Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Réfugiés Urbains à Tokyo

Réfugiés Urbains à Tokyo

250 sans emplois se sont réfugiés dans le parc public d’Hibya au lendemain des fêtes de l’an. Le flot de personnes mises à la porte qui a suivi a contraint les autorités à ouvrir un batiment ministériel pour les accueillir temporairement. La conjugaison de certaines faiblesses risque de faire passer le Japon par une situation de crise agravée.

Crise financière

Lors des crashs d’avion, il est rare qu’une seule cause produise l’accident. Problème de réacteur + de voyant + de control et voici l’inévitable. En économie, c’est à peu près la même chose. Cette crise financière que nous connaissons depuis quelques mois est en train de muter comme bon nombre d’experts l’ont analysée. Au Japon, elle prend une tournure radicale.

 Le jour de l’an est sacré au Japon, Noël n’est pas fêtée. Durant cette (longue) période de repos, 6 jours, la télé nous abreuve comme dans tous les pays de programmes lobotomisant. Si bien que les informations sérieuses n’ont pas leur place au milieu des festivités. Mais toute chose a une fin. Le réveil du Lundi 5 Janvier s’est fait brutalement sur toutes les chaînes de télévision. 250 personnes ont dormi dans le parc public d’Hibya cette nuit là. En fait, le flot a continué de grossir si bien qu’ils ont ouvert une salle publique dans un ministère pour recevoir temporairement ce tsunami humain, première vague d’un désastre annoncé.

Crise démographique

 La parabole de l’avion n’est pas un exercice de style dans ce texte. Le Japon a un énorme problème de mutation. Sa population est en diminution, c’est à dire qu’il y a plus de morts que de naissances [1] depuis le milieu de l’année 2006. Mais cette population qui devrait avoir une retraite décente au regard des efforts qu’ils ont produits pour relever le pays au lendemain de la seconde guerre mondiale se voit dépossédée. Le ministère les a informés dans un premier temps que leurs données s’étaient volatilisées suite à une perte lors des transferts de données en mode informatisé. Ensuite, les assureurs ont réussi à faire passer l’arrêt de couverture maladie mutualisée à partir de 75 ans. Inutile de vous préciser que le Japon détient une durée de vie parmi les plus longues dans le monde. Jean François Etienne[2] présentait cette mutation en 1999 de la façon suivante : « Comme l’Allemagne ou la France, le Japon a toujours privilégié la mutualisation des risques sociaux via l’État-Providence (référence bismarckienne) à la prise de risque individuelle (vision darwinienne). Face à l’accroissement des déficits, les autorités ont décidé de rompre avec la doctrine bismarckienne qui évitait au salarié la prise de risques financiers. La réforme de 1999/2000 qui introduit le système de la cotisation définie est donc une véritable révolution culturelle. » Dans ce nouveau mode de capitalisation, le système financier prend une place considérable. Voici donc le lien qui nous préoccupe aujourd’hui. Lorsqu’une économie a fait le choix massif de la capitalisation faute de natalité suffisante, elle reporte le risque sur la population, et en l’occurrence les plus faibles. Comme si cela ne suffisait pas, le Japon n’a pas de politique d’immigration. Bien au contraire, parce qu’il s’agit d’un archipel qui l’isole naturellement, pour son histoire assez récente dans le monde moderne (nous venons de fêter les 150 ans des relations Franco Japonaises) , le Japon n’a pas, comme la France une histoire d’immigration. La position géographique de la France joue un rôle majeur dans le brassage des populations. Il suffit de prendre le métro à Tokyo pour se rendre compte de la quasi absence de mixité culturelle. Le salut ne viendra donc pas de ce côté ci.

Nouveaux modes de consommation

Le plus frappant désormais dans ce Japon où les sacs LV sont d’un commun, ce sont les nouvelles enseignes moyen bas de gamme. Les boutiques à 100 yens populaires depuis plusieurs années connaissent un essor considérable. Par leur nombre, mais également par le choix qu’elles proposent. De la quincaillerie aux meubles en kit, elles viennent de passer un pas en proposant des aliments instantanés et frais. Pour des produits estampillés Made in China, on pouvait s’attendre à une réticence du consommateur Japonais. Que nenni. Le commerce suit bien évidemment les tendances de la société, en plus de s’adresser à la frange pauvre de la population, les boutiques à 100 yens (one coin shop) proposent pléthore d’ustensiles pour personnes âgées. Cannes bien évidemment, systèmes pour ouvrir des conserves facilement, pour ouvrir des tiroirs et pour arrêter cette liste gérontologique, le haricot se trouve juste à côté des guirlandes de noël.

Perspectives

La dernière décade a vu le Japon traverser une crise grave. Beaucoup de spécialistes ne donnaient pas cher pour un redémarrage de l’économie, au moins avant de longues années. Ce type d’analyse est sans compter sur la mentalité Japonaise. C’est la ressource que nous Français devrions leur envier le plus. Leur implication à chaque travail alloué, leur précision, leur rigueur du début à la fin de la chaîne de production renvoie une idée de froideur ordonnée et efficace. La plainte de la rue lorsqu’elle existe dans l’empire du consensus est le signe qu’il est déjà trop tard. Mais dans un système social, spirituel et culturel où le recommencement est en rythme perpétuel, le trop tard n’appartient qu’au passé révolu et ne présage qu’une renaissance. Si bien que certains journalistes Japonais ne peuvent s’empêcher de terminer sur une note positive. Par cette crise qui met à la rue de nombreuses personnes, on retrouve l’humain à travers l’aide de volontaires venus porter secours aux réfugiés urbains. Si au moins nous pouvions tirer des leçons et agir en conséquences dès maintenant ?

Conclusion

Nous entrons dans une turbulence où les plus faibles vont laisser des plumes sinon leur vie. Les gens que nous retrouvons à Hibya ne sont qu’une résurgence de la pauvreté cachée ces dernières années. Les travailleurs pauvres sont les premiers au chômage. Au pays naguère de l’emploi à vie, la donne est radicalement différente en ce début d’année. La période de Sumo va reprendre, il y a ce matin un long programme sur les incendies urbains en cette période hivernale sèche et nous attendons la floraison des « sakura[3] » avec impatience.



[2] président de l’Association franco-japonaise pour l’étude des retraites

(AFJER), L’avenir des retraites au Japon, 1999.

 

[3] Cerisiers en fleur, présents dans les temples Japonais, appréciés par les touristes pour leur beauté, par les Japonais pour la brièveté des fleurs, métaphore de la vie et de son recommencement. L’éclosion, le rayonnement puis l’envol des pétales emportés par le vent.


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 janvier 2009 10:21

    Ca alors !

    à l’autre bout de la chaine qui commence par ces hordes de miliciens agglutinés, l’arme à l’épaule, à l’arrière de pick up Toyota traversant les pistes des villes africaines à fond, il y a les couloirs de l’Onu et les camps de réfugiés entourés par des personnels arrivant en groupes et sortant de leurs rangées de 4 X 4 Toyota. D’un bout à l’autre de la planète, et sur toutes les chaines télévisuelles du monde, on ne voit qu’eux.

    Si ceci ne suffit pas à garantir l’économie de ce brillant pays, on a donc du mouron à se faire, d’autant plus qu’il n’y a qu’eux qui ont anticipé la fin de la dépendance au pétrole dans le transport avec la naissance réussie de l’hybride, il y a déjà dix ans !

    Le Japon, pays de plus de cent dix millions d’habitants, est la deuxième puissance économique mondiale avec 8,05 % du PIB mondial (4 376 milliards de dollars), selon les chiffres de la Banque mondiale en 2007. Elle se situe derrière les Etats-Unis mais devant l’Allemagne et la Chine.


    • Citrouille belkacem olivier 13 janvier 2009 14:10

      Lisa Sion, votre remarque est très juste, n’oubliez pas qu’on disait de l’URSS qu’elle était la seconde puissance dans le monde (militaire mais on sous entendait économique et politique). Je vous accorde que l’aspect économique a vite été démasqué. En ce qui concerne le Japon, sa force n’est pas dans ce qu’on voit, mais plutôt dans ce qu’on ne voit pas, une mentalité à toute épreuve. Mais le souci est le vieillissement de la population. Vous avez beau être innovant, dynamique, investir massivement en R&D, la jeunesse demeurre une richesse primordiale pour un pays. Ici, lorsqu’on allait chez le pédiatre dans les années 80, il fallait faire la queue et s’enregistrer sur une liste d’attente. Aujourd’hui, vous êtes tout seul dans la salle d’attente. Parcontre à l’hôpital, et je n’en ai pas parlé dans l’article, c’est choquant, vraiment. Il n’y a que des vieux, et les 4x4 toyota sont bien loins.


      • FYI FYI 13 février 2009 13:46

        De plus en plus de personnes âgées au Japon commettent volontairement des délits afin d’être pris en charge par la justice ...
        Ainsi en prison, ils ont un toit, chauffé, 3 repas par jour et blanchi, ce que ne propose pas la société pour ces personnes !
        Attention ceci n’est pas du cynisme ............. mais un fait !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès