Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Retour vers le futur

Retour vers le futur

A l’heure où les Etats-Unis règlent enfin leur compte aux sombres années Bush-Cheney, Israël semble à son tour refuser de vouloir prendre l’Histoire dans le bon sens.

Avant même le début des bombardements sur Gaza, il était possible de prévoir la suite : une attaque terrestre, la menace d’une nouvelle Intifada en Palestine, d’un nouveau front au Nord avec le Hezbollah, et bien sûr d’un embrasement dans le monde musulman avec en prime le retour en grâce des marchands de haîne, sur la sellette depuis le 4 Novembre.

Le tout, bien sûr, suffisamment avant le 20 Janvier et l’arrivée aux manettes d’Obama, histoire de rafler une large majorité radicale le 10 Février aux élections pour la 18e Knesset 1.

Une dizaine de jours avant l’intronisation de Barack, force est de constater que les extrémistes frôlent la "perfection" (on a même eu droit aux habituels débordements anti-sémites en France, un triste rituel dans ce type de circonstances...).

Mais leur triomphe n’est pas une fatalité.

Et la sensation de déjà vu nous projette bien avant le fiasco de l’IDF au Liban en 2006 : comment ne pas faire le parallèle entre l’Israël de 2009 et les Etats-Unis de 2003-2004 ?


- Une prétendue "guerre contre le terrorisme" en réalité délibérément menée pour répandre de l’huile sur le feu, renforcer les fondamentalismes, affaiblir la démocratie, et assurer la victoire politique durable d’une idéologie subtilement fascisante


- L’alibi fallacieux du renversement d’un régime "diabolique" ; en réalité un partenaire bien pratique pour mobiliser l’extrême droite religieuse... et pour montrer aux autres que finalement, si l’on se permet quelques libertés avec les conventions internationales, il y a toujours pire ailleurs


- L’adhésion massive d’un peuple traumatisé, mais manipulé par une propagande savamment orchestrée par des spin doctors et des media au pire complices, au mieux privés de toute image contradictoire.


- La vaine gesticulation de l’ONU et même - tout arrive ! - de l’Etat Français (pour Sarkouchner, l’occasion unique de se redorer le blason façon Chirac-Villepin ?).


- ...

Bien sûr, Obama et Clinton auront trois semaines entre le 20 Janvier et le 10 Février pour tenter, s’ils y tiennent vraiment, de sauver Israël de son pire ennemi : celui qui le mine de l’intérieur, celui qui détruit méthodiquement tout espoir de paix, celui qui a eu la peau de Rabin et aura les os de ce qu’il reste de Cisjordanie.

Mais ce n’est pas le silence, logique, d’Obama qui m’inquiète ; c’est celui, assourdissant, des modérés Israéliens, c’est l’absence d’opposition politique dans un pays dont le centre de gravité a fortement basculé à droite (entre Ehud Barak et le Likoud...). Elle finira bien par émerger un jour, mais l’incontournable implosion n’est pas pour demain 2.

Sincèrement, je ne pensais pas, après le 2 Novembre 2004, que l’Amérique allait se recentrer aussi vite et se racheter aussi spectaculairement.

Mais pour tout le monde, il serait franchement préférable que le 10 février 2009, Israël dise tout de suite "Yes we can" à l’Histoire au lieu de voter pour Bush-Cheney 2004.



1- voir blogules en V.O. "Come Feb. 10th, Will Israel Embrace History Or Vote Bush-Cheney 2004 ?" et "A Christmas Gift for Fundamentalists ?"
2- "Happy new year 2010", mais pas de "guerre civile" pour le moment..


— -
initialement publié sur blogules.


Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • stephanemot stephanemot 12 janvier 2009 10:14

    deux signaux forts ces derniers jours :


    - le WSJ publie une tribune de George E. Bisharat intitulée "Israel Is Committing War Crimes"

    - le BNP, parti néo-nazi britannique, applaudit cet Israël très à droite de l’échiquier ("Neo-Nazis For Israel ?"), et les Juifs modérés du Royaume dénoncent dans la foulée l’invasion de Gaza.

    ...

    change is coming ?


    • antovador 12 janvier 2009 21:49

       Etrange cet article des nazi pro-Israeliens mais pas surprenant vu que deux groupes opposés peuvent se sympathiser face á un enemi commun, l’Islam et ils oublie vite la Shoah dans ce cas présent.


    • stephanemot stephanemot 13 janvier 2009 02:22

      cela s’inscrit aussi dans le rapprochement des extremes-droites religieuses chretiennes et juives, tres marque aux US apres 9/11.

      a signaler : l’un des theoriciens de ce rapprochement, dans les annees 1840, s’appelait George Bush (meme famille bien sur).


    • ZEN ZEN 12 janvier 2009 11:48

      Bonjour , Stéphane

      J’ai lu effectivement la pétition des Juifs modérés sur le Guardian. Impressionnant de modération

      "Mais ce n’est pas le silence, logique, d’Obama qui m’inquiète ; c’est celui, assourdissant, des modérés Israéliens, c’est l’absence d’opposition politique dans un pays dont le centre de gravité a fortement basculé à droite (entre Ehud Barak et le Likoud..."
      Moi aussi
      Même le mouvement "La paix maintenant" peine à trouver le discours juste qu’il avait naguère .Haaretz a changé aussi de ton, malgré quelques éditorialistes courageux parfois




      • stephanemot stephanemot 12 janvier 2009 12:22

        bonjour ZEN

        on peut vraiment faire le parallèle avec les media US en 2003... mais les USA avaient des valeurs fondamentales claires, dont ils se sont ecartes.

        je crois qu’Israel ne peut plus faire l’économie d’une reflexion sur sa definition meme, sa nature, ses valeurs, son projet politique.

        on ne peut pas effacer 1948, mais il n’est plus possible d’avancer comme si tout etait permis. c’est totalement suicidaire.


      • LE CHAT LE CHAT 12 janvier 2009 13:11

        on remarque aussi le silence assourdissant du PS sur le sujet ! Israel a le soutien total de ses dirigeants !


        • beubeuh 13 janvier 2009 16:39

          je crois qu’Israel ne peut plus faire l’économie d’une reflexion sur sa definition meme, sa nature, ses valeurs, son projet politique.

          J’ai pourtant la nette impression que c’est ce qui ce passe, même si j’avoue que je connais mal la vie politique Israëlienne. Finalement, ces roquettes bricolées et la grande démonstration de force contre les guerilleros amateurs du HAMAS - c’est presque comme à la parade - sont du pain bénies pour des politiques qui m’ont l’air de tout faire pour planquer les questions essentielles sous le tapis.

          Nonobstant les critiques tout à fait légitimes sur le nombre de morts Palestiniens, cette opération militaire m’à l’air assez bien menée. Mais Israël en arrive bientôt au point ou il a vaincu tout ses ennemis, du moins sur ses frontières. La Jordanie et l’Egypte ont signé la paix depuis longtemps, la Syrie est dans les choux, (le Golan sert de garantie et son président négocie), le Hezbollah a été refoulé au Nord et doit partager la maîtrise du terrain avec la Finul, la Cisjordanie est isolée derrière un mur en béton et découpée en petits morceaux... il ne reste plus que les roquettes Fisher Price du Hamas à faire taire et c’est fini. Restera l’Iran, mais c’est déjà plus loin et, s’il construit (péniblement) des bombes atomiques, il ne produit pas d’images traumatiques pour l’électeur-téléspectateur au quotidien.

          Israël va bientôt se retrouver devant cette angoissante question : et maintenant quoi ? Que fait-on des Palestiniens, maintenant que nous avons détruit toute possibilité pour eux d’avoir un Etat ?



          • stephanemot stephanemot 14 janvier 2009 01:56

            Les 20% d’Israeliens arabes se posent serieusement des questions.

            Cela arrangerait bien les extremistes des 2 camps qu’ils dechirent leur carte d’electeurs et se radicalisent.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès