Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Retour sur le siège de Waco

Retour sur le siège de Waco

Si le siège de Waco a été médiatisée en France, il le fût comme bien souvent d’une piètre façon, les médias se contentant de relayer la version officielle simpliste de la secte de fous furieux, les davidiens. Ce faits-divers méritait pourtant un traitement digne de ce nom tant le retentissement aux Etats-Unis fût primordial. Waco radicalisa en effet toute frange de la population américaine en guerre avec l’état central. Les groupes paramilitaires d’extrême-droite interprétèrent le siège de Waco comme une agression envers leur culture des armes et, parmi eux, figurait un certain Timothy Mac Veight.

Les Davidiens forment un groupe religieux issu de l’Église adventiste du septième jour fondé en1934 par un hôtelier bulgare venu de Los Angeles, Victor Houteff, fasciné par le « livre des révélations ». Il prédit une apocalypse en forme de pluie d’étoiles, de lune noire, de retour de Jésus en chariot de feu, suivi d’une restauration millénaire du royaume divin en Israël, terre de David, et d’une grande guerre civile contre les forces sataniques. Houteff prédit la fin du monde pour le 22 avril 1959.
Victor Houteff


Ce jour-là, 1 000 fidèles texans sont réunis au Mont Carmel, et, sous le coup du désappointement de la fin du monde ne venant pas, décident pour certains de suivre un autre prédicateur, Ben Roden.

Ben Roden Lois Roden

David Koresh, ou Vernon Howell de son vrai nom, passe lui une enfance solitaire et malheureuse. A 12 ans, il connaît le nouveau testament par cœur, mais peine à l’école à cause de sa dyslexie. Ses camarades de classe le surnommaient "Mister Retardo". A 19 ans, sa petite amie, enceinte, le quitte parce qu’elle le juge incapable de s’occuper de son enfant. Il rejoint alors une église adventiste, où il tombe amoureux de la fille du Pasteur, qui l’expulse de la communauté devant son insistance à vouloir l’épouser. Il décide alors de partir pour Hollywood et de tenter sa chance dans la musique folk, mais n’y réussit pas.

David Koresh

En 1981, il déménage à Waco où il se joint à la communauté des Davidiens. En 1983, il déclare avoir acquis le don de prophétie et débute une liaison avec Lois Roden, veuve de Ben Roden, qui était alors leader du groupe des davidiens. Lois autorisa Koresh à enseigner en son nom propre au sein de la communauté. Mais son fils, George Roden, qui est pressenti pour être le futur leader, ne supporte pas l’ascension de Koresh, et il le chasse de la résidence, l’arme au poing. Avec 25 membres des davidiens, Koresh s’établit à deux kilomètres de la résidence pendant deux ans.

David Koresh et Lois Roden

Lois Roden mourut en 1986, et la lutte pour la succession s’engagea. C’est à cette époque que Koresh décida d’être polygame et prêcha que 140 femmes lui étaient destinées, 60 en tant que ses « reines » et 80 en tant que concubines. Il eut alors une relation avec Karen Doyle, une jeune fille de 14 ans qu’il nomma sa seconde femme.

George Roden, fin 1987, peinait à conserver une quelconque autorité sur le groupe des davidiens. Il aurait alors décidé de défier Koresh dans un concours de "résurrection des morts". Koresh débarqua à la résidence, avec 7 de ses amis armés et des échanges de tirs eurent lieu entre Roden et les hommes de Koresh. Un procès pour tentative de meurtre conduisit à l’acquittement de Koresh et de ses hommes en partie pour un défaut de procédure.

En 1988, George Roden tua d’un coup de hache à la tête Dale Adair, membre de la communauté, qui venait d’affirmer que Koresh était le messie. Roden fut condamné et comme il devait également de l’argent, la résidence Mont Carmel fut mise en vente par le gouvernement. Koresh rassembla les fonds, racheta la propriété, et prit le contrôle des Davidiens.



Le soir, à Waco, jusque tard dans la nuit, David Koresh monte sur scène et prêche des heures durant sur une scène bardée d’énormes amplis Marshall. Il explique la Bible et s’enflamme, en déclamant frénétiquement des passages du livre sacré. Il enregistre "Madman in Waco" (en hommage à son rival déchu George Roden) et compose également le titre mystique "Sheshonahim". Le Livre de David, son disque, mêle références ésotériques et harmonies folk-rock où il prétend incarner la volonté divine. Mais de plus en plus, ses prêches se font agressifs et sa musique folk devient métal. Les prêches sont interminables et soumettent à rude épreuve les fidèles des nuits durant. Sa présence diffuse un climat psychologique destructeur pour les nombreux enfants de la communauté. Les enfants qui ne sont pas de lui sont qualifiés de « bâtards » et doivent appeler leurs parents biologiques des "chiens", puisque seul lui, David Koresh est le père légitime de tous les Davidiens.



Parallèlement, en 1992, les germes du drame et du siège de Waco prennent forme. Sheri Jewel et son ex-mari se battent en justice pour la garde de leur fille, Keri. Sheri est membre de la communauté des Davidiens. Un homme, Mark Breault, ancien Davidien, qui s’était un jour autoproclamé « prophète » et avait de nombreuses fois tenté de prendre la direction des Davidiens avant d’être expulsé par David Koresh, se mêle du litige.. Breault avait promis de se venger. Il appelait régulièrement les membres du Mont Carmel pour les harceler.

Les Jewel ont invité Mark Breault à témoigner au cours de leur action en justice pour la garde de Keri. A cette occasion, Breault déclare que les enfants étaient battus et que les membres du mouvement religieux qui l’avait expulsé étaient "tous très bizarres", qu’il avait "vu" des armes à feu .. A la suite de ces affirmations, des sénateurs furent contactés pour une enquête ainsi que le CAN « Cult Awareness Network ».

les ATF (Alcohol, Tobacco and Firearms : Bureau des alcools, tabacs et armes à feu, dépendant du ministère de la Justice des États-Unis) reçoivent des plaintes concernant des tirs d’essai d’armes automatiques à la résidence des Davidiens. Le groupe possède en effet environ 150 armes. Les Davidiens affirmaient qu’elles étaient toutes détenues légalement, comme la loi américaine l’autorise, mais les ATF prétendaient que certaines avaient été converties d’armes semi-automatiques en armes automatiques.

Ce prétexte était fallacieux. Les armes étaient détenues tout à fait légalement. Le shérif n’avait d’ailleurs relevé aucune illégalité après ses investigations et David Koresh avait lui-même officiellement proposé une nouvelle inspection des armes six mois avant le raid, sans que les autorités ne répondent. Les ATF, après quelques mois de surveillance, obtinrent malgré tout un mandat de perquisition et d’arrêt pour David Koresh ainsi que quelques-uns de ses adeptes.

La première opération, au nom de code « Showtime », démarre le 28 février 1993.



Le dimanche matin du 28 février 1993, à 9h45, les ATF composée de 76 agents et 80 véhicules se positionnent autour de la résidence du Mont Carmel. David Koresh ouvre la porte d’entrée de la résidence, sans arme, afin de répondre à la demande de perquisition et au mandat d’arrêt à son nom. Devant les armes des agents pointées sur lui, il proteste : « Discutons ! Il y a des femmes et des enfants ici ! ».

Les agents des ATF, qui avaient été conditionnés sur les dangereux davidiens armés ont alors paniqué. Ils tirèrent aussitôt, blessant David Koresh et blessant mortellement son beau-père, également sans arme, qui se tenait derrière lui et qui mourut un peu plus tard dans la journée. Plusieurs chiens appartenant à la communauté avaient été abattus quelques instants plus tôt parce qu’ils gênaient la visibilité des tireurs. Les ATF ont prétendu qu’ils avaient tiré parce qu’ils avaient entendu des tirs venant de la résidence. Les Davidiens déclarèrent que les ATF avaient tiré sans raison alors que leur leader s’était présenté à la porte pour discuter.

Quelques minutes après cette fusillade, à 9 h 48, un Davidien, Wayne Martin, a appelé le 911, implorant les autorités de faire cesser les tirs contre eux .Un groupe de 8 agents des ATF fut alors envoyé pour pénétrer les lieux par les toits, soutenus par un hélicoptère qui aurait accompagné leur assaut par des tirs depuis le ciel. Cette seconde phase de l’assaut se déroule également dramatiquement et a coûté la vie à quatre agents des ATF. Winston Blake, Peter Gent, Peter Hipsman et Jaydean Wendel. Des Davidiens, furent tués dans cette même phase.

Là encore, les versions diffèrent. Les agents des ATF affirment que leurs agents furent tués par les Davidiens, une fois à l’intérieur, alors que les Davidiens prétendirent eux que les tirs de l’hélicoptère avaient tué les agents ainsi que les leurs.



Un autre Davidien, Michael Schroeder, qui était à l’extérieur de la résidence et qui tenta de rejoindre son groupe, fut abattu par les ATF à 16h55. A nouveau, les versions diffèrent, les forces de l’ordre prétendant qu’il avait tenté de pénétrer les lieux en tirant sur la centaine d’agents ATF présents, et les Davidiens prétendant, eux, que l’homme avait été abattu froidement, comme une vengeance des ATF contre leur groupe. Sa femme déclara ensuite qu’il revenait simplement de son travail et avait été tué sans sommation. Son corps est abandonné pendant trois jours sur le terrain découvert entre la résidence et les véhicules des ATF.

A 19h30 de ce même jour, David Koresh est interviewé par CNN. Le FBI reprend alors les opérations en main, et demande aux journalistes de ne plus faire d’interviews. 51 jours de siège suivront.

Durant les 51 jours de siège qui suivent, les Davidiens sont retranchés à l’intérieur de la résidence, à l’exception de quelques-uns qui sortirent et se rendirent aux autorités. 25 négociateurs du FBI restèrent en contact avec Koresh par téléphone.

David Koresh, qui écrivait un commentaire sur la signification biblique des « sept sceaux » avait demandé la possibilité de terminer ce travail commencé quelques années auparavant. David Koresh a ainsi tenté de négocier pendant 51 jours, affirmant qu’il se rendrait aux autorités si elles lui laissaient le temps de finir son travail, qui, selon sa conviction, était l’œuvre de sa vie. Il justifiait son repli par le fait qu’il serait abattu s’il sortait alors qu’il devait terminer son travail en cours. Les agents du FBI n’étaient pas préparés à la détermination des membres du groupe à ne pas céder et les négociations ont dégénéré ensuite.

Dans un premier temps, Koresh fut autorisé à diffuser un message à la radio, afin de l’inciter à une reddition pacifique. Mais après le message, Koresh déclara que « Dieu lui avait demandé de rester, et d’attendre ». Cependant, dans le même temps, les négociateurs parvinrent à faire sortir 19 enfants de moins de 12 ans, sans leurs parents.

Koresh sur la vidéo

Le neuvième jour, les Davidiens produisirent une bande vidéo qui tentait de démontrer que personne n’était retenu en otage à l’intérieur du bâtiment. La bande montrait les 21 enfants qui étaient encore dans la résidence. Mais la vidéo ne fut montrée au public que beaucoup plus tard après la fin du siège, les agents jugeant qu’elle « attirerait la sympathie du public » si elle était montrée à ce stade.



David Koresh refusant de sortir, ainsi qu’une centaine de membres de la communauté craignant pour leur vie, les autorités utilisèrent toutes sortes de tortures psychologiques pour parvenir à leurs fins, comme le fait de priver de sommeil les occupants de la résidence par la diffusion ininterrompue de cris de lapins que l’on égorge, de bruits d’avion et de hurlements de bébés. Des projecteurs éclairaient le bâtiment 24h sur 24. Les chars faisaient mine de charger régulièrement, s’arrêtant brutalement à quelques mètres de la résidence pour reculer et recommencer plus tard. Des hélicoptères avec des mitrailleuses montées sur les flancs survolaient les lieux en permanence (Il fut révélé que les ATF avaient obtenus le soutien des hélicoptères en faisant une fausse déclaration, ce genre d’équipement n’étant utilisé que dans les affaires de trafic de drogues). Plus tard dans le déroulement de l’événement, l’électricité et l’eau furent également coupés.

Plusieurs universitaires, spécialisés dans les questions religieuses et bibliques, tentèrent d’alerter les forces de l’ordre en leur indiquant que leur assaut ne pourrait que conforter Koresh et ses disciples dans leur vision apocalyptique et faire d’eux des martyrs. Cette erreur tactique semble avoir été une cause centrale de la dérive de l’assaut.




L’assaut final eut lieu à l’aube du 19 avril 1993, Après 51 jours, le FBI prétendit alors qu’il avait l’assurance que le groupe allait commettre un suicide collectif. Le procureur général, Janet Reno, approuva alors l’idée d’un assaut final.

Les chars d’assauts percèrent des trous dans les bâtiments et, selon les propres mots du FBI : « injectèrent des quantités massives de gaz lacrymogène de type CS, très inflammable et fatal pour des enfants sans masque à gaz. Les tanks (dont plusieurs Bradley’s et deux énormes M1 Abrams, utilisés en temps de guerre. La législation américaine interdit pourtant à l’armée de fournir du matériel ou d’intervenir dans une action policière) démolirent certaines parties du bâtiment pour créer des tunnels et permettre ainsi à des courants d’air de se former afin de faire circuler le gaz dans la résidence. Des parties entières du bâtiment furent renversées par les tanks écrasant plusieurs membres de la communauté, dont des enfants, dès les premières minutes de l’assaut

Les chars ont renversé les lampes à pétrole que la communauté utilisait nuit et jour depuis que l’électricité leur avait été coupée. Le gaz prit feu et les flammes se propagèrent à grande vitesse dans les lieux à cause des courants d’air. 74 personnes y moururent carbonisées, incluant 12 enfants de moins de cinq ans, dont deux enfants de Koresh. Les forces de l’ordre et les pompiers sur place ne tentèrent à aucun moment de maîtriser l’incendie.

A la fin du brasier, les ATF célébrèrent joyeusement leur succès en dressant leur drapeau sur les décombres.

Le FBI défend la thèse que les Davidiens se sont suicidés en versant de l’essence dans le bâtiment. Les quelques Davidiens survivants et d’autres témoins disent que ce sont les gaz qui ont mis le feu à l’intérieur, simplement parce que les occupants n’ayant plus d’électricité, les lampes à pétroles auraient été renversées par les chars et auraient mis le feu au bâtiment alors que tous les membres étaient regroupés dans la chambre froide au centre de la résidence. D’autres témoins parlent de missiles incendiaires envoyés sur le bâtiment. Cette thèse a fait couler beaucoup d’encre, d’autant plus qu’il fut prouvé que de telles armes avaient effectivement été utilisées, sans démontrer cependant qu’elles avaient bien déclenché l’incendie général.

A 15h45, la mort de David Koresh est confirmée (certaines photos montrent un impact de balle dans le crâne).

les 4 agents de l’ATF décédés


86 morts, incluant les agents des ATF, 20 blessés, 9 Davidiens survivants condamnés pour possession illégale d’armes. Plusieurs des Davidiens innocentés et les familles des morts ont porté plainte contre le gouvernement des États-Unis et autres organes officiels. Ils furent déboutés. Les ATF ont cependant été sévèrement critiqués à la suite de l’assaut, à la fois sur le contenu du mandat de perquisition et d’arrêt.

Le FBI a fait raser les restes du bâtiment le 12 mai 1993, soit moins d’un mois après l’assaut final, a été également critiqué comme un acte qui pourrait être considéré comme suspect de la part des autorités avant qu’une enquête puisse être conduite sur les lieux.

L’autopsie des corps retrouvés dans la résidence a ouvert un nouveau débat, car elle démontra que plusieurs enfants étaient bien morts à cause des gaz lacrymogènes, plusieurs adultes étaient morts de balles dans la tête, et d’autres avaient eu le crâne fracassé. Qui avait commis ces crimes ? Une escouade de forces d’intervention est entrée dans le bâtiment pendant l’incendie et en est ressorti ensuite. Des images de cet assaut non officiel montrent que des échanges de tirs auraient eu lieu à ce moment-là. Certains Davidiens soutiennent que ce groupe avait été envoyé pour abattre Koresh et ses proches collaborateurs.

La polémique enfla de plus belle, et plusieurs journalistes ont dénoncé un mensonge officiel :

Linda Thompson, extraits de « The Big Lie » :

"Les médias étaient tenus à une distance de 5 kilomètres du lieu de l’assaut et ne pouvaient que régurgiter au grand public les informations données par le FBI sur place. Ils répandirent en particulier ces horribles mensonges au sujet des enfants battus, des plans pour un suicide collectif et des « Dérangés de Waco (whacos in Waco) ». Mais qu’importe, n’est-ce pas ? les événements sensationnels font vendre ! Ce ne serait pas une bonne histoire si la vérité était dite. Le FCC peut fermer une ou deux chaînes ou annuler un permis, ou peut tuer 74 personnes, tout cela vaut mieux que d’exposer la dépravation des leaders de ce pays ! »

Extrait de « Le Massacre des Davidiens » par Carol Moore :

"(…) Des films et des livres n’ont cessé d’être présentés au public, démontrant sans ambiguïté que les agents des ATF firent feu en premier sur David Koresh quand il est sorti de la résidence et que des hélicoptères firent feu également, tuant par erreur quatre des leurs (ces décès furent imputés aux Davidiens). A partir de là, les Davidiens exigèrent que cela soit révélé avant de se rendre afin que les ATF soient traduits en justice et qu’ils puissent, eux, retrouver la liberté. Craignant cela et fous de rages à la mort de leurs quatre agents ; les membres des ATF tentèrent d’éliminer toute trace de leur assaut catastrophique. Ils firent en sorte que les négociations ne marchent pas et poussèrent à un assaut final qui devait, finalement, détruire toute autre preuve de ce qui s’était réellement passé (et cela d’autant plus qu’il fut démontré par la suite que les ATF s’étaient emparé de cette affaire pour redorer leur blason, récemment terni par des affaires de harcèlement sexuel dans leurs services, dévoilés à l’émission 60 minutes de CBS ndw) »


Le 13 juillet 1995, le Treasury department a fait connaître la liste des armes détenues par les Davidiens : aucune n’était une arme automatique, l’accusation à l’origine de l’assaut.



En 1999, la ministre de la Justice américaine, Janet Reno, s’est engagée à relancer l’enquête sur le drame de Waco. Cette décision traduit la tension qui règne entre le département de la Justice et le FBI. Pendant six ans, les « fédéraux » ont « oublié » une cassette vidéo infrarouge, qui a été saisie cette semaine par la justice. Les images, filmées quelques heures avant le drame, confirment que les agents du FBI ont utilisé des gaz militaires inflammables, qui pourraient avoir provoqué l’incendie. La conversation enregistrée sur la bande vidéo, montre que l’ordre d’utiliser des engins pyrotechniques fut donné par les chefs de l’opération sur le terrain . Au moment des faits, le FBI et Janet Reno elle-même niaient l’utilisation de gaz de combat

Il ne s’agirait pas du seul mensonge. L’administration avait également nié l’engagement de la division Delta, une unité spéciale de l’armée, présente sur place. La loi autorise les hommes de Delta à conseiller le FBI, mais pas à s’engager au combat sur territoire américain. Or, ils auraient joué un rôle actif.

Dans les milieux des groupes paramilitaires et antigouvernementaux d’extrême droite qui fleurissent dans l’Amérique profonde, le « massacre » est érigé en symbole de l’oppression d’un gouvernement liberticide. Tim McVeigh se rendra en pèlerinage sur les lieux du drame. Et deux ans plus tard, jour pour jour, rempli d’une haine accumulée depuis Waco, il fera exploser un bâtiment de l’administration fédérale à Oklahoma City (168 morts). Selon des informations recueillies à Oklahoma City, une partie au moins des agents du FBI qui avaient participé à l’assaut de Waco avaient leurs bureaux dans l’immeuble fédéral Alfred-Murrah qui abritait aussi les services secrets, la brigade des stupéfiants, les services du logement, un bureau des Marines, les ATF, l’administration des autoroutes, le bureau du budget, le service social de l’armée et une crèche.
 
Selon divers sondages, 60 % des américains rejettent la responsabilité du drame sur les autorités. Le siège de Waco est devenu une des références des milieux d’extrême-droite et conspirationnistes américains.

Moyenne des avis sur cet article :  3.77/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Kelson 1er septembre 2009 12:53

    Aucune référence ou autre source... difficile de prendre cet article vraiment au sérieux.


    • LE CHAT LE CHAT 1er septembre 2009 13:02

      Article passionnant , on est loinde la version officielle , FBI et CIA même combat !


      • Tony Pirard 1er septembre 2009 16:17

         Résume de l’ópera : « De Scientist et fou ,chacun a un peu... »


         Il ne faut aller tant loin... !La France a un même cancer que ceci à ...Carpentras.


         Mais,la Presse Européenne adore montrer les cathastrophe des États-Unis et caher la propre salesse.... !


        • fonzibrain fonzibrain 1er septembre 2009 17:47

          hello voila un doc qui reprend tout l’histoire




          en revanche il était tout même bien jobar le koreh.

          c’est vraiment un difference de culture impressionnante de tolérer des groupe de gens si different,les sa usa sont vraiment un pays bizarre,il y a le mieux comme le pire et depuis des années le pire prend le dessus .

          bref,ce sont des ultra jobard les dravidiens (par rapport à nos schémas habituels) mais si ils sont heureux pourquoi aller les emmerder ?

          mais bon le niveau de violence psycholgique est tout de même élevé,je pense que ce n’est pas anodin qu’ils s’entretuent à coup de hache quand même !

          franchement j’ai pas trop d’avis tranché,c’est des dingues mais l’état est tout aussi dingue
          on est mal barré

          • Suldhrun Coyotin 1er septembre 2009 18:01

            moi le nom de Waco mrd rat pelle le nom d un bourrin en arrive de tierce en l ane de grace 1988 


            4800 heureux d epoque j en fus de benef

            Merci de mes sous venirs a me me voir 

            Continuez dans mon ego vous le nourrissez bien

            • Avalon_Girl 2 septembre 2009 09:50

              C bien gentil, mais l’essentiel de l’affaire de de Waco n’est encore une fois pas évoqué dans cet article, qui oriente comme bien d’autres vers des pistes alternatives qui distraient des causes réelles du drame.
              David Koresh était un agent dormant du FBI, et était une des victimes devenues co-Xécutantes des programmes de mind control ...
              C parce qu’il était devenu incontrôlable k les sinistres forces d’élite Delta sont intervenues pour décimer en masse ce groupe.
              Il y a plein d’articles passionnants à ce sujet sur internet, mais comme d’hab, toutes les infos cruciales et documentées sont en anglais :

              http://tribes.tribe.net/mind-control/thread/bb7a3411-9460-4191-aab6-90fe9a918391

              http://www.whale.to/b/rm8.html

              http://www.mindcontrolforums.com/pro-freedom.co.uk/report_on_waco.html

              Par ailleurs, voici un site web français doté de quelQ fautes de frappes Xcusables sur le sujet pour le moins violent du mind control :
              http://secretebase.free.fr/complots/techno/mindcontrol/mindcontrol.htm

              Cà fait longtemps k notre ami James Bond ne se bat + tant avec des armes, qu’il ne se débat avec son esprit ...

              Bon Appétit !


              • Philou017 Philou017 2 septembre 2009 10:03

                Le drame de Waco n’est qu’une tuerie parmi d’autres exécutée en toute impunité par des agences fédérales.

                L’auteur est bien naive en pensant que ce drame n’est du qu’à des icompétences. Les faits montrent qu’il y avait clairement une volonté d’envenimer la situation et de tuer les gens.

                Monter une telle opération sous un prétexte aussi « léger » que la détention d’armes automatiques montre la fable. Armes automatiques qui n’ont jamais été retrouvées d’ailleurs.

                Reste le mobile. Je n’ai pas trouvé d’explication suffisamment étayée pour comprendre pourquoi une telle opération a été montée. Cette opération est sans doute liée à celle d’Oklahome City, où un cover-up important a été monté pour masquer la réalité, et où les mêmes agents du FBI sont impliqués.

                Cette histoire montre entre autres, que les agences fédérales sont des états dans l’état, qui ne sont soumises à aucun contrôle sérieux.


                • franc 2 septembre 2009 16:10

                  ce massacre de Waco est un crime monstrueux d’un Etat nazi ,vicié et corrompu ,et ce n’est pas le seul massacre que cet Etat capitaliste démoniaque a commis en Amérique et dans le monde entier 

                  le mobile est que cet Etat ne désire que personne ne mette en cause son état corrompu et vicié et ne lui donne des leçons de morale ------------------------------------cet Etat malhonnête a horreur des gens honnêtes

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès