Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Russie : la victoire à la Pyrrhus de Poutine

Russie : la victoire à la Pyrrhus de Poutine

Russie : la victoire à la Pyrrhus de Poutine Poutine n’a-t-il obtenu qu’une « victoire à la Pyrrhus », une de ces victoires qui se soldent chez le vainqueur par plus de victimes et de dégâts que chez les vaincus ?

D’abord, le plébiscite annoncé n’est pas arrivé. Le score final est lourd, mais nous sommes loin des triomphes électoraux où les 100 % effleurés sentent bon l’unanimisme obligatoire et un mimétisme de masse totalitaire.

Ensuite, même les plus indulgents des observateurs européens sont obligés de dénoncer ce qu’ils ont pu constater : un « manque d’équité », pour les joueurs de litotes polis du Conseil de l’Europe, des « irrégularités flagrantes » pour les plus francs du même groupe d’observateurs européens, des fraudes inadmissibles pour tous les opposants à Poutine. La propagande médiatique, les pressions en tous genres, la répression... préventive n’ont pas suffi : les vieilles pratiques des bourrages d’urnes ont été remises à la mode... y compris devant les caméras des téléphones portables !

Résultat : le maître de toutes les Russies continue à tenir d’une main de fer un pouvoir légal, mais sans légitimité démocratique et sans crédibilité « européenne ». Dans l’embarras, le Conseil de l’Europe dont la Russie fait partie ! Dans la gêne, les gouvernements dits « occidentaux », comme on dit encore, en dépit de la chute du Mur et des manques de précisions de la définition du mot « Occident » !

Berlin est la capitale la plus nette dans ses condamnations de principe. Paris est la plus ambiguë (pas de « rupture » en l’occurrence !).

Mais ces « réprimandes » européennes et américaines n’ont aucune espèce d’importance : le maître du Kremlin tient l’Europe au gaz comme les missiles de la guerre froide la prenaient à la gorge ! Réalisme d’abord. Rien de nouveau en la matière. Le Droits aux affaires (y compris les plus louches) avant les droits de l’homme : « On ne pisse pas contre le vent », redirait de Gaulle. Et la Russie est un grand peuple avec lequel et pour lequel il convient de ménager l’avenir. Ainsi soit-il...

Cela dit, Poutine a raison sur un point. Sa peur d’une révolution (« orange » ou pas) est fondée, et sa grande faiblesse est interne, malgré la puissance policière et médiatique qui veille sur lui et les siens. Il doit se méfier de tous, y compris de ses "amis" proches.

Selon Plutarque, Pyrrhus avait la lucidité de dire : « Encore une victoire comme celle-là, et nous sommes définitivement défaits »...


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 5 décembre 2007 12:44

    "Cela dit, Poutine a raison sur un point. Sa peur d’une révolution (« orange » ou pas) est fondée, et sa grande faiblesse est interne, malgré la puissance policière et médiatique qui veille sur lui et les siens. Il doit se méfier de tous, y compris de ses "amis" proches."

     

    On aurait aimé que vous développiez ce point, car c’est là l’essentiel et le plus difficile à analyser.. Force et faiblesse du poutinisme !


    • stephanemot stephanemot 6 décembre 2007 03:59

      La faiblesse de Poutine, c’est qu’à la différence de l’URSS, sa Russie repose sur un homme et non un système. Le groupe d’oligarques à sa botte n’obéit à aucune idéologie et la base est coupée du pouvoir au-delà du culte de la personnalité.

      Poutine est encore jeune mais pas éternel. Par ailleurs, des tendances lourdes sont à l’oeuvre, qui le dépassent souvent : la (dé)pression démographique interne, les tensions xénophobes, antisémites, Islamistes... et le réchauffement climatique, qui va bouleverser la donne sur un vaste territoire aujourd’hui quasi désert... avec les Chinois en embuscade au Sud :


    • Daniel RIOT Daniel RIOT 7 décembre 2007 06:38

      Vous avez raison. c’est précisément ce qu’il importe de mesurer.Mais avec des faits, non des opinions...On creuse...


    • tvargentine.com lerma 5 décembre 2007 12:56

      En France quand il s’agit de taper sur la Russie quelque soit le dirigeant élu en place,le passe temps des journalistes ex-troskistes ou toujours troskistes mais ne veulent pas le reconnaitre n’arrête pas de se comporter comme si l’URSS existait encore.

      Regardons tout simplement tout vient la Russie avant POUTINE,ou les mafias avaient véritablement détruit par un pillage systèmatique de toutes les entreprises le peu de richesse.

      Regardons ces "journalistes" venir dire que les russes ne se sont pas exprimé librement.

      Oui POUTINE à remis de l’ordre dans l’économie russe en redistribuant et créant une classe moyenne,il a aussi terminé par sa politique de fermeté vers les terroroste de la Tchétchénie permis un nouveau développement économique de ce pays.

      Oui le peuple russe à compris que POUTINE = ORDRE = PROSPERITE = DEMOCRATIE

      La presse est malade aussi de cette "école de journaliste" toujours en train de donner des leçons de morales à l’image des éditos de libé ou du Monde.

      A quand un vrai journalisme ?????

       

       


      • ZEN ZEN 5 décembre 2007 13:05

        "POUTINE = ORDRE = PROSPERITE = DEMOCRATIE"

         

        Une équation plus que problèmatique !! 


      • manusan 9 décembre 2007 13:16

        j’ai compris le raisonnement de Lerma :

        SARKOSY = ORDRE = PROSPERITE = DEMOCRATIE

         smiley


      • Matéo34 Matéo34 5 décembre 2007 15:08

        Bonjour,

        D’accord sur le fond de l’article. Ceci dit, et en le croisant avec ce qui a été développé plus en profondeur dans l’émission "un oeil sur le planète", je pense qu’il ne faut pas oublier quelques données pour comprendre son score (même trafiqué comme une voiture volée) :

        • Il semble vrai qu’une partie de l’opposition a été financée soit par des oligarques déchus qui sévirent pendant la période suivant immédiantement la chute de l’URSS. Certains auteurs (république des lettres, réseau voltaire) affirment qu’il y a eu des financements américains. Même sans être un grand connaisseur de la Russie, on comprend que cela les hérisse.
        • Poutine s’inscrit clairement dans l’histoire de la grande Russie, celle des Tsars continuée par Staline. La chute de l’URSS a été plus traumatisante que l’on pense, il soigne une blessure en quelque sorte.
        • Dans l’emission, un politologue russe disait quelque chose de très intéressant : l’Europe de l’ouest conçoit que l’Etat à pour principale mission de maintenir les libertés individuelles, alors qu’en Russie, la conception serait inverse : la liberté individuelle n’est concevable que pour assurer la pérénité de l’Etat.

        Comme le dit en substance l’auteur : les libertés et principes démocratiques sont à l’ouest, le gaz naturel à l’est (avec en plus deux grands marchés qui viennent concurrencer l’Union Européenne, la Chine et l’Inde)... Va falloir la jouer serrée.

        Bonne journée.

        Mathieu


        • JL JL 6 décembre 2007 10:16

          Matéo34 : ""Dans l’emission, un politologue russe disait quelque chose de très intéressant : l’Europe de l’ouest conçoit que l’Etat à pour principale mission de maintenir les libertés individuelles, alors qu’en Russie, la conception serait inverse : la liberté individuelle n’est concevable que pour assurer la pérénité de l’Etat. ""

          Cette opposition est intéressante et mériterait d’être développée, avec une précaution cependant : la conception russe définie là, n’est-ce pas un peu le pb de ’la poule et l’oeuf’ ?

          Plus précisément, "pas d’Etat et pas de liberté individuelles", n’est-ce pas le projet de la mondialisation libérale ? Il y a comme un hiatus dans l’explication de cette histoire.


        • Matéo34 Matéo34 6 décembre 2007 11:07

          @ JL

          Bonjour,

          Je n’y vois pas un hiatus mais plus une conception politique issue de l’Histoire. L’europe de l’ouest a une histoire marqué par le développement capitaliste (Pays Bas, Venise, France Angleterre, Espagne ) qui a rendu caduc les structures féodales : le commerce triangulaire par exemple demandait des fonds (l’Etat s’appuyait sur des riches marchands et concédait des privilèges) et un système d’assurance (directement issu des républiques marchandes comme Venise) pour aller produire et chercher les richesses. S’y ajoute aussi l’histoire politque et des idées qui découle des guerres de religion et des Lumières qui vont mettre la conscience et le progrès au centre de l’idéologie.

          La Russie (comme la Chine) a été un Etat féodal jusqu’a la guerre de 14-18 (bien que le capitalisme se développait, voir la fameuse histoire des emprunts russes) : les individus faisaient parti d’une classe, cette classe a une fonction, chacun devait se tenir à sa fonction... d’ou l’individu n’est perçu que pour sa fonction.

          Bonne journée

          Mathieu


        • Matéo34 Matéo34 6 décembre 2007 12:07

          @JL.

          Oups... J’ai oublié la fin du commentaire.

          Sur le projet de la mondialisation libérale : je ne pense pas que ce projet n’est pas nouveau et qu’on peut disjoindre capitalisme et libertés indivduelles. Il ne faut pas oublier que le principal conseiller économique de Pinochet était le fondateur de l’école de Chicago, le capitalisme se contente très bien de la Chine pseudo-communiste, La france sous Napoléon III, etc... Pour ce qui est de l’Union Européenne, je trouve qu’elle strcuture le continent a peu près comme était la confédration de la Hanse au Moyen âge : des métropoles économiquement puissantes (et la région qui les entoure) dans un lien politique très lâche qui se faisaient concurrence eet échanges.

          Le capitalisme n’a pas fondamentalement besoin des libertés indiviudelles (ou en tout cas une égalité de valeurs entre les différentes libertés indivduelles), ni celle de citoyen car cela peut lui faire obstacle (faire un choix, définir par lui même les choix de société, des valeurs qui bloquent son intérêts). La seule chose dont il a besoin, c’est la liberté de consommer ce qu’on lui propose (la publicité n’est pas là pour aider à faire un choix mais pour faire de la propagande).

          Il n’y a voir les déclarations de D Kessler pour abattre le programme du CNR et celle de Rockfeller au début des années 70’s (voir sur http://www.voltairenet.org/spip.php?lang=fr&page=recherche&recherche=Rockfeller )

          Bonne journée

          Mathieu


        • Proudhon Proudhon 5 décembre 2007 19:08

          Moi ce que j’ai constaté depuis que Poutine est au pouvoir c’est qu’au début, tant qu’il ne s’est pas attaqué aux oligarques et aux tentatives d’hégémonies américaines, les laquais occidentaux le trouvaient très gentil (ils faisaint semblant de critiquer sa politique en Tchétchénie mais bon !) On sait très bien qu’ils n’en n’on rien à foutre des Tchétchènes les laquais occidentaux. Croire le contraire serait bien naïf.

          Mais alors, dès qu’il a commencé à mettre ou essayé de mettre en taule quelques oligarques, ça a été le début de la fin pour lui. En plus pour ne rien arranger, Il ose répondre aux Américains, il soutient l’Iran, ferme les Gazoducs quand les mecs ne veulent plus payer. En clair, il commence à ouvrir sa gueule sur l’échiquier mondial. Et ça, les laquais n’aiment pas du tout, vu que leur maîtres n’aime pas mais alors pas du tout ça non plus.

          Cherchez l’erreur !


          • La Taverne des Poètes 5 décembre 2007 23:25

            "Tes papiers, si t’es pas Pyrrhus !"

             


            • JL JL 6 décembre 2007 10:35

              Bon article. Vous écrivez : """ victoire à la Pyrrhus " : une de ces victoires qui se soldent chez le vainqueur par plus de victimes et de dégâts que chez les vaincus"". Une remarque de forme si vous le permettez, n’est-ce pas plutôt : "une victoire qui se solde chez le vainqueur par plus de victimes et de dégâts que s’il avait perdu" ?

              S’il y a aussi une nuance de fond, les deux questions sont pertinentes : je n’ai pas bien vu dans l’article qui a le plus perdu, qui sont tous les ennemis de Poutine, quel était l’enjeu.

              Vous écrivez : """"le maître de toutes les Russies continue à tenir d’une main de fer un pouvoir légal, mais sans légitimité démocratique et sans crédibilité « européenne ».""

              Mais je pose la question : qu’en est-il de la légitimité démocratique européenne, dans cette UE qui se fait à marche forcée contre la volonté exprimée des peuples ? Cette UE détruit les Etats nations précisément alors qu’il commence à se dire ici et là et de plus en plus fort que c’est le seul bien des peuples ?


              • JL JL 6 décembre 2007 20:39

                Citation d’un Avoxien que je n’ai pas vérifiée :

                « L’abdication d’une démocratie peut prendre deux formes, soit elle recourt à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit à la délégation de ses pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle au nom de la technique exercera en réalité la puissance publique, car au nom d’une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement, une politique, au sens le plus large du mot, nationale et internationale ». (Pierre Mendès France, 1957)

                La Russie de Poutine semble illustrer la première forme, l’UE la seconde.


              • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 8 décembre 2007 18:30

                @ JL : Vous avez raison. J’ajouterais que si EU et Russsie+ ne s’unissent pas pour constituer une force crédible - qui sera au moins un peu démocratique, car elle aura les moyens de l’être et l’histoire va vers la démocratie - il ne restera qu’un monde bipolaire dominé par deux fascismes, la Chine et les USA, le premier se disant « communiste » et le second « démocratique », mais sans que le pouvoir n’y sorte jamais des mains d’une toute petite oligarchie.

                http://nouvellesociete.org/5171.html

                Pierre JC Allard


              • Proudhon Proudhon 9 décembre 2007 17:19

                OSTOV-SUR-LE-DON, Russie (AP) — Une explosion survenue dimanche à l’arrière d’un bus dans le sud de la Russie a fait deux morts et quatre blessés, ont annoncé les autorités.

                La cause de l’explosion n’était pas connue dans l’immédiat. Mais, le 22 novembre, dans la même région, une explosion similaire dans un bus avait fait cinq morts et une dizaine de blessés et avait été attribuée par les autorités à une attaque terroriste.

                L’explosion de dimanche est survenue alors que le car venait de s’immobiliser dans une gare routière dans la ville de Nevinomisk, située à 1.700km au sud de Moscou, a précisé Sergueï Kojemiaka, porte-parole du ministère des Situations d’urgence dans le sud de la Russie.

                Le car se rendait de la ville de Piatigorsk vers celle de Stavropol. L’explosion s’est produite dans la partie arrière du bus. L’un des quatre blessés est grièvement atteint, a ajouté M. Kojemiaka.

                "Il est quand même à noter que le terrorisme est bien présent en Russie, bien plus qu’aux USA. Maintenant, reste à savoir qui pose des bombes engendrant ces victimes innocentes. Le premier réflexe est la piste Tchétchènes. Mais il faut se garder des déductions hatives.

                En fait nous ne savons pas grand chose sur la question."


                • moebius 9 décembre 2007 19:31

                  Il semble que les services secrets et les maffias ait beaucoup de peine à controler la situation. Poutine l’homme politique qui est sensé incarner le pouvoir dans le merdier Russe va t’il réussir a mettre un peu d’ordre la dedans ?


                  • Yannick Harrel Yannick Harrel 9 décembre 2007 23:50

                    Bonjour,

                    M. Riot, je vous trouve particulièrement péremptoire au sein de votre article. D’ailleurs j’ai du mal à comprendre le fil de rouge de celui-ci : déplorez-vous la victoire de Poutine ou souhaitez-vous rapidement sa disparition du champ politique Russe ? Voire les deux peut-être... Oui, le parti de Vladimir Poutine n’a pas obtenu 100%, seulement 63%, ce qui reste très loin des 82% démocratiques de M. Chirac aux élections présidentielles de 2002, reconnaissons le... Et pour en revenir aux révolutions de couleurs, renseignez-vous sur le cheminement de celles-ci depuis leur avènement : tout cela a sacrément bien pâli au point même de basculer vers le tragique en Géorgie.

                    Que nous conseillez-vous ? La rupture des relations diplomatiques ? Tout ça parce que ce pays est différent de nos modes de pensée occidentaux ? L’ostracisme n’amène jamais rien de bon en politique étrangère, d’autant que le moralisme peut souvent se retourner contre soi à terme.

                    A tous ceux qui vitupèrent contre la Russie, je vous demande d’être cohérent avec votre pensée de la manière la plus simple et radicale qui soit : coupez votre arrivée de gaz à domicile !

                    Cordialement


                    • Gzorg 3 mars 2008 15:44

                      Bonjour,

                      Vous ecrivez :

                      "La propagande médiatique, les pressions en tous genres, la répression... préventive n’ont pas suffi : les vieilles pratiques des bourrages d’urnes ont été remises à la mode... y compris devant les caméras des téléphones portables !"

                       

                      D’un seul coup j’ai cru que vous parliez de l’Europe !

                      C’est vrais que ici même pas besoin de bourrer les urnes , le peuple vote "NON", et quelques mois apres on lui crache à la gueule, on se torche avec ses bulletins de vote, et on lui impose un texte qu’il avait rejetté massivement.

                       

                      Alors Mr l’Européiste RIOT, vous feriez bien d’analyser la poutre qui se trouve dans l’oeil de vos idéaux avant que de regarder ce qui ce passe ailleurs.

                      Le seul danger dictatorial qui influe chaque jour sur ma vie , c’est cette immonde machine anti democratique , faschiste et broyeuse de vie qu’est devenue l’Europe.

                      Poutine je m’en fou, lui au moins ne m’a pas retiré mon droit de vote et d’expression democratique !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès