Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Sarkozy : à la recherche de la confiance perdue

Sarkozy : à la recherche de la confiance perdue

Cette fois il a vraiment changé. Le président vibrionnant a laissé la place à un chef de l’Etat soucieux. Comme une malédiction, à chaque fois qu’il commence à reprendre la main, des événements inattendus viennent mettre à mal ses stratégies. A une poignée de mois de l’échéance présidentielle, la crise est là mais, la confiance elle est partie. Confiance des français, confiance des marchés mais aussi pour la première fois peut être, du président lui-même en sa capacité à peser sur le cours des choses.

On n’en est pas encore au stade de la résignation mais le volontarisme qui a toujours été la marque de fabrique de Nicolas Sarkozy en a pris un coup. Une nouvelle ride, persistante, vient barrer le front du président. Les Français sont inquiets des possibles répercussions de la situation financière actuelle mais, pied de nez de l’histoire, ils semblent faire davantage confiance à la chancelière allemande, Angela Merkel, qu'à leur propre président pour sortir de la crise. Telles sont en tous cas les conclusions d’un sondage Harris Interactive pour Le Parisien, publié jeudi 11 août. Angela, la perpétuelle indécise,… quelle ironie.

Au même moment pourtant, selon un autre sondage CSA/Les Echos réalisé les 9 et 10 août, la côte de confiance du président augmente de trois points ! Ah, les enquêtes d’opinion, c’est avant tout l’art de poser la bonne question pour avoir la bonne réponse.

Non, rien ne va. Alors que le chef de l’Etat sacrifie ses vacances pour tenir une réunion d'urgence sur la crise financière voilà que les marchés en tirent la conclusion que c’est un signe de fébrilité, que le bateau France prend l’eau et c’est l’emballement. L’exact contraire de ce qui était recherché.

Le président le sait, il faut aller vite mais le temps de l’Europe n’est pas celui des marchés. Le 24 août il rencontrera Angela Merkel. C’est proche mais c’est bien loin quand chaque journée qui passe apporte son lot de surprises, notamment de tentations spéculatives sur la dette française.

A l’automne, le gouvernement sera contraint d’annoncer un nouveau train de mesures pour réduire le déficit. Ce sera nouveau coup de rabot sur les niches fiscales. Un exercice des plus délicats : faire rentrer de l’argent dans les caisses sans faire des mécontents dans un électorat favorable au président qui s'est déjà réduit comme une peau de chagrin. Pas de quoi rassurer les marchés.

Sur la scène européenne, ses homologues ne l’aident guère. Berlusconi est totalement discrédité, Zapatero s’est coupé les ailes en annonçant qu’il ne serait pas candidat à sa succession. Il reste l’incontournable Angela mais, le courant ne passe pas. La chancelière allemande est d’ailleurs la seule dirigeante de la zone euro qui n’a rien modifié à son programme estival. Après une randonnée dans le Tyrol, elle poursuit officiellement ses vacances à Berlin jusqu'à samedi. La plupart des observateurs considèrent depuis longtemps Angela Merkel comme « l’homme malade » de l’euro, celui qui a multiplié les bourdes et exaspéré ses partenaires.

Le moteur franco-allemand a pris des allures de mariage de la carpe et du lapin. Alors que beaucoup ne voient comme seule munition politique restante face à la crise qu’un renforcement de l’intégration européenne, la chancelière prend le risque, faute de confiance dans son partenaire d’Outre-Rhin, de tergiverser. De faire comme la cavalerie, d’arriver en retard, quand il sera trop tard.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 12 août 2011 10:42

    Bonjour, Henry.

    Comment pourrait-on faire encore confiance à Sarkozy ? L’homme n’est qu’un illusionniste qui, depuis son arrivée au pouvoir, a privilégié la communication à l’action, à l’exception des mesures prises en direction de ses clientèles éléctorales privilégiées.

    L’analyse objective par des experts, économistes et politologues, du bilan de sa politique est d’ailleurs globalement très médiocre, pour ne pas dire calamiteux dans la plupart des domaines. Et l’on sait aujourd’hui que ses prétendus succès passés (présidence de l’UE par exemple) ne sont que de l’esbrouffe assise sur une propagande éhontée qui, désormais, vole en éclats.

    La réalité de la crise, et son grave risque d’amplification pour notre pays, sont là pour démontrer que Sarkozy a roulé le peuple français dans la farine en affirmant de manière péremptoire que des mécansime de régulation efficaces avaient été mis en place ou que les paradis fiscaux avaient disparu, ce qui est évidemment faux.

    La question qui se posera en 2012 est la suivante : faut-il renouveller sa confiance à un homme qui, manifestement est un menteur et un manipulateur, de surcroît terriblement inefficace ? Certes, on pourra douter de l’opposition à mieux maîtriser les évènements, mais avec Sarkozy, on a la certitude de l’échec, alors que celui-ci ne constituerait qu’une possibilité avec un autre chef d’état !


    • Abdu Abdu 13 août 2011 04:33

      On peut tenir un autre raisonnement : Puisque les politique servent la finance, la fonction souveraine du président est perdue.

      On va donc se tourner non pas envers celui qui serait digne de confiance, mais celui qui nous représenterait le mieux. Mais on arrive à la même conclusion. Cet homme a rabaissé incroyablement la stature des hommes d’état français par son comportement. Il a a récidivé, persisté, signé...
      En ce moment, il tente seulement la stratégie de Chirac : on fait le mort et on manigance pour un second tour contre LePen.

      Je crois qu’il faut accepter le risque ne pas avoir dans le prochain quinquennat un président travaillant pour la France. De toutes façon, les Socialistes n’offrent pas une vraie alternative et notre système interdit implacablement l’émergence des idées neuves.

      Alors pas de vote utile en 2012. Mais un vote marchepied qui assure l’avenir. Un vote conforme respectant nos convictions personnelles, notre besoin de changement !
      Par politesse, je ne donnerais pas de nom.

      Je crois qu’il faut procéder en trois étapes :
      - pas d’abstention au premier tour, on dit ce qu’on a a dire.
      - abstentions massives au second. que l’élu ait la plus faible légitimité qui soit.
      - mise sous pression constante de l’élu s’il commet des écarts lors de son quinquénat.

      C’est pas drôle, je sais.
      Mais à moins qu’on ne se mettent tous à militer maintenant, je ne vois pas comment faire autrement.


    • Dzan 13 août 2011 10:06

      - mise sous pression constante de l’élu s’il commet des écarts lors de son quinquénat.

      Ca me fait doucement rigoler.
      Avec une France de veaux, des syndicats qui ne représentent plus qu’eux-mêmes, elle est pas prète la révolution, ou simplement la « pression »


    • papi 12 août 2011 13:32

      fergus

      Bonjour fergus

      Oui pour votre post ; mais je m’empresse de rebondir sur cette phrase  : "mais avec Sarkozy, on a la certitude de l’échec, alors que celui-ci ne constituerait qu’une possibilité avec un autre chef d’état ! «  » et j’en conclus que la route est entièrement ouverte à MLP.. bien sûr cela n’engage que moi et +de 20% des Français.. l’actualité lui donne raison à 100% sur ces prévisions, que tout le monde raillait avec mépris. .pourtant elle tourne !!!


      • Mugiwara 12 août 2011 16:32

        si le président espère être réélu, peut être qu’il doit faire la gueule lui aussi à tous les Français :) qu’il prépare sa valise même si on voudrait l’acclamer :) mais quand il partira, les français auront déjà marre des autres présidentiables ... merkel ? oui, c comme un bébé, parfois, on aime les bébés des autres ... mais sans vouloir assumer ... ceci dit, les français sont remarquables car ils sont aussi très joueurs... en fait ce qui se prépare est un grand parti de poker entre les français entre eux, entre les français et les politiciens et entre les politiciens entre eux. un situation inédite. pour la première fois, les politiciens pourraient se prendre des grosses claques mémorables. mais bon, c’est pas forcément passager... ni permanent. et c’est vrai, si puisque tout est marchandise, alors, les français vont se servir des politiciens comme on joue aux billes... ou à uno ... faudrait que les jeu de cartes à l’effigie des présidentiables soient renouvelées tous les mois ou 3 mois, histoire qu’ils puissent se marrer ... terriblement cynique ces français, ils sont tous devenus des dr house ... 




        •  C BARRATIER C BARRATIER 12 août 2011 19:57

          L’élection sera faite par les médias qui, appartenant aux milliardaires copains de SARKOZY, presse et télévision, s’arrangeront pour le mettre en valeur et fabriqueront des événéments type sécuritaire comme la gare du Nord au bon moment.
          C’est l’argent qui fait l’élection.
          Les patrons de la finance ne veulent pas d’une politique qui maintiendrait les services publics, les hôpitaux ; la sécurité sociale : Nous avons vu comment ça marchait aux USA où O BAMA les a terriblement ennuyés avec un embryon de service de santé publique pour tous. Par le système de la notation qui leur a enlevé les AAA, il a dû mettre de l’eau dans son vin. Ces officines sont totalement dépendantes des patrons des banques privées.
          Ils ne vont pas manquer de menacer la France de mal la noter si elle n’a pas un président à leurs ordres comme c’est le cas aujourd’hui. Car ils nous tiennent : voir ici « Main basse sur la France »

          http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=153



          • sparte sparte 12 août 2011 23:42

            Barratier ,
            Un embryon dites vous ... vous plaisantez, vous connaissez les chiffres. Son extension de la gratuité s’ajoute à la gratuité de la médecine pour les retraités qui n’ont pas cotisés ( MEDICARE ) ; le welfare state coule le peuple des EUA comme le notre. Roosevelt + Lindon Jonson + Obama ont créé un monstre de déresponsabilisation dont les déficits ont causé la dette publique des EUA

            Comme celui des URSSAF , pour 2011 : en MDS milliards EUR
            Connaissez vous le budget de coûts URSSAF =
            Connaissez vous le budgets des cotisations à l’URSSAF par assujetti = 
            Connaissez vous le budget du TROU DE LA SECU , (déficit de l’URSSAF) =

            Une fois obtenus ces chiffres vous verrez qu’on ne pourrez jamais sans sortir, car c’est ce qui est responsable des dettes publiques des états
            Et personne absolument personne n’en parle
            Cordialement
            S

             
            *le sremplis ces lignes


          • sparte sparte 12 août 2011 23:59

            C Barratier,
            Voici :
            Connaissez vous le budget de coûts URSSAF = .......................... .450MDS EUR
            Connaissez vous le budgets des cotisations à l’URSSAF par assujetti = 170
            Connaissez vous le budget du TROU DE LA SECU , (déficit de l’URSSAF) = 280

            On comprend que Sarko n’est trouvé qu’un Barouin pour aller s’assoir à Bercy
            et la jolie Pécresse pour signer les budget 2012 ...
            Et si la note AAA passe à AA les taux d’intérêts et les assurances rapporteront encore plus aux banquiers de NY et LONDRES
             ... Elle est pas belle la vie ?

            S


          • bigglop bigglop 12 août 2011 21:36

            Bonjour,

            Très bon billet Moreigne
            Mais les Français sont totalement ignares de ce qui se passe en politique européenne, dans les pays voisins.
            S’ils savaient que depuis juin 2010, A. Merkel a mis en place un plan d’austérité draconien qui touche la classe moyenne et les plus pauvres prioritairement.
            Economies budgétaires de 80 mds d’euros d’ici 2014 :
            - baisse de l’indemnisation chômage (pour stimuler la recherche d’emploi)
            - baisse de l’allocation parentale et suppression pour les demandeurs d’emploi
            - 15.000 fonctionnaires en moins
            - taxe sur l’energie, taxe sur billets d’avion
            - projet de réduction drastique du budget de l"assurance sociale

            Avec la croissance en berne de la France, malgré des "fondamentaux solides" (Baroin, coin,coin !), il faut s’attendre au pire avec ce gouvernement de la grande Peur


            • sparte sparte 12 août 2011 23:30

              Bbglop , c’est plutôt bon pour le peuple allemand ce programme de diminution de 80 MDS EUD de déficit : autant de moins de dette publique et d’intérêts à payer aux banquiers de l’oligarchie internationaliste ! Nous on bonne mine avec un déficit de la SECU qui sera de 280 MDS en 2011 !
              Srako se garde bien de nous donner ce chiffre

              S.


              • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 12 août 2011 23:43

                « ...selon un autre sondage CSA/Les Echos réalisé les 9 et 10 août, la côte de confiance du président augmente de trois points ! »

                Selon ce sondage, seule une poignée de Français font confiance à Sarkozy (24%, +3) contre une majorité écrasante (70%,=0) qui sont « mécontents et/ou très mécontents ».

                En gros, il est mort pour 2012. La soirée électorale des présidentielles va être délicieuse.


                • Dzan 13 août 2011 10:16

                  Mort ?
                  Les merdias dominés par ses potes vont faire le boulot pour lui.
                  Un peu de peur sur la ville et le tour est joué.
                  La France est un pays de vieux à l’âme pétainiste, et de jeunes dépolitisés.


                • Mugiwara 12 août 2011 23:48

                  si le président souffre en ce moment, je m’excuse d’avance de jouer avec ses nerfs ou à ses supporters. je sais bien que ça n’est pas facile et je vous souhaite un prompt rétablissement mental, c’est tellement facile de diriger le pays depuis un pc sans un quelconque pouvoir .... je ne vaux pas mieux. mais bon, c’est de bonne guerre :) sincèrement, reposez vous bien :) 


                  la gauche qui se soucie de l’état de santé de la droite, fallait y penser :) bien joué :)

                  •  C BARRATIER C BARRATIER 13 août 2011 14:31

                    Ce recul de SARKO dans les sondages est sans importance pour ceux qui tirent les ficelles, ceux qui, par les médias à leur botte, choisiront de soutenir un(e) candidat(e) qui continuera à canaliser la richesse produite vers les plus riches.
                    Nous sommes le pays d’Europe où les plus riches ont reçu le plus de cadeaux fiscaux, et les autres des minorations de revenus d’activité ou de retraite, des reculs en accès aux soins en cas de maladie. Les financiers patrons du monde trouveront et soutiendront une copie de SARKO, la plus proche est actuellement la famille LE PEN qui lui sert de modèle. Au moins chez les LEPEN c’est héréditaire, SARKO s’y essayera aussi.

                    Je donne peu de chances à Eva JOLY ou MELENCHON (qui tourneraient le dos à la finance). Et je ne veux pas de second tour droite contre droite qui est ce que souhaitent les agences de notation menées par qui on sait. Je choisirai un possible moindre mal, en votant utile dès le permier tour. Mais je sais que les combats seront rudes ensuite, et inutiles s’ils ne se mondialisent pas (ce qui paraît quand même avancer dans le bons sens !). La Résistance encore, car ils vont nous manipuler : ils assèchent la Sécu puis l’accusent des déficits qu’ils ont créés, ils assèchent les finances puis appellent au tour de vis qui pressure les moins nantis...
                    Voir : « Résistance, notre civilisation solidaire en héritage »

                    http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=91

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès