Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Quelles seraient les conséquences d’un décès de Kim Jong-iI (...)

Quelles seraient les conséquences d’un décès de Kim Jong-iI ?

0_62_112906_NKorea_KimJongIl.jpgLes spéculations sur l’état de santé du dictateur nord-coréen Kim Jong-il se multiplient depuis son absence le 9 septembre dernier, lors des cérémonies du soixantième anniversaire du régime. Les rumeurs attribuant un état de santé critique à Kim Jong-il sont entretenues par les dirigeants occidentaux tels le Premier ministre japonais Taro Aso, qui a aujourd’hui affirmé devant le Parlement nippon que son état de santé n’est pas très bon. Mais nous ne pensons pas qu’il soit incapable de prendre des décisions. Les Etats-Unis et la Corée du Sud valident quant à eux la thèse de l’attaque cérébrale.

Face à ces déclarations, l’agence de presse nord-coréenne KCNA ne cesse de démentir tout propos insinuant une dégradation de l’état de santé de Kim Jong-il, diffusant d’ailleurs le 11 octobre dernier une photo du dirigeant nord-coréen. Les autorités sud-coréennes ont répliqué qu’il s’agissait d’un cliché pris bien avant son attaque célébrale. En parallèle, des images diffusées en début de semaine par la chaîne privée Fuji TV indiqueraient qu’un neurochirurgien français, contacté la semaine dernière dans un hôtel parisien par le fils aîné de Kim Jong-il, Kim Jong-nam, se serait envolé deux jours après cet entretien à destination de Pyongyang dans le but de soigner Kim Jong-il, une information qu’a confirmé Taro Aso.

Si Kim Jong-il, au pouvoir depuis 1994, venait à décéder, la Corée du Nord assisterait certainement à une nouvelle crise. Déjà, la passation de pouvoir entre Kim Jong-il et son père (1994-1997) avait été particulièrement difficile, du fait d’une crise alimentaire sans précédent qui avait causé le décès de plus de 2 millions de personnes. La lenteur du processus de passation de pouvoir entre père et fils (trois ans) avait incité les Occidentaux à affirmer que Pyongyang aurait alors masqué de violentes émeutes.

Mais, contrairement à son père, Kim Jong-il reste flou sur sa succession, ayant jusqu’alors refusé de désigner parmi ses trois fils un successeur. Il sait que son régime va s’effondrer dans les années qui viennent, d’où peut-être sa volonté de préserver ses enfants qui auront plus d’avenir en Suisse, affirme un étudiant à la Kookmin University.

Si la situation actuelle présente quelques similitudes avec la crise de 1995, il faut cependant souligner que l’élection à la tête de la Corée du Sud en novembre dernier, du conservateur Lee Myung-bak, freine sensiblement l’avancée des relations inter-coréennes. Alors que la Corée du Sud avait investi dans une zone industrielle à Kaesong en 2000, développé le tourisme vers la Corée du Nord, approfondi les relations diplomatiques et économiques entre les deux nations, la "politique du rayon de soleil", promue par les deux présidents successifs Kim Dae-jung et Roh Moo-hyun, ne bénéficie plus de la même popularité en Corée du Sud. Les dix milliards de dollars accordés au Nord par le Sud ces dix dernières années n’ont pas provoqué les effets escomptés.

Pourtant, en cas de crise provoquée par le décès de Kim Jong-il, la question de réunification de la Corée se poserait tout logiquement. Et le Sud, dont l’économie est 25 fois plus importante que celle du Nord devrait consacrer à son voisin une somme astronomique qui compromettrait fortement son développement économique.

Sur la scène internationale, le programme nucléaire promu par Kim Jong-il et qui a abouti, le 9 octobre 2006, à un premier essai nucléaire nord-coréen, a accéléré l’isolement diplomatique de la Corée du Nord. Cet essai nucléaire, comme l’avait alors très justement souligné le ministre des Affaires étrangères français de l’époque, Philippe Douste Blazy fut un acte de très grande gravité pour la sécurité internationale. Et si l’année 2007 avait laissé envisager une normalisation de la situation, Pyonyang a annoncé le mois dernier la relance du processus de réactivation de la centrale nucléaire de Yongbyon.

La grave situation alimentaire dans laquelle se trouve le pays est un facteur de crise indéniable. Tout comme en 1994, les récoltes céréalières ont lourdement chutées (-25 %) et le prix du riz a décollé de plus de 42 %. La quantité des habituelles distributions de rations de riz, qui permettent de nourrir plus de 70 % de la population ont chuté de 21 %. En dépit de la situation, les autorités refusent tout aide alimentaire accompagnée de contrôleurs humanitaires, chargés de vérifier si la nourriture est belle et bien redistribuée aux populations.

lenouvelhebdo


Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • dalat-1945 6 novembre 2008 12:37

    @ l’auteur,

    Bon article. Je connais tres bien la Coree du Sud, mais peu la Coree du Nord. J’y suis allé une seule fois pour 3 jours. Je suis allé par contre de nombreuses fois a la frontiére (à Panmoonjon tres exactement) où il est facile de comprendre ce qui se passe de l’autre côté.
    La jeunesse en Corée du Sud n’est pas disposée a aider la Corée du Nord et peu soucieuse de la Réunification, et la venue d’un nouveau président au Sud va dans le meme sens. Pourquoi aiderait-on un tel régime après tout le mal qu’il a fait ?Les tentatives des 2 anciens présidents pour amorcer un dialogue n’ont pas réussi. Le Nord a tout de même fait éclater sa bombe nucléaire , et la population est toujours dans un état misérable.

    Ce régime est comme un fruit en train de pourrir sur la branche, il ne va pas tarder à tomber. Mais la réunification ne se passera pas comme en Allemagne de l’Est. D’abord le problème est compliqué sur le plan politique (les Chinois ne verront pas d’un bon oeil, l’arrivée des capitalistes sur sa frontiére Est en Mandchourie) et ensuite il n’y a pas de solution rapide et efficace sur le plan économique.

    La population du Nord souffre énormément, mais n’a même plus la force de réagir.

    Je ne suis pas partisan de continuer une aide quelconque, sans voir en retour plus de liberté et de soins attachés à la population par les dirigeants actuels du Nord (qui sont des gens politiquement névrosés, paranoiaques et qui doivent disparaitre le plus rapidement possible pour la survie de la population). Cotinuer a aider un gouvernement de fous, ne fait que prolonger encore d’avantage la misére d’un peuple.

    Cordialement,


    • Le Nouvel Hebdo 6 novembre 2008 18:26

      Merci pour ta réaction, ce genre de commentaire est toujours très intéressant, je trouve qu’ilsl agissent toujours comme un véritable complément de l’article.


    • dup 6 novembre 2008 15:40

      Quelles seraient les conséquences d’un décès de Kim Jong-iI ?
      la mise en place de Kim Jong il2 . ca manque pas de descendance ces tarés . Je m’interesse à ce pays , mais c’est un vrai cauchemar et j’ai pitié pour son peuple . Le temps a pas bougé depuis 1945.

      http://www.boreme.com/boreme/funny-2007/dear-kim-jong-p1.php

      j’aime surtout les saillies du grand timonier :

      one can live without candies , but not without bullets 

      à graver dans le marbre !!


      • marat marat 6 novembre 2008 16:09

        merci pour cet article (sujet trop rarement traité)...

        Depuis la mort de Kim Il Sung, en 1994, kim le fils n’a jamais pu être aussi charismatique que le papa et malgré les efforts du ministère de la propagande de le diviniser au travers d’un culte de la personne jusqu’ alors jamais atteint, Kim Jong Il reste peu apprécié dans la population.

        Pour autant, il est difficile d’imaginer un soulèvement venant du peuple :

        -Il est (le peuple) sous écoute constante des RG locaux, avec camps de concentration et brimades  qui limitent les éventuelles actions révolutionnaires…La délation est une « vertu » en RPDC…

        -le peuple a faim : même si cet état peut prêter a des actes désespérés de révolte, la faim tiraille, divise et ne permet pas de cohésion entre groupes. Difficile de s’insurger dans ces conditions.

        L’insurrection (ou coup d’état) peut elle venir des élites, notamment militaires ? elles ne veulent pas (c’est bien compréhensible) se séparer des avantages acquis. L’élite intellectuelle n’existe pas, hormis quelques diplomates bien serviles. Je ne parle même pas d’opposition, dans un pays ou le mot « démocratie » ne se traduit pas, faute de synonyme.

        On peut se diriger vers une coalition de généraux, qui auraient un discours moins belliqueux  vis-à-vis des pays (japon, USA, Corée du sud…) impliqués dans le processus de paix, à la manière de la Corée du Sud des années 80/90…un dictature plus souple, moins centrée sur le culte de la personnalité…et tournée vers l’économie (comme le voisin Chinois, qui fait beaucoup rêver).

        Son salut viendra peut être du voisin du Sud…Non qu’il souhaitent la réunification (les jeunes générations n’ont plus les mêmes attentes), les Sud coréens feront beaucoup pour empêcher une fin de règne trop brutale, au Nord, avec pour eux le risque d’un exode massif, et d’une fragilisation de leur économie.  

        Mais a présent, Kim Jong Il, vivant ou mort, ce pays voit sa population mourir de faim, ou survivre dans des conditions atroces, sans que cela semble émouvoir l’opinion internationale.


        • morice morice 6 novembre 2008 16:09

          Un changement de tronche. En ce moment, il est paralysé d’un côté semble-t-il et le pouvoir tente de le masquer.

          Si Kim Jong-il, au pouvoir depuis 1994, venait à décéder, la Corée du Nord assisterait certainement à une nouvelle crise. Déjà, la passation de pouvoir entre Kim Jong-il et son père (1994-1997) avait été particulièrement difficile, du fait d’une crise alimentaire sans précédent qui avait causé le décès de plus de 2 millions de personnes. La lenteur du processus de passation de pouvoir entre père et fils (trois ans) avait incité les Occidentaux à affirmer que Pyongyang aurait alors masqué de violentes émeutes.

          a voir ici ce qui en a été dit.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

AJ


Voir ses articles







Palmarès