Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Quoi de neuf pour la présidentielle USA de novembre 2012 ?

Quoi de neuf pour la présidentielle USA de novembre 2012 ?

Quoi de neuf pour la présidentielle USA de novembre 2012 ? Rien. On se dirige vers la primaire républicaine de Floride après un émondage des candidatures qui laisse en lice, sans surprises, Mitt Romney, Newt Gingrich, Rick Santorum et Ron Paul.

Pourquoi sans surprises ? Parce que, comme dans la Commedia dell’arte, les croquants qui se cachent derrière les masques sont sans intérêt : ils jouent leurs rôles de Pantalon ou d’Arlequin pour des villageois ignares qui connaissent déjà par coeur la trame – toujours la même - de leurs pitreries. On a Newt, le vieux politicien roublard, un peu sulfureux, on a Rick, le porte-flambeau qui fait la synthèse des fondamentalismes ; on a Ron-le-sympathique, pour l’émotion des espoirs impossibles - ou le très improbable coup d’éclat qui viendrait méduser les jacques s’ils arrivaient courroucés aux grilles du château ! Et, finalement, on a Mitt, l’Homme de la Situation, le monsieur bien sous tous rapports, beau, bien pensant et d’une insignifiance à pleurer qui gagnera sans doute à la convention après un suspense bidon…

Des idées ? Ron Paul-le-marginal en a plein, mais qui ne sont absolument pas solubles dans la réalité américaine actuelle. Imaginez Louis XVI nommant Danton ou Marat pour remplacer Necker ! Pour les autres, penser, serait une distraction. Gingrich ne voit le reste du monde que comme un appendice des USA, et croit donc que le spectre de la science politique va de "Démocrate libéral" à "Républicain conservateur", ce qui en excède étant dans le Monde du Mal. Pour Santorum, le monde lui-même, incluant les USA, n’est d'ailleurs que le vestibule d’un monde meilleur. On n’est ici que pour faire son salut…

Reste Romney, Romney, c'est l'homme d'expérience. BCBG, milliardaire issu d’une bonne famille et ses idées sont celles de l’Establishment. C’est à lui que l’on a donné le plus de fric, en stricte observance de la démocratie censitaire à l’américaine, qui permet aux riches de bloquer l’accès des pauvres au pouvoir politique. On le fait en leur niant les fonds indispensables pour mener une campagne électorale qui coûte des dizaines, voire des centaines de millions de dollars. Aujourd'hui, dans la cohorte des prétendants républicains, seul Romney a du fric.

Alors c’est joué ? On a le gagnant, Romney ? Minute … ! Vous n’avez rien compris au jeu de boules. Tout ce cirque n’a pas pour but de trouver un gagnant… mais de trouver un PERDANT ! La convention républicaine ne vise qu’à trouver celui qui mènera la “chaude lutte” que le people attend contre Obama, "le Noir qui a déçu". Une chaude lutte que le Républicain de service perdra, cependant, puisqu’on n’a pas fini de tirer tout le jus du citron Obama.

Il en a fallu des efforts pour mener l'Afroaméricain Barack Obama au Salon Ovale.... ! Tout suggère donc qu’on fera en novembre une deuxième pression d’Obama. Car si ce dernier a déjà réussi à reporter d’une génération la demande des Américains pour un système de santé universel et gratuit et à en envoyer 14 % vivre dans la mendicité des “food stamps sans une révolte, il n’a encore qu’amorcé le train des mesures impopulaires qui permettront de transformer les USA en un véritable état corporatiste. On s’est donné bien du mal pour mettre Obama dans sa position exaltée et infiniment vulnérable. Il a déjà la corde au cou, mais on va le charger encore avant de déclancher la trappe.

Il ne faut donc pas trop s’inquiéter des facéties des candidats républicains : c’est pour rire. Il n’est pas prévu que l’un ou l’autre de ces guignols devienne président des USA. Même si l’on sait mieux, depuis le super communicateur Obama, à quel point celui qui lit de façon convainquante les messages qu’on lui écrit au téléscripteur n’a pas besoin d’en comprendre le sens, ce serait gênant pour l’Américain moyen que soit élu Newt, Ron, Rick ou Mitt et de sentir confusément que le monde entier ricane de son leader… On va sans doute garder Obama pour un autre tour de piste.

Si les candidats républicains ne sont là que pour servir de faire valoir, il ne faut pas croire, toutefois, qu’ils ont été choisis au hasard. Romney, bien sûr représente les conservateurs “progressistes” anglo-saxons qui sont encore - pour une ou deux décennies - la première composante démographique de la population et les gardiens de la tradition ”Mayflower”. Ils sont encore l’image de l’Amérique pour le monde qui veut y croire et le modèle d’imitation pour sa population de plus en plus bigarrée, Mainstream USA, qui veut d’autant plus se reconnaître en Romney qu’elle lui ressemble de moins en moins...

Gingrich, lui, est là pour l’image de l’Américain maquignon, “streetsmart”, vendeur d’huiles de serpents miraculeuses et de voitures usagées. Tammany Hall au quotidien, mais aussi le cousin véreux dont on dit du mal, mais dont on est fier au fond qu’il puisse couillonner les étrangers au besoin. Parce que l’Américain se veut bon et craignant Dieu… mais astucieux et sans faiblesse.

Ron Paul est l'opposé de Gingrich. C'est l’idéal composite d’un vieillard qui pense jeune. Un clin d'oeil à la nostalgie des pionniers autosuffisants et des robber-barons, qui insistent pour "plus de liberté", sans trop regarder les aspects pervers d’une société sans solidarité. 

Ceux qui ont tout perdu dans la crise ne demandent qu’à croire que c’est la faute des fonctionnaires… sans voir que le mal de l’État est venu d’un fonctionnariat totalement corrompu par l’usage habile et indiscriminé des “lois du marché”, dont on n’a exclu que du bout des lèvres qu’on puisse y soumettre aussi l’achat, la vente et la location des consciences.

Quant à choisir Paul comme candidat républicain ce serait un énorme gambit. J’aurais peur, car j’y verrais une façon pour l’Establishment de faire plébisciter cet automne, en choisissant Obama, toutes ces choses que Ron Paul rejette par principes … alors qu’Obama reste ouvert à les faire à regret. Ce qui inclut la main mise de l’État sur l’économie pour régler la dette… ou encore des guerres inutiles. On aurait peut-être ce raisonnement tordu que, si le people n’a pas voté pour Paul, c’est qu’il approuve une guerre d’agression contre la Syrie ou l’Iran… !

Santorum ? On peut le voir comme un sot... ou comme la force montante du fondamentalisme qui séduira les Américains quand ils en auront marre de l’hypocrisie des medias, du grenouillage des politiciens et du pouvoir occulte des banquiers. Le fondamentalisme ne pouvait sauter cette élection 2012 à la présidence sans avoir son cheval dans la course, car quand ce monde les aura vraiment déçus, les Américains auront sans doute le réflexe historique de miser sur l’Au-delà. 

Ce ne sera pas cette fois, mais dans 4 ou 8 ans… le danger sera alors bien réel que ce soit Savonarole qui vienne demander des comptes aux banquiers. Et il n’est pas sûr, alors qu’on aura gagné au change.

En attendant, il est clair que le vrai pouvoir demeurera encore caché pour un temps. Pour les apparences du pouvoir, car c'est de ça qu'il s'agit ici, je donnerais Obama favori en novembre 2012.... et je m’attends au pire.

Pierre JC Allard


Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 31 janvier 2012 13:07

    Salut PJCA,

    Il est vrai qu’en matière de politique, et des USA en particulier, le pire est toujours le plus probable. C’est Wall Street qui a financé Obama, or c’est WS qui tire les ficelles des USA, donc Obama ... La comédie doit continuer ... et le monde s’enfoncer.
    Je trouve également que ces Républicains sont assez caricaturaux de l’Amérique Wasp. On peut vraiment s’étonner de voir la population US voter pour des gens qui n’ont rien à voir avec eux, vivent sur une autre planète, et c’est aussi le cas d’Obama, formaté par Harward.

    Bon, nous, on a des « Enarques », pas sur que ce soit mieux ???


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 31 janvier 2012 13:45

      @ Alpo 47


      Le schisme entre la population et ses gouvernants est certes aussi clair en France, mais ce qui fait de la situation aux USA un cas plus amusant, c’est la TOTALE vacuité du discours : la population ne sait absolument pas quels sont les enjeux, ni même s’il y en a ! On vote l’individu - qu’on résume à un slogan ou une image - comme les Haïtiens illettrés votaient pour l’animal emblématique de leur candidat. 

      Quand on en est là, il faut avoir le courage de dire que ce qu’on appelle « démocratie » est un OBSTACLE à une gouvernance efficace et de bonne foi. Dans nos pays occidentaux, un coup d’État - probablement militaire - serait une bénédiction. 

      Sur ce thème, le petit texte de François Marty me semble bien intéressant, voire prémonitoire. Aux USA, le complexe militaro-industriel est partie prenante du pouvoir et seule une scission entre les membres de l’alliance dirigeante pourrait éviter une sanglante guerre civile.



      Pierre JC Allard







    • Pyrathome Pyrathome 31 janvier 2012 22:01

      le complexe militaro-industriel est partie prenante du pouvoir et seule une scission entre les membres de l’alliance dirigeante pourrait éviter une sanglante guerre civile.

      C’est bien mon avis aussi, la façade « démocratique » ne peut plus cacher l’insalubrité de cette dictature qui n’ose avouer son nom......les masques sont tombés et l’inconséquence mortifère s’est révélée....


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 1er février 2012 12:29

      @ Pyrathome


       Nous nous croyons souvent sans défense contre cette dictature des « maitres du monde ». En fait. le pouvoir est extremement vulnérable à une volonté populaire de le détruire. A chacun d’en décider selon sa propre conscience, mais chacun possède tous les moyens à lui seul , s’il le désire, de porter au systeme des coups terribles auxquels il ne resisterait pas un mois, voire une semaine !


      PJCA

    • LE CHAT LE CHAT 31 janvier 2012 15:35

      On a la confirmation que l’Europe n’est qu’une succursale yankee , tant la chaine Euronews donne d’importance à ces elections américaines dont les européens réels se tamponent , avec des directs sur les résultats des causus par ci et les primaires par là ! ras le bol !


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 1er février 2012 12:32

        @ Le chat


        Soyons logiques. Si « l’Europe n’est qu’une succursale yankee », il est normal que nous nous interessions à ce qui se passe au bureau-chef, vous ne trouvez pas ?

        PJCA 

      • OMAR 31 janvier 2012 16:20

        Omar 33

        Pierre « Quoi de neuf pour la présidentielle USA de novembre 2012 ? Rien. »

        Donc, pour vous tout ces relents islamophobes qui se versent chaque jour sur les musulmans, par les candidats à la présidence, c’est de la pipi de chat ?

        http://islametinfo.com/2012/01/20/etats-unis-islamophobie-des-candidats-republicains-a-la-presidentielle-la-video-qui-accuse/

        Et quand les américains, influencés par cette nauséeuse propagande s’attaquent à de paisibles américains musulmans, ce n’est même pas digne d’un fait divers ?

        http://www.dailymotion.com/video/xf07l3_etats-unis-montee-de-l-islamophobie_news

        Et pas un mot sur l’AIPAC ou tout candidat doit se prosterner devant les exigences du lobby sioniste américain...

        http://www.youtube.com/watch?v=jCf7OfKqBXY

        Vous donnez l’impression que les êtres humains de confession musulmane n’ont aucune valeur à vos yeux, devant les menaces de massacres que profèrent ces candidats à leur encontre.

        Et pourtant, il y a à peine 75 ans, un monstre dénommé Hitler tenait le même langage sur les juifs....


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 1er février 2012 12:58
          @ Omar

           Je parle beaucoup et souvent de la problématique musulmane en Occident. Ma position est claire : Je respecte l’Islam, mais il est incompatible avec les valeurs occidentales : il faut faire un choix et le mien est qu’il ne faut PAS d’immigration musulmane en Occident.


          Je n’en suis pas moins en total désaccord avec la politique agressive contre les pays musulmans d’un Occident qui se cherche un ennemi à tourmenter. En Iraq, en Libye, etc.


          Cela dit, les fleches contre les Musulmans qui sont un volet de cette politique agressive que je désapprouve ne sont cependant que bien marginales à cette campagne présidentielle. Ce n’est pas à l’aune de ces attaques que je juge de cette campagne

          PJCA

        • Fergus Fergus 1er février 2012 09:43

          Bonjour, Pierre.

          Entièrement d’accord avec cet article : les primaires républicaines ne sont, cette année, qu’un joyeux divertissement médiatique qui désignera en fin de compte l’insignifiant Romney non comme adversaire d’Obama, mais comme sparring-partner. Après quoi, Obama vainqueur donnera l’accolade à l’infortuné perdant de novembre et repartira faire ce pour quoi il a été désigné en sous-main par les puissantes oligarchies. Mais la démocratie américaine sera sauve. En apparence !

          Cordialement.


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 1er février 2012 13:07

            @ Fergus


             Merci, quand TOUT LE MONDE l’aura compris, on jettera aussi un regard nouveau sur ce que cache les élections en France. On cessera de penser droite vs gauche pour penser à ceux d ’« en haut » contre ceux d’« en bas ».



            pjca

          • Fergus Fergus 1er février 2012 13:13

            @ Pierre JC Allard.

            Penser « ceux d’en bas » contre « ceux d’en haut », c’est ce dont rêvent beaucoup de gens dans notre pays. Mais le temps n’est pas encore venu, hélas ! Il faudrait pour cela une large mobilisation, et surtout la constitution de Comités citoyens totalement indépendants des appareils partisans pour essaimer dans les régions. Ce temps viendra sans doute, mais d’ici là, il va falloir déployer beaucoup de pédagogie.

            Bonne journée.


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 1er février 2012 14:26

            @ Fergus


            Il y a deux étapes. La deuxième. constructive, demandera tout le doigté et les efforts auxquels vous faites allusion. Mais la première, l’incontournable « table rase », ça peut être demain. C’est l’anarchie qui permettra que de manifestent de nouveaux individus, afin que la tout aussi inévitable dictature qui précédera l’avènement d’une nouvelle démocratie confie le pouvoir à autre chose qu’un clone du pouvoir actuel. Que cette première phase commence dépend de chacun, car elle ne pourra venir que de gestes spontanés des INDIVIDUS agissant seuls et selon leur conscience. Le désabusement face à la parodie de ces élections sera un facteur qui hâtera la révolte.



            Pierre JC Allard

          • robin 1er février 2012 10:39

            Les fours des camps de la FEMA commencent à chauffer, il faut bien commencer à les amortir.....lol !


            • Olivier 1er février 2012 11:21

              Absolument d’accord. La meilleure preuve en est le cas de G.W. Bush élu en 2000 contre Dole avec moins de voix que lui !

              La « démocratie » américaine (mais c’est la même chose de la nôtre) n’est qu’un système oligarchique où on organise de toutes pièces des pseudo-alternances entre pseudo-candidats ayant des pseudo-programmes (ou ayant fait des promesses qu’ils ne respectent jamais, ce qui confirme si besoin est le caractère totalement factice des élections).

              L’astuce du système est d’avoir crée des simulacres de partis qu’il contrôle totalement, mais qui permet en organisant des alternances factices de gauche à droite ou de droite à gauche, de faire croire au peuple qu’il a un pouvoir de décision et qu’un changement réel va avoir lieu. Ceci permet de canaliser le mécontentement dans une voie contrôlée et qui sinon remettrait en cause le système lui-même. Et ça fait 200 ans que ça dure...


              • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 1er février 2012 13:12

                @ Olivier


                Certainement le plus efficace des systemes de manipulation qui aie jamais été mis en place. Il ne peut prendre fin que si sont mises à profit les dissensions au sein de la classe dirigeante.


                PJCA

              • Mmarvinbear Mmarvinbear 1er février 2012 13:52

                « Absolument d’accord. La meilleure preuve en est le cas de G.W. Bush élu en 2000 contre Dole avec moins de voix que lui ! »

                Gore, pas Dole !
                Tsss...


              • Krokodilo Krokodilo 1er février 2012 11:54

                Le plus incroyable, c’est l’application avec laquelle France-info et d’autres médias nous rapportent les détails de ces primaires. Quel intérêt ? Il serra bien temps de nous présenter l’adversaire d’Obama lorsqu’il sera connu, et largement suffisant à mon avis, libre à chacun d’aller chercher les détails ce cette campagne ailleurs ou dans des articles spécialisés.


                • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 1er février 2012 13:24

                  @ Krokodilo


                  N"oubliez pas que c’est le modèle de bipartisme que l’on souhaite appliquer à toute l’Europe. On saute donc sur l’occasion pour nous donner cette leçon de choses... et ça distraie aussi des enjeux de la campagne en France...


                  PJCA

                • appoline appoline 1er février 2012 12:06

                  Dans ce vaste foutoir qu’est la politique mondiale, la seule chose dont est en sûr est que ceux qui tirent réellement les ficelles veulent rester dans l’ombre. Ils désignent d’une manière ou d’une autre, leur influence est encore pire qu’on ne le pense. La désignation d’un noir à la tête des USA n’a pas été faite au hasard non plus. Maintenant ont ils vraiment tout calculé ? Ils sont tellement imbus d’eux-mêmes, que certaines données leur ont peut-être échappé.


                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 1er février 2012 13:31

                    @ Appoline


                     Nous avons où est le pouvoir. Quant à la nomination durant cette période difficile d’un Noir - qui tranquillisera les dissidents pendant qu’on opérera in vivo sur le corps social et qu’on pourra blâmer par la suite - elle est en effet une manifestation du parfait cynisme de nos propriétaires.




                    PJCA

                  • Mmarvinbear Mmarvinbear 1er février 2012 13:53

                    "En attendant, il est clair que le vrai pouvoir demeurera encore caché pour un temps. Pour les apparences du pouvoir, car c’est de ça qu’il s’agit ici, je donnerais Obama favori en novembre 2012.... et je m’attends au pire.« 

                    Je veux pas dire, mais pour un »pouvoir caché", ils sont pas franchement compétent pour bien se planquer...


                    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 1er février 2012 14:06

                      @ Mmarvinbear


                       Comprenons bien. Les Maitres du monde ne se cachent pas ; ils dissimulent seulement l’étendue de leur pouvoir absolu sur le politique. Ils n’ont pas à nous contrôler, ils nous POSSÈDENT.

                      PJCA



                      • Wàng 1er février 2012 14:22

                        Vous avez tort de prendre tout ça de haut, les primaires républicaines sont absolument passionnantes ; c’est l’avenir du monde qui se joue. Intellectuellement, c’est 100 000 lieues au dessus des pseudo-débats à la française, les réponses sont profondes et précises sur tous les sujets, et les 4 candidats qui restent ont du travailler très dur pour en arriver là où ils sont.

                        Sarkozy ou Hollande auraient disparu depuis longtemps dans un tel contexte.


                        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 1er février 2012 14:28

                          @ Wang


                           smiley

                          PJCA

                        • Wàng 1er février 2012 14:36

                          Vous rigolez, mais comprenez qu’on a le droit d’être désespéré par la situation catastrophique de la France dans tous les domaines.

                          Obama et Sarkozy sont des présidents catastrophiques, Obama à une échelle planétaire, c’est toute la différence. Aux Etats-Unis, il y a encore l’espoir d’un redressement, qui a été incarné par les parties de thé ; savoir si cette aspiration de la base conservatrice sera prise en compte, c’est tout l’enjeu des primaires républicaines. En France à l’inverse, on a toutes les chances d’avoir un président encore pire que Sarkozy dans quelques mois.

                          Quand on est proche de l’EEC plat et de l’euthanasie dans notre propre pays, ça fait du bien de sortir un peu pour entendre que tout n’est pas mort et qu’il existe encore ici ou là des discours qui tiennent la route.


                        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 2 février 2012 04:46

                          @ Wang


                          Je n’ai pas un bon mot a dire pour la situation française, mais ça ne change rien à l’enfumage programmé qui sert de seul débat politique aux USA depuis longtemps et qui est la négation même de la démocratie, avec des clowns dans la vitrine et des escrocs tirant les ficelles.

                          PJCA



                        • Wàng 2 février 2012 14:29

                          @ PJCA :

                          vous avez quand même, dans cette primaire républicaine, un vrai débat d’idées : un libertarien de l’école autrichienne, très costaud en économie, qui porte sur la place publique la question de la monnaie saine (Ron Paul), malheureusement délirant en politique étrangère ; un RINO modéré et soutenu par l’établissement représentant le « parti du jardin » (garden party) (Romney) ; un « social conservateur » burkéen très attaché aux valeurs familiales et à une vision générationnelle et culturelle du lien social (Santorum) ; et enfin un penseur brillant et cultivé (Histoire, philosophie) du mouvement conservateur US qui fait la synthèse réganienne entre Edmund Burke et une vision plus Lockéenne du Contrat, représentant le parti de la campagne (« Country party »).

                          En face, vous avez Obama, un activiste et idéologue issu de l’ultra-gauche brillant, qui a réussi à détruire l’économie américaine par des dépenses publiques démentielles et un capitalisme de complaisance, et à affaiblir l’influence de son pays dans le monde.

                          Dans la campagne française, c’est totalement bidon, on se bat pour savoir avec quelles taxes, quels impôts et quels gadgets sociaux on va assommer ce qui reste de l’économie française, avec des références ridicules et moutonnières sur un modèles allemand qui n’a jamais existé. smiley

                          Je ne parle même pas des soi disant alternatives aux candidats du système, avec des marioles disciples de Hugo Chavez qui réclament du protectionnisme ou de la planche à billet.


                        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 3 février 2012 06:24

                          @ Wang


                          - «  Obama : un activiste et idéologue issu de l’ultra-gauche » 

                          - Gingrich : un penseur brillant et cultivé (Histoire, philosophie) du mouvement conservateur US qui fait la synthèse réganienne entre Edmund Burke et une vision plus Lockéenne du Contrat...« 

                          - » Paul : un libertarien de l’école autrichienne, très costaud en économie« 

                          - »Santorum : un « social conservateur » burkéen très attaché aux valeurs familiales et à une vision générationnelle et culturelle du lien social. 

                          J’ai présenté ma vision. Je m’en voudrais d’ajouter quoi que ce soit à ces portraits qui expriment la vôtre. C’est une vision unique qui mérite d’être connue. « Que l’importance soit dans ton regard et non dans la chose regardée... » A chacun de juger.

                          PJCA

                           






Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès