Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Quand l’Occident établit un Etat mafieux

Quand l’Occident établit un Etat mafieux

En plusieurs volets, vous allez avoir droit à une sorte de bilan sur le Kosovo d’aujourd’hui. Un Etat qu’on peut légitimement qualifier de "voyou", dont les représentants, avalisés par l’Europe et l’OTAN, font du fric grâce à différents trafics, comme la drogue, les femmes ou les armes. Après la mise en prespective de quelques éléments, quelques questions viennent, soudainement, à l’esprit.

Que se passe-t-il au Kosovo ? C’est la question qui vient au regard du conflit passé en ex Yougoslavie. C’est la même qui revient quand on commence une enquête sur les réseaux de prostitution d’Europe de l’Est à Bruxelles. Parce que les Kosovars tiennent le haut du pavé, dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres. Aujourd’hui à Bruxelles, on trouve le gramme d’héroïne à 10 euros, 20 à Lille. Ca coûte moins cher de se défoncer avec de la drogue dure qu’avec du cannabis ou même de l’alcool. Le prix de la passe et celui des filles a lui aussi été divisé par 2 ou 3 en quelques années.

C’est étrange comme on entend souvent parler des kosovars dans les trafics en tout genre, alors qu’il ne reste que 2 millions et quelque d’habitants (dont seulement 120 00 serbes) dans ce minuscule pays. Et en général, ceux qui se livrent à ces activités sont de véritables brutes. Alors, que se passe t’il au Kosovo ?

A la fac, le prof de géopolitique des Balkans n’arrêtait pas de nous dire «  ne croyez pas qu’au Kosovo, il n’y a que les Serbes à avoirblatnik_kosovo massacré les albanais  », contrairement à la version officielle. Et de nous rappeler que plus de 80% de la population kosovare était albanaise, les serbes étant donc largement minoritaires. D’ailleurs, les violences contre les serbes du Kosovo continuent allègrement, à tel point qu’en 2004 le commandant de l’OTAN pour le Sud-Est de l’Europe, l’amiral Gregory Johnson, parlait de «  nettoyage ethnique   », quand un ancien général de l’OTAN disait qu’on s’était trompés de côté pour les bombardements.

On sait ce qu’ont fait les Serbes, on sait à peu près pourquoi, à peu près comment. On comprend plus ou moins pourquoi la situation actuelle est ce qu’elle est. Et pour le Kosovo, aujourd’hui indépendant  ?

Récemment, Carla del Ponte, procureure du tribunal pénal international de La Haye (TPIY), a publié un livre dans lequel elle parle d’un trafic d’organes prélevés sur des prisonniers serbes, mis en place par les albanais du Kosovo pendant la guerre. Elle cite même deux anciens 1er ministres  : Agim Ceku ou encore l’ancien négociateur à Rambouillet et ex-chef de l’UCK (l’armée de libération du Kosovo), Hashim Thaci, notoirement impliqué dans diverses activités mafieuses, mais on y reviendra. Les autorités suisses ont finalement imposé à l’ancienne magistrate de ne plus parler de son bouquin, puisque les kosovars sont des victimes et pas des bourreaux. Omerta, donc.

Toutefois, il est à noter qu’en 2003, le ministère de la Santé du Monténégro (où il y a une importante communauté kosovare) «  s’est ainsi retrouvé au cœur d’une affaire de trafic de don d’organes  », selon le Sénat français. Comme quoi, ce n’est pas la première fois qu’on entend parler de ce type d’affaire dans la région.

LA PROPAGANDE

Tout semble aujourd’hui embrouillé, dans ce conflit. Les informations semblent se contredire, contredire «  la réalité  » qu’on nous a présentée. Car, les cas avérés de mensonges de la part des Européens et des Etats-Unis quant à ce conflit sont loin d’être exceptionnels. Comme pour la guerre en Irak, on a mis en scène un spectacle médiatique dans lequel les Serbes étaient les méchants, point final.

On a parlé de «  camps de concentration  » et assimilé les Serbes aux Nazis, empêchant toute discussion raisonnable sur les faits qu’on leur a reprochés, toute remise en question de ces faits, tout questionnement sur le rôle des uns et des autres. On a dit, comme Tony Blair ou Rudolf Sharping (ex ministre Allemand de la Défense), que les seuls bourreaux étaient les Serbes, qu’ils avaient commis un «  génocide  » et qu’il fallait donner son indépendance au Kosovo (à ce sujet, les Basques et les Bretons seront heureux de savoir que la France soutient les velléités indépendantistes).

En fait, même le départ de cette guerre reste plus que flou. La guerre du Kosovo a commencé en 1999, après les «  négociations  » de Rambouillet auxquelles les représentants kosovars, dont Hashim Thaci, ont exigé l’indépendance. On a bombardé ce qui était la Yougoslavie pendant 78 jours, pour faire plier Milosevic au motif qu’il y aurait une grave crise humanitaire sans les bombardements, bien que le secrétaire à la Défense américain W. Cohen et le chef d’état-major général, le Général H. Shelton ont déclaré conjointement devant le Sénat US en octobre 1999  : «  nous savions que l’utilisation de la force militaire ne pourrait stopper l’attaque de Milosevic contre les civils kosovars...  ». Par ailleurs, il est clair que la situation des populations visées par lesdits bombardements s’est fortement dégradée après qu’ils aient commencé.

kosovo_map_albanaisCôté UCK, on cherchait à obtenir un Kosovo lié à l’Albanie et à récréer cette «  Grande Albanie  » sortie du fin fond de l’histoire.

On connaît les exploits de Milosevic et consors. Mais dans ce conflit tout le monde a participé gaiement aux pires exactions, comme le viol systématique et la création de bordels pour les militaires par exemple, sauf que certains étaient les ‘gentils’ dans le scénario. Et l’UCK, l’armée de libération kosovare, transformée par la MINUK en Corps de Protection du Kosovo, la première.

Il y a bien eu manipulation, propagande, de la part de toutes les parties, de l’OTAN aux Serbes en passant pas les Kosovars. Tout cela savamment orchestré par des agences de com’ (comme Ruder Finn) habituées de l’exercice, qui ont ensuite allègrement contribué aux fameuses «  révolutions  » orange etc. autour de la mer Caspienne. Propagande reprise par les médias sans aucune mise en perspective. On connaît les 10 principes de la propagande de guerre, que je recopie ici parce que le schéma est effectivement toujours le même  :

1. Nous ne voulons pas la guerre

2. Le camp adverse est seul responsable de la guerre

3. L’ennemi a le visage du diable (ou L« ’affreux » de service)

4. Les buts réels de la guerre doivent être masqués sous de nobles causes

5. L’ennemi provoque sciemment des atrocités, nous commettons des bavures involontaires

6. Nous subissons très peu de pertes, les pertes de l’ennemi sont énormes

7. Notre cause a un caractère sacré

8. Les artistes et intellectuels soutiennent notre cause

9. L’ennemi utilise des armes non autorisées

10. Ceux qui mettent en doute notre propagande sont des traîtres (cela marche d’autant mieux que les principes n° 3 et 5 ont été bien respectés)

Sont ensuite venues les batailles de chiffres sur ledit «  génocide  », au final on a trouvé autour de 3.000 personnes dans des fosses communes au Kosovo, essentiellement des prisonniers. Certains avaient parlé de 100 000 morts, voire plus. Par contre, énormément de Serbes ont fui la région à cause des exactions de l’UCK, peut-être plus de 100 000, et autant de Roms... Mais bref. Mon but ici n’est pas de prendre position sur le principe de l’indépendance du Kosovo, encore moins de dire que les Serbes sont blancs comme neige. Mais je m’interroge, a posteriori, sur le but réel de cette guerre. Car, au vu de la situation actuelle, j’ai le sentiment qu’on a encore une fois été manipulés pour des intérêts particuliers et/ou stratégiques.

Toute cette manipulation médiatique, finalement, a servi à occulter quelques autres manipulations.

ORIGINE DE L’UCK

L’indépendance du Kosovo était un des buts de cette guerre, arrêté au moins depuis le début des années 90 par certains Etats européens, ainsi que par l’Albanie et les séparatistes kosovars. Dès 1995, l’Allemagne et l’Albanie signaient un accord appelant à «  l’autodétermination des peuples  », et l’Allemagne installait le BND (Service de renseignement allemand) à Tirana pour faciliter la mise en place d’une milice kosovare.

Avant l’UCK, dès les années 80, il y a eu par exemple le Mouvement Populaire pour la République du Kosovo qui «  disposait d’un réseau très large dans des pays tels que l’Allemagne, la Suisse et d’autres pays européens, de même qu’aux Etats-Unis  » (selon le général russe Ivasov, interrogé lors du procès de Milosevic), ou le Mouvement National pour la Libération du Kosovo, qui a commis quelques attentats contre des Serbes, à Bruxelles puis au Kosovo jusque dans des camps de réfugiés, le 11 février 1996. Ledit mouvement était né en Albanie (dans la logique de la «  Grande Albanie  »), était proche du «  président  » Enver Hotja, et ses chefs étaient aussi des trafiquants notoires liés aux clans kosovars (qui ont été liquidés en 1982 par les services yougoslaves).

En 1992 est annoncée la création de l’UCK, dont le président du Kosovo Ibrahim Rugova disait douter de l’existence jusqu’en 97. «  L’Uceka a bénéficié d’un appui venant de structures diverses, et avant tout des mafias responsables du trafic de drogues en Turquie et en Albanie  », expliquait encore ledit Ivasov, précisant au passage que l’UCK se finançait en partie par le trafic de drogue, «  45 % de ces ressources ayant été utilisées pour la fourniture d’armements et de divers équipements  ». Et les réseaux d’expatriés albanais et kosovars en Europe se chargeaient d’écouler la marchandise pour financer l’UCK.

Un rapport du BND, les services allemands, écrit avant la guerre du Kosovo, mentionne que «  à partir de ses points d’appuis en Albanie, Macédoine, et surtout dans la province serbe du Kosovo, la mafia albanaise dirige le trafic d’héroïne qu’elle utilise aussi comme monnaie d’échange contre des armes (...) C’est ainsi que le trafic d’héroïne en Europe Occidentale est devenue une de leurs sources de revenus.  »

De son côté, en 2000, le département fédéral suisse de la justice et de la police écrivait que «  l’héroïne achetée et consommée en SuisseKosovo_Pristina_Mendiante_1fevrier2007_1 arrive de Turquie, principalement par voie de terre, en empruntant les différentes routes des Balkans. Le trafic d’héroïne est en grande partie contrôlé par des Albanais originaires du Kosovo et de l’Albanie. En dépit du conflit du Kosovo, le marché n’a pas connu de problème d’approvisionnement.  ». Environ 400 kilos d’héroïne avaient été saisis en 1999, autant qu’en 1998. Cette année-là, Carla del Ponte décide de geler l’argent des kosovars déposé en Suisse, dont ceux de l’UCK.

Viennent d’autres attentats, contre des policiers serbes d’abord. Ce début de milice a semble-t-il été entraîné par des officiers albanais du Kosovo. Puis, par des officiers allemands et des agents américains, au moins avant le méga bombardement de l’OTAN. Dans le but, faut-il le préciser, de lutter contre les ‘nazis serbes’.

Lors des audiences du TPIY, Milosevic a posé des questions à certains témoins sur «  l’activité de la BND afin de fournir un soutien à ces activités terroristes.   » (celles de l’UCK). En tout cas, il est aujourd’hui clair que le BND a au moins contribué au recrutement (pour cause de copyrights je ne peux pas mettre le lien le plus éloquent à ce sujet qui est sur le site d’Intelligence Online, accessible en cache) et à la formation de responsables de l’UCK  : selon le magazine allemand Der Spiegel, Samedine Hoxha, ex-chef de l’UCK, était aussi un agent payé par le BND depuis le moment où il a vécu en Autriche. Là où ça chauffe vraiment, c’est quand on apprend que d’autres services européens ou l’OTAN le suspectent d’être en lien étroit avec Al Qaida...

A la fin des années 90, le BND allemand a clairement aidé l’UCK, via la formation et une aide logistique. Le général Ivasov, déjà cité, explique également que «  dès la fin de 1988, l’Uceka était en possession d’armements modernes qui n’ont pu lui parvenir qu’en provenance de pays occidentaux   », via l’Albanie.

A cette époque, les leaders de l’UCK étaient des gugusses tels qu’Hashim Thaci, Agim Ceku ou Ramush Haradinaj, aujourd’hui leaders politiques.

Et puis, il y a les finances, puisque l’argent est le nerf de la guerre.

Le Kosovo, comme l’Albanie, fonctionne encore avec un système de clans familiaux, surtout dans les campagnes. Or, comme en Albanie, certains clans se sont spécialisés dans les activités illégales, à petite échelle d’abord, puis grâce à la guerre leurs activités se sont étendues et diversifiées. L’UCK n’a rien eu d’autre à faire que de s’appuyer sur ces clans, et sur les albanais expatriés en occident, pour trouver des moyens de financer sa guérilla via différents trafics.

L’UCK s’est procuré des armes par différents moyens via différentes mafias, quand ce n’était pas l’OTAN qui s’en chargeait, ou les Etats Unis. Ou des intermédiaires, comme un certain Jean Paul Chirouze, arrêté en 2001, soupçonné d’avoir été payé par des Kosovars exilés en Suisse pour faire acheter des armes antichar en Bulgarie par un ivoirien, qui les a ensuite revendues au Kosovo. Ledit Chirouze a versé 300 00 euros pour être libéré sous caution après 6 mois de prison. Selon Stephane Ravion, journaliste de l’agence CAPA, Chirouze avait déjà trempé dans un trafic d’armes, à destination du Turkménistan et du Caucase, à la demande d’un certain Michel Fradin, ancien du SDECE impliqué dans différentes escroqueries notamment en Suisse où il a été recherché. Heureusement pour lui, Fradin est dans les petits papiers de l’Etat puisque son nom est dans les fichiers ‘secret défense’, ce qui empêche toute investigation à son sujet. Ce n’était manifestement pas le cas pour son collègue Chirouze.

En fait, le trafic de drogue a au moins en partie servi à financer les achats d’armes, ainsi que le proxénétisme dans les bordels locaux et sur les trottoirs de l’ouest.

Il y a aussi le réseau de «  collecte  » de fonds auprès des expatriés albanais et kosovars, dans les années 90. Ca se faisait, de 1992 à 1998, via des comptes bancaires appelés ’ Vendlindja thërret ‘, ou VT («  la patrie t’appelle  »), sur lesquels les expatriés pouvaient directement verser une partie de leur salaire pour financer l’UCK. En fait de collecte, certains parlent d’un «  impôt  » mis en place dès 1992, qui s’élevait à au moins 3% des salaires. Après, ladite collecte devint plus aléatoire, car Carla Del Ponte avait fait geler les comptes VT. Beaucoup de ces «  collectes  » auprès des expatriés albanais viennent de Suisse ainsi que de nombreux combattants de l’UCK, recrutés par Thaci et ses copains lors de leur passage en Suisse dans les années 90. Actuellement les kosovars sont la deuxième communauté étrangère de Suisse, avec 200 000 personnes, et ils fonctionnent toujours sur la base des clans.

 

kosovoCet argent servait donc essentiellement à se procurer des armes. Du coup, plusieurs affaires de trafic d’armes éclatent juste avant le conflit au Kosovo. En 1998, la police fédérale suisse évoquait «  Un gros trafic d’armes et de munitions d’une valeur de près d’un million de francs mis au jour en rapport avec le conflit du Kosovo. Une grande partie du matériel a été interceptée fin octobre 1998 à la douane de Durrës (Albanie). Par ailleurs, d’importantes sommes d’argent ont été séquestrées en Suisse  ». Apparemment, la MINUK en est encore aujourd’hui à demander qu’on sécurise les frontières pour éventuellement pouvoir éliminer la contrebande et le trafic d’armes et de drogues.

Et puis, l’UCK s’est allègrement livrée à des crimes de guerre et certains de ses chefs ont été inculpés par le TPIY (pour «  meurtre, torture, viol et traitement cruel  ») avant d’être innocentés le plus souvent. Le cas de Haradinaj, chef de clan et ancien 1er ministre contre qui Carla Del Ponte avait requis 25 ans de prison, est révélateur de l’impunité qu’on leur a trop souvent offerte (l’acte d’accusation parlait de 17 chefs d’accusation de crimes contre l’humanité et «  20 chefs de violations des lois ou coutumes de la guerre  »). Comme en demandant à des militaires US basés là-bas de faire disparaître des preuves -ainsi qu’Haradinaj lui-même durant la guerre- au nez et à la barbe des enquêteurs du TPIY. Hashim Thaci, quant à lui, a été arrêté en juin 2003 à Budapest (en effet, le bougre était sous mandat d’arrêt et recherché par Interpol pour le procès au TPIY). Mais, il a été relâché à la demande de la MINUK selon TF1, ou du ministère français des Affaires étrangères selon d’autres. En rentrant, il crée le «  Parti Démocratique  » du Kosovo (PDK) et devient 1er ministre fin 2007. No comment.

Jusqu’en 1998, l’UCK était sur la liste des organisations terroristes aux Etats-Unis parce que financée largement par le trafic d’héroïne (l’OTAN utilisait le terme d’ «  activités terroristes  », semble-t-il, d’après Ivasov), voire par Al Quaida selon certains. Pendant le conflit, la Suisse sert de «  base arrière   » à l’UCK, comme le dit un rapport sur la protection de l’Etat rédigé en 1999.

En 1999, la MINUK la transforme en Corps de Protection du Kosovo (CPK), sous la direction d’Agim Ceku.Kosovo___Kosovars_victimes_des_Serbes Etrangement, l’International Crisis Group de Georges Soros, par exemple, a applaudi des deux mains cette force qui assurera un Kosovo indépendant, dont 12 membres ont pourtant été suspendus, soupçonnés d’avoir fait sauter un pont en dehors de toute mission. D’autres ont été plus ou moins inquiétés, comme un des seconds d’Haradinaj, Idriz Balaj, qui commandait une unité sobrement nommée «  les Aigles Noirs  », et a risqué 15 ans en 2005 pour le meurtre (etc.) d’une soixantaine de civils Serbes et Roms du Kosovo avant d’être acquitté. Lahi Brahimaj, membre de l’UCK qui dirigeait le camp de Jablanica, a pris 6 ans pour mauvais traitements et torture de prisonniers en avril 2008, un autre de l’UCK, Haradin Bala, a pris 13 ans et a fait appel….

Haradinaj, pourtant créateur des «  Aigles Noirs  », a été acquitté aussi «  faute de preuves  » (cependant le procureur du TPIY a fait appel) après un procès auquel une vingtaine de témoins n’ont pas osé se présenter, et où 9 autres témoins de l’accusation (dont trois protégés et deux policiers) sont morts de manière suspecte. Quoi qu’il en soit, aucun crime contre l’humanité n’a été retenu contre eux, et beaucoup ont été acquittés.

En fait, l’UCK était donc très largement composée de trafiquants et tortionnaires en tous genres, et le gouvernement actuel est composé d’anciens membres de ladite UCK. Et tout cela bien sur, sans que personne n’y trouve à redire. Cherchez l’erreur.


Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (57 votes)




Réagissez à l'article

81 réactions à cet article    


  • SlyTheSly 5 décembre 2008 13:35

    Point Godwin dès le premier commentaire, superbe...-__-’ Du coup on va parler de tout sauf su sujet, bien joué.


  • Marcheg Arvor Marcheg Arvor 5 décembre 2008 14:19

    Vous ne pouvez pas parler d’appartheid et ne pas tenir compte du contexte historique. Le Kosovo est le coeur historique de la Serbie : Imaginez que le département du 9-3, berceau historique de la France avec entre autres la basilique St Denis, déclare son indépendance pour toutes les raisons que vous pouvez imaginer... Les Français seraient-ils taxés de génocideurs au motifs qu’ils auraient envoyé la troupe pour rétablir l’ordre républicain ?
    Vous voulez parler de génocide : très bien. Le TPI et la KFOR ont discrètement jeté un voile sur les découvertes de charniers car 4 fois sur 5, ceux sont des serbes qui sont dedans.
    Mais bon sang, vous avez quoi dans les yeux ?


  • minidou 5 décembre 2008 15:01

    Il n’y a jamais eu "apartheid" au Kosovo. Milosevic a certe supprimé le statut d’autonomie de la province, mais les albanais sont restés légalement yougoslave (puis serbes), avec toutes les prerogatives attachées à celle-ci. Cependant le mouvement indépendantiste les a conduit à "brûler" les papier serbes. Lors de la dernière réélection de Milosevic, leur voix auraient pourtant pu lui coûter sa majorité...
    Il est cocasse de constater, que ceux qui parlent d’apartheid au kosovo, se refusent à parler d’aparthied en Palestine ! (bon article, sauf pour la typo très pénible...)


  • ASINUS 5 décembre 2008 15:05

    yep d accord avec marcheg avor , nous avons lamentablement laché le seul etat qui c est tenu indeflectiblement au coté de la france lors des deux derniers conflits pour complaire aux usa par le truchement de l otan " je vous rappelle que le porte paroles britanique a admit avoir tronqué les information diffusé sur le kossovo". Nous avons laissé seule la Serbie face a ces vieux démons lors meme que l allemagne soutenais la si angelique croatie , poussons le resonnement us jusqu au bout qu attendent il pour rendre la californie les latinos y sont desormais majoritaire , j habite marseille ,dés 15 ans on sait de quoi le kosovo et l albanie sont les fournisseurs, la seule realite d existence du kossovo c est d etre un porte avion terrestre pour les force de projections us , nos veules dirigeants on cedés sur toute la lignes au velléités us qui si elles sont legitime pour cet etat imperial n ont pas les memes consequences pour nous européens voisin
    de la russie cette boite de pandore ouverte est un abcés purulents dont les consequences vont perdurer


  • Traroth Traroth 5 décembre 2008 16:31

    "Aix-la-Chapelle, berceau historique de la France dont il ne faut pas oublier qu’elle fut fondée au 9ème siècle de notre ère par les fils et petits-fils de Charlemagne, est en Allemagne" : Ca, c’est parce que, comme beaucoup de Français, vous êtes persuadé que Charlemagne était un roi de France alors qu’il était roi des Francs et des Lombards. Les Francs se sont établis sur les territoires qui constituent aujourd’hui la France, l’Allemagne, la Suisse et l’Italie. Et comme il s’agissait de territoires conquis, ils n’étaient pas plus attachés à une partie de ce territoire qu’à un autre. Ces considérations typiquement françaises ne sont venues que plus tard, et ne sont pas partagées, notamment en Allemagne.

    Je constate d’autres parts que vous faites complètement l’impasse sur ce que dit l’auteur sur des charniers de Serbes. Comme souvent chez les idéologues, il y a les bons morts et les mauvais morts...


  • Traroth Traroth 5 décembre 2008 16:36

    Autre chose : on reparlera avec sérieux du TPIY le jour où toute la lumière aura enfin été faite sur la mort de Milosevic. Cette article montre de manière assez évidente quelles raisons auraient pu pousser certains pays à vouloir sa mort. Rien que ça, c’est intéressant.


  • Nobody knows me Nobody knows me 5 décembre 2008 17:57

    Touchez pas aux Zuèsses de notre gentil Arthur...
    Arthur, les USA sont la plus grosse puissance économique, financière et militaire du mooooonde. Je vais peut-être vous briser le coeur mais vous pensez réellement qu’ils en sont arrivés là en enfilant des perles et en tricotant des pull over pour les plus démunis ??

    Vous supportez inconditionnellement un pays quels que soient les méfaits effectués par sa classe dirigeante, au profit d’une minorité, au détriment d’une majorité.

    Va falloir vous assumer un peu. Ou devenir un peu réaliste et reconsidérer votre point de vue sur les classes dirigeantes d’où qu’elles viennent : à savoir qu’ils ne sont pas là pour acheter du terrain, façon de parler...


  • Christophe Christophe 5 décembre 2008 18:53

    @Arthur Mage,

    Il existe des informations qui sont portées à la connaissance du public et d’autres qui sont cachées ; ce n’est pas nouveau, surtout dans les situations de pré-conflit d’ordre géopolitique et durant les conflits ; mais nous pouvons avoir accès à quelques résumés (ici ou ).

    Commencez par chercher à savoir ce qui s’est passé lors de la réunion de Rambouillet. Un accord accepté par l’Europe et les Etats-Unis a été présenté aux serbes et aux kosovars. La plupart des nations occidentales pensaient, avant ce sommet, que la Serbie ne pourrait accepter les conditions de l’accord. Pourtant, ce ne sont pas les serbes qui les ont refusé ; même Rugova y était favorable. Seule L’UCK (organisation terroriste faut-il le souligner) a refusé. Vous savez ce qui c’est passé par la suite ? L’émissaire américain (Madeleine Albright) a planté littéralement les représentants européens et n’a négocié qu’avec l’UCK pour aboutir à un accord qui devenait innacceptable pour la Serbie (l’UCK voulait impérativement que l’indépendance du Kosovo soit actée dans cet accord) ; ce qui a justifié les bombardements de l’OTAN par la suite.

    Avant l’intervention serbe, le Kosovo était le territoire reconnu comme l’une des plaque tournante tant du trafique de drogue et de trafic en tout genre, l’important étant que cela rapporte. L’UCK préleverait les organes des serbes kosovars (et les tuerait) et les ferait passer par l’Albanie (voir ici).

    Cela n’excuse en rien les exactions serbes, mais il est inutile de faire croire que les albanais du Kosovo étaient et sont des anges. Par ailleurs, l’intervention serbe a été graduelle ; mais l’UCK l’a transformé en guerre, obligeant la Serbie a faire intervenir l’armée ; il me faut retrouver les sources, mais c’est l’UCK qui a débuté les attaques organisées au Kosovo contre les intérêts serbes (voir ici).

    Mais il est vrai que nous pouvons poser des questions, comme ce parlementaire européen qui pose une question à la commission, nous pouvons toujours attendre les réponses. Nos politiques peuvent se voiler la face, mais cet état du Kosovo était plus que prévisible (voir ).


  • ZEN ZEN 5 décembre 2008 20:39

    Merci, Christophe, pour cette claire mise au point


  • Avatar 5 décembre 2008 22:12

    Idem ...


  • dona 8 décembre 2008 18:37

    Avant la guerre, les albanais du Kosovo vivaient un vrais enfer sous le régime des nazis serbes. La criminilatité, contrairement à ce que vous affirmez était inexistante. Et depuis quand une simple accusation devient un fait averé !


  • Thierry JACOB 5 décembre 2008 13:44

    Je ne comprends pas le titre...en quoi l’occident est il responsable du systéme mafieu qui perdure dans cette région ???


    • Traroth Traroth 5 décembre 2008 16:37

      Parce que l’Occident tient ce pays à bout de bras.


    • Avatar 5 décembre 2008 16:44

      A Traroth,

      L’occident ou les USA ?


    • Traroth Traroth 5 décembre 2008 16:46

      C’est quoi, la différence ? Les Etats-Unis et leur vassaux, si vous préférez.


    • Avatar 5 décembre 2008 16:51

      Oui, merci mais je préfère en effet , car les USA ne seront probablement plus la 1ère puissance mondiale dans quelques dizaines d’années.

      Les vassalités risquent donc de changer ...


    • Traroth Traroth 5 décembre 2008 17:03

      Maintenant, c’est maintenant, et plus tard, c’est plus tard... smiley
      Les choses ont tendance à rester pareil jusqu’à ce qu’elles changent...


    • non666 non666 5 décembre 2008 18:14

      1) Comme dab, il faut toujours tout répeter.
      L’Occident c’est ce qui est a l’ouest du Rhin, donc d’abord et avant tout, nous, la France.
      Faire la confusion entre l’atlantisme pro-US et "l’occident" , c’est nous nier nous meme.

      2) On ne PEUT pas comprendre la crise yougoslave suivie de la crise albanaise sans comprendre que certains interets preferent nous voir faire chez nous , en Europe, les concessions qu’ils refusent de faire chez les musilmans qu’ils occupent.
      Ce n’est pas un hasard si Kouchner, Finkielkraut, Bruckner, BHL , Gluxmann nous ont incité "au devoir d’ingerence" au moment ou les musulmans exigeaient de voir appliquer les promesses de la première guerre du golfe (une gestion GLOBALE des problèmmes du proche orient qui impliquait donc le golan et la Palestine occupée)

      3) En flattant les puissances héritières de l’ancien colonialisme turque en Europe, on tue de fait la notion d’Europe chretienne au moment ou Turquie et Israel sont en train de frapper à la porte ....

      La Serbie paye très cher, une fois de plus, les interets stratégiques de la "sorcière du nord" (la grande bretagne) et de la sorcière du sud (la Turquie).

      Cette crise est symptomatique du fait que les interets qui gouvernent à la creation de ce que doit etre l’Europe sont tout, sauf europeens....

       


    • Thierry JACOB 5 décembre 2008 19:19

      non666 l’australie c’est l’occident ou pas ???
      la culture, la civilisation occidentale...


    • non666 non666 5 décembre 2008 22:04

      La réponse est evidemment non.

      C’est un allié des etats unis et un membre de l’Anzus, l’autre main dépendante des etats unis.

      Mais l’Occident , c’est nous.


    • Marcheg Arvor Marcheg Arvor 5 décembre 2008 14:13

      Je crois surtout qu’il fallait :
      - abattre Milosevic quoiqu’il en coûte
      - Affaiblir l’Europe par la constitution d’une verrue mafieuse en son sein
      - Faire les yeux doux à la Turquie et aux pays musulmans
      - Humilier la Russie de Elstine, puis de Poutine

      Je rappelle par ailleurs que les musulmans de l’ex Yougoslavie, Kosovars et Bosniaques (dont l’ancien Président ,et ami de Kouchner et BHL, Itzbegovitch) furent de zélés supplétifs des allemands pendant la Deuxième Guerre Mondiales et que l’Allemagne a poussé à la roue leur velleités d’Indépendance.


      • Serpico Serpico 6 décembre 2008 12:26

        Maecheg : "Je rappelle par ailleurs que les musulmans de l’ex Yougoslavie, Kosovars et Bosniaques (dont l’ancien Président ,et ami de Kouchner et BHL, Itzbegovitch) furent de zélés supplétifs des allemands pendant la Deuxième Guerre Mondiales"

        *********************

        Certainement pas aussi zélés que Vichy.

        Vous attendez quoi pour pour bombarder Paris ?

        Il faut arrêter de ramener le nazisme à tout bout de discussions et à propos systématiquement des musulmans.

        On sature devant autant de volonté de nuisance.



      • dona 8 décembre 2008 16:16

        C’est quoi ce genre de post. Vous devez vous faire soigner ! De vrais hitlériens haineux qui donnent des leçons de morale.

        Premiérement, il n’y a aucune mafia au Kosovo ni en Albanaie par ailleurs. Il y a un problème de petits groupes de truands mais pas de mafia.

        Deuxièmement cet article est pleins de mensonges propagés par l’extrême-droite serbo-russe relayé par leurs comparses européens.

        Je rappelle que miloseviç et tout le gouvernement serbes ont été accusés et condamnés pour crimes contre l’Humanité.

        Les dirigeant kosovars ne sont même pas accusés à l’exeption près de deux confamnations mineurs pour des subalternes.

        Encore une chose, les albanais ont été le seul peuple à avoir protégé tous ses juifs et même les juifs serbes et grecs ont trouver refuge en Albanie. Aucun juifs n’a été livré ni par le gouvernement ni par la population. En proportion par rapport à la population ce sont les albanais qui ont opposés la plus grande résistance aux nazis.


      • Ceri Ceri 8 décembre 2008 16:22

        c’est faux, la mafia là bas n’est plus une simple histoire de clans, depuis la guerre. 
        Ensuite, un certain nombre de kosovars de l’UCK et même certains hommes politiques actuels ont du répondre de nombreux chefs d’accusation devant le TPIY, j’en nomme même une partie.
        Mais ce n’est pour ça que j’ai assimilé les kosovars aux Nazis (contrairement à ceux qui ont assimilé Milosevic aux Nazis ! ), parce qu’on reste encore très loin d’un génocide.

        Et accessoirement je suis loin d’être sympathisante de l’extrême droite !


      • dona 8 décembre 2008 18:44

        Et accessoirement je suis loin d’être sympathisante de l’extrême droite !

        C’est de l’humour !!!

        Vous êtes de l’extreme-droite la plus perverse. Il suffit de lire votre article qui est une constrution abjecte. Sans parler du titre ou vous insulter ’un peuple et d’un pays qui a échapé au génocide.


      • zelectron zelectron 5 décembre 2008 14:27

        La stratégie de Tito était claire : diviser pour régner.
        Il y a réussi à titre posthume, la Yougoslavie est désormais "atomisée" et la petite Serbie réduite à une portion bien plus congrue que ce qu’il aurait jamais espéré...


        • ZEN ZEN 5 décembre 2008 14:42

          Je n’ai pas eu le temps de vérifier toutes les nombreux liens que donne l’auteur
          Quand je me suis penché sur le dossier, je suis allé de surprises en surprises...
          En tous cas, on n’a pas fini de parler du Kosovo
          Sans vouloir blanchir la Serbie, il faut remonter aux sources et ,outre le rôle de l’Allemagne (comme en Croatie),voir le résultat : les USA y ont installé une de leurs plus grandes bases en Europe
          Devinez pourquoi ? 


          Une guerre évitable , dont le conflit du Kosovo fut le dernier (?) épisode, où la disparition du fédérateur Tito , de vieilles rivalités ethniques et religieuses furent instrumentalisées par des intérêts extérieurs, européens et américains...
          Carla del Ponte livre tardivement quelques données, que nos médias avaient soigneusement occultées, ce qui ne va pas sans polémiques
          Combien de temps encore avant que la vérité soit un peu mieux établie sur les véritables causes de ces années tragiques ?

          "Carla del Ponte avait au début participé au lynchage anti serbe ; on ne peut qu’approuver ce recentrage dans le partage des responsabilités. L’affaire de Georgie vient nous rappeler les erreurs commises vis à vis de l’ex Yougoslavie depuis 1991 et plus recemment lors de la reconnaissance de l’indépendance du Kosovo"(G.Yang AV)


          Le Kosovo n’a pas de pétrole mais sa situation géographique est stratégique car le pipeline Trans–Balkans – connu comme le pipeline AMBO, du nom de son constructeur et opérateur une compagnie pétrolière Albanienne, Macédonienne et Bulgare enregistrée aux US - le traversera.

          Le livre oublié de Carla Del Ponte à propos de la guerre du Kosovo :

          "...Les secrets de l’écrasement de la Yougoslavie sont en train d’émerger, nous en apprenant davantage sur la manière dont le monde moderne est dirigé. Le procureur initial du Tribunal pénal international de la Hague pour la Yougoslavie, Carla Del Ponte, a publié cette année ses mémoires The Hunt : Me and War Criminals.*Largement ignoré en Angleterre, ce livre révèle les désagréables vérités de l’intervention de l’Occident au Kosovo, qui a provoqué des échos dans le Caucase.Le tribunal avait été mis en place et financé principalement par les Etats-Unis.Del Ponte avait pour rôle d’enquêter sur les crimes commis pendant le démembrement de la Yougoslavie durant les années 90. Elle insista sur le fait que les 78 jours de bombardements par l’Otan sur la Serbie et le Kosovo en 1999, faisait aussi partie de ces crimes. Ces bombardements ont provoqué la mort de centaines de personnes dans des hôpitaux, des parcs, des écoles, des églises, des studios de télé et ont aussi conduit à la destruction des infrastructures économiques. ...Si imparfaite soit-elle, la Yougoslavie était à la fois unique, indépendante et multi-ethnique, cette fédération représentait un pont politique et économique durant la guerre froide. Ceci était inacceptable pour cette communauté européenne en plein développement, et particulièrement pour la nouvelle Allemagne réunifiée, cette dernière ayant commencé une conquête à l’Est pour dominer son « marché naturel » dans les provinces yougoslaves de Croatie et de Slovénie. Au moment où les Européens se sont réunis à Maastricht en 1991, un accord secret a été conclu : l’Allemagne reconnut l’indépendance de la Croatie et la Yougoslavie fut alors condamnée. A Washington, les États-Unis se sont assurés que l’économie yougoslave se verrait refuser tout prêt de la Banque mondiale et que l’Otan, alors anéanti, serait réutilisé comme un « homme de main ». Lors d’une conférence de paix en France pour le Kosovo en 1999, les Serbes ont été menacés de sanctions économiques et de bombardements, s’ils n’acceptaient pas l’occupation de leur territoire par les forces de l’Otan....


          Bondsteel : La puissance américaine au coeur de l’Europe et le pétrole de la Caspienne :
          "...Le 5 juin 2001, le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld a expliqué aux troupes stationnées à Bondsteel quel rôle elles jouaient dans la stratégie économique du nouveau gouvernement "Combien devrions-nous dépenser pour les forces armées ? Mon opinion est qu’il ne s’agit pas de dépenses mais d’investissements. Vous ne tirez pas sur notre puissance économique, vous la préservez. Vous ne pesez pas sur notre économie, vous êtes le socle de sa croissance."
          Un mois plus tard, le Georges Bush junior a fait son premier voyage à l’étranger pour rendre visite aux soldats du camp. Il a insisté sur le fait que les troupes américaines étaient au Kosovo pour y rester. Rompant avec les procédures habituelles, et devant des soldats enthousiastes, il a entériné par sa signature une augmentation des dépenses militaires de 1,9 milliard de dollars approuvée par le Congrès. Depuis lors, la base de Bondsteel n’a cessé de se développer, et est devenue le fer de lance d’un réajustement des bases militaires américaines en Europe et à l’Est. Elle sert de modèle à des bases construites en Afghanistan et dans les républiques ex-soviétiques. Avant le début des bombardements sur la Yougoslavie, en 1999, le Washington Post soulignait : "Le Moyen-Orient devenant de plus en plus fragile, nous allons avoir besoin de bases et de droits de survol aérien dans les Balkans pour protéger le pétrole de la mer Caspienne".
          .."


          Bernard Kouchner, mensonge au Kosovo

          -Bon à savoir :
          Le Kosovo n’a pas de pétrole mais sa situation géographique est stratégique car le pipeline Trans–Balkans – connu comme le pipeline AMBO, du nom de son constructeur et opérateur une compagnie pétrolière Albanienne, Macédonienne et Bulgare enregistrée aux US - le traversera.
          Le pipeline pompera le pétrole de la Mer Caspienne, du port bulgare de Burgas via la Macédoine jusqu’au port albanais de Vlora, à destination des pays européens et des Etats-Unis. Plus précisément, le pipeline AMBO de 1.1 milliard de dollars permettra aux compagnies pétrolières opérant dans la Mer Caspienne de transporter leur pétrole à Rotterdam et la Côte Est des USA à un coût bien moindre que celui d’aujourd’hui.
          Quand il sera opérationnel en 2011, le pipeline fera alors partie d’un corridor d’infrastructures essentielles Est Ouest incluant autoroute, chemin de fer, gaz, lignes de télécommunication en fibre optique. Ce pipeline transportera le pétrole directement sur le marché européen en éliminant le trafic des pétroliers circulant dans les eaux écologiquement sensibles de la Mer Egée et de la Méditerranée.
          En 2000, l’Agence Gouvernementale de Commerce et Développement des US a financé une étude de faisabilité du pipeline qui a actualisé et étendu l’étude de faisabilité du projet d’origine datant du début 1996. Les services Energie de Brown & Root, une filiale britannique appartenant entièrement à Halliburton, ont complété l’étude de faisabilité d’origine de ce projet.
          Le rapport de l’Agence US pour le Commerce et le Développement a été publié en mai 2000, et estime que le pipeline constitue un intérêt stratégique US. Selon le document, le pipeline fournira du pétrole et du gaz sur le marché US pour un montant estimé à 600 millions de dollar par mois, ajoutant que le pipeline est nécessaire car le pétrole venant de la mer Caspienne surpassera rapidement la capacité sécurisée du Bosphore.
          Le projet est nécessaire selon le rapport car le pétrole venant de la Mer Caspienne « surpassera la capacité sécurisée du Bosphore comme voie de transport ». Le plan, note l’agence, «  fournira une source constante de pétrole brut pour les raffineries américaines  », « fournira aux sociétés américaines un rôle clé dans le développement du corridor vital Est Ouest » « avancera les aspirations de privatisation du gouvernement US dans la région » et « facilitera une intégration rapide » des Balkans « au sein de l’Europe Occidentale ».


        • Le péripate Le péripate 5 décembre 2008 15:07

           Je résume ce long post, pour ceux que les lectures démagogiques rebutent.

          Sans vouloir blanchir la Serbie..... états-unis, pétrole, états-unis, pétrole, états-unis, pétrole......

           smiley


        • ASINUS 5 décembre 2008 15:13

          yep bonjour peripate je conçois qu un etat mafieu dotés d aucune regles sinon celles de l argent
          ou du plus feroce trouve grace a vos yeux , n est ce pas la le sumum du liberalisme ?


          j entend le seul vrai liberalisme celui decrit par Dickens


        • ZEN ZEN 5 décembre 2008 15:18

          Tu as tout compris, Péripate ! 
          En progrès... smiley


        • Le péripate Le péripate 5 décembre 2008 15:38

           Ben oui, je m’applique. Bien que je doute d’arriver un jour à une telle excellence dans le mensonge et la désinformation.

          Au fait, à l’intention de l’alter-comprenant Asinus, une mafia est l’antithèse absolue d’une société libérale, société qui est le règne du droit. Les mafias prospèrent au contraire sur des états corrompus.

          Mais c’est vrai que cet enseignement n’est pas au programme des docteurs Diafoirus et Zen.


        • Ceri Ceri 5 décembre 2008 15:40

          en effet, le Kosovo est un sacré bourbier ! Les histoires de pétrole et de drogue, ce sera les deux autres parties de la saga sur le Kosovo, parce qu’il y a de quoi dire là-dessus également.

          Sinon, cette guerre est intéressante, parce que c’est une des premières dont la propagande a été menée presque uniquement par des agences de communication. Il est donc clair que les infos étaient manipulées. Je ne comprends pas vraiment qu’aujourd’hui, certains n’essaient même pas de comprendre les choses. Tout simplement parce qu’à force de gober la propagande officielle, on ne peut pas comprendre ce qui se passe vraiment, ni quels processus sont en cours.


        • ASINUS 5 décembre 2008 16:02

          de l incomprenant a l incompris

          une societé ou regne le droit : celui du plus fort ? du plus riche ?
          societé sans arbitre ?


        • ZEN ZEN 5 décembre 2008 16:17

          "je doute d’arriver un jour à une telle excellence dans le mensonge et la désinformation."

          Allez, Péripate, on sort des incantations habituelles..
          J’accepte les critiques et je ne sais pas tout...Si ! si !
          Mais on reprend toutes les sources, tous les liens
          On vérifie, on recoupe les informations, on critique
          Après, on argumente...
          Bonne lecture ! smiley


        • Le péripate Le péripate 5 décembre 2008 16:40

           Autrement dit, je me farcis d’abord toute la littérature d’Attac et de la LCR, et après on cause ? Merci, je n’ai qu’une vie....


        • Traroth Traroth 5 décembre 2008 16:40

          "société qui est le règne du droit" : C’est pour ça que Milosevic a été condamné à mort par un tribunal et executé dans le respect de la loi. Ah ben non, tiens...


        • JL JL 6 décembre 2008 10:32

          Péripate dit : ""Autrement dit, je me farcis d’abord toute la littérature d’Attac et de la LCR, et après on cause ? Merci, je n’ai qu’une vie.... ""

          Pauvre péripate, tant qu’il n’aura pas compris pas que l’alternative pour qu’enfin on le prenne au sérieux c’est qu’il prenne les autres au sérieux ou qu’il se taise, Il ne sera qu’un zozo.


        • Serpico Serpico 6 décembre 2008 12:28

          Peripate : "Les mafias prospèrent au contraire sur des états corrompus."

          ******************

          Comme aux USA ?



        • R.L. 6 décembre 2008 13:52

          Face à la mauvaise foi (pléonasme), l’absence d’argument, le parti-pris systématique pour le pays qui, rien que depuis 1947 a bombardé plus de 40 pays, renversé, manipulé, obligé des dizaines de gouvernemants, envahi et tué des millions de personnes (directement ou indirectement), légalisé la torture pratiquée dans de nombreux centres... de ceux qui soutiennent les États-Unis d’Amérique du Nord, je me pose une seule question :
          Quelle est la proportion entre les naïfs-bêtas-incultes-vichyssois et lessous-marins travaillant à la seule tâche de maintenir l’image de ce pays, le plus criminel de toute l’histoire de l’humanité ?


        • alexgrenoble 18 avril 2009 14:02

          Entièrement d’accord avec cette belle étude, la nébuleuse onusienne a placé une verrue au coeur de l’Europe,fidèleà ce vieil adage : diviser pour régner.
          pas mal de dirigeants La création d’un Balkanique menaçait les visées politiques, économiques et idéologiques assez mal intentionnés. Il était préférable de sapper l’aire d’influence des « machants russes » pour garder l’Europe dans le giron américain.
          Tout est bon pour cela :faire rentrer la Turquie dans l’Europe (merci Obama pour ce radical changement del’ère Bush), faire rentrer l’Ukraine dans l’OTAN, condamner les méchants russes et soutenir les moudjahidins (on les appelait les « combattants de la liberté » aux infos du 20h00, on avait oublié ?), à présent les mêmes sont de méchants Talibans, mais qui donc les avait armés, entraînés, équipés, formés, financés ? Quand même pas les « gardiens de la démocratie », pas les amis de mickey et donald...
          Ce n’est pas eux qui ont créé un Etat sur une base ethnique, religieuse, quitte à semer le trouble en Europe et donner des idées aux séparatistes en Belgique, au Pays Basque et ailleurs...
          Ca ne se peut pas puisqu’ils nous bourrent le crâne depuis des années avec des grand principes comme la démocratie, l’égalité des hommes, même chez nous on veut considérer les gens selon leurs qualités et non leur appartenance religieuse, ethnique, culturelle, avec de telles idées, on n’aurait jamais pu soutenir la création d’un Etat religieux-ethnique-maffieux, non ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès