Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Révisionnisme : le Japon repart à la conquête de la Corée

Révisionnisme : le Japon repart à la conquête de la Corée

Provoquant le légitime déchaînement des médias, du public et des dirigeants coréens*, le gouvernement japonais a finalement décidé de mettre en œuvre son projet de réécriture de l’Histoire** : les manuels d’histoire de l’archipel seront modifiés afin de repositionner les îlets coréens de Dokdo sous le drapeau nippon et sous le patronyme "Takeshima".

Pour rappel : ces cailloux également connus sous le nom moins polémique de "Rochers de Liancourt" font l’objet d’une véritable guerre des propagandes entre les deux voisins depuis que les ultra-nationalistes japonais, encouragés par les gouvernements Koizumi puis Abe, se sont mis en tête de les revendiquer.

Le Japon les avait pourtant reconnus comme coréens à la fin du XIXe siècle... mais entre-temps le pays s’est découvert des ambitions impériales. Et, en 1905, sa première conquête hors du territoire nippon était ce bout de territoire au large d’Ullung-do.

De même que la mer de Corée a été rebaptisée mer du Japon, Dokdo ("Île lointaine" en Coréen) a alors été rebaptisée Takeshima, ce qui signifie "Île aux bambous". Il est bien évidemment impossible pour un bambou de pousser sur un sol aussi stérile, mais le nom est particulièrement pertinent si l’on considère ce que symbolise le bambou : quand cette plante prend pied sur un terrain, elle s’avère très difficile à éradiquer.

Dokdo / Takeshima ne représente donc pas un simple enjeu économique classique lié aux frontières des eaux territoriales (laissons de côté les enjeux écologiques, les Coréens épuisant désormais les ressources naturelles avec presque la même efficacité que les Japonais) : pour le mouvement ultra-nationaliste japonais, c’est un symbole essentiel, le point de départ de la conquête, l’épicentre de l’impérialisme triomphant.

En fait, quand les ultra-nationalistes revendiquent "Takeshima", c’est exactement comme s’ils réclamaient le retour de "Keijo / Gyeongseong" (alias Séoul) dans le giron impérial.

La polémique sur Dokdo s’inscrit dans le climat détestable entretenu par les visites régulières de Koizumi et Abe au site de Yasukuni (où reposent parmi les héros de la nation des criminels de guerre de sinistre mémoire dans toute l’Asie). Ces provocations ont pour effet de raviver les nationalismes dans tous les pays victimes de la barbarie impériale à commencer par la Chine et la Corée... où le territoire de Dokdo fait désormais l’objet d’un traitement démesuré dans les médias avec un focus dans chaque bulletin météo.

Ce débat sur la territorialité n’existe que parce que ces quelques mètres carrés ont été mystérieusement éludés dans le Traité de Paix de San Francisco du 8 septembre 1951. Il convient de rappeler que juste après la capitulation, une "paix des non braves" avait au préalable été conclue entre Japonais et Américains : si les Américains ont refusé de traduire les criminels de guerre nippons pour crimes contre l’humanité, c’est afin d’éviter d’être eux-mêmes poursuivis pour leur usage de l’arme nucléaire sur des civils. Il n’est pas non plus inutile de rappeler que ce Traité de San Francisco a été signé en pleine guerre de Corée et en plein conflit entre la Chine et Taiwan, fournissant à ses deux principaux protagonistes l’excuse idéale pour éviter d’inviter les pays les plus directement concernés par les exactions impériales.

Cette "paix des non braves" est donc l’une des principales raisons pour lesquelles aucune justice n’a été apportée aux innombrables atrocités commises dans toutes les nations victimes et en particulier en Corée, un pays dont les ultra-nationalistes nippons ont méthodiquement cherché à anéantir la culture et toute trace de l’influence sur l’histoire de l’Archipel***.

Les libérateurs de la Corée auront décidément marqué l’histoire de ce pays : si le Japon a pu amorcer sa recherche d’espace vital en Extrême-Orient au début du XXe siècle, il le doit à un Yalta conclu entre les deux mêmes maîtres du Pacifique (en substance : le Japon ferme les yeux sur les Philippines, les Etats-Unis laissent le Japon prendre ses aises sur la région).

Si les thèses fascistes et militaristes sont de retour au pays du Soleil levant et les ultra-nationalistes peuvent, sans la moindre réaction du grand public, obtenir de leur gouvernement des initiatives révisionnistes aussi scandaleuses que celle-ci, c’est bien parce que le Japon n’a pas encore commencé l’indispensable travail de mémoire qui a fait de l’Allemagne d’après-guerre une démocratie modèle.

J’ai un profond respect pour le Japon, mais ces dérives ne sont plus acceptables. Il est grand temps que son peuple se réveille et que ce pays se décide à assumer son passé pour appréhender plus sereinement l’avenir.

A cet effet, l’éducation joue évidemment un rôle crucial, et il serait préférable de ne pas la laisser aux mains des nostalgiques de la période la plus sombre de l’Histoire de ce grand pays.

* avec la pointe de nationalisme habituelle : "Japan to Announce Dokdo Decision Monday" (Chosun Ilbo - 20080714), "Pres. Office Warns Japan Over Claiming Dokdo Islets" (Dong A Ilbo 20080714)
** cf "Claiming Dokdo as Takeshima equals claiming Seoul as Gyeongseong" (Seoul Village 20080518), ou ces moins récentes piqûres de rappel en VF : "Blogule rouge aux Jeunesses Japonaises - idées et chemises noires " (20060502) "Blogule blanc a Ban Ki-moon - drapeau blanc sur Dokdo " (20060420) "Blogule rouge au Japon - Pas de siège au Conseil de sécurité de l’ONU pour les révisionnistes " (20060410). Je sais, je radote un peu, mais il y a des sujets comme ça qui ont le don de me faire sortir de mes gonds.
*** cf. petit florilège non exhaustif des exactions pendant l’occupation japonaise de la péninsule, sur Wikipedia. Notons par ailleurs que la quasi-déclaration d’amour de l’empereur Akihito au voisin coréen, où il rappelait ses origines mixtes (cf. "The Emperor’s new roots" - The Guardian 20011228) a pas mal contribué à la remobilisation des nationalistes dans l’archipel.

---
initialement publié sur blogules.

Crédit photo : Yoshikazu Tsuno/Agence France-Presse - Getty Images

Moyenne des avis sur cet article :  3.58/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • faxtronic faxtronic 18 juillet 2008 17:47

    Le japon est structuré, politiquement, economiquement et meme dans le crime organisée. et cela depuis l’ere Meiji sans discontinuité par les ultranationalistes d’extreme droite. Ce n’est pas demain que cela changera, meme si il y a de temps en temps de soubressaut contre cela.

    Je te conseille un tres excellent ouvrage :

    Yakuza, la mafia japonaise (Poche)

    de Alec Dubro (Auteur), David Kaplan

    Cela t’expliquera la societe Japonaise dans sa partie noire, en particulier les premiers chapitres qui t’explique l’histoire du Japon entre 1865 et 1975 disont.

    Sans cette lecture, inutile de debattre.


    • jaguar jaguar 18 juillet 2008 18:07

      Je me permet de te corriger,
      tu parles de mer de corée rebaptisée en mer du Japon, c’est en fait la mer de l’est qui a été renommée en mer du japon. C’est également une très ancienne polémique entre les 2 pays.

      A part ça, les iles de dokdo sont un sujet hyper fréquent lors de discussion avec les coréens. Je suis à chaque fois surpris que le sujet soit abordé alors que la menace nord-coréenne à 5 minutes (en missile) des 10 millions d’habitants de Séoul ne le soit quasiment jamais.

      Tu as en tout cas raison sur le fait que le Japon ne veut pas s’excuser de ces atrocités commises pendant la guerre et l’occupation, le sentiment anti-japonais est très très fort dans toute l’asie.



      • stephanemot stephanemot 19 juillet 2008 03:12

        Il y a eu un glissement de Mer de Corée vers Mer de l’Est puis Mer du Japon.

        Vu des ultranationalistes Japonais, les deux premiers se valent : si une mer a été baptisée "Mer de l’Est", ce n’est évidemment pas par le pays dont elle vient lêcher la côte Ouest.

         smiley

        La cartographie joue un rôle essentiel dans les débats sur Dokdo, et à ce petit jeu, les ultranationalistes nippons ne peuvent pas gagner. A moins d’effacer les preuves ou de les modifier.

        C’est pour cela qu’ils viennent d’obtenir de la Librairie du Congrès US une modification du système de référencement. Exit "Dokdo", bienvenue aux "Iles de la Mer du Japon".

        Ahurissant.


      • Jean-Paul Cendrier Arpenteur 19 juillet 2008 18:23

        Il y a un paradoxe dans tout cela : d’un côté une minorité ultra-nationaliste qui végète dans ses souvenirs moisis et de l’autre un gouvernement qui injecte massivement de l’argent dans les pays en voies de développement (ex : infrastructures routières au Sri Lanka).
        Je ne vois pas le Japon revenir demain comme il l’a été la puissance militaire régionale des années 30. J’ai du mal à imaginer ce pays suivre béatement ses chefs...mais je me trompe peut-être.

        La préoccupation principale du Japon est la co-existance avec le puissant voisin chinois. Pour cela il fait des ronds dans l’eau et réclame des objectifs de la taille de l’Ile en question.

        Triste chose que les rapports des états entre eux...


      • stephanemot stephanemot 20 juillet 2008 02:19

        A Arpenteur,

        Le Japon de l’après guerre a remarquablement embrassé le pacifisme. L’inquiétude porte sur les générations futures que les néo et paléo fascistes tentent d’embrigader. Les futures mais aussi les esprits les plus fragiles sans plus attendre : il faut voir ces fanatiques parader dans les rues de Tokyo avec leurs 4x4 noirs bardés de hauts parleurs appelant la jeunesse à les rejoindre.

        La masse de la population ne voit rien venir, mais les verrous sautent un à un. Les premières participations à des opérations militaires portent certes sur de l’humanitaire mais ouvrent la voie à de vastes possibilités.

        Une fois de plus, la Chine présente comme partout dans la région (et bien au delà) le sujet numéro un sur le plan économique et (souvent aussi) politique. La question coréenne relève de l’obsession raciste d’une minorité, mais cette minorité est très active et de plus en plus influente.

        Tout ceci s’inscrit dans un climat délétère entre des voisins qui avaient perdu l’habitude de mener des discussions bilatérales directes et qui au moment de se rapprocher risquent voir de cristalliser des haînes savamment entretenues par les ultranationalistes de tous horizons. S’il n’est pas question de guerre aujourd’hui, le sujet pourrait ne plus devenir tabou pour les générations à venir.


      • krikri 21 juillet 2008 12:26

        "il faut voir ces fanatiques parader dans les rues de Tokyo avec leurs 4x4 noirs bardés de hauts parleurs appelant la jeunesse à les rejoindre. "

        Et vous avez deja vu des jeunes les rejoindre ? Montrez-nous une photo, ou je ne sais quoi. Je vois depuis des annees ces voitures passer dans une totale indifference . Tous les partis politiques sillonnent les villes japonaise en beuglant dans des hauts-parleurs et personne n’ecoute. 
         
        Par contre, des jeunes sudcoreens hurlant comme des betes des slogans anti-japonais c’est helas une scene reccurrente, un voyage scolaire qui passe devant la moindre kitscherie representant les Coreens repoussant les troupes d’Hideyoshi declenche cette hysterie.
        Vous pouvez tous aller le verifier la , quasiment tous les jours :
        http://www.lifeinkorea.com/Travel2/pusan/311
        N’ayant jamais vu la connerie de si pres, j’y suis retournee 3 jours de suite en me pincant fortement le bras pour verifier que je ne cauchemardais pas. Les tableaux (cliquez sur les images) ne sont pas anciens du tout, mais il y a des parties abimees parce que les jeunes crachent dessus et lancent des projectiles. Je n’ai pas paye le ticket d’entree, les gardiens voulaient meme me dissuader d’aller voir. J’ai vu passer une dizaine de groupes scolaires disctincts, entre 9 ey 15 ans, ecoles privees et publiques, venus en bus de divers endroits du pays.
        Les profs -qui eux restaient calmes- ont tous accepte de discuter, tres aimablement, avec moi en japonais ou en anglais. "Oui, oui, c’est bien ca... parce que les Japonais nous ont lachement attaques... ah vous connaissez l’histoire...et on l’enseigne a nos enfants, on les amene ici pour ca...Mais ils ont raison de cracher, on a ete attaques, nous...Oui, il y a 500 ans, mais on ne peut pas oublier, c’est normal.... Mais votre pays aussi doit avoir de la haine pour l’Allemagne, j’ai lu "la derniere classe"...Comment, vous etes de Lorraine et vous ne comprenez pas ?...Mais c’est normal que les jeunes les insultent et expriment la haine, ils devront defendre notre patrie... ".
        Je suis la seule a trouver ca consternant ?


      • stephanemot stephanemot 21 juillet 2008 14:36

        à krikri

        Habitant le centre de Séoul, je suis confronté tous les jours à des scènes pour le moins embarrassantes.

        Je suis le premier à déplorer ces dérives et une fois de plus, ce climat ne flatte pas les meilleurs instincts où que l’on soit. L’ultranationalisme alimente l’ultranationalisme.

        L’enjeu demeure le même : si on veut que les générations suivantes soient pacifiques dans toute la région, il est grand temps de démasquer les extrémistes.
         


      • Yannick Harrel Yannick Harrel 18 juillet 2008 20:47

        Bonjour,

        Si l’article se focalise sur la Corée, le Japon a aussi depuis belle lurette des vues sur les îles Kouriles appartenant à la Russie. Il fut même question sous le mandat d’Eltsine de les revendre pour permettre à l’Etat d’engranger de substantielles recettes !
        Depuis l’avènement de Vladimir Poutine (que ne contredira certainement pas Dimitri Medvedev), la politique est l’intégrité territoriale. Mais le Japon ne désarmera pas aussi facilement...

        Au bout de la presqu’île de Nemuro, le cap Nosappu est devenu un lieu de pèlerinage : de la pointe, on y aperçoit les premières Kouriles, distantes d’à peine 7 kilomètres et habitées par quelques militaires russes désœuvrés. Une flamme éternelle, conçue pour résister à tous les vents, symbolise l’incessant combat des Japonais pour récupérer ces îles, qui flottent là-bas au loin. Et partout dans Nemuro (35 000 habitants), les slogans s’affichent à l’attention des visiteurs russes, traduits dans leur langue, comme celui qui figure en grosses lettres sur le toit de la mairie : « Les îles appartiennent au Japon. Rendez-les nous ! »
        http://www.monde-diplomatique.fr/2001/09/CHOMETTE/15614

        Bonne lecture...

        Cordialement


        • stephanemot stephanemot 19 juillet 2008 02:36

          Il existe effectivement des litiges dans toute la région, savamment entretenus par les nationalistes de chaque pays.

          La Chine ajoute une nouvelle dimension en menant une stratégie pervasive d’impérialisme culturel d’un nouveau genre en s’appuyant sur ses minorités ethniques jadis étouffés (gros enjeu sur la Corée du Nord là aussi : http://blogules.blogspot.com/2006/05/blogule-rouge-aux-hubs-sud-coreens.html ).


        • Tarouilan Tarouilan 18 juillet 2008 23:41

          N’oublions pas qu’une Ile chinoise a été exposée à la même aventure Diaoyu, suite à quoi, un bateau de nationalistes taïwanais escorté par neuf patrouilleurs militaires de Taipei est venu défendre cette Ile de Diaoyu contre les japonais. Il a tourné autour de l’île principale d’un archipel inhabité de la Mer de Chine Orientale, appelé Senkaku en japonais et Diaoyu en chinois, avant de retourner à Taïwan.

          Cet archipel situé au milieu d’une zone riche en ressources naturelles est l’objet de la cupidité malsaine japonaise, qui souhaite soustraire cette Ile à Taipei et Pékin.

          La bateau des Taïwanais arborait un drapeau indiquant : "Lutte contre le militarisme japonais".

          Les nationalistes voulaient protester contre la collision (?) intervenue le 10 juin entre un bateau de pêche taïwanais et un patrouilleur des Forces japonaises, à proximité de l’archipel contesté.

          Le chalutier taïwanais avait coulé (le patrouilleur, n’avait pas une égratignure) mais l’incident n’avait pas fait de victime et ses 16 membres d’équipage avaient été récupérés par les Japonais puis renvoyés vers Taïwan, après avoir été interrogés par les autorités nippones. Cétait un acte quasi de guerre d’un bâtiment militaire contre des civils. ... un nouveau Nankin à l’horizon...

          Les autorités maritimes japonaises ont estimé que les deux navires étaient fautifs dans la collision, mais le capitaine du chalutier taïwanais affirme que le patrouilleur, beaucoup plus gros que son propre navire, a foncé sur lui "à dessein" pour le couler.

          Le département d’Etat américain a appelé le lundi suivant (en juin) les deux parties à la "retenue", leur demandant de résoudre ce problème par "des moyens pacifiques".


          • Citrouille belkacem olivier 19 juillet 2008 01:16

            Sans vouloir être polémiste, je trouve qu’on juge souvent l’histoire des autres avec beaucoup moins de convenances que la sienne. Vous remontez au XIX ème siècle pour justifier d’une propriété, allons y, redessinnons toutes les frontière de 1940 alors à ce rythme. Je pense que voir ce problème géopolitique par le petit détail impérialiste et économique, c’est faire une grave erreur. Le Japon essaie tout simplement de revenir à une place diplomatique, de se faire entendre et de se mesurer à ce qui l’entoure. Il y a un malentendu de l’histoire énorme sur le Japon. Les Allemands ont réussi à digérer leur histoire alors qu’elle était bien plus lourde, parce qu’on les y a autorisé. Les Japonais se sont fait voler leur histoire. C’est la grande différence et depuis, ils courent après. Comme d’habitude, ce sont les extrêmistes poussent les limites certes, mais le mouvement derrière est plus long, plus rempant, plus discret, le Japon essaie d’e^tre la puissance diplomatique qu’il n’a jamais été. L’amérique commence a plier, il faudra bien un relai... donc les cailloux sont un galop d’essai. La cible, c’est la chine, c’est pas la corée.


            • stephanemot stephanemot 19 juillet 2008 03:05

              Si l’on compare les deux principales attaques portées actuellement à l’histoire et la culture coréenne, elles ne sont pas du même ordre :

              * La démarche de Beijing est à la source politique et culturelle, avec des enjeux économiques majeurs mais secondaires. Vu de la Chine, il n’existe qu’un pays. Tout ce qui est autour a été un jour, est et fera à nouveau un avec l’Empire du Milieu. Les Coréens assument parfaitement leur héritage culturel chinois mais pas la tentative d’anschluss actuelle de la civilisation koguryo, qui se fonde sur une armée d’"historiens" chargés de réécrire l’histoire. 

              * Pour les ultranationalistes japonais, c’est avant tout une question de race, de supériorité et d’antériorité. On peut parler d’une forme de fondamentalisme à ce titre tant cela impacte la vision qu’ils cherchent à imposer à leur pays, à la région, et même au monde (ils viennent obtenir de la Librairie du Congrès US que toutes les références à "Dokdo", "l’Ile de Tok" ou autres soient remplacées par "Takeshima" ou "Iles de la Mer du Japon"). La question de l’antériorité les a même poussés à forger de fausses preuves archéologiques pour prouver l’antériorité d’une civilisation mythique sur l’archipel (cf scandales il y a qq années). Toute référence à l’héritage coréen dans la culture japonaise est éradiqué. C’est l’une des raisons pour lesquelles ils ont détruit une grande partie de leurs édifices bouddhiques au Japon, et des temples antérieurs aux leurs en Corée, et cela depuis des siècles, sans attendre la phase impérialiste du XXe siècle. Il fut un temps où la Corée était beaucoup plus avancée que le Japon et dépêchait des missions culturelles pour aider son voisin à se développer. Beaucoup d’éléments de la culture nippone ont une origine coréenne (ex le kimono, le maki-sushi) et c’est proprement insupportable pour ces fanatiques.

              La culture coréenne a été bannie sous l’occupation nippone. Les coréens ont été forcés à changer de nom, à ne plus apprendre leur langue... et en représailles les importations de biens culturels nippons ont été longtemps restreintes après la guerre. Les générations anciennes conservent un ressentiment de victimes mais il n’y a pas de racisme sous latent, et un respect de la supériorité économique du voisin.

              La jeunesse nippone, qui n’a bien sûr aucune idée de ce qui se trame dans son dos, a totalement craqué pour la vague coréenne (hallyu) des soap opéras lamentables (grosse source à l’export pour la Corée) et beaucoup d’ados se sont mis à apprendre le Coréen. Cela n’a pas vraiment calmé les ardeurs des néofascistes, bien au contraire. C’est aussi pourquoi ils misent tant sur l’éducation des générations futures et le contenu des livres d’histoire.

              C’est un moment clef pour le Japon : soit il leur résiste et prend le temps de faire le point sur son passé (sans tabou mais dans la serenite) soit il se laisse faire et sombre durablement dans les griffes des bellicistes.


            • Tarouilan Tarouilan 19 juillet 2008 10:24

              C’est une analyse intéressante, les Coréens ont une relation courtoise et intelligente avec la Chine, les Japonnais au contraire, ne font aucun effort pour arrondir les angles, bien au contraire, il n’ont pas la maturité minimum, pour que la communauté internationale, leur accorde le droit de se réarmer....ils ont réussi à rapprocher la Chine de Taiwan, au delà de toute espérance, avec le chalutier Taiwanais éperonné par ces belliqueux nippons.


            • Citrouille belkacem olivier 19 juillet 2008 12:05

              Désolé, je ne vous suis pas. Le Japonais savent que si ils cèdent sur un seul point avec les chinois, ceux ci poursuivront sans aucune limite, (on est d’accord sur le passé Nankin, les essais sur le corps humain etc..) c’est bien là la ligne de mire de tout celà. La Corée est un détail diplomatique, la Chine est un casse tête géopolitique. Ils vont vouloir prendre une revanche d’une manière et d’une autre. Les modérés japonais laissent faire pour analyser les réactions et se positionner petit à petit. Tout se fait lentement. N’oubliez pas les entraînements militaires contre un éventuellement Tsunami (seule ma grand mère y croit...) entre la chine, le Japon et les US à l’été 2006 dans un seul but : jauger les forces en présence, la mobilisation au delà de 500 miles. Les Chinois ont beaucoup investi en armement mais ils sont loin derrière encore. Concernant les Coréens, quelle serait leur position en cas de conflit ? c’est maintenant qu’on mesure ça...


            • stephanemot stephanemot 20 juillet 2008 02:26

              Ces deux dernières remarques mettent en avant un décalage dans le temps et sa perception.

              Nul n’ignore le rythme auquel se prennent les décisions dans l’Archipel, la modération et la retenue qui caractérise les échanges.

              Les extrémistes ne s’embarrassent pas de ces formalités. Ils jouent à fond la montre et leur rapidité est un atout clef pour faire bouger les lignes. Les esprits les plus fragiles voient d’un côté des politiciens classiques inefficaces, corrompus et sans relief, et de l’autre des idées claires et faciles à comprendre, du mouvement, de l’énergie. Destructrice, mais quelque part séduisante. La promesse de jours plus glorieux pour la Nation.

              On a vu ce que cela a donné avec les forces de l’Axe au siècle dernier.

              Mais justement, la pédagogie de cette période n’est pas suffisamment bien faite dans le pays. Et pour peu qu’on la maquille pour la rendre plus belle comme c’est le cas actuellement...


            • krikri 21 juillet 2008 14:12
              "Toute référence à l’héritage coréen dans la culture japonaise est éradiqué. "

              N’importe quoi.
              Venez un jour visiter les musees japonais, les douzaines d’expos sur les poteries de Chosen, sur l’intriduction de la culture du riz, sur l’epoque ou un meme peuple se partageait entre Japon et Coree (on voit les memes monticules funeraires a Kyongju et a Osaka....la difference est qu’a Osaka, la reference coreenne y est toujours, elle n’est pas a Kyonju, mais ils ont du oublier.

              "La culture coréenne a été bannie sous l’occupation nippone."

              C’etait mal la colonisation. Mais ils ont arrete en 1945, et depuis la culture coreenne a pu s’exprimer librement au Japon. Bien plus librement que dans les 2 Corees. 
              Il y a meme des ecoles de propagandistes nord-coreens qui enseignent librement toutes fadaises de leur choix. Trouve-t-on cette meme liberte a Seoul ? Si oui, indiquez-moi des adresses d’ecoles ou je peux allez les voir chanter l’hymne au grand leader. 

               
              "... et en représailles les importations de biens culturels nippons ont été longtemps restreintes après la guerre."

              Ce ne sont pas des represailles, les Japonais n’etant plus la-bas ca ne les a prive de rien. Les productions culturelles coreennes ont toujours ete en libre acces au Japon.

              Ca ne prive que les peuples Sud et Nord Coreens d’acces aux informations etrangeres.
              Ca s’appelle la censure. C’est une pratique de dictature. 

              "(ils viennent obtenir de la Librairie du Congrès US que toutes les références à "Dokdo", "l’Ile de Tok" ou autres soient remplacées par "Takeshima" ou "Iles de la Mer du Japon"). "

              Vous devriez arreter le crack. C’est vraiment n’importe quoi. Quand bien meme ils l’auraient demande, pourquoi est-ce que le monde entier l’aurait accepte ?
              Ils ont le droit de nommer le caillou "Takeshima" ou "Piou Piou Island" en japonais, et chaque pays a le droit de nommer la chose. C’est totalement independant de la dispute territoriale. 

              Les Japonais n’ont jamais demande que la mare soit nommee "mer du Japon", ce sont les Europeens qui ont choisi et impose le nom en francais, anglais...et les autres ont copie. .

              "
              C’est un moment clef pour le Japon : soit il leur résiste et prend le temps de faire le point sur son passé"

              Si les voisins faisaient le point sur leur present, ca aiderait.

              Qui part a chaque fois en claquant la porte quand on veut reunir des comites internationaux d’historiens ?
              Meme s’il y a un petit groupe de papys revisionnistes dans les facs poussiereuses, il y a au Japon enormement de personnes japonaises, ou pas, prete a ces echanges. Pas dans les pays voisins. 
               
              Qui censure les publications des autres pays ?
              En 2008, ce n’est pas le Japon.

              Qui ecrit des fadaises dans les manuels scolaire ?
              En 2008, le Japon le fait un peu (c’est grave quand meme et les gens en debattent, les professeurs ne
              suivent pas les manuels et emmenent les gosses voir des expos sur Nanking, etc).
              Mais Coree du Sud, du Nord et Chine le font systematiquement (sans aucun debat public).

            • stephanemot stephanemot 21 juillet 2008 15:08

              à krikri

              "Toute référence à l’héritage coréen dans la culture japonaise est éradiqué. " Je parle des décennies de dommages causés par les ultranationalistes, pas de l’immense majorité des Japonais, fondamentalement pacifiste. Ces fanatiques ont commis des atrocités innommables pendant l’occupation et sont naturellement moins nocifs aujourd’hui. Et les preuves qu’ils tentent de détruire aujourd’hui ne sont bien évidemment plus du même ordre.

              Les biens culturels nippons ont été censurés jusqu’à très récemment en Corée, un qui n’a découvert la démocracie que depuis peu mais rattrappe le temps perdu. Je me réjouis du changement de registre depuis une quinzaine d’années à propos des Coréens du Nord (qui ont effectivement toujours conservé une activité au Japon), et je déplore les piques nationalistes actuelles.

              Le gouvernement coréen mène des campagnes souvent risibles en réaction à chaque provocation du voisin. Elles ne servent clairement pas sa cause, pas plus que les manifestations parfois violentes qui animent le pays et sont logiquement perçues comme disproportionnées par un peuple japonais généralement inconscient des enjeux. Les voix qui s’élèvent contre les dérives nationalistes au Japon n’ont aucun effet sur l’agenda des radicaux qui ne font que gagner en audace depuis quelques années.

              PS : L’Empire a fait valider "Mer du Japon" pendant l’occupation (en 1929), lors d’une conférence océanographique à Monaco. Le Japon a pratiqué la politique de la chaise vide sur le sujet pendant des années, deux demandes séparées des deux Corées finissant par le mettre à l’ordre du jour de conférences thématiques onusiennes en 2007 (sans grand espoir : l’organisation refuse de modifier quoi que ce soit tant qu’un consensus n’est pas trouvé).


            • Echo Echo 19 juillet 2008 15:48

              Tant que les Japonais ne reclameront pas l’arme nucleaire, ils pourront toujours parader et s’exciter sur leurs voisins sans que cela emeuve grand monde.

              La Chine est la avec toute sa puissance dissuasive et c’est une tres bonne chose.

              Maintenant, il faut esperer que les USA n’en profiteront pas pour jeter de l’huile sur le feu en etendant leur bouclier antimissiles jusqu’aux limites des eaux chinoises. Car alors, l’ame belliqueuse japonaise pourrait raviver ses vieux reves de conquete sous la protection de l’Oncle Sam. La paix dans la region depend avant tout d’une dissuasion credible de la part de la Chine. Alors, de grace, que les Ricains ne viennent jamais s’en meler.

              Il est parfaitement exact que cette region du monde n’a beneficie d’aucun travail de memoire sur la deuxieme guerre mondiale. Ici, rien n’est avoue et rien n’est pardonne. Il y a des rancunes qui s’entretiennent jusque sur les bancs de l’ecole, et pas seulement au Japon.


              • Jean-Paul Cendrier Arpenteur 19 juillet 2008 22:39

                A ECHO : Comme disait l’autre, faudrait arrêter avec le travail de mémoire et commencer à étudier l’histoire !

                Pourquoi voir les USA comme des agitateurs ? sans leur intervention en Corée, il n’y aurait qu’une seule Corée...populaire et épanouie comme au Nord !

                Qu’est-ce qui vous fait penser que Taiwan s’est rapproché de la Chine +à cause+ des Japonais ?

                En quoi trouvez-vous positif qu’une nation non démocratique*, nationaliste** et la plus peuplée*** possède l’arme atomique ? qui doit-elle dissuader ? et de quoi ?

                Concernant l’arme nucléaire, le Japon ne la demande pas et l’aura bien après avoir obtenu son siège permanent au conseil de sécurité, ce qui n’est pas pour demain. La crainte du Japon, et des autres pays de la région qu’il ne faut pas oubier, est la réunification de la Corée. Même avec le coût financier de ses retrouvailles la Corée sortira "avantagée".

                (Je suis intéressé si vous pouvez développer votre dernière phrase. Je ne connaissais que les rancoeurs laissées par les Japonais...)

                * : dans une société ouverte on peut au moins critiquer son gouvernement et celui-ci à des comptes à rendre
                ** : je vous souhaite à tous un bon appétit pour les JO à venir ! 1936 ne sera rien à côté !
                *** : la démographie peut devenir un facteur décisif dans les conflits armés


              • Jean-Paul Cendrier Arpenteur 19 juillet 2008 22:40

                A ECHO : Comme disait l’autre, faudrait arrêter avec le travail de mémoire et commencer à étudier l’histoire !

                Pourquoi voir les USA comme des agitateurs ? sans leur intervention en Corée, il n’y aurait qu’une seule Corée...populaire et épanouie comme au Nord !

                Qu’est-ce qui vous fait penser que Taiwan s’est rapproché de la Chine +à cause+ des Japonais ?

                En quoi trouvez-vous positif qu’une nation non démocratique*, nationaliste** et la plus peuplée*** possède l’arme atomique ? qui doit-elle dissuader ? et de quoi ?

                Concernant l’arme nucléaire, le Japon ne la demande pas et l’aura bien après avoir obtenu son siège permanent au conseil de sécurité, ce qui n’est pas pour demain. La crainte du Japon, et des autres pays de la région qu’il ne faut pas oubier, est la réunification de la Corée. Même avec le coût financier de ses retrouvailles la Corée sortira "avantagée".

                (Je suis intéressé si vous pouvez développer votre dernière phrase. Je ne connaissais que les rancoeurs laissées par les Japonais...)

                * : dans une société ouverte on peut au moins critiquer son gouvernement et celui-ci à des comptes à rendre
                ** : je vous souhaite à tous un bon appétit pour les JO à venir ! 1936 ne sera rien à côté !
                *** : la démographie peut devenir un facteur décisif dans les conflits armés


              • stephanemot stephanemot 20 juillet 2008 02:42

                a Echo :

                Comme pour avec les fondamentalismes ( http://e-blogules.blogspot.com/2007/08/universal-declaration-of-independence.html ), les nationalismes s’alimentent les uns les autres. L’objectif des extrémistes et de ceux qui jettent de l’huile sur le feu est d’entretenir un climat de peur et de haîne pour faciliter l’accession ou le maintien au pouvoir des faucons.

                L’Administration Bush a à ce titre parfaitement réussi au Moyen-Orient. Sur un plan économique, les conservateurs cherchent à torpiller l’émergence d’une dynamique pacifique en Extrême Orient pour affaiblir des puissances concurrentes et retarder leur montée en puissance. Cette stratégie puérile et court-termiste se retourne contre eux : la Chine atteint la taille critique et menace à moyen terme leur leadership sur l’industrie militaire.

                Les USA ont dominé les échanges internationaux depuis la Guerre à travers des liens bilatéraux avec chaque pays, le Japon dominant les échanges intra-asiatiques sur le même schéma et la Chine prend le flambeau. Mais un multilatéralisme s’est développé et les pays moins puissants se sont mis à exister entre eux.


              • Echo Echo 20 juillet 2008 03:33

                Tous les pays n’ont pas vraiment resiste a l’invasion japonaise, il en est meme qui ont franchement collabore avec l’imperialisme nippon. Crime que leurs voisins n’ont toujours pas oublie.
                Je vis dans un de ces pays ex-collabo dont j’ai visite les pays frontaliers. On n’en est plus a la haine, mais on entretient soigneusement certaines differences relatives a cette epoque.

                Par contre, toute cette partie du monde respecte la Chine. Meme a Taiwan, il y a consensus pour ne jamais envenimer la situation.
                Peu importe les opinions occidentales sur la democratie en Chine. Ici, ce qui compte le plus, c’est de vivre en paix avec la grande puissance regionale.

                La seule ombre percue comme menacante est clairement celle du Japon, surtout lorsque les USA se profilent en arriere-plan.

                Je vis dans cette partie du monde depuis une douzaine d’annees et ce sont des impressions, simples mais fondamentales, dont je me suis doucement impregne. Je suis souvent effare par certaines interpretations fantaisistes repandues par les media occidentaux.

                N’oubliez jamais que plus la democratie progressera en extreme-orient et plus les modeles politiques de ces pays risquent de se raidir sur le nationalisme. Alors, la democratie oui, mais pas pour faire n’importe quoi, comme, par exemple, aller regler son compte au voisin trop arrogant. Les populations locales sont tres susceptibles. Mais vous le saviez sans doute ?


              • Echo Echo 20 juillet 2008 03:38

                Mon post s’adressait a Arpenteur.

                Mr l’auteur, votre commentaire, que je n’ai pas encore lu, est apparu dans l’intervalle.

                Visiblement nous vivons a la meme heure.


              • Echo Echo 20 juillet 2008 06:44

                A Stephanemot,

                Apres lecture, je pense que nous sommes sur la meme lomgueur d’onde.


              • Jean-Paul Cendrier Arpenteur 20 juillet 2008 08:24

                A ECHO.
                Merci pour votre réponse. Mais vous ne répondez pas vraiment à ma question. Pourquoi voir dans le Japon la menace de demain alors qu’en 2025 * la puissance militaire chinoise sera supérieure à celle des USA ? En quoi le Japon peut-il représenter une menace ?
                Vous ne m’avez pas répondu sur le rapprochement entre la Chine et Taïwan ? smiley. Quand on discute avec certains chinois (qui n’ont rien de vieux gardes rouges) ils disent qu’on devrait leur demander leur avis aux Taïwanais... façon de rappeler qu’à Taïwan comme au Tibet, les potentats locaux n’ont pas toujours favorables aux libertés individuelles.

                Concernant la démocratie, cela m’est bien égal que la Chine n’en devienne pas une. Même si ce qui est bon pour moi ne devrait pas être mauvais pour les autres. Je pense simplement qu’une nation démocratique a plus de contres pouvoirs pour limiter des dérives qu’une nation totalitaire. Non ? smiley

                J’ai l’impression que vous vivez en Thaïlande ! smiley . Une triste collaboration pendant la guerre et pleins de voisins !


                * : oui c’est une projection...n’en tenez pas rigueur : 1) si je me suis trompé dans l’année 2) si vous ne croyez pas aux projections


              • krikri 21 juillet 2008 14:41

                "Pourquoi voir dans le Japon la menace de demain "

                Seuls les ignares voient le Japon comme une menace. Le titre de cet article est ridicule, le Japon n’a meme pas en reve l’idee de s’imaginer recoloniser la *Coree*.

                Pour certains, c’est un ennemi passe qui peut faire un bon punching-ball et defouler les masses (cf les attitudes deplorables des hooligans de foot chinois et sud-coreens, il y a quelques annees les US pratiquaient le Japan Bashing), Cela permet de detourner l’attention de problemes de politique interieure.

                Le Japon peut etre une vache a lait, une machine a trouver du fric, les Chinois avec les ODA (sortes de credit Marshall , mais en mode credit revolving) , les Nord-Coreens avec le chantage regulier pour se faire payer a bouffer.

                Mais surtout, c’est un concurrent. C’est un tres vaste debat.
                Mais en l’occurence, la seule motivation des Japonais pour les iles machins, trucs, bidules ou choses est economique, et ils partagent cet appat du gain avec les voisins qui s’y accrochent ferocement. Il y a les zones de peche, les gisements de gaz sous-marins... C’est du fric. Or en Asie, la politique est au service des interets economiques (du pays, pas forcement ceux du pauvre pekin de Pekin). Partout, il est assez facile de trouver une bande d’energumenes nationalistes qui servent de pretexte et jouent la provocation indirect.
                Je connais beaucoup de Japonais (je vis a Osaka) et aucun n’a de sentiment patriotiques pour les Dokto/Takeshima, Avant l’affaire recente, personne ne savait que ca existait. Par contre, il y a des gens qui ont l’impression que les Sud-Coreens veulent rouler economiquement les Japonais.
                A tort ou raison ? Je n’ai pas examine l’histoire des traites sur ces ilots, mais il me semble que les Sud-Coreens seraient les proprietaires legitimes, et je pense que la majorite des Japonais pourraient l’accepter apres un debat "factuel" devant une instance internationale. Ils ont accepte bien des decisions depuis 45 (sur Okinawa etc), et on deja souvent "corrige" leurs manuels d’histoire a la demande de pays etrangers (en fait, ce sont les seuls a accepter cette ingerence).
                Mais on ne prend pas le chemin du debat. Les Sud-Coreens ayant decide d’en faire une affaire de patriotisme et honneur national, les gens se (re-)mettent a boyicotter le Japon (jusqu’a l’annulation d’echanges de homestay de lyceens !) et de construire au plus vite un hotel sur l’ilot.


              • stephanemot stephanemot 21 juillet 2008 16:08

                Le titre avait pour vocation de faire réagir et d’alerter sur un phénomène dont on parle peu.

                Le sujet de Dokdo est en soi secondaire et mineur. Ces quelques mètres carrés perdus dans l’océan ne méritent pas autant notre attention que les multitudes mourant de faim aux quatre coins du monde.

                Le coeur du sujet est la montée des nationalismes dans une région pourtant vouée à la paix et la prospérité.

                Et au coeur de ce problème, il y a bien l’incapacité du Japon à se débarrasser de ses vieux démons et de clore le bec d’une minorité de nostalgiques fascistes et racistes.

                La Chine se livre elle aussi à un révisionnisme historique scandaleux mais institutionnalisé au niveau de l’Etat et sans la moindre pointe de racisme.

                Quant aux Coréens, dont le chauvinisme légendaire n’a d’égal que celui des Français, ils n’ont vraiment pas besoin qu’on les provoque pour agiter les drapeaux. Mais jusqu’à preuve du contraire, ils n’essayent pas de le planter chez le voisin, et leur histoire se résume à la perpétuelle défense de leur indépendance et de leur souveraineté.


              • krikri 23 juillet 2008 18:04

                ********
                t au coeur de ce problème, il y a bien l’incapacité du Japon à se débarrasser de ses vieux démons et de clore le bec d’une minorité de nostalgiques fascistes et racistes.

                La Chine se livre elle aussi à un révisionnisme historique scandaleux mais institutionnalisé au niveau de l’Etat et sans la moindre pointe de racisme. ******


                Je pense que vous vous trompez...vous ecoutez trop les Coreens.

                Le Japon a un probleme avec ses revisionnistes, OK, mais pas plus que la France (ou j’ai ete lyceenne a une epoque relativement recente ou les livres d’histoire consacraient UNE page a la *decolonisation de l’Algerie* sans meme parler de guerre). Mais aussi scandaleux que ca puisse etre, ca ne concerne pas les autres pays. Ils s’en servent de pretexte. 

                Le Japon a vieux demon faciste ? Non, surement pas. Tous les nationalismes ne sont pas des fascismes. Il y a une tendance reactionnaire actuellement au Japon, mais pas du tout dans la direction d’un retour vers la pensee d’avant-guerre, la colonisation, etc. C’est meme le contraire, la droite la plus reac prone la fermeture du pays, ils sont contre les delocalisations et la presence d’entreprises japonaises en Asie, ils sont contre l’immigration, ils veulent un pays ferme, isole, vieillot, securise... Le retour serait vers le Japon du 19e siecle.
                Ceux qui veulent abolir l’article 9 de la Constitution (renoncement au droit a la guerre) ne pensent pas du tout a une armee japonaise controlant l’Asie, ce serait le dernier endroit ou ils iraient. Ils voient plutot le Japon parader a l’ONU et aller faire les gendarmes au Moyen-Orient, comme les Francais ou les Americains en gros...

                Les Japonais racistes ? C’est pas faux, mais moins que les Chinois et les Coreens ? Pas du tout d’accord. La Chine est un Etat ou la segregation raciale est institutionalisee, selon qu’un Chinois naisse Han ou d’un autre *peuple*, des lois differentes lui sont appliquees. Et aucun Chinois, meme Tibetain prisonnier politique ne voit de probleme avec ce principe -il discutera juste sur les lois le concernant. Enfin, les Coreens, des deux Corees et de la diasporas sont largement persuades de leur particularite raciale, de la necessite de ne pas se marier avec des non-coreens, de ne pas integrer personnes pas 100% coreennes genetiquement (refus d’accepter les metis a l’armee en Coree du Sud....).

                Donc finalement, les Japonais sont parmis les Nord-Asiatiques les plus evolues sur la question. Il reste ici une idee de *preference nationale* pour les Japonais, mais la plupart des naturalises (OK pas des millions) sont consideres Japonais 100% car ils ont des traits asiatiques. Ils ont pu avoir la meme approche de ne pas se melanger comme les Coreens, mais c’est passe de mode.
                Les gens n’ont pas d’ a priori contre les *mariages mixtes* avec des etrangers, mais sont plutot contre les mariages avec des gens venant de ghettos ou PVDs. Je ne dis pas que c’est mieux, mais il n’y a pas d’obession a propos de la race japonaise. L’empereur est d’origine coreenne, Il l’a rappele lors de discours, et les *nationalistes* lui reste loyaux et s’en fichent du moment qu’il ne met pas plein d’amphores odorantes de kimchi dans les jardins du palais imperial. 

                Donc, le Japon a bien ses problemes existentiels...mais ils ne concernent plus les pays voisins. Pour eux, le Japon est un *objet passif*. Les Japonais auront toujours tort, quoiqu’ils fassent. Ils changent leurs manuels scolaires ? C’etait pas assez tot...ah et puis la, y’a encore un truc. Ils s’excusent 15 fois officiellement pour les atrocites de la guerre : Ah ouais mais pas comme ca les excuses et puis on ne les sent pas assez sinceres... Il n’y a rien que les Japonais puisse faire pour arranger cette situation. Je les vois essayer depuis longtemps.

                Par contre, une chose m’etonne et personne ne peut m’expliquer. Il s’agit de la politique actuelle du Japon envers la Coree-du-Nord. Bon, je ne trouve aucune excuse a ce pays, mais le refus japonais de discuter *a cause des otages peut-etre pas morts" est exagere. Ca va bien faire 5 ans. C’est dommage pour les otages, les familles n’oublieront jamais, ca fait peur OK, mais bon, il y a 100 000 Japonais qui se suicident chaque annee, alors pour 15 de perdus...
                D’autant plus que si la Coree du Nord s’ouvrait, le Japon serait peut-etre le pays le plus apte a renouer des echanges avec eux. Vous voyez comme les Sud-Coreens apprennent a leurs enfants a detester les Nord-Coreens...je les vois mal, mais vraiment mal se reconcilier comme les Allemands, meme en y mettant des annees. Par contre, les Japonais ont une culture proche, la meme mentalite de reclus paranos, des communautes de Nord-Coreens prosperes qui ont toujours maintenu des liens avec Pyong-Yang , la colonisation est plus loin que la guerre de Coree, les Japonais seraient plus enclins a la reconciliation.
                Bref, si j’etais Fukuda, je donnerais un pass gratuit pour visiter Tokyo Disney a toute la famille de Kim Jong Il (parait qu’ils aiment bien...), et pour les autres des visas -meme de residents permanents a tous ceux ayant deja vecu au Japon (ce seraient les immigrants ideaux pour pallier le manque de main d’oeuvre).

                A votre avis, pourquoi le Japon laisse ainsi passer sa chance ? Pour faire plaisir aux Sud-Coreens ?








              • stephanemot stephanemot 25 juillet 2008 10:10

                La question de la Corée du Nord est franchement épineuse dans la région. Un peu comme autour de la Mer Morte, tout le monde a envie de profiter de l’après-conflit et torpille les initiatives de paix des autres pour que personne n’en profite réellement.

                Concrètement :

                - la Chine ne veut pas d’une corée réunifiée et apaisée constituant un hub à ses portes, et quoi qu’il se passe elle veut en assurer le pilotage. Beijing revendique d’ores et déjà le centre culturel, historique et économique de la coréanité en essayant de réviser l’histoire de la civilisation Goguryo et en investissant massivement sur sa minorité coréenne (http://blogules.blogspot.com/2006/05/blogule-rouge-aux-hubs-sud-coreens.html ).

                - le Japon ne veut pas la réunification car la situation actuelle l’arrange. si la Corée réussit sa réunification, le Japon se retrouve brusquement en périphérie.

                - la Russie ne veut pas se faire shunter et rêve au contraire de bénéficier d’un l’accès prioritaire au détriment de la Chine, en particulier parce que ses ports orientaux sont gelés une grande partie de l’année. l’interconnection ferroviaire entre les Corées et leurs voisins est un enjeu stratégique

                - les USA naviguent à vue et quelque part, Pyeongyang légitime sa présence militaire dans la région - mais celle ci à un coût de plus en plus difficile à assumer

                - la Corée du Sud ne veut pas aller trop vite et a un peu peur du précédent allemand et du coût financier de la réunification. Je pense qu’ils devraient plutôt avoir peur du précédent Albanais et du coût social avec une population maintenue dans l’ignorance pendant des décennies susceptible de se faire arnaquer en masse au moment de l’ouverture (dans le worst case scénario, le régime du Nord s’effondre et toute la péninsule sombre dans le chaos avec un afflux massif totalement incontrôlé). pour la faire cynique : pour Séoul, profiter de la main d’oeuvre à bon marché sans avoir à assumer le développement du petit frère serait le compromis idéal.

                - ... et bien sûr, Kim Jong-il cherche à éviter une fin à la Ceausescu.

                Résultat des courses : chacun des membres des "6 party talks" a ses raisons de maintenir le suspense et tout le monde est coupable (http://e-blogules.blogspot.com/2006/10/red-blogule-to-kim-jong-il-and-to-six.html ).


                PS : histoire d’en finir avec Dokdo, je me réjouis que le Asahi Shinbun ait publié un texte d’un historien japonais qui critique fortement le gouvernement japonais pour ses dérives nationalistes (http://english.chosun.com/w21data/html/news/200807/200807250013.html ).


              • Jean-Paul Cendrier Arpenteur 21 juillet 2008 17:41

                merci à Kri Kri pour toutes ces précisions. La référence à la Lorraine est la bienvenue ! si nous en étions encore appeler les allemands autrement que par ce mot (pour paraphraser un récent orateur à la Knesset).

                Question : pourquoi ce jeu débile avec les notations de commentaires ? je ne suis pas familié d’Agoravox, mais mal noter tous les commentaires qui ne sont pas de votre avis est puéril !

                A.


                • inyo 22 juillet 2008 23:42

                  Pourquoi on n’a pas ecrit l’histoire et l’avis japonais ?
                  http://www.mofa.go.jp/region/asia-paci/takeshima/index.html (en anglais)
                  Le Japon a beaucoup de preuves que Takeshima est le territoire japonais.
                  La preuve le plus importante est comme suite : Avant le Traité de Paix de San Francisco, la Corée a demandé aux Etats-Unis, qui le rédigait, que le territoire coréen contient "Dokdo", mais les Etats-Unis ont répondu que "Takeshima" ou "Liancourt Rocks" n’avait jamais fait partie de la Corée.
                  http://www.mofa.go.jp/region/asia-paci/takeshima/treatment.html (en anglais)

                  Il faut réfléchir lequel est ultra-nationaliste, le Japon ou la Corée.
                  L’education japonaise ne peut pas être ultra-nationaliste, parce que il est difficile à enseigner même la revendication natilnale du territoire.
                  Alors que l’education coréene est très anti-japon :
                  http://flickr.com/photos/a6m5/22803298/ (en anglais)
                  http://shiratorijun.blog4.fc2.com/blog-entry-22.html (en japonais, contenant des photos de l’exposition des enfants coréens à une gare)

                  voir aussi :
                  http://youtube.com/watch?v=zOQXJbjlvqY (coréens tuent des faisan, les oiseaux nationals japonais)
                  http://dokdo-or-takeshima.blogspot.com/ (quelque discussion de Rochers de Liancourt, en anglais)


                  • stephanemot stephanemot 25 juillet 2008 02:17

                    Tout le problème est là : les Japonais ont les "preuves" japonaises ne remontent pas juste avant 1905, avec l’anschluss officiel par la préfecture de Shimane quelques mois avant l’offensive. Pour la simple et bonne raison que le Japon n’a jamais revendiqué Dokdo auparavant.

                    Au rayon propagande d’Etat, les éléments fournis par le gouvernement coréen sont plus convaincants : une grande partie des preuves est constituée par des documents japonais couvrant plusieurs siècles et situant clairement les îlets dans le territoire coréen (http://www.korea.net/news/Issues/issueView.asp?issue_no=45 ). Le film de propagande sur Dokdo (également en Français) est assez risible de naïveté mais évoque en longueur des parties de l’histoire éludés par les voisin.

                    Et une fois de plus :

                    * les Japonais et les Américains ont fait leur cuisine de leur côté à Fricso : ce traîté a été signé dans le dos des pays les plus susceptibles de demander des comptes (essentiellement Chine et Corée).
                    * le Japon a beau jeu de montrer les réactions épidermiques des nationalistes coréens devant le regain révisionniste (le coup des faisans a choqué de façon tout à fait légitime). C’est exactement ce que voulaient les nostalgiques de l’Empire : ridiculiser toutes les demandes de réparation des coréens pour lesquels il n’y a jamais eu d’excuse officielle de la nation ni réparation (ex dokdo, comfort women, tortures...). La Corée attend une mise à plat totale, pas une bataille juridique pointilleuse sur un point de détail certes essentiel mais qui ne doit pas occulter le reste.
                    * elle est cependant obligée de répondre aux arguments qu’on lui oppose et là, il y a un décalage immense en temps et en mobilisation sur le sujet : la diplomatie coréenne fait traditionnellement preuve de naïveté et ce n’est que devant le regain de nationalisme qu’elle se réveille et entame un travail de contre lobbying international, alors que les ultranationalistes oeuvrent sans relache depuis des décennies.

                    Je sais bien que la France n’a pas fini son devoir d’inventaire non plus mais on ne s’obstine pas non plus à revendiquer un bout du territoire algérien, par exemple.


                  • inyo 30 juillet 2008 02:02

                    Ce problème n’est pas comme facile. Juste des coréens essayent à revenir comme ça. Ça contient le problème de l’éducation de l’histoire (non seulement japonaise, mais aussi coréene), le droit international public, etc.

                    D’abord, le governement coréen doit respecter le droit international public.
                    Le dernier traité qui détermine les terroirs est le Traité de Paix de San Francisco, donc il n’y a pas de raison pour que la Corée a unilatéralement déclarer la frontière entre la Corée et le Japon, occupé Takeshima, et tué et arreté beaucoup de japonais.
                    C’est la Corée qui ignoré l’assertion japonaise de discuter à la cour international de justice. Elle just déteste ou ignore tout. C’est-à-dire, c’est la Corée qui renonce à trouver une solution pacifiquement. La protestation coréen de l’éducation japonaise est completement injuste.

                    Ce problème est le problème maintenent. Il y a beaucoup de relations avec l’histoire, mais ce n’est pas tout. En fait, le Japon revendique que Takeshima est au Japon depuis quand la Corée l’a occupé. Et aussi la Corée a commencé à enseigner que Dokdo est à Corée après ça.

                    Au sujet de les preuves de la Corée, Takeshima n’a jamais peinté précisement dans les cartes anciennes coréenes, comparant avec autre partie de la même carte. C’est-à-dire la Corée n’a pas connu beaucoup de Takeshima, donc ça n’a pas preuvé que Takeshima etait à Corée.
                    Et il y a des cartes anciennes japonaises qui contenent Takeshima assez précisement.
                    En tout le cas, même si Takeshima n’etait pas à Japon avant 1905, ce n’etait pas à coréen, donc l’incorporation japonaise de Takeshima etait légal.
                    (Il faut faire attention que il etait impossible à habiter à Takeshima, parce que il n’y a pas de l’eau à boire.)

                    Je ne veux pas dire que il n’y a pas de révisionnisme au Japon, mais il y a (eu) beaucoup de révisionnisme à la Corée aussi. Comme j’ai dit un peu avant, l’éducation coréene est anti-japon. Au moin maintenant je pense que l’éducation japonaise est plus neutre (mentionnant les revendications étranger, par exemple) donc la Corée doit essayer d’être plus neutre. Par exemple, on n’enseigne pas de les dommages de guerre que le Japon a payé à la Corée et qui a régulié dans le Traité de les rapports de base entre le Japon et la Corée du Sud (c’est-à-dire, il faut demender au governement coréen pour obtenir le dommage de guerre. Et aussi c’etait ce que la Corée a demandé, cependant le Japon a demendé à payé individuellement). Donc quenqu’uns du Japon aussi pensent que une réparation provoque le demende de une autre réparation, parce que ils pensent que la plupart de coréens ne savent l’histoire que comme le governement coréens veut et croient que le Japon est le mal absolue.


                    • stephanemot stephanemot 4 août 2008 03:55

                      Nous avons affaire d’un côté comme de l’autre à des minorités d’agités, mais ils font beaucoup de dégâts.

                      Au Japon, il y a très peu d’écho parce que l’immense majorité de la population ne sait pas ce qu’il se passe et ne connait pas le contexte. Les nationalistes peuvent travailler sur du velours et avancer masqués.

                      En Corée, les dommages sont plus visibles car toute la population est sensibilisée à l’Histoire et à cette période noire. Il suffit de gratter une allumette pour mettre le feu aux media et aux esprits déjà passablement échauffés.

                      Depuis 17 ans que je connais la Corée, l’image du Japon demeure partagée : d’un côté un profond respect pour la grandeur du Japon et de sa culture, un modèle à suivre sur le plan économique (désormais dépassé sur certains facteurs), de l’autre une colère face aux provocations régulières qui sont avant tout des questions de politique intérieure (on l’a constaté encore récemment : les dernières provocations sur Dokdo coincident avec le remaniement ministériel d’un premier ministre sur la défensive - il avait marqué la rupture avec ses prédécesseurs mais a dû finir par montrer des signes de "bonne volonté" à la frange nationaliste du parti pour sauver sa place).

                       


                    • Joan 11 janvier 2009 09:53

                       INYO


                       Premièrement Dokto est bien present sur plusieures cartes anciennes. Il est vrai que les pluparts de ces cartes du 14e ou 17e siècle sont trop inexactes par rapport aux cartes japonaises du début XXe siècle.
                      Mais on ne dit pas k’on ne savait un territoire juste parce k’il etait mal dessiner auparavant. N’est ce pas ?

                       De tel sujet comme ’Anti-Japon’ n’a jamais été existé dans l’histoire de l’éducation coréenne. Anti-communiste,oui, peut-être jusqu’aux années 70, cause de la guerre, mais jamais ’anti-japon’.
                      Je me demande si c’est possible de mettre anti-corée ou anti-d’autre pays dans un bouquin d’histoire de l’école au Japon, mais en Corée (comme en France et je pense tout autre pays d’ailleurs) C’est impossible.

                      C’est peut être évident k votre livre d’histoire vous semble plus neutre par le fait d’avoir effacer une bonne partie concernant les crimes commisent des armées japonaises pendant la guerre. Mais il faut pas nous demander de les effacer à nous aussi pour faire ’neutre de votre point de vue’.

                       Il y a bc de japonnais conscients qui viennent en Corée pour s’excuser devant les tombes des victimes de guerre. Demandez leur pourkoi avant d’exposer n’importe comment votre histoire science-fiction. Ils vont surment vous raconter la vraie histoire ’neutre’ k vous cherchez. 


                    • stephanemot stephanemot 11 janvier 2009 10:32

                      Le sujet est clos : des documents officiels japonais remontant a l’apres guerre confirment que le territoire est coreen.

                      Ces lignes ont ete recemment retrouvees sous des ratures - a l’epoque, les revisionnistes ne faisaient pas dans la subtilite. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès