Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Quel a été le rôle de la France en Libye ?

Quel a été le rôle de la France en Libye ?

La fin du calvaire pour les six détenus bulgares en Libye deviendra, certainement, un repère dans l’évolution des relations internationales. Dans un contexte européen en berne, il symbolise le retour dans le concert des nations, fortement encouragé par les États-Unis, d’un des pays clés de la géopolitique des hydrocarbures. Face à ces enjeux, les informations transmises dans les médias français, détaillant à l’infini les déplacements de Cécilia et les attermoiements des députés de l’opposition, servent efficacement à alimenter l’image d’un Sarkozy super-héros auprès des Français.

Le rôle des États-Unis, leur leadership continu dans les relations entre la Libye et les pays occidentaux est étonnamment escamoté dans le récit des médias français. Nous ferait-on croire qu’un président d’un pays européen s’aventurerait dans un rough state de son propre chef ? Mieux, que son épouse débloquerait une situation dramatique depuis huit ans en deux déplacements ?

Nous constatons que les États-Unis ont proclamé leur souhait de normaliser leurs relations avec la Libye depuis la levée de l’embargo il y a trois ans. Depuis 2003 et l’abandon par la Lybie de toute production d’armes de destruction massive, puis après le paiement des indemnités pour les attentats terroristes, la détention des infirmières bulgares était le dernier obstacle à franchir pour rétablir officiellement des relations économiques avec Tripoli.

Washington, qui répugne à négocier avec les rough states tant que ceux-ci n’ont pas montré patte immaculée, bloquait donc la situation en attendant de trouver un volontaire pour endosser publiquement le rôle de négociateur. Ceci commençait à impatienter les multinationales américaines qui faisaient de plus en plus pression pour exploiter le pétrole et développer le marché libyen.

Seulement voilà : "qui" peut désamorcer publiquement ce conflit et donc négocier avec Kadhafi le terroriste ? La Maison-Blanche ne pouvait pas se le permettre pour des raisons internes. Par ailleurs, elle ne devait pas être favorable à la mise en avant de la Commission européenne, qui travaillait depuis le début sur ce dossier, car cela aurait contribué à donner une existence morale et politique symbolique à l’Union européenne.

Le nouveau président français a été unanimement salué dans la presse américaine lors de son élection. Le Washington Post du 7 mai le qualifie "d’admirateur sans complexes de l’Amérique", de "passionné, pragmatique et pugnace" tandis que Fox News le même jour le qualifie de "pro-américain", de "bon médicament pour la France" et se demande si la France deviendra a strong US ally grâce à lui.

On peut imaginer que son rôle ait été en effet d’apporter une touche finale à un processus de négociation qui durait depuis des années, et d’éviter aux États-Unis d’avoir à assumer publiquement une posture malaisée vis-à-vis de leur opinion publique domestique.

Les 458 millions de dollars permettant de dédommager les familles auraient été avancés par le Qatar sur promesse de remboursement par la Communauté européenne. Cette somme, que la commissaire européenne Benita Ferrero-Waldner qui était en déplacement avec Cécilia Sarkozy à Tripoli, qualifie de "pas si importante" au regard du drame encouru par les familles libyennes, ne laisse apparaître aucune implication américaine.

Pourtant, le soir même de la libération, le président bulgare remercie personnellement le président Bush "pour son assistance et support". La presse bulgare remerciera le lendemain le monde entier, y compris bien sûr le couple Sarkozy, mais seule la Maison-Blanche reconnaîtra avoir été contactée par le président Parvanov.

Le jour même, Condoleezza Rice annonce son voyage à Tripoli et George Bush nomme, pour la première fois depuis vingt ans, un ambassadeur en Libye. Les contrats commerciaux sont prêts à être signés.

C’est vrai, la vente d’un réacteur nucléaire (et des armes pour 200 millions d’euros) obtenue par la France n’a pas dû être une contrepartie à la libération des infirmières. Elle serait, si on pousse cette logique jusqu’au bout, plutôt une sorte de compensation pour services rendus.

La Maison-Blanche, qui a les moyens de s’arroger tous les marchés, en laisse quelques-uns en signe de remerciement à la France. En fait, c’est bien peu par rapport au potentiel du marché libyen et c’est bien peu en comparaison du contrat de 900 millions de dollars signé déjà en mai dernier par Tony Blair (toujours premier de la classe) pour du gaz, sans compter celui que la Grande-Bretagne doit être en train de signer pour du pétrole. Et pour les Français, même pas de pétrole ?

Le bilan de l’opération me semble très mitigé. D’un côté Sarkozy a clairement gagné une place de super-héros, confortée par une opposition qui ne pose pas les vraies questions, de l’autre, cette commmunication interne a un prix. L’opinion allemande est très critique vis-à-vis de cet acte de cavalier seul. L’Europe, qui a tellement besoin de parler d’une seule voix, est encore une fois bafouée, et la fourniture d’un réacteur nucléaire à la Libye donne raison à toutes les ONG du monde de s’inquiéter. Même si le porte-parole de la Maison-Blanche déclare ne pas voir d’inconvénient à la fourniture d’un réacteur nucléaire civil par la France, at first glance.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Antoine Diederick 13 août 2007 18:55

    @ Demian,

    J’aime bien, Demian quand tu es gentil....cela te change car tu n’es pas fais pour la polémique....


  • tvargentine.com lerma 13 août 2007 14:48

    Vous dévriez comprendre que le TSS n’a eu aucun effet sur les français avant et après les élections et que c’est juste un produit de marketing vendu par les médias déficitaires de type « gauche-caviar ».

    Que plus de 80% des français approuvent Nicolas Sarkozy dans la gestion des infirmières bulgares.

    64% des Français se déclarent « plutôt satisfaits » sur la manière de gouverner de Nicolas Sarkozy

    Sont également approuvées l’instauration de peines-plancher pour les multi-récidivistes (84% contre 15%), la libération des infirmières bulgares détenues en Libye (80% contre 19%) et la loi sur le service minimum dans les transports publics (72% contre 27%).

    De même les Français plébiscitent la détaxation des heures supplémentaires (66% contre 33%), l’instauration d’un « bouclier fiscal » limitant l’imposition à 50% des revenus (64% contre 35%), l’accord sur un mini-traité européen dans lequel Nicolas Sarkozy avait joué un rôle important (61% contre 35%) et la loi sur l’autonomie des universités (58% contre 34%).

    Votre TSS est vraiment sectaire ,comme votre parti et son gourou ,l’UDF-MODEM devient une secte.

    Vous faites concurrence au PS ? smiley


    • Tsameti 13 août 2007 17:31

      C votre discours et le programme de sarko le produit marketing vendu par des médias hégémoniques de type réactionnaire. Pour preuve, vous nous donnez même les résultats de l’enquête marketing qui a servi à monter le programme. ça c valable pour gagner une élection ou vendre des yaourts, pas pour mettre en place un projet de société juste et efficace économiquement.

      « 80% des français approuvent sarkozy dans la gestion des infirmières bulgares », j’ai rarement lu une ineptie pareille. Soit vous tentez de manipuler vulgairement, soit vous avez autant d’esprit critique qu’une victime de secte.

      Malheureusement ou heureusement, je sais pas, parmi les adorateurs de sarko, la majorité semble appartenir plus aux idiots qu’aux cyniques. Afin de minimiser le risque de me tromper, je vous placerez donc dans la première catégorie.

      Primo, on sait que les résultats de sondage en général sont sujets à caution à cause de problèmes de représentativité. (il existe sur cette terre, et oui des gens qui refusent de donner , sans contrepartie (et même avec), aux sondeurs cette matière première qu’est la réponse aux questions et qui leur fait gagner bcp d’argent). Deuxio, on sait aussi (peut-être pas vous) que la façon dont est posée la question influe clairement sur la réponse. Exemple : « êtes vous pour ou contre la libération des infirmières bulgares ? », question au demeurant sans intérêt puisqu’il y a peu de chance que des gens soient pour leur mise à mort, que vous interprêtez comme un adoubement des français envers la manière dont sarko a géré cette situation. C simplement ridicule et honteux de faire cette analyse.

      Tersio, on a pas eu de sondage pour demander aux français si ils étaient satisfaits des déclarations de sarko pendant les élections sur les allemands et la solution finale, les moutons égorgés dans la baignoire ou les gènes pédophiles. Pourquoi ?

      Enfin, les résultats que vous nous présentez ne prouvent qu’une chose et ne servent même qu’à une chose : savoir si les massmédias sous contrôle font « bien leur boulot » de propagande.

      Ce que vous croyez savoir sur l’affaire des infirmières bulgares est ce que les médias ont bien voulu vous donner à savoir. C pourquoi peut-être vous n’avez encore pas vu cette vidéo qui a fait le tour du monde de sarko éméché au G8. On leur a demandé aux français ce qu’ils en pensait de ça ?


    • le snake 14 août 2007 11:19

      Bonjour Monsieur,

      Pourquoi réagir de façon si polémique, aggressive et démagogique sur un article qui nous éclaire sur certaines choses que les médias ne nous disent pas ?


    • LUCK LUCK 13 août 2007 15:07

      Article clair et crédible. Contrairement à Bayrou. Et si vous changiez de crèmerie ? smiley


      • ripouette ripouette 13 août 2007 16:32

        Sarkozy instrumentalisé par les Etats-unis pour décridibiliser l’Europe ? Cet article n’est qu’une construction intellectuelle, Christelle, étaye ton argumentation de preuves, enquête s’il le faut, mais là pour le moment c’est du vent... Pourquoi ce ne serait pas les russes qui ont poussé sarko en supersauveur ? Ou la Chine ? ou Monaco ?

        « La Maison-Blanche, qui a les moyens de s’arroger tous les marchés, en laisse quelques-uns en signe de remerciement à la France. » En matière de nucléaire ? Allons tout ceci n’est pas sérieux, d’autant plus que la Lybie a annoncé aujourd’hui qu’elle achetait une centrale de la dernière génération (EPR).


      • Antoine Diederick 13 août 2007 18:52

        At Ripouette

        « Sarkozy instrumentalisé », c’est justement une question que je me pose....et vous l’avez ici soumise cette question.... smiley


      • bernard29 candidat 007 13 août 2007 17:33

        petit rappel-

        Rapport d’ amnesty International.

        « L’élection, au mois de janvier 2003, de la Libye à la présidence de la Commission des droits de l’homme des Nations unies a pris un caractère politique. Alors que les autorités libyennes considéraient apparemment cette élection comme la preuve de l’amélioration de la situation des droits humains dans le pays, certains États, dont les États-Unis, ont manifesté leur opposition. »

        Je ne me souviens pas d’opposition explicite et franche de notre pays vis a vis de cette élection, à cette époque.


        • patroc 13 août 2007 21:00

          Bon article. Avec Sarko0, le pouvoir américain a trouvé un nouvel allié pour poursuivre ses guerres pour la mondialisation. Nul doute que la france y participera bientôt. On devient « historique » par la guerre, ne sous-estimons pas Sarko0 dans son désir (hystérique) de le devenir. Avec Sarko0, et sans fioriture, préparons nous à la guerre !...


          • stephanemot stephanemot 14 août 2007 10:39

            Vous me semblez oublier le Royaume Uni et Tony Blair, un autre allie de W et surtout le responsable du principal debloquage de la Libye ces derniers mois (suspect laisse tranquille vs contrat d’armement quatre fois plus juteux que celui pressenti avec la France).

            Dubya soigne l’entree en scene de son nouveau caniche a l’heure ou le precedent s’apprete a jouer Mr Bons Offices au Moyen Orient (la premiere mesure de Blair pour negocier avec Israeliens et Palestiniens ? se convertir au Christianisme !).

            PS : votre mere n’enseignait-elle pas l’economie ?


            • Christelle de Crémiers Christelle de Crémiers 14 août 2007 12:56

              @ stephanemot

              Oui, je rappelle à la fin de l’article, le rôle d’Albion, tout ce qu’elle a fait, le contrat plus juteux qu’elle a obtenu et qu’elle est, et je pense restera, toujours la première de la classe américaine.

              Je pense aussi comme vous que la prochaine manche se jouera au Moyen Orient, ce sera plus délicat...

              P. S. : presque, ma tante.


              • le snake 14 août 2007 13:48

                Ces commentaires et votre article nous amènent toujours à aux mêmes questions :

                Comment faire en sorte qu’Albion cesse de jouer le cheval de Troie américain au sein de l’europe ?

                A-t-on donné aux nouvelles institutions (le fameux traité à minima) les moyens de faire entendre l’Europe d’une seule voix ?

                Toutefois il faut reconnaître à notre super-héros le mérite d’avoir joué un rôle dans cette affaire.


                • lyago2003 lyago2003 16 août 2007 18:56

                  @ christine, Bravo(sans jeu de mots) pour votre article très clair et qui pose les vraies questions.

                  A un moment vous dites < confortée par une opposition qui ne pose pas les vraies questions, de l’autre, cette commmunication interne a un prix.>

                  Vous savez bien que l’opposition n’existe plus laminée qu’elle est malheureusement car un pouvoir sans opposition ce n’est pas bon pour la démocratie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès