Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > RD Congo : des crimes de viols dénoncés au grand jour au Nord et (...)

RD Congo : des crimes de viols dénoncés au grand jour au Nord et Sud-Kivu

Depuis très longtemps dans ces deux Provinces, les tabous, qui entouraient les problèmes liés au sexe, donnaient plus de latitude aux hommes d’abuser des jeunes filles et femmes comme bon leur semblait. L’ampleur de ces actes barbares, accentuée surtout par les conflits armés dans cette région des Grands Lacs, a poussé une multitude des organisations internationales, les télévisions occidentales, des associations locales féminines et des Eglises chrétiennes, à sensibiliser la population à ce problème de viol, resté impuni depuis des décennies.

Les habitants de ces deux Provinces du Nord et Sud-Kivu, qui aiment écouter la musique occidentale, se rappellent toujours de la chanson de Julio Iglesias intitulée : « Les traditions, qui nous enchaînent, nous ont fait vivre trop longtemps ensemble » qui résonne toujours dans les oreilles d’un membre de la société civile du Sud-Kivu qui fait toujours allusion aux tabous qui ont favorisé et simulé des comportements barbares de certaines personnes pendant très longtemps pour arriver aux résultats qui font, aujourd’hui, froid dans le dos. Ce que les habitants de cette région considéraient comme traditions, des organisations civiles les voient comme de la pure ignorance, de la passivité : ce phénomène des viols courant dans cette région, partant, dans tout le pays où beaucoup d’hommes croyaient tout se permettre sur les femmes.

Un phénomène traditionnel où la femme n’avait rien à dire devant l’homme, où le rôle de la femme se limitait à faire des enfants et à ne faire que des enfants. Dans beaucoup de tribus de cette région, la femme ne servait qu’à produire, aller au champ. Les décisions familiales se prenaient souvent entre hommes. Même les enfants ne disposaient pas de la même valeur dans la famille. Une famille de cinq enfants, composée de trois filles et deux garçons, n’était pour le père qu’une famille de deux enfants, les filles étant mises hors jeu, par humour ou peut-être par sadisme ; les pères s’amusaient à dire que les filles appartenaient à d’autres familles et pas à la leur ; une allusion faite au moment où les filles se marient parce qu’elles sont obligées de quitter leurs familles et rejoindre les familles de leurs maris. Une fille, dont le cadet ou le plus jeune est un garçon, considérait que c’est ce petit garçon qui est l’aîné. Dans les réunions des familles, ce sont les hommes qui prenaient la parole ; quand une femme voulait s’exprimer, il n’était pas étonnant d’attendre les hommes se demander de quoi une femme peut-elle parler parmi les hommes ? Ces attitudes et comportements, loin de favoriser l’harmonie sociale autour de la femme, ont surtout joué en défaveur de celle-ci. Les femmes se sentaient moralement et intellectuellement inférieures aux garçons. Cette relégation des femmes au second rôle et à la cuisine a créé des dérives. Un homme pouvait se servir d’une femme comme bon lui semblait, surtout quand il disposait de moyens. On pouvait voir dans la ville de Goma et de Bukavu, un homme de 50 ans épouser une fille de moins de 18 ans et avec le consentement de la famille ; de petites blagues entre hommes et jeunes filles pouvaient permettre aussi à ceux-ci de forcer des relations sexuelles sans tambour battant. Dans les grands quartiers de Kadutu, Panzi, Muhungu, Bagira au Sud-Kivu et Birere au Nord-Kivu, où les maisons sont superposées les unes aux autres et où il est difficile de délimiter les parcelles, une fille pourrait être violée dans une maison voisine sans qu’on le sache chez d’autres voisins. Il y eut pendant les années 80, le phénomène de « Campus », ces petites maisons annexes ou studios que les parents construisaient pour leurs garçons afin de leur assurer une certaine indépendance. Mais loin de cet objectif, ces fameux « campus » furent de véritables endroits de débauches et de viol des filles qui s’hasardaient à y passer pour une simple salutation. Des adolescents, sortis de la puberté et disposant déjà de ces studios et poussés par un comportement de supériorité et de domination à l’égard des filles, ne pouvaient qu’être incités à aller très loin afin d’ assouvir leurs désirs d’adolescence par tous les moyens. Les fameux campus étaient aussi des lieux de rencontre pour les autres jeunes garçons qui voudraient assouvir leurs désirs sexuels avec les filles rencontrées par hasard en cours de route et invitée à venir voir leur studio, par prétexte, mais concrètement pour passer au viol. Et tout ceci passait sous silence, à moins que la fille ne tombe enceinte. C’est le vrai danger de ces actes barbares. Le viol ne représentait un problème que lorsque la fille tombait enceinte. Les garçons pouvaient user de la fille comme ils le voulaient, pourvu que seulement elle ne tombe pas enceinte.

Dans un pays où l’armée fut totalement désorganisée par manque de moyens, elle fut aussi un dépotoir de tous les délinquants, des jeunes habitués aux prisons plutôt qu’à la vie civile, des adolescents débarqués de la vie scolaire, des anciens prisonniers repentis, des voleurs qui se sont créés une virginité. Par manque d’encadrement, l’insuffisance des salaires, les militaires étaient obligés de plonger dans la débrouillardise et au rançonnage des commerçants le long des routes de cette région.

Plusieurs femmes furent victimes des viols des militaires sur les routes de cette région et menacées de se taire de peur de ne plus pouvoir emprunter cette route. Les viols, qui se passaient couramment durant les voyages, furent hermétiquement tenus secrets.

D’ailleurs, les femmes avaient tendance à parler de « Seleke  », un terme swahili emprunté du mot français « sélection », signifiant un viol d’une femme par plusieurs hommes. Ces actes barbares furent pratiquées pendant les conflits jusqu’à présent dans ces axes de Bukavu à Uvira, de Bukavu à Mwenga au Sud-Kivu, dans les zones de Walikale et de Rucuru au Nord-Kivu par les groupes armés et les militaires qui voulaient assouvir leur soif sexuelle et ayant la nostalgie de l’époque où ils pouvaient s’offrir des filles et femmes sans bruit ni plainte.

Heureusement, les temps ont changé, comme qui dirait, à toutes choses malheur est bon, l’intensité des conflits dans ces deux provinces a mis au grand jour ces pratiques, jadis tolérées, et la présence de nombreuses organisations internationales occidentales, des Eglises chrétiennes a servi à sensibiliser les populations, à travers les associations locales civiles, du danger du viol, cause de la propagation du VIH/sida, de la fragilisation du tissu social et de l’équilibre familial.

Ces viols, loin de représenter un acte de guerre, sont devenus comme les résultats des années d’ignorance et de passivité des hommes qui reléguaient la femme à un objet de plaisir. Les conflits aidant, les hommes en ont profité et usé comme ils le voulaient. Heureusement, avec la mondialisation, ces actes ne devraient plus rester inaperçus et impunis éternellement. Même si les Occidentaux, comme le prétendent les habitants de cette région, sont toujours considérés comme les faiseurs de conflits à cause des matières précieuses que regorge cette région, ils sont souvent félicités sur ce point de leur avoir ouvert les yeux, que le viol n’est pas un acte de domination, mais un acte barbare au même titre qu’un assassinat.

Désormais, le viol n’est plus un tabou qui déshonore la famille, mais comme un acte à dénoncer afin d’assurer la paix civile entre communautés et se libérer des vieux tabous qui ne cessent, jusqu’à présent, d’être fatals pour les familles et leur entourage.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • bernard29 candidat 007 12 décembre 2007 14:53

    J’ai vu ce reprotage sur Arte le samedi, 24 novembre 2007

    Le viol, une arme de guerre au Congo (Allemagne, 2007, 59mn)SWR Réalisateur : Susanne Babila

    « Qu’ils appartiennent à des bandes de Hutus réfugiés au Congo en 1994 après le génocide au Rwanda ou à diverses milices opérant des razzias pour se fournir ensuite en armes, nombreux sont les hommes qui ont fait ou font encore violence à des femmes. Les victimes sont aujourd’hui soignées à l’hôpital Panzi de Bukavu. Elles ont subi des viols répétés et des tortures, certaines ont été enlevées et emmenées comme esclaves sexuelles dans des camps de combattants. Bébés, fillettes ou grands-mères, peu importe l’âge, rien ne pouvait arrêter la fureur et le sadisme des bourreaux. Après avoir été soignées et avoir bénéficié d’un soutien psychologique à l’hôpital, la plupart des femmes redoutent le moment de regagner leur village, car les exactions et les humiliations qu’elles ont subies ont souvent eu lieu devant leur famille ou leur communauté. Par ailleurs, la richesse de la République démocratique du Congo en minerai - or et surtout casserite et coltan très prisés dans la fabrication de composants électroniques pour l’informatique et l’aéronautique - provoque des trafics illégaux permanents, pratiqués par des groupes incontrôlés qui rançonnent et violent des villageois. Dans ce documentaire trois femmes témoignent : Ndamosu M’Buefuh, 70 ans, violée plusieurs fois, dont le mari et les cinq enfants ont été assassinés ; Ntakobajira M’Bisimwa, 30 ans, qui a été esclave sexuelle dans un camp de rebelles ; Noella M’Mburugu, 18 ans, qui a subi pendant trois ans des sévices sexuels et à qui on a enlevé le fils. »

    le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ne sont pas d’accord avec vous. Et que le viol dans cette région est vraiment un acte de guerre.


    • Kingli Kingli 13 décembre 2007 12:54

      C’est important de parler de ce problème qu’est actuellement le viol dans les régions en conflit de la RDC (Nord Kivu et Sud Kivu en particulier). Partout dans le monde je crois qu’à un moment donné le viol a toujours été une question taboue à cause de la honte que cela représentait pour la personne violée (souillure) et partout il faut un travail sur les personnes concernées et leur environnement pour qu’ils puissent dénoncer ce maux. Et c’est ce qui se fait actuellement...

      Mais il est vrai, comme le souligne candidat 007, qu’actuellement le viol est utilisé comme arme de guerre. A l’échelle où cela se fait systématiquement par les factions armées actuellement, on ne peut pas comparer ça aux viols que vous décrivez (entre voisins, adolescents...). Tous sont à condamner mais la généralisation actuelle est meutrière, elle agit sur les consciences et les occupants tuent moralement et sciemment les autochtones. C’est fait à dessein et pas seulement pour assouvir des pulsions sexuelles.

      Dans votre texte je ne saisis pas très bien la lecture que vous vouliez faire exactement du phénomène du viol, documentez vous encore plus et cherchez le film dont parle Candidat 007, ça pourra élargir votre champs d’analyse.

       smiley


      • ergen 5 janvier 2008 04:32

        N’oublions pas que le viol a toujours été une arme, utilisée ou non, dans les différents conflits qui ont opposés les hommes, depuis qu’il est sapiens. PARTOUT.

        Ceci n’exclue pas le fait que le viol est un des actes les plus ignobles, cruels et blessants qui soit. Tout comme le fait de tuer, il fait partie de ce qu’on appelle La Guerre, dont l’Horreur, faut-t’il le rappeller est sans limite, et sans frontière.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès