Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Quand le Printemps arabe devient Hiver…

Quand le Printemps arabe devient Hiver…

Rappel historique

Tout commence en décembre 2010 en Tunisie dans la ville de Sidi Bouzid…

Connu également sous le nom de révolution arabe, le Printemps arabe est avant tout considéré comme une révolution non-violente.

C’est la révolte d’un peuple contre le dictateur qui le dirige : Zine El Abidine Ben Ali, une main de fer, dans un gant de fer ! Autoritaire, oligarchique, état policier et militaire aussi, tout y est pour terroriser la population ! L’objectif recherché ? La soumission, totale !

Outre le départ du dictateur et l’instauration d’une démocratie, les manifestants exigent un partage des richesses qui leur assure de meilleures conditions de vie, des emplois, et la dignité. Le chômage frappe une grande partie de la jeunesse tunisienne et en particulier les jeunes diplômés ; la corruption et la répression policière sont également « vomies » durant les différentes manifestations.

L’explosion de colère a donc pour cadre des inégalités, un sentiment d’injustice et d’humiliation, un sentiment d’étouffement éprouvé par la jeunesse.

Et en Janvier 2011, Ben Ali abandonne le pouvoir et se réfugie en Arabie Saoudite.

Un printemps arabe d’abord, des printemps arabes ensuite !

Très vite, le printemps arabe tunisien fait tache d’huile ! La contestation va se propager dans d’autres pays arabes, transformant le mouvement de départ d’un printemps arabe aux printemps arabes : Egypte, Libye, Yémen, Bahreïn, enfin Syrie, tous ces peuples lancent leur printemps arabe.

Toute l'année 2011, la contestation se poursuit dans la quasi-totalité des pays arabes, les différents mouvements s’encourageant les uns les autres. La révolution égyptienne provoquera le départ d’Hosni Moubarak.

La Lybie se lancera elle aussi dans une révolution qui prendra la tournure qu’on connait, à savoir une guerre civile entre les forces fidèles à Kadhafi et les insurgés soutenus par l’intervention étrangère.

La Syrie n’est pas de reste ! Une forte répression exercée par Bahar el Assad cause des milliers de morts et a plongé depuis trois ans le pays dans une guerre civile atroce.

Tous les autres pays du monde arabe (sauf le Qatar) ont été touchés à des degrés divers.

Un printemps arabe, des partis islamistes…

Mais que reste-t-il des printemps arabes ?

Malgré la violence des répressions dans tous les pays concernés, les contestations aujourd’hui continuent. D’un point de vue politique, rien n’est stabilisé, loin s’en faut ! Après la chute de Ben Ali, la Tunisie par exemple a peine à valider le gouvernement de transition malgré l’organisation d’élections dites libres. Mais le pire est malheureusement à venir ! C’est un pouvoir islamiste qui sort des urnes : Ennahdha qui va porter l’espoir de 30% des votants ! Deux ans après leur prise du pouvoir, la société tunisienne est divisée en deux, la crise économique frappe le pays, une situation politique et financière catastrophiques… Et surtout, un retour en arrière des mentalités et des comportements : c’est ainsi que fin mai une nouvelle affaire éclate à Tunis. C’est celle d’Eya, une adolescente de 13 ans brûlée vive par son père qui l’a vue en compagnie d’un garçon sur le chemin de l’école. Le père l’aurait alors aspergée d’essence avant de mettre le feu. Elle est décédée quelques jours après son hospitalisation. Une marche silencieuse était alors organisée ce 19 Juin à Tunis « pour dire non à de tels actes, pour protéger les droits de l’enfant et de la femme contre toute agression physique ou même verbale sous couvert de tutelle sur sa personne » Est-il besoin de rappeler que la Tunisie était le pays arabe le plus avancé dans l’égalité des droits hommes/femmes dans le monde arabe !

Rajoutons à cela, l'émergence d'un banditisme, une augmentation effrénée des prix et un appauvrissement de toutes les catégories sociales, des lois d'un autre âge promulguées etc.

Quant à l’Egypte, après avoir porté au pouvoir des islamistes en la personne de Morsi, elle s’est tournée vers un militaire : le Maréchal Al Sissi. Pour beaucoup d’Egyptiens, "Le régime n'a pas changé, mais le peuple a changé." Et depuis, nous assistons à un bras de fer entre islamistes et militaires. Ainsi, par exemple quatre bombes de faible puissance ont explosé mercredi 25 Juin dans le métro du Caire.

Al-Sissi représente la lutte contre le terrorisme, arme qu’a décidé d’utiliser les jusqu’auboutistes islamistes, donnant paradoxalement à Al-Sissi l’occasion de rétablir l’Etat policier.

Des raisons d’espérer ?

Et pourtant, Egyptiens et Tunisiens continuent à espérer un état de droit, démocratique et pluraliste, où le politique serait séparé du religieux et la sphère publique séparée de la chose privée.

Pour Pierre Vermeren, historien du Maghreb contemporain à l'université Paris 1, « la Tunisie reste le laboratoire de la démocratisation dans le monde arabe ». C'est là que cela a commencé et que les choses peuvent encore aboutir", estime-t-il, « à condition que les responsables politiques soient à la hauteur » En tout cas la Tunisie peut s’appuyer sur une population déterminée et dynamique pour mener à bien cette révolution. La Tunisie a la lourde tâche de réussir la révolution. Y parviendra-t-elle ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • colere48 colere48 26 juin 2014 08:29

    L’objectif recherché ? La soumission, totale !

    Terrible choix des peuples arabes :
    - soumission à la dictature de l’argent ou
     -soumission à la dictature des « mollah » et « imam » se réclamant de « Dieu »...
    Dans les 2 cas beaucoup de souffrances pour le peuple soumis à l’imposture !


    • zygzornifle zygzornifle 26 juin 2014 09:40

      En France nous avons 1000 citées de non droit qui pour l’instant sont en hibernation, mais ne vous inquiétez pas un jour ou l’autre nous l’aurons notre printemps « chance pour la France » ....


      • OMAR 26 juin 2014 21:21

        Omar33

        @zyg

        Si ces 1000 cités ( plutôt des immeubles-dortoir) vous turlupinent tant que cela, c’est simple, disséminez leurs occupants dans des zones d’intégration réelle, et rasez ces hideuses cités de non-droit....

        Ainsi vous offrez véritablement, une nouvelle chance à cette jeunesse des banlieues..


      • ELCHETORIX 26 juin 2014 09:59

        Bonjour
        A mon avis c’est l’empire ( cia - mossad et autres ) qui a organisé tout cela , bien qu’à l’origine ce sont les peuples des pays arabes qui voulaient se débarrasser de leurs « satrapes » , mais l’empire a repris les affaires en main , tout celà pour l’intérêt de l’entité d’israèl qui continue l’extension de la colonisation de la CISJORDANIE avec l’assentiment de l’ue et des états-unis,tout deux empire du mal !
        Néanmoins , j’espère que ces peuples s’affranchiront de la tutelle impérialiste et esclavagiste de ces multinationales rapaces et de la finance internationale cupide .
        RA.


        • Henri Diacono 26 juin 2014 11:01

          Que l’auteur se rassure en ce qui concerne la Tunisie. Primo, une révolte devenue révolution est toujours suivie - après un très longue dictature - par des mois d’hésitations et des incidents sanglants (ce qui a été le cas), secundo, pour l réussite du pays, la volonté profonde du peuple de rejeter une gouvernance islamique et enfin « le double parrainage franco-américain » du pays est garant d’une réussite comme l’atteste en grande partie la mise en demeure récente de la France qui a reçu pur la circonstance le leader des islamistes à Paris. Enfin il ne pas passer sous silence le fait que les élelections libres auront lieu en octobre et novembre.


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 26 juin 2014 12:00

            « La Tunisie a la lourde tâche de réussir la révolution. Y parviendra-t-elle ? »

            C’est une page de l’histoire qui est en train de s’écrire sous nos yeux. On fera le bilan dans 10 ans.
            Je remarque quand même que 30 % pour Ennhada ce n’est pas la majorité absolue.

            Comme dirait Emmanuel Todd, si on regarde le taux de natalité et les grands indicateurs démographiques, la Tunisie est quasi au même niveau que l’Europe, alors.
            Après la chute de la monarchie absolue en France, par combien d’empires, de guerres, de restaurations et de républiques est-on passé ?


            • BA 26 juin 2014 12:30

              Quand les intégristes musulmans ont pris le pouvoir en Iran, ça a déclenché le Deuxième Choc Pétrolier.

              Aujourd’hui, ça recommence, mais en Irak.


              Préparez-vous au quatrième choc pétrolier.


              Ce quatrième choc pétrolier viendra d’Irak.


              Jeudi 26 juin 2014 :


              ALERTE - Le chef de la diplomatie britannique William Hague est arrivé à Bagdad.

              http://www.romandie.com/news/ALERTE—Le-chef-de-la-diplomatie-britannique-William-Hague-est/491681.rom

              ALERTE – Kerry se rendra vendredi en Arabie saoudite pour discuter de l’Irak.

              http://www.romandie.com/news/ALERTE–Kerry-se-rendra-vendredi-en-Arabie-saoudite-pour-discuter/491431.rom

              Sous pression des djihadistes l’Irak au bord de l’implosion.


              Aux portes de Bagdad et maîtres de la frontière syrienne, les djihadistes de l’État islamique en Irak et au Levant mènent le jeu dans la région.


              Des djihadistes qui progressent à très grande vitesse, un chef de gouvernement qui refuse de céder du pouvoir, des occidentaux qui tentent prudemment de négocier une sortie pacifique... La crise irakienne semble atteindre un - périlleux - point de bascule.

              En prenant plusieurs villes (dont Tal Afar et Mossoul) et en s’emparant de deux postes-frontières vers la Syrie, les djihadistes de l’État islamique en Irak et au levant (EIIL), à l’offensive depuis plus de deux semaines en Irak, progressent vers leur objectif de créer un État islamique dans une zone à cheval entre la Syrie et l’Irak.

              Alors que des tribus sunnites ont appelé à la mise en place d’un gouvernement ne tenant pas compte des résultats des législatives du 30 avril qu’ils qualifient de mascarade, le Premier ministre irakien chiite Nouri al-Maliki a estimé qu’une telle démarche constituerait « un coup d’État à l’encontre de la Constitution et du processus politique ». Il a rejeté mercredi l’idée d’un gouvernement de salut national, défendu par les États-Unis et la France afin de redistribuer le pouvoir entre les différents groupes confessionnels.

              Alors que l’armée irakienne se délite devant l’offensive des djihadistes sunnites, plusieurs chefs religieux s’en remettent aux milices chiites pour défendre Bagdad.

              http://www.centre-presse.fr/article-319895-sous-pression-des-djihadistes-l-irak-au-bord-de-l-implosion.html



              • Yohan Yohan 26 juin 2014 12:35

                C’est pour ça que vous venez en France, parce que vous êtes incapables de vous démerder.


                • Olivier Perriet Olivier Perriet 26 juin 2014 14:35

                  Il ne me semblait pas que l’article soit un appel à l’immigration, mais bon, chacun ses obsessions et ses fantasmes


                • MuslimADieu MuslimADieu 26 juin 2014 16:12

                  ***********

                  Pour Pierre Vermeren, historien du Maghreb contemporain à l’université Paris 1, « la Tunisie reste le laboratoire de la démocratisation dans le monde arabe ». C’est là que cela a commencé et que les choses peuvent encore aboutir", estime-t-il, « à condition que les responsables politiques soient à la hauteur »

                  **************

                  ou quand les poules auront des dents, si vous voulez.
                  Cette transitoire de révolution arabe, on ne sait même pas comment ça a commencé. De là à savoir comment ça va finir....
                  Je crois que les Tunisiens se font avoir par leur intelligensia et leurs médias. C’est un peu comme ici. Mais en Tunisie, ils ne sont pas encore habitués.
                  Il faut encore du temps pour que les incompétents fassent leurs preuves. 

                  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 26 juin 2014 16:54

                    «  »Connu également sous le nom de révolution arabe, le Printemps arabe est avant tout considéré comme une révolution non-violente.«  »

                    Dès la première minute j’avais parlé de désordre des « pays arabes » puis de « contre révolution ». Je n’ai jamais cru un instant que les pays déstabilisés sans être pris en charge par une élite avertie soient capables d’améliorer leur condition. En fait j’avais dénoncé des 1991 les politiques terroristes occidentales (France-USA) en Irak et ailleurs et le résultat de leurs interventions parle de lui-même !

                    Les mots « révolution », « démocratie », « terrorisme »... sont devenus tellement bâtards qu’on peut les coller n’importe où à n’importe quoi, même sur les cuvettes des toilettes publiques !

                    Drôle de siècle qui commence avec d’incroyables complots et qui plonge de plus en plus dans une atmosphère de médiocrité planétaire !


                    • willy 26 juin 2014 17:35

                      qu’auraient fait les arabes sans les juifs ? heuresement que vous avez des responsables pour expliquer la nullite des arabes.des millions de km2,des ressources naturelles infinies et qu’ont fait les arabes : ils ont tout detruit et ca continue.le match sunnites chiites risque d’etre supers.et tout ca organise par l’empire gouverne par les juifs.continuez a vous enfoncer dans votre haine.


                      • Hannibal GENSERIC Hannibal GENSERIC 26 juin 2014 17:42
                        Tunisie : pourquoi les terroristes dictent-ils leur loi ? Le cas de la ville de Fernana
                        Chômage de masse, pauvreté et négligence de l’État ont conduit à isoler le nord-est du pays, qui doit désormais affronter les salafistes. Quand un État renonce à exercer son autorité sur les crapules, alors cet État se destine lui aussi au désastre 


                        "Le terrorisme est une conséquence de l’abandon de notre région par l’État", affirme, avec le calme que procure la certitude, Moncef, un professeur d’histoire-géographie au lycée de Fernana. Cette localité sans célébrité a fait la une de l’actualité lorsqu’une cellule terroriste s’y est manifestée le jeudi 30 mai. Il est minuit dans un hameau situé à quatre kilomètres de cette ville. « Un maquisard », selon l’expression utilisée par un fin connaisseur de ce lieu, frappe à la porte de Jouneidi. Il travaille à l’hôpital. Le jeune homme qui se tient devant lui, en uniforme salafiste, exige de lui « pain et eau ». Son groupe se cache dans la forêt avoisinante peuplée de bergers et d’agriculteurs. Difficile de s’approvisionner. Jouneidi s’exécute. Il donne ce qu’il a. Femme et enfants dorment. Puis, après un délai de trente minutes, il se rend au poste de police de Fernana, déclare les faits et signale les salafistes. Sans succès. La police laisse passer l’information. Celle-ci filtre. Le bouche-à-oreille, ce téléphone sans carte Sim, fonctionne au mieux de son réseau. La punition ne tarde pas. Le lendemain soir, le groupe pénètre dans la maison de Jouneidi et le tabasse. Il frôle la mort. Il quittera l’hôpital, celui-là où il travaille, deux jours plus tard. Choqué par la nonchalance policière, apeuré. S’ils revenaient... Le porte-parole du ministère de l’Intérieur demande aux médias de ne pas couvrir ces faits. Il est exaucé.
                        http://numidia-liberum.blogspot.com/2014/06/tunisie-pourquoi-les-terroristes.html

                        Des anecdotes aussi lugubres, il en y a des masses.

                        Pendant ce temps, les élus qui devaient durer 1 ans, en sont à leur 3eme année, avec salaires mirobolants et travail proche de zéro.
                         Des exemples ? en voici quelques uns :

                        03 juin 2014
                        L’affaire est connue : de nombreux terroristes étrangers ont rejoint la guerre civile syrienne, dans les rangs des islamistes, financés par l’Arabie Saoudite et le Qatar et armés par les USA, Israël, la France et la Turquie. En trois ...
                        28 déc. 2012
                        Le Grand Gourou des islamistes tunisiens, appliquant un islam tout aussi étrange qu’étranger, en faux dévot et en vrai pirate, se comporte comme le calife détenteur du pouvoir. Il tire les ficelles et manipule à sa guise les ...
                        05 mars 2014
                        Après avoir été persécutés et torturés, voila que les membres du célèbre parti islamiste tunisien Ennahdha accèdent au pouvoir suite à la révolution tunisienne de 2011. La plupart disent qu’ils n’y sont parvenus que grâce et ...
                        11 nov. 2013


                        • OMAR 26 juin 2014 18:13

                          Omar33

                          Bonjour naima  :«  C’est là que cela a commencé et que les choses peuvent encore aboutir »,

                          Mr. P. Vermeren est à coté de la plaque...

                          C’est en Algérie que tout a commencé, mais que le monde entier a éludé, préférant frapper d’ostracisme, ce pays....

                          10 ans de terrorisme salafiste et wahabbite aveugle et aussi, malheureusement, de répression, et à la clef des centaines de milliers de morts.et un pays partiellement détruit.

                          Et s’il est vrai que la « révolte du jasmin » démarra de Tunisie, seule l’Égypte fut prise dans l’odeur narcotique de cette fleur.

                          Pour la Libye, la Syrie et le Yemen, ce fut la simple application de la feuille de route rédigée par les concepteurs du « choc des civilisations ».

                          D’ailleurs, c’est la raison pour laquelle les royaumes arabes assujettis à l’Occident (Maroc, Qatar, Emirats-Arabes-Unis, Jordanie) furent "épargnés par cette épidémie.

                          Ayez une vision plus réaliste, naima.

                          Chaque jour que Dieu fait, c’est les nations populaires arabes qui se meurent, c’est leurs pays qui se détruisent, de l’Irak à la Libye...


                          • legrind legrind 26 juin 2014 18:49

                            Je me souviens d’un « Mots Croisés » où toute l’umps, verts déliraient sur le « printemps arabe », Marine le Pen était la seule circonspecte sur le plateau, Mélenchon l’avait agressé « vous n’aimez pas quand les peuples se libèrent » etc.. bande de brèles ! Marine avait seule raison contre tout le monde.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

naima semache

naima semache
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès