Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > RD Congo – Maluku : La révolte des macchabés

RD Congo – Maluku : La révolte des macchabés

Les Congolais semblaient épuisés et résignés face au pouvoir imposé à Kinshasa par les guerres d’agression et de massacres que subit le pays depuis 1996. Toute manifestation contre le régime de Joseph Kabila doit se terminer par des cas à la morgue, au cimetière, aux urgences et de disparitions forcées. C’était donc un peuple face à un régime de la mort, et les gens ont fini par perdre patience à force de se faire tuer. Ni la « communauté internationale », ni les « amis du peuple congolais » ne se bousculaient pour venir en aide à un peuple qui se faisait littéralement massacrer au quotidien. Il fallait donc attendre le messie, et il est arrivé du côté de Maluku. En effet, à force de tuer et d’enterrer les populations, la terre finit par refuser les cadavres. Et, n’ayant plus où aller, les morts remontent à la surface. 

Il ne fait plus l’ombre d’un doute que les 425 cadavres retrouvés dans un charnier au cimetière de Maluku, près de Kinshasa, sont les victimes des répressions barbares que mène le régime de Joseph Kabila contre ses opposants et la population. Tous les efforts visant à expliquer cette macabre découverte ne convainquent plus personne[1]. Les ministres bégayent et se contredisent entre eux, et il n’y a rien d’étonnant. Dès le soir du 19 janvier, les témoins à Kinshasa décrivaient des « scènes de guerre généralisées dans la capitale » et « des victimes qui devraient se compter par centaines et non pas par dizaines »[2]. Des diplomates à Kinshasa, mis au courant des horreurs qui se commettaient, avaient discrètement prévenu les autorités qu’elles pourraient un jour avoir à répondre de ces tueries devant la justice. Mais ils ne firent pas davantage pour arrêter le massacre et on passa à autre chose. Il faudra donc attendre que « les cadavres parlent » pour que le cri de détresse d’un peuple trucidé soit entendu à travers le monde. Maintenant c’est fait.

Le règne des massacreurs

La République Démocratique du Congo est ce pays où plus de six millions d’hommes, de femmes et d’enfants ont été impunément envoyés à la mort depuis 1996 lorsqu’une guerre partie du Rwanda amena à Kinshasa les dirigeants actuels. Depuis, l’actualité du pays est inlassablement morbide. Des massacres quasiment chaque semaine, des manifestants tués par l’armée et la police, des femmes violées, bref, l’enfer. Le pays est tout entier devenu un abattoir à ciel ouvert et une gigantesque scène de crime avec des sites de massacres qui ne se comptent plus. Massacre des manifestants contre la loi électorale (janvier 2015), massacre de Ndjili contre les militants de l’UDPS (2011), massacres des adeptes du Bundu dia Congo, massacre des Enyelés, massacres des adeptes du Prophète Mukungubila (Kinshasa, Lubumbashi), massacre de l’Opération Likofi, massacres de Kisangani, massacres de Butembo-Kikyo, massacre de Kyavinyonge, massacre de Kiwanja, massacres de Makobola, Kasika, Kiliba, massacre de Mutarule, massacres de Beni, massacre de Mwenda, massacres de Mwenga,… Que deviennent les auteurs de ces massacres ? Soit ils sont déjà dans l’armée et la police, et conservent leurs poste en attendant de recommencer à massacrer, soit ils sont dans des groupes armés parrainés par le Rwanda et l’Ouganda et obtiennent des amnisties[3]. Ils intègrent l’armée et la police et se mettent, comme leurs camarades, à massacrer sous l’uniforme, ce qui est plutôt « confortable ».

Toutes les tentatives visant à créer un tribunal pénal international pour juger ces « massacreurs » ont échoué. Les massacres des Congolais peuvent ainsi se poursuivre parce que l’impunité est là. Les Congolais ont beau crier aux quatre coins de la planète. Personne ne leur vient en aide. La Cour pénale internationale (CPI) est muette comme une carpe. Les grandes démocraties se taisent et caressent Kabila dans le sens du poil. Pourquoi ? Kabila est l’homme qui signe des contrats léonins qui ruinent le Congo mais qui font le bonheur des oligarques anglo-américains. Il vaut donc mieux se taire sur les massacres pour ne pas énerver l’homme qui permet aux multinationales d’engranger des profits faramineux et aux mafieux de tous poils de dissimuler les bénéfices tirés du pillage du Congo dans des paradis fiscaux. Et il y en a pour toutes les filières : du cuivre, du cobalt, du diamant, de l’or, du pétrole, de la cassitérite, du coltan (pour nos téléphones portables), de l’uranium, du manganèse, du zinc, du platine, de la bauxite, du bois, des terres agricoles,… bref le paradis pour toute personne qui rêve de faire fortune en se contentant de tuer des populations. Impunité garantie ! Et du monde se bouscule aux portes de Kabila. Donc, silence, on tue…

La révolte des macchabés

Seulement voilà. Puisque les vivants ne veulent pas dénoncer le massacre, alors les morts vont parler à la place des vivants. Ils ont beau être traités d’« indigents » par le régime[4], ils ont un message à faire entendre et ils n’ont plus rien à perdre. Ainsi cette nuit du 19 mars, des cadavres de trop vont être jetés, comme d’habitude, dans une fosse commune. Comme des immondices. Les escadrons de la mort du régime sont sans doute exténués à force de tuer et de se trimballer toute ces années avec de macchabés. Ils vont donc les jeter là, à la sauvette et repartir tellement il y a du boulot. Sauf que la terre congolaise n’en veut plus. Six millions de morts, c’est assez ! Mais que vont donc faire ces cadavres que la terre refuse ? Les macchabés n’ont pas le choix. Ils doivent « manifester » pour se faire entendre.

Une odeur nauséabonde va se répandre sur la commune de Maluku. C’est leur seule façon de s’exprimer. Le « message » et entendu à 100 % par les riverains, « les vivants », ou plutôt les « survivants » du régime sanguinaire. Comme tout Congolais, les habitants de Maluku savent qu’ils ne doivent surtout pas dénoncer les « manifestants » auprès des autorités. Au Congo on tue les manifestants. Les 425 « manifestants » d’outre-tombe risquaient une seconde mort (incinérés ou coulés dans le fleuve ?...). Non, il faut protéger ces braves « compatriotes ». Les Congolais (les vivants) vont donc se confier à la Monusco, la Mission des Nations Unies au Congo. Excellente initiative ! Depuis, le cri des morts du Congo a été entendu à travers le monde. De nombreux analystes estiment que les gémissements et les larmes du peuple congolais ont enfin été entendus et vus. Et que le régime de Joseph Kabila court à présent à sa perte. Peu importe.

Au moins ici se réalise de la plus remarquable des manières une sagesse africaine que nous enseigne Birago Diop[5] : « les morts ne sont pas morts ; ceux qui sont morts ne sont jamais partis ». Et ils sont revenus à Kinshasa pour le faire savoir. La révolte des macchabés !

Boniface MUSAVULI

 

[1] JJ Wondo, « Les corps des ‘’indigents’’ qui enterrent le contrat républicain de Kabila avec les Congolais ? », desc-wondo.org, 10 avril 2015.

[2] Ibidem.

[3] La dernière loi d’amnistie en date a été promulguée par le président Kabila le 11 février 2014. Elle assure l’impunité aux membres du M23 pourtant responsables d’innombrables crimes (bombardement de Goma, massacre de Kiwanja,…) d’être à l’abri de poursuites judiciaires. Le régime a commencé à les ramener au Congo à bord d’avions du gouvernement. Pour les intégrer dans les institutions.

[4] Le vice-ministre de l’Intérieur, Evariste Boshab, a utilisé le terme « indigents » pour qualifier les 425 cadavres entassés dans la fosse commune de Maluku.

[5] Birago Diop, Le souffle des ancêtres, Recueil leurres et lueurs, Ed. Présence africaine, 1960.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Papaye 16 avril 2015 16:28

    6 millions de morts !
    On peut donc dire que c’est un génocide, non ?
    Pourquoi le pape n’en parle pas, de celui la ?
    Pourquoi nos députés ne se mobilisent pas pour la reconnaissance de celui la ?
    Et pourquoi .........

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès