

                              Oui, la recherche avec Google devient de plus en plus aléatoire, les plus anciens peuvent aisément s’en rendre compte.

                              Aucun moteur de recherche n’est à la hauteur, mais la première source de ce malheur c’est le référencement des contenus souvent liés à leurs responsables : la langue, ou plutôt les langues, les langages y contribuent grandement, et aucune règle ne s’impose.

                              Cela devient d’autant plus difficile que la culture web a des ramifications multiples, des styles, des genres, des pratiques,..., il faut de tout pour faire un monde... Même du n’importe quoi !

                              Oui, Google est devenu une multinationale qui gère son pouvoir comme bon lui semble. La concurrence semble une fois de plus nécessaire, indispensable pour un équilibre et une meilleure représentativité.

                              Wiki, se lance dans ce domaine, mais je mets en doute sa représentativité et sa neutralité.

                              Je pense que nous n’allons pas tarder à voir un moteur des moteurs, et là encore du fils à retordre.

                              Les enjeux financiers sont considérables. La PUB devient envahissante et perturbatrice.

                              Tout ce qui sert à rassembler, à regrouper, à unir les internautes est systématiquement attaqué et (ou) utilisé.

                              C’est pourtant l’enjeu du réseau qui se joue.

                              J’émets des doutes sur la maturité des humains, leurs bonnes fois n’étant pas suffisamment payantes. (aux sens propre et figuré)

                              La diversité existe dans les moteurs. À nous individuellement de l’utiliser. C’est la seule solution que j’ai à vous proposer pour le moment.

                              Car plus il y aura de conflit sur cette planète, plus ce problème sera insurmontable voir insolvable. C’est le chemin que nous avons pris.

                              La Paix n’est pas pour demain, et la répression qui s’en mêle ne fait que commencer...

                              Heureusement, l’info a des ressources, que les plus expérimentés savent utiliser...


                              • Arthur Arthur 4 janvier 2007 18:33

                                C’est vrai que les créateurs de Google, Ohmynews, Agoravox sont des vieillards... -))


                              • Charo (---.---.104.177) 2 janvier 2007 14:56

                                Il est pas repris dans Google news cet article ?

                                Curieux....


                                • Jean-Louis Lascoux Prosope 4 janvier 2007 03:45

                                  ben si il suffit de lancer la recherche avec le titre de l’article...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès