Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Qui veut assassiner Moqtada Al-Sadr ?

Qui veut assassiner Moqtada Al-Sadr ?

 « La charge des chevaliers », opération militaire lancée à Bassora fin mars par Nouri al-Maliki, devait porter un coup fatal à l’Armée du Mahdi, la milice de Moqtada al-Sadr. Elle s’est transformée en humiliation pour le Premier ministre irakien, et en déconfiture pour le général Petraeus qui la soutenait.

« O Dieu, ne faites pas de moi une personne causant du mal aux musulmans ou semant la division dans la communauté », a déclaré Moqtada al-Sadr, en ordonnant, le 22 février 2008, la prolongation pour six mois du cessez-le-feu qu’il a décrété en août dernier. Les Américains et leurs alliés chiites d’Al-Dawa et du Conseil suprême de la révolution islamique en Irak (CSRII), s’en étaient félicités, hypocritement. Ils interprétaient, à tort, sa décision comme un signe de faiblesse. Aussi, quand Dick Cheney, en « visite surprise » à Bagdad, leur a demandé, le 17 mars 2008, d’éliminer l’Armée du Mahdi de la région de Bassora, ils ont cru le moment venu de se débarrasser de leur rival. Pour le vice-président américain, l’opération devait permettre au général Petraeus et à l’ambassadeur Ryan Crocker d’intervenir au Congrès, les 8 et 9 avril, en position de force pour présenter le nouveau rapport d’étape. L’affaire ayant mal tournée, ils ont plaidé et obtenu une pause dans les rapatriements de soldats après ceux prévus en juillet, pour lutter contre le « regain de violence ».

Le 24 mars, Nouri al-Maliki a lancé « La charge des chevaliers » une opération destinée à « rétablir la sécurité » à Bassora. Les forces gouvernementales et la Brigade Badr - la milice du CSRII -, soit 30 000 hommes, y ont été accueillies par un véritable soulèvement populaire, avec combats à l’arme lourde à Diwaniyah, Samawa, Nasiriyah, Hilla et dans plusieurs quartiers de Bagdad, comme Sadr City et Choula. A Kut, les partisans de Maliki et d’Al-Hakim se sont enfuis de peur d’être exécutés. Plus d’un millier d’officiers, de soldats et de policiers sont restés l’arme au pied ou ont rejoint l’Armée du Mahdi, tandis que des avions américains et britanniques bombardaient les positions sadristes. Le Premier ministre irakien, devenu chef de guerre alors qu’il n’a pas d’expérience militaire, a menacé, lancé des ultimatums et décrit les « insurgés chiites » comme étant « pires qu’Al-Qaïda », sans résultat. Il a dû rapidement se résoudre à stopper l’offensive. George Bush, qui avait imprudemment déclaré que cette bataille était un « moment décisif dans l’histoire d’un Irak libre », a accepté sans mot dire la négociation d’une trêve avec Moqtada al-Sadr, à Qom, en Iran, en présence de Qassem Suleimani, commandant de la Force Al-Quds des Gardiens de la Révolution, un corps pourtant inscrit aux Etats-Unis sur la liste des organisations terroristes...

Intrigues, double-jeux et crimes

Sitôt rentré à Bagdad, Maliki a contre-attaqué en sommant Moqtada Sadr de dissoudre l’Armée du Mahdi, sans quoi son mouvement serait écarté des élections régionales prévues en octobre. Cette exigence a été rejetée par les grands ayatollahs Sistani et Haeri, mais cela ne présage en rien de la suite des événements. En effet, la bataille de Bassora n’est pas seulement un conflit opposant Nouri al-Maliki et Abdul-Aziz Al-Hakim - chef du CSRII - à Moqtada Sadr et à l’ayatollah Yaqoubi qui dirige le petit Parti de la Vertu (Fadhila), puissant localement dans le secteur pétrolier. Il se double de dissensions entre Al-Dawa et le CSRII. L’opération « La charge des chevaliers » a permis à Maliki d’arrêter le chef du groupe terroriste Tharallah (Vengeance de Dieu), et de s’en prendre au Hezbollah en Irak et au mouvement Sayyid al-Shouhada, liés à la famille al-Hakim et aux services secrets iraniens.

Autre source de frictions : la création d’une grande région chiite allant de Bassora à Nadjaf. Ce projet défendu par Abdul-Aziz al-Hakim, est combattu pour des motifs différents par le régionaliste Basri Yacoubi et par le nationaliste Sadr, mais aussi par Maliki... au nom du fédéralisme. Al-Hakim réclame en effet l’autonomie pure et simple de la région, ce qui équivaudrait à transformer l’Irak en confédération.

Depuis l’apparition de l’Armée du Mahdi, en juin 2003, les Américains et les Iraniens se demandent comment gérer le phénomène Moqtada. Fils du grand ayatollah Mohammad Sadeq al-Sadr, assassiné en 1999 dans des conditions controversées - l’ayatollah Mohammed Baqir al-Hakim, son rival pro-iranien, et Saddam Hussein ont été accusés tour à tour du meurtre - le jeune hojatoleslam, titre religieux précédant celui d’ayatollah, est devenu une des personnalités les plus populaires d’Irak.

L’assassinat, en août 2003, à Nadjaf, de l’ayatollah Mohammed Baqir al-Hakim, leader du CSRII (Conseil supérieur de la révolution islamique en Irak), dont les partisans ont accusé Moqtada avant de s’en prendre aux « nawasib » - terme utilisé par les chiites pour désigner les sunnites qui leur sont violemment hostiles - n’a pas terni son image, au contraire, car sa base est anti-iranienne. A noter qu’à l’époque, le président Saddam Hussein, dans la clandestinité, avait condamné l’attentat.

En avril 2004, l’ordre de George Bush d’appréhender Moqtada pour l’assassinat, un an plus tôt, d’ Abdel-Majid al-Khoï, un ayatollah fraîchement arrivé de Londres, n’a eu d’autre effet que d’envenimer la situation. Ce religieux, dont le père dirigea la Hawza de Nadjaf de 1970 à 1992, était connu pour ses les liens avec l’Intelligence Service (MI6). Selon Newsweek, la CIA lui avait alloué 13 millions de dollars pour prendre en main la communauté chiite.

La « Triade du Diable »

L’administration Bush a ensuite tenté d’ « arrêter, et si nécessaire d’assassiner » Moqtada. Mais, l’ « Opération Stuart », révélée par le journaliste Seymour Hersh, a été décommandée, le service de renseignement des Marines s’étant aperçu que la cible était au courant du complot. Le soutien sadriste au soulèvement de Falloujah, et les batailles de Nadjaf et de Kerballa livrées par l’Armée du Mahdi contre les troupes américaines, ont fait de leur leader un des symboles de la résistance.

Les services secrets iraniens, connus pour leur pragmatisme, manipulent la plupart des courants chiites - et sans doute des groupuscules proches d’al-Qaïda - pour maintenir l’Irak en situation de chaos et les Américains dans un bourbier. Avec Moqtada Sadr qui défend la primauté religieuse de Nadjaf sur Qom, l’Iran a conclu une sorte d’alliance, sans illusion quant à son issue.

Menacés à terme de marginalisation, probablement laminés lors des élections régionales d’octobre, ses ennemis chiites - poussés par les pétroliers occidentaux impatients de privatiser les hydrocarbures - jouent leur va-tout. Ils veulent interdire à Sadr de participer au scrutin, voire l’éliminer physiquement. Quelques jours avant la bataille de Bassora, le bruit a couru qu’il était dans le coma, empoisonné par des produits toxiques ou radioactifs. Origine de l’information, selon le site sadriste Nahrein.net : la « Triade du Diable », c’est-à-dire « l’entité sioniste d’Israël, les Etats-Unis et la Grande Bretagne ». Un proche de Moqtada a prévenu : « Ceux qui font courir cette rumeur, sont ceux qui veulent l’assassiner. S’ils y parviennent, les Irakiens nageront dans un bain de sang ». Croisons les doigts...

Notes : ABOU DERAA, LE « ZARQAOUI CHIITE »

Les exactions imputées à l’Armée du Mahdi : assassinats, enlèvements, nettoyage ethnique, sont - selon ses dirigeants, bien sûr - des actes de vengeance ou des crimes de bandits infiltrés dans l’organisation. Le « bandit » le plus connu - finalement exclu par Moqtada Sadr - a été, sans conteste, Ismaïl Al-Zerjaoui, surnommé Abou Deraa - Père de l’Armure - pour son aptitude à détruire les blindés américains. Originaire de la région des Marais, il était, avant la chute de Bagdad, poissonnier à Saddam City.

En 2004, Abou Deraa a participé à la bataille de Nadjaf dans les rangs de l’Armée du Mahdi, puis a créé un groupe semant la terreur parmi les sunnites. Marié à une sœur de Hadi al-Amari, commandant de la Brigade Badr, on lui attribue la mort de plus d’un millier d’Irakiens, dont l’assassinat de Khamis al-Obeidi, un des avocats de Saddam Hussein. Ses victimes présentaient généralement des traces de torture, sa signature étant des trous de perceuse dans les membres ou le crâne. Selon les rumeurs, il aurait un jour garé des ambulances dans un quartier sunnite et interpellé les habitant, par haut-parleur : « Les chiites ont attaqué nos frères, nous avons un besoin urgent de sang pour les sauver. » Tous ceux qui se présentaient étaient tués.

L’Armée islamique en Irak, une des principales organisations de résistance, affirme avoir mis fin à sa sinistre carrière le 1er décembre 2006... A Sadr City, pour expliquer sa disparition, ses partisans disent qu’il s’est réfugié en Iran. Qui sait ?


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • fonzibrain fonzibrain 5 mai 2008 13:42

    ok tres bien mais ou veut tu en venir ?ou est ce juste un constat ?


    • Achéron 6 mai 2008 11:10

      Par définition, une milice est composée d’une ou plusieurs unités constituées de civils armés et organisés hiérarchiquement selon un modèle paramilitaire. Ces unités sont IRREGULIERES et donc, toujours par définition, hors du contrôle du gouvernement... il ne faut pas confondre milice et garde nationale ou réserve opérationnelle...


    • Mr Mimose Mr Mimose 5 mai 2008 14:12

      Mon dieu ! Heureusement que c’est pas Morice qui a écrit ça ! Enfin vous risquez de vous faire lincher quand meme par la troupe de néo-facistes anti-musulmans qui trainent leurs guetres sur agoravox !


      • Mr Mimose Mr Mimose 5 mai 2008 14:15

        @hihihih

        Tu parles de quel gourvernement ? Celui mis en place par les américains ? Je crois que peu d’irakiens reconnaissent ce gouvernement, ça rapelle une époque ou on avait pétain qui recevait hitler non ?

        C’est leur vichy à eux.

        Vive la résistance irakienne !


      • Mr Mimose Mr Mimose 5 mai 2008 14:16

        Ha voila c’est parti avec Weinsten, les autres vont pas tarder.


      • Achéron 6 mai 2008 13:10

        euh non, c’est pas vraiment les américains qui ont mis De Gaulle au pouvoir, et je serais curieux de connaître vos sources quant à cette affirmation au combien hasardeuse, tout comme le reste de vos commentaires d’ailleurs...


      • Weinstein 5 mai 2008 14:12

        Entre nous, monsieur l’auteur, ce n’est pas très glorifiant d’avoir rencontré à cinq reprises celui qui gazait les Kurdes avec une certaine jouissance.

         


        • ouallonsnous 5 mai 2008 14:59

          Weinstein, si cela est ce que vous avez retenu, vous n’avez rien compris à l’histoire.

          Pourtant les événements, survenus au Proche Orient ces derniéres années avec les agressions menées par les siono-anglo-américains, le racisme et l’apartheid à l’égard des populations locales "génocidés" sont malheureusement lumineusement explicites.

          Evidemment, il est bien plus confortables de reprendre la propagande des agresseurs, qui, les événements nous le montrent quasi-journellement est indécemment maquillée, et de transformer les actes de résistance en actes de terrorisme, les résistants étant transformés en terroristes.

          Cela a une petite odeur infecte de retour vers cette époque de notre histoire pendant laquelle nous hébergions les précurseurs de ceux que le monde subit maintenant !


        • Weinstein 5 mai 2008 15:07

          Ouallonsnous, avec vous ,droit dans le mur.

          Vous avez bien révisé votre Coran ou bien le manuel d’extrême gaucho pour fachos en herbe ?

          Copains comme cochon hallal, l’alliance du vert et du rouge.


        • Mr Mimose Mr Mimose 5 mai 2008 14:20

          Pourquoi c’est pas très glorifiant ?

          Avant, Saddam était l’allié de l’europe et des américains il me semble, l’auteur ne pouvait pas prévoir (tout comme les américains) que Saddam serait devenu un monstre.


          • Mr Mimose Mr Mimose 5 mai 2008 14:21

            De plus c’est l’europe qui à fournit les gazs a Saddam !


          • Mr Mimose Mr Mimose 5 mai 2008 14:23

            @hihihih

            Attention, ce n’est pas Morice qui à ecrit l’article ! Regardez bien qui est l’auteur, CE N’EST PAS MORICE.


          • Mr Mimose Mr Mimose 5 mai 2008 14:24

            @hihihihihihihihihihihihihihihih

            Non mon cher , les américains detestaient De Gaulle, sans lui on serait sous tutelle américaine, ce point est largement documenté.


          • casp casp 5 mai 2008 17:05

            @ hihihi

            Hum .. desole mon cher ami ; mais il me semblerait que votre connaissance des faits historique concernant la seconde guerre mondiale et la france laisses plus qu’à désirer.

            Si vous pouviez evitez de parlez de chose que vous ne connaissez pas ce serait sympathique ; d’autres personnes n’ayant pas de connaissance pourrait vous lire et pensez que ce que vous dites est quelquechose de documenté.

            Sans vouloir vous offenser ; cordialement.


          • fonzibrain fonzibrain 5 mai 2008 14:37

            à hihihih

            de gaulle pro américain,mais de quel planete viens tu ?

             


            • LE CHAT LE CHAT 5 mai 2008 15:06

              @ carla blondie

              tu lui veux quoi au chat Kamikaze ?


            • fonzibrain fonzibrain 5 mai 2008 15:00

              hihihihihhi

              Le président américain ne se départira pas de ses préventions et déclarera à son épouse, à son retour de la conférence de Casablanca :
              "Le général de Gaulle est un soldat, patriote certainement, dévoué à son pays, mais en revanche, c’est un politique et un sectaire, et il y a chez lui, je crois, tous les attributs d’un dictateur

              ou

              Sur le plan politique, de GAULLE a réussi à éliminer GIRAUD en 1944. Malgré cela, Roosevelt mena une action systématique contre le Chef de la France libre et fit tout pour l’empêcher de jouer un rôle politique. Il a notamment cherché à lui opposer Jean MONNET. Il interdit aux Grandes Puissances de reconnaître "le Comité Français d’ALGER" en qualité de gouvernement provisoire de la France.

               

              Lors du débarquement sur le sol français, le 6 Juin 1944, il voulait que notre territoire, comme celui de l’Italie, fut occupé et gouverné par l’armée américaine qui avait déjà frappé la monnaie d’occupation (A.M.G.O.T.) (3). Les Américains n’envisageaient cette solution qu’au cas où les Français n’auraient pu mettre en place un gouvernement même provisoire.

               

              Il fallut le triomphe réservé par la population à de GAULLE lors de la libération de Paris (25 Août 1944) pour que ROOSEVELT admette l’évidence

              je comprend toujours pas ce que tu as voulu dire,desolé


              • Mr Mimose Mr Mimose 5 mai 2008 15:00

                @hihihihihi

                Bon ça suffit, va faire tes devoirs petit con !


                • Mr Mimose Mr Mimose 5 mai 2008 15:01

                  Ou va jouer avec ta play station ça nous fera des vacances !


                • Lavigue 5 mai 2008 17:31

                  Les EU n’accepteront jamais que l’obèse collaborateur MALIKI.

                  SADR consitue un danger pour les envahisseurs de l’Irak parce que hostile à la présence des GIS et à leur mainmise sur les ressources naturelles de ce pays occupé illégalement sous de fallacieux prétextes et pillées à qui mieux mieux avec la complicité d’Israel.

                  D’autant que SADR, chïte, bénéficie de l’aide de l’Iran prochain pays, regorgeant de pétrole, sur la liste des prochains pays à envahir.

                  Mais Bush a-t-il les moyens de son ambition ? La guerre dure depuis 5 ans bien qu’officiellement terminée depuis 2003 et a déjà coûté 3 mille millards de dollards peut-être davantage d’après Hillary Clinton.

                  La résistance immobilise 150 mille hommes bunkerisés dans la Zone verte et qui font de rares incursions dans les zones sensibles à Badghdad, Bakoura et même à Ticrit la ville de l’ex-raîs.

                  5 ans, après l’invasion, les américains ont perdu officiellement 4500 hommes, 30 mille blessés.

                  Ce comptage sinistre ne prend pas en compte les soldats morts des suites de leurs blessures et ceux de l’arméé privée.

                  On est loin de la promenade de santé promis par les éminents stratèges du pentagone.

                  Aussi ces derniers sont-ils obligés d’utiliser l’aviation sur Baghdad et Bakoura. Il ne se passe une semaine sans que ces raids meurtriers et lâches ne se produisent et provoquent la mort de centaines de civils irakiens, femmes, enfants et vieillards. Le tonnage des bombardements est évalué à 50 tonnes d’explosifs sur des superficies exigues : banlieues des villes citées plus haut.

                  La guerre des lâches a de beaux jours devant elle mais sans la présence d’un Picasso comme à Guernica pour immortaliser la barbarie Yankee.

                  Certes Sadr, n’est pas à l’abri des courageux pilotes opérant avec leur technologie "high tech" à 5000 ou 10 000 mètres d’altitude.

                  Mais son éventuel assassinat sera contre-productif. Jouissant d’une grande popularité auprès de sa communauté, sa disparition amplifiera et rassemblera davantage les Chïte rameau de l’islam né du martyr d’Ali lors de la guerre de succession à la mort du prophète Mahomet.

                  C’est dire l’ignorance de l’Administration BUSH sur cette partie du monde.

                  Le triste bilan des pertes irakiennes est catastrophique : 1 200 000 civils tués directement où indirectement par les américains et autant d’estropiés. Les tortures d’Abou GraÏb, les viols de femmes irakiennes, le déplacement de 4 millions d’hommes et l’exil de la communauté chrétienne vestige des premiers chrétiens d’Orient.

                   Toutes les infrastructures du pays détruites ou sérieusement endommagées, les sites historiques, patrimoine de l’humanité, pillées à l’instar du musée de Baghdad.

                  Attila n’aurait pas fait mieux que ce peuple de hand burgers hybride et sans histoire qui après avoir massacré les autochtones indiens du pays q’ils occupent se sont attaqués sans l’aval de l’ONU, sous des prétextes fallacieux, à l’une des plus anciennes et brillantes civilisations que notre univers ait portée.

                  Il existe un précédent, l’Allemagne de Hitler et son espace vitale à l’Est, les greniers à blés de l’Ukraine, les puits de pétrole de Bakou, les polonais et les russes ces races inférieurs qu’ils fallaient éliminées et qui furent élminées en grande partie (30 à 40 millions de slaves assassinés).

                  Défaits, les nazis encore vivants furent jugés à Nuremberg par un Tribunal International pour "crime d’agression contre des peuples voisins" "complot contre la paix" et entre autres "crimes contre l’humanité".

                  Cette jurisprudence ne peut-elle être invoquée contre les BUSH, Chenay, Wolkowits et tous les responsables politiques impliqués dans cette tragédie ?

                  Si non, doit-on en conclure que seuls les vaincus peuvent être jugés.

                   

                   


                  • Antoine Diederick 5 mai 2008 22:50

                    "la barbarie yankee", vous rigolez là, c’’est une blaque de votre part, d’accord c’est une guerre merdique mais la barbarie n’est pas l’apanage us.....elle est inhérente à la condition humaine, et c’est cela qui est effrayant !


                  • Muadib 6 mai 2008 15:14

                    "Attila n’aurait pas fait mieux que ce peuple de hand burgers hybride et sans histoire qui après avoir massacré les autochtones indiens du pays q’ils occupent se sont attaqués sans l’aval de l’ONU, sous des prétextes fallacieux, à l’une des plus anciennes et brillantes civilisations que notre univers ait portée."

                     

                    Mélange flagrant d’époque et de contexte pour aboutir à une conclusion actuelle.

                    Qu’est-ce que vient faire Attila ici ? Les indiens d’amérique ? La mésopotamie ?


                  • docdory docdory 5 mai 2008 18:16

                     @ Gilles Munier 

                    Il est clair que Moqtada Al Sadr s’apprête à être un petit Hitler chiite irakien . " L’armée du Mahdi " est à Moqtada al Sadr ce que les SA , puis les SS furent naguère à Hitler .

                     Si Moqtada al Sadr venait , par malheur , à prendre le pouvoir en Irak ou dans une partie de l’Irak , ce serait un dictateur bien pire que Saddam Hussein , de même qu’en son temps , l’ayatollah Khomeiny fut un dictateur bien pire que le shah d’Iran ! 

                    Il est donc éminemment souhaitable que cet apprenti dictateur disparaisse de la circulation d’une façon ou d’une autre .

                     Cela dit , est-ce que sa disparition favoriserait l’instauration de la démocratie en Irak ? Certainement pas ! En effet , si l’on prend la peine de lire la constitution irakienne ( et son délirant préambule , ) 

                     

                    http://www.msnbc.msn.com/id/9719734/

                     cette constitution est celle d’une république islamique dès son article 2 : 

                    premier alinéa : l’islam est la religion de l’état et une source fondamentale de législation 

                    A : Nulle loi ne peut être promulguée si elle est contraire aux prescriptions établies de l’islam 

                    ensuite de quoi , les B et C de ce premier alinéa soulèvent l’hilarité , car totalement contradictoires dans les termes par rapport au A : " nulle loi contraire aux principes de la démocratie ne peut être promulguée " , et " nulle loi contraire aux droits et libertés fondamentales stipulées par cette constitution ne peut être promulguée " .

                     Avec cette constitution incohérente et anti-laïque , établissant de fait une république islamique , il est clair qu’aucune liberté n’existera réellement à l’avenir , avec ou sans Moqtada al Sadr , pour les citoyens irakiens , sachant que seule la laïcité d’une constitution autorise la liberté .


                    • Mr Mimose Mr Mimose 5 mai 2008 18:17

                      @Lavigue

                      Et oui malheureusement la justice est toujours du coté du plus fort, mais il est possible qu’un jour Bush soit condamné par un tribunal internationnal et pendu lui aussi !


                      • Antoine Diederick 5 mai 2008 22:47

                        vous z’avez bu ?


                      • frédéric lyon 6 mai 2008 03:34

                        Notons en passant que l’armée irakienne a désormais repris le contrôle total de la ville de Bassorah (ce que la presse française a passé sous silence) et que l’opération a été un succès.

                        De la même façon, l’armée irakienne est en train de reprendre progressivement le contrôle de Sadr City, le quartier chiite de Bagdad. Cette reprise en main ne peut être effectuée que de façon progressive, par grignotage, dans les zones urbaines, à cause de la densité de population. Une opération militaire massive entrainerait trop de pertes humaines civiles.

                        Les Américains ont bien évidemment remporté la guerre en Irak. C’est l’intervention d’al Qaeda dans ce conflit qui leur a offert la victoire.

                        Les terroristes se sont tout d’abord attaqués aux Américains. Sans succès. Ils ont été bien sûr incapables d’engager les troupes américaines de front, comme avait pu le faire le Vietcong pendant la guerre du Vietnam.

                        Les terroristes s’en sont pris alors aux chiites, en commettant une série d’attentats spectaculaires contre cette communauté. Leur but était de provoquer une réaction des chiites qui aurait conduit à une guerre civile ouverte et généralisée. Ils ont échoué, car les chiite ont obéi aux appels de leurs chefs religieux, et notamment de l’ayatollah al Sistani, leur recommandant de rester calme.

                        Il n’y a que Moqtada al Sadr pour souhaiter une guerre civile en Irak qui entrainerait le chaos.

                        Les terroristes d’al Qaeda n’ont plus qu’à s’en prendre aujourd’hui aux membres de leur propre communauté sunnite, qui commence sans doute à en avoir un peu marre de ces attentats meutriers qui ne débouchent sur rien au plan politique.

                        Ainsi, lorsqu’on voit qu’al Qaeda en est aujourd’hui réduit à tuer essentiellement des sunnites irakiens, on peut en conclure que les Américains ont repoussé les terroristes sur une position qui est purement défensive et qui ne leur offre aucune perspective de succès.

                        L’Irak a bel et bien été libéré par l’intervention des démocraties en Irak. Les seuls a prétendre le contraire sont des sunnites, qui n’oseraient pas le dire en face à un chiite ou à un kurde à Bagdad.


                        • ASINUS 6 mai 2008 22:38

                           

                          @f lyons

                           

                          "Notons en passant que l’armée irakienne a désormais repris le contrôle total de la ville de Bassorah (ce que la presse française a passé sous silence) et que l’opération a été un succès.

                          De la même façon, l’armée irakienne est en train de reprendre progressivement le contrôle de Sadr City, le quartier chiite de Bagdad."

                           

                           

                          comment pouvez vous dires des betises pareilles ? prendre une ville et la controler cela veut dire pouvoir y circuler autrement que casque en tetes et en gilet pare balles.

                          bien sur qu il faut desarmer la milice de moktadar l ideal aurait été de ne pas l equiper et de ne pas s

                          appuyer dessus pour faire contre poids au sunnites encore une fois les americains ont rechauffé

                          un serpent qu ils voudraient desormais eliminer sans qu il les mordes , sans compter que sardr et maliki

                          ont un " contentieux" en irakiens c est une dette de sang , au fait votre armée irakienne victorieuse

                          n existe pas ,une partie c est débandée et l autre a rejoint les milices d ou elle provenait d ailleurs.

                          quand au kurdes ils comptes les points s equipent s instruisent et attendent des jours meilleurs ;

                          maliki en est reduit a reintroduire des officier sunnites et oui meme trotsky s avait que pour le maintien

                          de l ordres avant des politiques ou des religieux ils faut des techniciens

                          ce que manifestement vous n’ etes pas

                           

                          que cela soit sur l irak ou l afghanistan vos delires limites raciste vous disqualifie, souhaiter pour x raisons y compris de bonne la victoire d un camp sur l autre devrait vous interdire de proferer ce que l on

                          pourrait qualifier de "couillonades"je peux comprendre admettre des points de vu differents sur ce conflit

                          mais vos loghorés sur une hypothetique victoire pff......

                          tableau des pertes us depuis debut 2008 il est communement admis que dans ce type

                          de conflits ils faut compter 3 blessés graves pour un mort

                          janvier 40/fevrier 29/mars/39/avril52/7 pour mai et nous sommes le 6 .... données Pentagonne

                          alors cessez vos rotodomades elles insultent les boys qui servent et meurent fusse dans une "sale"

                          guerre


                        • morice morice 6 mai 2008 09:20

                          Lyon :"L’Irak a bel et bien été libéré par l’intervention des démocraties en Irak. Les seuls a prétendre le contraire sont des sunnites, qui n’oseraient pas le dire en face à un chiite ou à un kurde à Bagdad."

                          Et bien non, ce ne sont pas les seuls. Il existe aussi des gens, même aux Etats-Unis, qui ne pensent pas que ce pût être une guerre de libération, mais bel et bien d’occupation. Le peuple Irakien ne vit pas mieux depuis l’invasion, loin de là. Saddam Hussein était un dictateur, et c’était bien là la bonne excuse. Quand à la manipulation de l’information et le fait de pousser des "héros" comme Zarkawi, c’est bien le fait de la CIA et non de Ben Laden. On arrive même à le faire parler lui aussi après sa mort ! Pour pouvoir agîr tranquillement il faut un repoussoir et quand le repoussoir s’affaiblit, on fabrique un autre épouvantail. C’est tout le problème. Les américains ont réussi la prouesse de faire tomber une population laïque dans les bras des islamistes : c’est tout saut une victoire ! C’est une défaite de la pensée et de la géostratégie qui est patente. Seuls les bornés ne veulent pas la voir. Et F.Lyon est de ceux là..... Merci Mimose pour rapeller que que ne suis pas le seul à penser de la sorte, et merci à l’auteur pour cet article fort instructif. Sadr est déjà de fait le dirigeant du pays ; c’est lui qui décide de quand le conflit reprend ou pas : Maliki n’est qu’une marionnette corrompue au plus haut degré.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès