Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > RD Congo – M23 : Le retour de Sultani Makenga ?

RD Congo – M23 : Le retour de Sultani Makenga ?

Le chef militaire du M23, le colonel Sultani Makenga, aurait négocié avec le régime de Joseph Kabila et obtenu une amnistie et le droit de réintégrer avec son grade les rangs des FARDC (armée nationale congolaise). L’information aurait pu passer pour un canular si elle ne venait pas de la célèbre journaliste belge Colette Braeckman. Nul ne sait encore les modalités de son retour au Congo, mais les autorités de Kinshasa et leurs homologues ougandais pourraient profiter de la « distraction » des fêtes de Noël et du Nouvel An pour organiser l’infiltration du sinistre officier sur le sol congolais, histoire de mettre les gens devant le fait accompli. Un acte dont on imagine assez aisément la gravité.

Qui est Sultani Makenga ?

Sultani Makenga est décrit dans les rapports des experts de l’ONU comme un mutin récidiviste avec à son compte une série de crimes de guerres et crimes contre l’humanité[1] qui auraient déjà dû lui valoir une arrestation et un transfèrement à la Cour pénale internationale (CPI). Recrutement d’enfants, massacres des populations, exécutions sommaires, incendies des maisons d’habitation,… Makenga est le chef militaire qui a codirigé avec Bosco Ntaganda les troupes du CNDP de Laurent Nkunda durant l’effroyable massacre de Kiwanja[2] du 4 au 5 décembre 2008. Selon l’ONG américaine Human Rights Watch, 150 civils avaient été massacrés[3]. Certaines victimes furent exécutées dans leurs lits. Il est si dangereux que son nom figure juste à la deuxième position, derrière celui de Bosco Ntaganda, sur la liste des personnes non amnistiables publiée par le gouvernement congolais le 27 septembre 2013[4]. L’homme figure également sur les listes de sanction de l’ONU[5], du gouvernement américain[6] et de l’Union européenne[7]. On peine à imaginer qu’un Etat puisse s’engager à amnistier un aussi dangereux personnage, à le faire revenir sur le territoire national[8] et, pire, à lui confier à nouveau des armes et un poste de commandement dans l’armée.

Péril sur les victimes ?

Il est, en effet, de notoriété publique que lorsqu’un criminel revient sur les lieux de son crime, son obsession est d’effacer les traces de ses forfaits. Le gouvernement congolais, la Monusco et la Cour pénale internationale, ont-ils pris des mesures pour protéger les survivants du massacre de Kiwanja, leurs familles et d’éventuels témoins qui pourraient faire des dépositions contre le colonel Sultani Makenga ? Quelles mesures ont-elles été prises pour protéger les populations de Ngungu et de Luke, dans le Masisi, où les hommes de Makenga ont perpétré des massacres et incendié plus de 800 maisons d’habitation ? Maintenant qu’il revient avec le grade de colonel des FARDC, que vont faire ses victimes ? Fuir leur pays ou attendre de subir ses foudres ? Et les habitants de Goma, bombardés en août 2013 par le M23, comment doivent-ils s’y prendre pour s’accommoder de la présence de leur bourreau ?

La même question se pose du côté des soldats congolais. On se souvient de l’exaltation avec laquelle le chef militaire du M23, depuis Kampala, a « savouré »[9] la nouvelle annonçant l’assassinat du colonel Mamadou Ndala[10], pendant que les Congolais étaient en larmes. A-t-on un seul instant pensé à ce que cet officier lié à l’armée rwandaise risque de faire subir aux soldats congolais qui l’ont combattu tout au long des aventures du M23 ?

Et, plus globalement, qu’est-ce que le colonel Sultani Makenga a de si important pour que le Congo, avec ses 72 millions d’habitants, qu’il a martyrisés, accepte de lui accorder un privilège aussi princier que l’impunité des crimes de guerre et crimes contre l’humanité ?

Devoir de résistance

Il est évident que derrière le retour du colonel Makenga, des éminences grises des régimes de Museveni en Ouganda, de Kagame au Rwanda et de Kabila ont, une fois de plus, pris des engagements secrets, ce qui commence à faire beaucoup. Les trois régimes sont décrits dans le dernier ouvrage de Patrick Mbeko comme un triumvirat qui a ruiné la confiance des peuples de la région et tout espoir de paix tant qu’ils seront aux commandes des trois pays. Ils co-organisent les guerres à répétition contre le Congo et le pillage des ressources minières du Kivu au profit des milieux d’affaires anglo-américains[11]. Le retour des membres du M23, qui sont, en réalité, les agents des pouvoirs de Kigali et de Kampala, formés dans les bases militaires des deux pays, participe à la stratégie du chaos, une nouvelle mutinerie/« rébellion tutsie » étant toujours pendante[12].

Les Congolais, après les six millions de morts du fait de ces guerres sciemment entretenues, ne devraient plus accepter de cautionner des impunités aussi scandaleuses, qui, en plus, font le lit de nouvelles guerres[13]. Une vive résistance devrait être organisée notamment au niveau des populations ville par ville, des magistrats civils et militaires, et des avocats pour que les crimes du colonel Makenga et de ses hommes ne restent pas impunis, en dépit de ce que les trois régimes (Kinshasa, Kampala, Kigali) ont pu convenir dans le dos des Congolais. Parallèlement aux actions au Congo, les Congolais devraient massivement saisir Madame Fatou Bensouda, la Procureure générale de la Cour pénale internationale, pour qu’elle prenne ses responsabilités.

Il serait indécent que les gens viennent demain verser des larmes de crocodile lorsque Makenga aura liquidé les témoins gênants, ou lorsque, du haut de son grade d’officier supérieur, il se sera vengé sur les soldats congolais qui l’ont combattu sous le commandement du colonel Mamadou Ndala, en perdant des dizaines de leurs camarades au front[14]. C’est maintenant qu’il faut agir.

Boniface MUSAVULI

 

[1] Les crimes de Sultani Makenga ont été documentés dans plusieurs rapports dont le Rapport des experts de l’ONU du 15 novembre 2012 (Rapport S/2012/843, pp. 167-169).

[2] Marlène Rabaud, Arnaud Zajtman, Massacre à Kiwanja, reportage France 24, novembre 2008 ; « RDC : le massacre de Kiwanja a fait au moins 150 morts », rtbf.be, 11 décembre 2008.

[3] Hrw, « Massacres à Kiwanja - L’incapacité de l’ONU à protéger les civils », 11 décembre 2008 ; Rapport S/2008/773 du 12 décembre 2008, pp. 51-52.

[4] MINISTERE DES MEDIAS, CHARGE DES RELATIONS AVEC LE PARLEMENT ET DE L'INITIATION A LA NOUVELLE CITOYENNETE, COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT, Kinshasa, le 27 septembre 2013, Signé Lambert Mende Omalanga. Cf. http://www.digitalcongo.net/UserFiles/file/PDF_files/2013/communique_gouv_m23_nongrata.pdf

[5] Liste des personnes et entités visées par les mesures imposées aux paragraphes 13 et 15 de la résolution 1596 (2005) et reconduites au paragraphe 3 de la résolution 2078 (2012) du Conseil de sécurité de l’ONU. Cf. un.org/french/sc/committees/1533.

[6] OFAC, Sanctions List Search, sdnsearch.ofac.treas.gov/Default.aspx.

[7] Décision 2012/811/PESC du Conseil du 20 décembre 2012 modifiant la décision 2010/788/PESC concernant l’adoption de mesures restrictives à l’encontre de la République Démocratique du Congo.

[8] Il faut noter que 120 membres du M23 sont arrivés le 18 décembre 2014 à Kamina (Katanga) à bord d’un avion affrété par le gouvernement congolais.

[9] Dans un texto envoyé à un journaliste de Beni, Makenga a écrit : « Eh ça va garçon, Votre colonel qui m’a chassé croyait qu’il était plus fort que nous. Où est-il aujourd’hui ? Cher ami, vous devez savoir que nous avons des réseaux partout ». Cf. Page du colonel Mamadou Ndala sur wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mamadou_Ndala

[10] Le colonel Mamadou Ndala est tombé sur le champ d’honneur le 2 janvier 2014 à Ngadi, près de Beni.

[11] P. Mbeko, H. Ngbanda, Stratégie du chaos et du mensonge – poker menteur en Afrique des Grands lacs, Ed. de l’Erablière, 2014, pp. 407-516. Les rôles respectifs des trois présidents sont détaillés tout au long du chap. VII.

[12] De nombreux observateurs voient dans les massacres de Beni la main des combattants du M23. Ils s’infiltrent au Congo à partir de l’Ouest de l’Ouganda où ils ont été cantonnés après leur défaite en novembre 2013. Cf. « 1000 combattants du M23 se sont échappés de leur camp en Ouganda », lavoixdelamerique.com, 17 décembre 2014 ; « Beni : la société civile dénonce l’infiltration des ex-M23 depuis l’Ouganda », radiookapi.net, 16 décembre 2014 ; « Des éléments de l’armée ougandaise se déguisent en ADF/NALU »rtvgl.com, 6 janvier 2014. Au Rwanda, plusieurs centaines des membres du M23 ont disparu des lieux de cantonnement où ils étaient. Ce qui conforte l’idée que le Congo n’aurait jamais dû signer les accords de Nairobi (12 décembre 2013) et adopter la loi d’amnistie du 4 février 2014. Le pays est confronté à des agresseurs récidivistes. Patrick Karegeya, avant son assassinat, avait prévenu qu’après le M23, il y aurait probablement aussi un M27. La seule véritable garantie de sécurité est le renforcement des capacités du Congo en matière de défense.

[13] Les membres du RCD, l’ancêtre du M23, sont aujourd’hui à l’abri de poursuites judiciaires aux termes de l’article 8 de l’accord global et inclusif sur la transition signé à Pretoria le 17 décembre 2002 et adopté à Sun City le 1er avril 2003. Les anciens membres du CNDP de Laurent Nkunda et Bosco Ntaganda ont été amnistiés au terme de l’article 3 de l’accord du 23 mars 2009 signé à Goma. Ceux qui, plus tard, ont rejoint le M23 sont, de fait, à l’abri de poursuites en application de la loi d’amnistie du 11 février 2014. Avec l’amnistie qu’obtiendrait Sultani Makenga, le Congo deviendrait, par la culture de l’impunité, un « paradis » pour les criminels de guerre et un enfer pour les victimes.

[14] Les soldats congolais engagés dans les combats contre le M23 ont payé un lourd tribut. Une cérémonie funéraire fut organisée à Goma le samedi 09 novembre 2013 en hommage, entre autres, au capitaine Bakajika Badibanga, au premier sergent major Charles Kambale, à l’adjudant Mbongo ainsi qu’aux trois caporaux Mayachunvi, Lokana, Sango Habimana et Serge Bahati morts au combat. La cérémonie était présidée par le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, avec, à ses côtés, le colonel Mamadou Ndala.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 20 décembre 2014 17:04

    Article intéressant mais consternant. Un de plus. Que faire de droit dans ce monde à l’envers ?


    • MUSAVULI MUSAVULI 20 décembre 2014 21:27

      Un monde à l’envers... hélas, oui. 


      • Le Corbeau Magnifique Le Corbeau Magnifique 20 décembre 2014 23:31

        Sultani makenga ? C’est qui çui là ? Ah, ça me revient c’est la scène finale de la Guerre des Etoiles !

        - Sultani Makenga, je t’abatterai avec toutes les forces de la Galaxies ; des Nébuleuses, des Nébuleuses et des Nébuleuses Fumeuses ! Hollandouille est avec Moi ! Tu es un homme mort Dark Vador !

        - Arrêtes, Sky Walker, Fi de tout celà, sais tu qui je suis...

        - Tu es ? Non, ce n’est pas possible, Sultani Makenga, tu es...

        - Oui, Skaï Ouquère, je suis ton...

        (mine décomposé de s’quaille machin)... Tu es mon....

        - Oui, je suis ton beauf !

         smiley  smiley  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès