Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Quand le ciel nous tombe sur la tête

Quand le ciel nous tombe sur la tête

Les actualités du monde nous arrivent à grande vitesse ; nous voilà bien informés. Nous voilà bien avancés souvent tant il nous semble que l’on revient bien souvent en arrière...

C’est d’abord un pays bien proche de notre Hexagone et qui traditionnellement prête à rire. Mais on sombre aujourd’hui dans la tragi-comédie en Belgique. Un nouveau genre d’humour pour un nouveau genre de système politique, l’Etat sans gouvernement. Quand riches du Nord et pauvres du Sud ne se supportent plus, quand Flamands et Wallons ne parlent plus la même langue, pas sûr que ce soit drôle longtemps... Un pays de bientôt 200 ans ainsi paralysé pour beaucoup et pas grand-chose à la fois. Et qui ne tient plus qu’à un fil.

C’est un pays plus éloigné, jadis même inaccessible pour cause de rideau de fer, qui s’essaye difficilement et sans grand succès à la démocratie. La Russie organise des élections pour faire comme si, mais à la condition expresse de connaître à l’avance le résultat. L’ex-KGB s’est mué en Gentil Organisateur de super président Poutine. Même un champion du monde d’échec ne récolte comme tout égard que bousculade et arrestation... Le parti présidentiel double son score, de 2003, voilà qui va faire rêver en France. Mais à part quelques petits esprits, on ne voit pas qui va rêver de cette mascarade au coeur d’un pays encore si militairement puissant.

C’est un pays bien plus lointain qui emprisonne pour cause de peluche, le Soudan. L’islam ne transige pas avec le prophète, nous dit-on. Pas question de nommer un ourson Mahomet sous peine de coups de fouet. Avec de tels principes éclairés, nous voici revenu joyeusement au temps du Moyen Âge. Peut-être ces pays et civilisations n’ont-ils pas encore atteint ce stade, mais la mondialisation mélange tout au risque de confronter des mondes et des cultures par trop différentes. Pour quel résultat ? Enrichissement et progrès ne paraissent pas trop à l’ordre du jour, on pourrait plutôt évoquer l’intolérance et la violence. Ca promet...

C’est une forêt plutôt luxuriante qui abrite des guerilleros style picaros qui font la nique au monde entier depuis 5 ans. Ingrid Betancourt est en Colombie et les "grandes" puissances n’y peuvent rien, incapables de s’imposer, ils passent leur temps à parlementer, négocier. Une libération arrivera un jour, on peut le souhaiter, mais à quel prix ? Celui de notre impuissance et de nos petits arrangements. De quoi donner des idées à tous les preneurs d’otages du monde entier...

C’est l’exotisme à l’état pur, la Birmanie, dont la junte décide en toute impunité de refermer ce pays sur lui-même et de s’occuper manu-militari de tout opposant, quand bien même il s’appelle Aung San Suu Kyi, Prix Nobel de la Paix assignée à résidence. Pour toute réponse, des sanctions d’ordre économique n’ont eu pour seul effet que d’appauvrir encore la population. La pression médiatique est déjà retombée. Mais il est plus facile de mettre en place des sanctions économiques que de s’exposer politiquement à n’arriver à rien...

Et l’on ne parle pas de la Chine, de l’Afghanistan, de l’Irak, du Liban, du Tchad, d’autres régions fabuleuses où droits de l’homme, liberté, développement sont des mots tabous ou inconnus.

L’état du monde se dégrade chaque jour un peu plus au risque de voir les communautarismes s’imposer soit via la religion, la région, la langue et pourquoi pas la couleur de peau ou le sexe ? Pendant ce temps, les grands dirigeants de ce monde se noient dans des verres d’eau et n’apportent aucune perspective. L’ONU n’a aucun poids, aucun impact. Ce n’est qu’une tribune politique. Dommage pour notre vieille Europe, à l’histoire politique riche, d’être aussi peu influente.
Il est peut-être grand temps de doter les instances internationales de droits renforcés.
Les voyages "économiques" des uns en Chine, les guerres "économiques" des autres pour la maîtrise du pétrole n’en prennent pas le chemin. A trop vouloir construire notre monde sur des bases uniquement financières, on en oublie le danger même de la politique : l’excès de pouvoir.
Alain disait "Tout pouvoir sans contrôle rend fou".
Alors, on fait quoi ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • manusan 11 décembre 2007 13:15

    et la Papouasie ? vous avez oublié la Papouasie.


    • ytty54 ytty54 11 décembre 2007 16:00

      et bien là non plus ce n’est pas simple selon que vous vous situez sur la partie occidentale ou non


    • anamo 11 décembre 2007 21:36

      J’ai apprécié l’article, le ton et l’expression. La fin également en forme de souhait d’avenir meilleur.

      Amusant, ce rapprochement (très soft) à la situation de la France dans cette énumération. Peut-être une évocation de sa politique intérieure ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès