Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Qui a cassé Florence ?

Qui a cassé Florence ?

Nicolas Sarközy vient de se dresser sur ses petits ergots en menaçant le Mexique.

Mal lui en a pris, le Mexique vient de lui faire savoir que, devant l’ingérence française sur la justice mexicaine, il ne participerait plus à « l’année du Mexique » manifestation prestigieuse prévue le 15 mars 2011 en France.

Bref historique de l’affaire Cassez  : le 9 septembre 2005, la police met en scène l’arrestation de Florence dans le ranch d’Israël Vallarta, faisant passer son arrestation pour un flagrant délit, ce que Genaro Garcia Luna, directeur de l’AFI (agence fédérale d’investigation mexicaine) reconnait, avouant qu’il s’agissait d’une « reconstitution demandée par les médias et que cet élément ne serait pas pris en compte lors du procès de l’intéressée ». lien

Ce Génaro Garcia Luna est depuis devenu le tout puissant « secrétaire de la sécurité publique ».

Mais au-delà de la difficulté à comprendre ce qui est réellement reproché à Florence Cassez, et de démêler le fabriqué de l’authentique, c’est le rapport étrange qu’entretient la France et le Mexique qui peut intriguer.

Florence Cassez avait donc logiquement demandé une révision de son procès, déclenchant la confirmation de la sentence : 60 ans de prison et provoquant un émoi justifié dans le camp français.

MAM avait tiré la première, tentant peut-être de faire oublier ses impairs tunisiens, en déclarant :

« Je suis consternée par la décision du tribunal de cassation (…) c’est un déni de justice ». lien

Venant d’une ministre dont l’image s’est singulièrement dégradée depuis quelques temps, elle n’était peut être pas la mieux placée pour faire de telles déclarations, elle qui, après avoir accepté les largesses de l’ex-dictateur Ben Ali, se trouve de nouveau, par parents interposés, impliquée dans une affaire immobilière tunisienne. lien

Elle  avait auparavant tenté d’étouffer l’affaire des « bornes internet », en intervenant « discrètement » auprès de la ministre de la justice. lien

Après MAM, le Chef de l’Etat entre dans la danse.

Devant le flop de sa conférence de presse, et suite à sa gaffe face aux magistrats, qu’il montre à tort du doigt, on pourrait penser qu’il tente à nouveau de redorer son blason à bon compte.

Il aurait peut-être dû consulter des professionnels de la diplomatie, avant de décider que « l’année du Mexique  » serait maintenue en France, mais qu’elle serait dédiée à Florence Cassez. lien

N’importe quel analyste politique aurait tiré les conséquences d’une telle décision.

Devant un tel camouflet, le Mexique n’avait d’autre alternative que de décider de ne plus participer à cette « année du Mexique »

Il y avait pourtant d’autres solutions.

Car plutôt que de s’engager sur le terrain glissant choisi, Sarközy aurait pu s’aventurer sur le terrain économique.

En effet, le Mexique et la France font de juteux échanges dans le monde des affaires.

Le Mexique est le deuxième partenaire commercial de la France en Amérique latine, et d’après le « petit journal » les échanges commerciaux entre les deux nations ont augmenté de quasiment 126% depuis 2000.

En 2010, les exportations mexicaines ont atteint 535 millions de dollars, soit une augmentation de 21,6% par an.

Ajoutons que les entreprises françaises entretiennent avec leurs partenaires mexicains de très profitables relations puisque les exportations françaises ont atteint 2741 milliards de dollars, soit une augmentation de 19,2%. lien

Devant ce rapport de force à l’avantage de la France, les entreprises françaises décidant de ne plus proposer au Mexique tout ce qu’elle lui vend, on peut imaginer que celui-ci aurait agi avec moins de légèreté dans l’affaire Florence Cassez.

Alors quel poids pouvait avoir la déclaration sarkozyste de maintenir « l’année du Mexique », en la dédiant à Florence Cassez ?

Ça ne pouvait déboucher que sur un geste de colère mexicain, coupant d’avance toute solution diplomatique.

Sarkozy aurait voulu faire échouer d’avance toute négociation qu’il ne s’y serait pas pris autrement.

S’agit-il surtout de pouvoir continuer à commercer tranquillement avec le Mexique ?

D’autant que les français n’ont pas pu oublier un épisode cocasse de la grippe H1N1.

En effet, juste avant que la ministre de la santé, la « blanche » Roselyne, ne tente de provoquer la panique avec sa pandémie bidon, on aura noté la création d’une « usine à vaccin » au Mexique justement.

Le 9 mars 2009, Sanofi-Aventis a investi 100 millions € dans une « usine à vaccins » à Ocoyoacac, au Mexique, « dans l’éventualité où une pandémie de grippe humaine vienne à être déclarée  », et Sarkozy en personne a tenu à être présent, aux cotés du président Calderon, lors de l’inauguration de la dite usine. lien

Quelques mois après, la pandémie était comme par hasard déclarée par l’OMS, dont par la suite on s’est inquiété des conflits d’intérêts possibles entre les labos et cette organisation déclarée « indépendante ».

De plus, d’après le site « pharmacritique  », des liens évidents apparaissent entre François Sarkozy, frère du chef de l’état, patron de «  LongeviTV », et Sanofi-Aventis, dont l’un des financeurs-sponsors est justement cette entreprise.

La France aura gaspillé à cette occasion plus de 2 milliards €, et Sanofi-Aventis aura engrangé 7,2 milliards € de profits en 2009. lien

On pourrait ajouter, pour compléter le tableau, l’invitation faite par Calderon, à Sarkozy, suite à l’inauguration de « l’usine a vaccin » mexicaine, à passer quelques jours de vacances dans une luxueuse villa, avec un groupe d’entrepreneurs mexicains, dont Roberto Hernandez Ramirez, banquier, accusé par des médias mexicains et américains d’être lié au narcotrafic.

Ce que Sarkozy a démenti, mais qui a été confirmé par « Rue 89  ». lien

A l’époque, Florence Cassez était déjà emprisonnée au Mexique, et on se demande pourquoi, à l’époque, le Chef de l’Etat Français n’aurait-il pas plaidé la cause de notre concitoyenne enfermée ?

Il ne pouvait trouver meilleure occasion.

D’autant qu’il a même eu l’occasion de diner en tête à tête avec le président mexicain le 8 mars 2009.

Ce cadeau fait à notre président a été estimé à 50 000 euros d’après « Médiapart ». lien

Lorsqu’un chef de l’état est si bienveillant avec un autre, comment n’aurait-il pas accepté un geste supplémentaire, en acceptant que Florence Cassez soit transférée en France pour y être jugée ?

Tout cela ne sent pas très bon.

Mais comme dit mon vieil ami africain :

« Les hommes sont comme les brosses à dents, sans le manche, ils ne servent à rien »

 L’image illustrant l’article provient de « jmayrault.fr »

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

98 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 16 février 2011 09:17

    C’est vraiment un mec si con ,le nain !
    se brouiller avec le Mexique pour une personne au minimum complice de criminels , même si 60 ans peut paraitre excessif , zeéo pointé en diplomatie !
    et cette idée lumineuse de dédier l’année du Mexique à Florence Cassez , du n’importe quoi ! vont il dédier l’année de l’Arabie Saoudite à Oussama ?????


    • Cocasse cocasse 16 février 2011 09:48

      D’accord avec toi, même si tout n’est pas clair dans cette histoire et je ne suis pas sur d’avoir toutes les billes.
      On nous refait du ingrid bettencourt. Encore de l’agitation sur des sujets n’ayant pas une si grande importance.


    • olivier cabanel olivier cabanel 16 février 2011 11:00

      cocasse,
      il y a peut-etre bien dans cette affaire quelque chose de plus grave qu’on essaye de nous cacher.
      mais ce n’est que mon sentiment...


    • impertinent3 impertinent3 16 février 2011 11:06

      Je fais un copié-collé d’une remarque déjà faites dans un autre article :

      J’ai quand même un peu de mal à comprendre comment F. Cassez a pu vivre plusieurs mois en intimité avec le chef d’un gang de kidnappeurs, dans une ferme isolée dans laquelle sont détenues près d’une dizaine de personnes sans s’apercevoir de rien.

      Soit elle est d’une bêtise à bouffer de la paille, soit ...

      Maintenant, que Sarko fasse le pitre à ce propos, rien d’étonnant, c’est son attitude habituelle.

      À cause de ses pitreries, maintenant il est devenu impossible que F. Cassez soit transférée en France.

      Une solution avait été évoquée, une grâce présidentielle mexicaine. Le président mexicain considérant qu’avec 5 ans de prisons elle a payé sa dette (si tant est qu’elle a une dette à payer, ce que, ne connaissant pas le dossier en détail, j’ignore). À cause à cause des rodomontades de Sarko, cette grâce est devenue totalement impossible.

      Si F. Cassez passe les 55 prochaines années de sa vie en taule au Mexique, elle le devra en bonne partie au pantin qui occupe l’Élysée.


    • olivier cabanel olivier cabanel 16 février 2011 11:27

      impertinent,
      oui, c’est assez bien résumé,
      sauf que la gaffe sarkozyste, après la boulette tunisienne de mam, çà pourrait bien perturber le commerce entre les deux pays,
      je rappelle que la France vend, pour l’instant, bien plus au Mexique qu’elle ne lui achète : 
      http://www.ambafrance-mx.org/francais/economie-et-commerce/service-economique-regional/relations-economiques-et/article/le-commerce-entre-la-france-et-le
      voir aussi ce lien :
      http://france-expatries.com/Cahier/detail.asp?NewsID=6960&Nomcat=+Dossier+Mexique
      les choses pourraient bien se gâter dans les jours à venir...
       smiley


    • le poulpe entartré 16 février 2011 14:13

      Copcol d’un post précédent.Lorsque l’on se renseigne un tant soit peu, sur le fonctionnement des gangs qui ont comme activité principale l’enlèvement de personne sans distinction (homme, femme, enfant) pour extorquer par la suite une rançon : le cas de la pov’ F.Cassez laisse pour le moins perplexe.

      Pour être recruté par une de ces structures, il est demandé au nouveau coopté d’accomplir un vol, un acte de torture ou parfois même un homicide. Cela sert de brevet ou valide votre appartenance au dit, gang. La question que l’on peut se poser c’est comment la brave Flo a pu devenir le 5 à 7 de cet immonde individu qu’est Israel Vallarta. Admettons que l’amour rende aveugle, en permance.
      Elle n’aurait donc jamais vu, ni aperçu Cristina Ríos Valladares qui a déclaré que son fils et elle, reconnaissent Florence Cassez comme leur ravisseuse par sa voix et son accent français. Autrement dit, il s’agissait d’une colonie de vacances où l’on jouait en permanence à Colin Maillard.
      Cette pauvre enfant était en plus sourde, elle n’a pas entendu les captifs se plaindre de l’enfermement dans lequel ils étaient maintenus. Dans le ranch qu’elle a partagé pendant plus d’un an avec l’auteur de dix enlèvements et d’un meurtre, elle n’est à priori pas sortie de sa chambre ou de sa cuisine. Est ce seulement possible ? Pensait elle participer à une de ces émissions de télé-réalité à la noix ?

      A présent condamnée et au frais pour longtemps, elle estime qu’il faut que ça s’arrête. Elle veut sauter du tramway en marche. La taule c’est pas fun. C’est autre chose que de faire la pom-pom girl d’un kidnappeur pour profiter de l’argent facile et du train de vie qui va avec.

      La dessus, des politiques bien intentionnés tentent de la transformer en victime d’une justice (forcément lamentable) d’une république bananière, pour se muter en chevaliers blancs de la lutte contre l’injustice. Ces esprits éclairés oublient les exemples fabuleux, les modèles rayonnants de ce que peut être la justice made in France.

      Patrick Dils, quinze ans de prison pour rien, condamné deux fois à 25 ans de prison, innocenté en avril 2001 pour être libéré....le 24 avril 2002. Les juges ont le sens de l’humour. Le procès dit d’Outreau où le juge Fabrice Burgaud et surtout le proc Gérald Lesigne, se sont distingués par une acuité d’analyse sans précédent. Le juge Fabrice Burgaud a été promu au parquet de Paris à la section anti-terroriste puis à celle de l’exécution des peines. Les juges ont décidément le sens de l’humour.L’embastillement des jeunes épiciers de Tarnac ; combien de mois d’incarcération pour du bidon ?

      Comme il est plus confortable de focaliser l’attention sur des supposés travers de la justice mexicaine (ce qui ne veut pas dire qu’il n’y en ait pas) que de regarder son propre système judiciaire. La pov’ Flo est photogénique ; ça fait vendre du papier. Est ce que cela change quelque chose à sa participation par passivité ou nonchalence à une bande organisée dans l’enlèvement de personne ?
      Elle tombe cependant à pic pour masquer un temps, la destruction systématique des services publics, des échecs économiques, des comportements de certains ministres en villégiature, d’une diplomatie avec un électroencéphalogramme plat. Donc, merci Flo.


    • Ariane Walter Ariane Walter 16 février 2011 15:01

      Tout à fait d’accord avec vous. Un peu énorme, quand même...


    • Philou017 Philou017 16 février 2011 15:28

      Ici, certains parlent sans rien savoir de l’affaire et tiennent des propos dignes d’un café du commerce. Dans le résumé de l’affaire sur le site défendant Florence Cassez, on trouve ces éléments :

      Lorsqu’elle a été interpellée, elle déménageait ses derniers effets personnels dans cet appartement dont le bail avait été signé le premier décembre 2005. Florence n’aura donc vécu dans le ranch, que de la période du 9 septembre 2005 au 8 décembre 2005, date de son déménagement définitif, période durant laquelle, elle n’avait plus aucune relation avec lui.

      Il convient de rappeler qu’elle est entendue comme témoin lors de son interpellation et que les services de police, surveillant depuis 6 mois Vallarta, n’ont aucun élément impliquant Florence. De plus, Vallarta a toujours dit que Florence ignorait tout de ses activités.

      .......
      Une commerçante mexicaine dont le commerce jouxte le ranch et qui dispose de la clef du lieu prétendu de séquestrations y venait quotidiennement pour entretenir les lieux. Elle affirme que s’il y avait eu des personnes séquestrées au ranch, elle où son mari l’auraient vu et qu’il n’auraient pas eu cette clef. Ces personnes n’ont jamais été entendues par l’AFI

      1.2 Trois personnes auraient été séquestrées à l’origine par le gang dit du Zodiaque : Cristina, son fils Christian âgé de 10 ans et un nommé EZEKIEL.

      1.2.1. La déposition de Christian Hilario Ramirez Rios âgé de 10 ans
      Il est entendu le 9 décembre 2005 par les services de police, il indique « ne pas la connaître et ne pas reconnaître la voix de Florence » .
      Ce ne sera que le 14 février 2006, en direct de San Diego aux USA, au sein de l’ambassade du Mexique qu’il fera la déclaration suivante « (,,,)je reconnais la voix de la personne qui dit s’appeler Florence Cassez, comme la personne qui m’a retiré du sang de mon bras, parce que maintenant que j’écoute cette voix qui passe à la télé, je la reconnais » . Lors du procès, Il ratifiera les deux déclarations, à savoir celle du 9 décembre 2005 et celle du 14 février 2006.

      1.2.2. 1.2.2. La déposition de Cristina Hilda Rios Valladares
      Elle est également entendue le 9 décembre 2005, quand Florence lui est présentée, derrière une glace sans tain, seule, elle ne reconnaît ni la voix, ni la personne de Florence.
      Ce ne sera que le 15 février 2006, soit 2mois plus tard, en direct de San Diego aux USA, qu’elle indiquera « (,,,)je veux préciser que suite à des appels téléphoniques qui ont été réalisés et diffusés par les médias, c’est à dire la TV concernant Florence, je voudrais dire et sans doute que je reconnais la voix de cette femme, comme la femme que j’ai écouté dans deux maisons où j’ai été prisonnière »
      Bien plus gravement, le 7 juin 2006, lors du procès de Florence, ce témoin,est entendu en vidéoconférence de San Diego. Elle confirmera toutes ces déclarations ; ce qui est totalement contradictoire puisque dans la déclaration du 9 décembre 2005, elle ne reconnaît ni la voix ni Florence et que 2mois plus tard elle la reconnaît.

      Elle indiquera de manière spontanée,2 mois après, « (,,,)pour le temps ou j’ai été privée de liberté, 52 jours, la fille arrêtée, je la reconnais comme la fille de la seconde maison et non dans la première. En étant dans la maison, elle a pu un jour enlever son foulard et j’ai vu une personne de dos avec un passe montagne avec des cheveux blonds qui sortaient d’en dessous du passe montagne, des mèches courtes »

      Elle indique, à cette date, (15/02/2006) avoir reconnu Florence Cassez, qui lui a été présentée (,,,)le 9 décembre 2005, lors de la reconstitution, et qu’elle n’a pas reconnue à cette date.
      S’agissant des mèches blondes, les expertises médico-légales ont montré que jamais Florence n’a été blonde, Florence Cassez est rousse naturellement et a toujours été rousse.
      Cristina ment, non seulement , lorsqu’elle indique reconnaître Florence Cassez le 15 février 2006, soit 2 mois après sa première déposition, mais également sur la couleur de ses cheveux.
      Dans sa déposition de 8 février 2006 soit 2 mois après sa libération, elle indiquera spontanément « se souvenir qu’elle a oublié d’indiquer que pendant sa captivité, elle avait été violée par Israël Vallarta » ???
      Comment une femme séquestrée, libérée et entendue par les services de l’AFI, le 9 décembre 2005 peut oublier d’indiquer que son ravisseur l’avait violée ?
      Toujours, dans sa déposition du 8 février 2006, Cristina confirmera la déclaration antérieure, c’est à dire, celle du 9 décembre 2005 dans laquelle elle ne reconnaît pas Florence, avant d’ajouter « (,,,)A aucune occasion n’est arrivé le chef de la bande, maintenant je sais que c’est Israël, les policiers me l’ont dit »
      Elle indiquera également « (,,,)avoir parlé avec son fils qui lui a dit qu’une personne de sexe féminin, qui parlait avec un accent rare lui avait pris du sang de son bras et elle a précisé que l’enfant avait réussi à voir ses mains, c’était les mains d’une femme avec des mains blanches et très jolies »
      Jamais il n’est indiqué une quelconque particularité sur le mains de Florence. Il convient de rappeler que Florence est rousse et que ses mains sont couvertes de tâches de rousseur. Cristina indiquera dans la même déposition que « (,,,)c’est une fille peu commune dans la colonie, grande blonde, yeux verts »

      L’expertise montrera que Florence n’a jamais été blonde, et que ses yeux sont bleus
      Bien plus grave, Cristiana ajoute spontanément « qu’elle était retenue dans une seconde maison ». Elle sera emmenée le 8 février 2006 par le Ministère public dans une maison, celle de la soeur de Vallarta, une dénommée Lupita. Cristina y reconnaîtra « (,,,)les canapés du salon, les toilettes et la chambre aménagée où elle a été retenue pendant de nombreux jours » .Comment expliquer que la propriétaire des lieux ne soit ni interrogée, ni inquiétée, alors que la personne séquestrée reconnaît les lieux dont elle est propriétaire ?
      http://site.cassez.net/images/communs/Documents/synth%E8se%204%20pages%20cs4.pdf

      Que je sache, ces éléments n’ont été démentis par personne.

      Le témoignage de ces trois personnes prête à discussion, et ne parait en rien décisif. En outre, c’est sur ces seuls éléments que Mme Cassez est comdamnée, c’est à dire sur la vague reconnaissance d’une voix et de quelques éléments visuels, dont certains contredisent l’identification de Florence Cassez.

      Des tas d’autres éléments rendent l’affaire discutable, et notamment des implications politiques. Le plus probable est que Florence Cassez est innocente.


    • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 16 février 2011 17:20

      se brouiller avec le Mexique pour une personne au minimum complice de criminels


      En effet affligeant


    • olivier cabanel olivier cabanel 16 février 2011 17:28

      philou,
      merci d’avoir donné tous ces éléments,
      j’étais allé visiter le site de Florence Cassez, mais çà ne m’a paru très évident,
      bon, ceci dit, l’article est plutôt pour tenter de comprendre ce qui a provoqué le clash entre Calderon et Sarkozy...
      pourquoi en mars 2009 ils étaient quasiment parvenu à un accord, et pourquoi aujourd’hui, tout a changé ?


    • olivier cabanel olivier cabanel 16 février 2011 17:29

      c’est vrai qu’entre ce que vous décrivez et ce que défend Philou, il y a un abime...
      en tout cas merci de l’avoir proposé.


    • Ariane Walter Ariane Walter 17 février 2011 00:57

      Désolée, Philou,
      mais enlevée et violée, je pense que confondre le blond et le roux le vert et le bleu est qund me^me une possibilité.
      Ensuite vous ne parlez pas du mensonge des parents qui n’ont jamais vu le fiancé sauf qu’ils sont photographiés chez lui en train de rigoler.
      Ensuite, pourquoi qq’un d’enlevé voudrait faire tomber une femme innocente ?
      Et la liste qu’elle avait sur elle ?
      je trouve votre démonstration partiale.
      bien à vous/


    • epapel epapel 17 février 2011 16:49

      Et pourquoi était-elle armée lors de son arrestation si elle n’avait rien à voir avec les agissements de son fiancé ?


    • epapel epapel 17 février 2011 19:08

      il y a peut-etre bien dans cette affaire quelque chose de plus grave qu’on essaye de nous cacher.
      mais ce n’est que mon sentiment...

      P’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non.


    • olivier cabanel olivier cabanel 16 février 2011 09:23

      au Chat,
      il y a vraiment quelque chose à découvrir dans cette affaire bizarre.
      par quel hasard, après avoir été les meilleurs amis du monde, sarközi et calderon s’en viennent à se quereller ?
      y a-il une affaire de drogue ? l’affaire de l’usine à vaccin ? un contrat pas respecté ?
      je suis sur qu’il y a autre chose qu’on essaye de nous cacher.
      et Florence Cassez est en quelque sorte prise en otage : a-t-elle réellement participé à des enlèvements, est-elle mélée à des affaires pas claires ?
      il y a un réel mystère.
      ce qui est sur c’est que ni sarko, ni mam, ne sont très doués en diplomatie, et je ne serais pas surpris que çà s’envenime un peu plus.
      merci de ton commentaire.


      • LE CHAT LE CHAT 16 février 2011 10:03

        bonjour Olivier ,

        ce n’est pas possible qu’elle ne soit pas complice à moins d’avoir tellement de merde dans les yeux que le nain peut lui nettoyer la cornée au Kärcher !  smiley


      • olivier cabanel olivier cabanel 16 février 2011 10:12

        au chat,
        je veux bien te croire, mais alors explique moi comment elle intervient dans cette affaire ?


      • LE CHAT LE CHAT 16 février 2011 10:29

        en tant que compagne d’un ravisseur ! même Ben Stiller se foutrait pas dans une merde pareille !


      • Philou017 Philou017 16 février 2011 15:30

        Le Chat : Zero argument, zero fait, zéro analyse. Du pur FNiste dans le texte....


      • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 16 février 2011 17:24

        « Florence Cassez est en quelque sorte prise en otage »

        Avec le nombre de français pourri qu’il y a au Mexique ils seraient allez chercher une innocente ?
        Faut pas exagérer non plus,Le blocage de l’affaire parait être un rapport de force qui dépasse surement l’affaire elle même mais point d’allez jusqu’à la prétendre complètement étrangère à tout cela .


      • olivier cabanel olivier cabanel 16 février 2011 19:40

        Philou,
        j’avoue avoir de la peine à trancher,
        en tout cas, les choses s’aggravent pour MAM.
        médiapart vient de révéler qu’elle avait bel et bien téléphoné à Ben Ali, lors de ses vacances en Tunisie : elle prétendait pourtant le contraire, affirmant que « quand elle est en vacances, elle n’est pas ministre ! »
        est-ce à cette occasion qu’elle a proposé l’aide de la France ?
        en tout cas, c’est bien la preuve qu’elle a continué a suivre la situation en Tunisie pendant ses vacances.
        pour moi, elle est cuite, et devrait démissionner au plus vite devant tant de mensonges.
        à+
        http://www.mediapart.fr/journal/international/150211/alliot-marie-bien-eu-ben-ali-au-telephone-en-tunisie


      • COVADONGA722 COVADONGA722 16 février 2011 09:32

        Par ASINUS (xxx.xxx.xxx.34) 24 juin 2009 16:12

        bonjour , il est évident que la présidence française en esperant un « coup » a
        bien desservis cette dame , la justice mexicaine est ce qu elle est ,elle est signataire de conventions internationnale je parie que si l affaire avait été traitée par les ministeres concernés en respectant le Mexique un accord aurait trouvé pour peu que le mexique est les garanties que cette dame purge une peine en cohérence avec le délit reproché,
         a ce que je sache
        cette personne residait au mexique pourquoi une autre loi que la loi mexicaine lui serait
        appliquée ?

        yep 


        • olivier cabanel olivier cabanel 16 février 2011 10:17

          Asinus,
          mais justement, il semblait qu’un accord était sur le point d’être trouvé lors de la visite de sarko, inaugurant son usine a vaccin,
          pourquoi çà a-t-il capoté ?
          un vrai mystère.
          espérons que des lecteurs inventifs auront des pistes intéressantes ?
          merci de votre commentaire.


        • epapel epapel 17 février 2011 19:17

          L’accord c’était ça :

          Le 9 mars 2009, en clôture de la visite officielle du président français Nicolas Sarkozy au Mexique, les présidents français et mexicain, donnent une conférence de presse commune, comme il est habituel en pareil cas, pour évoquer les questions bilatérales. Ils annoncent notamment la création d’une «  commission binationale » (selon les termes employés par les médias mexicains) ou « groupe de travail juridique franco-mexicain » (selon les termes employés par les médias français), groupe qui, selon les termes employés parNicolas Sarkozy, « se donnera trois semaines pour trouver une solution qui permette de préserver les intérêts de la justice mexicaine, de la justice française, les intérêts des victimes et le droit de chacun, même s’il a été condamné, à se voir respecter dans l’application des droits qui sont les siens  » et aura pour tâche d’examiner la portée de la Convention sur le transfèrement des personnes condamnées ouverte à la signature à Strasbourg le 21 mars 1983.

          En fait, ils s’étaient mis d’accord pour étudier le problème en commun et trouver une solution, mais pas sur les résultats concrets.

          On sait maintenant que le problème n’avait pas de solution.


        • Fergus Fergus 16 février 2011 09:35

          Bonjour, Olivier.

          Florence cassez est-elle innocente ? Peut-être.
          Florence cassez est-elle coupable ? Peut-être.

          Une chose est sûre : Sarkozy et Alliot-Marie viennent de lui porter un coup très dur en jouant les matamores là où la plus grande discrétion s’imposait.

          Rien d’étonnant concernant Alliot-Marie dont l’incompétence et la nullité ont éclaté au grand jour depuis ses nauséabondes vacances tunisiennes.

          Rien d’étonnant non plus concernant Sarkozy, plus matamore que jamais et persuadé qu’il lui suffit de hausser le ton, à l’image du pitoyable personnage de L’Illusion comique de Corneille (cf. mon article de 2008) :
          Je te le dis encore, ne sois pas en alarme / Quand je veux j’épouvante, et quand je veux je charme / Et selon qu’il me plaît, je remplis tour à tour / Les hommes d’épouvante et les femmes d’amour !


          Hélas pour lui, Calderon n’est pas homme à céder aux rodomontades de Matamore. Mieux : grâce à Sarkozy il réussit à souder derrière lui une opinion pourtant très remontée contre sa politique.

          Pitoyable !!!


          • olivier cabanel olivier cabanel 16 février 2011 10:13

            Fergus,
            pas mieux,
            c’est exactement ce que je pense,
            bravo.
             smiley


          • Gabriel Gabriel 16 février 2011 09:54

            Bonjour Olivier,

            Je t’avoue que je trouve cette histoire incompréhensible et l’attitude du gouvernement mexicain vis-à-vis de Florence très étrange (Manque de preuves ou preuve fabriquées de toute pièce..) Pourquoi ? Quel en est le véritable enjeu ? Quant à l’attitude du nain, elle ne me surprend pas. Toujours égal à lui-même, confie de connerie et s’auto alimentant en permanence dans celle-ci. Cordialement


            • olivier cabanel olivier cabanel 16 février 2011 10:15

              Gabriel,
              sauf que si l’affaire arrive sur le terrain économique, il y a quelques milliers d’entreprises françaises qui vont perdre de juteux contrats !
              notre naboléon a encore gaffé,
              et la mam, spécialiste des « boulettes tunisiennes » aussi.
              quel bande de bras cassés, quand même !
               smiley


            • epapel epapel 17 février 2011 19:22

              L’enjeu pour le gouvernement mexicain c’est sa crédibilité vis à vis de son opinion (comme en France mais pour les raisons opposées).

              Au Mexique, les enlèvements pour obtenir une rançon sont un fléau et comme en France la population veut des sanctions exemplaires contres les criminels. En l’occurrence, l’immense majorité des mexicains est opposée au transfèrement de F Cassez. Or le gouvernement mexicain sait très bien qu’après le transfèrement, F Cassez serait mise rapidement en liberté conditionnelle ce qui l’opinion mexicaine n’accepterait pas.


            • olivier cabanel olivier cabanel 16 février 2011 10:59

              egosum,
              c’est un peu radical, non ?


            • olivier cabanel olivier cabanel 16 février 2011 10:57

              vlane,
              le constat est cruel, mais lucide.
              il fait pas bon être otage par les temps qui courent !
              ceci dit la gaffe de sarkozy pourrait bien casser des contrats entre les deux pays, contrats qui sont de 2741 milliards de dollars (ce que la france vend au Mexique) alors que la france n’achete aux mexicains que pour 535 millions de dollars...ce qui fait une énorme différence.
              les industriels français doivent craindre le pire, non ?
               smiley


            • kéké02360 16 février 2011 11:01

              après le << casses toi pauvre con >> c’est le cassez Florence !!!! smiley




              • olivier cabanel olivier cabanel 16 février 2011 11:20

                kéké
                oui, çà casse beaucoup ces temps ci :
                l’emploi, les retraites, les hôpitaux, les écoles, les ministres,
                il n’y a en qu’un qui ne semble pas vouloir se casser...
                 smiley


              • JL JL 16 février 2011 11:29

                Bonjour Olivier,

                votre article est riche d’informations qu’il est bon de rappeler dans cette actualité douloureuse sur ce sujet.

                Je dirais ici ce proverbe : « Qui sème le vent récolte la tempête ». Nicolas Sarkozy utilise de méthodes maffieuses. Il ne faut pas s’étonner que les balles perdues fassent des victimes innocentes, puisqu’en l’occurence l’on peut dire que, par rapport à la peine infligée, Florence cassez est manifestement « innocente ».


                • olivier cabanel olivier cabanel 16 février 2011 11:33

                  JL,
                  j’aurais de la peine a me prononcer sur l’innocence de Florence Cassez,
                  les infos sont assez partagées sur le sujet,
                  mais au dela de çà, je suis très intrigué par l’ambiance « tendue » qui s’est installée entre calderon et sarko, d’autant qu’il n’y a pas si longtemps, ils étaient les meilleurs amis du monde.
                  je suis convaincu qu’il y a quelque chose que l’état essaye de tenir secret...
                  en tout cas, il y a une certitude, ni mam, ni sarko, ne sont très doués en diplomatie.
                  merci de votre commentaire.
                   smiley


                • Taverne Taverne 16 février 2011 11:41

                  Enfin voyons monsieur Sarkozy, il faut faire preuve de « réserve ». Il est « excessif » de dire que la justice mexicaine est trop dure. Voyons monsieur Sarkozy, pas d’"ingérence !


                  • epapel epapel 17 février 2011 16:45

                    D’autant plus que Sarkozy ne cesse de répéter la justice française ne l’est pas assez.


                  • Verdi Verdi 16 février 2011 11:46

                    Bonjour Olivier Cabanel,

                    Votre rappel est très instructif. Vous avez raison de souligner que beaucoup de questions restent en suspens, notamment celle de savoir pourquoi Sarkozy n’a pas profité de supposées bonnes relations avec Calderon au moment opportun.

                    Voici le commentaire que j’ai fait à la suite du papier publié par Philippe Bilger sur cette affaire :


                    Comme je partage votre analyse ! Les effets de menton « mussoliniens » n’aboutissent qu’au résultat inverse à celui espéré par la famille et les avocats de Florence Cassez. Difficile, en effet, de se prononcer sur le fond. La justice mexicaine ne me paraît pas plus mauvaise que la nôtre ! Mais ne venons-nous pas d’assister en France à une gesticulation -une énième- de Nabot, qui démontre que ce type ne sert que sa cause, toujours et encore- en s’emparant de tout ce qui fait l’actualité. Eu égard à la réputation désastreuse du président français à l’étranger, plus il s’impliquera dans l’affaire Cassez, plus les autorités mexicaines auront de raisons de se braquer. La lueur d’espoir c’est que Sarkozy, l’agité, ne soit plus là après la présidentielle de 2012. En espérant que son successeur à l’Elysée gérera l’affaire Cassez avec la diplomatie qui sied en pareil cas ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès