Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Qui tire les ficelles en Algérie depuis 50 ans

Qui tire les ficelles en Algérie depuis 50 ans

L'opacité du régime mise à jour dans un livre qui mouille la France

 
Le Département Renseignements et Sécurité (DRS) est, en Algérie, le successeur de la Sécurité Militaire (SM), équivalent français de la DGSE et de la DCRI. Mohamed Sifaoui, qui paraît extrêmement bien renseigné, veut nous démontrer qu'en fait, le pouvoir algérien est tenu par une organisation peu apparente, qui s'impose aux hommes politiques qu'elle choisit. Les informations foisonnent, parfois déjà connues par ceux que l'histoire de l'Algérie, après l'indépendance, intéresse. Elles montrent un pouvoir algérien anti-démocratique, corrompu, menteur, manipulateur. C'est une "kleptocratie", une "dictature", une "maffia", qui s'organise, dès la signature des accords d'Evian, pour aboutir aux mises à l'écart de Ferhat Abbas et de Ben Youssef Ben Khedda, avec les épisodes sanglants de l'été 1962, notamment dans l'Ouest algérien, la prise du pouvoir de l'armée des frontières, en faveur de Ben Bella, puis de Boumediene. 
 
 
Depuis 50 ans, les purges, les assassinats, les "suicides", les mises à l'écart se succèdent. LA SM et le DRS se sont alliés successivement à des organisations maffieuses (gang des Lyonnais), des barbouzes (SAC), des terroristes (ETA) et se sont rapprochés d'Al Qaïda et du GIA, avec la volonté de les instrumentaliser. Ces tendances vont s'accentuer avec l'arrivée au pouvoir de Chadli Bendjedid. Ce dernier, refusant l'identité berbère, va être à l'origine du "printemps berbère" de 1980 avec des manifestations réprimées dans le sang en Kabylie. 
 
Les islamistes manipulés avant d'échapper à leurs manipulateurs
 
Le président va utiliser, dès lors, les islamistes, représentés par le groupe des Frères Musulmans, pour s'opposer aux Kabyles. Ils vont être à l'origine d'assassinats et d'agressions. En 1988, les émeutes seront utilisées pour éliminer certains caciques du FLN et de l'armée. Et plus tard, en 2001 et 2002, la répression policière des mêmes contestataires fera de nombreuses victimes (plus de 120 morts et 5 000 blessés). Chaque fois, depuis 50 ans, qu'un mouvement populaire menace le pouvoir, la SM ou le DRS utilise tous les moyens pour briser la contestation, souvent désignée comme le "parti de l'étranger". "Il y a eu incontestablement une manipulation du malaise social à des fins politiques" .
 
C'est ainsi encore qu'au cours des années 80, la SM va utiliser les islamistes pour lutter contre les tendances démocratiques, berbéristes et progressistes. Des imams égyptiens sont appelés et rétribués ; ce qui explique l'influence grandissante de ce courant et va aboutir au coup d'Etat de 1992. Au lieu de choisir l'ouverture politique, qui aurait évité une guerre civile meurtrière à son pays, Chadli Bendjedid a préféré les intrigues et instrumentalisé l'islamisme.
 
Et il n'est pas rare qu'il y ait eu collusion entre les services secrets algériens et français, ces derniers fermant les yeux sur les opérations illicites des premiers. Cela n'empêche pas une lutte sévère interne à l'Armée algérienne entre les maquisards et les DAF (déserteurs de l'armée française) soupçonnés de sympathie pour l'ancienne puissance coloniale.
 
                                                       Chadli Bendjedid
 
Le Front islamique du salut (FIS), sous l'impulsion d'Ali Benhadj, d'Ahmed Sahnoun et d'Abassi Madani, qui s'inspire d'une lecture idéologisée du Coran, sera légalisé en septembre 1989 par Mouloud Hamrouche, dans le cadre d'une stratégie de division des opposants au FLN, avec l'aval de François Mitterrand et de Michel Rocard. Les élections municipales de 1990 voient le triomphe des islamistes qui veulent l'application stricte de la Charia, alors que le Premier ministre voulait "créer un climat démocratique pour dissoudre l'islamisme dans la modernité". Et, ajoutait-il "nous sommes sûrs de nos arguments et nos moyens." La suite l'a contredit. 
 
Mais l'armée n'est pas dupe et intervient pour s'opposer, dit-elle, à la théocratie et défendre la démocratie, avec la bénédiction des puissances occidentales. Les méthodes utilisées pourraient, selon Sifaoui, conduire leurs ordonnateurs devant le Tribunal Pénal International . 
 
Et tout au long de ce demi-siècle, les suicides et les assassinats de responsables politiques, militaires ou syndicaux ont été très nombreux. L'attentat contre le président Mohamed Boudiaf, à Annaba, le 29 juin 1992, et la pseudo-prise en charge médicale du blessé sont révélateurs de cette ambiance, qui conduit à annoncer la mort du président plusieurs heures avant qu'elle ne soit effective.
 
Parmi toutes ces affaires, celle des moines de Tibhirine reçoit un nouvel éclairage. Pour notre auteur, les moines n'auraient pas été tués "si les services de la DGSE, en France, n'avaient pas tergiversé et si le général Lamari n'avait pas agi en revanchard.
 

Les moines de Tibhirine : un nouvel éclairage
 
Aujourd'hui encore , la situation de l'Algérie reste instable sur le plan politique et la démocratie est un vœu pieux. Le projet de société qui est appliqué s'inspire largement de la Charia. La liberté de conscience n'est pas respectée, les minorités religieuses sont harcelées, les minorités sexuelles interdites. Il n'y a pas d'égalité entre les sexes, pas de laïcité, le racisme et l'antisémitisme sont banalisés et tolérés. La société algérienne est porteuse d'une sous-culture, pâle copie des us et coutumes du Moyen-Orient .
 

Liamine Zéroual                     Général Mohamed Mediène, alias Toufik 
 
"Le pays est dirigé par un clan mafieux, constitués de civils et de militaires, tapis derrière des prête-noms et des lampistes, et si on doit désigner l'institution qui détient les clés du système, c'est le DRS et son responsable le général Mohamed Mediène, alias Toufik qu'il faut citer" . Alors, tous pourris dans les cénacles des pouvoirs algériens ? Non, nous dit-on car " il ya des hommes comme Liamine Zéroual qui sont des hommes parmi les plus intègres. Et même au sein du DRS, il y a des gens d'une haute probité morale et intellectuelle…". L'Etat DRS poursuivra-t-il sa marche au sommet de cet Etat ?
 
Ce livre abonde d'anecdotes, d'informations et de révélations. On regrette que les sources ne soient pas citées. Car cette lecture est à l'origine d'un réel malaise : comment imaginer que les agissements du pouvoir algérien soient aussi machiavéliques et diaboliques ? L'ouvrage est interdit en Algérie.
 
"Histoire secrète de l'Algérie indépendante" de Mohamed Sifaoui - Nouveau monde éditions 390 pages à 21,30 €
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.45/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • NeverMore 28 mai 2012 13:56

    Mais qu’est ce qu’on m’a fait ? Encore et encore ...

    Nous savons tous qu’il y a certaines populations, peuples, ethnies qui sont toujours victimes des autres et ne sont jamais coupables.

     

     


    • NeverMore 28 mai 2012 14:36

      Un petit article qui tente d’expliquer pourquoi, dans certaines cultures, ce sont toujours les autres ...

      http://www.jclaurent.fr/blog/musulmans-et-occidentaux-par-nicolai-sennels/

       


    • Serpico Serpico 29 mai 2012 23:06

      Air connu.
      Pour donner des leçons, on est premiers : les « autres » disent toujours que c’est de la faute des autres. Nous, non.

      Pas comme nous : nous on incrimine les noirs, les arabes, les chinois, les musulmans, les immigrés après les juifs...C’est pas la même chose.

      Quand nous on désigne un coupable, c’est plus mignon.


    • Serpico Serpico 29 mai 2012 23:12

      Ben voyons : « tous les groupes musulmans sont plus criminels que tout autre groupe ethnique »....

      Votre jc laurent est un foutu trou du cul : je ne savions pas que la Mafia était musulmane.

      Cosa Nostra, Allah ou Akbar !

      Que Hitler, Staline et Landru étaient des mangeurs de halal !

      On nous cache tout !

      Et ça se dit « psychologue ». Quelle honte !


    • Constant danslayreur 28 mai 2012 17:06

       smiley Un livre de Sifaoui ? Pourquoi pas, l’idée d’un éclairage depuis le fin fond des ténèbres, ça te me vous a un côté presque sympathique…

      Ah oui au fait puisque vous êtes fan, il en a écrit d’autres de livres, tenez au hasard...

      Sifaoui, l’imposteur

      mardi 28 août 2007

      http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=51925

      D’après la légende, Mohamed Sifaoui est un opposant algérien qui a fuit son pays à la fin des années 1990. Mais, quelques mois seulement après avoir débarqué en France, « l’opposant » est bizarrement devenu l’ami de certains haut-gradés algériens, au point de venir soutenir le très sympathique général Khaled Nezzar lors d’un procès qui s’est tenu à Paris en 2002.

      Transformé en pourfendeur de « l’islamisme », le dynamique Mohamed est devenu le fournisseur officiel de barbus aux chaînes de télévision françaises qui louent ses services comme on loue ceux d’un traiteur pour une soirée d’anniversaire. C’est ainsi que, dès 2003, son inséparable caméra cachée lui a permis de démasquer, pour France 2 et M6, une prétendue « cellule d’Al Qaida à Paris ». Une étrange affaire qui s’est soldée par « la fuite » du principal protagoniste du « reportage » – un soi-disant militant algérien du GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat) – en… Algérie, pays où le « jihadiste » coule, d’après nos informations, des jours assez tranquilles. Il se passe des choses étranges en Algérie.

      Mais l’Algérie est un trop petit pays pour satisfaire les appétits de Mohamed Sifaoui qui, auréolé de ce premier succès télévisuel, s’est rapidement lancé « sur les traces de Ben Laden » au Pakistan, pour M6, manquant le chef d’Al Qaida d’un poil de barbe (2003), avant de traquer Abou Moussab Al Zarkaoui en Jordanie, pour la même chaîne, sans plus de succès (2005). Ces derniers temps, c’est principalement pour l’émission du service public Envoyé Spécial que le journaliste en rangers fait chauffer sa caméra cachée, avec des « enquêtes » au bazooka contre les mosquées de banlieues (2004), contre Tariq Ramadan (2004), contre les « émeutiers » de banlieues (2005), contre les « islamistes » danois (2006), etc. Chefs d’œuvre de manipulation, comme cela a été prouvé dans une édition d’Arrêt sur images sur France 5 en 2006, les reportages de Mohamed Sifaoui font exploser l’Audimat, et ont l’odeur âcre de la terre brûlée.

      Ceux qui veulent comprendre ce qui s’est tramé lors de la trop fameuse « affaire des caricatures de Mahomet » [1] qui a défrayé la chronique en février dernier perdront leur temps à lire le nouveau livre de Mohamed Sifaoui, sobrement intitulé L’affaire des caricatures. On n’y apprend rien sur cette affaire qu’on ait déjà lu dans les journaux. Les lecteurs qui, par contre, aiment qu’on leur fasse peur – et qu’on les prenne au passage pour des imbéciles – y trouveront sans doute leur compte (18 euros).

      http://www.algeria-watch.org/fr/article/tribune/sifaoui_imposteur.htm


      •  Mohamed Takadoum (alias Bouliq). Bouliq 28 mai 2012 18:16

        Au de la des intrigues au sommet du pouvoir algérien dirigé par la fameuse sécurité militaire ou DRS et qui a été décris en long et en large par des journalistes algériens, on oublie l’essentiel : l’économie, l’incompétence et la gestion désastreuse du pays.
        Comment 50 ans après son indépendance le pays importe 75% de ses besoins dont la presque totalité de sa nourriture alors les exportations hors hydrocarbures ne représentant que 2% .
         Le pays est dépendant à 98% des hydrocarbures dont l’épuisement d’après les experts est prévu dans 20 ou 30 ans. Il est vrai que les dirigeants algériens actuels ne seront plus la. Mais qu’en sera t-il du pays ?
        Le matelas de la rente pétrolière se monte à plus de 200milliars de dollars actuellement qui normalement devaient servir de levier pour diversifier et booster l’économie du pays, donner du travail aux jeunes algériens au lieu d’être placé à l’étranger.
        Mais pour réaliser tout cela il faut des gestionnaires mais pas des militaires ou des anciens du FLN.   


        • Serpico Serpico 28 mai 2012 19:58

          Sifaoui, l’homme (?) qui déblatère à la demande, l’imposteur, le baratineur, le faux-cul, le menteur, le falsificateur.

          Sifaoui l’insignifiant devenu crédible chez ceux qui veulent confirmer leurs préjugés.

          Sifaoui le microbe.

          Le régime algérien est assez pourri comme ça : inutile que ce travelo de la politique vienne remettre une couche de science-fiction.


          • Oncle Kaï Oncle Kaï 28 mai 2012 20:04

            metamag, combien es-tu payé pour te faire le VRP du grand enfumeur Sifaouioui ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès