Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Résistance armée en Iran

Résistance armée en Iran

Puisque l’oppresseur existe, le peuple opprimé a le droit de prendre l’arme contre son oppresseur. La lutte armée s’impose lorsque aucune solution pacifique n’aboutit à grand-chose. Dans ce cas, la résistance armée contre la force d’occupation ou le régime totalitaire est un légitime moyen de se défendre.

La révolution chinoise et cubaine en ont mis l’accent sur le rôle des mouvements armés dans le « Tiers Monde ». La victoire armée de guérilla cubaine sur la dictature de Batista a été aussi un bouleversement des vieux dogmes concernant la conduite des masses populaires de l’Amérique latine. Elle a démontré de façon tangible que par la guérilla un peuple peut se libérer d’un gouvernement qui l’opprime.

Che Guevara analyse la lutte armée cubaine en trois points capitaux qui dans le dispositif des mouvements révolutionnaires en Amérique, ce qui encourage des mouvements populaires du Tiers Monde à penser d’autres stratégies libératrices :

1- Les mouvements populaires peuvent conquérir une guerre contre l’armée régulière du régime totalitaire ou la force d’occupation.

2- Il ne faut pas forcement attendre que toutes les conditions soient réunies pour prendre l’arme ; le foyer insurrectionnel peut les faire surgir.

3- Dans l’Amérique sous-développée, le terrain fondamental de la lutte armée doit être la campagne.

La victoire de la révolution chinoise et cubaine a aussi influencé des luttes libératrices dans le monde entier. En Amérique latine la victoire militaire des sandinistes « Frente Sandinista » met fin au régime dictatorial de Somoziste. En Vietnam, l’armée nationale du nord avec l’appui de la guérilla du sud libère le pays de l’armée française et puis de l’influence Américaine. En Palestine, un mouvement armé (Fatah) émerge contre l’occupation Sioniste, en Afrique des mouvements armés se lancent dans leurs combats de libération. La guérilla du F.L.N en Algérie pouvait libérer leur pays du joug colonial de la France. Sa lutte armée provoqua un choc psychologique qui a libéré les algériens de leur torpeur, de la peur, de leur scepticisme, ce sont cette lutte-là qui garantisse la victoire du peuple algérien sur les colonisateurs français.

La lutte armée en soi n’est pas une résurgence idéologique, d’un thème anti-européen ou anti-américain, l’Amérique elle-même devait acquérir son indépendance par un conflit armé contre le pouvoir colonial de l’époque, L’Angleterre. L’Europe devait faire recours à la guérilla contre l’occupation de l’Allemagne nazi.

En Iran, les Guérilleros des Fédains du Peuple d’Iran prennent  l’arme contre la dictature du Shah. Le 08.02.1971, l’épopée de Siahkal est marquée le début de la lutte armée en Iran. Siahkal est une petite ville au nord de l’Iran dont le poste de gendarmerie fut attaqué et désarmé par un groupe de Fédains. Par cette action, le mouvement armé est né en Iran contre l’inactivité des paris politiques y compris le parti Toudeh, prosoviétiques, qui plus tard sous la commande du Big Brother collabora avec le régime islamique. Le  but stratégique et tactique de la lutte armée en Iran est analysé par l’organisation des Fédains du Peuple Iranien :

1- briser la passivité ou l’attentisme qui était le résultat d’années d’inaction sous le régime du Shah.

2- encourager le peuple, le grand moteur, à suivre le petit moteur, la guérilla

En 1980 une partie du mouvement de Fédains, majorité, finalement devient un débris du parti Toudeh en collaborant avec le régime barbare des mollahs — ce qui d’ailleurs renforce mon argument qu’un mouvement politique influencé par l’idéologie peut toujours dérailler de son chemin initial et des idéaux du peuple. 

La lutte armée s’inscrira contre l’inactivité politique dans les pays occupés ou dirigés par un régime totalitaire où les pseudo-révolutionnaires excusent leur inaction en prétendant qu’il n’y a rien à tenter contre le pouvoir. Ils attendent en veine de trouver réunies d’une façon mécanique toutes les conditions objectives et subjectives, sans se préoccuper de les accélérer. Bien entendu ces conditions-là sont indéniablement importantes mais elles seraient autrefois discutées lorsque le pays n’est plus occupé ou dirigé par les agresseurs. Naturellement la lutte armée n’est pas la seule impulsion, son appareil politique doit propager toutes ces conditions nécessaires à la révolution libératrice. La guérilla est donc nécessaire de démontrer au peuple l’impossibilité de maintenir la lutte libératrice dans le cadre du pouvoir agresseur.

Lorsqu’une guérilla forte existe, le mécontentement populaire s’exprimera de plus en plus fermement ; et le moment arrivera où la résistance se cristallisera dans les attitudes revendicatrices. Ce n n’est pas seulement les oppresseurs qui imposent la lutte populaire mais plus particulièrement ce sont les embryons de la guérilla qui psychologiquement encouragent le peuple dans leurs luttes de toute forme. Le germe de la guérilla peut éclore car le régime en place est illégitime même si certaines possibilités de la lutte légale n’ont pas été épuisées.  Que qu’il en soit les tactiques « réformistes » ou apaisantes du régime, l’appareil politique de la guérilla doit informer le peuple qu’un tel régime par sa nature totalitaire et agressive n’a aucune légalité constitutionnelle à maintenir son règne.

Le troisième apport de la révolution en Chine et Cuba est d’ordre stratégique mise sur l’immense participation de la paysannerie dans la de lutte de la guérilla, ce qui était loin d’être réalisé dans un pays comme l’Iran où les paysans sont plutôt attachés à la tradition islamique qu’aux idées, considérées, athéistes de la guérilla des types Fédains du peuple Iranien, un mouvement Marxiste- Léniniste. Si la mobilisation paysanne a fonctionné en Chine et d’autres pays sous-développés d’Amérique latine, elle n’a pas l’apparence d’être assez efficace en Iran où les mouvements de gauche puissent compter sur la mobilisation de paysannerie.

À mon avis, la thèse Maoïste d’encerclement les villes par les compagnes et les relations  de ville-campagne n’est plus valable en Iran pour deux raisons principale :

1- Les paysans sont trop influencés par leur religion islamique, la religion d’État, qui les consciemment empêche de joindre une guérilla de « non croyants ».

2- La couche plus consciente de la compagne ne croit plus aux résultats positifs du communisme en Chine, Cuba ou ailleurs.

Pour certaines régions comme Kurdistan, la situation à la campagne n’est pas aussi difficile car les habitants sont traditionnellement appuyés et encouragés par les mouvements armés  de gauche mais la situation n’est pas pareil partout en Iran. Cela veut dire qu’il ne s’agit pas de sous-estimer les luttes des masses paysannes dans les conditions propices. Les combattants qui accompagnent le mouvement  de gauche habituellement sont des habitants des villes. Les combattants de ville doivent alors devenir clandestins car affronter le régime brutal sans un lieu de refuge augmentera le risque de perte. Pour eux, la campagne peu devenir un lieu de refuge, ce qui a été toujours le ca sen Kurdistan.

En gros, dès maintenant, les conclusions tirées de l’expérience révolutionnaire chinoise et cubaine constituent des apports fondamentaux mais pas adaptifs à la situation de la lutte armée contre le régime islamique en Iran. Cela ne veut pas dire la guerre de guérilla en Iran avant et après la révolution de 1979 s’est éloignée de la base populaire urbaine mais qu’elle présentait des caractéristiques, des facettes trop marquée par l’idéologie.

À mon avis, la lutte armée doit présenter un aspect indépendant, libérateur et sauveteur, pas idéologique surtout que les iraniens ont gouté l’amertume des régimes dictatoriaux. Le mouvement doit recruter ces combattants parmi tous ceux qui veulent libérer le pays du joug de la dictature des mollahs. Il s’agit très particulièrement les intellectuels des couches moyennes de la société qui sont plus touchés par l’islam politique et la manque de liberté individuelle. Ce sont ces gens-là qu’aujourd’hui s’expriment de la même volonté de libération que les combattants de la révolution chinoise et cubaine l’exprimaient  il y a deux générations.

La lutte contre le régime totalitaire islamique peut avoir une très grande diversité de formes et moyens. La lutte armée consiste une de ces formes efficaces surtout dans une période où toute activité politique est brutalement opprimée. Cet article, en analysant la lutte armée, n’ignore pas d’autres formes de lutte dont la lutte non-violente à la Gandhi mérite réflexion. Le mouvement armé est une phase de la revendication légitime qui peut encourager les masses dans leur diverse forme de luttes

Il est bien évident, le mouvement armé dans un pays occupé par une poignée des mollahs répond à une série déterminée de lois objectives et que quiconque les transgresse est voué à l’échec. Il doit être régi par toutes ses lois qui ont été expérimentées ailleurs ; mais par son aspect général, il comporte en outre des lois annexes auxquelles il faut se plier. Les conditions géographiques, historiques, niveaux culturelles  et sociales de chaque pays déterminent évidemment les formes particulières qu’y adoptera la lutte.

En Iran, l’on doit trouver les bases sur lesquelles s’appuie son propre type de lutte armée, avec les règles proposées par les peuples qui cherchent leur libération, de transformer la pratique en réponse des revendications du peuple et de structurer et généraliser cette expérience à l’usage de l’encouragement du peuple face à l’atrocité du régime islamique. Il faut tout d’abord recruter ceux qui sont les combattants courageux, conscients, et patriotiques. Pour moi, les étudiants, les femmes, les jeunes intellectuels ont la priorité.

Des petits groupes armés se forment en tant que les avant-gardes combattantes du peuple ; leur force réside dans le soutien de la population. Il ne faut pas sous-estimer la guérilla comme inférieure, bien que leurs nombres et sa puissance militaire soient inférieure à l’armée du régime, ils comptent alors sur l’appui de la population. C’est seulement dans une telle condition qu’il faut recourir à la lutte armée, sans l’appui de la population la lutte armée reste dans les noyaux de guérilla et elle est née morte.

Il est important de répéter et imprégner dans la conscience du peuple que la guerre de guérilla est une lutte de masses, une lutte du peuple pour les causes tangibles sans derrières pensées idéologiques. Elle cherche à libérer le pays pour que le peuple puisse librement et sous les yeux des inspecteurs internationaux choisissent leurs prochain gouvernent. La guérilla ne remplacera pas l’État renversé mais ouvrera la voie pour une démocratie inconditionnelle  et un choix libre du peuple.

L’appui du peuple est une condition sine qua non. Cela parait évident lorsqu’on croit à la cinérite de la guérilla dans leur but final. L’exemple des mouvements armés des années précédentes ont laissé des traces sombres dans notre mémoire collective. Il leur manquait l’appui du peuple, même malgré leurs courage, ils ne représentaient pas les revendications immédiates et tangibles du peuple et par conséquent le peuple ne les a pas suivi.

Parmi ces mouvements, l’Organisation des Mojahedines du Peuple Iranien représente pour un grand nombre d’iraniens comme une secte de l’islam politique qui cherche à remplacer le régime islamique à n’importe quel prix. Un autre mouvement populaire, la Guérilla des Fédains du Peuple iranien, très divisé, dont une grande partie, majorité, a adhéré le camp du régime et a collaboré avec le régime pendant les premières années de la répression du régime. Bien que leurs chuchotements n’aient pas été long temps entendus par les mollahs, leur idéologie les pousse toujours vers les « réformistes » du régime.

À mon avis toute forme de lutte est légitime quant à un mouvement armé, il doit être fortement gratifié et justifié par le peuple entier. Il doit être en contact organique avec le peuple en transmettant les inspirations libératrices du peuple et non pas leurs propres appartenances idéologiques.


Moyenne des avis sur cet article :  2.4/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • anti-oligarchie anti-oligarchie 15 octobre 2010 06:38

    C’est un peut bete pour l’auteur de l’article car Cuba de Fidel et Raul Castro,le Venezuela de Chavez sont du coté des Mollahs,comme vous pouvez le constater :
    http://www.dailymotion.com/video/xbb6ib_chavez-recoit-ahmadinejad-sous-titr_news

    Game Over donc...
    Mais alors,pourquoi game Over ? regardez donc... :
    http://www.youtube.com/watch?v=HbYqckFvUJI

    Double game over.Un authentique révolution.


    • Jahanshah Rashidian Jahanshah Rashidian 15 octobre 2010 08:12

      Je suis d’accord avec vous mais du fait que Castro,… s’alignent  avec le régime islamique n’influence pas le contenue de l’article.


    • anti-oligarchie anti-oligarchie 15 octobre 2010 15:48

      En réalité l’Iran va mettre en échec tout ses ennemis. Vous compris. Inutile donc de venir pleurnicher ici, et d’induire en erreur les occidentaux qui ne connaissent en rien l’Iran...

      On nous dit que l’économie Iranienne va s’éffondrer.looooool
      En réalité, les sanctions contre l’Iran ne sont qu’un coup de pub pour maintenir dans le mensonge les occidentaux. Surtout l’Europe qui en a besoin comme jamais...hihihi
      C’est la grande force de l’Iran puisqu’il tient par les coucougnettes l’Occident. Et c’est pour ça que l’Iran, comme le Venezuela peuvent se permettre d’ouvrir leur bouche...
      Et ça vous le savez parfaitement.

      Malheuresement pour vous, je crains fort que le guide supreme ne tombe jamais. Vous induisez en erreur les gens en prétendant qu’une révolution couve en Iran. Alors que 100 000 manifestants, sur une capitale de 10 millions d’habitants...C’est pas terrible...Puis sans compter que dans les 35% qui ont voté contre Ahmadinejad, une infime minorité (3% ?) veut la fin du régime islamique. Donc inutile de vous fatiguer. Du temps et de l’énérgie perdue.


    • Talion Talion 15 octobre 2010 09:39

      Pour l’Iran on s’en tape, on n’a pas de leçons à leur donner... Mais par contre pour notre propre pays il y a surement des idées à puiser dans cet article !


      • bakounine 15 octobre 2010 10:18

        La propagande continue ^^
        Mais allez y faire la gueguerre à l’Iran ; la CIA recherche des hommes comme vous !!


        • BEBE 15 octobre 2010 13:30

          Nous savons que le régime des mollahs est l’un des plus terribles de la planète.
          Le contrôle de la population est partout.
          Pas de presse libre, de syndicat, de justice indépendante, de citoyenneté.
          L’opposition est non seulement muselée mais répprimée.
          Les PASDARAN font régner la terreur.

          http://www.ncr-iran.org/fr/index.php


          • Aldebaran Aldebaran 15 octobre 2010 13:50

            Bonjour,

            puisqu’il y a des spécialistes de la question iranienne, je voudrais lire leur avis sur un article en libre accès sur les site des echos .
            Selon l’article que je vais reproduire ci-dessous, il semblerait que l’économie iranienne soit exsangue et en faillite dans quelques mois, du fait des blocus mais aussi compte-tenu des aides financières que l’Iran octroie à ses alliés.
            Si on admet cette hypothèse, de telles énonomiques pourraient-elles jouer en la faveur d’une insurrection populaire ?
            Notez que ma question est ouverte, non partisane.
            A vous lire...

            citation :

            << Un rapport confidentiel pronostique l’effondrement de l’économie iranienne

            Selon un rapport confidentiel adressé au guide suprême, auquel « Les Echos » ont eu accès, l’économie iranienne pourrait « s’effondrer d’ici à un an » en raison des sanctions occidentales si de sévères mesures ne sont pas prises.

            Un rapport confidentiel adressé fin septembre au guide suprême du régime iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, souligne les risques « substantiels d’un effondrement économique d’ici à moins d’un an » en raison des sanctions internationales prises pour obliger le pays à abandonner son programme nucléaire. De source généralement bien informée à Téhéran, ce rapport, auquel ont eu accès « Les Echos », rédigé par des économistes de la Banque centrale et des ministères de l’Economie et du Pétrole indique que les sanctions de l’ONU et celles ajoutées en juillet dernier par les Etats-Unis et l’Union européenne pèsent considérablement sur les secteurs du commerce, de la finance et du pétrole. Ce dernier, qui rapporte les deux tiers des recettes de l’Etat, souffre du retrait des entreprises occidentales, contraintes de choisir entre leurs intérêts aux Etats-Unis et en Iran. Alors que le français Total, l’anglo-néerlendais Shell, le norvégien Statoil et l’italien ENI ont suspendu tout investissement, peut-être suivis bientôt par le japonais Inpex, le manque de maintenance étrangère et de pièces détachées pèse sur la production de pétrole, passée de 4,2 millions de barils par jour mi-2009 à 3,5 millions cet été.
            Les banques occidentales refusent tout contact

            L’approvisionnement en essence (faute d’investissements dans le raffinage, Téhéran, quoique détenteur des troisièmes réserves mondiales d’or noir, doit importer le tiers de sa consommation) devient problématique. Fournissant la moitié de ces importations, Tupras, compagnie basée en Turquie, pays pourtant allié, a suspendu fin août ses opérations, après les suisses Vitol et Glencore, l’indien Reliance et le russe Lukoil. Le carburant provient désormais du Turkménistan, de la Chine, du Venezuela, ou, en contrebande, d’Irak.
            Dans l’industrie, le coréen Kia et l’allemand Thyssen ont emboîté le pas fin septembre à Caterpillar, Toyota, Daimler et Hewlett-Packard en suspendant leurs activités. Allianz, Munich Ré ou Lloyds refusent désormais d’assurer des cargos et avions approvisionnant l’Iran, tandis que le financement du commerce extérieur devient très compliqué, la totalité des banques occidentales refusant tout contact avec l’Iran. Les banques des Emirats arabes unis, par où transite la moitié des importations iraniennes, ont coupé les ponts avec le pays il y a deux semaines, ce qui s’y est traduit par une pénurie de billets verts (et une brusque hausse du dollar, à 10.900 rials).

            Vers des pénuries et faillites innombrables

            Le régime a aussi averti samedi qu’il réprimerait les manifestations et grèves de commerçants qui suivront vraisemblablement la suppression, à partir du 23 octobre, des coûteuses (10 % du PIB) subventions à la consommation de produits alimentaires et de carburants.
            Chiffrant l’impact potentiel des sanctions à plusieurs dizaines de milliards de dollars en année pleine, le rapport confidentiel recommande à l’ayatollah Khamenei, numéro un du régime devant le président Mahmoud Ahmadinejad, de prendre des « mesures drastiques pour éviter une crise grave », qui, sans paralyser le pays serait marquée par des pénuries et faillites innombrables d’ici à douze, voire huit, mois selon certains des auteurs. Il s’agirait de « reconvertir d’urgence le commerce extérieur » vers la Chine, la Russie et l’Inde, « d’augmenter les réserves en produits alimentaires et carburant » et, en dépit des obstacles techniques, de « convertir dans d’autres monnaies », par exemple en yuans, les réserves de la banque centrale placées en dollars et euros. >>


            • BEBE 15 octobre 2010 14:14

              il est vrai que le boycott peut avoir pour effet de radicaliser le régime à l’instar de la corée du nord, que les premières et seules victimes seront les iraniens mais le monde ne peut pas prendre le risque de voir ce pouvoir atteindre son objectif nucléaire.
              la pression va aller crescendo...peut être même jusqu’au bombardement des sites

              L’iran joue avec le liban, l’irak, la syrie...un jeu dangereux
              nous ne sommes plus dans le donnant-donnant.


              • fonzibrain fonzibrain 15 octobre 2010 14:21

                lol`


                excellent !!!!!

                l’auteur nous parle de mouvement armés, qui luttent contre l’imperialisme US, pour justifier une lutte armée en iran qui aurait pour finalité de se placer dans l’orbite US !!!!! hahahahahaha

                vraiment n’importe quoi cet article !!!!!!


                • Aldebaran Aldebaran 15 octobre 2010 15:03

                  <<apologie de la résistance armée des palestiens contre l’oppresseur israeliens. Merci pour votre cohérence.>>


                  Quel rapport, quelle cohérence et pourquoi un tel hors-sujet sur un article qui s’intitule :
                  « Résistance armée en Iran »

                  J’aurais aimé que les spécialistes de la question iranienne ne se sentent pas obligés de troller.

                  • BEBE 15 octobre 2010 15:41

                    nous pouvons constater que la résistance armée des arabes de palestine a porté ses fruits. Elle a aujourd’hui des élus à la knesset, abandonne les armes et négocie avec ce qui n’est plus un oppresseur mais un partenaire.

                    c’est maintenant Israel qui résiste à l’oppression du hamas. Résistance armée légitime, donc !



                    • Aldebaran Aldebaran 15 octobre 2010 15:46

                      <<La propagande continue ^^>>


                      La République Islamique d’Iran est depuis longtemps une vraie démocratie, presque une démocratie directe. Les libertés publiques sont respectées. Les élections se font en toute transparence. L’opposition est fortement encouragée par le pouvoir établi. Il n’y a pas de prisons ni d’exécutions. Le peuple iranien est riche et heureux. S’il se révoltait contre sa condition - et le fait même d’évoquer la question - ne pourrait qu’être une instrumentalisation du mossad ou de la cia.
                      ^^

                      • glopy1 15 octobre 2010 16:03

                        ne vous inquietez pas aldebaran, c’est un jeu ici... quand il y a un sujet qui traite de la culture des petits poids sous les serre islandaises, il faut placer le mot Israel et palestine, ce qui ne sert a rien et fini par gaver très rapidement.


                        • BEBE 15 octobre 2010 16:17

                          avec l’iran des mollahs il faut s’attendre au pire et le pire, c’est la guerre !

                          Nous savons que, malheureusement, certains régimes politiques amènent à cela.
                          comment arrêter une idéologie de conquête et de soumission sans lui mener la guerre ?

                          les mollahs et ahmadinejad ne vont pas se « contenter » de réprimer en iran...ils le font déjà ailleurs par le biais de serviteurs zélès, au liban et en irak, notamment.

                          le but des chiites est de prendre possession d’une région qui va de la méditerranée au golfe persique pour rivaliser avec l’arabie et l’egypte...ISRAEL n’est qu’un prétexte.

                          qui sera le leader du monde musulman ?

                          parions que le maghreb sera destabilisé sous peu par l’iran, avec la complicité d’al qaida et de sa filiale l’aqmi.


                          • Aldebaran Aldebaran 15 octobre 2010 16:51

                            <<ne vous inquietez pas aldebaran, c’est un jeu ici... quand il y a un sujet qui traite de la culture des petits poids sous les serre islandaises, il faut placer le mot Israel et palestine, ce qui ne sert a rien et fini par gaver très rapidement.>>


                            En effet, Glopy. J’ai constaté le phénomène en arrivant sur Agoravox : -20 direct pour avoir soutenu Israel.
                            Il y a des groupes de pression ici, dont des antisionistes notoires et plus.. à lire certains posts. Reste à savoir si ces personnes sont bénévoles ou payées pour ça, sincères ou manipulées pour le buzz. Dans un cas comme dans l’autre, leur perpétuel détournement de sujet, ainsi que leur sempiternel argument antisioniste est pitoyable sur le fond et la forme. Rien n’a malheureusement changé : dans les années 30-40, les juifs étaient responsables de toute la misère du monde. En 2010, c’est toujours la faute d’Israel.



                            • ELCHETORIX 15 octobre 2010 17:09

                              A quand la lutte armée contre le régime du sarkoland de l’UMPS , régime détesté par près de 75% des citoyens de l’hexagone , régime de ce système économique capitaliste avec sa loi de marché totalitaire comme cette Europe désunie qui n’est en rien démocratique !
                              Quant à l’ IRAN , du moment que ses dirigeants s’opposent aux sionistes US et de l’entité illégale d’israèl , pour moi , ils sont crédibles et bienfaiteurs de l’humanité !
                              RA .


                              • BEBE 15 octobre 2010 17:30

                                Soyons sérieux ELCHETORIX...et pourquoi pas l’économie nord coréenne, birmane ou cubaine, quant à leur système politique...
                                 


                                • glopy1 15 octobre 2010 17:54

                                  elxhetorix... tu n’avais qu’a pas voté pour lui, car 75 % de 55 % ont votés aussi pour lui :)

                                  C’est toujours la même chose, toutes ces interventions sioniste pas sionistes sont tellement systématiques et dénuées de débat et de modération que cela provoque l’effet inverse. Comment peut on essayer de prétendre que l’Iran est un pays libre tolérant ou qui ne serait pas un pays despotique ? Au simple fait qu’un pays ferme ses frontières (encore plus a l’intérieur que de l’extérieur), c’est une preuve irréfutable de régime totalitaire, il n’y a rien a défendre.


                                  • BEBE 15 octobre 2010 21:16

                                    Une installation militaire iranienne top-secrète a été le théâtre d’une triple explosion, mardi 12 octobre, le jour précédant l’arrivée du Président Mahmoud Ahmadinedjad au Liban. Les sources du renseignement militaire de DEBKAfile rapportent que le site abritait la majeure partie des lanceurs de missiles Shehab 3 de moyenne portée, que l’Iran a précisément stocké là pour frapper les forces américaines en Irak et Israël, dans l’éventualité d’une guerre – certains de ces missiles sont conçus pour porter des ogives triples (pointes de fusées dites « triconiques »).


                                    • glopy1 15 octobre 2010 21:21

                                      on va te dire qu’on refait le coup de menaces de guerre bactério nucleaire de sadam hussein, juste pour envahir ce grand etat démocratique

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès