Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Saddam Hussein, l’Amérique brise la nuque de la Justice

Saddam Hussein, l’Amérique brise la nuque de la Justice

Les réactions à l’exécution de Saddam Hussein sont nombreuses et contrastées. Délivrance, vengeance légitime pour les uns, erreur politique pour les autres, l’élimination physique de l’ancien leader irakien est-elle un acte de justice, ou un acte de vengeance ?

Une « monstruosité juridique »

Ce sont les termes par lesquels Roland Dumas, ancien ministre français et avocat de Saddam, a qualifié le procès. Et s’il est un point qui devrait, au-delà des appréciations sur l’opportunité de la condamnation à mort de Saddam Hussein, rencontrer un accord général, c’est bien que le procès fait à cet ancien dictateur était d’une partialité inacceptable.

Comment penser que la Justice d’un pays sous occupation étrangère puisse être indépendante, alors que les pressions américaines ont été la cause de la démission de Ziad al-Khasawneh, principal avocat de la défense (pour ne pas parler de la démission du juge Rizgar Amin), que deux autres avocats, Adil Al-Zoubeïdi et Saadoun Al-Djanabi, ont été assassinés au cours du procès, que beaucoup de témoins ne sont pas venus, « trop effrayés pour venir témoigner » ? Comment imaginer qu’un pays tellement peu souverain qu’il n’est pas même capable d’assurer la détention du prévenu (Saddam Hussein a été détenu par l’armée américaine jusqu’à son exécution) puisse être capable de le juger ? Comment admettre que l’ancien raïs ne soit condamné à mort « que » pour le massacre des 143 chiites de Doujaïl, alors qu’il avait à répondre de faits beaucoup plus graves ? Comment imaginer qu’un procès bâclé en quelques semaines (le premier procès, ouvert le 19 octobre 2005, avait prononcé un arrêt de mort le 19 juin 2006, le second, ouvert le 21 août 2006, avait prononcé un arrêt de mort le 5 novembre), puisse traiter sérieusement des chefs d’accusations aussi importants, alors même que le tribunal s’interdit par statut spécial de mettre en cause tout étranger, bien qu’il soit évident que le chef d’Etat qu’était Saddam Hussein n’a pas mené sans supports internationaux les exactions pour lesquelles ce tribunal prétendait le juger ?

Tout a été fait pour installer un tribunal dont les juges ne seront pas indépendants, mais, au contraire, strictement contrôlés ; en parlant de contrôle, je veux dire que les organisateurs de ce tribunal doivent s’assurer que les Etats-Unis et les autres puissances occidentales ne seront pas mis en cause. Les statuts mêmes du tribunal feront en sorte que les Etats-Unis et les autres pays soient complètement écartés des accusations. Ce qui fera de ce procès un procès incomplet et injuste. Une vengeance du vainqueur. C’est ainsi que s’exprime Cherif Bassiouni, professeur à l’université De Paul de Chicago, rapporteur spécial à la sous-commission des droits de l’homme de l’Onu, président de la commission d’enquête sur les crimes de guerre dans l’ex-Yougoslavie (cité par Michel Despratx et Barry Lando, Le monde diplomatique, novembre 2004)

La prostitution des idéaux.

Ce qui ressemble fort à une profanation publique de l’idée de justice est à rapprocher des discours qui ont servi en 2003 à légitimer la seconde guerre contre l’Irak, cette prétendue « croisade » contre « l’axe du mal », et les « Etats-voyous », afin de lutter contre les « armes de destruction massive » qu’auraient possédées Saddam Hussein, et les implantations dont Al-Qaïda aurait disposé dans le pays.

Là encore, il s’agissait d’une utilisation mensongère d’idées élevées.

Expédions rapidement les liens présumés du régime avec des organisations terroristes. S’ils avaient effectivement existé (Abou Nidal, Carlos), ils étaient terminés depuis longtemps. Tout au plus a-t-il pu être établi quelques relations isolées avec des kamikazes palestiniens et moudjahidins iraniens.

Pour ce qui est des prétendues armes de destruction massives, les Américains les cherchent toujours. S’ils cherchaient un peu mieux, il est probable qu’ils retrouveraient trace des armes qu’ils avaient eux-même fournies au raïs en 1988, et qui l’ont aidé dans le gazage des 5000 Kurdes d’Halabja : le rapport des Nations unies sur l’armement irakien - dérobé par la CIA - révèle que c’est la firme américaine Bechtel, pourvoyeur de fonds électoraux de GW Bush, qui a fourni à l’Irak l’usine chimique qui lui était nécessaire (Gary Milhollin, expert américain en marchés d’armement, cité par Michel Despratx et Barry Lando, Le monde diplomatique, novembre 2004. Ce rapport implique aussi, hélas, des firmes françaises.)

Les Américains, dès 1963, ont apporté un soutien financier et militaire au Parti Baas, contre le président irakien d’alors, Abdel Karim Qassem, qui se rapprochait de Moscou et menaçait de nationaliser le pétrole, et contre les Kurdes, qui s’opposaient aux baassistes. Puis les Américains nous ont offert, sans facture à payer, mille bombes au napalm pour bombarder les villages kurdes, témoigne Subhi Abdelhamid, ancien ministre, ancien commandant de la force irakienne engagée contre les Kurdes.

En 1980, ce sont encore les Américains qui soutiennent l’Irak dans sa guerre contre l’Iran, estimant profitable d’écraser l’ayatollah Khomeini par Saddam Hussein : Le président Carter a fait passer à Saddam Hussein un feu vert pour déclencher la guerre contre l’Iran, indique le mémorandum, rédigé en 1984 par le secrétaire d’Etat Alexander Haig et adressé à M. Reagan. Si les Etats-Unis s’étaient officiellement déclarés neutres, une commission d’enquête américaine a révélé que des armes, notamment des bombes à fragmentation, ont été livrées secrètement à Saddam Hussein, ainsi que des informations issues des satellites US, qui ont été déterminantes dans la victoire de l’Irak sur l’Iran.

C’est en 1990 que la situation se retourne. Saddam Hussein, essentiellement pour des raisons économiques, envahit le Koweït avec ce qui peut s’appeler un assentiment tacite des Américains. C’est la Guerre du Golfe. Erreur stratégique du leader irakien, sanctionné par l’opération Desert Storm, dont les motivations n’ont pas été cachées : La politique qui consiste à assurer un accès sûr aux réserves énergétiques du Golfe Persique a été adoptée parce que, sans cet accès, à l’époque du moins, l’économie américaine aurait été affectée négativement. Cela signifierait que les gens perdraient leur emploi, et, quand les gens perdent leur emploi, ils deviennent mécontents et vous perdez vos soutiens politiques. C’est une des raisons pour lesquelles nous avons fait la Guerre du Golfe. Si on laissait Saddam dominer les ressources énergétiques du Golfe Persique, cela affecterait négativement l’économie des Etats-Unis. Cela est d’ailleurs aussi vrai pour la guerre d’aujourd’hui. Ce sont les propos de James Baker, secrétaire d’Etat américain, recueillis en juin 2003 par Jihan El-Tahri. La pseudo-croisade n’était en fait qu’un prétexte bureaucratique, selon les mots de Paul Wolfowitz (secrétaire adjoint à la Défense entre 2001 et 2005 dans le gouvernement de George W. Bush, ardent partisan du renversement du régime Hussein).

Le plus grand des crimes de Saddam Hussein est sans aucun doute la répression sanglante de la révolte chiite de 1991, dont on estime qu’elle a pu tuer plusieurs dizaines de milliers de personnes. Là encore, bien que les responsabilités soient moins tranchées, les Américains sont loin d’être innocents. En effet, c’est l’appel irresponsable du 15 février 1991 : « L’armée irakienne et le peuple irakien doivent prendre leur destin en main et forcer Saddam Hussein, ce dictateur, à se retirer », lancé par Georges Bush père, et relayé par radios et tracts, qui déclencha la révolte chiite, et dans la foulée celle des Kurdes. Que dire de l’aide apportée à la répression exercée par Saddam, par le refus d’intervention américain, voire à la complicité active des troupes US ? « Sur leurs barrages, les Américains désarmaient les insurgés qui voulaient nous attaquer. Je les ai même vus, à Safwan, empêcher les insurgés d’atteindre nos lignes. » (témoignage du général Najib Al-Salhi, chargé de réprimer l’insurrection kurde dans la région de Bassorah).

Dans ce cadre, l’élimination rapide de Saddam Hussein peut trouver une explication facile : une fois mort, les dossiers chauds des collaborations internationales par lesquelles il avait pu commettre ses exactions ne seraient pas réouverts...

Le retour des barbares

En fait, le massacre le plus meurtrier commis en Irak, et probablement le plus révoltant, puisqu’il concerne entre 500 000 et un million d’enfants, ne fut pas réalisé par Saddam, mais bien par les Nations unies, que les Etats-Unis financent à plus de 20%.

Ce chiffre effrayant - publié par l’Onu - est celui des morts directement causées par l’application des sanctions imposées à l’Irak par la même Onu, de la fin de la Guerre du Golfe (1991), jusqu’à la chute du régime de Saddam, en 2003, aboutissant en 2004 au scandale « pétrole contre nourriture », vaste affaire de détournement de fonds impliquant pêle-mêle le propre fils de Kofi Annan, Saddam Hussein, de nombreux responsables politiques, chefs d’entreprises, et fonctionnaires de l’Onu.

Officiellement, les sanctions devaient obtenir que Saddam Hussein renonce à ses « armes de destruction massive ». En réalité, probablement dès 1991 et certainement à partir de 1995, elles n’étaient pas dirigées contre ces prétendues armes - on a vu ce qu’il en était - , mais contre Saddam Hussein lui même, selon le cynique calcul suivant : Si vous blessez le peuple irakien et si vous tuez ses enfants, il se soulèvera avec colère pour renverser le tyran, comme l’explique Denis Halliday (coordinateur des Nations unies en Irak, Denis Halliday a démissionné en 1998 plutôt que de continuer à appliquer le programme des sanctions, qu’il a qualifié de génocide)

Dès 1991, les bombardements américains sur l’Irak avaient visé à détruire le réseau d’assainissement et de distribution d’eau. Et pendant douze ans, jusque 2003, l’Irak a vécu quasiment sans eau potable. Des épidémies de typhoïde, toutes sortes de maladies véhiculées par de l’eau non potable sont apparues de manière foudroyante, et ce fut dévastateur, rapporte M. Halliday.

En 1995, alors que les sanctions auraient pu être levées, Leslie Stahl, journaliste américaine, a demandé à Madeleine Albright, ambassadrice américaine aux Nations unies, si leur maintien valait la mort de 500 000 enfants irakiens. La réponse fut sans détour : « C’est un choix très difficile, mais nous pensons que ce prix à payer, oui, en valait la peine. »

Bagatelle pour un massacre

La mort de Saddam Hussein, et là encore il s’agit d’un point qui ne risque pas d’être contesté par grand monde, n’apporte rien à l’Irak. Faire rendre justice à Saddam Hussein ne mettra pas un terme à la violence en Irak, déclarait G.-W. Bush au matin du 30 décembre.

Au contraire, cette exécution capitale, par l’injustice dont elle est chargée, a toutes les chances d’exacerber encore les tensions entre communautés.

Engluée depuis le début dans des déclarations mensongères, l’Amérique s’obstine à penser que les modèles préfabriqués à Washington peuvent s’appliquer, et qu’une fois le tyran mort, il ne restera plus aux Irakiens qu’à s’engager vers un régime démocratique qui puisse gouverner, assurer ses besoins, se défendre et devenir un allié dans la guerre contre le terrorisme (déclaration de G.-W. Bush, 30 décembre 2006). Une pareille naïveté pourrait prêter à rire, si elle n’avait causé tant de morts.

Les Kurdes regretteront longtemps que les dommages causés à leur communautés n’aient pas été jugés. Et on imagine mal que les sunnites, après avoir vu leur ancien leader être éliminé le jour de la fête de l’Aïd au terme d’un procès irrégulier, s’empressent de répondre à la « main tendue » du premier ministre Nouri al Maliki, qui concluait son message du 30 décembre par cette phrase délicate : Votre terre purifiée est débarrassée pour toujours des immondices de la dictature et a tourné une page noire de l’histoire de l’Irak.

Déjà, de nombreuses protestations soulèvent le monde arabo-musulman : Je n’ai aucune peine ou compassion pour l’homme, mais le moment choisi est stupide et les musulmans vont penser qu’il s’agit d’une provocation, estime Ehab Abdel-Hamid, romancier et membre de la rédaction du journal cairote Al Dostour. L’opinion publique arabe se demande qui méritait d’être jugé et exécuté : Saddam Hussein, qui a préservé l’unité de l’Irak, son identité arabe et musulmane et la coexistence de ses différentes communautés (...), ou ceux qui ont plongé ce pays dans cette guerre civile sanglante ? s’interroge Abdel-Barri Atwan, du quotidien Al Quds al Arabi, publié à Londres. La Lybie vient de décréter trois jours de deuil national.

Du côté de l’Iran et du Koweït, pays tous deux attaqués par l’Irak, on se réjouit, de même qu’en Israël. Ce dernier pays gagnerait sans doute à afficher une satisfaction moins visible : l’élimination du raïs a pour corollaire le redressement de l’Iran, qui ne fait pas mystère de ses intentions monstrueuses à son égard. L’Iran est pour Israël un ennemi d’autant plus redoutable que les Etats-Unis, tant qu’ils sont embourbés en Irak, auraient d’énormes difficultés à y intervenir.

En Europe, partagée entre les Anglo-Saxons, soutenant les Américains d’une manière intransigeante, et les Français, qui avaient refusé par la voix en l’occurrence courageuse de Jacques Chirac, de participer à l’agression de l’Irak, c’est plutôt la réprobation. Ainsi, Terry Davis, secrétaire général du Conseil de l’Europe, a estimé que par cette exécution, l’Irak avait ainsi manqué une occasion de rejoindre le monde civilisé.

Le Vatican a publié un communiqué dans lequel il déplore : La mise à mort d’un coupable n’est pas la manière de reconstruire la justice et de réconcilier la société. Au contraire, elle comporte un risque de nourrir un esprit de vengeance et de semer de nouvelles violences.

S’il reste difficile de prévoir toutes les conséquence de cette exécution, il est certain que cette partie du monde n’avait pas besoin de motif supplémentaire d’explosion.

C’est à la Justice que l’Amérique a brisé la nuque.

La portée symbolique de l’élimination de Saddam Hussein est évidemment très importante, et il n’est pas certain qu’ait été mesurée l’étendue complète des dommages qu’elle peut causer dans cet ordre.

Après avoir présenté au monde un simulacre de « croisade contre l’axe du mal » qui ne déguisait en fait qu’une opération vulgairement pétrolière, les Etats-Unis présentent de nouveau au monde, par appareil judiciaire captif interposé, un procès irrégulier qui ne déguise que la passion des factions locales, et l’obstination des Américains à éliminer le raïs déchu, à défaut de trouver une solution intelligente de sortie à la guerre civile catastrophique qu’ils ont suscitée.

Au delà de ses conséquences à court terme, cette élimination tend à renforcer l’idée que la barbarie n’est pas du côté des terroristes, mais bien du côté de l’Amérique, qui n’éprouverait aucun scrupule à travestir ses intérêts derrière l’invocation des idées les plus hautes, en utilisant pour cela de grossières contre-vérités, affirmées avec un aplomb assez méprisant pour les auditoires qui les reçoivent. Et en ce sens, cette attitude américaine d’une force démesurée, mais oublieuse de la justice et soumise aux lobbies, peut être tenue responsable d’un discrédit croissant, ou d’une détestation croissante, qui ne touchent pas que leur nation, mais plus globalement le bloc occidental-chrétien, dans la partie qui se joue face au bloc arabo-musulman.

Cette régression de civilisation vers une forme de totalitarisme que ne renierait pas Saddam Hussein lui-même est d’autant moins excusable que les personnalités en présence sont différentes : d’un côté, un enfant maltraité, misérable, abandonné par son père, fuyant dès huit ans le domicile familial, devenu chef d’Etat à force de brutalités et d’exactions. De l’autre, le premier rejeton d’un ancien président de la plus puissante nation du monde, élevé dans les plus prestigieuses institutions. Or de pareilles attitudes rendent difficile de distinguer le barbare d’entre les deux.

Ce matin du 30 décembre, à Bagdad, un tyran déchu montait avec fermeté à la potence. Son cadavre à peine refroidi, les télévisions ont diffusé les images indécentes de sa mort.

Le même jour, dans son ranch de Crawford, au Texas, émergeait d’un sommeil probablement embrumé par les fêtes de fin d’année l’homme le plus puissant du monde, qui avait déclaré naïvement que la condamnation à mort de Saddam Hussein était un triomphe pour la démocratie.

Au bout du compte, il n’est pas sûr que la leçon de dignité et de courage vienne du cow-boy.

Saddam Hussein sur Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Saddam_Hussein
Un article de référence sur les alliances de l’Irak : http://www.monde-diplomatique.fr/2004/11/DESPRATX/11647


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (425 votes)




Réagissez à l'article

111 réactions à cet article    


  • Alfred (---.---.71.55) 2 janvier 2007 12:12

    Bush et ses copains ont essayé en pendant Saddam Hussein de tordre le cou aussi au fait que l’occident a vendu des armes et soutenu ce dictateur sans trêve, tout en sachant qu’il utilisait les armes achetées (y compris à la France) contre sa propre population civile...N’ayons donc pas la mémoire courte et sélective...


    • madjid (---.---.248.230) 2 janvier 2007 12:23

      En complément à votre article,je dirai que le gagnant dans cette lamentable affaire est... Sadam Hussein lui-même, malheureusement.


      • Blakesnake (---.---.106.119) 2 janvier 2007 12:27

        Faire disparaitre Saddam pour faire disparaitre la responsabilité des dirigeants occidentaux de l’époque, sous couvert de la mort d’un tyran...

        Les morts ne parlent pas


        • ZEN zen 2 janvier 2007 12:40

          @ L’auteur

          J’allais sauter votre article, vu la pléthore sur ce sujet depuis quelques jours...Je l’aurais regretté, car il est courageux et bien informé

          J’ai apprécié la mise en perspective historique , trop souvent oubliée ou déniée ,surtout quand vous rappelez que :« le massacre le plus meurtrier commis en Irak, et probablement le plus révoltant, puisqu’il concerne entre 500.000 et 1 million d’enfants, ne fut pas réalisé par Saddam, mais bien par les Nations Unies, que les Etats Unis financent à plus de 20% ».

          « Pétrole contre nourriture » : qui en parlait ? qui s’en souvient ?


          • afrci (---.---.227.232) 4 janvier 2007 02:04

            L’auteur de cet article est français !!!! Il n’y a que des pourritures humaines comme des français pour écrire ce genre d’article. LES BANQUES FRANÇAISES ONT PILLÉ L’IRAK Sous le programme ’’Pétrole contre nourriture’’. LA FRANCE EST LE PAYS QUI A LIVRÉ LE PLUS D’ARME ET LES GAZ MORTELS À L’IRAK (Gaz qui a servi à tuer les irakiens).

            Avant d’accuser les autres, regarder ce que vous faites : CÔTE D’IVOIRE ; IRAK ; RWANDA (près d’un Million de morts) et j’en passe.

            VILLEPIN ET CHIRAC Méritent la pensaison au même titre que leur ami Saddam.

            COQS Gaullois, peuple ignoble et sens scrupule ; génocidaire.

            Vous avviez dit :  :" le massacre le plus meurtrier commis en Irak, et probablement le plus révoltant, puisqu’il concerne entre 500.000 et 1 million d’enfants, ne fut pas réalisé par Saddam, mais bien par les Nations Unies, que les Etats Unis financent à plus de 20%

            Que les banques françaises remmettent l’argent des irakiens, PNB PARIBAS ; Pasqua,..... Ce sont les français qui ont bénéficié du programme pétrole contre nourriture, laissant le peuple irakien mourrir de faim et d’injustice.

            ABATS LES COLONS


          • louison (---.---.246.212) 2 janvier 2007 13:49

            oui, en effet, l’embargo contre l’Iran était une monstruosité criminelle, en d’autres temps, ça aurait provoqué une guerre mondiale.J’ai lu depuis les débuts les articles et livres du général Gallois que j’écoutais sur radio courtoisie, quelle chance d’avoir connu (par l’« extrême droite ») toute la vérité cachée et les prévisions hélas réalisées de ces guerres du pétrole.L’histoire ne se termine pas avec l’escamotage de Sdam(il est passé à la trappe la corde au cou comme un criminel de droit commun), bien au contraire, nous allons voir s’accenuer les divisions et violences tant en Irak que dans l’ensemble de la région et Israêl a tout à caindre des développements à venir ! MERCI AGORAVOX ET BONNE ANNEE.Vive le 22 avril 07 !


            • harakiri26 (---.---.15.205) 2 janvier 2007 14:31

              Belle analyse ... Merci smiley


              • krim (---.---.196.178) 2 janvier 2007 14:34

                Bonjour a ts le monde

                Je trouve que l execution de saddam a ete une tres grosse erreur car cela va plonger l irak dans le chaos. Certe c etait un dictateur mais ce n etais pas encore le moment . De plus l Amerique n a fait que plonger celui ci ds le chaos .

                Mois je souhaiterai la mort de Georges Bush Junior car je place Saddam et Bush sur le meme pied destale celui de la haine .


                • coucou (---.---.2.4) 3 janvier 2007 15:20

                  je dirais meme que Goerge W bush mérite 100 fois + que sadam d’etre executé....

                  Mais je n’ai que faire de la justice des hommes....

                  Et a mon humble avis, l’ ’officieuse’ video tournée au portable n’est que mascarade, saddam hussein, n’est pas mort, parce que ca arrange bien tous le monde et que c’est trop facile. S’il etait vraiment mort, ce devrait etre l’element declencheur d’un grand soulevement MONDIAL, contre le Nouvel Ordre Mondial que tente de mettre en place bush et ses copains... Mais quand est-ce que l’homme moyen réagira face a tant d’insolence ???? Faut-il que le nabot gris fasse mumuse et passe a la vitesse supérieure avec des bombes H pour que les hommes reagissent ????????

                  Si on continue a le laissez faire, nous courrons a notre perte !

                  ps : l’arriere grand pere de George W bush etait le banquier d’adolph hitler.....


                • Patrick (---.---.101.8) 3 janvier 2007 18:56

                  << je dirais meme que Goerge W bush mérite 100 fois + que sadam d’etre executé.... >>

                  N’importe quoi.

                  Si on additionne les Kurdes et les victimes de la guerre Iran-Irak on n’est pas loin d’un million de morts dus à Saddam Hussein.

                  Bref ne comptez pas sur moi pour le pleurer. On peut juste regretter comme on l’a fait pour Pinochet que les procès n’aient pas tous été menés à leur terme. Comme d’autres commentateurs l’ont remarqué, celui des complicités étrangères pourrait se révéler plutôt embarassant pour Paris ou Washington...


                • Nono (---.---.77.40) 2 janvier 2007 15:01

                  @ l’Auteur,

                  Analyse plus que correct de cet événement qui a envahi nos médias et a clôturé l’année insipide que fut 2006.

                  De tous les articles, concernant ce « simulacre » de justice, parus ce jour sur Agoravox, c’est celui que je trouve le plus juste. Je poste donc ici mes deux et uniques commentaires à ce sujet.

                  Et si vous voulez commencez l’année 2007 par un bon coup de rire, faites un tour sur l’article du souriant Philosophe...Il vaut son pesant de cacahuètes.

                  Cdlt.

                  Nono


                  • ZEN zen 2 janvier 2007 15:26

                    @Nono

                    Si tu classes Lulu parmi les philosophes, je mets Bush dans les plus grands bienfaiteurs de l’humanité...


                  • Nono (---.---.77.40) 2 janvier 2007 17:12

                    @ Zen,

                    Meilleurs voeux pour l’année 2007, santé, avant tout et plein de zénitude, de bonheur et de bonne humeur.

                    ...Au second degré, je pense que c’est ainsi que vous l’aviez compris ?!

                    J’ai oublié de mettre les parenthèses autour de « philosophe »...N’empêche que son article est très rigolo pour ne pas dire ridicule. Il s’agit probablement d’une commande ! Et donc, aucun intérêt de le commenter.

                    Bien cordialement

                    Nono


                  • Perla (---.---.89.67) 2 janvier 2007 20:48

                    Je crois que quant on a une dette, on la paie d’une façon ou d’une autre. Les imàgens de la mise à mort de Saddam n’est pas étàient nécessaires à montrer au monde ; ils,font prèuve d’haine spirituelle, mauvaise,et pauvre en raison. Même si Auguste Pinochet aurait merité autant, car, celui-ci à tué et massacré des millions des innocents « àla cuillère » ; on aucun cas, la mise en scène à mort, c’est un spéctàcle intéressant à regarder.....Payer une dette, n’est pas dèjà assez pour les victimes, faut-il garder l’âme noir d’haine et du sang ?. Croyez- moi, je partage leur douleur, leur espoirs, mais, sans sadisme.


                  • ZEN zen 3 janvier 2007 08:35

                    @ Nono

                    Le second degré ne m’a pas échappé, bien sûr.

                    Bonne année à toi aussi.Amicalement.


                  • Nono (---.---.77.40) 2 janvier 2007 15:04

                    Saddam a eu la corde serrée au coup, tant mieux ou tant pis ! Certains ont alors desserré, le matin même, leur cravate avec un grand ‘Ouf’ de soulagement et d’autres serrent, en ce moment, de plus en plus fort, ou commencent à serrer leurs rondelettes fesses de roitelets...

                    A qui sera le prochain tour ?

                    Qui sera le prochain pendu ?

                    Saddam a certes mérité la mort, ça aurait pu être après un procès conforme et plus abouti et une exécution plus digne de son statut et de son bourreau...N’empêche que ce fut une sacrée putain de mascarade et un très mauvais timing, perfide et manquant bizarrement de tact.

                    Cela continue !

                    Nous en avons « Pris acte »,

                    A-t-on dit !

                    Dormez tranquilles, citoyens de ce monde,

                    Dormez bien, gentils cabris,

                    Appréciez votre torpeur,

                    Tous les méchants seront suspendus...

                    Par le coup,

                    Au bout d’une pareille corde,

                    Louez la vigilance de votre « Grand frère »,

                    Votre « illuminati » protecteur,

                    Diable’you

                    La marionnette sombre,

                    Poussé par une armée d’ombres

                    Une putain de horde à la solde d’ « amis »...

                    NOVUS ORDO SECLORUM

                    Cdlt.

                    Nono


                    • Idéfix (---.---.64.99) 2 janvier 2007 15:09

                      Je trouve assez choquant de commencer l’article par une référence à M Dumas qui n’a pas démontré une éthique et une probité particulière comme on l’a vu récemment. Pourquoi ne pas citer Jacques Chirac que certains juges attendent depuis de nombreuses années ? S’il n’a pas été l’avocat de cet ex tyran, il en a été un fervent partisan à une époque où il était « fréquentable ».

                      Mais ne soyons pas hypocrite, pendant la guerre froide les démocraties ont du s’appuyer, hélas, sur certains dictateurs qui n’en sont pas moins restés dictateurs. Hussein a été jugé, Pinochet hélas pas.

                      PS : je suis contre la peine de mort, mais je trouve qu’en cette nouvelle année le monde démarre mieux l’année avec deux criminels en moins.


                      • (---.---.229.236) 2 janvier 2007 15:40

                        Ouais, les nazi aussi ont été zigouillés dans une parodis de procé, dans un pays sous occupation étrangére. Quant à Dumes, ce repris de justice, de quoi vient il se méler ?

                        Personne ne peut sérieusement mettre en doute le fait que Saddam avait mérité 1000 fois sa condanation, et que Justice (=vengeance, c’est la même chose) à été faite.


                        • noireb (---.---.95.21) 2 janvier 2007 16:42

                          « justice = vengeance »

                          je ne sais pas s’il faut rire ou pleurer en lisant.

                          Ce n’est pas parce qu’une mascarade husseinienne a déguisé une vengeance en lui donnant le nom de procés que les deux termes ont le meme sens.

                          La justice implique une notion de respect des regles sociales que la vengeance ne tolere pas.

                          Laisse ton cerveau se reposer 2 secondes, lis les définition des 2 mots, et dit moi s’il s’agit de la meme chose. Quand on vit dans un pays qui a eu le bon sens de supprimer la peine de mort, comment peut-on confondre ?

                          Pitoyable.


                        • noireb (---.---.95.21) 2 janvier 2007 16:46

                          Tres bon article.

                          Si l’auteur veut bien un jour nous en pondre un sur « la pertinence d’instaurer une démocratie aux autres par les armes », je serai ravi smiley


                        • (---.---.229.236) 3 janvier 2007 01:11

                          « La justice implique une notion de respect des regles sociales que la vengeance ne tolere pas. »

                          Nan, la « Justice », c’est juste de la vengeance confié à un service public, ce qui justifie d’ailleur de s’y remettre si ce service public fait mal son travail. Par exemple en suprimant la peine de mort. Car la vengeance est un devoir.


                        • bb (---.---.138.203) 2 janvier 2007 15:41

                          Je suis contre la peine de mort et n’excuse en rien les acteurs de cette sentence du plus grand au plus petit.. La peine de mort est un crime... !!!!... Les petites filles et les petits garçons kurdes gazés aussi avec leur frimousses tuméfiées par les vésicants et neurotoxiques aussi sont morts et on en parlait pas trop car c’était la guerre iran irak et les démocraties appuyaient l’irak et nous étions de ceux là à ce moment là.... Et oui toutes ces petites frimousses agonisantes dans les bras de leur mère fut l’oeuvre d’un tyran qui a vécu par l’épée et qui est mort par l’épée........fin...il n’y a plus rien à dire sinon que ceux qui aiment les petites frimousses tuméfiées ne peuvent prendre la défense d’un tyran sinon sur un seul fait..L’abolition de la peine de mort ,dans le cas contraire une question pourrait ce poser ,les défenseurs et thèsards aiment ils leurs enfants...

                          bb


                          • Nono (---.---.77.40) 2 janvier 2007 17:20

                            @ BB,

                            Mes meilleurs voeux, BB.

                            Tout à fait d’accord avec vous. Le procès de Saddam aurait pu être en phase avec les différentes conventions internationales et donc englober le massacre des Kurds, principalement...Mais cela n’arrangeait pas les « fournisseurs » du gaz moutarde et similaires...Alors, ils ont fait vite et...mal, très mal !

                            Bien cordialement

                            Nono


                          • bb (---.---.138.203) 2 janvier 2007 21:00

                            meilleurs voeux NONO. Bien sur que le procès de saddam devait être troncé et court. l’europe est les us lui ont vendu pas mal de matériel qui permet la fabrication de gaz de combat et des armes. Voila pourquoi le procès fut cout. bb


                          • eirik (---.---.208.5) 2 janvier 2007 15:44

                            Ce sont des couillons !!


                            • minijack minijack 2 janvier 2007 15:44

                              Je constate que la floppée d’intervenants, tant rédacteurs que commentateurs, s’accordent pour ne pas regretter la mort de ce misérable dictateur mais qu’en revanche, tout le monde est d’accord pour regretter la manière dont se sont passées les choses.

                              La Justice n’est pas passée sereinement. Et c’est ce que les peuples retiendront. Surtout les peuples opprimés.


                              • malou07@gmail.com (---.---.167.118) 2 janvier 2007 15:47

                                Bonjour à tous, Il est vrai que Saddam avait fait du aml dans sa vie, il est vrai aussi que sa mort a fait le bonheur et la joie de milliers de personnes,mais le minimum de respect pour des millions de musulmans dans le monde entier, aurait exigé que l’exécution de la peine de mort ne soit pas le 1er jour de l’Aid.


                                • septquiprend (---.---.52.11) 2 janvier 2007 18:57

                                  Ces images choc de la pendaison de Saddam ont probablement suscité l’indignation au sein de la communauté sunnite irakienne et dans plusieurs pays arabes, mais cette même communauté et ces mêmes pays s’indignent-t-ils quand des dizaines de civils irakiens innocents se font tuer tous les jours ???


                                • frederic9 (---.---.232.32) 2 janvier 2007 15:50

                                  Saddam est mort, pendu par les chiites et les kurdes.

                                  Ceux qui pleurent sa mort aujourd’hui, sont ses collaborateurs. Ils ne sont ni chiite, ni kurde.

                                  Quant à la politique de la France au Moyen-Orient, elle vient de subir un nouvel échec avec la mort d’un tyran qu’elle aura soutenu jusqu’au bout, au risque de mettre en danger toutes ses positions dans une région où les plus grands bouleversements sont peut-être encore à venir.


                                  • Julien (---.---.227.52) 2 janvier 2007 16:49

                                    Au delà du débat, fort justifié par ailleurs, qu’entraine la mort de Saddam Hussein du point de vue de la justice, je ne peux m’empecher de me sentir très mal à l’aise, à la vue de la video son exécution. Peut-être parce que fondamentalement, je suis contre la peine capitale. Peut-être parce que l’idée de voir un homme vivant la veille et de se dire que dans quelques heures il sera mis à mort me répugne. Peut-être aussi parce que cette video amateur me rappelle étrangement, celles des otages décapités par les « insurgés » irakiens. Soigne t-on le mal par le mal ?


                                    • napafau (---.---.26.250) 2 janvier 2007 17:18

                                      l amerique brise la nuque de la justice si c etait vrai.parler plutot des vestes blanches de segolene plutot que de justice


                                      • Un gars qui passait et qu’a vu la lumiere (---.---.180.225) 2 janvier 2007 17:29

                                        Je trouve très dommage que le gouvernement americain n’ai pas eu le courage de pendre Saddam au bout de la statue de la liberté...Cela aurait été plus honnête quand à la réalité des choses...

                                        Vivement que Nikolas Sarkozy soit élu dictateur, que l’on aille massacrer pleins de gens colorés pour du pétrole avec nos amis americains... Le monde est devenu bargeot...


                                        • JLF (---.---.37.124) 2 janvier 2007 18:16

                                          voir ce lien vers le journal The Independent ; tout y est dit par l’un des meilleurs spécialistes du M-O Robert Fisk

                                          http://news.independent.co.uk/world/fisk/article2114403.ece

                                          ce fut une histoire de voyous qui malheureusement dirigent le monde ; devant un tel désastre (judiciaire, politique) nous reste Douste Blazy et l’Europe n’existe pas ; tout est fait pour que le fossé continue de se creusser avec les musulmans


                                          • (---.---.145.119) 2 janvier 2007 18:21

                                            Si je comprends bien l’auteur de cet article.

                                            Ce que Saddam a fait au cours de sa vie, il l’a fait à cause des américains qui eux sont LES responsables de tous les maux dans cette région. Le soutien financier des US à l’Irak, la réaction de Saddam face a la rébellion chiite fomentée par les US, le gazage des Kurdes, c’est la faute aux US qui ont fourni les armes, les 500000 à 1 millions d’enfant mort, c’est la faute aux US et leur blocus, etc.. Saddam, a été en fait « obligé » de faire ce qu’il a fait pour sauvegarder l’unité de l’Irak

                                            Saddam a donc été manipulé par le Grand Satan Bush et ceux qu’il représente. C’est donc un Résistant voire un Saint qui a essayé toute sa vie de sauver l’unité de son pays contre l’oppression aveugle du monde occidental, il a même été obligé de se conduire en dictateur et de se convertir à l’Islam pour son peuple. Quel grand homme ! Assassiné par la monstrueuse machine juridique américaine ! Lorsque le nœud de la corde (made in US) s’est serré autour de son cou il priait encore pour le salut de l’âme de son bourreau, Bush. Maintenant qu’il est mort et que les pilleurs étasuniens de ressources pétrolières ont le champ libre, le terrorisme va pouvoir prospérer en Irak et dans la région.

                                            Également, tant qu’à faire, il me semble que l’article est incomplet concernant notamment la responsabilité US des atrocités commises dans le monde : la famine, le sida, les actes terroristes et autres guerres, je me demande même si les SDF et les chômeurs de chez nous en France… car si on regarde bien ce sont les US nous empêchent de construire une Europe sociale et juste en nous imposant leur libéralisme forcené et leurs fonds de pension.

                                            L’auteur a choisi son camp ainsi que grand nombre de commentateurs, grand bien leurs fasse ! Malgré les fautes commises par les administrations successives, je choisis l’autre, celui imparfait de la démocratie, des libertés individuelles… de la responsabilité individuelle.

                                            Saddam mort, voyons si dans les mois et années qui suivent les autres procès se déroulent comme annoncés.


                                            • xenos (---.---.248.161) 3 janvier 2007 14:47

                                              @ l’inconnue qui dit « Si je comprends bien l’auteur de cet article. » puis blah blah blah

                                              conclusion : vous avez bien fait d’utiliser le conditionnel ; car il semblerait qu’effectivement, vous n’ayez pas compris l’article.


                                            • Algunet 3 janvier 2007 18:50

                                              Je n’ai peut-être pas compris l’article de l’auteur mais visiblement vous n’avez pas compris le sens de de mon bla-bla à savoir que reporter toute les fautes sur les US (ce qu’insinue l’auteur) est aussi ridicule que reporter toutes les horreus sur Saddam seul.

                                              Autant pour l’inconnu :

                                              Signé Algunet smiley


                                            • sarah (---.---.236.182) 2 janvier 2007 18:27

                                              bravo à l’auteur de cet article !! c’est le meilleur article qui ai été rédigé sur ce sujet !! bravo encore et bonne année !

                                              sarah


                                              • victor (---.---.78.241) 2 janvier 2007 20:14

                                                La conjoncture a fait qu’une brochette de dirigeants incompétents et dangereux ont sévi dans la même période. Je cite au hasard Sammad, Husb, Balir, Artistid, Pounite, Nadzar, Lubercosni, les nombreux dirigeants africains, le gars de la Pologne, les dictateurs des anciennes républiques russes etc, etc, etc... L’énumération serait trop longue. Le pire est que des apprentis sorciers se mettent en tête de venir grossir la liste. On ne pourra même pas partir à l’étranger s’il y a une guerre mondiale pour paraphraser Coluche.


                                                • Amandine (---.---.131.137) 2 janvier 2007 20:44

                                                  Trés bon article, pour les Etats-Unis le motto est : « si tu n’est pas avec nous, tu es contre nous », donc soumission totale ou ennemi public numéro 1


                                                  • M.Amirdine FAROUK (---.---.131.163) 2 janvier 2007 20:46

                                                    COMMUNIQUE DE PRESSE Je condamne cette sentence illégitime « de la peine de Mort de Mr.SADDAM HUSSEIN, » Qui est contre productive pour la paix et la stabilité de la région Par

                                                    M.Amirdine FAROUK Conseiller Municipal de La Courneuve Président de France India www.franceindia.net amirfrk4@yahoo.fr

                                                    Le « procès « de Saddam Hussein,

                                                    Dès l’origine le verdict était déjà plus au moins tracé. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai un léger pincement au coeur en écoutant la cour et surtout les témoins, ceux qui ont été torturés par cette homme et combien c’est dur, Lorsque les témoins parlent il est question d’horreur subite par Saddam et ses hommes.

                                                    Le Président déçu Mr.Saddam Hussein a été condamné à mort par pendaison. Dans les faits reprochés à ce dernier, il n’était que le pion de l’histoire le plus extraordinaire de ce semblant de justice, ceux qui reprochent sont des instigateurs et qui sont plus responsables que Mr.SADDAM Hussein.

                                                    L’invasion de l’Irak est le crime contre l’humanité qui selon des instituts anglais cette invasion aurait coûté plus 600000 victimes sans compter les blessés plus ou moins graves.

                                                    L’ancien dictateur a affirmé pendant le procès, qu’il a été « battu et torturé » par les Américains en détention et en porter la trace physique, en dépit des démentis apportés par l’administration américaine.

                                                    « A la Maison Blanche, ce sont des menteurs et la Maison Blanche est le menteur numéro un au monde », a clamé Saddam Hussein. « Ils avaient menti en disant que l’Irak avait des bombes chimiques, Ils ont encore menti en prétendant que je n’avais pas été battu, ma vieille montre a été volée avec mon argent et ma fille, qui a été contrainte à l’exil, m’a fait cadeau d’une montre et ils l’ont prise », a déclaré le président déchu.

                                                    « La dishdasha (robe traditionnelle irakienne, ndlr) que Mr Saddam Hussein portait a été déchirée par ceux qui croyait ainsi humilier sa personne », a-t-il ajouté, parlant de lui-même à la troisième personne.

                                                    Les humiliations sont ressenties contre l’ensemble du monde arabe. L’instabilité politique va durer. Le devenir du pays voire de la région sera en danger, d’ailleurs c’est déjà le cas.

                                                    Mr.Saddam qui était hier le dictateur représente aujourd’hui une image de la nation arabe humiliée, emprisonnée, maltraitée, accablée de tous les surnoms, et qui faute de mieux pousse le courage à l’absurde et au désolant

                                                    La remarque d’un prisonnier, qui était aussi prisonnier sous Saddam a dit que : « sous Saddam on m’a torturé, après Saddam, les américains m’ont aussi torturé ....quel est la différence ?? Presque aucune si ce n’est que j’aurai préféré encore me faire torturer par les miens plutôt qu’un envahisseur qui se dit être venu pour mon bien !! »

                                                    <> qui veut voir Président déçu Mr.SADDAM Hussein pendu qui ont soutenu jusqu’au bout le cruel dictateur Chilien Pinochet jusqu’à sa tombe voire post - mortum. Les USA est la terre d’accueil des réfugiés politique de préférence les dictateurs déchus pour leurs services rendus pour l’UK et USA.

                                                    Dans la démocratie américaine, qui a montré son vrai visage quand Mr Saddam Hussein est devenu autonome et incontrôlable pour les USA/UK, il est devenu dangereux pour « le monde entier ». Comme défunt Président Chilien SALVADOR ALLENDE démocratiquement élu, les USA auraient dépensé des millions de dollars pour déstabiliser son gouvernement avant de le renverser par un coup d’état. Des exemples il y en a bref.

                                                    (Les puissances de l’époque de deuxième guerre mondiale ont laissé faire le génocide pendant cette période selon la croix rouge à l’époque et récemment même Sharon a dénoncé dans le même sens qui a soldé par plus de 6millions de juifs une atrocité inimaginable, beaucoup d’anciens nazi ont été récupéré par les USA) Mêmes les nazis ont été jugés avec dignité à Nuremberg par les américains en 1944. Cette mascarade n’est qu’une mise en garde au monde arabo-Musulman, et croire que la mort de Saddam fera jaillir la démocratie et rétablir la justice, relève de la niaiserie. S’il meurt, il sera considéré comme un martyr par un grand nombre de personnes.

                                                    On cherche la paix, la stabilité et le monde sans peur ni crainte. Je crois qu’on n’est mal parti. La pendaison va actionner la roue de la vengeance. On n’est pas sorti de l’auberge.

                                                    Savez vous, d’où viennent les sentiments d’insécurité actuelle, les USA comme quelques pays ont massivement aidé les Mudjahideens en Afghanistan pour lutter contre les soviétiques et lors du retrait des soviétiques (Russes), <> avaient été largement financés et armés, se sont retrouvés dans la nature avec un sentiments d’abandon. On aurait pu les aider pour leur retour à une vie normale..... Comme Ils ont été lâchés dans la nature et depuis on ne voit que le monde intégrant la peur Comme la nouvelle donne de la modernité.

                                                    Mon ressentiment est assez partagé et perturbé. Tout d’abord, il est vrai que Mr.SADDAM n’est un enfant de cœur (pas plus M.Bush soit disant » démocrate » comme si un voleur entre chez vous puis il vous accuse avoir les papiers peints qu’il déteste) mais humainement, je pense qu’il a déjà assez payé, en perdant ce qui lui est de plus cher, sa famille et ses enfants mort dans des conditions atroces et horribles. Il a tout perdu ce qu’il avait de « bien » dans sa vie.

                                                    Personnellement, si je devais ou pouvais y apporter une voix ça serai plutôt la prison à vie, au lieu de la peine de mort. Aucun homme ne mérite qu’on décide de la fin de ses jours. Président défunt M.François MITTERRAND a été visionnaire d’une société civilisée sans peine de mort alors même que l’opinion était contre.

                                                    Je « n’excuse » en rien ce qu’il a fait, je suis bien conscient, mais la peine de mort pour un homme, j’ai encore beaucoup de mal. Mais quelques-uns des dirigeants actuels de l’Irak ont utilisé par les USA les sabotages en l’Irak au temps de M.SADDAM.  Qui est bon ? Qui peut juger ? Comment peut -on juger qu’on est envahisseurs ou les pantins de ces derniers ? Des dirigeants bien pires sont aux pouvoirs actuellement mais ils sont « gentils » car ils devraient défendre les intérêts « des puissants ».

                                                    Ceci dit, il est évident que ce procès n’est pas une histoire de rétablissement de la justice pour ceux à qui il a fait du mal. Les USA et bush règlent ici des comptes personnels.

                                                    On ne peut pas accuser seulement les dirigeants des USA, bon nombre de dirigeants arabes préfèrent les conforts de leur pouvoir. Quoi qu’on dise les USA restent démocratiques même imparfait. C’est une autre question, si les dirigeants ont cet esprit. Un grand pays comme les USA ont perdu leur image, avant les URSS leur rendait service en faisant le contre -poids. A terme, il programme leur chute ... Dommage que ce pays a été à l’origine de beaucoup d’inventions dont le remarquable est l’Internet. N’oublions pas qu’il y a 60 ans UK a été puissant, autre fois les romains, les grecs, les assyriens..... La future puissance sera l’Europe, la Chine, ou l’inde.

                                                    Le monde me fait de plus en plus peur, je me refuse parfois d’écouter les informations ou de lire les journaux, simplement pour m’éviter de passer des nuit blanches à me demander : pourquoi les hommes deviennent ils de plus en plus mauvais et cruels ? Pourquoi le monde tourne t-il dans le mauvais sens ? Pourquoi est-il si INJUSTE, et où est et où se trouve la vrai JUSTICE.

                                                    Tant de questions, qui malheureusement font partis de notre quotidien bien que l’on soit bien loin de ces pays et parfois de la réalité.

                                                    Tout Naturellement..... la violence est en nous mais on doit travailler pour l’éliminer de notre esprit. Nous devons tous œuvrer pour la paix et il faut que nous retrouvions le principe de la non-violence et de pardon.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès