Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Refuser absolument la profanation de la mémoire de Sylvanus (...)

Refuser absolument la profanation de la mémoire de Sylvanus Olympio

La dernière chose qu’un peuple puisse accepter de perdre est l’honneur. Dans la longue liste que l’on peut consacrer à ce mot, il existe la fierté de compter des hommes de qualité ou d’en avoir eu au sein de l’histoire de son peuple. Dans le parcours de l’appendice colonial que demeure le Togo, Sylvanus Olympio figure en bonne position. Patriote et humaniste, ce grand homme a fortement contribué à l’érection d’un esprit indépendantiste et panafricaniste au Togo. Froidement assassiné le 13 janvier 1963 par la France et son allié américain à travers les seconds couteaux, dont Eyadema Gnassingbe, la dépouille de Sylvanus Olympio repose aujourd’hui à Agoué, en territoire béninois

Malgré que le repos du corps du combattant de la liberté n’ait pas été autorisé sur la terre pour laquelle il a été tué, malgré la profanation systématique de sa mémoire de la part de ses bourreaux, ainsi que la suppression de son nom des manuels d’histoire du Togo depuis une cinquantaine d’années, son âme et ses idées restent encore présentes dans tous les esprits. Depuis quelques années, plusieurs voix se sont élevées pour demander le rapatriement de la dépouille de l’homme, ainsi que l’organisation de funérailles dignes de son rang. Aujourd’hui, Faure Gnassingbe - en quête d’un sujet véritablement populaire - semble avoir perçu cet écho et tente de s’accaparer la mémoire du martyr à des fins plus politico-médiatiques et électoralistes que sincères. Dans ce qu’il a appelé les « vœux à la Nation », il annonçait que son régime allait « se mettre en relation avec la famille, et prendre les dispositions nécessaires pour le retour au Togo des restes du président Sylvanus Olympio, premier président du Togo, afin que la Nation lui rende les honneurs dus à son rang ».
 
Pourquoi subitement une telle bonté de la part d’un fils-à-papa imposé à la tête du Togo ? Conscient de n’avoir jamais reçu l’onction populaire et de n’avoir pas non plus réussi à gagner la sympathie des Togolais sinistrés, Faure Gnassingbe cherche l’action grandiose. Un acte qui puisse, espère-t-il, lui servir de caution dans un futur proche.
 
En vérité, cette opération est une récupération démagogique et malsaine qui s’inscrit dans un vaste plan de communication pour justifier la fraude électorale en préparation. A la veille de ce nouveau hold-up, orchestré par les cellules françafricaines et avec le soutien de la Chine, la stratégie consiste à justifier une bénédiction populaire par tous les moyens. Conscient du souhait émis de façon unanime par le peuple togolais, de voir les restes de leur digne fils revenir au pays, les services de communication ont recommandé à leur pupille d’abonder dans ce sens. Ainsi, lorsqu’il aura annoncé ce projet, il aura le profil d’un rassembleur, d’un homme au diapason du peuple et d’un dirigeant réconciliateur. Il vendra donc cette image aussi bien à l’intérieur qu’à l’international.
 
Mais ce coup-là ne doit pas passer. Et cela doit être clair, ferme et définitif. Parce qu’il est inacceptable qu’un homme de la trempe de Sylvanus Olympio puisse être récupéré par Faure Gnassingbe, anti-modèle par excellence et incarnation de tout ce contre quoi Olympio s’est battu jusqu’à la mort. Cette opposition, nous devons la construire de façon systématique car, le but de la manœuvre n’est pas de réhabiliter le panafricaniste, mais bien de le souiller et de lui faire jouer un rôle qui n’est pas le sien : la couverture d’une victoire volée et une fois encore le viol d’un peuple.
 
Faure Gnassingbe, qui tente visiblement de capter l’aura du personnage pour savourer une victoire qu’il n’aura jamais remporté en réalité, n’est pas digne de s’approcher de Sylvanus Olympio. Lui qui n’est pas l’émanation du peuple, a massacré des centaines de personnes à son accession au pouvoir en 2005, et en a envoyé des dizaines de milliers d’autres en exil. Il est la continuation du colonialisme qui a liquidé Sylvanus Olympio et son projet d’émancipation du Togo. Ce pseudo-hommage, du vice à la vertu, n’est ni plus ni moins qu’une provocation supplémentaire. Les restes de Sylvanus Olympio sont l’une des rares richesses qui n’aient pas encore été extorquées à ce peuple. Il faut donc les préserver.
 
S’il est exact de dire que Faure Gnassingbe n’est que le fils d’un des exécuteurs d’Olympio, et que par conséquent nul ne peut lui imputer la responsabilité des actes de son feu-père, il n’en demeure pas moins juste d’affirmer que le fils avance jusqu’ici dans les traces de son géniteur, à qui il doit d’ailleurs ce qu’il est aujourd’hui. De surcroît, Faure Gnassingbe et sa bande de ménestrels continuent en toute tranquillité de célébrer avec faste le 13 janvier, date anniversaire de l’assassinat de Olympio, qui fut instaurée et imposée par Eyadema Gnassingbe comme une « libération nationale ». Cette même logique d’intervertir les bornes de l’Histoire, et de brouiller volontairement les évènements, se retrouve aujourd’hui chez le successeur de « papa Eyadema », qui avait décidé cyniquement de faire resurgir la date du 27 avril longtemps bannie, comme « jour de l’Indépendance ». En donnant le sentiment de s’inscrire dans la « convention collective » du 27 avril, Faure Gnassingbe fait d’une pierre deux coups. Il célèbre par la même occasion et discrètement sa propre arrivée au pouvoir par le biais d’un sanglant braquage électoral.
 
Alors que sa présence au pouvoir est justement le symbole-même de la non-indépendance du territoire togolais, et de son ancrage dans les méandres de l’a-souveraineté la plus humiliante, Faure Gnassingbe pousse le mépris à son paroxysme pour actuellement travailler à la célébration de ce qu’il nomme « le jubilé d’or » en avril prochain, se persuadant qu’il aura été le vainqueur du sinistre attrape-nigauds de février 2010.
 
Les Togolais n’ont plus rien. Tout leur a été volé et confisqué. Tout a été souillé. La seule chose qui leur reste de la période de la lutte pour l’indépendance, c’est la dépouille de Sylvanus Olympio. Et elle doit rester intouchable. Surtout, elle ne doit pas être instrumentalisée par un régime sans scrupules qui incarne le prolongement de tout ce qu’a combattu ce vaillant homme, dont la valeur inspire aujourd’hui beaucoup de jeunes, à qui pourtant il a été dissimulé depuis bientôt 50 ans. D’ailleurs, Sylvanus Olympio, n’appartient plus uniquement ni à la famille Olympio, ni aux Togolais. Il fait bel et bien partie du patrimoine collectif africain, que les héritiers consciencieux des grands hommes africains assassinés cherchent aujourd’hui à reconstituer, alors qu’il a subi d’énormes dégâts depuis des siècles de domination, y compris de la part de la nouvelle génération de régisseurs coloniaux dont fait partie Faure Gnassingbe. Tous les africains éveillés doivent en toute logique se sentir concernés par cette récupération malsaine annoncée au Togo. Sinon, il s’agirait d’une incapacité collective à identifier ce qui est de notre patrimoine commun. Laquelle incapacité autorisa un tyran assassin à l’instar de Mobutu d’anéantir Lumumba avant de se permettre de l’humilier davantage en l’élevant au rang de Héros National. La même incapacité n’a-t-elle pas joué à propos de Félix Moumié dont dépouille été volée en 2004 en Guinée sous les ordres de Mvondo Paul Biya et de Pierre Mesmer dans une indifférence absolue ?
 
Encore une fois, Faure Gnassingbe en compagnie de ce qu’il appelle son « gouvernement », n’est pas du tout qualifié en ce qui concerne la réhabilitation de l’ancien président. Il est même disqualifié d’office quant à l’organisation de cette œuvre d’une très haute portée historique. En outre, à travers l’idéal panafricain qui était le sien, la terre béninoise est aussi la terre de Sylvanus Olympio. Il peut dormir là en attendant que triomphe la lutte pour laquelle il est tombé. Et une fois la véritable indépendance du Togo concrétisée par un minimum de réalisations - un gouvernement issu du choix populaire, l’éjection du franc CFA, l’endiguement du pouvoir de nuisance français au Togo et un début de satisfaction des besoins primaires du peuple togolais à travers d’une agriculture modernisée comme moteur de base - eh bien, à ce moment-là seulement, on pourra rapatrier la dépouille de Sylvanus Olympio et lui offrir les honneurs dus à son statut avec le soutien de tous ceux qui travaillent pour l’avènement d’une Afrique unie, affranchie et répondant aux vrais besoins de ses enfants. A ce moment-là aussi, il sera enseigné dans les écoles, son nom sera gravé sur le fronton de certaines infrastructures (écoles, universités, aéroports, rues, stades, etc.), des monuments seront érigés en sa mémoire, ces discours seront vulgarisés au travers des médias publics, et les témoins de son époque pourront enfin avoir la parole et raconter ce qu’a été le mouvement vers l’indépendance interrompu dans la violence le 13 janvier 1963.
 
Cette époque fera ressortir des noms que le colonialisme et ses adeptes locaux ont enfouis. Ces héros de la nuit vont ressurgir, et leurs noms seront apposés aux rues et autres avenues et boulevards, qui jusqu’ici ne font que l’apologie de ceux qui en réalité ont tué la volonté d’éclosion de notre peuple. Un peuple qui a été réduit en hommes et femmes éclopés, privé depuis lors de son histoire, la dénaturant tout en lui cachant la vraie version.
 
Laisser Olympio aux bons soins des bras locaux du néocolonialisme, c’est accepter d’être complice de son second assassinat. En participant ainsi à son injure, nous verrions la perte définitive du peu de l’honneur qui nous reste. 
 
 
07 janvier 2010
Rodriguez
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Rodriguez


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès