Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Relations intercoréennes : même pas peur !

Relations intercoréennes : même pas peur !

La tension monte entre les deux Corée et peu sont capables de dire aujourd’hui jusqu’à quel point cela va aller. La guerre ? Sûrement pas. Un « lâché atomique » ? Il faudrait que la Corée du Nord sache viser (nombreux tests de missiles ratés au cours des dernières années) et surtout que leur bombe soit fin prête. Des frictions en Mer Jaune ? Nul ne saurait le dire. Des menaces inutiles ? Sans l’ombre d’un doute.

Comme d’habitude, dans l’hexagone comme dans les autres pays occidentaux, l’image qui est renvoyée de la situation entre les deux Corée est bien différente de la réalité. Demandez à un Coréen ce qu’il pense de l’actualité intercoréenne et s’il a peur. Réponse : non, pourquoi ? Si sur le début de la deuxième moitié du 20e siècle (1953-1985) les Coréens vivaient toujours avec une certaine crainte de la Corée du Nord, aujourd’hui, ce n’est plus vraiment le cas.
 
Depuis le début de la crise intercoréenne qui est née avec le « torpillage » d’un navire sud-coréen par le Nord (conclusion de l’enquête sud-coréenne), vous n’avez pas vu de Séouliens aller acheter des sachets de pâtes instantanées et prendre la route pour le Sud, histoire de fuir le 38e parallèle. Certes, certains Coréens (pour la plupart des hommes qui ont terminé l’armée et qui n’ont pas l’âge de reprendre le service en cas de guerre) vous diront qu’il « faut déclarer la guerre car il n’y a aucun doute concernant le pays qui en sortira victorieux ». Il faut les comprendre. Ils n’ont jamais connu une telle assurance depuis la fin de la guerre. Mais d’une manière générale, les Coréens vivent tout à fait normalement, sans crainte particulière.
 
Depuis ce weekend, c’est un échange d’annonces qui se joue entre le Sud et le Nord. Entre Hillary Clinton qui vient mettre son grain de sel avec un passage à Pékin, le président Lee Myung-Bak qui se dit se trouver dans une position de self-défense, Barack Obama qui supporte les décisions qui seront prises par l’administration sud-coréenne et la Corée du Nord qui menace de tirer sur les bateaux qui se rapprocheront trop prêt de la frontière maritime… le concert géopolitique de menaces continues vient juste de commencer. Prenez place !
 
Dernière menace en date : la Corée du Nord tirera sur les haut-parleurs sud-coréens positionnés à la frontière si ceux-ci sont utilisés à des fins propagandistes. La guerre psychologique de la propagande par haut-parleurs interposés avait pris fin en 2004 d’un commun accord. Le ministre de la défense Kim Tae-Young a déjà annoncé que de nouvelles mesures seraient prises en cas de tirs nord-coréens sur les installations sud-coréennes.
 
Du côté nord-coréen, on se défend toujours concernant le naufrage du navire Cheonan en Mer Jaune. Le gouvernement du « Cher Leader » se dit même prêt à envoyer une commission d’experts pour analyser l’épave du vaisseau. Dans les médias nordistes, comme le Rodong Sinmun, on dénonce la volonté de faire porter le chapeau au Nord pour distraire l’attention du peuple concernant les élections locales qui ont lieu très prochainement. Kim Jong-Il voit rouge. Ne lui parlez pas de « nucléaire ». Pour le ministre des affaires étrangères, le programme nucléaire ne sera jamais abandonné, clamant le droit du pays à détenir autant de moyens de dissuasions nucléaires qu’il le souhaite.
 
La situation est encore bien loin de se débloquer. Reste à savoir si le fait de couper les vivres à la Corée du Nord permettra ou non de se faire entendre. La Chine ne semble pas vouloir choisir officiellement son camp et n’ira certainement pas chercher les problèmes en annonçant un total support à la dictature nord-coréenne. L’Empire du Milieu a un business à faire tourner tout de même ! Tout devrait se jouer discrètement, avec des rencontres bi et multilatérales entre les principales parties concernées. Après la rencontre sino-américaine du weekend, Séoul attend des envoyés spéciaux chinois avant la rencontre entre Lee Myung-Bak et Wen Jia-Bao vendredi.
 
Bienvenue en Corée du Sud

Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • morice morice 25 mai 2010 10:30

    Du côté nord-coréen, on se défend toujours concernant le naufrage du navire Cheonan en Mer Jaune. Le gouvernement du « Cher Leader » se dit même prêt à envoyer une commission d’experts pour analyser l’épave du vaisseau. 


    on lui refuse pour l’instant....

    • Pegasus Pegasus 27 mai 2010 19:02

      Réjouissez-vous, Medvedev envoie les siens :

      http://fr.rian.ru/world/20100526/186772310.html

      Sur proposition de Séoul même. Sacrement sûr de leurs analyses, les Sud-Coréens


    • katalizeur 25 mai 2010 11:17

      @ tous bonjour....

      il est etonnant qu’on nous sorte cette histoire de « torpillage » maintenant... ?

      cette affaire a été magnifiquement traitée par morice......encore une imposture de plus de la part de etasuniens...

      mais que c’est il passé pour qu’ils ( les etasuniens) nous ressortent cette affaire ..... ????

      petit rappel : le bresil, la turquie et l’iran trouve un accord sur le nucleaire iranien...une sortie de crise en quelque sorte....mais cette sortie de crise les etasuniens et l’izrael n’en veulent pas...il leur faut de nouvelles sanctions contraignantes pour pousser l’iran a la faute.....

      donc petit cadeau a la russie, lever de sanction a l’encontre de trois sociétés d’armement russe et petite ( grosse) crise aux portes de la chine pour faire pression sur l’autre laron disposant du veto.......le pouvoir de nuisance des etasuiens- sionistes - sataniste et criminel est encore intacte malgres les problemes financiers......suite et commentaire moins confus dans la journée....là le travail m’attend...


      • Nho 25 mai 2010 16:09

        Ça semble plausible. J’attends la suite


      • Pegasus Pegasus 25 mai 2010 12:50

        Selon toutes les personnes auquel j’ai parlé, la réaction du Nord ne devrait pas dégénérer au-delà des provocations verbales ayant actuellement lieu. Aucun acteur ne veut la guerre en Corée.
        Dans un premier temps, l’affaire a beaucoup gêné le gouvernement du Sud. Il montrait son indécision, son absence de substance derrière sa politique plus dure vis-à-vis de son voisin du Nord. C’est pour celà qu’il a tant tergiversé avant de soutenir en public la thèse de l’attaque à la torpille.

        Il avait en fait besoin du soutien clair des USA et de l’ONU, soutien qu’il a obtenu en mettant en place une commission internationale, dont les conclusions ont été soutenu par le Secrétaire géneral de l’ONU, et plus important, non formellement démenties par la Chine. Ayant isolé le Nord, la Corée du Sud pousse maintenant son avantage.

        A part crier au complot, KimJong-Il peut difficilement faire autre chose que jouer les gros bras et enchainer les déclarations grandiloquentes. Une seconde provocation, comme un essai nucléaire (ne pensons même pas à l’attentat genre KAL-858 complètement impensable à rééditer dans ce contexte) lui ferait à quasi-coup sur perdre le soutien de la Chine. Au pire assistera-t-on à quelques tirs de missiles balistiques de type Taepodong destiner à rappeler les capacités du Nord, mais c’est là encore peu probable.

        Sur le plan militaire, l’incident ne semble pas avoir causé de changement dans le déploiement militaire terrestre ou aérien Sud-Coréen ou Américain, mais se sont élevé des critiques internes contre la volonté de Séoul de se doter d’une marine océanique basé sur les destroyer KDX-III et -II à plusieurs milliards de dollars et de négliger la menace de la poussière navale Nord-Coréenne, qui ne nécessiterai que des frégates légères FFX, bien moins couteuses. Quand aux USA, le groupe du porte-avions USS Washington à Yokosuka n’a même pas été mis en état d’alerte pour ne pas alimenter les tensions, signe de la volonté d’apaisement de la Maison Blanche. Le (très) couteux programme LCS a quand à lui été (une fois de plus) mise en accusation quand à sa puissance de feu, voire son utilité simple dans ce type de situation. Il faut dire que l’état déplorable de l’armée Nord-Coréenne est difficilement le bon argument pour faire valoir des programmes onéreux, et encore plus si ceux-ci se révèlent vulnérable même à des adversaires contre lesquels ils sont sensé dominer largement.


        • Rough 25 mai 2010 14:01

          Ce n’était pas une torpille nord-coréenne mais des balannes explosives....le grand reporter momo l’a démontré dans un magnifique article paru ici-même il y a quelques jours.....Très dangereux les balannes explosives !


          • Philou017 Philou017 25 mai 2010 17:53

            L’enquête conclut à une explosion de torpille (ou quelque chose de similaire), ce qui parait vraisemblable, et le rapport se conclut par, désignant une torpille Nord -coréenne :
            There is no other plausible explanation.

            Or les preuves me paraissent faibles concernant la culpabilité Nord-Coréenne.

            - on a trouvé du RDX sur l’épave. ca ne veut strictement rien dire. Des tas de torpilles ont utilisé le RDX.

            - On a trouvé des petits fragments à proximité de l’épave, semblant ne pas provenir de celle-ci : ca ne prouve rien

            - on a trouvé des restes de torpille, et pas n’importe quoi : des parties entières et....intactes :
            http://english.chosun.com/site/data/html_dir/2010/05/21/2010052100466.html

            Il faut savoir que ces pièces ont été récupérées par des chalutiers (! ?), envoyés spécialement sur zone pour draguer les fonds.
            Elles n’ont donc pas été trouvées à proximité des 2 morceaux du bateau, sur lesquelles on avait pourtant envoyé des plongeurs. Pourquoi ces morceaux se trouvaient-ils à une certaine distance de l’épave ? Comment se fait-il qu’ils soient en si bon état après l’explosion ? ils ne sont quasiment pas déformés, pas de traces de l’explosion. Des torpilles en acier massif ?
            Cela ressemble à des restes d’une torpille n’ayant pas explosé.
            Seule la marque écrite à la main avec un marqueur prouverait qu’il s’agit une torpille Nord-Coréenne car écrite en Hangeul. Tout cela est assez étrange.

            On remarquera d’autre part, que très tôt des experts Américains participent à l’enquête. Plus tard on fera appel à d’autres experts australiens, britanniques et suédois, et plus tard encore quelques Canadiens. Cette commission présentée comme internationale, est en fait une commission formée d’experts de pays de l’Otan proches des Etats-UNIS (sauf la Suède).
            Pas de Russes, de Chinois, d’Indiens, de Brésiliens, par exemple.
            Cette manœuvre faisant appel à une commission d’experts extérieurs parait plus destinée à prouver quelque chose au monde extérieur, qu’à solidifier l’enquête. Si les Sud-coréens étaient sûrs de l’attaque Nord-Coréenne, quel besoin de faire appel à des experts extérieurs ?

            D’autre part, il faut prendre en compte certains éléments propres à la Corée. Le gouvernement a montré au début de cette affaire une opacité, une lenteur et une mauvaise foi suspectes.
             D’autre part, il faut tenir compte des prochaines élections Sud-Coréennes dans lesquelles l’argument sécuritaire peut être bien utile pour le parti au pouvoir. Voir à ce propos le commentaire d’un Nord-Coréen que j’ai traduit ici.

            En fait, l’hypothèse du montage d’un faux attentat est à prendre en considération.
            Il n’apparait n’y avoir aucun mobile qui tienne la route justifiant cette attaque, et le gouvt Nord-Coréen a démenti toute implication avec véhémence et continue de le faire.

            On peut donc considérer l’hypothèse suivante :
            Le Cheonan a été coulé avec une torpille ou une mine, de façon accidentelle ou volontaire.
            A partir de là, après une période d’expectative, on décide de faire porter le chapeau aux Nord-Coréens. Pour constituer une preuve, on va larguer pas loin du lieu du naufrage, des morceaux d’une torpille récupérée (torpille perdue qui se serait échouée et récupérée par ex).
            On demande à des chalutiers Coréens de draguer les fonds afin de récupérer des débris. On expose ensuite ces morceaux comme preuve.
            Jusqu’à présent , seuls ces morceaux de torpilles (avec une inscription à la main et au marqueur) semblent accuser les Nord-Coréens.
            But : favoriser la réélection du gouvt Sud-Coréen, mettre la Chine dans l’embarras, et mettre en place un motif supplémentaire de stigmatiser la Corée du Nord.
            De ce coté, il y a de vrais mobiles.


          • Frédéric 11 25 mai 2010 16:42

            Si les risques de grosse bagarre généralisé sont en effet faible, on ne sait jamais comment cela peut dérapé.

            La signature de l’armistice en 1953 n’a jamais empêché les coups fourré et des batailles entre le nord et le sud.

            Coté provocation nordiste, l’attaque du palais présidentielle à Séoul en janvier 1968 par des troupes d’assaut infiltré était vraiment le ponpon.

            Si les USA en pleine guerre du Viet Nam n’avait pas tenu en laisse son allié, cela fait des décennies que l’on aurait eu une 2e guerre de Corée.

            A signaler une tentative de réplique à cette attaque avec la création de l’unité 684 composé de condamnés à mort pour allez trucider Kim Il-sung  :

            http://en.wikipedia.org/wiki/Unit_684

            Mission annulé, ils n’ont pas refait ’’les 12 salopards’’ (sorti en 1967, cela à du inspiré les auteurs de ce projet smiley ).

            Et les théoriciens du complot peuvent se brosser pour ’’l’incident’’ en cours.

            Cela fait une quinzaine d’années que l’on assiste à tels bataille navales avec une douzaine de bateaux coulés ou endommagés de part et d’autre sans compter les 3 ou 4 submersibles nord coréens coulés ou capturé dans ce qui appelé ’’ la guerre du crabe’’.

            Le seul fait nouveau dans cette histoire est que l’on a utilisé une torpille au lieu de l’artillerie navale traditionnelle.

            Comme l’économie nord coréenne vit en quasi autarcie et ne commerce quasiment qu’avec la Chine et le Sud, les sanctions n’auront qu’une portée symbolique :

            http://french.yonhapnews.co.kr/news/2010/05/24/0200000000AFR201005240011008 84.H

            ’’Le volume des échanges commerciaux de la Corée du Nord s’est élevé à 3,41 milliards de dollars l’an dernier, en baisse de 10,5 % par rapport à l’année précédente.

            Selon les pays, le volume des échanges commerciaux avec la Chine représente 78,5 % du total, avec 2,68 milliards de dollars, suivie de l’Allemagne (69 millions), la Russie (61 millions), l’Inde (60 millions) et Singapour (57 millions).’’


            • Philou017 Philou017 25 mai 2010 17:58

              Et les théoriciens du complot peuvent se brosser pour ’’l’incident’’ en cours.

              La propagande et la manipulation existent dans les deux camps. Ne soyez pas naif.
              Quand aux incidents dont vous parlez, les deux belligérants étaient clairement identifiés, dans ces accrochages. Les choses sont totalement différentes ici. Et là, on a du mal à distinguer un mobile valable.


            • Pegasus Pegasus 26 mai 2010 10:04

              Des mobiles ? Oh, il y en a de nombreux possibles , le Financial Times en a d’ailleur fait une liste :

              - Revanche : rétribution pour l’escarmouche de Novembre dernier, où 30 marins Nord-Coréens avaient trouvé la mort.

              - Succession : Pouvoir associer le nom de l’héritier présumé Kim Jung-Un avec un succès majeur à des fins de propagande interne et après son entrée dans les échelons plus élevés de la Commission de la Défense Nationale du Nord

              - Politique interne au Nord : Possibilité d’un acte isolée d’un commandant soutenu par un hiérarque, possiblement afin d’obtenir un patronage dans la succession qui se mets en place actuellement en RPDC. Hypothèse assez crédiblement soutenue par le renvoi de Kim Il-Chol, un amiral de la flotte de la Commission de la Défense Nationale, possible signe que la Marine pourrait avoir outrepassé son autorité dans cette affaire.

              - Retour à une ligne « dure » : Jusqu’à l’année dernière, Kim Jong-Il était selon les rumeurs influencé par une faction plus « libérale ». L’échec des réformes a pu mener à un retour à une idéologie plus « guerre froide »

              - Rupture de la chaine de commandement : La possibilité la plus inquiétante est que Kim Jong-Il n’est plus en capacité de contrôler totalement le régime, affaiblie par son opération de 2008. L’attaque sur le Cheonan pourrai être le résultat de ce délitement. Andrei Lankov, de l’université Kookmin de Seoul, soutiens que le pays est devenu un « navire à la dérive » et que le processus de décision rationnel de l’appareil d’état du Nord est tombé en pièce, comme le montre la désastreuse réévaluation de la monnaie effectué l’année dernière.

              - Distraction de la situation économique par la surenchère militaire en utilisant la réaction du Sud pour se présenter en agressé : avancé par le renseignement du Sud, l’hypothèse est jugée possible mais peu probable, le Nord disposant de moyens tout aussi efficace et bien moins apte à dégénérer qu’un acte de guerre comme celui-ci.

              - Amertume à propose de la prochaine réunion du G20 à Seoul : Seoul a tourné la présidence du G20 cette année en un exercice de propagande interne, vantant la réussite de son développement économique par rapport au Nord. 


            • Frédéric 11 25 mai 2010 16:57

              Au fait, on à mit sur le site ci dessus des tas de diagrammes et photo satellite du dispositif militaire nord coréen :

              http://www.militaryphotos.net/forums/showthread.php?162240-Bluffer-s-Guide-North-Korea-strikes !-%282009%29

              Même s’il est rustique, sa très nombreuse artillerie peut faire énormément de dégâts sur l’agglomération de Séoul avant qu’il ne soit réduit au silence par l’aviation.


              • asterix asterix 25 mai 2010 18:53

                C’est le mur de la communication qu’il faut faire sauter en Corée du Nord. Avec la Chine juste à côté et comme fournisseur principal - et elle aussi au pied du mur , ce n’est pas gagné. Disons même que c’est le pire modèle d’esclavage au monde avec la Birmanie et certains pays africains.
                Une dictature technologique et robotisée au service de la mégalomanie d’un seul. Realpolotik, le monde devrait s’en débarrasser. 


                • Frédéric 11 26 mai 2010 04:55

                  Le mobile ? Le même qui à conduit aux suicides des équipages des submersibles capturé les années précédentes.

                  Ils semble qu’ils aient pour consigne de ne jamais faire prendre par ’’l’ennemi’’, ce qui à conduit en autre à cette affaire en 1996 ou des nord coréens sorti d’un sous marin échoué ont fait un ’’road movie’’ meurtrier en Corée du Sud  :

                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Infiltration_de_Gangneung

                  Un seul prisonnier, un qui aurait réussit à retourné en Corée du Nord et 24 tués (assassiné par leurs camarades ou tués par les forces de Séoul).

                  La, il est probable que ce sous marin ne pouvant bouger sans se faire repérer (ne pas oublier que la corvette avait ouvert le feu avant de sombrer) est décidé tout simplement d’éliminé l’obstacle.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Arosmik

Arosmik
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès