Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Quand la Suisse vote à droite, la gauche parle d’extrême (...)

Quand la Suisse vote à droite, la gauche parle d’extrême droite

L’Union démocratique du centre a fait un tabac aux élections législatives suisses. La gauche et l’extrême gauche parlent de victoire de « l’extrême droite ». Ci-après, une petite analyse.

Le 22 octobre, l’Agence télégraphique suisse (équivalent de l’AFP en France) diffuse une dépêche intitulée « La presse internationale inquiète des résultats ». Voici le texte intégral de cette hallucinante dépêche : « Au lendemain du triomphe UDC aux fédérales, la plupart des quotidiens européens soulignent ’la victoire de la méchanceté’, voyant en Suisse un ’laboratoire du populisme’. Pour quelques-uns toutefois, le scrutin n’est pas révolutionnaire ou le pays ’est redevenu normal’. ’Où s’arrêtera le vent mauvais du populisme alpin de Christoph Blocher ?’, se demande Libération. Le quotidien français de gauche décrit le patron de l’UDC comme ’un roi de l’improvisation’, ’irrespectueux du sacro-saint consensus suisse’, un ’homme d’affaire milliardaire’ qui est parvenu à faire oublier à son frileux électorat que son évangile a beau être xénophobe, il est d’abord ultra-libéral. Pour le quotidien de centre-gauche italien La Repubblica, ’la droite xénophobe a triomphé en Suisse’. Le journal relève aussi que ’la proposition socialiste d’exclure Christoph Blocher du Conseil fédéral qui sera élu le 12 décembre n’a plus aucune chance’. A Madrid, El Pais ne fait pas dans la nuance ; titrant sur ’l’intolérance suisse’, le journal met en garde contre le danger que ’le racisme arrive au pouvoir’. Le Handelsblatt allemand se veut lui carrément rassurant : ’Il est totalement erroné de conclure à une prochaine explosion de la concordance ; car le système politique suisse, cas unique au monde, est imprégné d’une culture de méfiance des puissants qui permet d’infléchir leurs volontés. Mais le quotidien souligne aussi que l’absence de contenu dans le débat politique et la tendance à la personnalisation. Le Corriere della Sera évoque ’le signal d’un changement véritable et non pas homéopathique, comme d’habitude’. Pour le quotidien ’la Suisse est redevenu un pays normal’. Les ’barrières de rösti et de polenta’ se sont écroulées et, comme tous les autres pays du monde, la Suisse politique est désormais constituée de deux camps distincts » (fin de la dépêche ATS).

Toujours le 22 octobre, drzz, sur http://leblogdrzz.over-blog.com/, publie un petit édito intitulé « Révolution conservatrice au pays du chocolat », petit édito dont voici le contenu : « Le parti de droite diabolisé et boycotté par tous les médias du pays a cassé la baraque et a fait le meilleur résultat d’un parti helvétique depuis... 1919 ! Il est désormais majoritaire, avec vingt sièges de plus que les socialistes. Comme aux Etats-Unis, comme en France, le peuple revendique son indépendance d’esprit ».

Ci-après, les extraits de commentaires suscités par ce petit édito.

1- Vous êtes le premier média à parler de révolution conservatrice. J’en avais ras-le-bol des commentaires des journaux et médias étrangers qui se sont intéressés à la politique suisse seulement deux jours avant les élections reprenant les thèses gauchisantes des médias helvétiques de gauche. On est passé par l’ultranationalisme de l’UDC dans Le Monde, l’extrême droite de l’UDC dans les médias anglais en passant par pronazi sur la chaîne débile Al-Jazira.

2- L’UDC, qui n’est pas mon parti préféré, est à l’origine et encore en bonne partie aujourd’hui, un parti agrairien. On y trouve surtout des agriculteurs, des vignerons, des entrepreneurs. Ce parti se situe entre libéralisme et conservatisme sur des valeurs traditionnelles et patriotiques. Le taxer de xénophobe et raciste vient du fait que ce parti s’en prend à l’immigration illégale, aux abus des requérants d’asiles et à la criminalité étrangère. La majorité des gens de l’UDC ne voit aucun problème avec la plupart des étrangers, qui bossent et qui respectent nos lois. Mais allez faire comprendre cela à tous ces gauchos moralistes.

3- Le vrai problème : dès que l’on s’écarte un tant soi peu du politiquement correct, on devient ipso facto un facho.

4- La Suisse fait sa révolution. Tant mieux devrait-on dire.

5- L’immigration pose beaucoup de problèmes en Europe et en particulier en Suisse, mais ce n’est pas une raison pour mettre les personnes de couleur à l’index (ndlr : brebis galeuse sur une affiche de l’UDC). D’ailleurs, les Suisses sont bien contents que les chefs d’Etat africains, parmi lesquels d’éminents tiers-mondistes, placent des milliards de dollars dans leurs banques très protectrices.

6- La Suisse est le pays d’Europe où les sentiments xénophobes sont le plus exacerbés, mais c’est aussi celui où la part de la population immigrée est la plus forte.

7- L’une des leçons à tirer de cette dérive, c’est que si nous ne voulons pas la même chose en France, il faut que l’immigration soit bien davantage contrôlée. Que l’on favorise, comme l’a dit N. Sarkozy, l’immigration de travail au détriment du regroupement familial et de l’assistanat.

8- Je ne crois pas que les personnes de couleur soient mises à l’index (ndlr : affiche UDC). L’affiche en question parle de l’expulsion des criminels étrangers.

9- Simple déduction logique : si l’affiche avait un caractère raciste, elle aurait été condamnée par un tribunal. Or, je n’ai pas trouvé mention d’une quelconque procédure dans ce sens.

10- « La Suisse est le pays d’Europe où les sentiments xénophobes sont le plus exacerbés » ? Je ne pense pas, vu l’équilibre de ce pays. Souvenez-vous que les médias qui traitent les Suisses de fachos disaient la même chose au sujet de Sarkozy.

11- Oui, le parti du travail (extrême gauche) a déposé une plainte pénale pour violation de la norme antiraciste. Les gauchos se sont fait remballer par le juge qui estime que l’affiche visait uniquement les criminels.

12- La Suisse compte 21 % d’étrangers, la grande majorité se sent intégrée. Il n’y a pas de réelle xénophobie en Suisse. Mais elle existe souvent de façon irraisonnée et, comble de l’ironie, les étrangers européens, de première et de deuxième génération, ont également des sentiments xénophobes envers les extra européens. Mais la grande majorité des Suisses ne l’est pas. Les électeurs suisses, par votation, ont accepté la libre circulation des personnes de l’Union européenne et ses 25 pays membres. Si les Suisses étaient xénophobes, je ne pense pas qu’ils auraient accepté la libre circulation.

13- Une telle affiche est impensable en France, même dans une campagne du Front national. Et pour moi, elle dépasse beaucoup plus les bornes que les propos sibyllins de Bruno Gollnisch (Front national) ou que la prime attribuée par le couple Mégret aux nouveau-nés français.

14- Nous voyons le déchaînement hystérique et hypocrite que suscite l’amendement Mariani sur les tests ADN, dont la mise en application, chez nos voisins, y compris dans l’Espagne du socialiste Zapatero, a été un non-événement. J’ai vu sur un forum que l’on reportait un article du New York Times faisant le rapprochement entre le projet de loi Hortefeux et les méthodes nazies.

15- Comme les forumeurs de ce forum, en l’occurrence celui du MoDem, forumeurs qui sont à l’extrême gauche de Bayrou et qui clament comme des moutons : « Même les Américains sont d’accord avec nous ». Il y a en France une espèce de chape de plomb qui voudrait interdire de penser. A croire qu’une partie non négligeable de la population regrette de n’avoir pas vécu de l’autre côté du rideau de fer.

Maintenant, tirons quelques leçons.

1- L’Agence télégraphique suisse (ATS), organe public censé refléter les opinions du peuple suisse, diffuse une dépêche alarmiste, selon laquelle « la presse internationale » est « inquiète des résultats » de l’élection parlementaire suisse du week-end dernier. Pour étayer sa thèse, l’ATS cite cinq journaux de quatre pays. Sur les cinq journaux, trois sont de gauche. Sur 18 lignes de citations, cinq lignes sont tirées du quotidien français de gauche Libération. Autrement dit, l’ATS déclare que « la presse internationale » est « inquiète » parce que trois journaux de gauche sont inquiets. Les commentaires du quotidien français de gauche Libération, à eux seuls, constituent 28 % de cette thèse sur l’inquiétude de la presse internationale. La presse internationale, telle que définie par l’ATS, se réduit donc à cinq journaux de quatre pays (L’Union européenne à elle seule regroupe 25 pays). Il manque le Times, le Financial Times, le Guardian, The Independent, The Daily Telegraph, le Wall Street Journal, le Washigton Times, la Neue Zürcher Zeitung, la Frankfurter Allgemeine Zeitung, etc.

2- Les trois journaux de gauche cités par l’ATS, utilisent, à propos de l’UDC et de Blocher, les termes suivants : méchanceté, populisme, irrespectueux, xénophobe, ultra-libéral, intolérance, danger et racisme.

3- En réalité, l’UDC est un parti de droite, libéral, conservateur et patriotique. Il n’est pas d’extrême droite. Il n’est pas nationaliste. Il n’est pas raciste. Son discours n’a strictement rien à voir avec le discours d’un Jean-Marie Le Pen. Aux Etats-Unis, l’UDC serait considérée comme un mouvement néo-conservateur, républicain, de droite, mais en aucun cas d’extrême droite. Blocher, ce n’est pas Le Pen. Blocher, c’est Bush, Sarkozy, Benyamin Netanayu, Margaret Tatcher, Menahem Beguin ou Ronald Reagan.

4- On reproche à Blocher et à l’UDC l’argent investit dans la campagne électorale. La farce est monstrueuse. Le 99 % des médias écrits et audiovisuels suisses ont gratuitement fait campagne pour la gauche et contre l’UDC. Le vrai scandale financier, c’est la colossale publicité gratuite des médias suisses pour la gauche et contre l’UDC.

5- Les médias francophones de Suisse romande, y compris le service francophone de l’Agence télégraphique suisse, n’ont qu’une seule et unique référence idéologique : la presse parisienne de gauche et d’extrême gauche. Sur l’ONU, sur l’Union européenne, sur l’UDC, sur l’Irak, sur Israël, la source d’information des médias suisses romands, c’est Le Monde ou Libération.

6- Depuis quarante ans, les médias suisses romands vivent sous le regard observateur et accusateur de la presse de gauche parisienne. Depuis quarante ans, les faiseurs d’opinion (opinion leaders) de Suisse romande, les professeurs de sociologie, les rédacteurs en chefs romands, souffrent d’un complexe d’infériorité par rapport aux grandes universités parisiennes de gauche et aux grands médias parisiens de gauche. De Jean Ziegler à Jacques Pilet (from jizi to jipi), la honte d’être suisse et le désir de plaire à des idéologues parisiens ou onusiens de salon nourrissent la pseudo-pensée romande et la sous-culture journalistique de Romandie.

7- En votant massivement pour l’UDC et contre le Parti socialiste, les Suissesses et les Suisses - alémaniques, romands, tessinois et romanches - ont rejeté la pensée unique ; rejeté le politiquement correct ; rejeté la dictature des prolétariomédias embourgeoisés ; rejeté la presse mi-boulevard mi-gauchiste ; rejeté la criminalité ; rejeté la charia et les minarets ; rejeté le terrorisme intellectuel ; et rejeté le terrorisme tout court.


Moyenne des avis sur cet article :  2.74/5   (62 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • TSS 24 octobre 2007 13:29

    rien que l’affiche de l’UDC me pue au nez !!!!


    • stephanemot stephanemot 25 octobre 2007 18:00

      si cette affiche n’est pas raciste, je ne vois pas ce qu’il vous faut.

      vous avez une paire de lunettes roses decidement tres efficace mais ne la portez que pour certaines destinations.


    • stephanemot stephanemot 27 octobre 2007 19:39

      precision : je m’adressais a l’auteur de l’article


    • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 24 octobre 2007 14:12

      « La Suisse compte 21 % d’étrangers »

      Super almagame, notre Johny national et mis au même rang, qu’un plombier polonais ou qu’un rom.


      • ZEN ZEN 24 octobre 2007 15:40

        @ Ludo

        Sachez que notre brillant journaliste ne vous répondra pas, comme d’habitude. Il est discret comme un compte suisse.C’est la rédaction d’AV qui va régulièrement à la pêche sur son blog. Il faut le visiter, ça vaut le détour !...


      • Parpaillot Parpaillot 26 octobre 2007 01:55

        @CRIS WILKINSON :

        « La Suisse compte 21 % d’étrangers » Super almagame, notre Johny national et mis au même rang, qu’un plombier polonais ou qu’un rom. "

        Eh oui ! Savez-vous qu’en Suisse le plombier polonais ... eh bien il est français !!!

        Comme quoi, on est toujours l’étranger d’un autre !

        Bien à vous !


      • Gilles Gilles 28 octobre 2007 18:14

        Surtout qu’en Suisse n’importe qui peut venir s’installer, négocier le montant de ses impôts. Enfin, s’il a suffisamment de thune et trop peu de moralité pour vouloir contribuer au pays qui l’a aidé à faire fortune.

        Sans compter les immigrés, comme les cadres français, nombreux à Genève et qui y bossent pour le plus grand bonheur des Suisses

        Jouer sur ces immigrés là pour justifier une politique xénophobe, contre le mouton noir, (oui ou même marron ou jaune) c’est fort de café !


      • Emmanuel Goldstein Pedro 24 octobre 2007 15:21

        J’espère que Nestlé international ne vous garrote pas trop au cas où vous auriez des « investigations » à faire sur l’agro-alimentaire, entre autres !


        • Forest Ent Forest Ent 24 octobre 2007 15:26

          Un vent mauvais souffle, qui est d’abord constitué de petites transgressions de petits partis. Et puis ça devient le fond de commerce de grands partis menacés comme l’UMP, et les petites transgressions deviennent plus grandes et mieux acceptées. En route vers l’identification ADN, RFID, les caméras généralisées, la surveillance du net, ...

          Le fond de l’air est frais. Ce genre d’article le rafraîchit. On y sent tant la revanche de Poujade. Comme chez nous.


          • dom y loulou dom 10 décembre 2007 00:39

            bravo forest ent... je vous remercie, car oui... comparer Blocher à mme Thatcher... en la classant parmi les « modèles » envers lesquels nous devrions avoir du respect n’est-cepas puisqu’il dit « ceux-là ne sont pas le Pen » et citant encore dans son palamarès... Bush ???

            eh ben... pour dire que la dame anglaise fut certainement le plus détesté des premiers ministres de grande bretagne... drôle d’exemple... idem pour bush qui va friser les records d’impopularité... on ne peut même plus utiliser ce mot dans son cas... « Bush you are under arrest ! » smiley


          • Basebou Basebou 24 octobre 2007 15:57

            Quel bel exemple que cet article, quel magnifique exemple du politiquement correct sauce UDC ... Ce politiquement correct qui voit un gauchiste ou un traître dans chaque personne qui ne vote pas UDC et ne courbe pas l’échine devant le bailli « Blhorreur ». Ce politiquement correct qui veut s’imposer à coup de mensonges, de caricatures et de xénophobie. Ce politiquement correct qui veut s’imposer à coups de millions de francs.

            Je vous rassure, tous les Suisses n’ont pas été contaminé. Quand bush leur a menti, les Américains ont soutenu la guerre en Irak Aujourd’hui, ils s’en arrachent les cheveux. Il se produira la même chose avec l’UDC.


            • Basebou Basebou 24 octobre 2007 16:53

              Vote histoire de Suisse gauchiste qui nettoie sa Rolls est un sale préjugé de Français hautain. c’est comme si je disais que tous les français sont des grandes gueules et des fainéants qui passent leur temps à faire la grève... Un peu de sérieux , je vous prie !

              Si vous voulez parler de la Suisse, parlez-en avec pertinence. Le seul fait que vous écriviez « Bolcher » au lieu de Blocher démontre votre méconnaissance totale du pays.

              C’est dommage car, sur le fonds, ma position n’est pas très éloignée de la votre


              • docdory docdory 24 octobre 2007 17:32

                @ Miguel Garroté

                Je ne connais pas grand chose à la politique helvétique , mais on pourrait se demander si une partie des réactions de la gauche ne serait pas due aux considérations « islamiquement incorrectes » de l’UDC dans l’affaire des « minarets suisses » sur laquelle j’avais écrit un article il y a quelques mois :

                http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=24532

                Bien qu’étant moi-même un électeur de gauche , je suis obligé de reconnaître que la gauche a trop tendance à qualifier de fasciste toute personne se posant des questions sur les revendications politiques de l’islam ... On ne voit d’ailleurs guère ce qui différencie l’UDC de l’UMP en France , a part les prises de position sur l’islam dont Sarkozy essaie à n’importe quel prix de capter les électeurs ( cf le rapport Machelon ) ...


                • mcm 24 octobre 2007 17:52

                  Je suis assez au courant de ce qui se passe en suiise puisque je préfère de loin le Bafweb à Hesbollah-Vox.

                  Là comme ailleurs, toujours la même rengaine, les partis de gausce publiant des affiches ou est représebté un juif avide au nez crochu, dans la plus belle tradition de la gauche, soutiennent le Hesbollah pendant les manifestations, et détruisent tout sur leur passage, voiture et poubelles incendiées, policiers blessés, ces gauscistes ont le toupet de désigner l’incivisme et le racisme des partis de droite.

                  Toujours les mêmes bobbards, des mêmes dictateurs de la pensée unique, prêt à détruire leur pays plutôt que d’accepter les suffrages du peuple, souvenez vous de Ségolène Royal, qui voyant les suffrages lui échapper, incitait ses troupes à l’intifada.

                  Moi j’aime bien toutes ces intifadas gauscistes, les citoyens, voient de plus en plus clairement, la trahison de cette gausce par son import massif d’&lecteurs islamo-gauscistes, par son m&pris des suffrages du peuple qu’elle prétend défendre.

                  Oui, c’est maintenant clair, la gausce n’a jamais été qu’une idéologie mortifère, une tyrannie dont le but est de confisquer le choix du peuple, de s’allier avec les pires tyrans de la terre pour arriver à ses fins mégalomaniaques.


                  • chriyo 24 octobre 2007 18:54

                    Je crains que la Suisse soit effectivement xénophobe, et cela date d’un bon moment ; bien avant l’élection de Blocher. Il a juste durci des lois existantes....

                    C’est un pays qui fait la différences entre ses étrangers sur des critères d’ethnie, et d’origine. Je suis personnellement touché par ces critères, bien suffisamment pour en parler en connaissance de cause. Ceux qui sont des rentiers, ou des nantis sont les bienvenus pour y dépenser leur argent, peu importe leur origine ou provenance. Ensuite, les européens ont la faculté de venir librement en Suisse s’y établir, et peuvent y travailler sans restriction.

                    Les choses par contre sont très compliquées lorsque, comme moi, on est extra-communautaire : l’attribution d’un permis de travail n’est pas faite uniquement sur la base d’un contrat de travail. il faut que l’employeur prouve qu’il n’a pas réussi à trouver un salarié indigène, puis qu’il n’a pas pu trouver un européen.

                    La preuve, il vous suffit de lire le document se trouvant à cette adresse : http://www.admin.ch/ch/f/rs/c823_21.html

                    il s’agit de la loi qui limite le nombre des étrangers dans ce beau pays si accueillant. Prenez le temps de lire ce document au format PDF, ça en vaut la peine.

                    C’est ainsi que je me vois refuser depuis plus d’un an le droit de travailler. Mon seul tort est de « ne pas appartenir au Bassin traditionnel de recrutement, à savoir les pays de l’UE ou de l’AELE ». Quand on fait une différence entre des étrangers en fonction de leur origine ou de leur appartenance ethnique, je veux bien qu’on me dise comment cela s’appelle !

                    Pour moi, les élections du week-end passé ne sont que la confirmation de mes observations de plus d’une année d’attente.

                    Tous les helvètes ne sont certes pas xénophobes, mais il faut reconnaitre que l’expression d’une majorité lors de ce vote signifie qu’une majorité n’aime pas les étrangers. Dans la pratique, les suisses vivent entre eux. Même si je suis un bon vivant, je dois avouer avoir très peu d’amis suisses. Ceci est le fruit de mon expérience de vie personnelle en Suisse, en attendant mon départ dans les semaines à venir. Devant la dureté des lois, il aurait fallu que je triche pour rester, et je ne peux pas m’y faire. Après, j’ai du mal à condamner ceux qui seront délinquants, parce que je pense qu’on nous pousse à la faute. La vie est chère, et il faut pouvoir payer ses factures à la fin du mois.

                    Mon employeur potentiel m’a déclaré qu’il était désolé de ce qui m’arrivait, et a rajouté : « en Suisse, on critique Le Pen, mais dans la réalité on applique sa politique de préférence nationale... ».

                    ça résume tout !


                    • Jason Jason 24 octobre 2007 20:15

                      Comme je vous comprends, mon pauvre Chryio. Vous avez fait, hélas, le choix de séjourner dans un pays qui, en 7 siècles d’existence est surtout connu pour son fromage, ses pendules à coucou, son chocolat et... ses banques auxquels j’ajouterai une tradition calviniste peu reluisante. Ca laisse des traces. Qu’espérez-vous d’un pays dans lequel le seul vent qui souffle est celui qui ne mène nulle part !


                    • Parpaillot Parpaillot 26 octobre 2007 02:11

                      @Jason :

                      « ...ses banques auxquels j’ajouterai une tradition calviniste peu reluisante. »

                      — -

                      Ah oui ? Que savez-vous des calvinistes ? En connaissez-vous beaucoup ? C’est une espèce rare en France depuis la Saint-Barthélémy et la révocation de l’Edit de Nantes, mais encore et toujours stigmatisée à ce jour dans la Patrie des Droits de l’Homme semble-t-il ...


                    • Romain 24 octobre 2007 20:47

                      http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=200001&sid=8278155

                      Ca ressemble effectivement à de « la droite » d’aujourdhui, autrement dit l’extreme droite d’hier ;)

                      Reste à imaginer l’extreme droite du future... Vaut mieux pas c’est un coup à faire des cauchemards.


                      • manu7 24 octobre 2007 22:00

                        « l’udc n’est pas un parti raciste ». C’est bien sur cette position ambiguë que joue ce parti pour déculpabiliser ses adhérents.

                        Les faits sont pourtant très clairs. A part l’affiche qui a fait le tour du monde, il y a aussi le clip de campagne de l’udc (qui a été retiré par mesure judiciaire). Celui-ci montre des noirs attendant le bus à Genève, en présentant ceci comme représentant « l’enfer » pour la suisse.

                        Difficile de faire plus raciste.

                        Oui Mesdames, Messieurs, électeurs udc. Les dirigeants du parti que vous soutenez sont bien des racistes. Dommage pour la suisse, son système démocratique est un exemple, malheureusement piétiné par les abuseurs de l’udc.


                        • ernst 24 octobre 2007 23:26

                          Il est à constater que les français parlent beaucoup de la Suisse, ses banques, ses banquiers véreux, ses rolls, ses riches, ses préservés du fisc, ses voleurs de juifs, etc...etc.

                          Mais qu’aucun ne lit un journal suisse (pour cela il lui faudrait parler trois ou quatre langues, au-dessus de leurs compétences)aucun ne se donne la peine de savoir comment fonctionne la Confédération.Ses Lois. Ses obligations qui amènent ce pays à une agriculture et un art de vivre à 80% écologique.

                          Messieurs les français, sachez au moins, et que cela vous fasse réfléchir, que si la Suisse ne vote pas les trente cinq heures, y compris la Romandie socialiste, c’est que les électeurs votent en referendum et réfléchissent, eux, à titre individuel, pas au café du commerce où se décident les jugements à l’emporte-pièce du penser correct. Ce qui ’est un fachisme comme un autre.... Aucun homme politique n’est en mesure, même pas Blocher, d’influencer une votation POPULAIRE.Effectivement, Messieurs les français, la Suisse est en train de quitter votre zone d’influence. Et ce ne sont pas des politiques qui croient le vent favorable à droite plus qu’à gauche, ce sont des agriculteurs, des vignerons, des employés, des petits et des sans grade qui laissent tomber vos discours imbéciles qui vous ont menés et vous méneront encore à la ruine. 4% de chômage devraient vous faire réfléchir, et un vote populaire et direct aussi.

                          Le mouton noir de l’Europe, c’est bien vous, Messieurs les Français !... Derniers de la liste !...

                          Et finalement, je ne vous salue pas.


                          • Sigefroid 26 octobre 2007 14:12

                            J’aime bien vos commentaires Ernst ! Vous aviez déjà bien épingle le « bistro poétique » dans ses élucubrations sur les fous,je crois !Remarques pragmatiques et réalistes de votre part. Quand on voit le souk qu’est devenu la France et l’aventurier que les Français ont plébiscité comme président (mais bon, le choix était entre la peste et le choléra), pour ceux d’entre eux qui veulent militer, l^Hexagone fournit largement de la matière sans s’attaquer à un pays où la démocratue directe n’est pas un vain mot ! Même le Traité européen, pour lequel les Français ont voté « non », leur petit parvenu va le leur refourguer, une main dans la poche de Bush et l’autre dans celle de Baroso et du Dikat bruxellois à la botte du grand capital ! Soumission du petit gigolo sautillant ...


                          • Basebou Basebou 25 octobre 2007 00:15

                            En tant que Suisse, je me distancie clairement des caricatures de Ernst. Ce monsieur a tout de l’électeur UDC typique...


                            • jrr 25 octobre 2007 00:52

                              Excellent ! Il est bien clair que la Suisse romande est déjà contaminée par la connerie à la française... la France ruinée par les 35 heures... pourrie... alcoolisée... qui sera bientôt contente de tendre sa sébile à la grande Europe !


                              • ernst 25 octobre 2007 01:43

                                Eh ! non... cher compatriote, je ne suis pas UDC !... Je ne suis rien du tout, mais je vote au coup par coup, tantôt à gauche, tantôt à droite selon les sujets et les analyses très bien faites que je reçois dans mon courrier. Comme vous. Peu ou pas de débats télévisés sur les votations proposées. Quel calme, quel luxe, quelle volupté !...

                                C’est sans doute à force de voir autant de contre-vérités sur notre pays que j’ai à coeur de le faire connaître.

                                Car, devant la gabégie française, son arrogance à nous juger frise l’insupportable. Ne pensez vous pas que ces grèves qui obligent des citoyens ordinaires et de ce fait respectables à quitter leur chez eux à quatre heures du matin est une vision apocalyptique ? Ne croyez vous pas qu’une votation pour départager le sujet (vous vous imaginez faire ce parcours du combattant en Suisse ?...) qu’un bon referendum interdisant d’interdire l’accès au travail serait salutaire pour des finances extra endettées ?... N’est ce pas logique ?...

                                Rien de droitier là-dedans. Simple bon sens paysan.

                                Et pour prouver ma bonne foi gauchère, imaginez que les français s’arrogent le droit au vote direct !... Pour voir...

                                Foin alors du Sarkozysme et de ses ukases à tort ou à raison sur la durée du travail ou la lettre de ce pauvre chou de Guy Moquet...Referendum.

                                Allons, l’ami, pour être suisse, vous ne voyez pas plus loin que le bout de votre nez, que je soupçonne fort court.

                                Bien à vous, du Valais.


                                • Julden 25 octobre 2007 13:47

                                  Bonjour,

                                  Je suis français et je travaille en suisse depuis quelques mois. Je trouve complètement hallucinant cette agressivité qui est la vôtre à l’égard des français. Il est vrai que nous sommes un peuple de grande gueules je l’admets. Cela dit mis à part les abrutis de gauchistes (pour qui seuls les smicards ont le droit de vivre) la plupart des français (du moins que je connaisse) apprécient et respectent les suisses. Pour beaucoup, la Suisse est avant tout le pays de la paix, et un exemple de démocratie. Voilà pour mon état d’esprit.

                                  Pour en revenir au sujet de base, je ne trouve pas que l’UDC soit exempte de reproche concernant leur politique de communication. Pour moi cette campagne était tout de même très proche de ce qu’aurait pu faire le Pen en France, et même si le positionnement politique de Christophe Blocher n’est pas le même que celui de le Pen il faut bien admettre qu’il a exploité l’instinct de conservation. D’une certaine manière je suis travailleur immigré chez vous et je ne me suis pas senti visé dans cette campagne, mais je peux tout à fait concevoir que certains aient pu s’identifier au mouton ou à ce syrien photographié avec sa famille et sous titré « l’enfer ».


                                • brieli67 25 octobre 2007 06:22

                                  le vrai site de BLOCHER

                                  http://www.geocities.com/bircheronline/

                                  xénophobe MAIS dites donc RACISTE c’est tellement plus simple

                                  Gros dégâts collatéraux pas vrai Lerma UMP ex Rpr copine avec BLOCHER alors assume avec tes compagnons !


                                  • jrr 25 octobre 2007 08:31

                                    La Suisse est un peu un microcosme de l’Europe, et il est intéressant d’essayer de comprendre ce qui s’y passe, au-delà des clichés stupides à la française, vaches -chocolat - or des dictateurs (allez donc voir ce qui se passe à la City...)

                                    Actuellement, la droite est malheureusement divisée en Suisse :

                                    Il y a d’abord la droite dite « radicale », incarnée aujourd’hui par le conseiller fédéral Couchepin : c’est la droite stupide, brutale, profiteuse, arrogante, combattue à juste titre par la gauche. Couchepin est un politicien professionnel, la grande gueule de cour d’école, un peu plus malin que les moutons fonctionnaires socialistes (qui se contentent faute de mieux d’être des tyrans domestiques) et que les rats rouges socialocommunistes (chômeurs, casseurs, SDF, grévistes professionnels, alcoolo et RMIstes).

                                    Et puis il y a la droite modérée des « démocrates-chrétiens », qui veulent être bien avec le Bon Dieu et avec leur porte-monnaie. Alors ils sont au centre-droit. Ils ne veulent pas « rendre à Dieu ce qui est à Dieu, et à César ce qui est à César ». Ce sont les tièdes que le Christ vomit. De petits opportunistes qui tirent les ficelles en faisant pencher le balancier à gauche ou à droite, au gré de leurs intérêts... ils veuent être à droite sans quitter le centre... comme disait Dutronc, ils retournent leur veste, toujours du bon côté...

                                    Mais il y a aussi, en Suisse, une droite généreuse et intelligente : c’était initialement le parti des petits entrepreneurs, des petits paysans, appelé aujourd’hui UDC (Union démocratique du centre). Son leader est aujourd’hui Christoph Blocher. Christoph Blocher n’est pas un politicien professionnel. Il a fait fortune en créant une grande entreprise de chimie, qui est maintenant gérée, depuis son entrée au Conseil fédéral, par sa fille. Il est dans le ligne de Thatcher, Sarkozy, Blair : des gens qui ont compris et accepté qu’il faut travailler pour gagner sa vie, et qui ne veulent pas être les moutons de l’état fonctionnaire tentaculaire. Des gens qui ont donc de la personnalité.

                                    Couchepin - la droite radicale brutale stupide des politicards - combat et jalouse bien sûr Christoph Blocher, qui lui n’a pas besoin de puiser dans les caisses de l’Etat avec ses petits copains (des assurances-maladie, pour Couchepine). Couchepine est une salope à la Chirac, c’est-à-dire un opportuniste brutal et borné. Dans son département, il a décidé que ce sont les assureurs-maladie qui doivent apprendre aux médecins ce qu’est la médecine... une « saine concurrence » pour s’en mettre plein les poches. Mais sa popularité personnelle et celle de son parti déclinent depuis plusieurs années : on ne peut pas tromper tout le monde tout le temps. Il sera peut-être prochainement éjecté du Conseil fédéral. En attendant il divise la droite et fait donc le jeu de la gauche.

                                    La gauche de la Suisse francophone, majoritaire, étatique, la république des petits fonctionnaires qui découragent (par l’impôt) l’esprit d’entreprise, et qui veulent couper toutes les têtes qui dépassent (sauf la leur). Le leader de la gauche francophone s’appelle aujourd’hui Pierre-Yves Maillard. C’est le socialisme le plus dangereux : pas la bêtise primaire de la cloche Calmy-Rey, mais l’enfer de l’état fonctionnaire pavé de bonnes intentions.

                                    Naturellement la droite blochérienne ne veut pas entrer dans l’Europe pour partager la dette publique et le chômage des Français... et jeter l’argent par les fenêtres des fonctionnaires de Bruxelles. Que ces gens-là fassent d’abord le ménage chez eux ! Les Français, qui ont vécu trop longtemps en pillant leurs colonie, doivent d’abord, de gré ou de fore, réapprendre à travailler.

                                    En général, les étrangers se sentent bien, en Suisse... les Suisses, contrairement aux Français, ne sont pas des racistes primaires. Et particulièrement par rapport aux Africains et aux Tamouls, dont ils apprécient, en général, la grande gentillesse, les compétences sociales et la classe.

                                    Pour ma part j’habite à Berne, la « capitale » de la Suisse... une ville charmante.... mais depuis que la municipalité est socialiste, les toxicomanes s’agglutinent vers la gare, la ville est de plus en plus sale, les dealers et les prostituées exhibent leur misère et gangrènent la cité... comme à la Platzspitz de Zurich, il y a quelques années... le combat contre l’hydre socialocommuniste, ce bâtard du bolchévisme, n’est jamais définitivement gagné... heureusement en Suisse nous avons pour l’instant la chance d’avoir un certain Christoph Blocher... ses adversaires politiques tentent de le discréditer en le faisant passer pour un raciste xénophobe fasciste populiste... un thème repris par l’ensemble - ou presque - des journaux européens, apparemment pourris par le socialisme... vos dettes et votre chômage, Messieurs les Français, messieurs les Européens, vous devrez bien apprendre à y faire face vous-mêmes.... comme dans les Pays Nordiques, comme en Grande-Bretagne... l’Europe ne sera pas la bouée de sauvetage des Etats gangrenés par le socialisme, car ces pays feraient tout simplement couler l’Europe, avant qu’elle ne puisse prendre son essor, un essor qui doit reposer sur des bases saines.


                                    • brieli67 25 octobre 2007 10:15

                                      BLOCHER EST RACISTE FAUT PAS SE CACHER LES YEUX

                                      il est pour le port d’armes à feu aussi il est contre l’Europe

                                      tout son discours libéral est de la lignée du Prince de la Styrie ou du défunt Moelleman pour faire accepter son racisme ;


                                    • Basebou Basebou 26 octobre 2007 23:45

                                      Rassurez-moi, c’est du second degré ? Parce que vous allez bientôt comparer le docteur Blocher à feu Mère Theresa ou à Soeur Sourire si vous continuez dans votre lancée ^^ Merci pour m’avoir fait beaucoup rire !


                                    • L'Hérétique L’Hérétique 25 octobre 2007 10:02

                                      Vous êtes priés de ne pas prêter aux militants UDF-MoDem des propos ou des avis qu’ils n’ont pas exprimés.

                                      L’UDF-MoDem réagit avec insistance face à l’UDC parce que ce parti a le culot de s’être appelé Union du Centre. Vous prenez les gens pour des c... ou quoi ? l’UDC suisse n’a rien de centriste, tout simplement : c’est un parti populiste qui joue savamment de la confusion entre immigration et criminalité. On peut très bien avoir une politique ferme en matière d’immigration, tout en demeurant humain, et sans en faire une exploitation politique : c’est cela que vous ne comprenez pas. C’est notre vision à nous, à l’UDF-MoDem : pas de démagogie gauchiste, mais pas de populisme droitier non plus. De la fermeté sans exclure l’humanisme. Voilà, mais ce genre de chose ne vous est peut-être pas accessible...


                                      • ernst 25 octobre 2007 17:39

                                        Merci, JRR, je me sens moins seul.

                                        Effectivement, Blocher est au plus près de Blair, la guerre en Irak en moins, ce qui fait tout de même une légère différence. Il a en plus l’avantage d’avoir fait sa fortune seul et parfaitement honnêtement, ce qui le met à l’abri des tentations des professionnels, seule caste admise dans la politique française. Avec les dérapages et les coudées peu franches que l’on sait.

                                        C’est vrai, et je vous prie de m’en excuser, j’étais un peu agressif dans mon billet d’humeur.

                                        Mais il est vrai aussi que je suis fatigué de ces allusions permanentes à la stupidité, l’hypocrisie, la lâcheté et l’avidité suisses. Sans parler de son« racisme ». Une telle mauvaise foi me hérisse.

                                        Tant que les français renonceront à toute réflexion personnelle, n’envisageront pas de prendre eux-mêmes leur destin en main, réclamer que le 49.3 revienne à César, c’est à dire à eux par referendum, ils se plaqueront sur le modèle socialo-communiste qui n’a plus cours nulle part, sinon dans un passé aujourd’hui centenaire. Et qui a le désavantage d’être uniquement franco-français, inefficace et dont ils ne veulent toujours pas admettre qu’il les a menés à la ruine.

                                        Avoir une politique réaliste ne signifie pas égoïste, mais soucieuse de trouver et de maintenir un niveau de vie correct à ses compatriotes. Ainsi qu’à une main d’oeuvre étrangère volontiers et avec reconnaissance admise, pour autant qu’elle se comporte, ce qui est généralement le cas, qu’elle se comporte comme des gens civilisés, respectueux des lois et de l’environnement.

                                        La dernière prestation de serment pour l’obtention de la nationalité auquel j’ai assisté à Genève au mois de Juin, montrait à l’évidence la grande ouverture de la Suisse, un joyeux méli-melo d’Africains, de Portugais, de Croates, de Birmans, de Péruviens etc.... Tous endimanchés et les larmes aux yeux. mais il nous paraîtrait choquant de voir des sans-papiers dans la rue exiger en priorité un logement que les Suisses eux-mêmes ont du mal à trouver. C’est invraisemblable.

                                        Je préconise aux redresseurs de torts de créer une fondation et de s’engager à donner eux-mêmes du travail et un logement, à commencer par le leur, à ces familles qui affluent de partout. Cela résoudrait leurs problèmes de conscience.

                                        C’est tout ce que j’avais à faire remarquer.


                                        • Parpaillot Parpaillot 26 octobre 2007 01:49

                                          @Auteur :

                                          S’agissant de l’article et en tant que citoyen suisse, je suis en désaccord avec la plupart de vos conclusions. Vous écrivez par exemple : « Les médias francophones de Suisse romande, y compris le service francophone de l’Agence télégraphique suisse, n’ont qu’une seule et unique référence idéologique : la presse parisienne de gauche et d’extrême gauche. Sur l’ONU, sur l’Union européenne, sur l’UDC, sur l’Irak, sur Israël, la source d’information des médias suisses romands, c’est Le Monde ou Libération. »

                                          Je ne suis pas de cet avis et je pense que le journal « Le Temps » par exemple exprime une opinion souvent très originale qui ne doit rien au suivisme parisien.

                                          Sur le fond maintenant. Blocher et l’UDC ne sont pas ma tasse de thé et je n’ai aucune sympathie pour eux, mais il faut bien admettre qu’à force de minimiser, voire de nier certains problèmes afin de conserver une image politiquement correcte, les partis du centre-droit (Radical et PDC) ainsi que le parti socialiste, n’ont pas su, pas osé ou ont été incapables de répondre à l’attente et aux préoccupations des citoyens. Dès le début de la campagne et durant toute celle-ci, l’UDC a pris l’initiative en imposant ses thèmes favoris et en proposant des solutions, démagogiques pour la plupart, les autres partis se contentant simplement de répliquer sans jamais reprendre le contrôle de la situation.

                                          S’agissant maintenant des interventions sur ce forum, nombre d’entre elles reflètent une méconnaissance profonde de la situation et de la Suisse en général, quand ce n’est pas carrément de l’irrespect. C’est ainsi qu’on nous ressasse toujours les mêmes stéréotypes, mythes, préjugés et autres images éculées : secret bancaire, comptes à numéros, criminalité économique, chocolat, fromage, vaches, prairies, pendules à coucou, richesse étalée, ... Plutôt que de répéter cette litanie stupide anonnée tous les soir au journal de 20h00 sur TF1 par PPDA, peut-être pourriez-vous vous renseigner à la source et réviser vos jugements : http://www.admin.ch/index.html. Vous apprendrez par exemple que le secret bancaire n’est pas absolu et qu’il est levé lors d’enquêtes pénales. Vous y apprendrez surtout que la Suisse, pays souverain, fort d’une longue tradition démocratique, est un Etat de droit et non une république bananière.

                                          Cela dit, je ne pense pas que les suisses soient plus xénophobes que les autres européens, dans un pays très cosmopolite et multilingue qui compte près de 21 % d’étrangers (plus de 40 % à Genève) les banlieues dites « sensibles » y sont inconnues à ce jour.

                                          Très Cordialement !


                                          • tigron 26 octobre 2007 06:53

                                            il est encore loin le temps ou les Français auront l’intelligence des suisses ! Eux aux moins ils se rendent compte des dangers de l’immigration. Pas comme ces moutons de panurge que sont les Français surtout ceux de gauche et centre confondu et même l’ ump, pour moi tous ces gars là, c’est du pareil au même = destruction de l’identité nationale aux profits d’un axe américano-........ bien connu. Il est très clair que le système européen veut détruire les nations.


                                            • Sigefroid 26 octobre 2007 14:41

                                              Bien vu Tigron ... mais peu ose le dire ... je suis certain qu’avant la chute de l’Empire, les « intello » romains ayant perdu tout sens de la grandeur et l’ambition des paysans-fondateurs, pensaient encore aux Barbares en terme d’impossible ! Le réveil sera dure ... le libéralisme aveugle fonce à la vitesse d’un TGV et quand la messe européenne sera dite, c’est 1789 qui recommencera avec les millions de laisser pour compte et sous le feu de la troupe ! En attendant, les « élus » se seront fait un max de fric et, fortune faite, auront disparu dans les trappes de l’Histoire. C’est vieux comme truc ... et les Graccus finissent toujours assassinés.


                                            • Basebou Basebou 26 octobre 2007 19:57

                                              A lire ses propos, on dirait que M. Garroté est un peu à côté de la plaque, Est-ce dû au fait que :

                                              « Pendant des années, Miguel Garroté choisit l’alcool pour atténuer la dépression,l’anxiété et l’insomnie qui le minent toujours davantage. En 1996, il plonge dans une terrible dépression qui durera deux ans. Devenu totalement abstinent de toute boissonalcoolisée, il vit à la Communauté des Béatitudes àVenthône depuis deux ans. »

                                              http://www.cath-vs.ch/files/pdf/nfva060812.pdf


                                              • Stephane Klein Stephane Klein 26 octobre 2007 22:43

                                                Les Suisses sont tout sauf xénophobes ... mais un peu trop anti-europeens malheureusement.

                                                Et c’est bien dommage car une petite influence de la bonne gouvernance et de la concordance suisse ne serait pas mal-venue.

                                                Les reactions des docteurs d’opinion gaucho-franchouillards de ce fil me font honte et temoignent bien de cette arrogance francaise qu’on nous reproche tant : "comment ?! vous n’etes pas gauchiste vous aussi ?! Vous n’acceptez pas que la lie de l’humanite vienne souiller votre pays ?! Honte a vous messieurs les Suisses ?!

                                                Messieurs les gauchiottes qui jouez contre votre pays dans une perpetuelle trahison ideologique, souffrez donc que si la France et le Francais n’assument pas le droit fondamental qui est d’accepter chez soi qui ont a decide, il n’en soit pas de meme partout.

                                                En Suisse, on chasse les moutons noirs et que ca vous plaise ou non, ils en ont bien le droit et la raison.


                                                • Basebou Basebou 26 octobre 2007 23:31

                                                  M. Klein, s’il-vous-plaît, ne parlez pas au nom des Suisses. De toute évidence, vous ne connaissez rien à la Suisse. Et désolé de vous contredire, la xénophobie est très répandue en Suisse même si elle reste minoritaire


                                                • Senatus populusque (Courouve) Courouve 27 octobre 2007 11:13

                                                  C’est comme en 1958, quand toute la gauche française parlait de fascisme à propos de de Gaulle ...


                                                  • Basebou Basebou 27 octobre 2007 21:44

                                                    Vous allez peut-être me dire que j’exagère mais se dire « philo-sioniste » et avoir pour devise « Pour l’amour de Sion je ne me tairai pas » ne me semblent guère être des qualités esentielles pour faire preuve d’objectivité en terme d’analyse politique


                                                    • dom y loulou dom 10 décembre 2007 01:11

                                                       smiley smiley

                                                      rigolo cette réaction quand Sion représente la Jérusalem céleste et non la terrienne et que Sion est la capitale du Valais et devait inciter les chrétiens à vivre en la foi de la vérité.

                                                      « pour l’amour de Sion je ne me tairai point »

                                                      et ce n’est pas un dicton UDC mais chrétien

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès