Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Qui veut vraiment sauver Gaza ?

Qui veut vraiment sauver Gaza ?

Mercredi, une cinquantaine de roquettes et obus ont été tirés sur Israël. Depuis le commencement des affrontements, quatre Israéliens ont été tués par ces tirs et plusieurs dizaines d’autres blessés. Du côté israélien, la marine a bombardé une vingtaine d’objectifs dans la bande de Gaza. Les ministères de l’Éducation et des Transports sont pratiquement en ruines.

Daniel Seaman, directeur du Bureau gouvernemental de presse, digère mal que des journalistes étrangers demandent un accès à Gaza. Selon ce dernier, la presse étrangère devrait avoir honte de formuler une telle demande et elle devrait plutôt orienter son travail du côté des enfants de Sderot, d’Ashkelon et de toute la périphérie de la bande de Gaza. En sommes-nous rendus là ? Fonder des autorisations d’accès sur le poids de la souffrance des enfants ? Il me semble que oui.

Israël veut éviter à tout prix une polarisation de l’opinion publique internationale contre son intervention dans la bande de Gaza. Pour cela, les reportages sur des cas d’enfants et de femmes tuées par des bombes ne sont pas de nature à rendre sympathiques les interventions militaires de l’État hébreu à Gaza. Après un bombardement aérien d’Israël, rapporte l’Express, la mosquée du camp de réfugiés de Jabaliya s’est effondrée sur la maison d’Anwar Baaloucha. Cinq soeurs de la famille Baaloucha, Jawaher, 4 ans, Dina, 8 ans, Samar, 12 ans, Ikram, 14 ans et Tahrir, 17 ans, ont péri sous les décombres. Les parents, le fils et deux autres sœurs ont survécu.

Pour Ehud Olmert : « Israël a fait preuve de retenue pendant des années. Israël a accordé une chance à la possibilité d’un cessez-le-feu. Mais le Hamas l’a violée ». Dialogue de sourds. Le Quartette pour le Proche-Orient et l’Union européenne appellent à un cessez-le-feu « permanent » et « respecté » entre Israël et le Hamas à Gaza, afin d’acheminer de l’aide humanitaire et de permettre le retour à un processus politique. Le cabinet israélien de sécurité - composé de 12 ministres - a rejeté toutes les propositions internationales de trêve. Donc, la chose est entendue : il n’y aura pas de trêve humanitaire provisoire de 48 heures dans la bande de Gaza, en dépit de la propagation d’une crise humanitaire. Plus des deux tiers des Israéliens sont en faveur de la poursuite de l’offensive contre le Hamas à Gaza, selon un sondage publié par le quotidien Haaretz.

Pas de trêve humanitaire et surtout, pas de « crise humanitaire » à Gaza. C’est Tzipi Livni qui l’assure à l’issue de sa rencontre avec Nicolas Sarkozy à l’Élysée. Israël et son armée font, dans leurs frappes, la distinction entre les terroristes et les civils, « ce faisant, nous maintenons la situation humanitaire à Gaza exactement comme elle doit être ». Quelque 6.500 tonnes d’aide humanitaire, consistant en aliments et médicaments, seraient parvenues dans la bande de Gaza depuis le déclenchement de l’offensive samedi dernier. Madame Livni sort satisfaite de sa rencontre : « Ici, on a l’impression de comprendre qu’Israël ne veut pas le cessez-le-feu. Ce n’est pas de cela qu’il s’agit », a déclaré Mme Livni dans un entretien à i-Télé ». Qui plus est : « [le président] est très au fait de la situation, de la complexité de notre région, il comprend la nature de la menace à laquelle Israël fait face ».

Une brève rumeur voulait que le Hamas ait accepté le principe d’une trêve. Le Hamas a aussitôt démenti avoir accepté « sous conditions » les propositions formulées par l’Union européenne en vue d’une trêve avec Israël. Cette rumeur aurait été le fait d’un « faux communiqué ».

Pas de journalistes témoins, pas de trêve et le maintien de la cadence infernale des bombardements dans la bande de Gaza. Le Hamas n’a que ce qu’il mérite. Et les arabes eux-mêmes tergiversent et remettent aux calendes grecques, sinon sur les organisations internationales, les décisions qui déplaisent aux pays amis, dits « modérés » des États-Unis.

400 morts et plus de 2000 blessés plus tard du côté de Gaza, les diplomates tergiversent. Les pays arabes demandent au Conseil de la sécurité des Nations Unies l’adoption d’une résolution « contraignante » pour mette fin à « l’agression israélienne » dans la bande de Gaza. Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Ahmed Aboul Gheit, appelle les pays arabes à « un calme pour prendre des décisions fermes contre les attaques israéliennes ». L’objectif de la rencontre des ministres arabes des Affaires étrangères serait bel et bien de trouver une position commune sur les offensives meurtrières israéliennes à Gaza. Les ministres ont souligné la nécessité pour le Conseil de sécurité d’assumer sa responsabilité pour mettre fin aux offensives israéliennes. On croit rêver. « La poursuite des attaques israéliennes signifie l’effondrement du processus de paix du Moyen-Orient », menace la Ligue arabe.

La Ligue arabe fait-elle la même lecture des événements ou feint-elle de les ignorer ? Shmuel Rosner, chroniqueur au Jerusalem Post, écrit simplement : « Ehud Barak is running for prime minister. Foreign Minister Tzipi Livni is running for prime minister. Opposition leader Benjamin Netanyahu is running for prime minister. And I’m sure that when they’re all making decisions, they have it on the back of their minds ».

Mercredi soir, la Libye a déposé, devant le Conseil de sécurité, un projet de résolution appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza et son plein respect par Israël et le Hamas. Le projet condamne « vigoureusement toutes les attaques militaires et l’usage excessif, disproportionné et aveugle de la force par Israël, puissance occupante, qui a fait de nombreux morts et blessés parmi les civils palestiniens innocents, y compris des femmes et des enfants ». Le projet libyen ne fait aucune mention des tirs de roquettes en provenance de Gaza sur le territoire israélien. La réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU s’est achevée mercredi soir sans que le projet soit soumis au vote.

Il n’en fallait pas plus pour voir regimber les États-Unis et la Grande-Bretagne. « Cette résolution n’est pas équilibrée et, en conséquence, elle n’est pas acceptable pour les États-Unis ».

Une délégation arabe, composée des ministres égyptien, jordanien, libanais, libyen, marocain, qatari, syrien, ainsi que du palestinien et du secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, se rendra, au début de la semaine prochaine, au siège de l’ONU à New York pour promouvoir la position arabe. Ce dernier a demandé au président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, d’en être. Aucun représentant du gouvernement élu du Hamas ne sera présent.

À travers ces démarches qui couvrent d’une « pseudo légitimité » l’action de la Ligue arabe, Amr Moussa appelle les frères palestiniens à une réunion de réconciliation immédiate. Et cela cinq jours après le début des raids israéliens sur la bande de Gaza. Saoud al-Fayçal, chef de la diplomatie saoudienne, affirme rien de moins que les pays arabes ne pourraient « tendre la main » aux Palestiniens tant que ces derniers resteraient divisés. La ligue arabe doit se prononcer sur une proposition du Qatar de tenir, vendredi, à Doha un sommet arabe extraordinaire. L’Égypte estime cette proposition prématurée, accusant aussi l’Iran d’instrumentaliser la crise. Elle exige le retour de l’Autorité palestinienne à Gaza avant d’ouvrir sa frontière en permanence.

Si le Conseil de sécurité ne répond pas à l’appel arabe, les ministres poursuivront alors les discussions sur la tenue d’un sommet arabe extraordinaire.

Force est de constater, comme l’exprime Moustapha Kamel al-Sayed, professeur de sciences politiques à l’Université du Caire, dans l’hebdomadaire L’Express, que : « les pays arabes pourraient faire beaucoup contre Israël, mais comme ils sont divisés ils ne feront malheureusement rien ». La Maison Blanche a affirmé qu’il appartenait au Hamas de faire le premier pas pour un cessez-le-feu en arrêtant ses tirs sur Israël.

Nicolas Sarkozy se rendra à Ramallah, fief du Fatah. Puis à Tel-Aviv. Puis à Damas. Puis à Beyrouth. Il vient de rencontrer Tzipi Livni. Aucun dialogue ne sera entrepris avec le Hamas, organisation reléguée au rang de terroriste. Tout dialogue avec des terroristes est impossible. Ce que ne font pas les pays arabes « dits modérés », pourquoi Nicolas Sarkozy le ferait-il ? La paix au Moyen-Orient et au Proche-Orient est-elle au centre de ses priorités ou ne serait-ce plutôt qu’un cas de figuration personnelle au centre d’une tragédie qui s’est amorcée à la fin d’un règne ? Nicolas Sarkozy, pour prolonger un règne qu’il regrette devoir terminer, souhaite rappeler, en dernier tour de piste, qu’il se réclame être le champion du dialogue tous azimuts sur la scène internationale.

« Quand on est le Hamas, on ne choisit pas ses interlocuteurs », commentait l’Élysée. La France ne veut rien de moins que l’Égypte, discréditée dans le monde arabe, soit à nouveau au cœur de la recherche d’une solution de crise. Le président Hosni Moubarak, qui copréside l’Union pour la Méditerranée (UPM) avec M. Sarkozy, reste « un exemple de modération dans la région. Notre premier devoir est de le soutenir ».

Le président français, au nom de la France, se rendra, avec une délégation, au Proche-Orient. Une délégation de la Ligue arabe se rendra à New-York, au siège social des Nations-Unies. La République tchèque, qui occupe depuis le 1er janvier, la présidence tournante de l’Union, annonce qu’elle va dépêcher une mission diplomatique européenne au Proche-Orient.

Tom Segev est historien. Dans un article percutant publié dans le quotidien Haaretz, le 29 décembre 2008, Tom Segev écrit : « il y a une autre vérité historique utile à rappeler [...]. Depuis l’aube de la présence sioniste sur la terre d’Israël, aucune opération militaire n’a jamais permis d’avancer dans le dialogue avec les Palestiniens » (Since the dawn of the Zionist presence in the Land of Israel, no military operation has ever advanced dialogue with the Palestinians).

Et dans le même quotidien, Haaretz, on retrouve cette autre déclaration qui ne surprendra personne. Selon le ministre des Affaires étrangères d’Égypte, Ahmed Aboul Gheit, Gaza a donné, sur un plateau en or, à Israël toutes les occasions pour bombarder son territoire : « Unfortunately, they [Hamas] served Israel the opportunity on a golden platter to hit Gaza ».

Le Quotidien d’Oran, publication algérienne, écrivait dans son édition du 28 décembre dernier : « Un responsable du Hezbollah libanais, Hachem Saffieddine, a résumé la chose de manière concise et forte. « Les Américains ont pris la décision, les Israéliens l’ont exécutée et les Arabes ont été complices ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.41/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

484 réactions à cet article    


  • L'enfoiré L’enfoiré 2 janvier 2009 10:20

    Pierre,

    Il y a un proverbe qui dit « pour vivre heureux, vivons cachés ».

    Cela pourrait être un peu le sous-titre à l’article.

    Faisons notre popote en se foutant pas mal du « regard oblique des passants honnêtes » comme dirait Brassens.

    Pas de journaliste pour faire état. La paix souveraine. Honte à ceux qui veulent voir dans mon assiette.

    Gaza, un nouveau ghetto que l’on a créé avec l’expérience de l’histoire.

    Il fut un temps où j’ai écouté « Inch’Allah » d’Adamo.

    Il y en a eu un autre où j’ai visité les pays en question.

    Mon raisonnement et mes conclusions ont été complètement différents.

    Nous sommes à l’ère de l’ouverture et pas de la fermeture.

    Plus rien de rikiki limité aux frontières.

    La crise, internet d’aujourd’hui ne sont qu’exemples parmi d’autres.

    Maintenant pour avoir la paix, pas seulement au niveau d’un pays, mais d’une simple famille, la meilleure technique, c’est de bichonner celle de ses voisins.

    Nous n’avons, dans notre histoire, pas toujours eu de frontières. Nomades, au départ, à quoi cela aurait servi ? Puis, la sédentarisation, grand progrès de l’humanité (du moins reconnu comme tel) a créé des murs pour raison de sécurité. Ceux-ci se retournent contre nous aujourd’hui.
    Le nomadisme touristique n’est pas uniquement idiot.


    • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 janvier 2009 14:27

      L’enfoiré

      Quiconque a pu visiter la région, au cours de sa vie, en revient marqué. J’ai pu, à une époque de ma vie, visiter un camp de réfugiés. Une expérience difficile au plan humain.

      Pierre R.


    • L'enfoiré L’enfoiré 2 janvier 2009 14:50

       Pierre,

       Absolument, je peux l’imaginer aisément. J’ai vu un kibboutz, je peux aussi m’imaginer de la manière de vivre assez spéciale et presque en autarcie des Israëliens. De là, nait ce que je viens de dire.
       Ce n’est pas seulement un peuple qui a été ostracisé par les autres, c’est aussi un peuple qui s’est ostracisé lui-même.
       J’ai un article très bien documenté sur la question à disposition "Les juifs, le "peuple-monde". Elie Barnavi, actuellement directeur scientifique du musée de l’Europe à Bruxelles a participé à l’article à l’occasion du 60ème anniversaire de l’Etat d’Israël. Moi, j’y étais à son 50ème. 


    • ZEN ZEN 2 janvier 2009 10:31

      Merci , Pierre, pour cette synthèse

      La dernière formule de ton article n’est hélas que trop vraie !
      Tant ques les fonds US ligoteront le régime égyptien, par exemple, celui-ci ne lévera pas le petit doigt, malgré la détresse à ses portes

      On peut être en désaccord avec la ligne du Hamas, comme moi, et essayer de comprendre pourquoi il a pu prospérer.
      Il suffit de faire un peu d’histoire récente et de recontextualiser...ce que se gardent bien de faire tous les dévôts de la politique (forcément juste) d’Israël

      Dans le Times , on peut lire aujourd’hui un point de vue nuancé




      • Le péripate Le péripate 2 janvier 2009 12:50

         En désaccord avec la ligne du Hamas ! Pas en opposition, mais en désaccord. Problème de tactique, de timing ?
        Bon en tout cas, il est bien sûr plus important de chercher à comprendre comment le Hamas a pu prospérer, c’est à dire, à expliquer que Israël est responsable de l’existence du Hamas. 

        Du travail d’orfèvre.


      • Sébastien Sébastien 2 janvier 2009 13:02

        On peut être en désaccord avec la ligne du Hamas, comme moi, et essayer de comprendre pourquoi il a pu prospérer.

        Dans vos "analyses", jamais une fois vous ne parlez de l’Iran et de la Syrie. Pourquoi ?

        Si vous cherchez a savoir comment le Hamas a prospere, vous devriez vous tourner du cote de ces 2 la.


      • ZEN ZEN 2 janvier 2009 19:21

        @ Péripate

        "Israël est responsable de l’existence du Hamas. "

        Merci de m’attribuer un jugement que je n’ai jamais formulé et qui serait parfaitement idiot..
        Manque de lunettes ou de bonne foi ?
        Je n’ai rien dit de plus que Enderlin

        Du tavail de falsificateur


      • marc 2 janvier 2009 21:23

        Sebastien
        Pourquoi ne pas se tourner plutôt du côté d’Israel qui a sciemment favorisé le Hamas pour faire pièce à Arafat ;
        Quand Israel détruisait l’autorité palestinienne, le Hamas pouvait faire venir tout l’argent qu’il voulait ( et pas de la Syrie ni de l’Iran ) sans encombre.
        Nous en sommes très exactement au point visé par israel. L’autorité palestinienne ne représente plus rien, est méprisée comme interlocuteur, considérée comme collabo par son peuple et le Hamas est décrété infréquentable ; Israel est libre de coloniser toute la Palestine et de procéder à une totale épuration ethnique sous les yeux émerveillés des politiques et media occidentaux.
        Mais nous sommes en 2008, pas au temps du bienheureux génocide des Amérindiens ou des aborigènes : le monde n’est plus totalement soumis aux puissances coloniales comme en 1948 : gare !!!!


      • ZEN ZEN 2 janvier 2009 10:39

        Je suis tombé hier sur une analyse qui me semble aller à l’essentiel, même si on peut ne pas être en accord sur tout :

        Un article de Mona .Chollet qui va à l’essentiel et qui va forcément déranger

        Un extrait significatif de cette longue étude :
        				 				

        				 				

        					 			

        		 	 	 	 	 	 			 				


        	 	 		 			 				"....La prise de pouvoir du Hamas est présentée comme une preuve de l’arriération et du caractère belliqueux des Palestiniens, alors qu’elle résulte de l’exaspération d’une population qui a vu l’occupant poursuivre inexorablement sa politique de terreur et de spoliation. « On nettoie, et ensuite, peut-être qu’on verra enfin émerger un partenaire palestinien raisonnable », disent en substance les autorités israéliennes aujourd’hui - comme si elles ne s’étaient pas acharnées auparavant à discréditer, à diaboliser, à éradiquer les partenaires raisonnables qu’elles avaient en face d’elles, assiégeant le quartier général de Yasser Arafat tandis que les infrastructures du Hamas et du Djihad islamique restaient debout. Selon toute vraisemblance, c’est plutôt les Palestiniens qu’il s’agit de « nettoyer ». « Sharon fera la paix... quand les Palestiniens seront finlandais », prédisait à juste titre Charles Enderlin (Libération, 20 octobre 2004). C’est tout aussi vrai d’Ehud Olmert. Et cela risque malheureusement d’être encore plus vrai de celui ou celle qui lui succédera en février..." 				 				 				 				

        • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 janvier 2009 13:39

          Zen

          Il ne fait aucun doute que les enjeux électoraux en Israël ponctuent les décisions du gouvernement. Shmuel Rosner l’a fort bien rappelé dans le Jerusalem Post.

          Pierre R.


        • Le Concombre Masqué Le Concombre Masqué 2 janvier 2009 13:50

           Georges

          Dans ce que tu évoques, je crains que les plus difficiles à convaincre soient les endoctrinés d’une religion de cinglés !


        • ISRAËL 2 janvier 2009 10:55

          oui au dialogue avec l’autorité palestinienne...non à la négociation avec le hamas...ne demandons pas à ISRAËL de négocier la façon dont il doit être rayé de la carte...


          • katalizeur 2 janvier 2009 11:19

            bonjour tout le monde

             vendredi 2 janvier 2009

             422 morts et 2200 blessés le genocide continue a gazza



            .....................ENOUGH  IS ENOUGH...........60 ANS DE MANIPULATION CELA SUFFIT.............


          • kousko 2 janvier 2009 12:16

            ton dialogue,tu sais ou tu peux te le mettre ,fini les mensonges ;l’heure du camp de la resistance est arrivé .avec les sionistes il n’y a que la force qui marche .Est ce qu’ils ont atteint leurs objectifs militaires à part bombarder des enfants ?non.quesqu’ils attendent pour les operations terrestre ?bientot ils vont faire appel à leur alliés européens pour leur sauver la face.Dans cette guerre la resistance va sortir tres renforcé et elle prouvera au monde entier qu’on ne peut jamais briser la volonté et la determination d’un peuple.les corrompus du fatah et à leur tête cette marionette de ABBAS leur jour sont comptés,le peuple sait très bien qui le defend.Quand au projet des merloques dans la region ne marchera jamais.ils peuvent soutenir ces regimes corrompus ,mais les peuples de la region ont une haine chronique envers cette vermine americosioniste.JE SUIS OPTIMISTE POUR LE FUTUR DANS CETTE REGION,les resistants du hezbollah ansi que ceux du hamas ont montré la voie.Non à la reconnaissance de l’entité sioniste et pour la liberation de toute la palestine.


          • hetset hetset 2 janvier 2009 11:19

            (BIS)
            Cette attaque ne peut, malgrès toutes les manipulations politioco-médiatiques israeliennes, trouver de légitimité, et ça seul le peuple israelien ne le voit pas ( assez de voir dans les journaux ces "braves" israeliens hostilent aux agissements guerriers de leur gouvernement : une très large majorité d’israeliens soutiennent ces bombardements ! ) : 4 morts isareliens, 400 palestiniens !
            Je trouves que ceci est l’illustration parfaite de ce que la communauté internationale de façon globale et générale concidère : 1 vie israelienne vaut 100 vies palestiniennes !


            Nul ne peut nier que le Hamas vaincu est une bonne chose pour les Israeliens mais aussi pour les Palestiniens. Mais celà ne permet pas de tels actes dignent des siècles passés pour un pays qui se dit occidental, moderne...
            Que cherche Israël ? Ambraser une nouvelle fois le Moyen-Orient ? Réveiller l’Iran ? Unir contre lui toutes les forces armées de ses voisins ? On peut se poser la question...


            Et ne soyons pas dupes SVP, ce n’est pas parce que le HAMAS disparaîtra que pour autant les roquettes cesseront de tomber sur Israël...on le sait tous ! ( il éxiste d’autres mouvences, plus proches encore du Hezbollah qui se chargeront de ce travail...)
            Donc je repose cette question : que cherche réellement Israël par ces agissements demesurés ? Est-ce le signe d’une politique désabusée ne trouvant aucune autre solution à un problème vieux d’un demi-siècle ? Possible...et ce serait là l’aveu le plus explicite des grandes faiblesses d’Israël et de ses gouvernents, mais aussi de la communauté internationale et notamment occidentale !


            • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 janvier 2009 14:07

              Georges

              L’enjeu électoral en Israël est de taille. En éditorial, Le Matin (Maroc) écrit : « En Israël, la Kadima s’est jurée de montrer au peuple israélien qu’elle est aussi sinon plus déterminée à faire une guerre radicale et aussi meurtrière que celle que prétend mener un certain Benjamin Netanyahu, nullement enclin à une tendresse quelconque envers les Palestiniens, fussent-ils aussi modérés que Yasser Arafat et Abou Mazen. En Palestine, le Hamas s’inscrit dans une logique qui, à coup sûr, le dépasse. Cette logique est quasiment tracée à la fois par ceux qui le soutiennent dans son radicalisme et paradoxalement par le gouvernement israélien qui, aujourd’hui, fait de la Palestine un enjeu électoral évident et qui, pour mieux conquérir la confiance des électeurs, souffle sur le feu en détruisant ce qui reste des infrastructures administratives, hospitalières et scolaires de la bande de Gaza ».

              France24 se penche également sur la question : [...] « Pour Noha Rashmawi, chargée de mission à la Délégation générale de la Palestine en France, « la politique israélienne est aujourd’hui une politique électoraliste. Il s’agit purement d’une surenchère politique ». [...] Par ailleurs, le mandat du président palestinien Mahmoud Abbas arrive à terme le 9 janvier. Les Israéliens pourraient donc perdre l’interlocuteur palestinien "modéré" au profit d’un groupe radical qui refuse de reconnaître l’existence de l’Etat d’Israël. Antoine Basbous explique qu’avec la fin de ce mandat "le Hamas prend l’initiative pour dire ‘j’incarne les Palestiniens’". Cette volonté de représentativité pourrait être renforcée par les résultats des urnes ; le président Abbas ayant appelé à des élections anticipées début 2009.

              Élections donc autant en Israël qu’en Palestine. Les enjeux sont bien présents.

              Pierre R.


            • hetset hetset 2 janvier 2009 14:13

              OUI, je pense que là est une dimension capitale de ces attaques, trop peu souligné par les médias...
              D’ailleurs Mme Tzipi Livni doit commencer à s’inquiéter des proportion qu’elles prennent...


            • caramico 2 janvier 2009 19:22

              Si en massacrant 400 palestiniens, certain pensent augmenter leurs chance d’être élus, celà prouve bien que l’opinion publique israelienne est massivement complice de ses crimes.
              Ce pays étant une "démocratie", ce peuple doit assumer ses choix.


            • marc 2 janvier 2009 21:52

              Monsieur chantemois

              Vpus semblez mettre sur le même plan les élections en Israel et les élections en palestine occupée . Pourtant , il y a une différence majeure : si les palestiniens ne votent pas selon les désirs des colonialistes occidentaux et sionistes, on ne reconnait pas l’élection, point barre !


            • Philippe D Philippe D 2 janvier 2009 11:18

              A l’évidence personne ne veut, ni personne ne peut.
              Quand il n’y a pas de volonté de paix, politique, diplomatie et force militaire sont inopérantes.

              Et surtout ne pas perdre la face, rendre tous les coups.
              La loi du Talion bien comprise, des 2 côtés, qui tuera dans l’oeuf avec application toute possibilité d’apaisement.
              Toujours un énervé, ici ou là, pour appuyer sur la gachette, en représailles de représailles, de représailles........

              Et ici aussi, le piège infernal qui oblige chacun à prendre parti ; à choisir son camp.
              Tu ne peux pas rester neutre, tu dois te déclarer.
              T’es Pro-Israélien ou Pro-Palestinien ? Allez avoue-le.
              Si tu ne prends pas parti c’est donc que tu es ... Pro-......
              Et, si tu as le malheur d’exprimer une légère préférence avec une grande mesure, tu as choisis tes ennemis.
              Tu es classé, définitivement, alors que personne n’y comprend plus rien.
              Et on reproduit ici la bagarre de la-bas, pour le plaisir d’avoir des ennemis.


              • Philippe D Philippe D 2 janvier 2009 12:38

                Que d’impuissance !

                Quand Livni pontue son intervention sur le parvis de l’Elysée par "Israél est en première ligne pour la défense du monde libre", on est directement aspirés dans cette spirale infernale.
                On l’a déjà entendu 25 000 fois.
                Si ils arrivaient à trouver une solution ils feraient bien plus pour le monde libre qu’en ravivant le brulot dès que les braises faiblissent un peu.

                C’est le temps des voeux, alors je souhaite qu’en 2009, soudain, les hommes soient sages, humains et responsables.
                Un miracle.
                Mais sans aucune intervention divine, s’il vous plait, on a déjà donné !



              • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 janvier 2009 13:55

                Philippe D
                Shawford

                Il est clair que la partie de bras de fer qui se joue ici est d’inégale valeur. Le Hamas qui gouverne une population de 1,5 million de personnes est retranchée dans un territoire encerclé. Que ce soit du côté israélien ou du côté égyptien, les frontières ne s’ouvrent qu’au bon gré des gouvernements.

                Rien n’est blanc. Rien n’est noir. En Israël, un collectif, Une autre voix juive, élève la voix pour dénoncer l’opération israélienne contre Gaza qui se « traduit en assassinats ciblés et en massacres de civils ». Selon le collectif, « la sécurité ne viendra que par la reconnaissance des droits nationaux palestiniens, l’évacuation des territoires occupés depuis 1967, la reconnaissance de Jérusalem-Est comme capitale de l’État palestinien, et une solution négociée du problème des réfugiés, sur la base des résolutions de l’ONU ». 

                L’analyste libanais Khattar Abou Diab, pour sa part, explique dans Libération que « si Nasrallah s’en prend autant à l’Egypte, c’est pour masquer le fait que lui-même ne fait rien contre Israël. Pourtant, Khaled Mechaal [le chef du Hamas, en exil à Damas, ndlr] l’a exhorté à des actes et non seulement des paroles. Il est possible qu’il attende un feu vert de Téhéran. L’Iran ne le lui donnera que s’il veut profiter de la crise actuelle pour montrer qu’il a bel et bien pris la tête du monde musulman ».

                Jean-Pierre Perrin, dans le même article de Libération, souligne qu’ « En attendant, c’est un monde arabo-musulman encore plus divisé qui se dessine. Avec un axe Téhéran-Damas-Hezbollah-Hamas renforcé. Et des capitales arabes, qui, lasses de l’islamisme violent, n’expriment plus qu’une sympathie minimum à l’égard de la cause palestinienne ».

                Situation inextricable, s’il en est.

                Pierre R.


              • Le Concombre Masqué Le Concombre Masqué 2 janvier 2009 14:17

                 Pierre R.

                Les Musulmans n’ont jamais voulu de la résolution de 1948 et ils n’en voudront jamais, voilà pourquoi à mes yeux ils sont responsables de leur situation. Ils pouvaient vivre en paix, prospérer, ils ont choisi de suivre les fantasmes d’un prophète, ils sont responsables de cela.

                Quand on préfère la guerre pour de vagues histoires religieuses car le fond de ce conflit n’est que cela, il ne faut pas s’étonner qu’ensuite cela prenne des proportions aussi délirantes que la cause qui les engendre !



              • caramico 2 janvier 2009 19:15

                Quand deux pays sont en guerre, le fait de recevoir un représentant d’un de ces deux pays veut dire qu’on affiche clairement ses préférences.
                Sa petite ballade prévue au proche-orient ne servira donc à rien, puisqu’il sobstine à ne pas vouloir renconter un des deux belligérants, à savoir le Hamas, représentant élu du peuple palestinien de Gaza.


              • saba 2 janvier 2009 21:10

                au concombre masqué :
                " quand on veut la guerre pour de vagues histoires religieuses"

                Il y a peut-être aussi un problème de terre , non ? Il y a des gens qui ont été chassés de chez eux , des gens dont les oliviers ont été arrachés et qui se retrouvent en exil depuis 60 ans ou qui sont des citoyens de seconde zone dans leur propre pays . Avant cela , ces arabes musulmans cotoyaient les chrétiens et les juifs d’une manière assez normale .....


              • Le Concombre Masqué Le Concombre Masqué 3 janvier 2009 02:19

                 Saba ailleurs il paraît que l’âne du voisin a bouffé le gazon du voisin d’à côté, c’est pathétique tous ces commentaires à la con où vous pleurez sur le sort des enfants et que vous sacrifiez pour un bout de terre.
                Des Maugis comme en bas de ce fil qui balance ses entités partout et qui prône la vie à Cuba sous un régime totalitaire. C’est curieux comme le totalitarisme d’un Maugis rejoint le totalitarisme d’une religion non ?

                Quand ça aura fini de surprendre les abrutis en mal de bonne conscience, ce qui en restera fera rire ceux qui vivront ici dans 200 000 ans.


              • claireopale claireopale 2 janvier 2009 11:22

                Les journalistes, c’est connu ont une vision juste du monde....eux seuls détiennent les solutions, veulent s’interposer partout, ils ne sont plus neutres ....ils prennent parti....fort de l’impact des images, des mots, de leur pouvoir surement, mais sachez que les peuples vous les faites vomir.....
                Vous êtes en tête de peloton de ceux qui manipulent......vous perdez complètement le sens des réalités fort de votre pouvoir....tenez le bien, car il s’étiole.....




                • katalizeur 2 janvier 2009 11:31


                  422 MORTS ET 2200  BLESSES le genocide des palestiniens continue

                  ................ENOUGH IS ENOUGH..............LE NAZI SIONISME CRIMINEL CONTINUE.....MASSACRE ....


                • Le Concombre Masqué Le Concombre Masqué 2 janvier 2009 13:46

                   Ils l’ont voulu leur soi-disant "génocide", entre une religion qui les pousse aux pires conneries, des mouvements de terroristes qui les volent sous prétexte de défendre la cause d’un berger barbare, et leurs totales incapacités à utiliser l’argent qu’ils ont eu depuis 1948 à faire autre chose qu’engraisser des voyous, on finit dans la merde et ils y sont !!


                • pigripi pigripi 2 janvier 2009 11:44

                  @toutes et tous

                  414 commentaires pour un article sur le même sujet ici  :www.agoravox.fr/article.php3

                  http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=49399

                  On s’y écharpe beaucoup, histoire de faire virtuellement ce qui se passe à Gaza ;-(((

                  C’est ça la solidarité des internautes francophones avec les Palestiniens et les Israéliens smiley


                  • ISRAËL 2 janvier 2009 11:48

                    l’islamisme est une idéologie politique terroriste, obscurantiste, sectaire...le hamas sacrifie les palestiniens sur l’autel de l’inhumanité
                     


                    • saint_sebastien saint_sebastien 2 janvier 2009 11:51

                      on peut surtout dire ISRAEL sacrifie les palestiniens sur l’autel de l’inhumanité .


                    • katalizeur 2 janvier 2009 11:54

                      CELA SUFFIT LES SIONISTES ISRAELIENS ONT ASSASSINES

                      422 PERSONNES DONT DES ENFANTS ET BLESSES 2200 AUTRES


                    • claireopale claireopale 2 janvier 2009 11:58

                      je suis entièrement d’accord avec vous "Israel"
                      L’islam est un fléau pour l’humanité, pas un continent n’est épargné par les guerres là ou il fleurit, l’europe dans l’avenir deviendra également une terre d’affrontement..puisqu’ils prennent racine, on les autorise....
                      La France est une terre de naif et de manipulé....


                    • marc 2 janvier 2009 21:56

                      cake

                      Vous oubliez les chrétiens dans l’histoire. Or ce que font les Israeliens , ils le font avec l’appui, si ce n’est à la demande expresse des américains, en particulier des évangélistes intégristes.


                    • saint_sebastien saint_sebastien 2 janvier 2009 11:49
                      "Qui veut vraiment sauver Gaza ?"
                      personne , israel est intouchable, l’onu ne sert à rien, sarko non plus...


                      • Paradisial Paradisial 2 janvier 2009 16:59

                        .

                        La Palestine n’a pas réellement besoin d’armées arabes pour la libérer, il suffirait juste de tomber toutes les frontières entre tous les pays arabomusulmans, dès lors une déferlente populaire spontannée ira la libérer à mains nues (gardées même aux fonds des poches). Dans une telle marche populaire se rencontreront trois générations : les grand-parents, les parents et les enfants, femmes, hommes, filles et garçons.

                        Oui, l’ouverture des frontières et d’une marche populaire idéalement pacifiste, c’est de cela dont-il s’agira.

                        Dans l’histoire du XXième siècle il y eut un antécédant à ce genre de marche, la Marche Verte, organisée par le Maroc pour libérer son sahara. Des civils de tout le territoire,, de tous les âges, et des deux sexes, 350.000 marcheurs, descendirent vers le Sud du Maroc, n’ayant sur eux que leurs vêtements, un drapeau et un Coran. Ils libérèrent dans la paix le Sahara. L’armée espagnole plia ses bagages avant leur arrivée.

                        Dans le futur, il viendra un jour semblable à celui-là, où une Marche Blanche, constituée de civils, convergera vers la Palestine, mains nues, et fera tomber les frontières pour libérer la Palestine.

                        Cette Marche Blanche aura la clémence de Saladin : les vrais juifs orthodoxes sont chez eux en Palestine, les sionistes qui ont les mains ensanglantés rentreront là d’où ils sont venus, et les sépharades seront largement bien chez eux de par tout le monde arabe.

                        Quand les dirigeants palestiniens rentrent dans des luttes intestines à cause d’un dualisme orchestré savamant par le frankenstein sioniste, quand les trêves aboutissent sur des murailles qui s’élèvent et s’allongent avec le temps, quand les secrets d’arcanes des armées arabes sont vendues par leurs propres généraux, quand les auto-proclamés gouverneurs arabes vendent leurs âmes au diable, quand la pseudo-ligue arabe et sa consoeur pseudo-islamique se réunissent que pour siroter du thé, quand l’ONU n’a à offrir aux palestiniens que du vent quand ce n’est pas du silence, c’est la seule solution qui reste aux palestiniens pour aspirer à la LIBERATION, une Marche Blanche.


                      • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 janvier 2009 18:06

                        Paradisial

                        Parlons-nous du même événement : la Marche Verte désigne une marche pacifique lancée par le roi marocain Hassan II le 6 novembre 1975 dans le but d’annexer le territoire du Sahara occidental occupé par l’Espagne. Les Marocains considèrent cette Marche Verte comme une récupération de territoires qui historiquement étaient marocains.

                        La Marche Verte fut un événement historique unique en son genre et dans sa philosophie, un moyen de libération et d’unité et une référence en matière de lutte pacifique des nations et des peuples pour le recouvrement de leurs droits spoliés. Cette oeuvre originale a réussi grâce à l’ingéniosité de son initiateur, Feu SM Hassan II, et au talent d’un peuple, qui a marqué ce rendez-vous historique par une adhésion spontanée à un processus libérateur dicté par une volonté d’unir les fils d’une même nation.

                        Pierre R.


                      • L'enfoiré L’enfoiré 2 janvier 2009 19:33

                        Paradisial,

                        Pas d’angélisme non plus. Comme Pierre le disait c’est de la récupération par Hassan II.

                        Hassan II n’a pas été un ange non plus. La démocratie n’est pas l’outil majeur au Maroc. Dynasties almoravide, almohade, mérinide, saadien, alaouite... et j’en passe probablement.

                        Historiquement marocain le sahara espagnol ? Peut-être, mais a-t-on demandé l’avis des autochtones qui étaient au Sahara Occidental ?
                        Ouvrir les frontières autour de la Palestine et tout s’arrange ? Et le sang coule, un peu plus. Il est anormal que la Palestine soit divisée, ça c’est vrai. Mais ailleurs, faut pas rêver. Les différences dans le monde arabe sont bien plus grandes qu’on pourrait le penser. 

                        Non merci, je ne veux pas voir le sang innocent. Je ne suis pas diplomate, mais c’est à eux d’arranger le dialogue pacifiquement. Comme je l’ai dit ailleurs : si tu veux la paix, bichonne la paix de ton voisin. Pas autrement dans un état de droit.

                         


                      • Paradisial Paradisial 2 janvier 2009 20:20

                        Pierre R. Chantelois et L’Enfoiré,

                        Vous révez ou quoi ?!!!!!

                        Le Sahara a toujours été marocain pendant des temps séculiers.

                        Ce n’est pas parce que le Sahara avait été occupé par l’Espagne durant une courte période qu’il serait espagnol.

                        Arrêtez de fabuler.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès