Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > RDC : Démission du président de l’Assemblée nationale : L’homme (...)

RDC : Démission du président de l’Assemblée nationale : L’homme fort du PPRD

Comme disait le Président de la République Démocratique du Congo : Joseph Kabila Kabange, les instutions restent et les hommes sont remplacables.. Voici venu le temps pour Vital Kamerhe de démissionner. Serait-ce vraiment une déstitution ou une démission ? Je pense qu’il faut laisser passer le temps pour en savoir un peu plus.

Démission du président de l’Assemblée nationale

 

Le président de l’Assemblée nationale congolaise, Vital Kamerhe, en décembre 2006.
(Photo : Georges Tamba/AFP)

Le président de l’Assemblée nationale congolaise a finalement cédé et démissionné. Depuis une semaine, les députés de l’Alliance de la majorité présidentielle (AMP) exigeaient le départ de Vital Kamerhe. Il avait vivement critiqué l’entrée de troupes rwandaises dans le pays, fin janvier. Kigali et Kinshasa avaient alors mené une opération militaire conjointe dans le Nord-Kivu contre les rebelles congolais du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) de Laurent Nkunda et contre les rebelles hutus rwandais, réfugiés en RDC depuis le génocide au Rwanda de 1994. « Je vous prie d’accepter ma démission sans débat ni vote », a déclaré Vital Kamerhe dès l’ouverture de la séance plénière du parlement de Kinshasa.

Congo-Kinshasa : le président du Parlement démissionne après avoir critiqué l’accord avec le Rwanda

Le président du parlement de la République démocratique du Congo (RDC), Vital Kamerhe, a démissionné mercredi, deux mois après avoir dénoncé la décision du gouvernement d’autoriser les troupes rwandaises à pénétrer sur le territoire congolais pour traquer les milices hutues dans l’est du pays.

Sa démission intervient à la veille de la visite du président français Nicolas Sarkozy, qui doit rencontrer le président Joseph Kabila et s’exprimer devant le Parlement.

Depuis ses critiques de l’accord conclu par le président Joseph Kabila avec le Rwanda, ennemi de longue date, pour des opérations militaires conjointes dans le Nord-Kivu, Vital Kamerhe faisait l’objet de pressions de son parti et d’une majorité de parlementaires qui le poussaient à démissionner.

Dans un discours annonçant sa démission, Vital Kamerhe a rappelé que le 21 janvier dernier, au début des opérations conjointes des armées rwandaise et congolaise au Nord-Kivu, il avait dit à la radio Okapi ne pas en être informé. Il avait ajouté que si ces informations étaient vraies "ce serait grave".

Vital Kamerhe avait expliqué n’avoir pas été consulté et y être opposé pour éviter des pertes civiles. Une opération similaire menée plus au nord par les troupes ougandaises à la même époque avait provoqué des violences meurtrières massives de rebelles ougandais qui avaient fait plus d’un millier de morts dans la population civile.

"Cette déclaration a été mal appréciée par ma famille politique qui a estimé que j’avais commis un crime de lèse-majesté, car je venais, semble-t-il, de contredire le chef de l’Etat, chef de ma famille politique", a-t-il déclaré.

Il a ajouté avoir été victime depuis d’une "forte campagne de diabolisation" et d’"injures gratuites". "C’est pourquoi, je vous prie de bien vouloir accepter ma démission sans débat, ni vote".

Les troupes rwandaises ont quitté le territoire congolais en février après une opération d’un mois qui a vu les anciens ennemis jurés s’unir provisoirement pour lutter contre les vestiges des milices hutues accusées d’avoir orchestré le génocide rwandais du printemps 1994.

Kigali a longtemps accusé Kinshasa d’abriter ces milices et avait envahi la RDC à deux reprises dans les années 90 plongeant le pays dans la guerre.

L’accord entre Kigali et Kinshasa a marqué un tournant. Pour les observateurs, le régime de Joseph Kabila s’y est résigné en partie parce que le Rwanda promettait d’arrêter le chef de guerre Laurent Nkunda, à la tête de la principale milice tutsie alliée à Kigali. Il a été arrêté fin janvier par l’armée rwandaise, deux jours après l’entrée de quelque 4.000 soldats rwandais sur le territoire de la RDC.

 


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Rangot Rangot 1er avril 2009 23:49

    « Vital Kamerhe, son sort est scellé ». C’est en ces termes que quelques membres de l’Alliance de la majorité présidentielle (AMP) résument la vague des démissions qui s’observent au sein du bureau de l’Assemblée nationale. Des noms sont même cités pour combler le poste déclaré vacant. Mais, au-delà des guerres d’intérêts qui, généralement, sonnent le glas de Vital Kamerhe, il y a tout de même un parallélisme entre la « chasse à Kamerhe », l’éviction de Mgr Laurent Monsengwo Pasinya à la tête du haut conseil de la République-Parlement de transition en 1996 et celle d’Olivier Kamitatu Etsou à la tête de l’Assemblée nationale en 2006. Apparemment, les présidents de Parlements en RDC, plus ils prennent de l’ampleur, plus ils sont victimes des intérêts qu’ils gèrent.

    LE MALHEUR DES PRESIDENTS DE PARLEMENTS

    Mais, pour quelles raisons finalement les partis politiques congolais sont-ils parfois amenés à déposer, au rythme de désaveu, les présidents des Parlements qu’ils ont eux-mêmes placés ? Pour des raisons d’opportunité, répond-t-on. Toujours est-il que le malheur des présidents de Parlements, c’est que plus ils s’affirment et s’imposent sur la scène politique, en devenant incontournables et même encombrants, plus ils gèrent des intérêts complexes et finissent par en faire les frais parce que, bien souvent, sacrifiés sur l’autel des intérêts politiques divergents.

    Ainsi donc, après avoir assisté, en tant que jeune turc, à l’éviction de Mgr Monsengwo à la tête du HCR-PT en 1996 et, en sa qualité de secrétaire général du PPRD, à celle d’Olivier Kamitatu en 2006, M. Vital Kamerhe expérimente aujourd’hui la même voie à la tête de la chambre basse du parlement issu des élections de 2006. Comme quoi, l’histoire est un éternel recommencement.

    Je lis un peu trop car vous ne vous....


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès