Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > RD Congo : La Monusco veut-elle « relancer » le M23 ?

RD Congo : La Monusco veut-elle « relancer » le M23 ?

Le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU au Congo, Martin Kobler, a formulé plusieurs recommandations à l’occasion d'une réunion du Conseil de sécurité consacrée, lundi 27 octobre, à la situation en République démocratique du Congo. Ces recommandations portaient entre autres sur un ultimatum contre les FDLR, mais aussi sur le M23. Le numéro 1 onusien demande au gouvernement congolais d’accélérer la mise en œuvre du programme de désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) afin de réintégrer les ex-combattants du M23. L’information passe comme une lettre à la poste alors qu’on parle bien de « réintégrer » dans les institutions congolaises les membres du M23, ce qui n’est pas rien. Les Congolais étant souvent victimes de l’oubli, il sied de rappeler les douloureux souvenirs que ce mouvement a laissés dans l’Est du Congo.

Qu’est-ce que le M23 ?

Le M23 est un mouvement politico-militaire formé de combattants rwandais et ougandais et dirigé, selon les experts de l’ONU, par le général rwandais James Kabarebe[1]. Son ancêtre est le CNDP que dirigeaient les généraux Laurent Kunda et Bosco Ntaganda, tous les deux membres de l’armée tutsie rwandaise et citoyens rwandais, selon leurs propres aveux[2],[3]. Le M23 est responsable de massacres, de viols et de pillages à grande échelle dans l’Est du Congo, et des bombardements de la ville de Goma en août 2013. Les crimes du M23 ont fait l’objet d’un rapport du BCNUDH (Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l'homme), publié le 10 octobre dernier, et pour lesquels Martin Kobler a personnellement exigé des sanctions. Les poursuites n’étant toujours pas initiées par les autorités congolaises, la question de la réintégration sonne quelque peu comme une inexplicable fuite en avant.

Toujours au sujet de la réintégration des membres du M23, le Congo a plutôt une expérience amère avec ces combattants « rwandais », dont les parcours s’assimilent à celui de Bosco Ntaganda, l’initiateur du mouvement[4] actuellement poursuivi devant la Cour pénale internationale. Né Rwandais, Ntaganda combat dans les rangs du Front Patriotique Rwandais jusqu’à la prise de Kigali. Il entre au Congo dans les rangs de l’AFDL en tant qu’officier de l’armée rwandaise (1996). Il reprend les armes contre le Congo lorsqu’éclate la Deuxième Guerre du Congo (1998). En 2003, il reprend les armes contre le Congo dans les rangs de la milice de l’UPC dirigée par Thomas Lubanga, le premier condamné de la Cour pénale internationale. En 2004, Bosco Ntaganda obtient, malgré tout, une nomination de « général » de l’armée congolaise. En dépit de cette haute distinction, il reprend à nouveau les armes, en 2006, contre le Congo lorsqu’éclate la guerre du CNDP (2006-2009). Il est réintégré, pour la troisième fois, dans l’armée congolaise malgré un parcours qui lui aurait valu la cour martiale dans n’importe quel pays du monde. Comme il fallait s’y attendre, Bosco Ntaganda prend la tête des mutins tutsis lorsqu’éclate la guerre du M23 en avril 2012[5].

Les membres du M23 ont presque tous un parcours comme celui-là. Les réintégrer dans les rangs de l’armée congolaise signifie condamner le Congo à devoir subir une nouvelle « mutinerie-rébellion tutsie » susceptible de réduire à néant les quelques progrès que les Congolais, meurtris, ont difficilement réussi à réaliser. Les réintégrer signifie également cautionner l’image d’une armée congolaise « poubelle » dans laquelle sont recueillies toutes les racailles des pays voisins au point de devenir à la fois le cauchemar des populations congolaises et la risée du monde entier. Enfin, plaider pour la réintégration du M23 signifie cautionner l’idée d’un Congo indéfiniment déchiré par des conflits internes et régionaux. Quelques langues commencent à accuser la Monusco de vouloir maintenir durablement sa présence au Congo et de servir des intérêts contraires à ceux des populations congolaises[6]. Ce qui est certain, est que l’affaire du M23 que la Monusco essaie de remettre sur la table ne peut que générer de nouvelles crises dans l’Est du Congo où les victimes de la milice rwando-ougandaise n’ont même pas fini de panser leurs plaies et de sécher leurs larmes.

Que faire du M23 ?

Il faut tout simplement appliquer les lois nationales et internationales en matière de crimes internationaux, au nom de la lutte contre l’impunité ; et la question n’a même pas à être posée. Le M23 est considéré comme une organisation criminelle par l’ONU[7], le gouvernement américain[8] et l’Union européenne[9] qui ont tous inscrit ses dirigeants sur les listes de sanction en rapport avec les violations des Résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU (embargo sur les armes dans l’Est du Congo) mais aussi en rapport avec les crimes de guerre, crimes contre l’humanité et de possibles crimes de génocide. Il y a longtemps que deux autorités, au moins, auraient déjà dû prendre leurs responsabilités : le président Joseph Kabila pour obtenir de Paul Kagame et de Yoweri Museveni l’extradition des membres du M23 passibles de poursuites devant les cours et tribunaux, et le Procureur de la Cour pénale internationale pour les inculper et obtenir leur extradition vers La Haye, à défaut de l’être vers le Congo-Kinshasa.

Les actions du président Kabila et du procureur de la Cour pénale internationale n’ont pas, elles non plus, à être rappelées. En effet, l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération, signé le 24 février 2013 à Addis-Abeba, engage ses signataires à « ne pas tolérer, ni fournir une assistance ou un soutien quelconque à des groupes armés » et « ne pas héberger ni fournir une protection de quelque nature que ce soit aux personnes accusées de crimes de guerre, de crimes contre l'humanité, d'actes de génocide ou de crimes d'agression, ou aux personnes sous le régime de sanctions des Nations Unies » (article 5). La présence des membres du M23 sur les sols ougandais et rwandais signifie que les autorités congolaises et le Conseil de sécurité de l’ONU ne prennent pas leur responsabilité. Une inertie qui nécessite que la société civile se réapproprie cette revendication de justice pour les victimes. Les mouvements d’opposition devraient, eux aussi, se saisir du dossier et s’engager fermement à rendre justice aux victimes du M23, si les électeurs les accompagnent dans la lutte pour un changement de la majorité présidentielle en 2016. Il s’agit de tourner radicalement le dos à la logique de la « prime à la guerre », qui a fait tellement mal aux Congo et que conforterait une nouvelle réintégration (des membres du M23) dans les rangs des FARDC.

Parce que l’absence de mobilisation de la société civile et des partis d’opposition aux côtés de leurs populations meurtries laisse la voie à des démarches aussi surréalistes que la demande de réintégration des combattants du M23 formulée par le patron de la Monusco.

Boniface MUSAVULI

 

[1] Rapport S/2012/843 du Groupe d’experts sur la République démocratique du Congo, 15 novembre 2012, p. 109.

[2] En février 2009, Laurent Nkunda a fini par reconnaître qu’il était un agent rwandais. Cf. Le Palmarès, 23 février 2009.

[3] A l’occasion de l’audience de confirmation des charges de la Cour pénale internationale, le 10 février 2014, le général Bosco Ntaganda, poursuivi pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité s’est fait identifier en tant que « citoyen Rwandais », jetant un froid dans les communautés congolaises. Cf. JJ. Wondo, « CNDP-M23 : embêtante révélation de Bosco Ntaganda à la CPI », desc-wondo.org, 14 février 2014.

[4] Rapport S/2012/348/Add.1, 27 juin 2012, pp 52 et svts.

[5] Rapport S/2012/843 des experts de l’ONU, page 164.

[6] « Selon les savants rdcongolais, l’action onusienne en RD Congo est inactive et portée vers les intérêts étrangers », eco243.info, 27 octobre 2014.

[7] Liste des personnes et entités visées par les mesures imposées aux paragraphes 13 et 15 de la résolution 1596 (2005) et reconduites au paragraphe 3 de la résolution 2078 (2012) du Conseil de sécurité de l’ONU. Cf. un.org/french/sc/committees/1533.

[8] OFAC, Sanctions List Search, sdnsearch.ofac.treas.gov/Default.aspx.

[9] Décision 2012/811/PESC du Conseil du 20 décembre 2012 modifiant la décision 2010/788/PESC concernant l’adoption de mesures restrictives à l’encontre de la République Démocratique du Congo.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Nsumbu 30 octobre 2014 02:28

    Pour un Congolais, c’est hélas là le double jeu apparent des puissances occidentales engagé plus explicitement au début des années 1990 qui visait à installer dans la région une « pax americana » à la conquête notamment du pré-carré français… 

    Double jeu dans le sens que le projet réel de cette imposition est noyé dans les préoccupations non moins réelles et nécessaires de la pacification de la Région et de la responsabilisation de leurs dirigeants… C’est dans ces dernières où paradoxalement le M23 que cette CI, après avoir démontré sa gestion criminelle et épinglé ses ténors dans leurs listes noires (multiples rapports de l’ONU et des ONG de défenses des droits et libertés, voir le cas Ntaganda…) veut replacer dans le circuit au lieu de l’en écarter raisonnablement… C’est ce biais nocif qui est contenu dans l’Accord d’Addis et la résolution 2098 qui ont légitimé les négociations de Kampala et la signature de Nairobi achevant de réhabiliter le M23 ! 

     

    Vaste marché de dupes qui en faisant rentrer le loup dans la bergerie risque de nous éloigner de la pacification, et la responsabilisation qu’on nous promet…

    Alors ; « La Monusco veut-elle « relancer » le M23 ? » ; elle a assurément pris le risque ou sciemment décidé pour son propre agenda d’en faire une solution alors qu’il est la face bien émergée du problème dans la Région ! Jusqu’où ?

     

    A qui la faute ?

    D’abord à notre impuissance organisée, traîtresse sinon complice à la tête du pays ; par notre déficit de mobilisation, les partis politiques notamment d ’opposition, la société civile et la population…

     

    Comment en sortir ?

    Puissions-nous autour d’une contestation de la révision constitutionnelle encore plus active atteindre cette capacité d’une mobilisation critique qui impose au pouvoir d’écouter la voix du peuple et à la CI d’être davantage convaincue de franchir le Rubicon en imposant à son tour une étape nouvelle à notre démocratie dont elle a aussi besoin qunous apparemment… 

    Et la demande de Kobler de réintégrer le M23 apparaîtra d‘autant comme une dangereuse manœuvre d‘apprenti-sorcier !.


    • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 30 octobre 2014 10:08

      Désolé, je vais être direct : le titre de cet article est à chier. Comme tous les titres que l’on ne peut comprendre qu’après avoir lu l’article. 


      La prochaine fois, essayez : « ARW Ouzbékistan : Le zingatorbux ira-t-il »raccorder« le P67 ? »


      • Hervé Hum Hervé Hum 30 octobre 2014 22:26

        Evidemment, si vous ne suivez pas l’actualité de la RDC vous ne pouvez comprendre le titre !


      • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 1er novembre 2014 10:04

        Le titre ne doit pas être fait pour ceux qui savent déjà de quoi il s’agit, mais pour intéresser les gens qui ne sont pas encore informés.


      • Hervé Hum Hervé Hum 30 octobre 2014 22:29

        La situation en RDC semble être un éternel recommencement. Le même cauchemar pour les habitants, le même jeu d’intérêt pour les dirigeants et les mêmes articles pour les journalistes.


        • MUSAVULI MUSAVULI 31 octobre 2014 02:29

          Hélas, oui. Mais une nouvelle génération de Congolais arrive peu à peu à maturité. Ces jeunes-là n’ont rien à perdre, parce qu’ils ont déjà tout perdu. L’espoir est infime, mais il est permis.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès