Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Quand la Chine s’occupe de ses paysans... au nom de « (...)

Quand la Chine s’occupe de ses paysans... au nom de « l’harmonie sociale »

C’est ce dimanche que commence la session annuelle de l’ANP (Assemblée nationale populaire). Sa priorité : engager des réformes sociales pour lutter contre le fossé qui se creuse entre la Chine littorale et la Chine intérieure. Une chose est sûre : on ne touchera pas la croissance !

Le Parlement chinois s’est réuni ce dimanche pour dix jours dans le but d’entériner les décisions prises par les plus hautes sphères du Parti pour la période 2006-2010. Le <premier ministre Wen Jiabao a présenté une surprise auprès de 3000 députés réunis. Il leur annonce un plan de « construction des nouvelles campagnes socialistes » visant à augmenter le niveau de vie des 750 millions de paysans chinois, dont beaucoup sont les oubliés de la croissance. Rappelons que les derniers mois ont été agités sur le plan social, les paysans chinois protestant contre la mainmise des autorités sur leurs terres dans le but de laisser la place à des projets de développement industriel.

Dans son discours « inaugural », le Premier ministre reconnaît les déséquilibres et les erreurs du Parti et entend lutter activement pour que les paysans chinois puissent eux aussi profiter du développement phénoménal que connaît leur pays. Pour ce faire, il entend tout d’abord lutter contre « le formalisme et la corruption » des cadres et fonctionnaires du Parti, dont il dénonce « l’arrogance et le pouvoir arbitraire ». Mais plus concrètement, ce sont 4,3 milliards d’euros supplémentaires qui seront débloqués par Pékin, soit une augmentation de 15 % du budget 2006 pour les campagnes, qui s’élève à 34,3 milliards d’euros. Ces fonds seront principalement investis dans l’éducation, la santé, les aides agricoles et les infrastructures. L’école deviendra gratuite à l’horizon 2007 pour les paysans, un régime public d’assurance-maladie devrait couvrir 80 % des provinces rurales en 2008 ainsi que l’abolition des taxes agricoles déjà programmée en 2005.

Transformer le paysan en consommateur.

Wen Jiabao annonce également que la priorité dans les cinq ans à venir serait l’augmentation de la consommation intérieure, afin de réduire l’effet de sa dépendance vis-à-vis des exportations (que l’Europe et les États-Unis cherchent à contenir). Les deux tiers de la population étant dans une telle situation, leur pouvoir d’achat ne permet pas à l’heure actuelle de tirer la consommation vers le haut. D’où le double intérêt d’investir dans les campagnes chinoises : permettre aux paysans chinois d’accéder à la consommation de masse, et renforcer le concept « d’harmonie sociale » cher aux yeux du président Hu Jintao afin de garantir la légitimité du Parti.

Les dix jours de la session s’annoncent particulièrement agités puisqu’un débat naît au sein du Parlement entre les députés favorables à la poursuite des réformes économiques et ceux qui estiment qu’elles ont été trop loin trop vite, creusant ainsi le fossé entre ville et campagne. Le Monde parle d’une « nouvelle gauche où se côtoient opposants à la mondialisation et partisans de plus de justice sociale ». Dans tous les cas, les réformes sociales sont en marche. Après la réforme de l’économie, à quand les réformes politiques ? Pas pour tout de suite, a priori...


Moyenne des avis sur cet article :  4.3/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Scaton l’africain (---.---.1.1) 6 mars 2006 15:00

    En fait c’est une PAC version chinoise.


    • Thomas (---.---.117.95) 6 mars 2006 18:42

      Comparaison n’est pas raison... Ce système n’a pas du tout le même objectif que la PAC européenne !


    • Agnès (---.---.167.192) 6 mars 2006 16:37

      Il est temps qu’ils se bougent là-haut, là-bas, parce que si la situation ne s’arrange pas ils n’arriveront plus à contenir la révolte.


      • (---.---.133.173) 7 mars 2006 18:14

        En fait, le problème le plus important de la Chine réside dans la garantie des débouchés de sa production.

        Pour le moment, l’essentiel de cette dernière est dirigé vers l’étranger d’où une balance commerciale très excédentaire. Toutefois, les chinois savent mieux que quiconques, que cette situation est tout, sauf pérenne.

        Une des solutions qui s’offrent à eux, c’est de développer leur consommation intérieure, d’où probablement cette volonté de regarder du côté de la masse chinoise la plus importante : les paysans.


        • Thomas (---.---.117.95) 7 mars 2006 20:09

          Bravo ! Enfin quelqu’un qui a compris. Une économie forte est constituée d’un bon niveau d’exportations, d’investissements massif de la part de l’état et d’une bonne consommation intérieure. La Chine remplie déjà très bien les deux premiers critères, elle s’attaque avec force au troisième. Ce qui est formidable c’est qu’elle se donne les moyens de son action afin de garantir un résultat. Le parti communiste chinois qui n’a de compte à rendre à personne si ce n’est à sa population (et encore !) est donc libre de faire ce qu’il veut et il le fait bien.

          Mais attention, ce n’est évidemment pas l’unique but des autorités chinoises. Il s’agit également de contenir les révoltes des paysans histoire de faire d’une pierre deux coups !

          Bravo encore à vous qui avez tout compris, certaines personnes feraient mieux d’en prendre de la graine smiley !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

fox


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès