Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > RD Congo – 2016 : Et si la présidentielle n’avait pas lieu (...)

RD Congo – 2016 : Et si la présidentielle n’avait pas lieu ?

« On n’organise pas une élection pour la perdre », disait Omar Bongo. Herman Cohen va plus loin en affirmant qu’en Afrique, « pour qu’un président perde une élection, il faut qu’il ait envie de la perdre ». Si les opposants congolais et les masses populaires ne prennent pas le contrôle des enjeux de 2016, en finançant le processus à 100%, il y a peu de chance qu’une alternance démocratique se produise à la tête du pays, et ce ne serait pas la première fois. Pour rappel, Joseph Kabila et ses deux prédécesseurs furent portés au pouvoir dans des scénarios qui ne laissaient aucune possibilité aux Congolais de décider du nom de leur président. L’explication à ces alternances en forme de hold-up est à rechercher dans le cynisme de la realpolitik, et tout le monde peut être pointé du doigt. En effet, l’arrivée à la tête du Congo d’un président démocratiquement élu est une perspective qui, paradoxalement, n’arrange les affaires de personne. Tour d’horizon…

 

Kabila et son calendrier électoral

Tenaillé par l’angoisse d’une comparution en justice que lui promettent déjà ses opposants[1], Joseph Kabila semble avoir maintenant décidé de ne plus quitter le pouvoir. Il mise sur le glissement du calendrier électoral[2] jusqu’en 2018 sur fond d’un recensement de la population[3]. Si le calendrier peut glisser jusqu’en 2018, il pourrait tout aussi glisser jusqu’en 2020, voire au-delà. En effet, lorsque le calendrier électoral se met à glisser, il peut glisser indéfiniment. Le dernier mandat de Mobutu s’arrêtait en 1991. L’élection présidentielle promise au 4 décembre 1991 n’eut jamais lieu. Le calendrier avait « glissé » année après année jusqu’à la guerre de l’AFDL et le renversement de Mobutu le 16 mai 1997. La Côte d’Ivoire fit, elle aussi, les frais du glissement du calendrier électoral - jusqu’à cinq ans - et la fin brutale de la présidence de Laurent Gbagbo. Au Congo même, les membres actuels du sénat sont issus des élections de 2007. Ils devaient se représenter devant les électeurs en 2012. Leur calendrier électoral continue de « glisser ».

En plus du glissement du calendrier électoral sur fond du recensement de la population, la présidentielle de 2016 est annoncée pour être compromise du fait de la nouvelle guerre qui s’annonce dans le Kivu après les massacres de Beni. On n’organise pas une élection dans un pays en guerre.

Mais Joseph Kabila n’est pas le seul que le jugement de l’histoire aura à rendre responsable du gâchis qui s’annonce. Les bailleurs occidentaux traînent les pieds pour financer le budget que réclame Malu Malu. D’un côté, ils ne savent toujours pas lequel des présidentiables fera leurs affaires dans l’après 2016, de l’autre, ils savent que si Joseph Kabila maintien sa candidature, le Congo sera plongé dans une nouvelle crise de légitimité. Que gagnerait-on à financer une élection pour engendrer un chaos dans le pays ? Ce serait un investissement en pure perte, et les dirigeants occidentaux ne raisonnent pas de cette façon-là. Nous y reviendrons.

 

Les bailleurs extérieurs et la logique comptable

Dans la logique des partenaires occidentaux, qui devraient garantir le processus devant mener à l’alternance, il faut savoir lire une opération de nature fondamentalement comptable, en termes d’investissement et de retour sur investissement. Ils ne s’investiront dans le processus que s’ils ont la certitude que le prochain président leur fera gagner de l’argent au cours de son règne. En effet, contrairement aux apparences, les bailleurs occidentaux ne sont pas de dispendieux philanthropes. Il n’est pas envisageable qu’ils puissent financer une élection au Congo par altruisme, et il ne saurait en être autrement.

Il faut toujours garder à l’esprit le fait que les Américains sont une nation surendettée[4] et confrontée à une grave crise financière, de même que les Européens. En prélevant sur leurs économies quelques millions de dollars pour financer les élections au Congo, ils ne donnent pas, ils investissent[5]. Ils font le pari que le président qui sortira des urnes sera « une bonne affaire »[6]. Suivant cette logique, aujourd’hui, aucun des trois ou quatre présidentiables congolais ne fait l’affaire. Ce sont des politiciens chevronnés qui, portés à la présidence à l’issue d’une élection démocratique, deviendraient des hommes difficiles à manœuvrer. Les bailleurs extérieurs ne financent pas une élection qui produira des patriotes. Sinon, Patrice Lumumba aurait gouverné à vie tandis qu’Etienne Tshisekedi serait, depuis bien longtemps, dans le fauteuil présidentiel.

Les bailleurs occidentaux sont confrontés à une deuxième difficulté. Si Joseph Kabila maintient sa candidature, le Congo est parti pour s’enfoncer dans une nouvelle crise de légitimité, une crise qui devrait être plus dévastatrice que la crise actuelle, née de l’élection chaotique de 2011. Elle aura assez usé les nerfs des diplomates pour qu’ils acceptent, de gré, de recommencer, après 2016, les navettes entre Kabila, les opposants, Kinshasa et les capitales occidentales. Un Congo plongé dans une nouvelle crise ne serait pas une « bonne affaire », une perspective qui expliquerait la tiédeur des bailleurs à s’engager financièrement derrière une élection dans laquelle Joseph Kabila s’inviterait en candidat.

Dès lors, le péril sur le Congo est que, face aux blocages énoncés ci-haut (et bien d’autres), des « mains secrètes » n’entreprennent d’orchestrer une alternance à la tête du pays en dehors du processus électoral. Le cynisme de la realpolitik est qu’un changement de président en dehors d’un processus démocratique sera toujours une opération peu coûteuse mais très rentable, si l’on considère ce que peut rapporter, en termes de profits, un président non issu d’un processus électoral. Et l’histoire des alternances à la présidence du Congo en est une tragique illustration.

 

Le péril des « mains secrètes »

En 1965, le président Joseph Kasa-Vubu, ses opposants et les masses populaires sont incapables d’assurer au pays un processus démocratique et apaisé devant mener à l’arrivée au pouvoir d’un président démocratiquement élu. Un officier de 35 ans, le général Mobutu, surgit et prend les commandes du pays avec l’aide de « mains secrètes »[7]. Trente-deux ans plus tard, le Congo, devenu Zaïre, est un Etat exsangue, ruiné et usé jusqu’à la corde. Mais pour les parrains de Mobutu, son règne aura été une juteuse affaire[8]. Le 17 mai 1997, Laurent-Désiré Kabila prend le pouvoir, lui aussi, porté par des mains secrètes[9]. Les opposants zaïrois, les masses populaires et le président Mobutu lui-même s’empêtraient dans une interminable crise politique après le gâchis de la Conférence nationale souveraine. Aucun processus électoral crédible n’était envisageable. Il n’y aura pas de président démocratiquement élu, mais un président autoproclamé à Lubumbashi. Laurent-Désiré Kabila et les « rebelles » qui continueront à déferler sur le pays vont signer des accords officiels et secrets qui continuent de faire le bonheur des multinationales et des maffieux de tous poils, hypothéquant, depuis, l’avenir du Congo. Pourquoi a-t-on bâclé le processus de démocratisation amorcé dans le sillage de la Conférence nationale souveraine ? De nombreux mobutistes, et même certains opposants ont orchestré des blocages jusqu’au point de non-retour. Ils sont à blâmer pour toujours, mais ça n’a plus d’importance. Le 17 janvier 2001, Joseph Kabila arrive au pouvoir dans les conditions qu’on connaît. Ni son prédécesseur, ni les opposants à l’époque, ni les masses populaires n’étaient en situation de mettre en route un processus d’alternance démocratique. Aujourd’hui les Congolais vivent l’enfer sur terre. Jusqu’à 600 mille déplacés rien qu’au Katanga, la province, pourtant, dont les habitants auraient pu être la prunelle des yeux du pouvoir.

Un président porté au pouvoir par son peuple se battrait pour le protéger, parce qu’il lui est redevable. Il garantirait la maîtrise des frontières pour conjurer les incursions extérieures et le pillage des ressources du pays. Il redistribuerait aux familles les revenus tirés de l’exploitation des richesses minières et négocierait en permanence avec ses opposants pour assurer une gouvernance apaisée. On ne verra pas un président comme celui-là de sitôt si les Congolais, en tant que peuple, ne prennent pas conscience du désastre que deviennent les présidents arrivés au pouvoir en dehors d’un processus électoral. Et le ciel est à nouveau en train de s’assombrir.

En effet, les inconditionnels du régime actuel ont promis, depuis la rencontre de Kingakati[10], qu’ils se battraient à mort pour assurer le maintien du « Raïs » à la tête du pays, ce à quoi leurs adversaires sont en train de promettre un scenario à la burkinabè. Mais tout cela est un gâchis, un gâchis pour tout le monde. Car si la population et les opposants devront applaudir un changement radical dans ces conditions-là[11], la liesse est attendue pour être de courte durée. Pour une raison simple : les « mains secrètes » qui orchestrent des révolutions ne le font pas dans l’intérêt des peuples. Le 24 novembre 1965, le 17 mai 1997 et le 17 janvier 2001 en sont de tragiques illustrations. Reste à savoir à qui la faute. 

Boniface MUSAVULI

 

 

[1] « Tshisekedi, Kamerhe et Fayulu exigent la mise en accusation de Kabila devant la CPI », 7sur7.cd, 16 juillet 2014 ; « RDC : une coalition de l'opposition veut voir Kabila à la CPI  », Jeune Afrique, 17 juillet 2014.

[2] Même si le président de la Commission électorale (Ceni), Apollinaire Malu Malu, a martelé que « La Ceni ne peut jamais planifier une élection qui va au-delà de 2016 et qu’elle ne sera jamais dans le club des gens qui veulent aller au-delà de 2016 ».

[3] Dans un entretien accordé le 19 octobre 2014 à Afrikarabia, l’opposant Vital Kamerhe estime à 3 ou 4 ans la durée que prendraient, au minimum, les opérations de recensement de la population. 

[4] Les Américains croulent sous une dette monumentale de près de 60.000 milliards de dollars. Les Européens sont dans une situation moins alarmante avec, tout de même, 11.000 milliards d’euros de dette publique. Ils présentent à la Commission de Bruxelles des budgets systématiquement déficitaires.

[5] Et pour se faire une idée de ce que cet « investissement » doit rapporter, sous diverses formes, souvenons-nous toujours de ce paradoxe dénoncé par Mobutu dans un de ses discours : « 1 dollar investi en Afrique rapporte 5 dollars à l’Europe ». Le président zaïrois n’a jamais été contredit. Un récent article a confirmé le paradoxe.

[6] Et lorsque le choix des Occidentaux est fait, ils vont jusqu’à engager de gros moyens pour que le verdict des urnes en soit ainsi. En 2006, l’Union européenne, qui avait financé l’essentiel du budget électoral, envoya la force européenne (l’Eufor) pour assurer l’élection de Joseph Kabila au détriment de Jean-Pierre Bemba.

[7] Le coup d’Etat du 24 novembre 1965, qui porta Mobutu au pouvoir, avait été orchestré par la CIA.

[8] Selon David Van Reybrouck (Congo – Une histoire), tout au long de la Guerre froide, le Zaïre de Mobutu fournira aux puissances occidentales ses minerais stratégiques, l’uranium, le cobalt et le cuivre en particulier, dont elles avaient besoin dans la fabrication des armes pour tenir tête au Bloc soviétique. Après ses 32 ans de règne et au vu de la misère dans laquelle croupissaient les Zaïrois, on peut considérer que Mobutu, en pillant son pays, n’aura véritablement servi que les intérêts des « parrains » qui l’avaient porté au pouvoir. Reste à savoir à qui la faute.

[9] La guerre de l’AFDL fut menée essentiellement par les armées rwandaise, ougandaise et burundaise discrètement parrainées par les Américains, les Britanniques, les Canadiens et les Israéliens. Cf. Pierre Péan, Carnages – Les guerres secrètes des grandes puissances en Afrique, Éd. Fayard, 2010 et Patrick Mbeko, Le Canada dans les guerres en Afrique centrale – Génocides & Pillages des ressources minières du Congo par Rwanda interposé, Le Nègre Editeur, 2012.

[10] C’était lors de la rencontre organisée le 20 mars 2014 par le président Kabila dans sa ferme de Kingakati, à l’intention de quelque 500 personnalités.

[11] Les masses populaires congolaises, surtout dans la diaspora, ne souhaitent plus que Joseph Kabila, une fois parti, envisage un retour aux affaires, surtout pas suivant la « formule » Poutine-Medvedev. 


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Le Corbeau Magnifique Le Corbeau Magnifique 21 novembre 2014 19:36

    Ben, ça changerait pas grand chose pour nous, franchement !

    On s’en tape, un peu !

     smiley


    • lsga lsga 26 novembre 2014 16:48

      Aucune démocratie possible à l’échelle nationale, en Afrique ou ailleurs.
       

      Seule une révolution africaine peut permettre l’instauration d’une vraie démocratie. À l’échelle nationale, vous aurez toujours des présidents corrompus soumis à l’impérialisme français.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès