Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Questions sur l’hospitalisation d’Abdelaziz Bouteflika à (...)

Questions sur l’hospitalisation d’Abdelaziz Bouteflika à Paris

Les questions sur l’hospitalisation d’Abdelaziz Bouteflika à Paris sont nombreuses. Les premières seront destinées à scruter la sincérité de la situation. Abdelaziz Bouteflika, 68 ans, est hospitalisé en France, au Val de Grâce, depuis le 26 novembre dernier. Il a été admis dans cet établissement après un passage à l’hôpital militaire Aïn-Nadja, situé à Alger. Officiellement, il souffrirait d’un « ulcère hémorragique au niveau de l’estomac », et aurait été opéré pour cela lundi dernier.

La médecine algérienne ne peut-elle prendre en charge, dans son pays, les problèmes liés à des ulcères de l’estomac ? Fayçal Metaoui, rédacteur en chef et éditorialiste d’El Watan*, m’ a répondu très nettement par l’affirmative à cette question, ajoutant même que l’hôpital Aïn-Nadja d’Alger, l’un des meilleurs du pays, a-t-il dit, était équipé pour administrer des soins et réaliser des opérations de ce type. Pourquoi, alors, le chef de l’État algérien a-t-il décidé de se faire opérer dans un pays étranger ? Manque de confiance dans le corps médical algérien ? Peur des intrigues, d’une surveillance et d’un environnement politiques, plus généralement d’un climat souvent décrit comme délétère, voire dangereux, dans les cercles du pouvoir algérien ?

Ces interrogations demeurent, principalement en raison de l’opacité entetenue par le pouvoir sur la maladie du chef de l’État. On en vient même à mettre en doute, Fayçal Metaoui l’a fait de manière allusive, le diagnostic lui-même. Et ceci d’autant plus que nul ne connaît encore ni la date de sortie de l’hôpital d’Abdelaziz Bouteflika, ni celle de son retour à Alger. En outre, circonstance aggravante, l’entourage du chef de l’État algérien évoque une "convalescence stricte et rigoureuse". Celle-ci est-elle compatible avec la charge qui est celle d’Abdelaziz Bouteflika ? Tout cela entretient le soupçon, et contribue à une forme de dévalorisation nationale visiblement ressentie, selon notre interlocuteur, par une population mal informée, voire désinformée.

Les autres questions relèvent, elles, de la politique. Voilà plusieurs semaines que les autorités algériennes, et Abdelaziz Bouteflika le premier, attaquent violemment la France à propos de cette loi de février 2005 qui évoque "les aspects positifs" de la colonisation. Le jugement, on peut le comprendre, est mal ressenti en Algérie. Au contraire, les autorités réclament des excuses, seraient heureuses même d’une forme de repentance. En l’absence de tels signes, suggèrent-elles, le traité d’amitié entre les deux pays, dont la signature aurait dû intervenir avant la fin de cette année, ne verra pas le jour.

Comment concilier cette position politique, défendable encore une fois du point de vue algérien, avec cette demande d’aide et d’assistance de la part de son premier responsable ? Il y a comme un paradoxe, non pour la France qui apporte une assistance médicale légitime, mais de la part des autorités algériennes, visiblement empétrées aujourd’hui encore dans une double relation de fascination et de rejet, qu’il faudrait pourtant savoir dépasser en ce début de nouveau siècle.

Voilà l’ensemble des thèmes abordés ce matin avec Fayçal Metaoui, un interlocuteur au verbe rapide et à l’intelligence vive. Cette incursion matinale Outre-Méditerranée avait, m’a-t-il semblé, son charme et une séduction particulière, liée peut-être à la franchise et à la simplicité que le journaliste algérois a su mettre dans ses réponses...

* l’un des principaux journaux francophones édité en Algérie


Moyenne des avis sur cet article :  4.13/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • courouve (---.---.102.36) 9 décembre 2005 17:34

    Et les frais d’hospitalisation : à la charge de l’Algérie, ou de la France ??


    • el gringo (---.---.208.212) 9 décembre 2005 23:30

      Bouteflika, qui hurle plus fort que les loups quand il s’agit de dénoncer le « colonialisme » a finalement bien profité de la France. Je doute fort qu’il payera son hospitalisation. Il y a ans, quand la police algérienne tirait sur la jeunesse de Kabylie, il faut savoir qu’Alger mettait des bâtons dans les roues des ONG qui voulaient évacuer les blessés vers la France. Encore une fois, la France est très tolérante avec ses amis dicrateurs.


      • (---.---.224.188) 11 décembre 2005 16:35

        Je trouve tout a fait normal que Bouteflika essaie d echapper a la mort qu il soit en France n est pas trop genant non plus mais il faudrait que ces gens se debarrassent une bonne fois pour toute du complexe du colonise ainsi que la France et surtout la Gauche devraient se debarrasser de leur complexe du colonisateur et arreter de battre leur coulpe a longueur de temps. On se croirait en URSS au plus fort des annees sovietique ou faire repentance evitait le goulag ou est donc la fierte de la FRANCE


        • (---.---.12.68) 14 décembre 2005 13:14

          il est claire que l hospitalisation du president bouteflika a paris est en soit un evenement et ce pour la simple raison qu en temps normal celui ci effectuait des dyalise deux fois par mois dans un clinique privee genevoise, et que les medecins suisse sont plus a meme a repondre aux questions de santede bouteflika ;

          concernant la gravite de son etat de sante, je pense que malgre l agitation des dirigeants au sommet de l etat qui crient haut et fort que le president se porte bien, je peut vous confirmer que les analyse portent a croireque le president est dans un etat irreverssible et qu il est plus que temps de devoiler aux algerienne et aux algeriens l etat exact de sante du president, et sa situation medicale desastreuse ;

          cessons comme ouyahia et son eternelle rivale belkhadem du fln de faire des declaration de surrenchere pour se prevaloir de se positionner comme celui qui sait et donc celui qui le remplacera ; minable a ete la gestion de bouteflika dans ses strucures instittionnelle, il a vide de son contenu les parti politique en y installant des miserable a l image douyahia ou belkhadem et nous en revenons a l eternelle situationpolitique de l algerie depuis 1965 vide politique incertitude politique reprise du pouvoir par des toquarts militaires qui surement aux detriment des gens de lest de l ouest oudu sud s apprete a catapulter au sommet de l etat un ouyahia crados sans lois nilois inculte et aventuriste qui menera l algerie aux fins fond de l incertude ;

          a bonne entendeur salut le cauchemar continue comme le dirait unexcellent chroniqueur que je salue


          • grub (---.---.102.41) 20 avril 2006 12:32

            il devrait se faire soignier allieur q en france vu les propos q il a envers nous. IL CRACHE DANS LA SOUPE ET IL EST BIEN CONTENT DE VENIR ICI ;IL DEVRAIT PRESENTER DES ESCUSES PUBLIQUE


            • (---.---.123.107) 20 avril 2006 12:38

              ce qui n’est pas normal c’est que le gouvernement l’ait autorisé à venir en france se faire soigner... On a un gouvernement qui a une mentalité débile !


            • jipi (---.---.228.213) 20 avril 2006 17:11

              Il faut avoir bien peu d’amour propre pour accuser un pays de « génocide » (! !) et s’y précipiter pour s’y faire soigner... Ou c’est le pays d’accueil qui est trop con... Je crois qu’il ne faut plus chercher à comprendre !


              • Daniel Milan (---.---.168.199) 20 avril 2006 17:14

                Je reconnais qu’il n’est pas le mieux placé. Mais il l’a fait !...


                • Bordji (---.---.3.32) 21 avril 2006 12:01

                  Bouteflika représentait il y a quelques années l’espoir pour beaucoup d’Algériens.Hélas, le résultat de son mandat -lamentable- est gâché par son état de santé.La décision réféchie ou pas de se faire soigner en france après toutes ses déclarations sur la période de colonisation-certes justifiées- me paraît ahurissante.N’y a-t-il pas de médecines en Algérie voire en Suisse ou ailleurs ?Encore une fois nous constatons que nos dirigeants( Zerhouni -ministre de l’intéieur-a séjourné également en france pour se soigner)n’ont pas de fierté quand il s’agit de leurs intérêts personnels.Qu’il quittent le pouvoir !!


                  • Marsupilami (---.---.54.83) 21 avril 2006 13:01

                    Ouaf !

                    Il faut bouter Flicka hors de France !

                    Houba houba !


                    • elieStmarc (---.---.225.249) 21 avril 2006 13:28

                      Trouver normal que Bouteflika vienne se faire soigner en France on croit rêver. Mais il ne faut donc avoir aucun amour propre pour dire ça. Il nous crache dessus et ensuite il vient se faire soigner et en plus on paye. C’est classique des algériens tout le temps en train de chialer mais dès qu’il y a un problème ou qu’il faut bosser on appelle les Français. On arrête pas de filer du pognon à ces branleurs. ils ont un pays avec plein de richesse naturelles et qu’est ce qui en font rien depuis l’indépendance ce pays à fait un recul de 30 ans en arrière. Mais ils n’ont pas le courage de se regarder en face de voir leur responsabilité c’est tellement plus facile de gémir et d’accuser les Français de tous les maux. Ce qui sont ici font ça trés bien. Mais mainetenant ça comme à bien faire et si nos soit disant élité sont trop lâche pour défendre nos intérêts dans quelques années nos enfants feront le ménage car les générations qui montent sont moins lopettes que les soixante huitar qui nous gouverne


                      • bibalger (---.---.139.90) 21 avril 2006 16:51

                        Je trouve les questionnements sur l’hospitalisation du président algerien Abdelaziz Bouteflika en France, injustifiées, dans la mesure où il s’agit d’une visite privée et qu’il prend à sa charge les frais des soins médicaux.Les français doivent savoir que n’importe quel algerien qui vient se faire soigner en France prend automatiquement en charge les frais y afferent( sauf dans certains cas où les frais sont pris en charge par l’Etat algerien ou-cas très rares- par des associations humanitaires françaises ou algèriennes).Que je sache,les hôpitaux français ne sont pas déstinés exclusivement aux français et Bouteflika n’est pas le seul étranger à venir se faire soigner en France.Quant à savoir s’il aurait dû le faire en Agerie ou ailleurs, il lui appartient à lui et à son entourage d’en juger et non pas à d’autres personnes. S’agissant des déclarations faites sur la periode coloniale,il ne s’agit ni plus ni moins que d’une réponse à ceux qui persistent à croire et à essayer de faire croire que la colonisation était une bonne chose pour les algeriens. Ceux là doivent se renseigner et s’informer sur la situatrion des algeriens durant la colonisation française avant de dire n’importe quoi. Si la France officielle éprouve un malaise dès qu’il s’agit de parler de son histoire coloniale, cela n’est pas la faute de Bouteflika. Et si les français ignorent leur histoire, cela n’est pas non plus la faute de Bouteflika. Les français savent-ils que pendant la conquête de l’Algerie, l’armée française a brulé des villages entiers, qu’elle organisé des crématoires, qu’elle brulé vifs des milliers de villageois, qu’elle exproprié des paysans pour prendre leurs terres !!!Les frnçais savent-ils que les algeriens ont résisté tout au long de cette colonisation et que l’armée française a réprimé dans le sang toutes les résistances et révoltes des algeriens y compris celles pacifiques( Sétif 1945, 45000 morts !!!).La france a soumis le peuple algerien par la force, elle l’a exploité et exploité ses terres et ses richesses pendant 132 ans. Les algeriens ont servis de chair à canon pendant les deux guerres mondiales...Des milliers d’algeriens ont contribué à défendre la France et à la libérer en 1945... Pendant la guerre de libération, l’armée française a brulé des villages qu’elle a bombardé au Napalme, emprisonné, torturé, tué des centaines de milliers d’algeriens, des militaires français ont violé des milliers de femmes. La France qui ne manque jamais aucune occasion de donner des leçons au autres nations, se doit de regarder son histoire en face au lieu de jouer aux vierges éffarouchées à chaque fois qu’on souléve la question !


                        • Nicolas (---.---.78.212) 21 avril 2006 23:46

                          Oh le beau !

                          1) C’est une honte que le dictateur (pas président, dictateur, ne trahissons pas les mots) Bouteflika , apres avoir libéré les barbus et insulter la France, à qui il doit tout , meme la vie, vienne se faire soigner dans l’hopital militaire du val de grace, et donc bien evidemment aux frais de l’Etat francais.

                          2) La France n’a pas a s’excuser de la colonisation, sans la colonisation , l’Algérie n’existerait pas. l’Algérie a été imaginée et conçue par la France, elle lui doit tout , et notamment ses infrastructures.

                          3) Les barbares du FLN était 100 fois plus cruels que l’armée Française. Si l’Algérie a regressé depuis la décolonisation, c’est essentiellement leur faute. La France n’a aucun « malaise » à parler de la colonisation, c’est l’Algérie qui en a un.


                        • moniroje (---.---.246.62) 24 avril 2006 11:48

                          Allons messieurs, ayez le sens de l’hospitalité !! Que Boutefika vienne se faire soigner chez nous, eh bien tant mieux ; ça changera peut-être la mauvaise opinion qu’il avait sur nous ; qu’il soit le bienvenu. Pour qui les frais ? qu’importe que ce soit notre Sécu qui paye ses frais. Je me rappelle avoir vu un enfant algérien venir chez nous se faire opérer des yeux et avoir retrouvé la vue ; tous frais payés par la sécu française, même les frais de voyage de son père, de sa mère et de ses frères et soeurs... Là, c’était un peu exagéré à mon avis, mais bon, si c’est pour le bonheur de ces gens, nos voisins, notre famille dans l’Histoire, maintenant... Que Boutefika se fasse soigner chez nous plutôt qu’à Alager, oui, ça m’étonne un peu ; la médecine algérienne a beaucoup de métier. Bien que si l’hôpital d’Alger est aussi sale que du temps où j’y étais, je comprends que leur président aille ailleurs... Par contre, j’ai été choqué comme vous qu’il nous reproche le génocide colonialiste de l’esprit algérien qui ne sait plus s’il est français ou algérien ou berbère ou arabe...Mais j’ai été choqué de rire ; Boutefika oublie que avant les Français, l’Algérie était une colonie de l’empire ottoman ; et avant,ils ont été envahis par les arabes ; et avant, c’était une colonie romaine. Donc, Boutefika est ridicule de dire des choses pareilles. Comme beaucoup d’algériens (tiens, ceux qui me disaient que c’était à cause des Français que Alger était trop petite !) qui prouvent leur immaturité en passant leur temps à dire que c’est la fautre des autres, jamais la leur !!! Mais ceux à qui je disais mon opinion, oui, j’ai vécu de nombreuses années là-bas, ils me rassuraient : le gouvernement et son journal (je ne me rappelle plus de son nom), s’ils vitupèrent contre la France, c’est surtout pour dissuader les Algériens à rêver d’y aller... Alors, vous-mêmes, ne tombez pas au niveau de Boutefika ; bien sûr que notre rôle de colonisateur est regrettable dans ses aspects racistes, détestable dans cette guerre d’indépendance ; on s’en est excusé et si on peut encore réparer, on le doit...Mais ne culpabilisons pas ; comme les romains ont laissé aux gaulois bien des choses de leur civilisation, nous ne leur reprochons pas les massacres de répression qu’ils ont faits à nos ancêtres, ni l’or qu’ils nous ont volé en nous colonisant. Alors, espérons de nos voisins cette même lucidité et d’avoir vécu avec eux, je sais que beaucoup d’entre eux l’ont. Et que Boutefika guérisse.


                          • moniroje (---.---.246.62) 24 avril 2006 12:08

                            Un mot que j’ajoute : oui, tout cela est vrai : les horreurs commises par l’armée française ; et d’autant plus horribles qu’on omet de parler des horreurs commises par le FLN. Les livres d’histoire d’Algérie, du moins à la fin du siècle dernier mettaient en exergue ces atrocités françaises : résultat : au moins une génération gravée de cette conviction ; inutile de lui ouvrir les yeux sur l’exacte vérité, le lavage de cerveau s’est fait dès l’école primaire et est donc irrémédiable. Par contre, d’avoir entendu un lieutenant français de cette guerre parler à un combattant FLN, réaliser qu’ils étaient dans le même coin, à la même époque, sans doute le même guet-apens, ils n’avaient aucun ressentiment l’un contre l’autre ; plutôt des frères d’armes... Mais leurs souvenirs... comment ont-ils pu faire ces choses là, l’un et l’autre ???

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès