Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Russie : un sentiment naissant de xénophobie ?

Russie : un sentiment naissant de xénophobie ?

Un attentat à l’explosif, perpétré dans l’immense marché couvert de Tcherkizovski de Moscou, a fait 10 morts et 55 blessés le lundi 21 août dernier. Les trois jeunes étudiants soupçonnés d’en être les auteurs auraient avoué un mobile ouvertement raciste pour expliquer leur geste, selon les déclarations du procureur de Moscou, Iouri Semine. Compte tenu des liens qu’entretiennent encore aujourd’hui, certains secteurs économiques et le banditisme en Russie, on ne peut raisonnablement totalement écarter l’éventualité que cet acte puisse être interprété comme une tentative d’intimidation brutale dans le jeu des grandes manœuvres qui opposent les azéris à la communauté asiatique, en vue du contrôle des futurs projets commerciaux de Moscou (Libération du 25/08).

Quoiqu’il en soit, cet attentat s’inscrit également dans une longue série de meurtres à caractère explicitement racistes, dont le nombre et le caractère crapuleux ne cessent d’augmenter depuis plusieurs années. C’est en effet pas moins d’une cinquantaine de ces meurtres qui ont été répertoriés en 2005 à Saint Pétersbourg et Moscou, selon les ONG russes et quatorze de mars à mai 2006.

Quoique les autorités tendent à minimiser le problème de la xénophobie, en qualifiant ces actes de « hooliganisme », on est droit de s’interroger sur le fait qu’ils traduisent de façon exacerbée, un sentiment naissant de xénophobie qui pourrait trouver son terreau dans deux phénomènes qui caractérisent le développement de la société russe contemporaine.

Le premier concerne la situation économique qui dissimule mal sous des taux de croissance largement positif, et frôlant ou dépassant les deux chiffres depuis l’année 2000, une augmentation des inégalités et de la pauvreté. Ainsi durant la dernière décennie, l’écart de revenus entre les 10% les plus riches et les 10% les plus pauvres a-t-il augmenté de 300%. Alors qu’en 2003, la part de la population dont les revenus était inférieure au seuil de pauvreté culminait à plus de 20%. Après la chute de grande ampleur des niveaux de vie au cours de la période tumultueuse des années quatre vingt dix, cette croissance, non équitablement partagée, suscite, chez une partie de la population, une certaine nostalgie du système économique étatiste soviétique. Regret d’un système économique auquel est associé celui du caractère patriotique de l’URSS, sentiment qui concoure à une certaine exacerbation de la xénophobie.

Le second phénomène concerne l’officialisation progressive d’un certain nationalisme sur la scène russe contemporaine. La thématique du retour annoncée d’une grande Russie, aussi bien sur la scène internationale que comme grande nation économique et scientifique, sert de cadre de référence continuel aux interventions du président Poutine. Et conditionne ainsi un mouvement de recentrage manifeste de la vie politique et intellectuelle, autour d’une argumentation nationaliste. Argumentation que traduit, là encore de façon exacerbée un parti comme « Rodina » (patrie) qui promet d’imposer une suprématie ethnique, linguistique et religieuse russo-orthodoxe à l’ensemble de la Fédération. Tout en militant contre une immigration massive de travailleurs non russes et en accusant les peuples du Caucase et de l’Asie Centrale de venir voler le travail des russes et de contribuer au développement des réseaux mafieux et de la criminalité dans le pays. Preuve, s’il en fallait une, que la xénophobie s’alimente, ici comme ailleurs, des mêmes peurs...

A ces considérations d’ordre général, je pourrais ajouter mon expérience personnelle qui révèle qu’à chacune de mes visites en Russie, pas une rencontre amicale ne soit égarée sur une interrogation de mes interlocuteurs pour savoir comment « nous » (entendez les français) allions nous débrouiller avec notre immigration massive...

Si la xénophobie transparaît bien comme un sentiment naissant en Russie, pays dont l’appareil politico-judiciaire ne semble pas vouloir réprimer ses expressions les plus violentes, en les requalifiant en agissements de hooligans, elle est d’abord à lire comme un des effets des bouleversements idéologiques et économiques qui agitent ce pays.


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • Matozzy (---.---.219.34) 28 août 2006 11:57

    Très bon article. On voit que l’auteur connait le pays et pas seulement ses clichés (comme la plupart des français).

    J’ajouterai que j’ai été personnellement surpris de la popularité de Sarkozy en Russie. Après discussion, il s’avère qu’il est vu comme un « homme fort » combattant les « maux de notre société ». Ceux-ci seraient : « l’immigration massive », « la guerre civile dans les banlieues », « le terrorisme »... Bref... de nombreux clichés qui sont difficiles à combattre. Surtout quand le pouvoir, au travers de sa « communication », se sert de ses artifices pour appuyer sa propre propagande.

    Sinon... les russes constituent un peuple merveilleux et chaleureux. Pour eux, comme pour nous, il est urgent de ne plus écouter nos « élites » et leurs manigances...


    • wrisya (---.---.231.251) 28 août 2006 13:33

      Bonjour,

      Ce qui m’intéresse c’est de savoir comment la presse russe traite cette montée de la xénophobie qui se traduit dangereusement en actes mortels (je me rappelle du meurtre d’un jeune étudiant Sénégalais d’une vingtaine d’années au sortir de discothèque, et du viol et meurtre d’une petite fille je ne sais plus de quelle origine par 5/6 hommes). Qu’en dit la presse exactement, la population ? Ce serait intéressant d’avoir le point de vue des étrangers sur place : l’insécurité a-telle atteint son paroxysme...


      • Matozzy (---.---.219.34) 28 août 2006 14:10

        Il n’y a pas d’insécurité. C’est aussi simple que ça. Il n’y a pas plus d’insécurité en Russie qu’en France.

        Les événements auquels tu fais références sont tragiques et regratables, mais ils arrivent partout (on pourrait siter l’affaire « Ilan » en France, par exemple...)

        Ce qu’en pensent les gens ? La même chose que toi : c’est triste. C’est comme quand je vois chez nous des défilés néo-nazis à la TV ou autre... c’est triste. Les journaux ? Il sont plutot discrets ou appathiques sur le sujet. En France ils en font tout une histoire à spectacle, avec des indignations a tout va... et a la fin, tout le monde oublie. Je ne sais pas ce qui est mieux.

        La xénophobie existe bel et bien en Russie (comme partout dans le monde). Elle est manipulée et alimentée par certains qui y trouve leur intéret. Mais... elle n’est pas présente à chaque coin de rue. Cependant elle existe... et elle peut se manifester de la façon la plus stupide et cruelle. C’est triste.


      • Internaute (---.---.11.238) 28 août 2006 15:24

        Il n’y a pas d’insécurité mais les fenêtres des appartements sont grillagées, les portes renforcées et on met 3 serrures alors qu’en d’autres lieux, de plus en plus rares il est vrai, on laisse la clef sous le paillasson.

        Moscou est une ville pourrie par les mafias tchéchennes et le support que Poutine trouve à la mise au pas de la Tchéchénie est alimenté par cette terreur quotidienne que subissent les moscovites.


      • Matozzy (---.---.219.34) 28 août 2006 16:44

        Pour les serrures, c’est vrai. C’est vrai qu’il y’a plus de cambriolages qu’en France et que c’est une vraie problématique. Mais... le sujet c’était la xénophobie et les actes terribles que cela peut enjendrer... Bref, ne tombons pas dans la caricature.

        Pour le reste, je te répondrai que Moscou n’est pas la Russie, pas plus que Paris n’est la France. Quand a ton histoire de mafia Tchétchenne..........


      • L'enfoiré L’enfoiré 28 août 2006 14:26

        @Matozzi, Triste, dis-tu et puis basta, on change de chaîne. Nous sommes ici, citoyens de tous bord, et nous nous devons de réagir. La fermer est une option. Mais je crois que l’article valait une certaine réflexion. J’ai vu un documentaire où l’on représentait les jeunes recrues militaires russes parmi lesquelles on aimait faire régner un esprit de compétition, je dirais de haîne envers tout ce qui était « l’autre ». GI’s mania ? Tchetchenie oblige. On aime ou on n’aime pas, bien sûr. A+


        • Matozzy (---.---.219.34) 28 août 2006 16:54

          « Triste, dis-tu et puis basta, on change de chaîne »

          Ce n’est pas ce que j’ai dit (où voulu dire en tout cas). J’ai juste voulu éviter la dérive « en Russie la délinquance atteint son paroxysme » et les clichés de ce genre. Loin de moi l’idée de fermer un débat.

          Concernant l’armée... j’ai rarement vu de quelconques recrues être formée en leur faisant lire Voltaire... Faut il chercher la cause de la xénophobie là-dedans ? Je pense que c’est un peu plus complexe que ça.

          Le problème de fond de la Russie, c’est d’être une société désabusée en quête de repères et d’équilibre. Bref... un terrain propice au premier populiste venu (c’est ça le plus inquiétant... car Poutine est un modéré qui n’abuse pas de ces méthodes... quid du suivant ?)


        • wrisya (---.---.231.251) 28 août 2006 14:36

          Je crois aussi que l’article est intéressant à approfondir. Moi, je ne connais pas la Russie pour ceux qui connaissent ce pays il serait intéressant de faire comprendre proportionnellement s’il s’agit de phénomènes isolés mais en hausse, ou bien d’un malaise plus profond qui se fait jour de plus en plus. L’auteur pourrait nous éclairer....+


          • avéroèse (---.---.170.93) 28 août 2006 14:42

            c est bizar quand la russie n etais qu un territoire de terreur population pauvre et a coté les usa pomper leur petrol personne n en parlais on disais meme du bien sur lui .depuis que poutine est aparue remis une certaine diniter a son peuple. emprisonné les voleurs de resource pour le compte des usa bien entendu .remis une fierté nationnal .tout le monde le critique exepter le monde arabe et d asie .sa vous fais mal qu il aille bien ne vous inquiete pas il progresse d une viteese inoui


            • Zarka. (---.---.192.68) 28 août 2006 15:14

              Quoique les autorités tendent à minimiser le problème de la xénophobie, en qualifiant ces actes de « hooliganisme »,
              — -

              Considérant que chez nous, quand des immigrés africains ou maghrébins tabassent des jeunes blancs pendant les manifs étudiantes, on parle de crise sociale, ça fait un équilibre.


              • (---.---.88.178) 2 septembre 2006 14:50

                Zarka.

                C’est bien amené dans le débat...On sent la nouvelle droite judeéo-gauloise,émanation de la pensée Lepeno-Finkielkrautiste, seule garante des nouvelles valeurs de la république.Bravo ! Et boutons le méteque hors de nos frontières.


              • Internaute (---.---.11.238) 28 août 2006 15:18

                « Preuve, s’il en fallait une, que la xénophobie s’alimente, ici comme ailleurs, des mêmes peurs... »

                Non... des mêmes réalités.


                • Internaute (---.---.11.238) 28 août 2006 15:40

                  On aura remarqué que depuis l’avènement de Poutine, la presse et l’inteligentsia ne nous montrent de la Russie que des points de vue extrêmement parcellaires et toujours négatifs, espérant créer un patron de comportement qui soit propice au relancement de la guerre froide. Cet article en fait partie même si ponctuellement on peut le trouver bien fondé.

                  Cela est à mettre en perspective avec la nouvelle course aux armements lancés par les Etat-Unis. Les plans du Pentagone prévoient l’installation de batteries de missiles anti-missiles en Pologne et en Tchécoslovaquie. Ils viennent de demander aux anglais d’en installer aussi chez eux, ce qui met Tony Blair dans l’embarras.

                  La raison évoquée est la trés-commode raison de lutte contre le terrorisme. Des fois que le Hamas lance un missile intercontinental nucléaire depuis la bande de Gaza ? Qui va croire cela ?


                  • Zarka (---.---.192.68) 28 août 2006 15:47

                    A ces considérations d’ordre général, je pourrais ajouter mon expérience personnelle qui révèle qu’à chacune de mes visites en Russie, pas une rencontre amicale ne soit égarée sur une interrogation de mes interlocuteurs pour savoir comment « nous » (entendez les français) allions nous débrouiller avec notre immigration massive...
                    — -

                    J’espère que vous agissez en citoyen et que vous les prévenez de ne pas faire la même connerie que nous.


                    • Krystoff (---.---.1.238) 28 août 2006 16:43

                      Bonjour, Je pense que les russes se comportent d’une façon « naturelle » : ils sont pauvres, sans beaucoup d’espoir que cela s’améliore, se sont faits voler leurs richesses et sont passés très brutalement d’une puissance mondialement importante à un pays du tiers monde. Donc, ils se laissent aller à des sentiments individualistes, protectionnistes : la haine de l’étranger en fait partie. A moindre échelle cela est la même chose chez nous. Pourquoi refuse-t-on les étrangers : non par haine de l’étranger (1 français sur 6 est d’origine étrangère) mais parce qu’il n’y a pas de boulot. Quand dans les années 50-60 il fallait des étrangers pour construire les nouveaux logements, les différents gouvernements ont fait appel à la main d’oeuvre immigrée. Et ils étaient de droite !!! Espérons qu’en Russie cela aille mieux pour les millions de crêve-misères que Poutine, les oligarques qui le laissent tranquille et tous les autres riches qui détournent les richesse nationales. J’aime la Russie, mais laissons lui le temps de s’adapter à un monde qu’elle ne connait que depuis quelques années. Cordialement.


                      • Stravos (---.---.132.162) 28 août 2006 18:30

                        Vous exagérez : la Russie n’est pas devenue un pays du tiers monde, l’éclatement de l’URSS a été au contraire pour elle l’occasion de larguer ce tiers monde qu’elle portait déja dans ses flancs ( Kazakhstan, Ouzbékistan ect..). La Russie est et restera une grande puissance, ne serait-ce qu’à cause de son énorme potentiel en matières premières, potentiel qui fait baver les investisseurs du monde entier... Ce n’est pas pour rien qu’elle a été intégrée dans le club trés fermé du G8. Ses problémes sont ceux d’un pays industriel vieillissant en pleine crise d’adaption, ils n’ont rien à voir avec les problèmes d’un pays du tiers monde.


                      • MarluJ (---.---.61.47) 28 août 2006 16:51

                        On commence à voir l’habitude de tout ca, depuis les saillies de Jirinovski il y a 10 ans. Lors de ma (hélas) seule visite de Saint-Pétersbourg au printemps 2002, j’avais déja pu constater des petits groupes d’ados rasés de près arborant leur T-shirt « White Power » et rodant autour du musée de l’Hermitage. Mes origines ukrainiennes ont joué pour moi, je me suis fondu dans la masse, pas plus mal.

                        Et puis quand on voit des magazines pornos ouverts sur les plages arrières des voitures de police, on se dit qu’il ne faut pas espérer grand chose des forces de l’ordre.


                        • Stravos (---.---.132.162) 28 août 2006 18:56

                          Je ne suis aucunement un spécialiste de ce pays, mais il me semble que la xénophobie n’y date pas d’hier. Le communisme a tout simplement occulté pendant des décennies les tensions raciales, derrière sa creuse réthorique « d’amitié entre les peuples »,réthorique qui ne reflétait en rien le vécu des gens. Je me souviens d’un article du début des années 90 ( ou bien de la fin des année 80, excusez moi de citer de mémoire) qui évoquait l’une des toutes premières enquêtes vraiment indépendantes sur ce sujet. Hé bien la conclusion était plus qu’éloquente : aprés plusieurs décennies d’amitié officielle entre les peuples, 70% des Russes avouaient qu’ils ne laisseraient pas entrer chez eux un noir ! Comme quoi les sentiments ne se décrétent pas. Souhaitons tout de même que les possibilités de voyage qui existent aujourd’hui pour les Russes contribuent à faire reculer les préjugés, mais il faut vaiment avoir l’espoir chevillé au corps...


                          • (---.---.3.95) 29 août 2006 08:53

                            je suis vraiment gènée par votre analyse ! Vous ne parlez pas du tout de cet étudiant africain qui y a été abattu comme un chien au début de l’été, ni du foyers d’étudiants africains qui y a pris à feu l’hiver dernier avec pas mal de morts !


                            • Internaute (---.---.133.89) 29 août 2006 11:46

                              Moralité, la Russie n’est pas un endroit fréquentable pour les africains.

                              Cela me fait penser au centre commercial où ma fille aimait aller avec ses copines passer l’aprés-midi. Cette année, elle a cessé d’y aller simplement parce qu’il n’y a plus un seul français dans ce centre et qu’elle se fait insulter.

                              Le métissage obligatoire est néfaste pour tout le monde. Il n’y a que les bien-pensants calfeutrés dans leur quartiers chics qui y trouvent un avantage philosophique. Ils se donnent bonne conscience en enfonçant leurs congénères dans les problèmes.


                            • Cool Mel (---.---.125.5) 29 août 2006 11:53

                              Et si on se mettait, enfin, d’accord sur le fait :

                              1. - Que la xénophobie - ou le racisme, peu importe - est le sentiment naturel, et légitime, de rejet qu’expriment les peuples agressés dans leur homogénéité culturelle ?

                              2. - Que, logiquement, ce rejet régresse d’autant plus vite que l’agresseur est culturellement proche

                              Exemples : les Polonais, les Espagnols, les Italiens et les Portugais en France

                              3. - Qu’il ne se résorbe jamais si les différences culturelles sont trop importantes.

                              Exemples : le communautarisme étanche observable dans un pays à tradition raciste comme les Etats-Unis, aussi bien que dans un pays à tradition non raciste comme le Brésil.

                              cela nous permettrait de rechercher de vraies solutions à un vrai problème, tout en nous évitant d’enfoncer des portes ouvertes en découvrant qu’en Russie aussi, il y a du racisme ou, ce qui est la même chose, de la xénophobie...

                              Dont se plaignaient déjà amèrement les universitaires africains faisant leurs études en... Union soviétique.


                              • L'enfoiré L’enfoiré 30 août 2006 11:54

                                @Cool, Bravo, je partage les idées. L’effort, car il existe bel et bien, doit venir des deux côtés. Pas mal, le pseudo. Il est bien mérité. A+


                              • Cool Mel (---.---.54.243) 30 août 2006 20:09

                                « L’effort, car il existe bel et bien... »

                                Eh non, s’il y a effort, c’est... qu’on se force. Si on se force, c’est que la démarche est artificielle et si la démarche est artificielle, elle foire à la première occasion.

                                Les ex-Yougoslaves se sont forcés pendant plus de cinquante ans, et le jour où la pression s’est relâchée sur le couvercle, il a sauté avec les pertes et les fracas qu’on sait.

                                La seule intégration qui vaille se fait naturellement, spontanément, imperceptiblement, par la digestion de l’étranger dans l’estomac sociétal qui le reçoit. S’il n’est pas digéré, il sera inéluctablement vomi tôt ou tard.


                                • (---.---.242.12) 30 août 2006 20:17

                                  Je ne reconnais plus mon cool Mel. Je suis stupéfait. Quand je pense à la façon dont il hurlait au début et les commentaires qu’il nous sort maintenant. On les lit et l’on doit maintenant REFLECHIR pour lui répondre. S’il continue à faire des commentaires aussi biens, nous allons tous finir racistes c’est moi qui vous le dit. Cool Mel, You rock !


                                • (---.---.242.12) 30 août 2006 20:20

                                  C’est dingue, je trouve toujours pas de réponse au Cool Mel. Je cherche, je cherche. Je vais aller revoir mon Schopenhauer et je reviens.


                                • wrisya (---.---.231.251) 31 août 2006 14:32

                                  Bonjour,

                                  Mais alors Cool Mel vous prônez quoi ? L’assimilation totale en lieu et place de ce qui est communément appelé « intégration » ? L’étranger immigré dans un pays qui n’est pas le sien-quel qu’il soit d’ailleurs- doit faire table rase de son identité première pour ensuite « adopter » tant bien que mal une en apparence et en totalité une identité qui ne sera jamais exactement et pleinement la sienne ? Supposons qu’on vous suit non seulement à mon avis cette négation profonde de soi au profit d’un Autre provoquera nécessairement des dégâts (je ne parle pas de cas d’assimilation naturelle qui se fait bien plus sur des siècles que du jour au lendemain...). Mais alors comment faîtes-vous pour juger d’une personne qui agierait de la sorte mais qui au bout du compte à cause de sa couleur de peau ou de ses traits physiques serait victime de racisme alors, puisqu’il ne s’agira plus de xénophobie... C’est quoi la solution dans ces cas là ? Lorsqu’il aura fait tout son possible pour se fondre dans la masse, il fera toujours tâche tant que vous lui renverrez sa « différence »... ou la vôtre, tout dépend d’où l’on se place... Ca ne tient pas la route...


                                • Cool Mel (---.---.39.229) 31 août 2006 18:10

                                  « L’assimilation totale en lieu et place de ce qui est communément appelé »intégration«  ? »

                                  Absolument pas. Ce serait de toute manière irréaliste. En matière d’intégration, ce qui ne se fait pas spontanément et naturellement, est voué à l’échec.

                                  En outre, je ne défends pas mon identité culturelle pour nier celle des autres. Je suis donc pour un modèle de développement communautaire permettant à chaque communauté de conserver son identité et ses spécificités.

                                  Je ne vois pas d’autres manières d’éviter les frictions et de prévenir les affrontements violents qu’elles finissent par générer.

                                  Actuellement, ce sont les soi-disant progressistes et les républicains qui prétendent noyer les singularités dans la masse, sous prétexte de citoyenneté. Ce sont eux qui représentent la « négation profonde de soi au profit d’un Autre ». Il ne faut pas confondre.


                                  • wrisya (---.---.1.82) 31 août 2006 19:27

                                    Vous vous contredisez puisque vous avancez plus haut « La seule intégration qui vaille se fait naturellement, spontanément, imperceptiblement, par la digestion de l’étranger dans l’estomac sociétal qui le reçoit ». Si ce n’est pas de l’assimilation pure et dure, en tout cas ça y ressemble à 100% ! De plus, vous avancez qu’il faut que chaque communauté garde son identité propre- donc on sera face à des microcosmes au sein même d’une société qui n’aura pas d’identité unique pour tous. Mais plus haut vous défendez l’idéologie xénophobe comme une sorte de sentiment d’autodéfense contre ce que vous considérez une agression de l’altérité justement qui ne vous ressemble pas : c’est ça la xénophobie, le rejet de l’autre parce qu’il est pas soi tout simplement... Donc, c’est contradictoire. Vous ne pouvez pas d’une part vouloir que chaque communauté puisse défendre son identité intrinsèque et d’autre part défendre l’idée même de xénophobie ou de racisme. Ce que vous dîtes me semble assez confus et « contre productif » pour votre idéologie... Dîtes donc, C pas clair du tout ça... !!!


                                    • Cool Mel (---.---.39.229) 31 août 2006 19:51

                                      « Vous vous contredisez puisque vous avancez plus haut »La seule intégration qui vaille se fait naturellement, spontanément, imperceptiblement, par la digestion de l’étranger dans l’estomac sociétal qui le reçoit« . »

                                      Vous ne comprenez rien du tout.

                                      Il y a des gens qui s’intègrent tout naturellement, parce qu’ils y sont culturellement prédisposés, et ceux-là s’intègrent comme je le dis : ils sont digérés par l’estomac sociétal.

                                      Et puis il y a les autres, qui ne sont pas culturellement prédisposés et qui, donc, ne s’intégreront jamais. Pour ceux-là, il n’y a pas d’intégration possible, ni naturelle, ni spontanée, ni imperceptible, mais à la rigueur, une fausse intégration - qui ne vaut donc pas, puisque « la seule intégration qui vaille » est celle que j’ai dite -, qui laisse les problèmes non résolus, et qui finit par sauter.

                                      « Vous ne pouvez pas d’une part vouloir que chaque communauté puisse défendre son identité intrinsèque et d’autre part défendre l’idée même de xénophobie ou de racisme. »

                                      Mon attitude est la cohérence même, parce que si les gens ne sont pas mélangés, la xénophobie et le racisme n’ont pas lieu d’être. Et dire que ce sont des réactions légitimes, ne revient pas à les défendre, mais à reconnaître que tous les peuples ont le droit de les éprouver et de les exprimer.

                                      Je crains que vous ne réagissiez selon des schémas doctrinaux qui nuisent à la compréhension de mes propos.


                                      • wrisya (---.---.1.82) 31 août 2006 20:18

                                        Si si, j’ai bien compris seulement je ne suis pas dans votre tête (! !) donc je ne peux pas savoir que pour vous il y a des gens qui sont culturellement-comme on dirait génétiquement - prédisposés à « s’intégrer ». Le fait que des peuples puissent partager les mêmes fondements d’une culture ancienne facilite certainement cette « intégration » ok, mais elle n’est à mon sens qu’un aspect et ne fait pas tout. Autrement, il n’y aurait pas en France de délinquants d’origine européenne quelle qu’elle soit ou je ne sais quoi. C pas pertient du tout comme argument. Votre raisonnement est quand même caricatural !! Et d’ailleurs, comment jugez-vous de l’intégratibilité d’une personne par exemple qui serait un métis tiens : un parent européen et un autre africain, manifestement l’un s’est intégré et l’autre pas si je suis votre raisonnement, et l’enfant alors ? Il devient quoi ? Schizophrène peut-être ? Ou alors, il a des accès de violence hérités de son mal être africain et une civilté héritée de son « intégration » blanche. Franchement, je me demande comment vous faîtes pour être aussi déraisonnable... ! Et n’allez pas me dire que j’ai mal compris : ce que vous dîtes est clair, en plus c’est comme si vous cherchiez à justifer et-à faire accepter -vos sentiments...Mais bon passons. En vous lisant, on finit par penser que vous croyez dure comme fer qu’un Français dont les parents sont originaires d’Afrique ou d’ailleurs ne pourra jamais se dire Français à part entière à cause d’un préjugé culturel. Si vous dîtes que les réactions xénophobes sont « légitimes », c’est que vous les défendez il faut être clair. Ceci dit, je n’ai pas en tête de « schémas doctrinaux » comme vous dîtes, je me contente de vous lire même pas besoin de faire appel à mes préjugés (! !!). Vous dîtes que « si les gens ne sont pas mélangés il n’y a pas de racisme », alors comment se fait-il qu’il y ait des gens en France ou ailleurs qui n’ont pratiquement jamais vu un Noir ou Arabe de leur vie, mais qui dès qu’ils en aperçoivent un, vont exprimer les mêmes sentiments que Vous : Xénophobie et Racisme et ce sans rien connaître de ces personnes. Alors quoi, ce ne sont pas des victimes : ils ont des préjugés racistes voilà tout. Juste comme ça sans raison. Vous allez me dire que pour ces gens c’est une réaction d’auto-défense par anticipation (! !!!!). Non. Vos propos ne me paraissent pas logiques, ou alors ils sont incomplets : Quand on vous lit, tout semble Blanc ou Noir- C’est le cas de le dire !!!! Enfin !...


                                        • Cool Mel (---.---.39.229) 31 août 2006 20:55

                                          « ...alors comment se fait-il qu’il y ait des gens en France ou ailleurs qui n’ont pratiquement jamais vu un Noir ou Arabe de leur vie, mais qui dès qu’ils en aperçoivent un, vont exprimer les mêmes sentiments que Vous : Xénophobie et Racisme et ce sans rien connaître de ces personnes. »

                                          Tout simplement parce qu’ils rejettent spontanément ce qu’ils perçoivent comme une menace pour l’homogénéité culturelle de leur communauté. Ce qui est la définition même du racisme et de la xénophobie, au-delà des interprétations idéologiques et fallacieuses des dictionnaires.

                                          « En vous lisant, on finit par penser que vous croyez dure comme fer qu’un Français dont les parents sont originaires d’Afrique ou d’ailleurs ne pourra jamais se dire Français à part entière à cause d’un préjugé culturel. »

                                          Il y aura des tas de circonstances où, au long de sa vie, il réagira comme un Africain, et non comme un Français de France, c’est indubitable.

                                          Notez que ce ne sont pas obligatoirement des défauts, il peut très bien s’agir de qualités, propres aux gens de son vrai peuple. Comme le sens pratiquement illimité de l’hospitalité, par exemple. Ou le respect des anciens... Des truc innés, de chez eux, qu’on rencontre partout chez eux, dans leurs pays, et pas chez nous...


                                          • wrisya (---.---.231.251) 1er septembre 2006 07:03

                                            Bonjour,

                                            C’est vraiment du n’importe nawak !!!. Pour ma part, je connais un Français dont les parents sont originaires du Sénégal, radin comme pas un (donc l’innéité de l’hospitalité ou la solidarité ça n’existe pas même si bien entendu il y a des caractéristiques culturelles inhérent aux peuples : c’est bien ce qui les différencie et forge leur identité.) Alors pour vous une personne est définitivement conditionné par sa couleur de peau et parant par ses traits physiques ? Quand bien même il serait né, aurait vécu toute sa vieeeeeeeeeeeee au sein d’une seule et même communauté il aurait de manière innée une propension à être bon ou mauvais selon l’héritage raciale qu’il aura. Désolée, mais là c’est n’importe quoi. Une personne est conditionnée par rapport à son éducation, sa culture (expressive et non pas supposée), sa personnalité, ses fréquentations... Concernant la définition du racisme, je ne crois pas que les dictionnaires aient une interprétation fallacieuse quelconque : il s’agit de définir ce que veut dire cette réaction et c’est certain que ça ne saurait être « plaisant à voir » pour celui qui est traité de raciste ou de xénophobe. Ceci dit, vous défendez l’idée même du racisme en oubliant peut être un peu trop vite - à moins que ce ne soit des réactions « légitimes » à la menace d’une « homogénéité culturelle et j’ajouterai raciale »- par exemple qu’encore aujourd’hui des gens - comme vous - se réclament dû même sentiment « légitime » de xénophobie ou de racisme envers des personnes qui ont une différence « visible » car ils les accusent - tout comme vous - de menacer leur blanchitude : y’a pas si longtempts, des Noirs se faisaient lyncher par des Blancs simplement parce qu’ils avaient eu le malheur - ou la très mauvaise idée allez savoir - d’être né Noir et en plus de cela d’avoir des aïeux culturellement différents de ceux là qui leur reprochaient leur identité. Ils étaient pendus, justement parce que leurs bourreaux disaient comme vous qu’ils menaçaient leur « homogénéité culturelle » et que c’était eux ou nous, et ils étaient persuadés que les crimes qu’ils perpétraient étaient légitimes car il s’agissait de survie. Dîtes moi, quelle est la différence entre ce que vous me dîtes là et ce que ces gens là disaient il y a à peine une cinquantaine d’années ?


                                            • Cool Mel (---.---.61.187) 1er septembre 2006 09:27

                                              « Alors pour vous une personne est définitivement conditionné par sa couleur de peau et parant par ses traits physiques ? »

                                              Je vous dis, pour la dernière fois, et en trois mots pour conclure définitivement :

                                              C’EST CULTUREL !

                                              P.S. - Pour traiter votre fixation sur les questions de couleur de peau, je vous suggère d’aller faire un tour dans des forums nazis et néo-nazis, ils adorent ce genre de considérations. Et, intellectuellement, ils devraient être à votre portée.


                                              • wrisya (---.---.231.251) 1er septembre 2006 10:11

                                                Vous vous contredisez encore une fois. Mais contrairement à vous, pour ma part je ne fais pas l’apologie du racisme/xénophobie alors peut être est-ce vous qui devriez y faire un tour ?... Un raciste donneur de leçons, il manquerait plus que ça : am dreamin’ !!


                                                • Cool Mel (---.---.61.187) 1er septembre 2006 10:18

                                                  J’ai bien dit « pour conclure définitivement », guignol !


                                                • wrisya (---.---.231.251) 1er septembre 2006 10:27

                                                  Au fait je vous envoi ceci parce que vous me faîtes (vraiment, mais vraiment) trop pitié :

                                                  Racisme (vous savez, ce sentiment d’auto défense que vous exprimez lorsque vous voyez une personne n’ayant pas les caractéristiques RACIALES similaires aux vôtres. Ca s’appelle du racisme voilà tout.)

                                                  Attitude d’hostilité pouvant aller jusqu’à la violence, et de mépris envers des individus appartenant à une race, à une ethnie différente généralement ressentie comme inférieure. En biologie, une race désigne une subdivision d’une espèce fondée sur des CARACTERES PHYSIQUES HEREDITAIRES REPRESENTEE PAR UNE POPULATION. (ça va, c’est assez gros ?).

                                                  P.S. : Ah comme vous ERUCTEZ... ça ne fait que démontrer votre faiblesse vous vous ridiculisez. Mais allez j’arrête de vous persécuter après tout : c’est votre droit de promouvoir l’Idiotie, Bon vent.


                                                  • Cool Mel (---.---.61.187) 1er septembre 2006 12:27

                                                    « ...j’arrête de vous persécuter... »

                                                    Déjà la grosse tête ??? Eh ben, dis donc...

                                                     smiley smiley smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès