Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Russie-Chine : vers une alliance qui changera le monde ?

Russie-Chine : vers une alliance qui changera le monde ?

A quelques milliers de kilomètres d’un Moyen-Orient qui ne cesse d’accaparer l’attention des médias et toutes les attentions des puissants du monde occidental, un grand jeu se poursuit, à pas feutrés, entre les Etats-Unis, la Russie et la Chine. En Asie centrale, aux confins de la steppe et des contreforts septentrionaux de l’Himalaya, ce grand jeu se déploie de plus en plus largement, même si, pour l’instant, seul l’Afghanistan semble en constituer le théâtre opérationnel. Pour les Etats-Unis, empêcher une alliance entre les deux poids lourds de l’Eurasie qui, ensemble, pourraient leur faire contrepoids, est une priorité absolue.

Une alliance sino-russe est-elle possible ? Disons qu’elle est désormais concevable, même si elle est encore loin d’être d’actualité. Plusieurs siècles de voisinage marqués par la suspicion mutuelle, hormis quelques années d’hypocrite “amitié entre pays frères” du temps du règne de Mao, ne peuvent s’effacer en quelques années de frénésie capitaliste à l’ère de la globalisation...

Depuis un mois, visites officielles de part et d’autre et congratulations mutuelles se multiplient. D’abord, au début du mois de septembre, Dmitri Medvedev, vice-premier ministre russe, se rendait à Pékin pour participer au lancement de "l’année de la Russie" en Chine. Bien entendu, ce ne sont pas les échanges linguistiques - même si plus de 100 000 étudiants chinois se trouvent actuellement dans des universités russes - mais plutôt les questions économiques qui ont rempli l’agenda de l’hypothétique successeur de Poutine. Et la presse russe d’énumérer les innombrables intérêts russes dans l’Empire du milieu. Le volume des échanges entre les deux pays a atteint 29 milliards de $ en 2005 et pourrait atteindre le triple demain, en 2010. La Chine achète à la Russie des armes et des avions de chasse, des produits chimiques et des centrales nucléaires. Elle aimerait bien biberonner aux oléoducs et gazoducs russes avant que le Japon ou la Corée ne mettent la main à l’accès aux précieux tuyaux... et la Russie voit d’un très bon œil ce nouveau marché, que le chef de l’administration présidentielle, Sergueï Sobianine, présentait la semaine dernière à Pékin comme "une heureuse alternative aux marchés européens". A bon entendeur, salut ! Des projets de tracés circulent sur les sites chinois et russes, les rumeurs s’amplifient. Pour l’instant, rien n’est signé.

La Chine, elle, exporte allègrement sa main-d’œuvre. Combien de Chinois en Russie ? Les chiffres oscillent entre 300 000 et 2 millions ! Sur fond de crise démographique et de fort dépeuplement de la Sibérie et de l’Extrême-Orient - régions dont la population a baissé de près de 10% au cours des quinze dernières années - le spectre du "péril jaune" est de retour en Russie. Le nombre de clandestins chinois est à l’évidence très important, mais les flux sont incontrôlables, car les migrations sont d’abord pendulaires et transfrontalières. On peut difficilement poster des garde-frontières tout au long des 4000 km de frontières communes entre les deux pays... La Chine aimerait aussi, si possible, exporter des capitaux dont elle regorge. Sur ce dernier point, on ne peut pas dire que les Russes voient d’un bon oeil l’arrivée d’investissements chinois dans leurs secteurs stratégiques. En visite à Moscou il y a deux semaines, le vice-président du Conseil d’Etat de la Chine populaire, Hu Hi, s’en plaignait au patron du nucléaire civil russe (Rosatom), qui se rendra justement en Chine après-demain... Toute alliance politique durable doit avoir de solides assises financières : les dirigeants russes se font volontiers les avocats de cette vérité lorsque des hommes d’affaires russes investissent dans le secteur stratégique en Europe, mais ils ne sont pas encore prêts à souscrire à cette maxime dans leurs relations avec la Chine... Alliance, oui, mais à petits pas.


Moyenne des avis sur cet article :  4.87/5   (62 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • cdg (---.---.251.197) 3 octobre 2006 16:57

    Les russes devraient faire attention a ce qu il leur arrivent pas la meme chose qu aux mexicains.

    A l epoque le texas etait mexicain (comme 1/3 des USA actuel) et vide. Du coup ils ont laisses des « gringos » s installer. Le seul probleme c est que ceux ci supportaient mal la tutelle de Mexico city et quand vous representez plusde 80% de la population, ca se passe mal. Le texas a proclame son independance, l armee mexicaine est intervenue (alamo) et les USA sont venus au secours de leurs freres et ont infliges une defaite au mexique. Bilan 1/3 du territoire mexcicain en moins

    La russie est quasiement vide et en declin demographique c ici peu, les chinois sont eux tres nombreux (meme si leur population devrait elle aussi diminuer d ici 50 ans)


    • Rétif (---.---.202.63) 4 octobre 2006 01:32

      Pas de commentaire.On ne peut pas prédire l’histoire.Mais l’ analogie de situation est bien là ;et le danger avec,pour la Russie,et pas seulement elle.La Chine esT déjà en train de devenir une puissance formidable à l’échelle mondiale.Peut-on imaginer ce qu’elle représenterait un fois en posession des espaces sibériens,et de leurs immenses richeses.Sans compter la perte qui toucherait la Russie, mais tout le "monde occidental. Il n’est pas sûr que les Chinois en tirent l’envie de conquérir le monde,mais elle le dominerait par sa seule extension éconmique,Cela amènerait cette fois,un vrai bouleversement de civilisation,même sans guerre mondiale.Au reste, je ne suis pas très calé,sur ce genre de question.


      • Aeglin (---.---.239.211) 4 octobre 2006 06:19

        Pour l’instant impossible de prédire ce qui va se passer sur ce front. Les protagonistes avancent leurs pions, mais c’est une évloution qui va peut-être prendre plusieurs décennies. Bien malin celui qui pourra prévoir ce que sera le monde à ce moment la. Neanmoins, l’axe de réflection est interressant. C’est vrai que je n’avais pas fait attention à ce qui se passait en Asie, et c’est vrai que c’est à surveiller, d’autant plus que ça se passe en coulisse. Sauf qu’étant donné que c’est la politique de demain qui est en train de s’élaborer, on en saura plus seulement d’ici 5 ou 10 ans quand ce sera bien engager. La seule question importante serait celle-ci : Et l’Europe ? Que devient-elle dans tout ça ? Pour nous europeens, c’est de ça qu’il faudrait s’inquiéter. (Par pitié ne relancer pas un débat sur la constitution, ce n’est pas l’endroit)


        • viveleperiljaune (---.---.230.189) 4 octobre 2006 13:10

          j’espere que cette alliance se fera et que l’homme blanc occidental connaitra les mêmes peurs que les ancêtres des peuples colonisés, des irakiens et des palestiniens d’aujourdh’ui. Il saura ce que signifie subir des bombardements parceque on est juste trop faible pour se défendre.


          • Aeglin (---.---.32.236) 4 octobre 2006 17:20

            Comment peut-on dire ca ? Ou meme le penser ? En gros l’histoire ne serait qu’un eternel recommencement ? Avec les opresseurs et les oprimes revanchards ? Je regrette, c’est vraiment le genre de commentaire que je trouve inutile et qui insite a la haine. Ou est l’interet ?


          • viveleperiljaune (---.---.230.189) 5 octobre 2006 10:25

            Sincéremment, je ne pense qu’à moitié ce que je dis, mais je polémique en « extrémisant » ma pensée pour provoquer des réactions et voir ce que chacun pense réellement. Vous, vous semblez être un saint mais tout le monde en occident n’est pas comme vous.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès